Navigation – Plan du site

Actualités – novembre 2010

Martine Mesureur-Ceyrat

Séminaire de recherche sur la littérature française du XIXe siècle
Didier Philippot, « Flaubert »
Paris Sorbonne, amphi Michelet, 9h30-12h30, 13 novembre 2010.

Colloque, « Proust face à l’héritage du XIXe siècle : filiation et ruptures », organisé par Nathalie Mauriac Dyer et Kazuyoshi Yoshikawa
Ako Wada (Université d’Osaka), « Proust et la critique flaubertienne »
Institut franco-japonais du Kansai (Kyoto), 20 et 21 novembre 2010.

Colloque international, « L’Écriture comme expérience de passage » organisé par l’Université Paris 13 et l’Université d’état de Rio de Janeiro
Sergio Scotti, « L’écriture de soi et l’objet a chez Flaubert »
Maison du Brésil (Cité internationale), 75013 Paris
26 et 27 novembre 2010.

Cycle de rencontres et de projections, proposé par l’IMEC
Les Écrivains filment
Eugène Green,  Poétique du cinématographe
Projection du film Toutes les nuits (2001), librement inspiré du roman de Flaubert
Cinéma Lux, 14000 Caen, 6 novembre 2010

Théâtre
Madame Bovary, par Éric Chartier
« Emma qui se relève de dépression rencontre à l'Opéra, Léon, avec lequel elle avait eu jadis une liaison toute platonique. Un rendez-vous galant en la Cathédrale de Rouen et une promenade épique en fiacre, vont ranger aux accessoires des souvenirs ce platonisme là. Léon est désormais un homme... »
Précédé de La Parure, de G. de Maupassant
« Le neveu de Flaubert, reprend ici le thème de la rêveuse et l'applique cette fois à une parisienne désargentée. Grand mal lui en prend, la France post-révolutionnaire n'aime guère les Cendrillons de la petite bourgeoisie qui rêvent au-dessus de leurs moyens! »
Théâtre de L’Île Saint- Louis Paul Rey,39 quai d’Anjou, 75004 Paris
21 octobre - 13 novembre 2010.

Un cœur simple, d’après Gustave Flaubert par Marie Martin-Guyonnet
« Le destin ordinaire d’une fille de campagne illuminée par la prose de Gustave Flaubert.
Un cœur simple est le récit de la vie obscure d’une fille de campagne, dévote mais pas mystique, dévouée sans exaltation et tendre comme du pain frais. Félicité aime successivement un homme, les enfants de sa maîtresse, un neveu, puis son perroquet ; quand le perroquet est mort, elle le fait empailler et, en mourant à son tour, elle confond le perroquet avec le Saint-Esprit. »
Théâtre Guichet Montparnasse, 15 rue du Maine, 75014 Paris
10 novembre 2010 - 3 janvier 2011.