Navigation – Plan du site

Flaubert, l'empire de la bêtise, textes réunis et présentés par Anne Herschberg Pierrot

Nantes, Éditions nouvelles Cécile Defaut, 2012
Pierre-Louis Rey
Référence(s) :

Flaubert, l’empire de la bêtise, textes réunis et présentés par Anne Herschberg Pierrot, Nantes, Éditions nouvelles Cécile Defaut, 392 p., 2012

Texte intégral

1La somme des contributions réunies ici conduit à la certitude que la bêtise est multiforme. Elle oblige à se dire, avec Pierre Pachet : « Suis-je bête » (sans point d'exclamation, encore moins d'interrogation). Elle est une chose (le « renoncement à l'intelligence », Françoise Gaillard) et son contraire (voir le pharmacien Homais). La diversité des avis donnerait envie de soumettre aux lecteurs de Flaubert un questionnaire en deux colonnes : les personnages bêtes, ceux qui ne le sont pas. Frédéric Moreau est-il bête ? Oui, au sens du « Embrasse-moi, idiot » ; oui, avec ce « il se décida pour la peinture » qui l'envoie du côté de Bouvard et Pécuchet ; non, car il porte sur la bêtise de sa génération l'acuité de regard de Flaubert. Madame Arnoux ? Est-on bête parce qu'on préfère une sagesse domestique à une aventure qui, de toute façon, finirait mal ? Qui est le plus bête, de Charles et d'Emma, à supposer que l'un ou l'autre le soit ? Emma a le mérite de rendre éclatante la bêtise de la province, et Charles est tout l'inverse de ce Thompson qui fit graver son nom sur la colonne de Pompée. Bouvard et Pécuchet, leur cas est généralement réglé grâce au tournant du chapitre VIII (« Alors une faculté pitoyable se développa dans leur esprit, celle de voir la bêtise et de ne plus la tolérer ») et à la réprobation publique dont, à l'instar d'Emma, ils sont pour finir les victimes. Mais suffit-il, comme paraît le supposer Nathalie Sarraute, d'être pris en grippe par la foule pour échapper à la bêtise ? Au demeurant, la colonne des imbéciles de Flaubert ne couvrirait pas tout le champ des possibles. Cette bêtise « haineuse » dont parle Pierre-Marc de Biasi, quel personnage l'illustre ? Comme l'indique Françoise Gaillard, le père Roque n'est pas bête.

2Le recueil est riche de réflexions qui relèvent de l'essai (Pierre Pachet, Pierre Senges..), d'impeccables mises au point génétiques (Anne Herschberg Pierrot, Jacques Neefs...), de mises en relations avec d'autres écrivains, attendus comme Baudelaire, Musil, Borges, Beckett, Ionesco ou Barthes, moins connus comme Mamardachvili ou Patrik Ourednik (Florence Pellegrini). Il est introduit par une étude de Pierre Bergougnioux qui, remontant en amont (très en amont, vraiment), considère le cas des intellectuels face à la bourgeoisie avec, en passant, deux incongruités sur Stendhal. 1) Julien Sorel « entend tirer parti des possibilités inédites d'ascension sociale qu'offre à des gens de rien ou de peu une société purgée, formellement, des privilèges de l'ancien temps ». Non, aux yeux de Stendhal, la société de la Restauration, gouvernée par la Congrégation, est encore plus verrouillée que celle de l'Ancien Régime. 2) Mme de Rênal « vit, et fort bien, de l'exploitation des ouvrières aux clous ». Calomnie : c'est une riche héritière et sa situation de fortune n'est peut-être pas étrangère à l'attachement de M. de Rênal à leur mariage. Le rappel de Pierre-Marc de Biasi du sens politique du mot « Empire » trouve sa confirmation dans « l'appel au bras de fer » (Françoise Gaillard) qui unit, toutes opinions confondues, les convives des Dambreuse et de Chavignolles. Le Second Empire marque l'apothéose de la bêtise ; sauf que, ouvrant les vannes au suffrage universel, la Troisième République fera pire encore... Au fil des articles se dessinent des motifs de consensus (le « manque de jugement », selon Kant), et aussi un bestiaire. La « moutonnerie » nous change en bovins. Avec le catoblépas, le griffon, la licorne, La Tentation de Saint Antoine achève le tableau (Jacques Neefs).

3Il semble pourtant qu'on soit toujours la bête de quelqu'un. Françoise Gaillard, pour faire l'éloge de la simplicité, cite une histoire drôle racontée dans le Grand Larousse : M. X... ayant envoyé sa servante acheter des allumettes, celle-ci grille toute la boîte pour s'assurer qu'elles fonctionnent. Il faut, je trouve, un solide préjugé de classe pour imputer la bêtise au maître... Ou pour défendre l'ours qui assomme son maître d'un pavé afin de le délivrer d'une mouche. Franchement, cet ours est une bête. Je distinguerai volontiers, à la suite de Françoise Gaillard, la bêtise de l'ignorance. Rosanette par exemple, qui situe le Liban en Chine et n'a jamais entendu parler de Diane de Poitiers, est une des figures les moins bêtes de L'Éducation sentimentale. Mais son cas diffère de celui de Félicité, qui cherche la maison de son neveu sur une carte géographique ; manque de jugement, pour le moins.

4S'il faut traquer la bêtise du côté du troupeau, de l'agrégat, Barthes la trouve avec justesse dans les langages qui collent à l'idée. On songera ici au kitsch défini par Milan Kundera dans L'Insoutenable Légèreté de l'être. Non pas le kitsch au sens ordinaire, dont les objets de l'univers flaubertien offrent tant d'exemples, mais le « kitsch politique », qui suppose un « accord catégorique avec l'être ». C'est sans doute celui qui produit le pathétique, aux sens noble (on adhère à la souffrance de l'autre) et vulgaire (« c'est pathétique... »). Kundera voit la réalisation idéale du kitsch dans la Grande Marche, « ce superbe cheminement en avant, le cheminement vers la fraternité, l'égalité, la justice, le bonheur », bref tout ce qu'adore Flaubert.

5Attention tout de même à ne pas s'attrouper pour dénoncer les troupeaux. Quand Bouvard et Pécuchet ont viré leur bêtise, ils sont attristés par « des choses insignifiantes », par exemple « le profil d'un bourgeois », comme Flaubert (ou Frédéric) apercevant le profil de Martinon. « — Tu as une bonne tête, ma parole ! ». On est à la limite du délit de faciès. Peut-être Flaubert, qui crève de la bêtise de ses deux copistes, se serait-il prêté de bonne grâce au « C'est celui qui dit qui y est » ?

6De toute façon, il a tout prévu. Ainsi ce mot qui clôt une argumentation philosophique embrouillée de Bouvard : « — Effectivement, dit Pécuchet ». Il n'était pas fréquent, à l'époque, qu'on employât « effectivement » au sens de « oui-da ». C'est le mot-clé de notre moderne babil médiatique qui pointe ici. « “Effectivement. — Vous avez dit “effectivement” ? — Effectivement”. [...] “Effectivement” : la désindividualisation, l'anéantissement des individus et l'avènement progressif du règne absolu du troupeau, c'est-à-dire de la tyrannie humanicide, parce que liberticide » (site fraternitélibertaire.free.fr).

7« INTERNET (à la place de JOURNAUX dans le Dictionnaire des idées reçues). — Ne pouvoir s'en passer — mais tonner contre ». Ou l'inverse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Louis Rey, « Flaubert, l'empire de la bêtise, textes réunis et présentés par Anne Herschberg Pierrot », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 04 juillet 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1751

Haut de page