Navigation – Plan du site
Deuxième partie : écritures flaubertiennes du religieux

Ovide, Flaubert, Proust : la remise du fuseau d'Arachné

Edi Zollinger

Résumés

Il y a quarante ans, Margaret Lowe a découvert entre les lignes de Madame Bovary une mise en scène cachée du mythe d’Arachné tel qu’on le lit dans les Métamorphoses d’Ovide. Cependant, bien avant elle, Marcel Proust est tombé sur ce même fil d’araignée et il l’a utilisé pour mettre en scène sa propre version du mythe. Continuant la filature flaubertienne, Proust tisse la toile voluptueuse qui lui permet de détrôner Sainte-Beuve, le dieu de la critique littéraire du dix-neuvième siècle.

Haut de page

Texte intégral

Les Fileuses de VélasquezAfficher l’image
Crédits : Musée du Prado, Madrid
  • 1  Margaret Lowe, « Emma Bovary, a modern Arachne », French Studies, 26, 1972, p. 30-41. Voir aussi à (...)

1Dans son article « Emma Bovary, a modern Arachne »1, Margaret Lowe a suivi un fil qu’elle avait trouvé entre les lignes de Madame Bovary. Ce fil d’araignée mène au mythe d’Arachné tel qu’on le lit dans les Métamorphoses d’Ovide. Cependant, bien avant Margaret Lowe, un autre lecteur de Flaubert est tombé sur ce même fil – et dès lors, il a continué la filature flaubertienne. Je veux parler de Marcel Proust.

  • 2  Marcel Proust, A la recherche du temps perdu I-IV, édition publiée sous la direction de Jean-Yves (...)

2À Combray, le protagoniste, que je vais appeler Marcel, monte « tout en haut de la maison à côté de la salle d’études [...] dans une petite pièce sentant l’iris » pour toutes les occupations qui réclament une « inviolable solitude : la lecture, la rêverie, les larmes et la volupté »2. Je m’arrête d’abord à la dernière des quatre occupations, à la « volupté ». C’est d’elle qu’il est question dans une scène se jouant dans la petite pièce. Marcel vient juste d’y monter et regarde par la fenêtre le donjon de Roussainville-le-Pin.

  • 3 Ibid., p. 156.

Hélas, c’était en vain que j’implorais le donjon de Roussainville, que je lui demandais de faire venir auprès de moi quelque enfant de son village, comme au seul confident que j’avais eu de mes premiers désirs, quand au haut de notre maison de Combray, dans le petit cabinet sentant l’iris, je ne voyais que sa tour au milieu du carreau de la fenêtre entrouverte, pendant qu’avec les hésitations héroïques du voyageur qui entreprend une exploration ou du désespéré qui se suicide, défaillant, je me frayais en moi-même une route inconnue et que je croyais mortelle, jusqu’au moment où une trace naturelle comme celle d’un colimaçon s’ajoutait aux feuilles du cassis sauvage qui se penchaient jusqu’à moi3.

  • 4 Ibid., p. 646-647.

3La scène raconte assez ouvertement sa première masturbation et il est difficile de ne pas associer la tour qui s’érige devant Marcel à un phallus. Cependant, c’est la trace que Marcel, écrivain futur, a laissée sur des « feuilles » qui requiert mon attention. Dans une version plus ancienne, cette trace n’est pas seulement associée à celle d’un colimaçon. Dans l’esquisse, on lit : « [...] j’avais seulement laissé sur la feuille une trace argentée et naturelle, comme le fil de la vierge ou le colimaçon »4. Le « fil de la vierge » laissé par Marcel sur la feuille, c’est un fil tissé par l’araignée. Serait-ce un fil de la « virgo » ovidienne, de la vierge Arachné, l’ancêtre de tous les écrivains ?

4Quand Minerve entend qu’Arachné lui dispute la palme dans l’art de tisser la laine, elle lui conseille d’abord de s’incliner devant une déesse. Cependant Arachné ne se laisse pas intimider. Quand elles prennent place l’une vis-à-vis de l’autre, elles tendent toutes deux les fils et les attachent au métier. La déesse se représente elle-même, sa toile raconte la victoire qu’elle a remporté sur Neptune et pour qu’un exemple apprenne à sa rivale à quel prix elle devra payer son audace, Minerve représente, dans chaque coin de la toile, quatre scènes montrant ce qui attend les mortels qui osent défier une déesse : Hémus et Rhodope métamorphosés en montagnes, la mère des pygmées transformée en grue, Antigone métamorphosée en cigogne. Le dernier angle montre Cinyre qui embrasse les degrés du temple formés des membres de ses filles.

5Arachné, quant à elle, peint Europe emmenée par le taureau, Astérie avec l’aigle, Léda avec le cygne : toutes les formes sous lesquelles Jupiter se cache pour séduire les femmes, puis Neptune sous les traits d’un taureau, d’un bélier, d’un dauphin, Apollon qui prend l’habit d’un pâtre, d’un vautour, d’un lion, d’un berger pour séduire Issé, Bacchus qui abuse Erigone sous la forme d’un raisin et Saturne qui, transformé en cheval, fait naître le centaure Chiron. Ainsi Arachné montre l’une après l’autre toutes les faiblesses des Dieux.

  • 5  Publius Ovidius Naso, 1988. Metamorphosen, in deutsche Hexameter übertragen und herausgegeben von (...)

6Comme Minerve ne peut trouver la moindre faute dans la toile d’Arachné, elle déchire cette œuvre et, tremblant de rage, elle frappe de sa navette à plusieurs reprises la tête de la jeune Lydienne et la transforme en une araignée. La tête, les bras et les jambes d’Arachné deviennent tout petits ; tout le reste n’est plus qu’un ventre, elle en tire encore aujourd’hui le fil dont elle tisse sa toile : « cetera venter habet, de quo tamen illa remittit stamen et antiquas exercet telas »5.

7Dans la dernière phrase du mythe, Arachné et tous ses descendants, c’est-à-dire les poètes, sont condamnés à tirer de leur propre corps le fil dont ils tissent leurs toiles. Proust reprend ce fil, mot pour mot. Dans la version primitive de la scène se jouant au petit cabinet, Marcel tire le fil de la vierge de lui-même :

  • 6  Op. cit., p. 646-647.

[...] j’avais seulement laissé sur la feuille une trace argentée et naturelle, comme le fil de la vierge ou le colimaçon. Mais sur cette branche il m’apparaissait comme le fruit défendu sur l’arbre du mal. Et comme les peuples qui donnent à leurs divinités des formes inorganisées, ce fut sous l’apparence de ce fil d’argent qu’on pouvait tendre presque indéfiniment sans le faire finir, et que je venais de tirer de moi-même, en allant tout au rebours de ma vie naturelle, que je me représentais dès lors et pour quelque temps le diable6.

8Le fil de la vierge que Marcel tire de lui-même après avoir vécu une métamorphose érotique comme celles que l’on trouve représentées sur la toile d’Arachné, c’est le fil dont Arachné tisse sa toile, c’est l’encre métaphorique qui va laisser sur les feuilles les traces formant le texte parfait dans lequel même l’arbitre le plus partial ne va trouver aucune faute. Le fil que Marcel vient de trouver « en allant tout au rebours de [s]a vie naturelle », c’est-à-dire du présent au passé vers lequel le mène sa quête, ce fil se laisse tendre « presque indéfiniment », il devient aussi long que le long roman que Marcel va écrire. Marcel ne sait pas encore à quel jeu dangereux il se laisse entraîner, mais il sent déjà que son œuvre insolente sera punie par un jugement divin. Voilà pourquoi son fil lui semble « le fruit défendu sur l’arbre du mal » ou même l’ultime provocation de Dieu – « le diable ».

9Marcel se masturbant dans le petit cabinet constitue le symbole proustien de l’écrivain. – Et comme Arachné qui tisse des métamorphoses voluptueuses pour détrôner Minerve, en effet, Proust, avec sa scène racontant la métamorphose voluptueuse de Marcel, revendique le trône d’un dieu littéraire. Je veux parler de Sainte-Beuve.

  • 7  Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve précédé de Pastiches et mélanges et suivi de Essais et articles(...)

10Contre Sainte-Beuve7, projet abandonné par Proust, on le sait, aurait dû réfuter la méthode du célèbre critique en démontrant la préséance de « l’instinct » par rapport à « l’intelligence ». À un certain moment de son travail, Proust a dû comprendre que la forme convenant le mieux à son projet n’était pas celle d’un texte théorique mais celle d’un roman et il a commencé A la recherche du temps perdu. Or, si nous devons comprendre la toile voluptueuse d’Arachné comme une réponse provocatrice au tissu instructif de Minerve, se cacherait-il peut-être derrière le roman de l’instinct la réponse provocatrice à l’intelligence du grand critique ? Si Arachné tisse contre Minerve, Proust tisserait-il Contre Sainte-Beuve ?

  • 8  Charles Augustin Sainte-Beuve, Volupté I-II, texte présenté et annoté par Maurice Regard. Illustra (...)

11La critique proustienne s’est toujours intéressée à Sainte-Beuve, cependant, elle a souvent oublié que l’auteur des Lundis a aussi écrit un roman. Il s’appelle, nous tendons l’oreille, comme l’occupation préférée par Marcel dans le petit cabinet, Volupté8. Aujourd’hui, il n’est plus tellement lu – ce qui explique peut-être pourquoi personne n’a encore remarqué les traces importantes qu’il a laissées dans la Recherche.

  • 9  Ibid., volume 1, p. 89.

12Dans une préface, Amaury, narrateur et protagoniste, présenté comme « personnage non fictif »9, tente de légitimer le titre en dissipant les malentendus qu’il génère. Dans son roman, la volupté est en effet sujet mais jamais objet d’une mise en scène. Tout au contraire, Volupté se donne pour tâche de remettre sur le bon chemin des âmes tentées par l’érotisme.

13Amaury commence son histoire avec les « chastes années » où il ne connaissait pas encore le supplice de la volupté. C’étaient les années où il aimait se retirer dans une « petite chambre » sous le toit. Et si l’on compare les deux scènes qui, et dans la Recherche et dans Volupté, se déroulent directement sous le toit, on découvre tout un réseau de liens qui les réunissent – et les séparent. Les mots qui résonnent dans le petit cabinet proustien, c’est l’écho moqueur des mots qu’Amaury a prononcés au sujet d’un même endroit.

  • 10 Ibid., p. 95-96.

Ces chastes années, qui sont comme une solide épargne amassée sans labeur et prélevée sur la corruption de la vie, se prolongèrent donc chez moi fort avant dans la puberté, et maintinrent en mon âme, au sein d’une pensée déjà forte, quelque chose de simple, d’humble et d’ingénument puéril. Quand je m’y reporte aujourd’hui, malgré ce que Dieu m’a rendu de calme, je les envie presque, tant il me fallait peu alors pour le plus saint bonheur ! Silence, régularité, travail et prière ; allée favorite où j’allais lire et méditer vers le milieu du jour, où je passais (sans croire redescendre) de Montesquieu à Rollin ; pauvre petite chambre, tout au haut de la maison, où je me réfugiais loin des visiteurs, et dont chaque objet à sa place me rappelait mille tâches successives d’étude et de piété ; toit de tuiles où tombait éternellement ma vue, et dont elle aimait la mousse rouillée plus que la verdure des pelouses ; coin de ciel inégal à l’angle des deux toits, qui m’ouvrait son azur profond aux heures de tristesse, et dans lequel je me peignais les visions du pudique amour10 !

14Pour être seuls, Amaury et Marcel se retirent au même endroit. Et la « petite pièce » et la « petite chambre » sont situées « tout en haut de la maison ». Cependant, si Marcel s’y retire pour « la lecture, la rêverie, les larmes et la volupté », Amaury y monte pour « silence, régularité, travail et prière ». Si chez Proust, les quatre occupations culminent par la « volupté », occupation qu’Amaury aimerait justement abjurer, chez celui-ci, l’énumération finit par la « prière ». La masturbation dans le « petit cabinet » à Combray se lit en effet comme une réplique voluptueuse aux chastes paroles qu’on apprend dans la « petite chambre » d’Amaury.

11121314
  • 15  Ibid., p. 325, note 1 de la page 101.

15Dans son commentaire de Volupté, Maurice Regard15 remarque que derrière la « difficulté particulière », « l’obstacle réel » qui se révèle au protagoniste, se cache la même déformation dont souffrait l’auteur. Sainte-Beuve était hypospade.

16L’hypospade, souffre d’une malformation de l’urètre caractérisé par un méat situé à la face inférieure de la verge. Dans beaucoup de cas il n’arrive qu’à éprouver de très faibles érections. – Serait-ce à ce manque de puissance procréatrice dont sont atteints et le protagoniste Amaury et l’auteur Sainte-Beuve que Proust vise avec son interprétation antithétique de la chaste scène sainte-beuvienne ? Si Marcel en se masturbant tire de son propre corps le fil dont sont fait les œuvres littéraires, Amaury et son auteur ne manquent pas seulement de puissance génératrice – mais aussi de puissance poétique.

17Tandis que Sainte-Beuve et Amaury suivent l’intelligence, Marcel se fie à son instinct. Il suit l’exemple des métamorphoses érotiques tissées par Arachné. Et la petite scène proustienne se jouant tout en haut de la maison nous annonce joyeusement que la vraie œuvre littéraire est toujours le résultat d’un processus voluptueux.

  • 16  Marcel Proust, Correspondance de Marcel Proust, texte établi, présenté et annoté par Philip Kolb, (...)

18Dans une lettre que Proust a écrite le 7 mai 1908 à Louis d’Albufera, nous lisons que les pages qui aujourd’hui sont connues sous le nom de Contre Sainte-Beuve ont d’abord été projetées comme « un essai sur Sainte-Beuve et Flaubert »16. Et dans le fameux Carnet de 1908 dans lequel se trouvent les premières esquisses de son essai, on lit :

  • 17  Marcel Proust, Le Carnet de 1908. Établi et présenté par Philip Kolb, « Cahiers Marcel Proust », G (...)

Ste Beuve paraît
plus intelligent que
Flaubert.
Débuter par méfiance
de l’Intelligence17.

  • 18  Op. cit., p. 211.

19La préface du Contre Sainte-Beuve commencera, en effet, par une phrase qui exprime la méfiance de l’Intelligence : « Chaque jour j’attache moins de prix à l’intelligence18. » Si Proust note dans le Carnet de 1908 que « Sainte-Beuve paraît plus intelligent que Flaubert » et s’il y note déjà son intention d’exprimer sa méfiance de l’intelligence, avons-nous sujet de comprendre que Flaubert au début aurait dû servir comme exemple d’un écrivain négligeant l’intelligence et se fiant plutôt à l’instinct ? Est-ce que Flaubert, aurait dû servir comme exemple d’un auteur qui, au contraire de Sainte-Beuve, sait faire couler l’encre ?

  • 19  Mireille Naturel, « Le rôle de Flaubert dans la genèse du texte proustien », Bulletin Marcel Prous (...)

20Proust, on le sait, s’est toujours beaucoup intéressé à Flaubert, et on sait aussi que juste avant de commencer la Recherche, il a quasiment tout lu de ce qui apparaissait sur Flaubert et de Flaubert, entre autre les Mémoires d’un fou publiées en feuilleton dans la Revue blanche de décembre 1900 à février 1901 et en volume chez Floury en 1901. Dans son article, « Le rôle de Flaubert dans la genèse du texte proustien »19, Mireille Naturel a montré combien nombreuses sont les traces laissées par Les Mémoires d’un fou dans la Recherche, pourtant sans mentionner la petite scène qui m’intéressera ci-après.

21À l’âge de quinze ans, lors de vacances au bord de la mer, le protagoniste des Mémoires d’un fou rencontre une jeune femme mariée, dont il tombe aussitôt passionnément amoureux. Chaque matin il va la voir se baigner et la dévore véritablement des yeux. Maria – elle porte le même nom que Gilberte et Albertine dans les esquisses de la Recherche – est mariée et elle a une petite fille, en quoi elle ressemble quelque peu à Mme Arnoux et à Mme de Couaën, la femme admirée par Amaury dans Volupté.

22Un soir Maria et son mari proposent au jeune protagoniste une partie de barque et après les avoir reconduits chez eux, celui-ci s’assoit seul au bord de la mer. Il repense à Maria et tout d’un coup il est saisi par une jalousie cruelle :

  • 20  Gustave Flaubert, Œuvres de jeunesse, édition présentée, établie et annotée par Claudine Gothot-Me (...)

[Maria] était là, belle et nue, avec toutes les voluptés de la nuit [...], cet homme [son mari] n’avait qu’à ouvrir les bras et elle venait sans efforts, sans attendre ; elle venait à lui ; et ils s’aimaient, ils s’embrassaient ; à lui toutes ses joies, tous [sic] ses délices à lui20 !

23Puis nous apprenons que la jalousie lui inspire « des pensées obscènes et grotesques ». Enfin, il rentre chez lui. – Vient ensuite le paragraphe qui nous intéresse :

  • 21  Ibid., p. 492.

Il faisait chaud, j’étouffais ; je rentrai dans la chambre de mon auberge. – Je voulus dormir : j’entendais toujours les flots aux côtés du canot, j’entendais la rame tomber, j’entendais la voix de Maria qui parlait ; j’avais du feu dans les veines, tout cela repassait devant moi – et la promenade du soir, et celle de la nuit sur le rivage, – je voyais Maria couchée – et je m’arrêtais là. Car le reste me faisait frémir. J’avais de la lave dans l’âme, j’étais harassé de tout cela, et couché sur le dos je regardais ma chandelle brûler et son disque trembler au plafond ; c’était avec un hébétement stupide que je voyais le suif couler autour du flambeau de cuivre et la flammèche noire s’allonger dans la flamme.
Enfin le jour vint à paraître – je m’endormis21.

  • 22  Marie Josephine Diamond, Flaubert, the Problem of Aesthetic Discontinuity, National University Pub (...)

24Marie Josephine Diamond a déjà remarqué qu’avec le jeune protagoniste couché sur le dos qui regarde le suif de la bougie couler autour du flambeau, Flaubert peint « une image masturbatoire » et le commentaire de l’édition de la Pléiade partage son opinion22. Cependant, Mme Diamond n’est pas la première à avoir remarqué cette image. Bien des années avant elle, Marcel Proust l’a déjà découverte et il l’a même repeinte dans la Recherche.

25Un soir, dans A l’ombre des jeunes filles en fleurs, Marcel qui vient de se coucher regarde encore une fois une photographie de la Berma, son actrice préférée. La Berma, comme Maria, est bien plus âgée que son admirateur. Il commence une scène qui suit pas à pas l’exemple de la scène nocturne flaubertienne. Cependant, Proust a peint sa copie de la scène avec une espèce d’encre magique qui ne laisse apparaître l’image masturbatoire que sous la lumière éclairante de sa lampe de chevet. D’abord, Marcel, couché au lit, entend encore les bruits de la rue comme l’adolescent flaubertien entend encore les bruits du canot. Si celui-ci pense à Maria, Marcel  pense à la Berma – et puis nous lisons :

  • 23   Op. cit., p. 479-480.

Je rallumai ma bougie éteinte pour regarder encore une fois son visage. À la pensée qu’il était sans doute en ce moment caressé par ces hommes que je ne pouvais empêcher de donner à la Berma, et de recevoir d’elle, des joies surhumaines et vagues, j’éprouvais un émoi plus cruel qu’il n’était voluptueux, une nostalgie que vint aggraver le son du cor, comme on l’entend la nuit de la Mi-Carême, et souvent des autres fêtes, et qui, parce qu’il est alors sans poésie, est plus triste, sortant d’un mastroquet, que « le soir au fond des bois »23.

26D’abord, Marcel, couché au lit, rallume sa bougie pour regarder encore une fois la photographie de la Berma, comme le protagoniste flaubertien, couché au lit lui aussi à la lumière de bougie, voit Maria couchée dans son œil intérieur. Puis Marcel et le héros flaubertien pensent aux joies érotiques partagées par d’autres qu’eux en ce moment avec la femme admirée. Une cruelle jalousie les dévore. Jusque là, Proust suit pas à pas la scène flaubertienne. Cependant, au moment où retentit le son du cor qui est sans poésie puisqu’il sort d’un mastroquet et non pas du « fond des bois », cela devient plus compliqué. C’est ce son du cor qu’il faut suivre pour retrouver la fin de la scène flaubertienne : la masturbation après laquelle le jeune homme s’endort. Proust a mis entre guillemets les mots « le soir au fond des bois ». Il s’agit, on le sait, d’une citation du « Cor » d’Alfred de Vigny – ce qui explique d’ailleurs pourquoi le son du cor est « sans poésie » quand il ne résonne pas « le soir au fond des bois ».

27Le poème « Le Cor » raconte la mort de Roland. Roland a déjà sonné deux fois du cor pour appeler à l’aide son oncle Charlemagne. Celui-ci se dépêche mais arrive trop tard. Et à la fin du poème, Turpin apprend à Charlemagne ce qu’il voit dans la plaine. Il y distingue deux chevaliers, l’un est déjà mort, l’autre est en train de mourir. Viennent maintenant les trois derniers vers du poème, qui, lus à la bonne lumière, nous livrent l’image finale qui manque chez Proust, l’image flaubertienne du jeune héros s’endormant après la masturbation.

  • 24  Alfred de Vigny, « Le Cor », Œuvres complètes I: Poésie – Théâtre, texte présenté, établi et annot (...)

[« ]Le plus fort [Roland], dans sa main, élève un Cor d’ivoire,
Son âme en s’exhalant nous appela deux fois. »
Dieu ! que le son du Cor est triste au fond des bois24.

28Par la citation tirée du dernier vers du poème de Vigny, Proust nous rappelle l’image finale du « Cor ». Juste avant de s’endormir pour toujours, Roland tient encore son cor d’ivoire à la main. Dans l’interprétation proustienne, le cor d’ivoire dans la main du grand héros devient un pénis en érection et la mort de Roland est réinterprétée comme une petite mort – et tout d’un coup, derrière l’image de Roland mourant apparaît l’image du jeune protagoniste flaubertien qui, après avoir regardé le suif couler le long du flambeau, s’endort. – La bougie rallumée par Marcel au début de la scène proustienne, c’est la bougie qui s’éteint au moment où le héros flaubertien s’endort.

29Ce n’est pas par hasard que Proust choisit un vers du poème de Vigny pour mettre le dernier coup de pinceau à sa copie de l’image masturbatoire des Mémoires d’un fou. Flaubert s’est déjà intéressé à ce vers. Si dans toute la correspondance de Flaubert on ne trouve qu’une seule citation de Vigny, les mots que Flaubert cite sont les mêmes que ceux que l’on retrouve chez Proust.

30Le 20 juillet 1873, Flaubert se met à son bureau pour écrire à George Sand, mais il n’arrive pas à se concentrer :

  • 25  Gustave Flaubert, Correspondance I-V, édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau. « Bi (...)

Je ne suis pas comme M. de Vigny : je n’aime point « le son du cor au fond des bois ». Voilà deux heures qu’un imbécile posté dans l’île en face de moi m’assassine avec son instrument ! Ce misérable-là me gâte le soleil, et me prive du plaisir de goûter l’été. Car il fait maintenant un temps splendide. Mais j’éclate de colère ! Je voudrais bien, cependant, causer avec vous, un petit peu, chère maître25.

  • 26  Victor Hugo, Théâtre complet I, préface par Roland Purnal. Édition établie et annotée par J.-J. Th (...)

31Flaubert se plaint du corniste qui l’assassine avec son instrument – et dans la littérature française, en effet, le cor une fois a servi d’arme de crime. Dans Hernani, c’est le son du cor qui apprend au protagoniste que l’heure de sa mort est arrivée. Il doit se suicider. Dans cette scène, Victor Hugo cite bien avant Flaubert et Proust le dernier vers du « Cor »26. Cependant, je ne m’intéresse ici ni aux relations existant entre la scène nocturne proustienne, la lettre de Flaubert et Hernani ni aux relations existant entre Sarah Bernardt qui, en 1877, a représenté le rôle de Doña Sol dans Hernani et la Berma à laquelle Marcel pense au moment où retentit le son du cor dans la Recherche. Ce qui m’intéresse ici, c’est le fait que Proust, après avoir transformé en scène masturbatoire une chaste scène sainte-beuvienne, peint la copie d’une image masturbatoire flaubertienne. Car, même si l’on sait que Flaubert et Proust ont une certaine prédilection pour les jeux de mots grivois, on se doute que tout ne s’arrête pas là. Si Proust utilise l’image de la masturbation pour réinterpréter le mythe d’Arachné et qu’il utilise la masturbation manquée pour dénier la puissance poétique de Sainte-Beuve, pour Flaubert, quant à lui, la masturbation représente l’acte d’écriture par excellence.

  • 27  Philippe Lejeune, « Écriture et sexualité », Europe, février-mars, 1971, p. 113-143.
  • 28 Ibid., p. 139.

32Il y a trente ans, Philippe Lejeune s’est déjà intéressé aux relations qui existent entre « écriture et sexualité »27. Et dans son article qui porte ce titre, Lejeune écrit : « [...] on se souvient des termes crus et gaillards d’un Th. Gautier rapprochant l’écriture et l’activité sexuelle, des “éjaculations de l’âme” de Flaubert et de la manière dont il liait dans la théorie (et dans la pratique) la masturbation et l’écriture »28. La masturbation comme image de l’acte d’écriture est en effet omniprésente dans la correspondance de Flaubert. Le 28 octobre 1853, Flaubert écrit à Louise Colet :

  • 29 Op. cit., volume 2, p. 459.

Sais-tu où m’a mené la mélancolie de tout cela, et quelle envie elle m’a donnée ? Celle de foutre là, à tout jamais, la littérature, de ne plus rien faire du tout, et d’aller vivre avec toi, en toi, et de reposer ma tête entre tes seins au lieu de me la masturber sans cesse, pour en faire éjaculer des phrases29.

33Fin avril 1857, il écrit à Ernest Feydeau :

  • 30  Op. cit., volume 2, p. 709.

J’ai bien du mal avec Carthage ! Ce qui m’inquiète le plus, c’est le fonds, je veux dire la partie psychologique. J’ai besoin de me recueillir profondément dans « le silence du cabinet » au milieu de « la solitude des champs ». Là peut-être, à force de masturber mon pauvre esprit, parviendrai-je à en faire jaillir quelque chose30 ?

34Enfin de nouveau en décembre 1858 à Ernest Feydeau :

  • 31  Op. cit., volume 2, p. 842.

Quels imbéciles ! Enfin, continuons, mon vieux. Écrivons, nom d’un pétard ! Ficelons nos phrases, serrons-les comme des andouilles et des carottes de tabac. Masturbons le vieil art jusque dans le plus profond de ses jointures. Il faut que tout en pète, monsieur31.

  • 32  Sylvie Ballestra-Puech, Métamorphoses d’Arachné. L’artiste en araignée dans la littérature occiden (...)
  • 33  Jean-Pierre Néraudau, « Les Tapisseries de Minerve et d’Arachné (Ovide, Métamorphoses, VI, 70-128) (...)
  • 34  Gilles Sauron, « Discours symbolique et formes décoratives à Rome à l’époque augustéenne : problèm (...)

35Flaubert, dans sa correspondance, et Proust, dans la scène qui se joue au « petit cabinet », utilisent la masturbation comme image pour l’écriture et les deux écrivains se réfèrent pour la même cause au mythe d’Arachné. Or, la critique récente – Sylvie Ballestra-Puech32, Jean-Pierre Néraudau33, Gilles Sauron34 et d’autres encore – a montré comment Ovide, dans le mythe d’Arachné, met en scène sa propre écriture. Proust et Flaubert font-ils de même ?

  • 35  Op. cit., p. 204.

36Tout à la fin du mythe, nous apprenons qu’Arachné et tous ses descendants sont condamnés à tirer de leur propre ventre le fil dont ils tissent leurs toiles. La tête, les bras et les jambes d’Arachné deviennent tout petits : « cetera venter habet, de quo tamen illa remittit stamen »35. Arachné et ses descendants tirent leurs œuvres de leur propre ventre. Ils enfantent véritablement leurs œuvres comme une mère donnant naissance à ses enfants. Or Ovide, on le sait, aime désigner ses poèmes comme ses propres enfants. Dans les Tristes, nous lisons :

  • 36  Publius Ovidius Naso, Briefe aus der Verbannung. Tristia – Epistulae ex Ponto, Lateinisch und deut (...)

Palladis exemplo de me sine matre creata
Carmina sunt ; stirps haec progeniesque mea est36.

37Ovide appelle ses poème ses enfants. A l’exemple de Pallas, il les a mis au monde sans l’aide d’une mère. Il dit avoir enfanté ses poèmes comme Zeus a mis au monde Minerve, « sine matre creata ». Si Arachné tisse au moins aussi bien que Minerve, Ovide se compare même au père de Minerve, il sait « créer sans mère ».

  • 37  Marcel Muller, « Création et procréation ou allégorie et jalousie dans la Recherche », Marcel Prou (...)

38Si Ovide n’a pas besoin de coït pour mettre au monde ses œuvres, il en est de même pour Proust et Flaubert. Voilà pourquoi ils peuvent utiliser tous deux la masturbation comme image de la création. – Si, au niveau de la procréation, la masturbation se révèle une méthode infertile, il n’en est pas de même au niveau de la création. On se souvient de la belle phrase de Marcel Muller à propos de Proust, auteur homosexuel : « je suis incapable de procréer ? Qu’à cela ne tienne, je vais créer37. » Tirant le « fil de la vierge » de son propre corps, Marcel suit l’exemple d’Ovide et de Flaubert qui, tous les deux, se sont inscrits dans la lignée de la « virgo » Arachné, la tisseuse de toiles voluptueuses, pour disputer aux dieux littéraires qui veulent instruire la palme dans l’art de tisser les mots en texte.

Haut de page

Notes

1  Margaret Lowe, « Emma Bovary, a modern Arachne », French Studies, 26, 1972, p. 30-41. Voir aussi à ce sujet Edi Zollinger, « Flaubert, Hugo, Ovide : la vengeance d’Arachné » dans Barbara Vinken et Peter Fröhlicher, Le Flaubert réel, Niemeyer, Tübingen, 2009, p. 47-57.

2  Marcel Proust, A la recherche du temps perdu I-IV, édition publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1987-1989, volume 1, p. 12.

3 Ibid., p. 156.

4 Ibid., p. 646-647.

5  Publius Ovidius Naso, 1988. Metamorphosen, in deutsche Hexameter übertragen und herausgegeben von Erich Rösch. Mit einer Einführung von Niklas Holzberg, « Sammlung Tusculum », Artemis, München, 1988, p. 196-204.

6  Op. cit., p. 646-647.

7  Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve précédé de Pastiches et mélanges et suivi de Essais et articles, édition établie par Pierre Clarac et Yves Sandre, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1971.

8  Charles Augustin Sainte-Beuve, Volupté I-II, texte présenté et annoté par Maurice Regard. Illustrations de Marianne Clouzot, Lettres Françaises, Paris, 1984.

9  Ibid., volume 1, p. 89.

10 Ibid., p. 95-96.

11 Ibid., p. 99.

12 Ibid., p. 100.

13  Ibid., p. 100.

14  Ibid., p. 101.

15  Ibid., p. 325, note 1 de la page 101.

16  Marcel Proust, Correspondance de Marcel Proust, texte établi, présenté et annoté par Philip Kolb, Plon, Paris, 1970-1993, volume 8, p. 112-113.

17  Marcel Proust, Le Carnet de 1908. Établi et présenté par Philip Kolb, « Cahiers Marcel Proust », Gallimard, Paris, 1976, p. 71.

18  Op. cit., p. 211.

19  Mireille Naturel, « Le rôle de Flaubert dans la genèse du texte proustien », Bulletin Marcel Proust, 1993, p. 73-74.

20  Gustave Flaubert, Œuvres de jeunesse, édition présentée, établie et annotée par Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 2001, p. 492.

21  Ibid., p. 492.

22  Marie Josephine Diamond, Flaubert, the Problem of Aesthetic Discontinuity, National University Publications, London, 1975, p. 34 et op. cit., p. 1383, note 3 du chapitre XIII.

23   Op. cit., p. 479-480.

24  Alfred de Vigny, « Le Cor », Œuvres complètes I: Poésie – Théâtre, texte présenté, établi et annoté par François Germain et Anfré Jarry, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1986, p. 84. Le dernier vers du poème fait écho à son premier vers « J’aime le son du Cor, le soir, au fond des bois » (Ibid., p. 81).

25  Gustave Flaubert, Correspondance I-V, édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1973-2007, volume 5, p. 686.

26  Victor Hugo, Théâtre complet I, préface par Roland Purnal. Édition établie et annotée par J.-J. Thierry et Josette Mélèze. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1963, p. 1301-1302.

27  Philippe Lejeune, « Écriture et sexualité », Europe, février-mars, 1971, p. 113-143.

28 Ibid., p. 139.

29 Op. cit., volume 2, p. 459.

30  Op. cit., volume 2, p. 709.

31  Op. cit., volume 2, p. 842.

32  Sylvie Ballestra-Puech, Métamorphoses d’Arachné. L’artiste en araignée dans la littérature occidentale, Droz, Genève, 2006, p. 19-68.

33  Jean-Pierre Néraudau, « Les Tapisseries de Minerve et d’Arachné (Ovide, Métamorphoses, VI, 70-128) », Information Littéraire, 35, 1983, p. 83-89.

34  Gilles Sauron, « Discours symbolique et formes décoratives à Rome à l’époque augustéenne : problèmes de méthode », Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 94, 1982, p. 699-713.

35  Op. cit., p. 204.

36  Publius Ovidius Naso, Briefe aus der Verbannung. Tristia – Epistulae ex Ponto, Lateinisch und deutsch. Übertragen von Wilhelm Willige. Eingeleitet und erläutert von Niklas Holzberg, Artemis & Winkler, Düsseldorf, 2001, p. 168.

37  Marcel Muller, « Création et procréation ou allégorie et jalousie dans la Recherche », Marcel Proust 2. Nouvelles directions de la recherche proustienne 1, textes réunis et présentés par Bernard Brun. Rencontres de Cerisy-la-Salle, Lettres modernes, Paris, 2000, p. 262.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/1230/img-1.png
Fichier image/png, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Edi Zollinger, « Ovide, Flaubert, Proust : la remise du fuseau d'Arachné », Flaubert [En ligne], 4 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1230

Haut de page

Auteur

Edi Zollinger

Université de Munich

Haut de page