Navigation – Plan du site

Compte rendu de : Savoirs en récits I. Flaubert : la politique, l’art, l’histoire. Textes réunis par Anne Herschberg Pierrot, Presses Universitaires de Vincennes, coll. « Manuscrits Modernes », 2010, 180 p.

Jeanne Bem

Texte intégral

1Dans ce premier volume de Savoirs en récits qui réunit sept contributions (comme dans le second qui en réunit huit), il ne s’agit pas d’étudier des corpus de manuscrits, mais d’interroger les modalités selon lesquelles les savoirs s’inscrivent dans les œuvres littéraires. L’œuvre qui est l’objet d’étude unique du volume i, ce sont les écrits de Flaubert. Ils sont en effet un terrain d’exploration exemplaire : la documentation, l’érudition et la prise de notes, on le sait bien, ont été mobilisées par Flaubert romancier pour la construction de ses mondes imaginaires. Comme l’écrivent Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs dans leur Avant-propos, « le travail de Flaubert entretient, dans la deuxième moitié du xixe siècle, obstinément, d’une manière de plus en plus complexe, profonde, une sorte de lutte subtile, harassante, avec les savoirs, les mythes et les croyances ».

2Il apparaîtra que dans les deux volumes certaines contributions ne portent qu’une attention rapide au « travail », pour s’attacher plutôt à préciser comment l’écrivain prend position dans le champ politique, ou religieux, ou historiographique, ou scientifique, ou même dans le marché de l’art... À cette occasion, on peut se demander si nous n’assistons pas, au tournant du xxe et du xxie siècle, à un glissement de tendance dans la critique littéraire. À partir des années 1960, longtemps s’est imposée l’étude de l’œuvre conçue comme immanente. De plus en plus, il semblerait que la critique se tourne vers des faits extérieurs à l’oeuvre, des sources, des documents, des éléments factuels avérés et vérifiables. Il est significatif que les contributeurs de ces volumes viennent d’horizons diversifiés et ne sont pas tous des « littéraires » au sens strict du mot. Certains se sont tournés vers l’histoire, ou encore l’histoire culturelle. Une chercheuse vient du musée d’Orsay où elle a été commissaire d’expositions. Assisterions-nous à l’émergence d’un nouveau positivisme ? Ou bien la nouvelle recherche prendrait-elle au mot l’injonction du néolibéralisme, à savoir que les études littéraires ne se justifient que si la littérature « documente » un état de la société ?

3Dans « Flaubert, “libéral enragé” ? », Françoise Mélonio, s’appuyant sur les lettres, les carnets de travail et certaines entrées du Dictionnaire des idées reçues, part à la recherche de la position politique de l’écrivain. Elle resitue Flaubert dans la tradition des libéraux, à commencer par le groupe de Coppet auquel il emprunte sa critique des souverainetés (roi ou peuple) se réclamant du droit divin. Elle reconnaît en lui un défenseur du libre-échange et un lecteur de Frédéric Bastiat. Cependant, sous le Second Empire, Flaubert n’adhère pas aux propositions des libéraux d’opposition. Le Candidat est une critique sarcastique de tous les libéralismes. Quand le romancier plaide dans une lettre à George Sand du 30 avril 1871 pour un « gouvernement de mandarins », Françoise Mélonio y voit l’expression d’un libéralisme inégalitaire, seule réponse à la tyrannie du suffrage universel. Des aperçus littéraires s’esquissent à la fin de l’article. Dans L’Éducation sentimentale, dans l’épisode du club de l’intelligence, le romancier crée un effet d’indifférentiation. Rapprochant la fameuse formule de Flaubert sur le romancier qui est invisible dans son œuvre comme Dieu dans l’univers, de la non moins fameuse formule empruntée à Adam Smith sur la « main invisible » des marchés, Françoise Mélonio identifie une commune posture de surplomb. Comme la « main invisible », le romancier invisible voit des choses cachées aux protagonistes. Dans le désordre qui nivelle tout, il introduit du moins un ordre esthétique.

4Les contributions de Nicolas Bourguinat (« Quelques réflexions d’historien sur Salammbô ») et de Gisèle Séginger (« Écrire l’histoire antique. Le défi esthétique de Salammbô ») s’appliquent au même roman, par des voies différentes mais pour aboutir à des résultats voisins. Nicolas Bourguinat insère Flaubert dans les débats historiographiques de son temps de façon très documentée. Concernant « l’histoire-passé », le critique balaie une idée reçue : dans les années 1850-60, la familiarité des élites avec l’Antiquité et les langues anciennes était déjà « en fin de course ». Cela permet à Flaubert de choisir un sujet en décalage, hors de toute perspective humaniste. Concernant « l’histoire-discipline », on trouve en particulier des rapprochements avec Arcisse de Caumont et Fustel de Coulanges, un antiquaire et un historien qui avaient une vision « inclusive » des détails de civilisation. Car « tout concourt à l’histoire » (George Sand). Augustin Thierry et Renan légitimaient l’intuition, la méthode inductive. Nicolas Bourguinat fait une analyse de l’incipit de Salammbô, qu’il rapproche de l’excipit, pour montrer comment le temps historique bascule vers le temps légendaire. Les balises historiques sont rares dans le roman, seul le jeune Hannibal est « une petite fenêtre » sur l’Histoire. Les événements se déclenchent et se déroulent en dehors de la causalité. Le critique confirme les parallèles souvent établis dès le xixe siècle entre la société carthaginoise et la société capitaliste, qu’il élargit au tournant impérial de l’Europe, à l’entreprise coloniale. Flaubert reprenait un thème romantique, le mythe des Barbares, mais n’a pas choisi entre décadence et régénération.

5Le filtre par lequel Gisèle Séginger relit Salammbô, ce sont les réflexions de Jules dans les dernières pages de L’Éducation sentimentale de 1845. Dans ce texte qui remonte à la dernière phase des œuvres de jeunesse, elle repère chez Flaubert un nouveau « régime d’historicité » (François Hartog). Le héros, Jules, comprend qu’il ne faut pas poser la question de la vérité mais celle des différences et des transformations. Gisèle Séginger rejoint Nicolas Bourguinat sur plusieurs points : l’absence de repères temporels dans Salammbô ; le refus de la causalité ; à l’opposé d’une approche exclusivement archéologique, le choix que fait Flaubert d’une « validation interne au texte », fondée sur des détails de civilisation inventés, ce qu’elle appelle « l’effet de monde ». Parmi les influences, elle insiste sur Georges Pouchet et son livre De la pluralité des races humaines (1858). S’il est vrai que le roman se termine sur un violent rite unificateur, elle aussi pense que Flaubert n’en fait pas pour autant un rite refondateur de la civilisation.

6Nicole Savy et Pierre-Marc de Biasi s’intéressent aux rapports de Flaubert avec l’art, en privilégiant la collection, le musée, la gestion marchande de l’art. Dans son article « Flaubert et la tentation de l’art dans L’Éducation sentimentale », Nicole Savy, à la suite de Bourdieu, applique sa compétence d’historienne de l’art à une relecture du roman de 1869, un texte dont elle fait surgir une véritable « sociologie de l’art ». Elle met l’accent sur un décalage chronologique. Car le vrai champ artistique de référence de ce roman, ce ne sont pas les années 1840, mais les années 1860. Réagissant vivement aux mutations qu’il observe (en particulier, à la possibilité de reproduire mécaniquement les œuvres), Flaubert opère une sorte de compression entre le moment de 1848, pivot de son roman, et la nouvelle modernité des années 1860. Nicole Savy termine par une analyse des collections d’objets hétéroclites qui ponctuent L’Éducation sentimentale et qu’elle appelle des « désastres descriptifs et narratifs ». Elle les met en contraste avec certaines réussites esthétiques de l’écrivain (par exemple ses descriptions de lieux, de paysages : en somme, tout le visuel du roman) qui font de lui un peintre à sa manière.

7Avec « Le musée imaginaire de Gustave Flaubert », Pierre-Marc de Biasi ajoute un chapitre à son livre Gustave Flaubert : Une manière spéciale de vivre. Il nous apprend que « collectionner » et « collectionneur » sont des mots qui n’apparaissent que dans les années 1840. On repère dès les années 1830 un antagonisme entre collections privées et collections publiques. Victor Hugo avait été un des premiers à s’engager pour la défense du patrimoine, en même temps qu’il entreprenait de protéger ses propres manuscrits. Et Flaubert, considérait-il ses manuscrits avec l’œil du collectionneur ? En tout cas, il n’a pas constitué de collection d’œuvres d’art. Refusant la logique marchande, il s’est contenté d’être l’usager satisfait des collections publiques. Pierre-Marc de Biasi a une formule : ce sont les musées qui contiennent la collection personnelle de Flaubert. Quant aux Carnets, on pourrait dire qu’ils en sont en quelque sorte les catalogues ?

8Dans son étude « Flaubert et l’histoire littéraire », Marie-Éve Thérenty commence par présenter un petit panorama de l’histoire littéraire en France de 1830 à 1880, en insistant sur le rôle de la Revue des Deux Mondes et sur les grands arbitres, Nisard, Sainte-Beuve. La modernité de la nouvelle histoire littéraire consiste à poser d’autres critères que la rhétorique. Comment Flaubert se situe-t-il par rapport à ce discours institutionnel lourdement normatif ? On sait qu’il s’insurge régulièrement. Il est contre la biographie de l’auteur, contre l’étude du milieu où l’auteur se serait formé. « Quand sera-t-on artiste, rien qu’artiste, mais bien artiste ? » C’est dans cette lettre à George Sand du 2 février 1869 qu’on trouve la célèbre formule sur « la poétique insciente ». Flaubert a sa propre conception de l’histoire littéraire. À partir de certains textes (Bouvard et Pécuchet) mais surtout à partir des énoncés tirés des lettres, Marie-Éve Thérenty dégage chez Faubert un « imaginaire historique de la littérature » marqué par le détournement historiographique et même l’anachronisme.

9Je termine cette revue du volume I par une contribution fortement informative mais qui a néanmoins une dimension littéraire, « Lectures du merveilleux médiéval : Gustave Flaubert et Alfred Maury », de Florence Vatan. C’est une approche « clinique » de La Légende de saint Julien l’Hospitalier. Maury et Flaubert, qui se connaissaient depuis 1840, partageaient un même regard médical. Florence Vatan s’appuie sur l’ouvrage le plus connu de Maury, Le Sommeil et les rêves (1861), que Flaubert connaissait, pour montrer la « cohérence clinique » de la légende. Elle rattache le personnage de Julien aux trois figures pathologiques élaborées par le discours aliéniste du temps : l’idiot, le maniaque et le somnambule. Mais elle fait observer que Flaubert retourne au profit du merveilleux les thèses rationalistes de son ami Maury.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Bem, « Compte rendu de : Savoirs en récits I. Flaubert : la politique, l’art, l’histoire. Textes réunis par Anne Herschberg Pierrot, Presses Universitaires de Vincennes, coll. « Manuscrits Modernes », 2010, 180 p. », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 13 décembre 2010, consulté le 26 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1266

Haut de page