Navigation – Plan du site

Compte rendu de : Sabine Narr, Die Legende als Kunstform. Victor Hugo, Gustave Flaubert, Émile Zola, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2010, 432 p., 12 p. d’illustrations.

Jeanne Bem

Texte intégral

1Sabine Narr est une jeune chercheuse allemande qui publie sous le titre La Légende comme forme d’art l’excellente thèse de doctorat qu’elle a soutenue en 2009 à l’Université de la Sarre. C’est un travail sérieux et brillant qui cherche à élucider, sur l’exemple de trois grands auteurs, Hugo, Flaubert et Zola, le remarquable retour de la légende médiévale dans la sphère littéraire française au xixe siècle. Dans son approche, qui est explicitée dans une solide introduction, Mme Narr fait appel à la fois à l’histoire littéraire et à l’histoire de l’art, à l’étude stylistique et à la théorie littéraire. Elle articule l’étude formelle avec la théorie de la réception. Surtout, elle place son travail dans le cadre des études en « intermédialité », qui sont plus avancées en Allemagne (et en Amérique) qu’en France et qui apportent un point de vue prometteur. La légende en effet a trois dimensions qui la désignent comme « intermédiale» : la dimension orale (qui est son mode de transmission), la dimension écrite (puisque la légende, legenda, ce sont les choses écrites pour être lues), enfin la dimension visuelle (la légende est racontée en images). La légende rejoint ainsi une certaine modernité qui expliquerait son succès au xixe siècle.

2Divisé en trois parties, chacune dédiée à un auteur, le livre n’est pas pour autant la simple juxtaposition de trois monographies. Sabine Narr réussit à combiner sa problématique d’ensemble avec l’attention qu’elle porte, jusque dans le détail et à travers de fines explications de texte, à chacune des œuvres abordées, dont elle fait ressortir l’originalité. Et au fil des analyses, une circulation se fait aussi entre les auteurs — on sait que Flaubert s’est souvenu de Victor Hugo et Zola de ses deux prédécesseurs.

3La Ière partie privilégie deux textes de Hugo : Notre-Dame de Paris et au sein du Rhin « La Légende du beau Pécopin et de la belle Bauldour ». Pour composer cette dernière, Hugo — comme Flaubert le fera pour La Tentation de saint Antoine — introduit toute une bibliothèque dans sa légende. Comme Flaubert, il renvoie aux fictions déjà inventées et aux temps futurs, il transgresse les limites du genre.

4La IIe partie, consacrée à Flaubert, occupe plus du tiers du livre (p. 161-327). Si l’étude des Trois contes s’est imposée, Sabine Narr n’en a pas fait une simple compilation des nombreuses études critiques déjà accumulées. Elle conduit sa lecture personnelle au plus près des textes de Flaubert. À propos de La Légende de saint Julien l’Hospitalier, elle développe une réflexion très suggestive autour de ces supports du visuel que sont le vitrail et la fenêtre. En ce qui concerne Hérodias, elle explore l’interaction entre les sources iconiques et les sources écrites. Sa relecture d’Un cœur simple, axée sur les codes médiévaux de la Vita, s’enrichit de rapprochements, comme par exemple avec des tableaux de Courbet et de Manet. Chacun des trois textes participe, selon ses modalités propres, au travail de déconstruction ironique du genre « légende ». Dans le corpus flaubertien, un texte inattendu se présente, qui confirme de manière paradoxale le traitement subversif que le romancier réserve à ce genre : c’est Madame Bovary (p. 171-213).

5En effet, Sabine Narr a eu l’idée de relire Madame Bovary comme une « contre-légende », une Vita de sainte avec inversion des valeurs. Elle s’est appuyée sur des indices présents dans le texte, tels que l’imitatio ou encore la propension à la vision extatique. Les étapes de sa relecture décapante se retrouvent dans ses intertitres : Vierge et pécheresse ; Emma entre « vocation », « prédestination » et « fatalité » ; Crise et passion sous le signe de la religion et de l’amour ; Profanation d’un martyre ; Ascension imaginaire d’une pécheresse ; La légende comme discours réaliste et romantique ; L’ « effet posthume » d’une adultère.

6Dans la IIIe partie du livre, consacrée à Zola, Mme Narr se concentre sur un seul roman, Le Rêve, car ce roman, qui est ouvertement une Vita, s’insère parfaitement dans sa problématique. Zola a utilisé des hagiographies comme modèles narratifs. En faisant de sa jeune héroïne une lectrice de La Légende dorée, il a aussi inscrit à l’intérieur du roman la manière dont s’est faite au xixe siècle la réception de ce recueil. Le motif de la broderie renvoie à la texture, au tissage intertextuel et « intermédial ».

7Comme Sabine Narr l’expose dans sa Conclusion, s’il est vrai que le Romantisme a inclus le Moyen Âge dans les temps modernes, des artistes comme Flaubert et Zola, en retravaillant la forme-légende, l’ont libérée de ses rigidités originelles. Avec eux, la légende est devenue un texte-palimpseste. C’est donc le « texte » qui a été mis en avant et sacralisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Bem, « Compte rendu de : Sabine Narr, Die Legende als Kunstform. Victor Hugo, Gustave Flaubert, Émile Zola, Munich, Wilhelm Fink Verlag, 2010, 432 p., 12 p. d’illustrations. », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 09 mars 2011, consulté le 26 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1304

Haut de page