Navigation – Plan du site

Fiction et documentation. Les manuscrits Flaubert de la Fondation Martin Bodmer. Édition et présentation par Gisèle Séginger

Bâle, Éditions Schwabe, 2010
Jeanne Bem
Référence(s) :

Fiction et documentation. Les manuscrits Flaubert de la Fondation Martin Bodmer. Édition et présentation par Gisèle Séginger, Bâle, Éditions Schwabe, 2010, 158 pages

Texte intégral

1La plupart des manuscrits de Flaubert se trouvent dans de grandes bibliothèques françaises, d’autres sont dispersés chez des particuliers. Il existe une petite collection, précieuse pour les chercheurs, dans une institution suisse : la Fondation Bodmer à Cologny.

2Ce sont des textes divers, qui vont du simple feuillet au manuscrit complet d’un roman. Ils ont été assemblés de manière aléatoire, au gré des achats, sur plusieurs décennies. Retrouver la trace de la moindre ligne tombée de la plume du maître, reconstituer quelque chose comme le Grand Livre de Flaubert, telle est la quête collective à laquelle contribuent ces acquisitions. C’est évidemment un important service que Gisèle Séginger rend aux flaubertiens, en procédant à l’édition scientifique de l’ensemble de ce fonds — exception faite du manuscrit de L’Éducation sentimentale de 1845, qui aurait demandé un livre entier.

  • 1 Gustave Flaubert, Œuvres de jeunesse, Œuvres complètes I, C. Gothot-Mersch et Guy Sagnes éd., Galli (...)
  • 2 Voir sa Note sur le texte, ibid., p. 1540-1541.
  • 3 Notes et variantes, ibid., p.  1541-1580.

3Ainsi, le manuscrit de ce roman de jeunesse n’a pas fait, en tant que tel, l’objet d’une édition, à ce jour. Cependant, Claudine Gothot-Mersch a donné cette première Éducation sentimentale dans le tome I de la nouvelle édition des Œuvres complètes de Flaubert dans la Pléiade1, et elle a pris son texte directement sur le manuscrit autographe conservé à Cologny2. En conséquence, l’éditrice de la Pléiade a publié un nombre important de passages biffés ou ajoutés et de corrections, sous forme de variantes3.

  • 4 Gustave Flaubert, Voyage en Orient, édition présentée et établie par C. Gothot-Mersch, annotations (...)

4Parmi les manuscrits transcrits et publiés par Gisèle Séginger dans Fiction et documentation, certains ne sont pas des inédits. C’est le cas d’un manuscrit sans titre formé de deux folios, qu’il est d’usage d’appeler « Le Chant de la Courtisane » — une sorte de poème en prose dans le style des Chansons madécasses d’Évariste de Parny, composé par Flaubert à son retour d’Orient, mettant en scène de manière humoristique son ami et compagnon de voyage, Maxime Du Camp. Une transcription de ce texte a été donnée en appendice à leur édition du Voyage en Orient par Claudine Gothot-Mersch et Stéphanie Dord-Crouslé4.

  • 5 Voir la note 13, p. 44, dans Fiction et documentation.
  • 6 Le dossier financier dans D. Siler, « Du nouveau sur la genèse de Madame Bovary », R.H.L.F., janvie (...)

5Sous le titre « Scénarios et notes pour Madame Bovary », Gisèle Séginger édite un manuscrit relié qui contient dix folios de nature disparate. Le folio 2 verso est un fragment de brouillon5 qui a été soustrait, en quelque sorte, aux brouillons de Madame Bovary dont l’ensemble est conservé à la Bibliothèque municipale de Rouen. Les autres folios se divisent en un dossier financier et un dossier médical. Sur leur recto et leur verso, ils présentent des notes documentaires, mais aussi, par endroits, une ébauche rédactionnelle qui s’apparente à un fragment de scénario ou de brouillon — ainsi, un dialogue qui commence par « À la mère Rolet […] » (fo 5, p. 47) ; un bout d’analyse psychologique : « C’est elle qui est l’homme […] » (fo 5 vo, p. 48) — ou encore des résumés de clarification, dont un est une véritable fiche sur Lheureux (fo 2, p. 42-44). Flaubert a voulu coller au réel en ce qui concerne la circulation des billets à ordre, et le dossier financier montre ses efforts pour ne pas perdre pied. Le dossier médical est purement documentaire. Un folio (fo 6,p. 48) présente des notes à finalité vague, prises sur le Dictionnaire de médecine (1832-1846) du Dr Adelon. Sept pages de folios (du fo 6 vo au fo 9 vo) présentent des notes prises sur le Traité de médecine légale (1836) de Mathieu Orfila et concernent l’empoisonnement (particulièrement par l’arsenic) et ses symptômes. Ces deux dossiers ont déjà été transcrits et commentés par Douglas Siler dans deux articles de la R.H.L.F6. Orfila a été plusieurs fois démarqué par Flaubert dans les pages sur la mort d’Emma.

  • 7 Fiction et documentation, p. 114-139.
  • 8 Flaubert, Salammbô, Gisèle Séginger éd., GF Flammarion, 2001, p. 282-403.

6Dans Fiction et documentation, on trouve encore un manuscrit qui n’est pas un inédit : c’est un chapitre entier de Salammbô7, un texte parvenu à sa version définitive mais qui a été finalement sacrifié par Flaubert. C’est Gisèle Séginger elle-même qui l’a publié sous le titre « Le chapitre explicatif de Salammbô », avec un accompagnement critique allégé, en appendice à l’édition qu’elle a donnée de ce roman8.

  • 9 Fiction et documentation, p. 19.

7Sous le titre « Notes pour La Tentation de saint Antoine », Gisèle Séginger édite un folio unique qui présente au recto et au verso des notes prises sur l’Histoire ecclésiastique (1691-1738) de l’abbé Fleury. Ce folio date probablement d’une campagne de lectures du jeune Flaubert, à situer vers 1846-1849. C’est encore un exemple de débris rescapé d’un ensemble perdu – une cinquantaine de folios de notes, dont une partie, aux dernières nouvelles, se trouve actuellement chez un particulier9. Sur le folio acquis par la Fondation Bodmer, il est question de l’arianisme et de divers conciles du IVe siècle. Finalement, ces deux pages ont plutôt servi au moment de la troisième version de La Tentation.

  • 10 Ibid., p. 58.
  • 11 Ibid., p. 69-106.
  • 12 Ibid., p. 62.

8Le fonds possède un autre manuscrit de Flaubert de même statut, mais plus consistant : deux lots de manuscrits, deux très grandes feuilles pliées et couvertes d’écriture des deux côtés10, qui présentent des notes prises sur l’Histoire des Romains et des peuples soumis à leur domination de Victor Duruy (1843-1844)11. Cette lecture remonte peut-être déjà aux années 1844-1845 et correspond à l’ébauche du projet Salammbô : on voit que Flaubert prépare ses romans de loin12.

  • 13 Ibid., p. 148-158.
  • 14 Ibid., p. 141.

9On peut observer le même principe de préparation à long terme et d’utilisation différée pour le dernier manuscrit publié dans Fiction et documentation : sous le titre « Dossier préparatoire pour la copie de Bouvard et Pécuchet », c’est un ensemble de quatre folios (en tout sept pages) de notes prises sur l’édition de 1860 de l’ouvrage de Sainte-Beuve, Port-Royal13. Gisèle Séginger situe cette lecture en 1863, au lendemain de la parution de Salammbô14 et avant que le romancier ne se concentre sur L’Éducation sentimentale. Car si la première idée de Bouvard et Pécuchet remonte à 1852, on sait que le projet a été repris et a progressé dans ce moment intermédiaire. Le dossier Port-Royal, essentiellement constitué de citations, est à verser dans la partie « Copie » du projet Bouvard et Pécuchet.

  • 15 Ibid., p. 7-15.

10Gisèle Séginger a une grande familiarité avec Flaubert et elle est en particulier éditrice des deux premières Tentations et de Salammbô. C’est dire que les commentaires dont elle entoure cet ensemble de manuscrits sont instructifs et stimulants. Il y a une Introduction à tout le volume15, ainsi qu’une présentation précédant chacun des manuscrits édités. Cette présentation a d’abord pour objet de renseigner le lecteur sur l’aspect matériel du manuscrit, l’histoire de sa transmission, sa datation et ses circonstances, l’usage que Flaubert en a fait. Mais l’éditrice déborde largement ce cadre et utilise son travail éditorial comme tremplin pour des réflexions proprement génétiques et critiques. Ceci va de soi quand le statut du texte est littéraire. C’est le cas du « Chant de la Courtisane » et du « Chapitre explicatif de Salammbô ».

  • 16 Ibid., p. 27-29.
  • 17 Ibid., p. 109-113.
  • 18 Ibid., p. 112.

11Mettant en parallèle la thématique du « Chant » avec les paysages, les rencontres, les postures des deux voyageurs que relatent les lettres d’Orient de Flaubert, Gisèle Séginger s’interroge sur ce texte certes marginal et ludique, destiné à la sphère privée : est-ce un essai de conte drolatique ? est-ce une ultime manifestation du « rêve oriental », avant l’ascèse réaliste ?16 Quant au chapitre explicatif de Salammbô, elle propose des mises au point très éclairantes sur le moment de rédaction de ce chapitre, l’endroit du roman où il aurait pu être placé, le rapport de Flaubert aux études puniques qui commençaient à peine17, avant de livrer une réflexion littéraire : « La gageure est d’établir avec un sujet antique le même type de relation référentielle qu’avec un sujet moderne […]. Le chapitre explicatif aide Flaubert à fixer pour lui-même ce référent, fuyant, inexistant […] »18.

  • 19 Flaubert. Une poétique de l’histoire, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, p. 11.
  • 20 Fiction et documentation, p. 38-39.

12Gisèle Séginger travaille souvent dans le prolongement de ses recherches sur Flaubert et l’histoire. Dans Flaubert. Une poétique de l’histoire, elle a voulu montrer comment le romancier « transforme en structures narratives, en figures, en images une pensée de l’histoire, qui a d’ailleurs la particularité d’être moins systématique qu’interrogative, exploratoire »19. Le personnage de Lheureux dans Madame Bovary est une de ces figures. Dans l’analyse qu’elle fait de la fiche sur Lheureux, l’éditrice fait émerger « un combattant de l’ombre qui fait triompher la finance contre le rêve », mais surtout un acteur de la « révolution souterraine » perceptible dans le roman en dépit des ellipses du récit concernant les événements historiques marquants20.

  • 21 Ibid., p. 36.
  • 22 Ibid., p. 9.
  • 23 Ibid., p. 10.
  • 24 Quand Homais et Canivet interprètent Orfila de travers. Ibid., p. 13-14.
  • 25 Quand il utilise dans son dossier de notes sur Duruy des chapitres qui n’ont rien à voir avec Carth (...)
  • 26 Ibid., p. 64.

13S’agissant maintenant des manuscrits de type documentaire, Gisèle Séginger les réunit dans la problématique qu’exprime son titre : « Fiction et documentation » ou : comment se fait le passage de la documentation à la fiction ? Elle va jusqu’à parler de « transmutation »21, de « fusion »22. C’est en tout cas un processus. En nous laissant cette intrigante masse de manuscrits, dont Fiction et documentation donne quelques échantillons, Flaubert nous a sensibilisés à la dimension du processus, il nous a fait entrer dans ce que Gisèle Séginger appelle « la troisième dimension des œuvres »23. L’éditrice met en valeur certaines modalités de ce passage. Par exemple, Flaubert peut retourner le savoir en bêtise24. Ou bien, il lui arrive de détourner le savoir accumulé dans un vieux dossier25. Car souvent, sa prise de notes n’a rien de fonctionnel. « Les notes sur Victor Duruy l’aident à faire surgir le mirage antique. »26

14Voici un beau livre, sérieux, de très belle facture, sous le sigle d’une maison d’édition fondée en 1488, qui nous permet d’approcher un peu plus du mirage.

Haut de page

Notes

1 Gustave Flaubert, Œuvres de jeunesse, Œuvres complètes I, C. Gothot-Mersch et Guy Sagnes éd., Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2001, p. 833-1080.

2 Voir sa Note sur le texte, ibid., p. 1540-1541.

3 Notes et variantes, ibid., p.  1541-1580.

4 Gustave Flaubert, Voyage en Orient, édition présentée et établie par C. Gothot-Mersch, annotations de S. Dord-Crouslé, Gallimard, « Folio classique », 2006, p. 605-608. Au début de la partie II du poème, il y a une leçon qui fait problème. G. Séginger transcrit : « toi qui marches sur le sable comme un jais […] » (Fiction et documentation, p. 30), mais la transcription de S. Dord-Crouslé semble préférable : « toi qui marches sur le sable comme un saïs » (Voyage en Orient, p. 606). Le « saïs » est un valet de pied qui court devant les chevaux (lettre de Flaubert à sa mère du 14 décembre 1849).

5 Voir la note 13, p. 44, dans Fiction et documentation.

6 Le dossier financier dans D. Siler, « Du nouveau sur la genèse de Madame Bovary », R.H.L.F., janvier-février 1979 ; le dossier médical dans D. Siler, « La mort d’Emma Bovary : sources médicales », R.H.L.F., juillet-octobre 1981. C’est bien SILER, et non Silver, et le second article n’apparaît pas comme référence dans Fiction et documentation.

7 Fiction et documentation, p. 114-139.

8 Flaubert, Salammbô, Gisèle Séginger éd., GF Flammarion, 2001, p. 282-403.

9 Fiction et documentation, p. 19.

10 Ibid., p. 58.

11 Ibid., p. 69-106.

12 Ibid., p. 62.

13 Ibid., p. 148-158.

14 Ibid., p. 141.

15 Ibid., p. 7-15.

16 Ibid., p. 27-29.

17 Ibid., p. 109-113.

18 Ibid., p. 112.

19 Flaubert. Une poétique de l’histoire, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, p. 11.

20 Fiction et documentation, p. 38-39.

21 Ibid., p. 36.

22 Ibid., p. 9.

23 Ibid., p. 10.

24 Quand Homais et Canivet interprètent Orfila de travers. Ibid., p. 13-14.

25 Quand il utilise dans son dossier de notes sur Duruy des chapitres qui n’ont rien à voir avec Carthage. Ibid., p. 62.

26 Ibid., p. 64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Bem, « Fiction et documentation. Les manuscrits Flaubert de la Fondation Martin Bodmer. Édition et présentation par Gisèle Séginger », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 17 octobre 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1483

Haut de page