Navigation – Plan du site

La sexualité de M. Homais

Shoshana-Rose Marzel

Résumés

Pour de nombreux chercheurs, en faisant de Homais l'incarnation mythique du bourgeois dix-neuvièmiste, Flaubert réduit automatiquement l'activité sexuelle de son personnage : étant marié et père de famille, la sexualité de l'apothicaire sera pratiquement nulle, uniquement tournée vers la reproduction de l'espèce. Nous proposons ici une exégèse différente : non seulement Homais jouit d'une vie sexuelle épanouie (partagée par son épouse), mais de plus, elle est conforme en tout point à sa philosophie progressiste et voltairienne. A travers Homais, Flaubert expose, peut-être avec épouvante ou désespoir, la sexualité heureuse du Bourgeois, expression du triomphe de sa philosophie matérialiste, faisant face à l'effondrement du Romantisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Par exemple : Naomi Schor, « Pour une thématique restreinte, écriture, parole et différence dans M (...)
  • 2  Nous pensons, bien sûr, à Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello, Robert Nye, Thom (...)

1Homais a fait l'objet d'innombrables commentaires. Si de nombreux chercheurs insistent sur l'aspect verbal du personnage1, nous voulons ici analyser son physique. Dans le sillage de l'intérêt renouvelé pour le corps et les récentes études qu'il a suscité2, nous proposons une réflexion sur la corporalité du célèbre pharmacien, et plus précisément sur sa sexualité.

2Pour de nombreux chercheurs, en faisant de Homais l'incarnation mythique du bourgeois dix-neuvièmiste, Flaubert réduit automatiquement l'activité sexuelle de son personnage au comportement « caractéristique » de sa classe dans ce domaine. Dans cette perspective, Homais ne peut qu'exhiber l'unique modèle sexuel de la masculinité bourgeoise : marié et père de famille, fidèle de surcroît, la sexualité de l'apothicaire sera pratiquement nulle, uniquement tournée vers la reproduction de l'espèce.

  • 3  Sur la définition et le statut de l'avant-texte dans l'œuvre de Flaubert, voir Marion Schmid, Proc (...)

3Nous voulons proposer ici une exégèse différente : non seulement Homais jouit d'une vie sexuelle épanouie (partagée par son épouse), mais de plus, elle est conforme en tout point à sa philosophie progressiste et voltairienne. Elle reproduit également le comportement sexuel masculin d'une certaine bourgeoisie libérale et anticléricale du dix-neuvième siècle. L'étude des brouillons et des scénarios (l'avant-texte)3 appuiera cette interprétation, en attestant du projet original de Flaubert d'inclure une sexualité active dans le personnage de l'apothicaire.

Synthèse critique

4C'est en premier lieu une synthèse critique qui s'impose, puisque pour de nombreux chercheurs, l'asexualité du couple Homais est une évidence. Yvan Leclerc, par exemple, impute cette incapacité au caractère typiquement bourgeois de M. Homais, athée eunuque :

Époux, père de famille, amateur de gaudriole et de plaisanteries grivoises, Homais est cependant étranger à la sexualité ; son seul désir le porte vers la croix d’honneur, pas vers une femme (imagine-t-on Homais amoureux d’Emma ?). Il n’est doté d’aucune vie sexuelle, ni extraconjugale ni même conjugale, marié qu’il est avec une Madame Homais dont Léon, locataire du pharmacien, ne parvient pas à imaginer « qu’elle pût être une femme pour quelqu’un [y compris donc pour Homais], ni qu’elle possédât de son sexe autre chose que la robe ». Car la sexualité bourgeoise, utilitaire, hygiénique et procréatrice, est évidemment une négation du sexe. Le Bourgeois n’a pas plus de vie sexuelle qu’il n’a de sens du sacré, stérilisé par la finitude d’une raison qui ignore l’inquiétude des deux infinis, celui d’en haut et celui d’en bas4.

  • 5  Mary Orr, Flaubert, Writing the Masculine, Oxford University Press, 2000, p. 27, italiques dans l' (...)
  • 6  Ibid., p. 28.
  • 7  Michèle Breut, Le haut et le bas, essai sur le grotesque dans Madame Bovary de Gustave Flaubert, R (...)
  • 8  Lawrence Birken, « Madame Bovary and the Dissolution of Bourgeois Sexuality », in Journal of the H (...)

5Mary Orr adopte la position de Leclerc, et ajoute que le ménage Homais incarne à la perfection la vie de couple en fonction des préceptes du Code Napoléon. Conséquemment, continue-t-elle, « Chez Homais is the fictional ramification of the horrors of such an unemotionally constructed model. Fathering and mothering as affective bond are absent, as too is conjugality »5. Comme Leclerc encore, Mary Orr renforce son propos en rappelant, elle aussi, que Léon est incapable de voir en Mme Homais une femme désirable6. Michèle Breut, continue de même et précise que « [l]a maternité en elle devait tuer la femme »7. Enfin, Lawrence Birken englobe Lheureux dans l'incapacité sexuelle foncièrement bourgeoise de Homais : « Neither the druggist Homais nor the moneylender Lheureux, the two pillars of the local petite bourgeoisie, possess the slightest residue of sensuality. They are complacent men of commerce. »8

  • 9  Georges Dupeux, La société française 1789-1960, Armand Colin, 1964, p. 139-140.
  • 10  Roger Magraw France, 1815-1914: the Bourgeois Century, Oxford University Press US, 1986, p. 369-37 (...)
  • 11  Theodore Zeldin, France 1848-1945, Vol 1, 'Ambition And Love', Clarendon Press, Oxford, 1973, p. 2 (...)

6Pour ces critiques, la sexualité quasi inexistante de M. Homais correspond au modèle d'une vie bourgeoise rigoriste, évacuant le plaisir sexuel de son quotidien (au moins dans la conjugalité), « [c]ar », comme précisait Leclerc, « la sexualité bourgeoise, utilitaire, hygiénique et procréatrice, est évidemment une négation du sexe. » Ces critiques littéraires rejoignent une certaine lignée d'historiens tels Georges Dupeux9, Roger Magraw10, Theodore Zeldin11, pour qui conjugalité, sexualité heureuse et bourgeoisie constituent des antinomies au dix-neuvième siècle. Conséquemment, l'incapacité de Léon à déceler le moindre sex-appeal en Mme Homais vient confirmer leur premier postulat : « englué » dans sa platitude bourgeoise, le couple Homais ne peut jouir de relations intimes satisfaisantes.

7Nous voulons, cependant, nous démarquer de ces positions ; ainsi, le goût de Léon n'exprime que le sien, concerne peu Mme Homais, et surtout ne prouve pas que M. et Mme Homais n'entretiennent pas de relations intimes heureuses. Le message de Flaubert est beaucoup plus complexe.

Une sexualité triomphante

  • 12  « By the end Homais controls everything, even sexuality itself. […] Madame Homais has been bedazzl (...)

8Comme le signale Geoffrey Wall, le passage qui traite explicitement du bonheur conjugal et sexuel du couple Homais se situe en fin de roman, dans la description de l'ascension du pharmacien et de sa famille florissante, mise en parallèle avec le déclin de la famille Bovary, suite au décès d'Emma. Cet élément est donc à inclure dans la liste des succès homaisiens récemment acquis, symbolisant son inexorable réussite12 :

  • 13  Gustave Flaubert, Madame Bovary, Gallimard, « Collection de la Pléiade », 1951, p. 607. Toutes les (...)

Il [M. Homais] s’éprit d’enthousiasme pour les chaînes hydro-électriques Pulvermacher ; il en portait une lui-même ; et, le soir, quand il retirait son gilet de flanelle, madame Homais restait tout éblouie devant la spirale d’or sous laquelle il disparaissait, et sentait redoubler ses ardeurs pour cet homme plus garrotté qu’un Scythe et splendide comme un mage13.

  • 14  Voir l’entrée « Plumarcher / Pulvermacher » de l’index « Hommes de science et sociétés savantes » (...)
  • 15  Ferdinand Brunetière, « Gustave Flaubert », in Didier Philippot, Gustave Flaubert, Mémoire de la c (...)
  • 16  Teresa Bridgeman, Negotiating the New in the French Novel, Routledge, 1998, p. 90-91. Voir encore (...)

9Homais porte ici à même sa peau une chaîne hydro-électrique Pulvermacher, composée de 150 à 200 éléments, formée par la réunion de plusieurs petites chaînes. Dénommée parfois Plumarcher, Pulvermaker, ou Pulvermacher comme le fait ici Flaubert, cette chaîne rougit la peau, la cautérise et donne des contractions musculaires sans douleurs14. Pour quelques critiques, l'intérêt de ce passage réside essentiellement dans son aspect stylistique : si pour Brunetière il révèle la verve satirique et la puissance d'ironie de Flaubert15, pour Bridgeman, cette chaîne « produces a secure ironic distance between the reader and the couple. »16

  • 17  Voir également Alison Fairlie, « Sentiments et sensations chez Flaubert », in Cahiers de l'Associa (...)

10Cependant, l'analyse stylistique ne peut masquer l'extraordinaire de cette chaîne car sa présence est à interpréter à plusieurs niveaux ; tout d'abord, grâce à la mise en scène théâtrale de son corps obtenue par cette récente invention médicale, Homais continue d'exprimer son authentique foi dans le progrès17. L'usage de cette chaîne fait en effet partie du vif intérêt que porte le pharmacien aux dernières découvertes : après s'être passionné pour la pisciculture, le caoutchouc et les chemins de fer, après avoir suivi le grand mouvement des chocolats et à être le premier qui ait fait venir dans la Seine-Inférieure du cho-ca et de la revalentia, M. Homais exhibe dans l'intimité la nouvelle chaîne Pulvermacher.

  • 18  Madame Bovary, Rodolphe se l'attribue dans sa lettre de rupture à Emma, p. 476, Emma envers Lagard (...)

11Mais c'est surtout pour ce qu'elle révèle sur les relations intimes des Homais que cette chaîne est importante : l'utilisation de cet accessoire montre que le goût de Homais pour les dernières découvertes est partagé par son épouse et que loin d'être de prudes provinciaux, écartés de la capitale mère de tous les progrès, M. et Mme Homais en jouissent ensemble. Ils vont même assez loin dans leur engouement pour les innovations, puisqu'ils intègrent l'une d'elles dans leur vie privée, pour y agrémenter leur plaisirs. Mme Homais est d'ailleurs remarquable dans ce passage, puisqu'elle y révèle ses ardeurs – terme dont sont également gratifiés les personnages manifestement sensuels du roman, Rodolphe, Léon et Emma18.

  • 19  Id., p. 564.
  • 20 Id., p. 545.
  • 21  Id., p. 397.

12La mention de la participation active de Mme Homais confirme en réalité la qualité des relations maritales du couple Homais, comme en font également preuve les nombreuses marques d'affection disséminées tout au long du roman entre les deux époux. Mme Homais est qualifiée de prime abord de « meilleure épouse de Normandie » ; ensuite, le pharmacien exprime son attachement en lui achetant certains petits gâteaux à Rouen : « Il [Homais] tenait à sa main, dans un foulard, six cheminots pour son épouse. Madame Homais aimait beaucoup ces petits pains lourds, en forme de turban, que l’on mange dans le carême avec du beurre salé […] dont les robustes Normands s’emplissaient autrefois […]. La femme de l’apothicaire les croquait comme eux, héroïquement, malgré sa détestable dentition ; aussi, toutes les fois que M. Homais faisait un voyage à la ville, il ne manquait pas de lui en rapporter, qu’il prenait toujours chez le grand faiseur, rue Massacre »19. Époux attentionné, M. Homais ne lésine pas sur la dépense, en offrant ces friandises achetées chez le meilleur faiseur de Rouen. Projetant d'y partir, c'est cette fois son épouse qui s'inquiète pour lui : « Ah ! Bon ami ! murmura tendrement madame Homais, effrayée des périls vagues qu’il se disposait à courir »20. D'autres fois, c'est dans leur tendresse pour leurs enfants que M. et Mme Homais sont réunis : « Aussi ces bons parents prenaient-ils quantité de précautions. Les couteaux jamais n’étaient affilés, ni les appartements cirés. Il y avait aux fenêtres des grilles en fer et aux chambranles de fortes barres »21.

Une doctrine sexuelle

  • 22  Il s'agit du Tableau de l'amour conjugal, du Dr. Nicolas Venette, publié la première fois en 1686, (...)
  • 23  Madame Bovary, toute la scène, p. 519-520.
  • 24  Pensée très directive et très normative, remarque encore Florence Emptaz, vu que la sexualité n'es (...)

13Homais est un des seuls personnages du roman à émettre une réelle opinion sur la question sexuelle. Tous les lecteurs gardent en mémoire la colère du pharmacien découvrant « L'amour conjugal »22, le livre que Justin fait tomber de sa poche : « Il [Homais] marcha d’abord de long en large, à grands pas, gardant le volume ouvert entre ses doigts, roulant les yeux, suffoqué, tuméfié, apoplectique. » Cependant, après avoir fait sortir tous les membres de sa famille de la pharmacie et s'être calmé, Homais exprime une opinion beaucoup plus nuancée : « Ce n’est pas que je désapprouve entièrement l’ouvrage ! L’auteur était médecin. Il y a là-dedans certains côtés scientifiques qu’il n’est pas mal à un homme de connaître et, j’oserais dire, qu’il faut qu’un homme connaisse. Mais plus tard, plus tard ! Attends du moins que tu sois homme toi-même et que ton tempérament soit fait »23. Ainsi, pour Homais, la sexualité fait partie intégrale de la vie adulte masculine – « qu’il faut qu’un homme connaisse » – attitude cautionnée par La Médecine, la plus haute autorité pour lui, puisqu'elle conjugue à la fois la science, le progrès et la loi24.

14En conséquence, Homais considère le célibat des prêtres non seulement comme anormal, mais même dangereux. C'est tout d'abord dans l'auberge de Mme Lefrançois que Homais trouve l'occasion d'exercer sa verve à ce sujet :

  • 25  Madame Bovary, p. 361. D'après Zenkine, le souhait de Homais de faire saigner les prêtres s'appare (...)

Envoyez donc vos filles en confesse à des gaillards d’un tempérament pareil ! Moi, si j’étais le gouvernement, je voudrais qu’on saignât les prêtres une fois par mois. Oui, Mme Lefrançois, tous les mois, une large phlébotomie, dans l’intérêt de la police et des mœurs !25

15Homais revient sur son hostilité envers le célibat des prêtres après le décès d'Emma :

  • 26  Id., p. 595.

Alors Homais le [Bournisien] félicita de n’être pas exposé, comme tout le monde, à perdre une compagne chérie ; d’où s’ensuivit une discussion sur le célibat des prêtres. — Car, disait le pharmacien, il n’est pas naturel qu’un homme se passe de femmes ! On a vu des crimes… — Mais, sabre de bois ! s’écria l’ecclésiastique, comment voulez-vous qu’un individu pris dans le mariage puisse garder, par exemple, le secret de la confession ? Homais attaqua la confession…26

16Parfois, cependant, c'est le viveur en Homais qui prend le dessus. Ainsi, rendant visite à Léon, à Rouen, il expose au jeune homme des théories immorales sur les femmes :

  • 27  Id., p. 546-547.

Ce qui le séduisait par-dessus tout, c’était le chic. Il adorait une toilette élégante dans un appartement bien meublé, et, quant aux qualités corporelles, ne détestait pas le morceau. […] Et se penchant à l’oreille de son ami, il indiqua les symptômes auxquels on reconnaissait qu’une femme avait du tempérament. Il se lança même dans une digression ethnographique : l’Allemande était vaporeuse, la Française libertine, l’Italienne passionnée. — Et les négresses ? demanda le clerc. — C’est un goût d’artiste, dit Homais27.

  • 28  Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, Gallimard, (1935), p. 120.
  • 29  Gilbert Guislain, Charles Tafanelli, Voltaire, Studyrama, 2005, p. 71-73 ; Jules Lemaitre, « M. Gu (...)
  • 30  Madame Bovary, p. 361.
  • 31  Emile Zola, « Gustave Flaubert et ses œuvres », (1875), in Didier Philippot, Gustave Flaubert, Mém (...)
  • 32  Gustave Flaubert, Madame Bovary, traduction anglaise de Geoffrey Wall, intoduction de Geoffrey Wal (...)
  • 33  Madame Bovary, p. 380.
  • 34  Ibid.

17Ainsi Homais n'est pas un prude, ni un hypocrite, mais vit en accord avec ses prétentions libertaires. En tant que voltairien passionné, il ne s'oppose pas au sexe, comme le fait la religion chrétienne. D'après Albert Thibaudet : « Bournisien reste au-dessous du curé moyen : c’est un magot. Au contraire, Homais dépasse le pharmacien. Intellectuel d’Yonville, il figure le Voltaire local. »28 Plusieurs critiques reconnaissent, en effet, les origines voltairiennes du personnage de Homais29. Homais lui-même invoque plusieurs fois Voltaire comme l'un de ses maîtres : « Mon Dieu, à moi, c’est le Dieu de Socrate, de Franklin, de Voltaire et de Béranger ! Je suis pour la Profession de foi du vicaire savoyard et les immortels principes de 89 ! »30 De plus, « progressiste, libre penseur, ennemi des jésuites »31, comme le soulignait déjà Zola, et constamment préoccupé par le boire et le manger, le personnage de Homais a également des racines rabelaisiennes32. Homais affiche, en effet, une sensualité à-la-Rabelais omniprésente : « La tête d’ailleurs plus remplie de recettes que sa pharmacie ne l’était de bocaux, Homais excellait à faire quantité de confitures, vinaigres et liqueurs douces, et il connaissait aussi toutes les inventions nouvelles de caléfacteurs économiques, avec l’art de conserver les fromages et de soigner les vins malades. »33 Dans cette même veine, « parfois même, se levant à demi, il indiquait délicatement à Madame [Emma] le morceau le plus tendre… »34 En ce qui concerne notre propos, cette double paternité associée à son anticléricalisme, confirme la position cohérente de Homais envers la sexualité : comme ses deux géniteurs le préconisaient, la sexualité n'est pas une activité honteuse ni avilissante, mais peut, au contraire, devenir un plaisir légitime, au quotidien.

Conceptions multiples de la sexualité dans Madame Bovary

18Si Wall reconnaît dans l'épanouissement de la sexualité de Homais (à la fin du roman) l'expression de son triomphe, il pense discerner également une parenté entre Homais et Rodolphe, justement sous cet aspect :

  • 35  « Si Homais est la face publique du bourgeois paternaliste, "esprit-public" et progressiste alors (...)

If Homais is the public face of the bourgeois, paternalistic, public-spirited and progressive, then Rodolphe is the other side: the wild, virile, unfeterred libertine, the rebellious, sub-Byronic man of the world. As such, he is merely the legitimate antithesis of Homais. He is only, disappointingly, the other side of the same thing. At heart Rodolphe and Homais are brothers. There is, in Flaubert's view of the matter, only one possible sexuality. The libertine is no freer, no more authentic in his desires, than the paterfamilias he scorns. His transgressions obey the same laws35.

19Théorie tentante, mais nullement convaincante. Une seule sexualité possible ? Justement, là n'est pas le message de Flaubert. Si, en effet, ces deux personnages goûtent au sexe et que la sexualité fait partie de leur quotidien – ils ne vivent pas la même, ni l'une n'est l'envers de l'autre. Rodolphe Boulanger de la Huchette, jouisseur égoïste, curieux, gourmand, aimant varier ses plaisirs en amateur de jolies femmes – adopte un comportement sexuel à caractère aristocratique. Alors que pour Homais, archétype du bourgeois dix-neuvièmiste de province, descendant et représentant du tiers état libéral, la sexualité fait partie intégrale de sa doctrine progressiste.

20Et plus encore. Non seulement Homais et Rodolphe ne sont pas les deux versants d'une même approche, mais Madame Bovary regorge de conceptions multiples de la sexualité ; parmi les célibataires, le roman met en scène le sieur Guillaumin, à mi-chemin entre l'aristocrate et le bourgeois, prédateur sachant toujours profiter des occasions sexuelles (ou économiques) qui se présentent. Quant à Léon Dupuis, il reproduit le stéréotype sexuel du bourgeois dix-neuvièmiste : jeune homme rangé, il fait ses premières expériences avec quelques grisettes parisiennes. Il parfait ensuite son savoir dans les règles de l'art avec une femme mariée, Emma, pour terminer dans les bras d'une Lebœuf, portant en lui les débris d'un poète.

21Pour Emma, empoisonnée/emprisonnée dans les clichés romantiques de ses lectures, la sexualité heureuse est inséparable de la passion amoureuse. Incapable de la vivre dans le mariage, c'est l'adultère qui devrait y suppléer. Eternelle insatisfaite, toujours en quête d’un absolu qui se dérobe, elle continue d'osciller entre mythe et réalité, même au plus bas :

  • 36  Madame Bovary, p. 550.

N’importe ! Elle n’était pas heureuse, ne l’avait jamais été. D’où venait donc cette insuffisance de la vie, cette pourriture instantanée des choses où elle s’appuyait ?… Mais, s’il y avait quelque part un être fort et beau, une nature valeureuse, pleine à la fois d’exaltation et de raffinements, un cœur de poète sous une forme d’ange, lyre aux cordes d’airain, sonnant vers le ciel des épithalames élégiaques, pourquoi, par hasard, ne le trouverait-elle pas ? Oh ! Quelle impossibilité ! Rien, d’ailleurs, ne valait la peine d’une recherche ; tout mentait ! Chaque sourire cachait un bâillement d’ennui, chaque joie une malédiction, tout plaisir son dégoût, et les meilleurs baisers ne vous laissaient sur la lèvre qu’une irréalisable envie d’une volupté plus haute36.

  • 37  « Charles's love is 'l'amour conjugal' which includes passion, loyalty, fidelity and generosity to (...)
  • 38  Madame Bovary, p. 322.

22Il y a encore la sexualité telle que l'envisage Charles. Il développe le concept d'une sexualité conjugale heureuse, parce que basée sur un réel amour37. S'il ne peut la réaliser avec sa première épouse, il la vit pleinement avec Emma. Dès les premiers jours de son mariage, conscient de son privilège, « avec le soleil sur ses épaules et l’air du matin à ses narines, le cœur plein des félicités de la nuit, l’esprit tranquille, la chair contente, il s’en allait ruminant son bonheur, comme ceux qui mâchent encore, après dîner, le goût des truffes qu’ils digèrent. »38

  • 39  Laurence M. Porter & Eugène F. Gray, Gustave Flaubert's Madame Bovary: a reference guide, Greenwoo (...)
  • 40  Madame Bovary, p. 407.
  • 41  Voir encore Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, Gallimard, (1935), p. 118.
  • 42  Madame Bovary, p. 611.

23Ainsi, Flaubert dans Madame Bovary propose un éventail de conceptions sexuelles. Homais pour sa part met en pratique la sienne, mais de façon si discrète qu'elle passe presque inaperçue, occultée par sa logorrhée qui trompe à la fois les personnages fictifs du roman et ses lecteurs : sa parole efface sa corporalité, elle masque son corps et ses actions. Ainsi, par exemple, son flot de paroles dissimule son projet, voire sa machination, de nuire à Charles Bovary pour pouvoir enfin prendre toute la place réservée à la médecine dans Yonville39. Dès la seconde partie du roman, Flaubert insiste en effet sur la réputation usurpée de médecin du pharmacien : « La foule, s’encombrant au même endroit sans en vouloir bouger, menaçait quelquefois de rompre la devanture de la pharmacie. Les mercredis [jours de marché], elle ne désemplissait pas et l’on s’y poussait, moins pour acheter des médicaments que pour prendre des consultations, tant était fameuse la réputation du sieur Homais dans les villages circonvoisins. Son robuste aplomb avait fasciné les campagnards. Ils le regardaient comme un plus grand médecin que tous les médecins. »40 C'est à la fin du roman que Homais réalise enfin son entière ambition41 : « Depuis la mort de Bovary, trois médecins se sont succédé à Yonville sans pouvoir y réussir, tant M. Homais les a tout de suite battus en brèche. Il fait une clientèle d’enfer. »42

24C'est néanmoins grâce à ce corps peu décrit et presque éclipsé dans cette marée discursive que Homais mange, boit, prépare ses confitures, mélange ses potions, traverse Yonville de long en large, et fait aussi l'amour. Aux mots-clefs qui définissent Homais, tels que bourgeoisie, famille, pharmacie, science, progrès, industrie, Voltaire, anticléricalisme, instruction, action – il faut ajouter : sexe.

La sexualité de M. Homais dans les brouillons

25Cette analyse rejoint le projet initial de Flaubert, tel qu'il se dessine à la lumière de quelques passages supprimés retrouvés dans les brouillons. L'écrivain y attribuait une sexualité explicite à l'apothicaire. Ainsi, dans l'un d'eux, Homais exposait à Léon sa doctrine éducative, selon laquelle une certaine liberté sexuelle est nécessaire aux jeunes hommes43 ; dans un autre, « se déclarant du reste un vieux roussi, un farceur, un homme sans préjugés, il [Homais] avoua même avoir eu jadis pour bonne amie une petite lingère. »44 Enfin, ce passage où en arrivant à Yonville, les Bovary sont accueillis par un Homais étonnamment perspicace qui devine de suite qu'Emma est enceinte :

Ah ! Très bien ! Recevez mes sincères félicitations, où ce regard où il y avait à la fois de la vanité, de l'hésitation et une certaine pointe de gaillardise rentrée. Feu dilatant sa prunelle ronde – il venait du fonds de l'homme et du fonds du pharmacien. Le sexe et le métier s'y combattaient – il eut été plus vif s'il n'eut pas été si grave. Il pétillait d'idées gracieuses et était majestueux pourtant. Il voulait dire hein que je m'y connais, du premier coup j'ai deviné l'affaire, un homme de ma trempe […] connaît la vie humaine, le monde et les femmes comme sa poche…45

  • 46  Ce qui rejoint un des scénarios primitifs, dans lequel Flaubert avait inscrit : « Homais vient de (...)
  • 47  Serge Zenkine, Madame Bovary ou l'oppression réaliste, Presses Universitaires Blaise Pascal, 1996, (...)

26A un niveau littéral, dans les phrases successives « il venait du fonds de l'homme et du fonds du pharmacien. Le sexe et le métier s'y combattaient », il s'ensuit qu'homme égal sexe, et que pharmacien correspond à métier. Conclusion : Homais, l'homme inclut le sexe46. D'après Serge Zenkine, ce passage a été supprimé parce qu'il donnait trop d'intériorité au personnage de Homais, ce que ne voulait pas développer l'écrivain47.

  • 48  Michel Crouzet, « Ecce Homais», in Revue d'histoire littéraire de la France, 1989, no 6, p. 1005, (...)

27Quels qu'aient été les motifs flaubertiens pour effacer ces passages, il est certain que dès la conception du personnage, Flaubert faisait de la sexualité une composante vitale du caractère homaisien. Selon Michel Crouzet également, étudiant le personnage de Homais dans le roman et ses brouillons « la bêtise homaisienne inclut la libido, elle en parle sans arrêt, qu'elle évoque la débauche estudiantine, l'orgie « artiste », la médicalisation sexologique, les bienfaits de l'éducation sexuelle, …»48

La sexualité bourgeoise

  • 49  Cette discrétion flaubertienne rejoint le constat de Schehr qui soutient, en s'appuyant sur Foucau (...)

28La sexualité de M. Homais, que Flaubert a voulue discrète mais néanmoins présente49, concorde avec les analyses récentes d'autres historiens, qui remettent en question l'image d'une bourgeoisie dix-neuvièmiste uniquement prude :

  • 50  Alain Corbin, « La rencontre des corps », in Histoire du corps, Vol. 2, De la Révolution à la Gran (...)

Peter Gay a, pour sa part, montré combien la vision d'une morale triomphante s'accorde mal, au XIXème siècle, à l'hypocrisie des bourgeois qui, fascinés par la fugue sociale et par l'animalité supposée du corps des filles du peuple, fréquentent les prostituées, entretiennent des cousettes et se délectent de la littérature érotique. Il donne à penser que les relations conjugales, elles-mêmes, étaient plus ouvertes aux raffinements du plaisir, qu'elles étaient plus heureuses et plus variées que l'on ne l'avait longtemps pensé50.

  • 51  Sur la prolifération de livres d'éducation sexuelle, voir Alain Corbin, op. cit., p. 167-168.
  • 52  Id., p. 158-159.
  • 53  Voir encore Robert A. Nye, Masculinity and Male Codes of Honor in Modern France, University of Cal (...)

29Conséquemment, les expériences sexuelles de M. et Mme Homais, la réaction de l'apothicaire découvrant le livre de Justin51, les principes éducatifs du pharmacien et jusqu'à son goût pour la gaudriole, y compris ses tirades « immorales » sur les différents tempéraments féminins qu'il expose à Léon52 – sont tous à inclure dans la normativité sexuelle d'une bourgeoisie libérale de l'époque53.

La sexualité bourgeoise de M. Homais - Conclusion

30A travers Homais, Flaubert a immortalisé l'archétype de la médiocrité bourgeoise provinciale du dix-neuvième siècle, arriviste, bête, égoïste, etc. La sexualité s'intègre dans cette vie bourgeoise codifiée et bien ordonnée. Dans cette perspective, le sexe n'est pas le fruit de sentiments exaltés et ne donne pas lieu à d'extraordinaires envolées lyriques ; il fait partie de la vie quotidienne et normative. L'apothicaire figure exactement cette sexualité masculine dix-neuvièmiste bourgeoise et progressiste. Avec Homais, Flaubert expose, peut-être avec épouvante ou désespoir, la sexualité heureuse du Bourgeois, expression du triomphe de sa philosophie matérialiste, faisant face à l'effondrement du romantisme.

Haut de page

Notes

1  Par exemple : Naomi Schor, « Pour une thématique restreinte, écriture, parole et différence dans Madame Bovary », in Littérature, n° 22, (1976), p. 37-38. Robert J. Niess, « On Listening to Homais » in The French Review, Vol. 51, No. 1, (1977). Philippe Dufour, Flaubert et le Pignouf,essai sur la représentation romanesque du langage, Presses Universitaires de Vincennes, 1993, p. 15-63 ; Gustave Flaubert, Madame Bovary, traduction anglaise de Geoffrey Wall, intoduction de Geoffrey Wall et Michèle Roberts, Penguin Classics, 2003, p. xxx ; Alan Raitt, Gustavus Flaubertus Bourgeoisophobus, Peter Lang, 2005, p. 79 ; Daniel FABRE, « Présentation », Clio, n°11-2000, Parler, chanter, lire, écrire, [En ligne], mis en ligne le 20 mars 2003. Consulté le 5 décembre 2009.

2  Nous pensons, bien sûr, à Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello, Robert Nye, Thomas Laqueur qui seront cités dans cet article.

3  Sur la définition et le statut de l'avant-texte dans l'œuvre de Flaubert, voir Marion Schmid, Processes of Literary Creation: Flaubert and Proust, Legenda, 1998.

4  Yvan Leclerc, « Sacralisation et désacralisation du sexe chez Flaubert », article mis en ligne sur le site du Centre Flaubert de l’Université de Rouen.

5  Mary Orr, Flaubert, Writing the Masculine, Oxford University Press, 2000, p. 27, italiques dans l'original.

6  Ibid., p. 28.

7  Michèle Breut, Le haut et le bas, essai sur le grotesque dans Madame Bovary de Gustave Flaubert, Rodopi, 1994, p. 110.

8  Lawrence Birken, « Madame Bovary and the Dissolution of Bourgeois Sexuality », in Journal of the History of Sexuality, Vol. 2, 1992, p. 609-621.

9  Georges Dupeux, La société française 1789-1960, Armand Colin, 1964, p. 139-140.

10  Roger Magraw France, 1815-1914: the Bourgeois Century, Oxford University Press US, 1986, p. 369-370.

11  Theodore Zeldin, France 1848-1945, Vol 1, 'Ambition And Love', Clarendon Press, Oxford, 1973, p. 291-305.

12  « By the end Homais controls everything, even sexuality itself. […] Madame Homais has been bedazzled, the adulteress has been inscribed as a loving wife…» Gustave Flaubert, Madame Bovary, traduction anglaise de Geoffrey Wall, intoduction et notes de Geoffrey Wall, préface de Michèle Roberts, Penguin Classics, 2003, p. xxxiv. Pour Thibaudet, « L’apothéose sur laquelle finit le roman, nous la voyons en effet d’accord avec l’évolution politique et sociale de la France. Homais est le triomphateur. Et d’abord triomphateur chez lui ; il apparaît ceinturé d’or à son épouse éblouie et respectueuse, et son Napoléon sait par cœur toute la table de Pythagore. » Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, Gallimard, 1935 p. 120-121.

13  Gustave Flaubert, Madame Bovary, Gallimard, « Collection de la Pléiade », 1951, p. 607. Toutes les mentions de pages renverront à cette édition.

14  Voir l’entrée « Plumarcher / Pulvermacher » de l’index « Hommes de science et sociétés savantes » établi par Nicole Caron et Danielle Girard, en ligne sur le site L’Atelier Bovary, du Centre Flaubert de Rouen.

15  Ferdinand Brunetière, « Gustave Flaubert », in Didier Philippot, Gustave Flaubert, Mémoire de la critique, Presses de la Sorbonne nouvelle, Paris, 2006, p. 471-472.

16  Teresa Bridgeman, Negotiating the New in the French Novel, Routledge, 1998, p. 90-91. Voir encore Anne-Marie Perrin-Naffakh, Le cliché de style en français moderne: nature linguistique et rhétorique, fonction littéraire, Presses Universitaires de Bordeaux, 1985, p. 552.

17  Voir également Alison Fairlie, « Sentiments et sensations chez Flaubert », in Cahiers de l'Association internationale des études françaises, Vol. 26, (1974), p. 248.

18  Madame Bovary, Rodolphe se l'attribue dans sa lettre de rupture à Emma, p. 476, Emma envers Lagardy, p. 498, et Léon pour Emma, p. 536.

19  Id., p. 564.

20 Id., p. 545.

21  Id., p. 397.

22  Il s'agit du Tableau de l'amour conjugal, du Dr. Nicolas Venette, publié la première fois en 1686, souvent reimprimé depuis. Flaubert le qualifie d'« inepte » dans sa lettre à Louise Colet, datée du 22 novembre 1852. Voir encore Gustave Flaubert, Madame Bovary: Provincial Manners, traduction anglaise de Margaret Mauldon, contributeurs Malcolm Bowie, Mark Overstall, Oxford University Press, 2005, p. 325, note 221.

23  Madame Bovary, toute la scène, p. 519-520.

24  Pensée très directive et très normative, remarque encore Florence Emptaz, vu que la sexualité n'est envisagée dans ce passage, que dans le cadre du mariage. Florence Emptaz, Aux pieds de Flaubert, Grasset, 2002, p. 189.

25  Madame Bovary, p. 361. D'après Zenkine, le souhait de Homais de faire saigner les prêtres s'apparente à son désir inavoué de castrer Bournisien. Voir Serge Zenkine, Madame Bovary ou l'oppression réaliste, Presses Universitaires Blaise Pascal, 1996, p. 96.

26  Id., p. 595.

27  Id., p. 546-547.

28  Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, Gallimard, (1935), p. 120.

29  Gilbert Guislain, Charles Tafanelli, Voltaire, Studyrama, 2005, p. 71-73 ; Jules Lemaitre, « M. Gustave Flaubert, les romans de mœurs contemporaines », in Didier Philippot, Gustave Flaubert, Mémoire de la critique, Presses de la Sorbonne nouvelle, Paris, 2006, p. 406 ; Daniel Brewer, The Enlightenment past: reconstructing eighteenth-century French thought, Cambridge University Press, 2008, p. 168.

30  Madame Bovary, p. 361.

31  Emile Zola, « Gustave Flaubert et ses œuvres », (1875), in Didier Philippot, Gustave Flaubert, Mémoire de la critique, Presses de la Sorbonne nouvelle, Paris, 2006, p. 362.

32  Gustave Flaubert, Madame Bovary, traduction anglaise de Geoffrey Wall, intoduction de Geoffrey Wall et Michèle Roberts, Penguin Classics, 2003, p. xxxi-xxxii. Sur l'admiration que Flaubert vouait à Rabelais, voir Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, Gallimard, 1935 p. 16-22.

33  Madame Bovary, p. 380.

34  Ibid.

35  « Si Homais est la face publique du bourgeois paternaliste, "esprit-public" et progressiste alors Rodolphe est son opposé : c'est l'homme du monde, indomptable, viril, libertin denué d'inhibition, rebelle, à-la-Byron. Ainsi, il n'est que la simple antithèse de Homais. De façon décevante, il n'est que l'autre coté de la même chose. Au plus profond d'eux-mêmes, Homais et Rodolphe sont frères. Il n'y a, dans la perspective de Flaubert sur le sujet, qu'une seule sexualité possible. Le libertin n'est pas plus libre, ni plus authentique dans ses désirs, que le pater familias qu'il méprise. Ses transgressions obéissent aux mêmes lois ». In Gustave Flaubert, Madame Bovary, traduction anglaise de Geoffrey Wall, intoduction de Geoffrey Wall et Michèle Roberts, Penguin Classics, 2003, p. xxxv, (traduction de l'auteure).

36  Madame Bovary, p. 550.

37  « Charles's love is 'l'amour conjugal' which includes passion, loyalty, fidelity and generosity to the other. » Mary Orr, Flaubert, Writing the Masculine, Oxford University Press, 2000, p. 34, citant également Didier Philippot, Vérité des choses, mensonge de l'homme dans Madame Bovary de Flaubert : de la nature au Narcisse, Champion, 1997, p. 411-420.

38  Madame Bovary, p. 322.

39  Laurence M. Porter & Eugène F. Gray, Gustave Flaubert's Madame Bovary: a reference guide, Greenwood Publishing Group, 2002, p. 92 : « Indeed, Homais's bêtise is in reality an insidious and destructive force, against which the naive Emma and Charles are helpless. » (Italiques dans l'original).

40  Madame Bovary, p. 407.

41  Voir encore Albert Thibaudet, Gustave Flaubert, Gallimard, (1935), p. 118.

42  Madame Bovary, p. 611.

43  Genèse de Madame Bovary, Manuscrit définitif, folio 231, en ligne sur le site L’Atelier Bovary, du Centre Flaubert de Rouen.

44  Genèse de Madame Bovary, Brouillons, vol. 6, folio 21, en ligne sur le site L’Atelier Bovary, du Centre Flaubert de Rouen.

45  Genèse de Madame Bovary, Brouillons, vol. 2, folio 59v, en ligne sur le site L’Atelier Bovary, du Centre Flaubert de Rouen.

46  Ce qui rejoint un des scénarios primitifs, dans lequel Flaubert avait inscrit : « Homais vient de Homo = l'homme. » in Jean Pommier et Gabrielle Leleu, Madame Bovary, nouvelle version, Corti, 1949, p. 118.

47  Serge Zenkine, Madame Bovary ou l'oppression réaliste, Presses Universitaires Blaise Pascal, 1996, p. 102-103.

48  Michel Crouzet, « Ecce Homais», in Revue d'histoire littéraire de la France, 1989, no 6, p. 1005, italiques dans l'original.

49  Cette discrétion flaubertienne rejoint le constat de Schehr qui soutient, en s'appuyant sur Foucault, que dans la littérature de fiction dix-neuvièmiste, la sexualité reste voilée, alors qu'on assiste à une véritable explosion du discours scientiste sur la question. Lawrence Schehr, Parts of an Andrology, On Representations of Men's Bodies, Stanford University Press, California, 1997, p. 86.

50  Alain Corbin, « La rencontre des corps », in Histoire du corps, Vol. 2, De la Révolution à la Grande Guerre, sous la direction de Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, Seuil, 2005, p. 150-151 (nos italiques), se basant sur Peter Gay, The Bourgeois Experience, Victoria to Freud, t. 1, Education of the Senses, New York, Oxford University Press, 1984. Voir encore, bien sûr, Michel Foucault, Histoire de la sexualité, t. I, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976, p. 163-164.

51  Sur la prolifération de livres d'éducation sexuelle, voir Alain Corbin, op. cit., p. 167-168.

52  Id., p. 158-159.

53  Voir encore Robert A. Nye, Masculinity and Male Codes of Honor in Modern France, University of California Press, 1998, p. 45-46 ; Edward Shorter, Naissance de la famille moderne, Seuil, 1981.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shoshana-Rose Marzel, « La sexualité de M. Homais », Flaubert [En ligne], 3 | 2010, mis en ligne le 04 avril 2011, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1314

Haut de page

Auteur

Shoshana-Rose Marzel

Académie d'art et design Bezalel, Jérusalem

Haut de page