Navigation – Plan du site

Compte rendu de : Philippe Dufour, Le Roman est un songe, Seuil, Paris, 2010, 450 p.

Chantal Wionet

Texte intégral

1Philippe Dufour semble vraiment préoccupé par les relations qui unissent le roman et la pensée. Alors que son précédent ouvrage avait pour titre La pensée romanesque du langage, où il était essentiellement question du rapport aux langues françaises des auteurs du 19e siècle, à la polyphonie, à l’autre, Le roman est un songe semble reprendre différemment les termes mêmes du titre précédent. Il est en effet question de langage, de roman et de pensée : où comment le roman (ici essentiellement au 19e siècle) « donne à voir » la pensée, à travers ce que l’auteur appelle des « idées esthétiques », c’est-à-dire le langage du roman. « Intuition sans concept », l’idée esthétique est une notion que le lecteur met un peu de temps à comprendre, mais qui s’éclaire progressivement, au fil des trois parties – « le cadre de la pensée » ; « le personnage-idée » ; les rythmes de la pensée romanesque » - et des onze chapitres, sans compter le prologue qui situe théoriquement le propos. Le point de départ s’annonce l’air de rien, mais au fil des pages c’est bien une nouvelle histoire de la littérature, qui, si elle utilise par commodité parfois des catégories connues comme « roman réaliste », « roman historique », etc. parvient à repenser les cadres que l’on a coutume d’ânonner. Comme l’auteur sait ménager ses effets, il faut attendre la page 289 pour que l’intrigue nous soit dévoilée : « Contre l’histoire littéraire qui fait se succéder auteurs et écoles, rêvons d’une histoire des écritures, à l’écoute des échos entre idées esthétiques », et ce faisant, toujours l’air de rien, c’est une nouvelle pensée du style qui s’invente sous nos yeux. L’auteur procède par hypotyposes successives, démonstrations brillantes qui empruntent le plus souvent la voie du style. Balzac, Hugo, Zola, Flaubert, puis Céline sont les premiers jalons de cette nouvelle histoire.

2La méthode est régulière et convaincante : les contrepoints philosophiques font émerger la singularité du roman, les études de style, sa supériorité définitive à dire les phénomènes, les moments, le sens, parce que rien ne peut venir troubler l’intelligence du texte. On peut citer ici deux épisodes remarquables de cette nouvelle histoire, la « phénoménologie des perceptions obscures » (p. 231 et suivantes au sujet de Madame Bovary) et la « sociopathologie de la parole quotidienne » dont le point part de Céline et de la langue de Bardamu. Deux épisodes qui montrent aussi comment l’auteur peut utiliser tout le spectre des études stylistiques : alors que les passages d’Emma sont étudiés à l’aide d’ustensiles de toutes les cuisines - « on vide et anonyme », imparfait dont la « mollesse […] indique un sujet immergé dans la sensation » -, mais qui disent de façon sidérante l’harmonie du fond et de la forme, la phrase de Bardamu se lit à partir de la psychanalyse du quotidien pour dire comment l’excès de réel anéantit la parole et « immobilise les mots » :

3« Avec Bardamu s’invente une psychanalyse sociale : il écoute l’individu non comme un simple psychisme ou le produit d’un roman familial ; il le saisit dans son environnement socioculturel. Céline a d’ailleurs revendiqué cette nécessité de médecins qui fussent sociologues en même temps, pour saisir « d’un coup d’œil clinique et social […] le cas médical de l’homme dans son milieu d’action ». Le propos a presque des accents zoliens. Il marque en tout cas une différence avec Freud. Tel est le pouvoir d’innovation du roman : on le vérifie une fois encore, il ne se contente jamais de transposer simplement un savoir acquis (mettant en au jour des interrogations nouvelles, il ne peut se satisfaire de concepts établis). Il rêve dans ses marges et le prolonge. L’idée esthétique remanie les idées de l’entendement. » [Philippe Dufour, 2010 : 269]   

4Il y a encore comme en passant une deuxième proposition qui pourrait bien être terrible pour les penseurs de profession. Alors que l’on se doutait un peu de la précellence de la littérature sur la philosophie (qui de Bergson ou de Virginia Woolf  nous fait sentir et nous amène à penser ?), voilà que le songe précède, prolonge, remanie : « l’idée esthétique ne cadre pas avec les idées reçues. » [p. 53] tout l’ouvrage, écrit dans un style athlétique et astringent, parvient à nous en convaincre. Le plaisir de la lecture se lie à l’intérêt théorique de l’ouvrage : alors que le style est souvent perçu comme la représentation d’autre chose, expression stylisée d’une volonté ou d’un savoir, on voit ici que la langue « pense » ou plutôt « songe » comme le dit le titre, à travers certaines formes ténues et persistantes. Où il est démontré que l’histoire de la pensée ne peut plus faire l’économie de la langue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Wionet, « Compte rendu de : Philippe Dufour, Le Roman est un songe, Seuil, Paris, 2010, 450 p. », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 26 janvier 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1297

Haut de page

Auteur

Chantal Wionet

Université d’Avignon

Articles du même auteur

Haut de page