Navigation – Plan du site

Compte rendu de : Norioki Sugaya, Flaubert épistémologue. Autour du dossier médical de Bouvard et Pécuchet. Amsterdam – New York, Rodopi, « Faux Titre » 346, 2010, 276 p.

Éric Le Calvez

Texte intégral

1Partant de la constatation que le documentaire flaubertien n’est pas seulement informatif, car « ce qui se joue dans les notes de lecture de Flaubert, c’est […] un véritable mode de pensée critique » (16), Norioki Sugaya se donne dans son ouvrage la tâche ambitieuse d’étudier les documents concernant le « dossier médical » de Bouvard et Pécuchet, avec « de nombreuses transcriptions diplomatiques des notes de lecture de Flaubert » (16). On ne reprochera que la situation isolée et artificielle de ces transcriptions – au demeurant fort fidèles et bien réalisées – qui ne sont jamais articulées, par exemple grâce à des renvois, avec le commentaire des folios au cours des différents chapitres.

2Quoi qu’il en soit, le choix des discours médicaux est tout à fait légitime : la médecine constitue en effet un moment important de l’abominable chapitre sur les sciences, qui avait posé tant de problèmes de rédaction à son auteur, et d’ailleurs « c’est par la médecine que le romancier commence ses travaux de recherche » (19) alors qu’elle ne devait apparaître qu’au troisième chapitre du roman. De plus, l’auteur le rappelle dans son premier chapitre (« Flaubert et la médecine », 19-44), Flaubert a lu et annoté des traités de médecine pour écrire de nombreux textes, depuis l’ouvrage sur le pied bot pour Madame Bovary (20-21) jusqu’aux notes sur la pneumonie prises pour Un cœur simple (22). « La documentation médicale a accompagné l’écriture romanesque de Flaubert tout au long de sa vie » (id.) et dès son enfance, le « voisinage avec le monde de la médecine a été d’une importance déterminante pour la création littéraire de Flaubert » (id.) ; ce dernier revient du reste plusieurs fois dans ses lettres sur cette « fascination que le savoir médical exerçait sur lui » (id.). Mais, comme le souligne Norioki Sugaya, la pratique documentaire n’était pas spécifique à Flaubert ; elle était très répandue chez certains romanciers contemporains (voir la documentation de Zola pour l’alcoolisme dans L’Assommoir par exemple). Cependant dans Bouvard et Pécuchet le documentaire atteint un statut tout à fait particulier et inégalé jusque là, même chez Flaubert. C’est aussi une préoccupation de l’époque que de s’intéresser à la dimension philosophique de la médecine et non seulement à son aspect technique : « la littérature et la médecine se rencontraient dans des interrogations communes comme celles-ci : qu’est-ce que la vie ? Qu’est-ce que la mort ? Quels sont les rapports du physique et du moral ? » (25).

3La seconde partie du chapitre présente les lectures médicales en décrivant le corpus du dossier. Il se trouve dans le volume g2267 de la Bibliothèque municipale de Rouen et est assez imposant puisqu’il comprend 136 folios, c’est-à-dire 233 pages, du folio 24 au folio 158 (en exceptant quatre folios intermédiaires et extérieurs au corpus). On peut y voir le sérieux de la documentation flaubertienne mais aussi son caractère démesuré : on relève soixante-neuf ouvrages médicaux très variés (clinique, pathologie, hygiène, physiologie, etc.), avec une préférence pour la « médecine clinique de la première moitié du XIXe siècle » (32, ce qui correspond à peu près à la chronologie du roman) mais Flaubert en a lu plus encore car « l’anatomie manque dans ce dossier » (29). La fin du chapitre liste tous les ouvrages correspondant aux folios contenus dans le dossier médical (34-44) et représente une référence très utile.

4Dans son second chapitre, « La portée critique du roman encyclopédique » (45-58), Norioki Sugaya démontre que la méthode de lecture de Flaubert n’est pas objective mais apparaît plutôt informée au préalable et donc « piégeante » : il ne recherche pas du tout la vérité du savoir mais « laisse de côté la finalité propre des discours médicaux qui sont essentiellement liés à la quête de la vérité. Ou plus précisément, c’est ce rejet de la finalité heuristique qui lui permet de mettre en évidence le comique des idées médicales, rendu perceptible par la manipulation iconoclaste des savoirs » (46). Ce qui intéresse Flaubert, ce sont donc les bêtises médicales qu’il détecte dans ce qu’il lit : « Flaubert ne fait qu’activer le comique qui est déjà pleinement inscrit dans les énoncés médicaux quoique dissimulé jusque-là sous l’aspect grave et imposant de la Science » (47). Soulignant les insuffisances du savoir médical mais aussi, plus généralement, de tous les savoirs selon le dispositif épistémologique étendu à l’ensemble du roman, Flaubert procède « à une véritable déconstruction de la pensée scientifique » (51). Il faut dire à cet égard que certaines citations sont probantes, comme pour les superstitions, préjugés et expériences ridicules, par exemple (53) : « Une fille sans anus & sans vagin, rendait ses excréments par la bouche » (fº 107) ; « Du Verney passait de longues heures couché à terre pour observer les mœurs des limaçons » (fº 58).

5Mais ce que préfère surtout Flaubert, c’est la contradiction (Sugaya souligne que la médecine semble être pour Flaubert « l’espace des contradictions par excellence » : en effet, dans la rubrique « Contradictions de la Science », qui devait faire partie du fameux second volume, on ne rencontre que des citations médicales ; voir pages 54-55). Ces contradictions, qui peuvent être multiples, prennent deux formes principales selon Norioki Sugaya. Il y a tout d’abord les contradictions qu’il qualifie d’externes : ce sont les « idées ou théories qui se contredisent les unes les autres » sous forme de divergences d’opinions (55) et ensuite, de façon symétrique, les contradictions qualifiées d’internes : dans ce cas il ne s’agit plus de parallélismes contradictoires mais « de conditions contradictoires inhérentes au savoir » (56) et qui seront transposées dans le roman par des difficultés que rencontrent les deux bonshommes, notamment en ce qui concerne les traitements : ils « lisaient les ordonnances de leurs médecins, et étaient fort surpris que les calmants soient parfois des excitants, les vomitifs des purgatifs, qu’un même remède convienne à des affections diverses, et qu’une maladie s’en aille sous des traitements opposés » (BP 120). Le chapitre cinq reviendra de manière plus détaillée sur ces « Contradictions de la médecine » (117-143), en s’attardant particulièrement sur leur « mise en fiction », dont Sugaya montre bien comment elle procède, avec une utilisation stratégique des personnages principaux ainsi que du personnage secondaire attribué à ce chapitre (Vaucorbeil, le médecin).

6En revenant sur les superstitions, les croyances populaires ou les pratiques ridicules inscrites dans les documents, le troisième chapitre détaille le « Comique de la médecine » (59-89) qui passe par sa bêtise. Flaubert est émerveillé et attiré (en même temps que repoussé) par les erreurs ou superstitions extravagantes (c’est toute la dialectique de ses rapports avec la Bêtise qui se trouve à l’origine de Bouvard et Pécuchet et en traversera la diégèse), comme pour telle citation : « L’usage de l’huile donne des hernies. Elles sont plus communes en Provence qu’ailleurs », fº 54 (64).

7Liés à ce que la bêtise qualifie de bouffon, de laid (etc.) sont les monstres, relevant de « la fascination flaubertienne pour l’absurde, la farce et le grotesque triste » (69). En effet toutes sortes de monstres abondent dans le récit du roman, ce n’est donc pas un hasard si « le dossier médical de Bouvard montre aussi un vrai foisonnement de monstres » (70) ; ils vont permettre de remettre en cause la notion de normalité. Voici quelques-uns des exemples retenus par Flaubert (id.) : « un charpentier qui avait un double nez » (fº 93 vº), un « homme à la tête de veau, paysan de Saintonge » (fº 64), ou encore un enfant de Bâle « dont le nez était tellement fendu & écarté qu’on pouvait apercevoir le cerveau » (fº 93 vº) !

8Enfin, les « causes finales » sont bêtes car toujours teintées d’un anthropocentrisme qui « met la nature au service de l’homme bourgeois » (76 ; le chapitre est conclu par neuf folios transcrits intégralement, un partiellement).

9Le chapitre quatre, « Flaubert contre la médecine expérimentale » (91-115) nous révèle certains aspects monstrueux de la médecine expérimentale qui intéressent Flaubert (notamment la vivisection) ; « l’exposition comique des idées a ici une valeur hautement critique d’autant plus efficace qu’elle porte sur le point faible de la médecine scientifique » (97). Il y a de nombreuses citations de Claude Bernard (les six folios consacrés à ses Leçons de pathologie expérimentale sont transcrits en fin de chapitre) et il semble que Flaubert n’en ait pas compris la portée épistémologique (comme de toute la médecine expérimentale, d’ailleurs). Il annote ainsi des expériences grotesques voire cruelles (« une grenouille peut survivre plusieurs heures à l’arrachement complet du cœur », fº 74, C. Bernard (98)), qui auront leur répondant dans l’épisode du chien errant, sur lequel les deux bonshommes tentent de pratiquer une expérience particulièrement atroce, « l’aimantation de l’acier par le contact de la moelle épinière » ; d’ailleurs, toutes leurs expériences physiologiques échoueront. On peut conclure de cette prise de notes qu’il y a une nette « vision négative de l’expérimentation médicale dans l’imaginaire du romancier » (108).

10Dans le sixième chapitre (le cinquième traite des différentes catégories de contradictions, comme on l’a déjà indiqué), « Exposition critique d’un paradigme médical » (145-180), Norioki Sugaya examine l’opposition entre vitalisme et organicisme, fréquente à l’époque, qui représente « un véritable paradigme de la pensée médicale » (147) et Flaubert s’est longuement documenté sur ce sujet (onze transcriptions viennent illustrer le chapitre à la fin). Le paradigme sera mis en fiction par l’intermédiaire de l’épisode de la fièvre typhoïde de Gouy (et là encore Flaubert a eu recours à plusieurs sources qui témoignent d’un profond désaccord sur la question) car « pour l’auteur de Bouvard et Pécuchet, c’est bien entendu cette divergence d’opinions qui accorde à la typhoïde un double intérêt romanesque et épistémologique » (155). Pour exposer cette aporie du savoir, Flaubert utilise une nouvelle fois ses personnages d’une manière stratégique : Pécuchet sera vitaliste et Vaucorbeil organiciste. « Ainsi, ce ne sont pas simplement les deux personnages romanesques, mais aussi et surtout les deux systèmes opposés qui se livrent un combat au chevet du malade Gouy, dont la vie même est en quelque sorte suspendue à l’issue de cette bataille doctrinale des plus cocasses » (161). Comme le souligne justement Sugaya, l’épisode n’aura aucune conclusion, offrant la possibilité de plusieurs lectures contradictoires relatives à la guérison de Gouy, profondément ambiguë. « C’est l’indécidabilité flaubertienne qui se joue dans ce passage problématique et qui permet à l’auteur de ne pas trancher la question dans cette scène de débat médical hautement comique » (170).

11Le septième chapitre (« Corps et mots : l’hygiène comme champ de contradictions », 181-213) traite le cas particulier de l’hygiène, car il s’agit d’un problème très important au XIXe siècle à cause de l’insuffisance de la thérapeutique. Pour ce faire, Norioki Sugaya suit le texte du roman (BP 124-126) en le comparant avec ses sources médicales. L’ironie vise ici un « hygiénisme exagéré » (192) ; par exemple, pour la nourriture et la boisson, aucun produit comestible n’est épargné par les documents que Flaubert annote, d’où l’embarras bien compréhensible de Bouvard et Pécuchet ! La documentation est si importante pour ce passage que même la diatribe finale contre l’hygiène en provient, alors que l’on pourrait la supposer imaginaire : « C’est la marque d’un esprit petit & étroit de s’occuper sans cesse de sa santé » (fº 95, Réveillé-Parise), mais « Flaubert, en négligeant complètement ce contexte originel, prend la citation à son compte pour la faire jouer contre le mouvement d’hygiénisme forcené » (200 ; notons que pour ce chapitre treize folios sont transcrits à la fin).

12Le huitième et dernier chapitre, lui-même suivi de neuf transcriptions, traite de « Style et idéologie », ce qui est en effet un aspect à ne pas négliger pour tout projet flaubertien, même dans le cas de la pratique documentaire. Après voir examiné « le savoir médical sur la femme » tel qu’il se manifeste dans les documents, Norioki Sugaya revient de manière plus précise sur le style médical. Comme on l’a vu tout au long de l’ouvrage, il est évident que Flaubert n’est pas seulement à la recherche d’informations ; « en prenant des notes sur les auteurs médicaux, Flaubert s’intéressait spécialement à leur style, lequel constitue une des catégories du “comique d’idées” dans le dossier médical » (224). Le style médical aurait dû, par ailleurs, apparaître comme l’une des sections du second volume, les scénarios en témoignent. Le langage médical est loin d’être objectif et souvent l’abus de rhétorique le rend « risible ». Ainsi, Flaubert fait ce commentaire, « jolie périphrase pour dire Mouchoir de poche » à côté de cette citation (228) : « Une pièce d’étoffe, qui fait en quelque sorte partie du vêtement, est destinée à recueillir les produits de l’excrétion nasale » (fº 128 vº) ou cet autre commentaire ironique, « Sens spirituel des [fesses] », qu’il appose à cet extrait (233) : « Les fesses sont comme un coussin étendu sous lui, afin que, pouvant sans peine garder cette attitude, il abandonne plus complètement son âme à la contemplation de Dieu » (fº 111 vº) ; comme on peut le voir ici, « le comique du style médical découle assez fréquemment de ce qu’il révèle la position idéologique de l’énonciateur » (241).

13Après une conclusion sur une « éthique de l’écriture » (251-258) se trouvent un « index des transcriptions » (259-260) et une abondante bibliographie (261-273).

14Même si la méthode documentaire mise à jour dans cet ouvrage se retrouve pour d’autres textes de Flaubert, l’étude en montre parfaitement le caractère spécifique à ce roman, c’est-à-dire comment Flaubert, à partir d’une lecture orientée des documents médicaux, et une prise de notes décontextualisées, fera ensuite une utilisation stratégique de ses citations, opérant « une véritable déconstruction de la pensée scientifique, décelant partout ses faiblesses et ses insuffisances » (251). On pourrait sans doute en dire autant des autres domaines de savoir que parcourent les deux bonshommes, et généraliser à l’ensemble de la technique documentaire de Bouvard et Pécuchet les remarques présentes dans ce bel ouvrage.

15Comme l’indique enfin l’auteur son étude n’examine, par la force des choses (car le corpus est déjà volumineux), que « la première étape de ce processus transformateur que d’autres opérations rédactionnelles viennent ensuite relayer pour conférer à l’œuvre se faisant une sorte de transcendance littéraire » (255) ; il y a ainsi tout lieu d’espérer que les futurs travaux de Norioki Sugaya s’attarderont sur ces étapes ultérieures en analysant l’écriture et la réécriture des discours médicaux, voire d’autres discours scientifiques, cette fois dans les brouillons du roman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Le Calvez, « Compte rendu de : Norioki Sugaya, Flaubert épistémologue. Autour du dossier médical de Bouvard et Pécuchet. Amsterdam – New York, Rodopi, « Faux Titre » 346, 2010, 276 p. », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 13 décembre 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1269

Haut de page