Navigation – Plan du site

Introduction

Pierre-Marc de Biasi

Texte intégral

Tu n’avais pas rêvé, disais-tu, que l’amour allât jusque-là… Était-ce de la débauche pourtant ! Qu’était-ce donc ? À Louise Colet, Mercredi soir, 11 h. [Croisset, 21 octobre 1846.]

1L’œuvre et la Correspondance de Flaubert font à la réflexion sur l’amour et le plaisir sexuel une place presque aussi centrale que l’interrogation sur l’art et l’écriture littéraire. Au point que l’on peut se demander où se situe exactement pour l’écrivain la ligne de partage entre l’un et l’autre : exclusion, inclusion, partage ?  Concurrence ou complicité ?

2Face à la « blague » navrante d’un amour défiguré par le sentimentalisme bourgeois et les clichés du « pot de chambre romantique », Flaubert le provocateur revendique aussi bien l’authenticité de la prostitution que le droit sans limites au fantasme, autant le goût pour l’excès et la déviance, l’exercice immodéré de la luxure que la sublimation la plus immatérielle et la chasteté la plus rigoureuse.

3En faisant du désir physique le modèle même d’une quête immanente de l’absolu, Flaubert en vient, dans ses œuvres, à imaginer des figures de « l’inassouvissable » qui, de Salammbô à la Reine de Saba, de Marie à Emma, de la « petite Roque » à Salomé, se trouveront à l’origine de plusieurs mythes érotiques de notre modernité.  

4Mais en deçà des textes publiés, l’immense réserve des brouillons et des notes nous donne accès à une écriture privée où la censure de l’imaginaire n’exerce encore que modérément ses droits. À quels secrets de l’érotique flaubertienne sont-ils capables de nous initier ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Marc de Biasi, « Introduction », Flaubert [En ligne], 3 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1193

Haut de page