Navigation – Plan du site

« Au fracas de la foudre, les animaux intelligents s'éveillèrent »

De la « Genèse » de Salammbô à la théorie de la génération spontanée
Agnès Bouvier

Résumés

Félix Pouchet, dans son Hétérogénie, ou Traité de la génération spontanée qu’il publie en 1859, défend, contre Pasteur et Milne-Edwards, l’idée d’une « force génésique » inhérente à la matière qui aurait présidé à la création et qui continuerait de s’exercer dans la formation et la transformation des espèces. Le livre fait partie des lectures de Flaubert pendant la période de rédaction de Salammbô. Le 5 août 1860, il écrit dans une lettre à madame Jules Sandeau : « J’entremêle mes lectures puniques (qui ne sont pas légères) d’autres facéties graves. Je me livre maintenant au volumineux bouquin de mon ami le docteur Pouchet sur les générations spontanées. » C’est la nature de cet entrelacement que nous proposons d’interroger, à travers l’étude génétique d’un passage du chapitre III de Salammbô où Flaubert récrit la cosmogonie phénicienne à la lumière du spontanéisme moderne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir à ce propos le très curieux ouvrage, Friedrich Wagenfeld, Analyse des neuf livres de la chron (...)
  • 2  Gustave Flaubert, Salammbô, « Garnier-Flammarion », Flammarion, 2001, p. 111. Les références aux p (...)

1Au commencement du IIe siècle après J.-C., un certain Philon de Byblos écrivit en grec une Histoire phénicienne prétendument traduite d’un original phénicien dont l’auteur serait un certain Sanchoniathon. Personne n’a jamais eu entre les mains le livre de ce Sanchoniathon qui n’a peut-être jamais existé. Le livre de Philon a disparu à son tour dans les abîmes de l’histoire, mais quelques fragments en ont été conservés par Eusèbe, évêque de Césarée au début du IVe siècle. Ces fragments concernent la partie cosmogonique et théogonique de l’ouvrage – et voilà tout ce qui reste de la création du monde selon les Phéniciens. Aussi lacunaire et douteuse soit-elle, cette « Genèse » a suscité un prodigieux intérêt chez les exégètes depuis le XVIe siècle jusqu’à ce moment du XIXe siècle où la tension croissante entre les savoirs et les croyances place le texte phénicien au cœur de la critique rationnelle des antiquités bibliques. Entre les années 1830 et 1860, les traductions rivales et les commentaires contradictoires se multiplient, sans compter le vrai-faux manuscrit soi-disant retrouvé dans un couvent du Portugal1.Flaubert, à sa manière, participe au débat en ajoutant sa version : en 1862, il est de facto l’ultime traducteur de Sanchoniathon puisqu’il fait énoncer cette Genèse païenne par le personnage de Shahabarim dans le chapitre III de Salammbô. Le chapitre présente le portrait mystique de l’héroïne tout entière attachée à Tanit et dévorée du besoin d’en connaître les mystères. Shahabarim, le grand’prêtre de la déesse, cède partiellement aux instances de Salammbô et, « pour la distraire par des perspectives plus hautes », lui conte ainsi « le secret des origines »2 :

– « Avant les Dieux, les ténèbres étaient seules, et un souffle flottait, lourd et indistinct comme la conscience d’un homme dans un rêve. Il se contracta, créant le Désir et la Nue, et du Désir et de la Nue sortit la Matière primitive. C’était une eau bourbeuse, noire, glacée, profonde. Elle enfermait des monstres insensibles, parties incohérentes des formes à naître et qui sont peintes sur la paroi des sanctuaires. »
« Puis la Matière se condensa. Elle devint un œuf. Il se rompit. Une moitié forma la terre, l’autre le firmament. Le soleil, la lune, les vents, les nuages parurent ; et, au fracas de la foudre, les animaux intelligents s’éveillèrent. Alors Eschmoûn se déroula dans la sphère étoilée ; Khamon rayonna dans le soleil ; Melkarth, avec ses bras, le poussa derrière Gadès ; les Kabyrim descendirent sous les volcans, et Rabbetna, telle qu’une nourrice, se pencha sur le monde, versant sa lumière comme un lait et sa nuit comme un manteau. » (p. 110)

  • 3  Frédéric Creuzer et J. D. Guigniault (avec la collaboration d’A. Maury), Religions de l’antiquité, (...)
  • 4  Gustave Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Par (...)
  • 5  Eusèbe Pamphile, Préparation évangélique, Démonstrations évangéliques ... publiées par l’abbé M*** (...)
  • 6  Ernest Renan, Mémoire sur l’origine et le caractère véritable de l’histoire phénicienne qui porte (...)

2Les sources de Flaubert pour ce passage ne sont pas attestées par les notes de lecture actuellement disponibles mais peuvent être établies de manière conjecturale. On citera d’abord la version de Creuzer retraduite par Guignaut dans les Religions de l’Antiquité3. Flaubert, on le sait, possède l’ouvrage depuis au moins aussi longtemps que la veillée funèbre d’Alfred Le Poittevin4. Les notes du livre quatrième portant sur la religion de Carthage, rédigées par Alfred Maury, l’un des « savants » que Flaubert a le plus consulté, ont été lues par le romancier avec une attention particulière. Le texte d’Eusèbe a également été traduit par l’abbé Migne dans une édition mentionnée par Flaubert lorsqu’il établit le dossier Sources et Méthodes5. On ne peut manquer enfin de signaler l’importante contribution de Renan au renouvellement de la traduction des éléments de cosmogonie phénicienne dans la version qu’il publie en 1858 à l’appui d’un chapitre de son Mémoire sur l’origine et le caractère véritable de l’histoire phénicienne qui porte le nom de Sanchoniathon6. Rappelons que la rencontre entre Flaubert et Renan a lieu quelques mois plus tard.


***

  • 7  Ibid., p. 4.
  • 8 C’est la thèse de Renan, ibid., p. 15.

3Pour mesurer les enjeux idéologiques du passage qui nous occupe, il faut d’abord comprendre que le problème de l’authenticité de l’Histoire phénicienne, discuté tout au long du XIXe siècle, questionne directement le statut de la Genèse biblique. Si l’on a affaire à un texte véritablement phénicien, cela remet en cause la singularité de la Bible qui ne serait plus alors qu’une variante de la « mythologie primitive des Sémites »7. Si, au contraire, l’Histoire phénicienne est un faux, ce pourrait être une contrefaçon de la Genèse, pervertie sous l’influence d’une philosophie matérialiste et athée8. Quoi qu’il en soit, les échos qui se renvoient d’une tradition à l’autre sont pour le moins troublants et contribuent à relativiser le texte biblique en même temps qu’à en infléchir l’interprétation.

  • 9  Frédéric Creuzer, op. cit., p. 842.
  • 10  On sait que le dépassement de cette opposition est l’une des préoccupations de Flaubert : « Je sui (...)

4L’intérêt des penseurs rationalistes pour l’Histoire phénicienne provient essentiellement de son caractère matérialiste et athée. Eusèbe le signalait déjà pour s’en indigner. Creuzer résume ainsi le propos de Philon traduisant Sanchoniathon : « Sapant toute religion par la base, il montrait dans les fables phéniciennes et égyptiennes [...] une suite de récits historiques remontant à l’origine du genre humain et du monde lui-même, issus l’un et l’autre de principes matériels »9. La cosmogonie récrite par Flaubert a donc la particularité d’être une création sans créateur. Il s’agit d’une Genèse sans Dieu où seule la matière est « première ». Tous les  traducteurs sont formels : il faut comprendre que dans la cosmogonie phénicienne la matière est l’origine unique de toute chose, l’esprit ne venant qu’en seconde position. Flaubert, lui, contrevient à la fois aux deux traditions rivales qui supposent une succession des phénomènes en introduisant dans sa cosmogonie l’idée d’une concomitance entre le surgissement de la matière et celui de l’esprit. Avec « et un souffle flottait, lourd et indistinct comme la conscience d’un homme dans un rêve », la matérialisation de l’esprit soumis à la pesanteur (« lourd ») et l’« élévation » de la matière (« flottait ») s’énoncent dans le même « souffle ». Le paradoxe vient s’articuler autour de la virgule à la fois séparatrice et unifiante : « flottait, lourd ». L’opposition entre la matière et l’esprit10 est résolue par la présence absente du rêveur dont la figure sans contour se déploie et s’anéantit dans le dernier mouvement rythmique de la phrase. Il est question d’une présence indéfinie, sans forme ni étendue. La comparaison porte à faux, le comparant abstrait (« comme la conscience ») ne permettant pas à l’image de se former. Elle donne à voir une présence génésique et en même temps l’évacue dans la mesure où il ne s’agit précisément que d’une figure de style : tout se passe comme s’il y avait quelqu’un, mais il n’y a personne. Dieu comme volonté a disparu, il n’en reste que la trace métaphorique.

5La résurrection de cette Genèse païenne réagit sur la Genèse du Pentateuque et en questionne la lettre et l’esprit, comme le ferait une parodie ou un pastiche. Un texte à la fois si proche de la Bible et si éloigné de son sens reçu introduit nécessairement un trouble interprétatif que l’on peut formuler ainsi : et si la Genèse phénicienne était finalement plus conforme au texte hébreu que ne le laissent penser les traductions autorisées de la Bible ? Dans ce cas, la cosmogonie de Sanchoniathon donnerait accès à l’essence même de la Genèse biblique rendue à sa dimension matérialiste occultée par des siècles d’exégèse chrétienne. Cette hypothèse est très répandue dans les milieux scientifiques connus et fréquentés par Flaubert : on pense naturellement à Marcellin Berthelot, l’ami de Renan, dont les travaux décisifs sur la chimie organique commencent à voir le jour ; et aussi à Félix Pouchet, qui cherche ainsi à annexer la Genèse biblique à la conception matérialiste des origines du monde :

  • 11  Félix Archimède Pouchet, Hétérogénie ou Traité de la génération spontanée, Baillière et Fils, 1859 (...)

Lorsque Dieu commence à débrouiller le chaos, les commentateurs se trouvent embarrassés pour exprimer l’état des choses à la suite de ce premier grand acte de la suprême volonté. La terre était informe et en désordre, et Jérémie la compare à un pays désolé, ravagé ; les ténèbres régnaient à la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux. Telle est la version de la Septante. Mais S. Cahen pense que le dernier membre de phrase pourrait bien n’exprimer que l’action d’un vent violent qui labourait la surface de l’abîme ; et selon le rabbin Jarchi, le texte exprime mot à mot l’action de l’oiseau qui plane ou qui couve. C. Morton, dans ses Recherches ethnologiques, a donné une traduction rigoureuse du verset de la Bible qui commence le récit de la création, et qui a été l’objet de tant de commentaires. Voici sa version : « Dans le commencement Élohim créa l’universalité des cieux et l’universalité de la terre. Et la terre fut tohu et bohu, masculin et féminin, principes disloqués ou confondus, paraphrastiquement « sans forme et en masse confuse ; » et les ténèbres furent sur la face de l’abîme ; et (le souffle) l’esprit d’Elohim plana comme un oiseau qui descend sur la face des eaux. »(S. G. Morton, Types of mankind, or Ethnological researches, Philadelphie, 1854, p. 562) Saint Basile dit aussi qu’à l’origine de la création les eaux couvraient toute la surface de la terre ; et, en suivant la version syrienne, qui, selon lui, se rapproche le plus du sens exact de l’Écriture, que l’Esprit-Saint en planant sur l’abîme, les échauffait et les fécondait, semblable à un oiseau qui couve ses œufs, et, en les échauffant, en excite la puissance vitale (Saint Basile le Grand, Homélies sur l’ouvrage des six jours, Lyon, 1827, p. 386)11.

  • 12  Et particulièrement celle de Samuel Cahen, que Flaubert a lue attentivement avant d’écrire Salammb (...)

6Les versions qui, selon Félix Pouchet, se rapprochent « le plus du sens exact de l’Écriture » sont convoquées par lui12 pour apporter la preuve d’une conception matérialiste originelle de la création, en remontant jusqu’au texte même dont les altérations successives par des traductions spiritualistes ont faussé le sens premier. L’exégèse biblique est intégrée dans un argumentaire scientifique dont les démonstrations se fondent à part égale sur le commentaire théologique ou philologique et sur les expériences de laboratoire. C’était le cas de Newton, ce sera celui de Darwin : la séparation entre la pensée du Livre et celle du monde n’est pas encore tout à fait achevée. On a beau dans le même temps réclamer cette séparation et aspirer à l’autonomie du discours scientifique, il reste nécessaire, en ce milieu du XIXe siècle, de prendre position par rapport au dogme à chaque fois que s’élabore une construction ethnologique ou biologique. Pour éviter l’affrontement direct avec des clergés encore puissants, le recours à des interprétations littéralistes déclarées conformes au véritable sens de la Bible est un moyen d’affirmer des théories contraires à l’orthodoxie tout en revendiquant une fidélité au texte sacré à laquelle ne sauraient atteindre ceux qui en restent aux interprétations « reçues » et donc infidèles.

7Un tel exercice de déplacement interprétatif en vue de rallier la Bible aux modernes conceptions du monde n’est pas nouveau. Voltaire en avait déjà usé pour dire la primauté de la matière dans la création et l’antériorité de son existence par rapport à l’action divine. Il l’exprime ainsi dans son exégèse du premier verset de la Bible :

  • 13  Voltaire, Dictionnaire philosophique, Œuvres complètes de Voltaire, Renouard, 1819-1825, 66 vol., (...)

Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre.
C’est ainsi qu’on a traduit : mais la traduction n’est pas exacte. Il n’y a pas d’homme un peu instruit qui ne sache que le texte porte : Au commencement, les dieux firent ou les dieux fit le ciel et la terre. Cette leçon d’ailleurs est conforme à l’ancienne idée des Phéniciens, qui avaient imaginé que Dieu employa des dieux inférieurs pour débrouiller le chaos, le chautereb. La terre était tohu bohu et vide ; les ténèbres étaient sur la face de l’abîme, et l’esprit de Dieu était porté sur les eaux. Tohu bohu signifie précisément chaos, désordre ; c’est un de ces mots imitatifs qu’on trouve dans toutes les langues, comme sens dessus dessous, tintamarre, trictrac, tonnerre, bombe. La terre n’était point encore formée telle qu’elle est ; la matière existait, mais la puissance divine ne l’avait point encore arrangée. L’esprit de Dieu signifie à la lettre, le souffle, le vent, qui agitait les eaux. Cette idée est exprimée dans les fragmens de l’auteur phénicien Sanchoniathon. Les Phéniciens croyaient, comme tous les autres peuples, la matière éternelle. Il n’y a pas un seul auteur dans l’antiquité qui ait jamais dit qu’on eût tiré quelque chose du néant. On ne trouve même dans toute la Bible aucun passage où il soit dit que la matière ait été faite de rien [...] Les hommes furent toujours partagés sur la question de l’éternité du monde, mais jamais sur l’éternité de la matière13.

8On voit ici s’articuler une lecture « instruite » de la Bible à la lumière de la « leçon » phénicienne de Sanchoniathon et une réinterprétation de la Genèse dans une direction matérialiste. C’est la référence à la Phénicie qui permet cette réorientation. L’« esprit » retrouve son sens premier de « souffle » par rapprochement avec les antiquités phéniciennes qui viennent rendre leur vérité aux Écritures. Dans la perspective de Voltaire, la vision phénicienne du monde est celle qui est digne de foi et la Bible ne doit son crédit qu’à la possibilité d’une lecture qui prouve sa conformité avec elle : ce renversement est le préalable nécessaire à l’énoncé de l’« éternité de la matière » comme socle commun des croyances de « tous les autres peuples ». Le critère de l’unanimité est ici retenu comme fondateur de vérité. Si aucun auteur de l’Antiquité, pas même celui du Pentateuque correctement interprété, ne met en doute la primauté de la matière, c’est que l’idée est incontestable.

9L’argument du sens commun antique pour fonder la théorie de l’existence première de la matière sera largement repris par les savants du XIXe siècle. Félix Pouchet l’exprime ainsi dans son traité de l’Hétérogénie :

  • 14  Félix Archimède Pouchet, op. cit., p. 130.

Toutes les cosmogonies s’accordent sur ce point, c’est que la matière a précédé le souffle divin qui l’anime (Bory Saint-Vincent, Dictionnaire classique d’histoire naturelle, art. Matière, t. X, p. 248). Le livre fondamental de notre foi s’exprime dans ce sens, lorsqu’il nous dépeint les scènes imposantes de la création. Celle-ci n’a été qu’un grand acte de la volonté de Dieu réagissant sur l’inertie de la matière préexistante, et lui intimant la vie et le mouvement. Quelques philosophes chrétiens pensent aussi, avec Gassendi, que le texte sacré ne dit nullement que le monde a été produit de rien, mais au contraire qu’il a été formé à l’aide d’une substance inapercevable, ex invisâ materiâ14.

10L’accord de « toutes les cosmogonies » est requis pour dire que « la matière a précédé le souffle divin qui l’anime ». Pouchet leur adjoint la caution, pour le moins douteuse, de « quelques philosophes chrétiens » qui interprètent la Bible « avec Gassendi ». Le nom du libertin notoire est brandi pour dire la vérité de la Genèse – et la Genèse n’est une vérité que si elle coïncide avec une pensée matérialiste des origines telle qu’elle s’énonçait naïvement dans les anciennes cosmogonies et se formule aujourd’hui dans les travaux scientifiques.


***

  • 15  Gustave Flaubert, Correspondance, op. cit., III, p. 102.

11Dans cette optique, nous pouvons mieux comprendre la nature du lien entre les « lectures puniques » et les lectures scientifiques de Flaubert, et particulièrement celle de Félix Pouchet, pendant la période de rédaction de Salammbô. On trouve  à la date du 5 août 1860 une lettre à Madame Jules Sandeau où le romancier écrit : « J’entremêle mes lectures puniques (qui ne sont pas légères) d’autres facéties graves. Je me livre maintenant au volumineux bouquin de mon ami le docteur Pouchet sur les générations spontanées. »15 C’est la nature de cet entrelacement que nous voulons interroger à présent. Il pourrait s’agir d’une récréation savante sans rapport direct avec l’écriture du roman. Mais l’influence des idées de Félix Pouchet, qui ont pu d’ailleurs atteindre Flaubert bien avant la lecture de son grand œuvre (le docteur Pouchet était l’élève du père de Flaubert et l’ami de la famille) est si visible dans l’élaboration de la cosmogonie phénicienne de Salammbô qu’on est amené à penser autrement la coïncidence des « lectures puniques » et des lectures « spontanéistes ».

12Quelques extraits de la bibliographie de l’Hétérogénie ou Traité de la génération suffiront à donner une idée de la communauté de savoirs entre Flaubert et Pouchet :

  • 16  Félix Archimède Pouchet, op.cit, bibliographie p. I à XXXII.

Berthelot, Thèse inaugurale, Montpellier, 1856.
Biblia sacra, Juges, chap. XIV, v. 14 ; Ecclésiaste, chap. III.
Bost (J. A.), Dictionnaire de la Bible, Paris, 1849.
Brecher, L’immortalité de l’âme chez les Juifs, traduit de l’allemand par Isidore Cahen, Paris, 1857.
Cahen, La Bible avec l’hébreu en regard, ou (sic) les principales variantes de la version des Septante, Paris, 1834.
Champollion (jeune), Panthéon égyptien, Paris, 1823.
Creuzer (F.), Religions de l’antiquité, Paris, 1825.
Darwin, Journal des voyages dans l’Amérique du Sud, de 1832-1836. Voyage du Beagle, t. III, p. 557, « Proceedings of the geolog. soc. », n. 51, p. 552.
Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, Paris, 1846.
Flourens, Cours sur la génération, l’ovologie et l’embryologie, Paris, 1835
Gerlach, Le Nouveau Testament, avec notes explicatives, Paris, 1846.
Humboldt, Alex. de, Cosmos. Essai d’une description physique du monde. Paris, 1855.
Pouchet (Georges), De la pluralité des races humaines, Paris, 1858, p. 174.
Straus, Théologie de la nature, Paris, 1852.
Strabon, Géographie, trad. franç.
Pline, Histoire naturelle, liv. X, ch. LXXXVII16.

13On relève dans cette liste quelques-unes des « bibles » de Flaubert pour Salammbô : Cahen, bien sûr, mais aussi Creuzer, Diodore et Pline. Comme le roman, le traité scientifique prend sa source dans les antiquités classiques et bibliques relues à la lumière des traductions et des critiques modernes. L’importance du corpus exégétique est considérable (le traité sur « l’immortalité de l’âme chez les Hébreux » du fils de Samuel Cahen, Isidore, fait aussi partie de la bibliothèque de Flaubert). Les mentions de Darwin (qui publiera la même année ses Origins of the Species, on sait avec quel éclat), de Morton et surtout celle du fils de Félix Pouchet, Georges, attestent le lien entre la pensée du spontanéisme et celle de l’ethnologie, ou plutôt de la raciologie, qui se met en place à la même époque et en est la continuation : à cet égard, la filiation entre les deux Pouchet, père et fils, prend tout son sens. Le travail de Flaubert ne peut ignorer ces théories de l’origine avec lesquelles il entre en contact pendant la période d’élaboration de Salammbô, période qui correspond exactement avec celle de leur mise en circulation dans le public. Il nous importe maintenant de trouver les points d’articulation entre les théories présentées dans l’Hétérogénie et la cosmogonie phénicienne récrite par Flaubert dans Salammbô.

  • 17  Félix Archimède Pouchet, op. cit., p. 8-9.
  • 18  Ibid., p. 347.
  • 19  Ibid.
  • 20  Ibid., p. 9.

14Félix Pouchet, dans le Traité de la génération spontanée qu’il publie en 1859, défend, contre Pasteur et Milne-Edwards, l’idée d’une « force génésique » qui aurait présidé à la création et qui continuerait de s’exercer dans la formation et la transformation des espèces17. Il ne s’agit pas de comprendre l’hétérogénie comme « la création immédiate d’animaux parfaits, surgissant instantanément de la rencontre fortuite de leurs éléments au milieu de la matière » ni de la confondre avec l’abiogénèse qui est la production d’un être vivant à partir de la matière brute. L’hétérogénie est la production d’un être vivant sans parents à partir d’une matière anciennement vivante. C’est une « force encore inexpliquée », une « manifestation plastique » sous l’empire de laquelle « quelques molécules se sont rencontrées pour engendrer un ovule imperceptible, presque un point mathématique ». En somme, « les hétérogénistes se bornent à ne considérer que le point initial de la force vitale et de la matière »18. On est très loin des caricatures données par les détracteurs de la théorie qui se moquaient des souris engendrées spontanément par de vieux chiffons. Pouchet récuse d’emblée ces accusations, car « ce n’est nullement là que réside la question ». Ni la souris ni « le lion »19 ne relèvent de son propos. Ce qu’il cherche c’est le point d’origine (qu’il appelle « force initiale ») de la formation des organismes. Ce qu’il récuse, c’est la possibilité d’une solution de continuité entre la matière inerte et le vivant. Ce qu’il refuse, c’est de conclure : les « forces » dont il a l’intuition sont pour lui « encore inexpliquées »20.

  • 21  Les travaux de Darwin sont immédiatement reçus en France comme une corroboration du spontanéisme, (...)
  • 22  Voir à ce sujet l’article « Génération spontanée » du Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution(...)

15Le grand mérite de l’Hétérogénie, même si elle est destinée à perdre contre Pasteur, est d’être une œuvre ouverte et comme un appel d’air pour les théories gagnantes du futur et particulièrement celle de l’évolution21. Plus récemment, la question de la génération spontanée a fait l’objet d’un réexamen très sérieux à l’occasion des recherches sur l’apparition de la vie sur la terre : l’idée d’une forme primordiale de la vie qui aurait pris naissance d’une matière organique dissoute dans les eaux de la planète n’est plus considérée comme absurde22.

  • 23  Félix Archimède Pouchet, op. cit., p. 11.
  • 24  « L’idée de l’existence des générations spontanées est si naturelle, qu’on en trouve des traces da (...)
  • 25  « Aristote (Histoire des animaux, trad. de Camus, t. 1) « prétend que la fermentation du limon de (...)
  • 26  Ibid., p. 326.

16Pour nous, le principal intérêt de la thèse de Pouchet, qui s’appuie sur une série d’expériences longuement rapportées dans le Traité, est qu’elle se définit comme le prolongement scientifique et moderne de l’intuition antique de la génération spontanée : « La génération spontanée était presque un dogme pour la plupart des philosophes de l’antiquité et cette sentence : Corruptio unius est generatio alterius, restait incontestée comme l’expression d’une vérité fondamentale. Pour eux, tous les animaux dont la génération n’étalait pas ostensiblement ses mystères à nos yeux, étaient réputés comme naissant spontanément des éléments des corps parmi lesquels on les découvrait, sous l’influence fécondante de la chaleur, de l’air et de l’humidité. »23 Le spontanéisme, même naïf, même reposant sur des « fables », même grossier dans sa formulation et fautif dans ses conclusions, est une pensée « naturelle » donc vraie dans son principe, « si naturelle, qu’on en trouve des traces dans les plus graves écrits de toutes les nations et de tous les temps ». Il ne s’agit pas là d’une allégeance au sens commun ou à l’idée reçue mais de la reconnaissance d’une vérité latente « dans les anciens mythes ou les croyances populaires » que les sciences modernes se doivent à la fois de mettre à jour et d’affiner par les moyens expérimentaux. Pouchet ne dit pas avec les Juges que les abeilles naissent spontanément des entrailles d’un lion24, ni avec Aristote que le limon de la mer donne naissance à des poissons25 ; et il tient à « insister sur ce point, c’est que la génération primaire ne produit jamais un animal de toutes pièces, mais que seulement elle engendre des ovules spontanés, dans le milieu proligère, absolument sous l’empire des mêmes forces qui façonnent des ovules dans le tissu de l’ovaire. »26 Mais le lien avec les pensées anciennes est maintenu et renouvelé. La fable sert la science ou plutôt la dit dans son langage propre et, en retour, fait rêver la science :

  • 27  Ibid., p. 18-19.

Pline assure qu’il existe quelques animaux qui sont engendrés par des êtres non engendrés, et dont l’origine n’est nullement semblable à celle des autres espèces (liv. X, ch. LXXXVII), et il assure aussi qu’il se forme une foule d’insectes ailés à même la poussière des cavernes.
Diodore de Sicile, en décrivant le sol de la fertile Égypte, prétend que, lorsque le soleil échauffe et dessèche le récent limon du Nil, on voit sortir de celui-ci une foule d’animaux dont l’origine ne peut être douteuse, puisqu’il en est encore parmi eux qui, incomplètement formés, débattent à la surface du sol leur tronc tout à fait achevé, tandis que leur train de derrière encore informé et incomplet reste adhérent à la terre. (t. I, p. 12)
[...] Plutarque dit que le sol de l’Égypte passait pour engendrer spontanément des rats, et Porphyre fait aussi mention de cette croyance. Enfin, tout le monde sait que Virgile prétendait que les abeilles naissaient au milieu des chairs en putréfaction d’un taureau27.

  • 28  Ibid., p. 80 : « Plusieurs des savants allemands que nous venons de citer (J. Muller, Burmeister, (...)
  • 29  Plus pour longtemps. Avec le triomphe de Pasteur et la défaite de Pouchet, plus tard avec le raidi (...)

17Ces « prétentions » sont énoncées comme telles mais c’est moins leur contenu qu’il s’agit d’apprécier que leur convergence en direction d’une vérité confusément et collectivement entrevue. Ranimer le débat de la génération spontanée comme le fait Pouchet après Lamarck est un geste qui relève de la « Renaissance » c’est-à-dire du réveil d’une parole antique rendue à la vie dans le champ de la pensée contemporaine. Le mouvement, comme tant d’autres, vient d’Allemagne. Pouchet montre ainsi que les savants allemands de son temps rejoignent non seulement la philosophie (Aristote) mais également les religions de l’Antiquité dans leur entreprise de restauration de la « puissance » de la génération spontanée28. La « croyance » antique est le noyau de la « vérité » moderne29.

  • 30  Félix Archimède Pouchet, op. cit., p. 11.

18La génération spontanée « était presque un dogme pour la plupart des philosophes de l’antiquité. »30Or, ce dogme  pourrait remonter à la Phénicie, et précisément à la cosmogonie de Sanchoniathon. L’hypothèse est présentée par Renan :

  • 31  Ernest Renan, op. cit., p. 15.

Une théorie de la génération spontanée, caractérisée par les deux mots sacramentels de Μωτ et de Ζωφασημιν (ou mieux Ζοφησαμην), suit, dans le texte de Sanchoniathon, la cosmogonie que nous venons d’exposer [...] M. Ewald rapproche Μωτ de l’arabe « matière ». M. Bunsen, plus hardi encore, propose de lire Μωχ ; ce mot , qu’il explique par l’hébreu, est pour lui identique à Μωχοσ, qui figure ailleurs comme le nom d’un auteur phénicien, que les Grecs ont pris pour l’inventeur de la philosophie atomistique. La philosophie de Môkh désigne ainsi, selon M Bunsen, la philosophie de la matière première, qui, par une bévue assez naturelle, serait devenue pour les Grecs la philosophie de Mochus31.

19et par Creuzer :

  • 32  Frédéric Creuzer, op. cit., p. 840 et suiv.

Mochus ou Moschus, forme non moins autorisée, qui l’a fait rapprocher de Moïse, et qui doit peut-être son origine à cette hypothèse même, était de Sidon ; et, si l’on en croit Posidonius, il aurait, dès les temps antérieurs à la guerre de Troie, exposé le dogme des atomes32.

  • 33  Tennemann, Wilhelm Gottlieb, Manuel de l’histoire de la philosophie, traduit de l’allemand par V. (...)
  • 34   Ibid, p. 861, note.

20Celui-ci cite également à l’appui Schlegel qui parle de la cosmogonie de Sanchoniathon « dans les fragments de laquelle quelques modernes ont cru trouver aussi le caractère matérialiste de la philosophie atomistique (Fr. Schlegel, Weisheit der Indier, p. 118) » et renvoie à Tennemann dans son histoire de la philosophie traduite par Victor Cousin : « Le stoïcien Posidonius cite Moschus comme le premier auteur de la doctrine des atomes. »33 Le sens ultime de la cosmogonie phénicienne réside donc bien dans sa rencontre avec la pensée organiciste moderne : « Personne, du reste, n’a mieux saisi le vrai sens de Sanchoniathon que Wagner (Edeen zur Mythol. der alten Welt, p. 277), qui, par ces animaux d’abord dépourvus de sentiment et sous la forme d’œuf, qui s’éveillent ensuite à l’intelligence, entend les monades sommeillantes (nous dirions les embryons) de la vie organique. »34

  • 35  Félix Archimède Pouchet, op. cit., p. 136.

21Pour celui qui lit conjointement le texte phénicien et celui de Pouchet, comme Flaubert a pu le faire et comme nous l’avons fait, la coïncidence entre l’« œuf » primordial de l’auteur antique et l’idée moderne des « ovules » est en effet remarquable. Chez Damascius, la terre naît d’un œuf qui se brise. Pouchet, lui, parle d’un ovule « qui recèle en lui-même toute sa puissance architectonique » ; « ce n’est pas la mère qui forme l’œuf » mais le contraire. L’« œuf » selon Pouchet citant Stahl jouit « d’une vitalité qui (lui) est propre et non étrangère »35. C’est en lui que se concentrent toutes les puissances de la génération. Et c’est sous cette forme que les phéniciens figuraient la force originelle de la création. Il existerait donc une pensée originelle, spontanée, des peuples antiques, dont la vérité aurait été perdue au cours de l’ère chrétienne puis retrouvée par les modernes, la cosmogonie orientale pouvant dans ces conditions être lue comme l’expression d’un évolutionnisme naturel.

  • 36  Ibid., p. 159-161.

22C’est ce qu’il appelle la « raison instinctive » qui, selon Félix Pouchet, a guidé autrefois les « auteurs inspirés des principales cosmogonies ». À propos de l’eau, qu’il regarde comme « l’un des éléments indispensables au développement des Proto-organismes », Pouchet évoque les cosmogonies indiennes où « s’offre la charmante figure de Maya, mère de la mer de lait, matière première de toutes choses » ; et il ajoute en note : « c’est une des plus gracieuses conceptions de l’art indien. Cette déesse, richement parée et entourée du voile des préformations, dont les plis recèlent toute la création, effleure légèrement la surface de la mer de lait qui s’écoule de son sein en deux longs ruisseaux. »36 Cela, que Pouchet reprend directement de Creuzer, est aussi la source du dernier mouvement de la cosmogonie de Schahabarim dans Salammbô : « et Rabbetna, telle qu’une nourrice, se pencha sur le monde, versant sa lumière comme un lait et sa nuit comme un manteau. » (p. 110-111). La cosmogonie indienne vient embrasser la cosmogonie phénico-punique pour produire la figure de Tanit, le syncrétisme s’opérant dans l’écriture par la conversion en images poétiques (« comme un lait », « comme un manteau ») d’éléments prélevés à la représentation plastique de la déesse. Maya « richement parée et entourée du voile des préformations » devient Tanit entourée de son manteau  « génésique », le zaïmph, qu’elle reverse sur le monde dans un geste marial d’une tendresse infinie et d’une merveilleuse simplicité. La déesse s’incarne par la métaphore en servante des créatures ; et c’est Taanach courbée sous son amour pour Salammbô et montrant sa mamelle tarie du lait dont elle l’a nourrie. Le récit génésique engendre et contient la création romanesque. L’esclave est descendue du ciel comme le « manteau de Tanit ». La genèse du monde est aussi la genèse du monde de Salammbô et contient les formes premières du roman qui se développeront dans l’à venir du texte.


***

23Derrière la « querelle de Sanchoniathon » on découvre ainsi une autre bataille, celle de la génération spontanée, autrement virulente et dont le retentissement touche un public beaucoup plus large, mais très fortement liée à la première. La question de la genèse se pose en effet à la fois en termes philologiques, religieux et scientifiques. Les trois niveaux de réflexion sont pensés ensemble : c’est encore le cas au dix-neuvième siècle. La polémique scientifique ne se sépare jamais du combat religieux ou antireligieux. Toucher à la Genèse, s’en emparer et la récrire en la retournant comme l’a fait Flaubert pour Salammbô, c’est toucher au voile de Tanit : il ne peut s’agir d’un exercice de style ni d’une « folie » archéologique mais d’un geste qui engage et dont les enjeux sont très clairs dans ce moment de violence idéologique qui marque la France du Second Empire.

  • 37  Ibid.., p. 95.
  • 38  Revue germanique, tome XVII, septembre-octobre 1861, L. Vacher, « La question des générations spon (...)

24Pouchet avait pourtant bien pris garde de ménager les susceptibilités cléricales, d’une part, comme nous l’avons vu, en se référant à des traductions et interprétations de la Genèse qui allaient dans son sens, d’autre part en affirmant la compatibilité de son propos avec la croyance en un Dieu créateur. Si « pour quelques-uns, la question de la génération spontanée est un imprudent défi jeté à la face de la religion ; question formidable s’il en fût, qui, selon eux, sape les bases de nos croyances et renverse les lois de la terre et du ciel ! », ce sont selon lui des « frayeurs illégitimes, car si le phénomène existe, c’est que Dieu a voulu l’employer »37. L’argument est un peu faible, et les censeurs, toujours plus avisés qu’on croit, ne s’y sont pas laissé prendre, reprenant presque terme pour terme les précautions oratoires de Pouchet pour les lui renvoyer sous forme d’accusation. Les contemporains favorables à Pouchet ne s’y trompent pas davantage. L’article intitulé « La question des générations spontanées » paru dans la Revue germanique en 186138 prend parti en faveur de l’Hétérogénie contre Pasteur et Milne-Edwards au nom de la fidélité de Pouchet aux « principes de l’école physiologique allemande, qui n’a reculé devant aucune de ses conséquences audacieuses ». Il ajoute, pour lever toute ambiguïté : « Nous ne pensons pas que les raisons qu’invoque le docteur Pouchet soient de nature à satisfaire les exigences théologiques ; la doctrine des générations spontanées, sous quelque forme qu’on la présente, de quelque autorité qu’on cherche à l’étayer, sera toujours très-malsonnante aux oreilles de l’Église : au fond, cette doctrine est la pierre angulaire du naturalisme, et l’école allemande, avec cette hardiesse de généralisation qui la caractérise, a signalé avec netteté toutes les conséquences cosmogoniques qui en découlent. »

  • 39  Cité dans l’article « génération spontanée » du Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, sous (...)
  • 40  Cité par Jean Rostand dans La Genèse de la vie, histoire des idées sur la génération spontanée, Ha (...)
  • 41  Anecdote rapportée dans le Dictionnaire du darwinisme, op. cit. Pour les mêmes raisons (complaire (...)

25Les éléments du débat sur la question, qui avait repris de la vigueur au XVIIIe siècle à la suite des expériences de Buffon, ne laissent d’ailleurs guère de doute quant à la légitimité des « frayeurs » cléricales. D’Holbach, par exemple, s’était emparé des travaux de Buffon pour soutenir que la théorie de la génération spontanée « exonère de la croyance suivant laquelle les êtres vivants avaient fait l’objet d’un acte particulier de création »39. Fontenelle, au contraire, en récusait fortement les conclusions. Dans son opuscule Sur l’Existence de Dieu, il affirmait que « tous les animaux qui paraissent venir ou de pourriture ou de poussière humide et échauffée ne viennent que de semences que l’on n’avait pas aperçues » et il en inférait l’existence de Dieu : « La terre devait être jadis dans le même état où elle est présentement ; et si, de nos jours, la rencontre fortuite des parties de la matière ne peut produire des êtres vivants, l’impossibilité n’était pas moindre à l’origine. On ne saurait donc se dispenser d’attribuer à un Créateur la genèse des premiers êtres. »40 La question se pose à nouveau à l’occasion des travaux de Lamarck qui réaffirme l’idée selon laquelle les organismes primitifs les plus simples avaient été et étaient toujours engendrés par génération spontanée. D’après lui les forces physiques (lumière, chaleur), agissant sur la matière organique, peuvent la structurer de manière à lui faire acquérir les propriétés caractéristiques d’un être vivant. Mais ses travaux se heurtent à de fortes résistances académiques. La censure exercée sur Pouchet sous le Second Empire rappelle la contrainte idéologique et politique exercée sur la science sous le règne de Napoléon Ier : une anecdote célèbre raconte qu’un savant ayant demandé à Cuvier s’il croyait à la génération spontanée, celui-ci aurait répondu, « L’empereur ne veut pas »41.

  • 42  Voir Gustave Flaubert, Correspondance, op. cit., II, p. 313, lettre de Flaubert à Jules Duplan : « (...)
  • 43  Rapporté par Jean Bruneau dans Gustave Flaubert, Correspondance, op. cit., III, p. 1096.

26L’autre empereur ne voudra pas davantage. Quelques mois avant la querelle de Salammbô, au cours de laquelle Flaubert sera accusé de « vouloir ramener le paganisme »42, l’Académie des Sciences met à l’index l’ouvrage de Félix Pouchet en condamnant « cette monstruosité philosophique, cette idée destinée à fournir des armes au panthéisme et au matérialisme, à saper les bases de la religion et de l’État. »43 Flaubert le rappellera dans le Dictionnaire des idées reçues en se souvenant des attaques dont l’Hétérogénie avait fait l’objet : « Génération spontanée = théorie socialiste ».

Haut de page

Document annexe

  • Annexe (application/pdf – 106k)
Haut de page

Notes

1  Voir à ce propos le très curieux ouvrage, Friedrich Wagenfeld, Analyse des neuf livres de la chronique de Sanchoniaton, Paris, 1836, traduit de l’allemand par Ph. Lebas, avec le fac-simile du dernier livre. Ce livre, que Flaubert fait figurer dans le dossier Sources et méthode de Salammbô, prétend donner la traduction intégrale de l’Histoire phénicienne à partir d’un manuscrit original « retrouvé » au Portugal. La mystification sera très vite dénoncée.

2  Gustave Flaubert, Salammbô, « Garnier-Flammarion », Flammarion, 2001, p. 111. Les références aux pages de cette édition seront données désormais entre parenthèses dans le corps du texte.

3  Frédéric Creuzer et J. D. Guigniault (avec la collaboration d’A. Maury), Religions de l’antiquité, Treuttel et Würtz, 1829-1835.

4  Gustave Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, tome I, p. 493-494, lettre du 7 avril 1848 à Maxime Du Camp : « Alfred est mort lundi soir à minuit. Je l’ai enterré hier et je suis revenu. Je l’ai gardé pendant deux nuits (la dernière nuit, entière), je l’ai enseveli dans son drap, je lui ai donné le baiser d’adieu et j’ai vu souder son cercueil. J’ai passé là deux jours... larges. En le gardant je lisais Les Religions de l’antiquité de Creuzer. »

5  Eusèbe Pamphile, Préparation évangélique, Démonstrations évangéliques ... publiées par l’abbé M*** (Migne), tome premier, 1842, gr. in-8°, chapitre X, Théologie des Phéniciens, p. 524-531.

6  Ernest Renan, Mémoire sur l’origine et le caractère véritable de l’histoire phénicienne qui porte le nom de Sanchoniathon, Imprimerie impériale, 1858. Nous donnons les textes de ces traductions en annexe.

7  Ibid., p. 4.

8 C’est la thèse de Renan, ibid., p. 15.

9  Frédéric Creuzer, op. cit., p. 842.

10  On sait que le dépassement de cette opposition est l’une des préoccupations de Flaubert : « Je suis convaincu que les appétits matériels les plus furieux se formulent insciemment par des élans d’idéalisme, de même que les extravagances charnelles les plus immondes sont engendrées par le désir pur de l’impossible, l’aspiration éthérée de la souveraine joie. Je ne sais (et personne ne sait) ce que veulent dire ces deux mots : âme et corps, où l’une finit, où l’autre commence. Nous sentons des forces et puis c’est tout. Le matérialisme et le spirirualisme pèsent encore trop sur la science de l’homme pour que l’on étudie impartialement tous ces phénomènes. » (Correspondance, op. cit., tome III, p. 16-17)

11  Félix Archimède Pouchet, Hétérogénie ou Traité de la génération spontanée, Baillière et Fils, 1859, p. 98.

12  Et particulièrement celle de Samuel Cahen, que Flaubert a lue attentivement avant d’écrire Salammbô. Voir notre transcription des notes de lecture de Flaubert intitulées « Bible, trad. de Cahen », Pierpont Morgan library, New York, fonds Heineman, manuscrit 88, f° 305 à 342, publiées sur le site de l’Université de Rouen.

13  Voltaire, Dictionnaire philosophique, Œuvres complètes de Voltaire, Renouard, 1819-1825, 66 vol., tome XXXVI, article GENÈSE, p. 226.

14  Félix Archimède Pouchet, op. cit., p. 130.

15  Gustave Flaubert, Correspondance, op. cit., III, p. 102.

16  Félix Archimède Pouchet, op.cit, bibliographie p. I à XXXII.

17  Félix Archimède Pouchet, op. cit., p. 8-9.

18  Ibid., p. 347.

19  Ibid.

20  Ibid., p. 9.

21  Les travaux de Darwin sont immédiatement reçus en France comme une corroboration du spontanéisme, même si, selon Yvette Conry (L’Introduction du darwinisme en France au XIXe siècle, Vrin, 1974, 480 p.), il pourrait s’agir d’un malentendu ou d’une confusion qui « laisse le lecteur incapable de décider si l’on porte au crédit de Darwin l’adhésion à la spontéparité ou si, dans une démarche en retrait, l’on se contente d’en postuler la compatibilité » (p. 72). Toujours est-il qu’elle mentionne les propos de A. Puech qui, dans L’homme, ses origines d’après le système de Darwin, 1873, pourra dire : « évidemment, il (Darwin) croit à la génération spontanée » (p. 12) ; et ceux de C. James qui, dans Du darwinisme ou l’homme-singe, 1877, présentera ainsi la pensée de Darwin : « système, moins le mot, des générations spontanées » (p. 71).

22  Voir à ce sujet l’article « Génération spontanée » du Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, sous la direction de Patrick Tort, PUF, 1996, 3 volumes, vol. 2, p. 1821-1824 et sa conclusion : « La question reste encore ouverte, mais quelques solutions partielles, assurément valides, ont déjà été atteintes ».

23  Félix Archimède Pouchet, op. cit., p. 11.

24  « L’idée de l’existence des générations spontanées est si naturelle, qu’on en trouve des traces dans les plus graves écrits de toutes les nations et de tous les temps. J’avoue que celles-ci n’ont ordinairement rien de sérieux, surtout lorsqu’elles figurent dans les anciens mythes ou les croyances populaires, mais il n’en ressort pas moins un argument de quelque valeur, c’est que la notion de la spontéparité est universellement répandue, et a traversé tous les siècles de la civilisation. Dans les Juges, l’écrivain inspiré fait naître un essaim d’abeilles de la corruption des entrailles d’un (p. 11) jeune lion, et Samson en dérobe le miel pour son festin. », Félix Archimède Pouchet, op. cit., p. 10.

25  « Aristote (Histoire des animaux, trad. de Camus, t. 1) « prétend que la fermentation du limon de la mer et des marécages donne fréquemment naissance à certaines espèces de poissons, en se fondant principalement sur ce que souvent les voyageurs ont observé que de nombreuses légions de ceux-ci apparaisaient dans des marais absolument deséchés, lorsque les pluies y ramenaient une quantité d’eau (p. 17) suffisante [...] Théophraste a été le continuateur de son maître relativement à ses opinions sur la spontéparité. On a de lui un livre sur les animaux qui apparaissent subitement... » Ibid., p. 16.

26  Ibid., p. 326.

27  Ibid., p. 18-19.

28  Ibid., p. 80 : « Plusieurs des savants allemands que nous venons de citer (J. Muller, Burmeister, Bremser, Burdach) ont même donné à la génération spontanée une puissance que nous sommes loin de lui accorder, mais qui témoigne de leurs profondes convictions. »

29  Plus pour longtemps. Avec le triomphe de Pasteur et la défaite de Pouchet, plus tard avec le raidissement de Berthelot dans son positivisme étroit, le monde sera définitivement désenchanté – et plus question de citer Pline ou Diodore à l’appui d’une expérience de laboratoire. Le moment de Salammbô est aussi celui du dernier moment lettré de la science.

30  Félix Archimède Pouchet, op. cit., p. 11.

31  Ernest Renan, op. cit., p. 15.

32  Frédéric Creuzer, op. cit., p. 840 et suiv.

33  Tennemann, Wilhelm Gottlieb, Manuel de l’histoire de la philosophie, traduit de l’allemand par V. Cousin, A. Sautelet, 1829, tome I, p. 72-73, § 74, « Les Phéniciens ».

34   Ibid, p. 861, note.

35  Félix Archimède Pouchet, op. cit., p. 136.

36  Ibid., p. 159-161.

37  Ibid.., p. 95.

38  Revue germanique, tome XVII, septembre-octobre 1861, L. Vacher, « La question des générations spontanées », p. 340-356, p. 356 et 352 pour les citations.

39  Cité dans l’article « génération spontanée » du Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, sous la direction de Patrick Tort, PUF, 1996, 3 volumes, vol. 2, p. 1821-1824.

40  Cité par Jean Rostand dans La Genèse de la vie, histoire des idées sur la génération spontanée, Hachette, 1943, p. 35. Il est à noter que l’auteur de cette excellente synthèse place en épigraphe de son livre une phrase de Renan : « Le passage du brut au vital est toujours ce qui m’a le plus préoccupé ».

41  Anecdote rapportée dans le Dictionnaire du darwinisme, op. cit. Pour les mêmes raisons (complaire à l’Empereur en préservant l’orthodoxie), Cuvier ne se prononcera pas sur la vraisemblance géologique du Déluge, pusillanimité qui lui sera reprochée par Alfred Maury dans l’article qu’il consacre à la question et où il veut démontrer les incohérences de la Genèse (Encyclopédie moderne, tome XII, p. 52-85).

42  Voir Gustave Flaubert, Correspondance, op. cit., II, p. 313, lettre de Flaubert à Jules Duplan : « À propos d’attaque, sais-tu que j’ai été dénoncé comme corrupteur des mœurs dans deux églises ? 1° église Sainte-Clotilde, 2° église de la Trinité (rue de Clichy). Là, le prédicateur s’apelait l’abbé Becel. J’ignore le nom de l’autre. Tous deux ont tonné contre l’impudicité des mascarades, contre le costume de Salammbô ! Ledit Becel a rappelé la Bovary et prétend que cette fois je veux ramener le paganisme. Ainsi l’Académie et le clergé m’exècrent. Ca me flatte, et ça m’excite !!! »

43  Rapporté par Jean Bruneau dans Gustave Flaubert, Correspondance, op. cit., III, p. 1096.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Bouvier, « « Au fracas de la foudre, les animaux intelligents s'éveillèrent » », Flaubert [En ligne], 5 | 2011, mis en ligne le 12 juillet 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1323

Haut de page

Auteur

Agnès Bouvier

ITEM/ENS-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page