Navigation – Plan du site

Hérode Antipas « ne bande plus pr elle »

Sylvie Giraud

Résumés

L’exploration du dossier de genèse d’Hérodias conduit tout autant à des confirmations qu’à des découvertes. Confirmation d’un processus connu de l’écriture flaubertienne où l’expression parfois rapide du premier jet évolue ensuite au fil des réécritures, mais aussi découverte de détails ignorés, parce que non retenus dans la version définitive du manuscrit. Dans les deux cas, l’avant-texte abonde en éléments nouveaux qui enrichissent la connaissance du conte. Ainsi à propos du désir amoureux d’Hérode Antipas, trouve-t-on dans les plans, les scénarios et les brouillons des énoncés pour le moins abrupts que la recherche rédactionnelle a su modérer avant publication.

Haut de page

Texte intégral

Hérodiade, folio f°722 (détail)Afficher l’image
Crédits : BnF, Paris
  • 1 Le dossier de genèse de Trois contes fut légué à la Bibliothèque nationale de France en 1914 par Ca (...)

1Lorsqu’il entreprit Hérodias1, Flaubert entendait ne pas traiter « l’histoire de saint Jean-Baptiste » sur le seul plan religieux, si l’on en croit une lettre du lundi 19 juin 1876 écrite depuis Croisset à Mme Roger des Genettes :

  • 2 Correspondance, tome V, édition par Jean Bruneau et Yvan Leclerc, Paris, Gallimard, « Bibliothèque (...)

[...] je trouve que, si je continue, j’aurai ma place parmi les Lumières de l’Église. Je serai une des colonnes du temple. Après saint Antoine, saint Julien, et ensuite saint Jean-Baptiste, je ne sors pas des saints. Pour celui-là, je m’arrangerai de façon à ne pas « édifier ». L’histoire d’Hérodias, telle que je la comprends n’a aucun rapport avec la religion. Ce qui me séduit là-dedans c’est la mine officielle d’Hérode (qui était un vrai préfet) et la figure farouche d’Hérodias, une sorte de Maintenon et de Cléopâtre. La question des Races dominait tout2.

2Certes, le contexte historique de la décapitation de Jean-Baptiste permettait à l’écrivain d’envisager les aspects politique et socioculturel de l’événement. Mais en plaçant ces points essentiels sous l’autorité suprême de la « question des Races », dont le sens au XIXe siècle approchait celui de la lignée, il projetait d’accorder aux rapports humains une supériorité décisive.

3Or au sein du système social, le groupe familial constitue le premier espace où l’individu expérimente la complexité des réalités et des comportements en société. Le dernier des Trois contes est donc aussi une histoire de famille où les relations conjugales, parentales, amoureuses, présentes et passées, entre un souverain, sa femme et sa belle-fille relèvent autant d’une intrigue ordinaire que d’un drame antique. Aux rapports matrimoniaux émoussés entre Hérode Antipas et Hérodias se superpose la fascination d’un homme de cinquante ans pour une toute jeune fille dans un complot fomenté par l’épouse. Il est alors question d’amour éteint, de lassitude, de disputes, mais aussi d’attirance sexuelle, de passion incestueuse, d’émotion, ainsi que de vengeance, de guet-apens et de mort.

La scène de séduction

4La situation des époux Hérode pourrait être celle d’un couple banal. Ils se sont connus à Rome, ils se sont aimés, ils se sont mariés. Le conte ne révèle pas combien de temps ils furent heureux, mais au bout d’une douzaine d’années de vie commune, les désaccords se sont multipliés, l’affection s’est usée et le désir physique s’est estompé. Les circonstances ne semblent pourtant pas si désespérées d’après la scène de séduction du chapitre I au cours de laquelle Hérodias évoque le souvenir de leur amour naissant, paroles agréables et gestes tendres à l’appui :

  • 3 Gustave Flaubert, Hérodias, édition de Pierre-Marc de Biasi, Paris, Le Livre de Poche classique, 19 (...)

et elle lui rappela leurs causeries là-bas, dans l’atrium, les rencontres aux étuves, leurs promenades le long de la voie Sacrée, et les soirs, dans les grandes villas, au murmure des jets d’eau, sous des arcs de fleurs, devant la campagne romaine3.

  • 4 Pour consulter l’intégralité du feuillet, il est nécessaire d’assembler deux fragments de feuilles (...)

5Comme bien souvent chez Flaubert, la version donnée à publier n’a pas retenu l’ensemble des détails envisagés au fil de la recherche rédactionnelle. C’est dans le brouillon (f° 547-576v°)4 que se déploie le plus largement l’éventail des plaisirs dans la Rome du 1er siècle, où la vie fastueuse était à la mesure de la grandeur de l’Empire et les distractions multiples. Les dignitaires pouvaient se divertir en « promenades autour du champ de Mars le long de la voie Appia » ou bien « dans les galeries de Pompée » ou encore « le long de la voie sacrée ». Ils appréciaient aussi « les causeries dans l’atrium orné de peintures », « leurs soirs dans les gdes villas sous les arceaux de verdure d’où retombaient des roses » et multipliaient « les rencontres au theatre, aux bains, au seuil des étuves », dans un environnement naturel idyllique propice aux intrigues amoureuses « au murmure du jet d’eau sous la touffe des lauriers roses dans la courtine le soir », ou « sous des voûtes de fleurs devant la campagne romaine » « avec les dentelles de la Sabine derrière ».

6Après cette étape d’exploration élaborée, la réécriture abordait la phase éliminatoire de la composition, en éliminait les éléments jugés moins pertinents et donnait le rythme définitif à la construction syntaxique.

7Quant au mouvement expressif d’Hérodias qui accompagne son évocation – « Elle le regardait comme autrefois, en se frôlant contre sa poitrine, avec des gestes câlins. » – il est sans ambiguïté sur l’intention voluptueuse de l’invitation lancée, même s’il a connu des variantes sensuelles au cours du processus génétique. Dans les scénarios, seule la main caresse : « lui passe la main dans sa barbe ». Puis dans les brouillons, une combinaison tactile, visuelle et sonore a été tentée : « les fl. dans les yeux. son ses regardait comm autrefois les caresses de son regard avait l’enveloppaient des flamm autrefois et murmurait des paroles plus suaves qu comme une (nl) – se frôlant en frottait contre lui frottant sur lui elle parlait tout bas poitrine avec des gestes calins. Elle lui versait com autrefois les flammes de ses yeux ». Mais l’écrivain a préféré ne retenir que la gestuelle de la proposition, au détriment de l’information sonore de la voix.

8Si la scène de séduction est, dans la dramaturgie, un procédé courant aux variations et aux effets infinis, force est de constater que, dès les premiers scénarios, Flaubert n’a jamais distribué les rôles autrement que sous la domination du personnage féminin : Hérodias campe la femme enjôleuse et active face à l’homme passif.

Antipas ne « bande plus pr elle »

9Toutefois la tentative de charme, réelle ou feinte, est un revers pour Hérodias qui n’aiguise plus aucun enthousiasme chez son mari, il lui oppose même une réaction froide :

  • 5 Gustave Flaubert, Hérodias, op. cit., p. 137.

– Il la repoussa. L’amour qu’elle tâchait de ranimer était si loin, maintenant ! Et tous ses malheurs en découlaient ; car, depuis douze ans bientôt, la guerre continuait5.

10Le tétrarque justifie son mouvement de répulsion par un argument extraconjugal : depuis ce mariage d’amour, la gestion politique des deux provinces héritées de son père Hérode le Grand est difficile et incertaine. Car pour s’unir à Hérodias, il a dû répudier la fille du roi des Arabes épousée dans un mariage de raison pour maintenir la paix avec le royaume nabatéen voisin. Et par un effet de réciprocité, la dégradation de la situation gouvernementale a détérioré les liens de son couple ; la satisfaction charnelle et le sentiment ont subi une régression fatale.

  • 6 La transcription du f° 708, premier scénario du chapitre I d’Hérodias, est proposée en document ann (...)
  • 7 La transcription du f° 722, deuxième scénario du chapitre I d’Hérodias, est proposée en document an (...)
  • 8 La transcription du f° 728 est proposée en document annexe. Le f° 728 forme avec le f° 725 le scéna (...)

11La sobriété de la version finale contraste avec la familiarité de l’expression spontanée des deux premiers scénarios qui envisageaient comme une évidence l’échec matrimonial sous l’unique aspect de la pulsion virile : « Antipas ne bande plus ennuyés l’un de l’autre » (f° 708)6, « Il ne bande plus pr elle » (f° 722)7. Puis au fur et à mesure des reprises, la formulation s’est modérée « Mais Ant reste froid » (f° 723), s’est adoucie « Il la repousse doucement – il est froid » (f° 728)8, s’est motivée « Antipas la repoussait sans rudesse mais froidemt – Les souvenirs qu’ L’amour dont elle evoquait etait loin d’eux les souvenirs pr en ranimer la flamm si loin de lui et tous ces malheurs venaient de cet amour en provenaient » (f° 549).

12Certes, en célibataire endurci, Flaubert ne pouvait guère projeter sur sa création masculine l’expérience d’un quelconque ennui conjugal. Néanmoins, ayant presque le même âge que son personnage – il composa Hérodias à 56 ans entre août 1876 et février 1877 – il pouvait en partager certains sentiments.

Le guet-apens de la femme éconduite

13L’épouse éconduite pourrait en éprouver de la souffrance, mais le geste de rabrouement confirme ce qu’elle sait déjà : son mari ne ressent plus pour elle aucune disposition, ni d’ordre affectif, ni d’ordre sexuel, même après un contact caressant. Pourtant et plus certainement, Hérodias redoute-t-elle les conséquences inévitables d’une relation conjugale brisée, dont la plus importante serait son éviction du gouvernement. Elle est une femme politique ambitieuse et ses prétentions, anéanties par son premier époux qui n’avait rien reçu de l’héritage paternel, ont été relancées par son second mari qui en a bénéficié en recevant la Galilée et la Pérée. Privée d’une influence personnelle sur le tétrarque, elle ne participerait plus autant aux décisions publiques du pouvoir. L’affaire de Jean-Baptiste en est d’ailleurs un bon exemple : elle veut la mort du disciple de Jésus contre l’avis d’Hérode Antipas qui, selon elle, n’a pas pris la mesure du danger de ses prêches, qui incitent le peuple à ne plus se soumettre aux autorités religieuses.

14Ses cajoleries, son mépris, ses colères ne produisant plus aucun effet, c’est par une manœuvre qu’elle parviendra à ses fins. En faisant revenir à Macherous sa fille Salomé élevée à Rome, elle espère bien en utiliser les charmes pour retrouver quelque influence sur le gouverneur. Elle va donc tester le piège de la jeune fille sur la terrasse pour en observer les effets :

  • 9 Gustave Flaubert, Hérodias, op. cit., p. 141.

Il demanda : — « Qui est-ce ? »
Elle répondit n’en rien savoir, et s’en alla soudainement apaisée9.

15Dès le début de la phase scénarique (f° 722) et avant même d’avoir établi nettement la structure dramatique du chapitre I, Flaubert a construit le développement de l’intrigue sous l’action de cet incident déclencheur : « Les yeux d’Antipas remarquent sur une terrasse de la ville, une jeune fille, sous un parasol à pompons. – qui est-ce ? – Hérodias a l’air de n’y pas faire attention – voit que cette jeune fille excite H Antipas. »

16Pour atteindre son objectif – éliminer Jean-Baptiste qui l’empêche de réaliser son idéal – et en femme politique avisée, Hérodias n’hésitera pas à recourir à l’épreuve de force que l’auteur, en bon dramaturge, gère en deux temps : donner la jeune fille en pâture visuelle pour juger des possibles conséquences avant l’épreuve décisive de la danse au cours du repas.

Hérode Antipas, barbon ?

17Si Flaubert a tout de suite fait jouer à Hérode Antipas le rôle de la personne troublée et a laissé entrevoir un dénouement de l’épisode sur le mode corporel, il a également envisagé de développer une seconde facette du personnage, quelque peu en contradiction avec la première, celle d’un individu éprouvant le besoin d’une présence jeune, à la façon d’un barbon : « A. lui en demande des nouvelles – Il ne serait pas fâché de l’avoir – montrer qu’Ant. est capable de tendresse. Mais qu’il n’aime plus H. » (f° 728). L’objectif de l’écrivain, indiqué sous la forme d’une note de régie, visait certainement à diversifier l’identité du personnage, la richesse psychologique étant un ressort essentiel du processus dramaturgique.

18Cependant, l’hypothèse du vieil homme attendri, maintenue pendant quatre scénarios, a été finalement écartée, probablement parce que la régression induite risquait d’affaiblir le rôle masculin, alors qu’une cinquantaine encore vaillante dynamise le caractère du personnage après le soupçon d’impuissance insinué dans la scène de séduction.

Hérode Antipas lubrique

19En opposition à une possible affection familiale, s’impose alors le profil lubrique d’un homme qui « ne bande plus » pour son épouse, mais encore capable d’émotion physique pour un être jeune et inconnu :

  • 10  Ibid.

Mais il voyait, des hanches à la nuque, toute sa taille qui s’inclinait pour se redresser d’une manière élastique. Il épiait le retour de ce mouvement, et sa respiration devenait plus forte ; des flammes s’allumaient dans ses yeux10.

  • 11 La transcription du f° 746v° est proposée en document annexe. Le f° 746v° appartient au scénario 8 (...)
  • 12 La transcription du f° 570v°, un brouillon, est proposée en document annexe.

20L’idée du guet-apens sous forme de concupiscence s’est précisée à la huitième version du scénario (f° 746v°)11 :« Mais Les yeux du tétrarque, (qui ne lui repond plus) ont remarqué, (indistinctement) sur une des terrasses de la ville une jeune fille, sous un parasol. H. surprend son regard et sourit – La convoitise d’Ant. s’allume vaguemt ». Puis dans les brouillons, lorsque se sont multipliées les formulations possibles, la scène est devenue manifestement masturbatoire et l’est restée jusque dans la version terminale, même si le plaisir sexuel demeure plus allusif. Les différentes couches d’écriture sont difficiles à linéariser, mais quelques propositions se dégagent parfaitement : « c’etait une jouissance nouvelle pr lui » « avec une impatience l’anxieté lubrique » (f° 570v°)12.

21Le moment d’observation peut apparaître doublement tendancieux : Hérode Antipas a cinquante ans et Salomé seulement quinze et d’autre part, elle est la fille de sa femme. Mais les différences historiques et culturelles préservent quelque peu la moralité de la scène ; en effet, depuis la période antique, les rapports incestueux étaient fréquents dans les familles régnantes et la maturité sexuelle féminine, considérée comme une valeur physiologique, était relativement jeune. Par ailleurs, d’un point de vue dramaturgique, ranimer l’exaltation masculine par la rencontre d’un autre, jeune et nouveau, présente l’avantage de stimuler le déroulement scénarique.

Le piège de la danse

22Le test du piège s’étant révélé positif, il reste à Hérodias à le tendre définitivement au cours du banquet sous la forme d’un spectacle de danse orientale, un divertissement adopté par les Romains depuis leur arrivée en Orient :

  • 13 Gustave Flaubert, Hérodias, op. cit., p. 172-173.

Ensuite elle tourna autour de la table d’Antipas, frénétiquement, comme le rhombe des sorcières ; et d’une voix que des sanglots de volupté entrecoupaient, il lui disait : — « Viens ! viens ! » Elle tournait toujours ; les tympanons sonnaient à éclater, la foule hurlait. Mais le Tétrarque criait plus fort : — « Viens ! viens ! Tu auras Capharnaüm ! la plaine de Tibérias ! mes citadelles ! la moitié de mon royaume ! »13

23La femme du tétrarque surveille étroitement le comportement des trois hommes – Hérode Antipas, Lucius Vitellius et Aulus Vitellius – face à la prestation rythmique de sa fille ; la danse orientale, sensuelle dans les ondulations du corps, comporte une puissance érotique certaine.

  • 14 La transcription du f° 713v° est proposée en document annexe. Le f° 713v° appartient au premier scé (...)

24Le travail rédactionnel consistait d’une part à représenter l’exhibition féminine dans toute sa grâce, sa sensualité et sa vitalité et d’autre part à décrire l’état de la victime masculine. Dès les premiers scénarios, l’écrivain a envisagé l’instant selon son habitude familière dans une note de régie : « Antipas s’allumant de plus en plus – Soif de la posséder, il sent comme des sources chaudes en lui – de temps à autres des cris lui échappent (faire croire au lecteur qu’il va décharger) » (f° 713v°)14. Les différents brouillons suivants ont tenté de mimer la scène d’accouplement « Antipas a une soif enragée de la posseder. – de temps à autres criait, pamé comm sous un volcan de fleurs » (f° 653v°), « il la humait à pleines narrines les narrines et la bouche ouverte » (f° 647), « Antipas plus epuisé qu’elle » (f° 651-652).

25Mais la version définitive n’a pas retenu le terme cru du scénario et il ne reste de la gestuelle d’une relation sexuelle que des « sanglots de volupté », préservant ainsi l’imagination du lecteur.

26Si Hérode Antipas n’éprouve plus aucun plaisir dans sa relation conjugale avec Hérodias, il ne renonce pas pour autant à la satisfaction émotionnelle, à l’abandon corporel et son ardeur lassée se ravive promptement devant la nouveauté et la fraîcheur de la jeune Salomé.

27Mais il ne faudrait pas réduire le tétrarque à un être lubrique, car le conte met en scène le personnage dans une configuration de l’amour autre que charnel. Après avoir repoussé sa femme, le tétrarque n’avoue-t-il pas à Phanuel à propos de Jean-Baptiste : « Malgré moi, je l’aime ! »

28Il reste à analyser les brouillons relatifs aux liens entre le tétrarque et le prêcheur pour démêler dans cet aveu les modalités d’un phénomène complexe articulé autour de Jean-Baptiste.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Le dossier de genèse de Trois contes fut légué à la Bibliothèque nationale de France en 1914 par Caroline Franklin-Grout, nièce et légataire universelle de Flaubert ; après travaux de restauration et d’assemblage, l’ensemble se présente sous la forme de deux volumes, tome I et tome II, cotés NAF 23 663. Le dossier de genèse d’Hérodias comprend 453 feuillets qui se distribuent ainsi : 28 feuillets autographes de manuscrit définitif + 48 feuillets de manuscrit du copiste dans le tome I ; 323 feuillets de plans, scénarios et brouillons + 54 feuillets de notes dans le tome II.

2 Correspondance, tome V, édition par Jean Bruneau et Yvan Leclerc, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2007, p. 58.

3 Gustave Flaubert, Hérodias, édition de Pierre-Marc de Biasi, Paris, Le Livre de Poche classique, 1999, p. 136-137.

4 Pour consulter l’intégralité du feuillet, il est nécessaire d’assembler deux fragments de feuilles déchirées, le f° 547 et le f° 576v°. La transcription du f° 547-576v°, brouillon du chapitre I d’Hérodias, est proposée en document annexe.

5 Gustave Flaubert, Hérodias, op. cit., p. 137.

6 La transcription du f° 708, premier scénario du chapitre I d’Hérodias, est proposée en document annexe.

7 La transcription du f° 722, deuxième scénario du chapitre I d’Hérodias, est proposée en document annexe.

8 La transcription du f° 728 est proposée en document annexe. Le f° 728 forme avec le f° 725 le scénario 4 du chapitre I d’Hérodias.

9 Gustave Flaubert, Hérodias, op. cit., p. 141.

10  Ibid.

11 La transcription du f° 746v° est proposée en document annexe. Le f° 746v° appartient au scénario 8 du chapitre I d’Hérodias, scénario écrit sur 6 feuillets : f° 745v°, f° 719v°, f° 717v°, f° 746v°, f° 701v° et f° 712.

12 La transcription du f° 570v°, un brouillon, est proposée en document annexe.

13 Gustave Flaubert, Hérodias, op. cit., p. 172-173.

14 La transcription du f° 713v° est proposée en document annexe. Le f° 713v° appartient au premier scénario développé du chapitre III d’Hérodias, scénario écrit sur 3 feuillets : f° 715, f° 734v° et f° 713v°.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Giraud, « Hérode Antipas « ne bande plus pr elle » », Flaubert [En ligne], 3 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1183

Haut de page

Auteur

Sylvie Giraud

ITEM/ENS-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page