Navigation – Plan du site

La densité des mots dans Bouvard et Pécuchet

Norioki Sugaya

Résumés

Comment lire un texte aussi dense que Bouvard et Pécuchet ? Après nombre d’études relevant de la génétique flaubertienne, on se propose de réfléchir une fois de plus sur le sens de l’opacité textuelle du roman encyclopédique qui renvoie à la fois à sa propre genèse et au contexte culturel de l’époque. Notre analyse porte sur deux exemples tirés du chapitre 3 sur la médecine et vise à appréhender l’espace textuel de Bouvard comme un lieu de mémoires (au pluriel).

Haut de page

Texte intégral

Tables de contention pour les expériences sur les animauxAfficher l’image
Crédits : http://www.svt.ac-aix-marseille.fr/outils/experimentation/p2.htm#bernard

Genèse de l’opacité

1Roman du savoir et œuvre inachevée, le texte de Bouvard et Pécuchet repose sur deux types de corpus manuscrits. Les nombreux brouillons nous permettent de suivre le processus de la rédaction proprement dite, auquel nous nous intéresserons principalement dans cet article. D’autre part, les dossiers documentaires gardent trace du travail d’érudition considérable qui forme une dimension incontournable de la genèse du roman encyclopédique. Cette distinction est d’ailleurs relativement artificielle dans la mesure où chez Flaubert, on le sait, l’élaboration narrative et la mise en texte du savoir relèvent d’un seul et même processus génétique, qu’il importe donc d’élucider sans rien perdre de vue de sa complexité constitutive.

  • 1 Pierre-Marc de Biasi, « Flaubert et la poétique du non-finito », Le Manuscrit inachevé. Écriture, C (...)

2Interrogeant le dernier roman de Flaubert par le biais de ses avatars avant-textuels, nous prêterons surtout attention à l’un des aspects fondamentaux de sa textualité, c’est-à-dire à l’extrême densité des mots qui le composent. Posons dès maintenant une question délibérément naïve mais fondamentale qui nous guidera tout au long de cet article : comment lire un texte aussi dense et aussi ambigu que Bouvard et Pécuchet ? Autrement dit, jusqu’où convient-il d’aller dans l’interprétation des mots et des phrases qui sont parfois les produits d’un mécanisme compliqué de réécriture et qui recèlent un faisceau de significations à peine décelables ? Bien sûr, nous savons tous que depuis Madame Bovary au moins, l’écriture flaubertienne se caractérise plus ou moins par le phénomène de la condensation et par l’opacité sémantique qui en découle. Pierre-Marc de Biasi a forgé un concept décisif, celui de l’indécidabilité, désignant cette spécificité de l’écriture elliptique de Flaubert. Ainsi, relativement à La Légende de saint Julien l’Hospitalier, il a mis en relief l’importance du travail de problématisation : « Ce qui, dans le sens du récit, paraissait clair en milieu de rédaction, [...] ce qui était trop clair, trop proche d’une conclusion possible sur le sens du récit, Flaubert travaille à le rendre indécidable1. » On voit bien que cette remarque s’applique aussi parfaitement à Bouvard dont le texte se signale, plus que les autres œuvres flaubertiennes, par la brièveté du style et la force suggestive, sans compter l’extraordinaire épaisseur épistémologique résultant des nombreuses références scientifiques convoquées. Bien des passages dans ce roman sont effectivement d’une opacité irréductible et mettent en défaut la quête herméneutique des lecteurs qui cherchent à déterminer un sens unique. Aussi peut-on se demander que faire face à cette opacité énigmatique du texte qui fait partie intégrante de la tension poétique de l’œuvre.

  • 2 Anne Herschberg Pierrot, Claude Mouchard, Jacques Neefs, « Les bibliothèques de Flaubert », Bibliot (...)
  • 3 L’édition électronique des brouillons du premier volume de Bouvard est actuellement en construction (...)

3Une des pistes de la réflexion est sans doute la temporalité qu’implique le texte de Bouvard. Claude Mouchard, dans l’article qu’il a écrit sur « Les bibliothèques de Flaubert » avec Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs, insiste sur le caractère irréconciliable des deux temporalités incluses dans le roman encyclopédique2. La temporalité scientifique, introduite dans la fiction par les multiples savoirs cités, est datée par sa nature même, tandis que la temporalité de la fiction vise toujours à l’éternité. Bien que toute œuvre littéraire soit nécessairement marquée au coin de l’historicité, il est en même temps certain que le roman flaubertien présente un cas limite qui impose un rythme particulier à la lecture. Pour notre part, nous aimerions bien ajouter à cette distinction la temporalité génétique susceptible elle-même d’être différenciée en plusieurs strates. La densité sémantique de Bouvard cache en effet fréquemment la mémoire de l’avant-texte, qui subsiste dans l’état final sans pour autant s’y superposer tout à fait. La question est donc de savoir où se placer pour lire ce texte traversé par différentes couches temporelles. Car il est évident que le lecteur de la seule version finale ne lit pas exactement de la même manière que celui qui connaît les versions antérieures. Ce dernier, plus ou moins hanté par la mémoire avant-textuelle, ne peut pas s’empêcher de lire en filigrane les éléments disparus au cours de la genèse et vers lesquels le texte condensé semble souvent faire signe. La question, du reste, ne concernera plus uniquement les spécialistes, mais tous les lecteurs, parce que l’intégralité des dossiers manuscrits sera prochainement disponible grâce aux éditions électroniques3. Alors, comment aborder cette œuvre inachevée dont la structure circulaire est ouverte à la fois sur sa propre genèse et sur les énormes archives préexistantes ? Telle est donc la question qui se pose de nouveau à propos de Bouvard et Pécuchet à l’âge numérique. Question qui ne trouvera peut-être pas de réponse définitive. C’est, en tout cas, pour apporter quelques éléments de réflexion que nous nous proposons maintenant d’examiner deux exemples concrets de production de l’ambiguïté.

La rougeur du docteur Vaucorbeil

4Le premier exemple se rapporte à la transition entre la chimie et l’anatomie. Au début du chapitre III, Bouvard et Pécuchet, embarrassés par les difficultés de la chimie organique, s’avisent de recourir au docteur Vaucorbeil dont ils pensent qu’il « pou[rrait], sans doute, les éclairer ». Après lui avoir « exposé le but de leur visite », Pécuchet pose brusquement une question :

  • 4 Les citations du texte de Bouvard et Pécuchet renvoient à l’édition mise à jour de S. Dord-Crouslé, (...)

― « Nous désirons connaître premièrement l’atomicité supérieure. »
Le médecin rougit beaucoup, puis les blâma de vouloir apprendre la chimie.
― « Je ne nie pas son importance, soyez-en sûrs ! Mais actuellement, on la fourre partout ! Elle exerce sur la médecine une action déplorable. » Et l’autorité de sa parole se renforçait au spectacle des choses environnantes. (p. 1084)

5Il est fort aisé de s’apercevoir du caractère ambigu du passage. Aucun lecteur ne prendra à la lettre la réponse du docteur, même si les deux bonshommes, quant à eux, se laissent convaincre par son argument et abandonnent aussitôt la chimie pour se lancer dans l’étude médicale. Nous sommes plutôt enclins à deviner un désarroi derrière l’attitude équivoque du médecin qui semble esquiver une question à laquelle il ne serait peut-être pas susceptible de répondre. Le fait qu’il devienne soudain rouge constitue assurément l’indice du soupçon qui pèse sur sa sincérité. Pourtant, il n’en est pas moins vrai que le texte romanesque ne nous donne ici aucune indication formelle sur le vrai motif de sa réaction. De fait, on ne peut pas exclure, au moins théoriquement, que sa rougeur vient bien de l’indignation contre la chimie dont il regrette la mauvaise influence sur l’art de guérir. Ce passage est donc caractérisé par un certain flottement du sens qui nous autorise ainsi à l’interpréter de façons contradictoires.

  • 5 Gérard Genette, Palimpsestes, Seuil, « Points », 1982, p. 384-386 et 462.
  • 6 Toutes les pages de brouillons analysées ci-dessous se rapportent au 3e volume du g 225. On mention (...)

6Si l’on se reporte à l’avant-texte, on ne tardera pas à se rendre compte que cette ambiguïté sémantique provient d’une série d’opérations rédactionnelles consistant à enlever exprès des clefs interprétatives trop univoques. Cela n’étonnera pas, du reste, les spécialistes de Flaubert qui connaissent le mécanisme de son écriture. Ce que Gérard Genette a nommé la démotivation5 s’applique ici parfaitement à la réaction du médecin de Chavignolles laquelle, pleinement motivée dans un premier temps, se voit ensuite dépouillée de toute dimension explicative. Il est ainsi possible de discerner dans les brouillons deux thèmes psychologiques majeurs susceptibles d’éclairer la pensée de Vaucorbeil. Le premier thème est celui de ses « antécédents », qui apparaît dès le premier brouillon (qu’il convient de qualifier plutôt de scénario développé) : « antécédents. les dissuade de la chimie » (g 2253, f° 213)6. La juxtaposition est ici suffisamment suggestive et incite à supposer une relation causale entre les deux phrases. Cette hypothèse est confirmée par le second brouillon (f° 234) où l’on trouve exposé le parcours professionnel du personnage :

7Et dans la marge du même folio :

  • 7 Ainsi, pour le chapitre de la médecine, on trouve ce même thème esquissé encore une fois concernant (...)

8D’après ce schème, le trait de caractère du médecin (sa méchanceté), déterminé par son passé (son ambition manquée), est à l’origine de sa conduite actuelle (son attitude dissuasive). Homme du ressentiment, il cherche à passer son amertume sur les autres tout comme il se plaît à démoraliser les deux apprentis chimistes. Or, il est fort probable que Flaubert n’a pas été satisfait de cette solution. Celle-ci présente en effet l’inconvénient de ne pas se rapporter directement à la discipline concernée. Elle est applicable à n’importe quel domaine du savoir dans lequel le docteur serait en conflit avec les deux protagonistes. L’examen des manuscrits montre clairement que les antécédents de Vaucorbeil constituent un thème récurrent dont l’auteur a essayé de se servir successivement à plus d’un endroit du récit7. On le voit, en tout cas, cherchant à aménager une autre motivation psychologique qui se rattacherait plus particulièrement à la chimie. Ainsi, il esquisse dans la marge du troisième brouillon (f° 237) un petit dialogue contenant un aveu plus ou moins conscient du docteur. Face à Pécuchet qui s’obstine à continuer la chimie (« cependant avec de la volonté .. on réussit ? »), il réplique :

9L’allusion aux déboires personnels du médecin explique son comportement à l’égard de Bouvard et Pécuchet. La motivation atteint ici un degré de précision qui ne permet plus d’ambiguïté. Si Vaucorbeil se montre hostile à l’étude de la chimie, c’est qu’il n’y a pas réussi lui-même. De même, le sens de sa rougeur est désormais sans équivoque. Incapable de répondre à la question posée par Pécuchet, sa colère lui sert à dissimuler sa confusion. Ce second thème, certainement plus efficace que le premier, se trouve encore davantage développé dans la marge inférieure du septième brouillon (f° 239 v°) :

  • 8 Sur le vitalisme de Bichat, voir par exemple Roselyne Rey, Naissance et développement du vitalisme (...)
  • 9 Cité par Roselyne Rey, op. cit., p. 92.
  • 10 Pour plus d’informations sur la genèse de ce petit épisode, nous renvoyons à notre article : « Une (...)

10Néanmoins, on ne s’étonnera pas que ce degré maximum de la motivation soit immédiatement suivi de sa disparition complète. Dès l’étape suivante, nous voyons le docteur attaquer l’idée que les deux bonshommes ont de s’occuper de chimie, sans pour autant pouvoir pénétrer dans son for intérieur. Ce phénomène de désarticulation narrative est bien connu des familiers de l’avant-texte flaubertien. Ce qui complique toutefois l’interprétation de ce passage, c’est que l’argument allégué par le docteur en vue de justifier son attitude appartient bel et bien au discours savant de l’époque partagé par des médecins aussi éminents que Bichat. En effet, la critique du chimisme constituait un sujet majeur de débat scientifique dans la première moitié du XIXe siècle. Ce lieu commun médical, formulé entre autres par Xavier Bichat (1771-1802), avait le vitalisme comme enjeu8. Suivant ce fondateur de l’anatomie moderne, la vie possède une autonomie par rapport aux lois physiques et chimiques, d’où la nécessité de séparer la science physiologique d’avec les sciences accessoires traitant des corps inanimés. Compte tenu du contexte culturel des années 1840, temps de l’intrigue du roman, cette position peut être comprise comme une forme de méfiance de la pensée médicale envers la prédominance croissante de la chimie. Dans le texte flaubertien, Vaucorbeil ne fait en quelque sorte que répéter cette idée reçue en déplorant l’empiètement de la chimie sur la médecine (« Elle [= la chimie] exerce sur la médecine une action déplorable »). L’ironie du texte suggère qu’il peut s’agir là pour le médecin d’un camouflage de sa propre ignorance. Il reste que l’argument avancé recèle une interrogation scientifique de la plus haute importance. Dans l’avant-texte, le médecin de Chavignolles invoque une belle comparaison pour souligner la différence insurmontable qui existe entre les phonomènes vitaux et les faits chimiques : « Ce qui se passe dans une cornue diffère de ce qui s’opère dans l’estomac » (f° 233). L’image employée (l’estomac conçu comme une cornue) fait partie d’une tradition vitaliste définie par son refus de « [faire] du corps humain tantôt un alambic, tantôt un laboratoire », selon l’expression de Ménuret de Chambaud dans l’article « Économie animale » de l’Encyclopédie9. Si la sincérité de Vaucorbeil est plus que douteuse, la logique de l’excès de la vie sur laquelle il s’appuie est loin d’être négligeable. En bref, le passage dont nous venons de survoler la genèse apparaît comme un véritable palimpseste pourvu d’une densité extraordinaire relevant à la fois des registres psychologique et épistémologique10.

L’émotion de Bouvard

11Passons maintenant au second exemple. Dans le cas de la réaction de Vaucorbeil, le mot « rougit » fournit un indice assez significatif pour éveiller les soupçons des lecteurs avertis. Par conséquent, le jeu interprétatif est en quelque sorte inhérent au texte romanesque dont le caractère problématique déclenche inévitablement la recherche de motivations secrètes. Dans l’exemple suivant, en revanche, c’est l’opacité même du texte qui se révèle à peine perceptible. Nous allons nous intéresser à l’expérimentation physiologique que les deux bonshommes pratiquent sur un chien pour satisfaire leur curiosité intellectuelle. Dans cet épisode, après avoir hésité un moment entre plusieurs expériences, plus ou moins cruelles pour l’animal, ils se décident pour « l’aimantation de l’acier par le contact de la moelle épinière » :

Bouvard, refoulant son émotion, tendait sur une assiette des aiguilles à Pécuchet qui les plantait contre les vertèbres. Elles se cassaient, glissaient, tombaient par terre ; il en prenait d’autres, et les enfonçait vivement, au hasard. Le chien rompit ses attaches, passa comme un boulet de canon par les carreaux, traversa la cour, le vestibule et se présenta dans la cuisine. (p. 117)

12Je voudrais m’arrêter un instant sur le mot « émotion », qui paraît ne poser aucun problème à première vue. En fait, ce simple mot, loin d’être aussi transparent qu’on pourrait le croire, présente la condensation de toute une série d’éléments narratifs. Il faut d’abord admettre que le lecteur ne sait pas exactement quel genre d’émotion Bouvard ressent à ce moment précis. Le terme peut signifier, par exemple, un sentiment d’impatience provenant de son besoin de connaissance. Dans ce cas-là, on peut considérer que le personnage, avide de s’assurer du résultat de l’expérience, s’efforce de se contenir le plus possible pour ne pas gêner l’opération. Or, cette lecture, l’une des lectures possibles du texte romanesque, ne coïncide pas au moins avec les premières versions du passage. De fait, dans quelques-uns des brouillons, l’émotion de Bouvard désignait explicitement son horreur de sacrifier un animal vivant. Il était alors principalement question de l’opposition entre les deux personnages, l’un supportant mal la souffrance infligée au chien et l’autre prêt à immoler même la vie à la cause de la science. Le processus génétique, qui a d’abord vu se développer au maximum cette antithèse, finit par l’estomper et engendre un texte ambigu qui n’exclut pas une certaine pluralité de lectures. Voyons donc rapidement de quelles charges sémantiques Flaubert a doté le mot « émotion » lors des étapes successives de la rédaction.

13La tension entre la manipulation assumée du vivant et la compassion qu’elle suscite se trouve esquissée dès le début de la rédaction : « chien. l’élèvent pr le sacrifier. “c’est pénible” & ne le sacrifient pas » (1er brouillon ; f° 213). Ici, on s’étonne quelque peu que Flaubert ait d’abord pensé soustraire l’animal à la violence expérimentale, ce qui aurait certes souligné la bonté des deux bonshommes, mais considérablement diminué l’intérêt dramatique et la force comique de l’épisode. L’écrivain, en tout cas, n’a pas tardé à se raviser, car on lit au troisième brouillon : « élèvent un chien pr le sacrifier. – sans savoir dans quel[le] expérience. ça leur fait de la peine, mais il y passera » (f° 250). La dernière phrase au style indirect libre met en avant la nécessité de se servir de l’animal au profit de la science. En même temps, le choix de l’expérience est fixé, comme en témoigne cette mention ajoutée dans la marge droite du même folio : « veulent aimanter les aiguilles en les plongeant dans les nerfs d’un animal ».

14Un changement important se produit ensuite au cinquième brouillon (f° 279) où l’on voit se différencier les attitudes des deux protagonistes qui étaient identiques jusque-là. C’est désormais Bouvard qui se montre moins cruel que son ami :

  • 11 L’idée des vivisections humaines vient des Leçons de pathologie expérimentale (1872) de Claude Bern (...)

15Le texte fait ressortir la sensibilité de Bouvard s’attendrissant jusqu’aux larmes à l’idée de la douleur infligée au chien. Parallèlement, Flaubert s’applique à mettre en place une petite anecdote dont l’objectif est d’illustrer « la férocité de P[écuchet] ». Celui-ci, en effet, prétend vouloir « disséquer des hom[mes] vivants » (f° 286, 6e brouillon). Ou dans une autre version plus développée : « P. est féroce. Il aurait voulu qu’on pût se livrer à des vivisections comme au temps des Ptolémées » (f° 270 v°)11. Ce que l’auteur recherche par l’invention de ces détails, c’est la mise en parallèle des deux tempéraments. La sensibilité de l’un et la dureté de l’autre forment un vrai duo qui rythme et scande la narration tout au long du texte de Bouvard. C’est d’ailleurs dans la même perspective que Flaubert envisage d’intégrer dans le récit la mention d’une autre expérience dont le caractère morbide frapperait l’imagination des lecteurs :

16On voit bien qu’ici encore, la correction joue sur l’effet de contraste en assignant à Bouvard seul la peur provoquée par cette « idée terrible ». Une version ultérieure accentue davantage cette opposition : « Il/Pécuchet se rappela celle de Brown-Séquart [...] cette idée Mais l’idée d’un pareil spect[acle] fait causait une peur fantastique à Bouvard. il était trop sensible pr le sup[porter] » (f° 283).

17Quant au terme même d’émotion, il apparaît pour la première fois sur le onzième brouillon dans le cadre du même contraste : « il [Bouvard] sentait les larmes lui venir aux yeux. – & P[écuchet] l’éloignait pr le soustraire à sa/son sensibilité émotion » (f° 282). Le mot « émotion » remplaçant ici celui de « sensibilité », on peut considérer les deux termes comme synonymes. De plus, une occurrence ultérieure montre que Flaubert pensait un moment à employer un autre mot capable de mieux traduire l’extrême agitation de Bouvard :

18Le mot « horreur » ajouté en interligne, assurément trop fort pour le contexte, est tout de suite barré, de même que ce geste expressif de la tête détournée. Du reste, cette réaction exagérée de Bouvard indiquant son trouble intérieur se trouve à cette étape génétique corrélée à un autre passage au style indirect libre qui montre les deux expérimentateurs bien conscients de la cruauté de leur entreprise : « Le sujet n’en devait pas mourir d’aill[eurs] & quand même ! La science avant tout » (Id.). La science requiert donc des sacrifices d’êtres vivants. Cette déclaration, quoiqu’attribuée aux deux bonshommes, doit provenir principalement de Pécuchet. C’est du moins ce que suggère l’enchaînement du texte reliant directement ces phrases à la volonté que Pécuchet exprime « dans son ardeur » de « se livrer à des vivisections » (Id.).

19La douceur affective de Bouvard face à l’exaltation fanatique de Pécuchet : Flaubert prend soin de mettre en parallèle les attitudes des deux personnages qui se rehaussent ainsi l’une l’autre. Le mot « émotion » surgit précisément dans ce contexte narratif et finit par résorber d’autres éléments qui en viennent tous à disparaître de la surface textuelle. Ainsi, les pleurs de Bouvard, l’allusion explicite à son horreur devant l’animal martyrisé, l’expérience grotesque de Brown-Séquard, et les vivisections humaines auxquelles tient notamment Pécuchet qui « se sentait capable [...] d’en faire lui-même » (f° 278), tout cela est finalement supprimé. Tout se passe comme si le parallélisme antithétique développé pendant plusieurs étapes s’était tout d’un coup condensé dans cette seule proposition du texte final : « refoulant son émotion ». Toutefois, une telle réduction ne peut pas ne pas entraîner un infléchissement ou un brouillage du sens. Le texte final, dont la discrétion trompeuse donne l’illusion d’une homogénéité, repose en fait sur les traces de ce qui l’a rendu possible. On revient alors à la question posée au début de cet article : comment lire un texte si profondément empreint de la mémoire de sa propre histoire ?

Conclusion

  • 12 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, édition publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié, (...)

20Pour terminer cette réflexion sur Bouvard et Pécuchet, nous allons invoquer un texte de Proust qui se trouve tiré du Cahier 7 et transcrit dans l’Esquisse VI sous le titre du « Compte rendu du séjour à Guermantes » : « Ce qui est beau à Guermantes c’est que les siècles qui ne sont plus y essayent d’être encore, le temps y a pris la forme de l’espace mais on le reconnaît bien. » Dans l’église, par exemple, le XIe siècle incarné par les arches rondes « regarde étonné le XIIIe siècle, et le XVe siècle » qui sont placés en face de lui. Chaque partie de l’architecture dérivant d’un moment différent de l’histoire, l’ensemble forme une mosaïque dont la spacialité apparaît comme « une figure du temps »12. Or, cette description proustienne de Guermantes peut nous servir ici de modèle afin de mieux saisir la nature textuelle du roman encyclopédique de Flaubert. On pourrait ainsi dire, à l’instar de Proust, que l’espace textuel de Bouvard est une « figure du temps ». Dans chaque phrase et dans chaque mot se trouve repliée une temporalité particulière renvoyant au processus de sa propre genèse aussi bien qu’au temps contextuel de la culture mobilisée. Le texte romanesque englobant une multitude de strates donne à entendre le bruit de murmures hétérogènes et incite les lecteurs à aller au-delà ou plutôt en deçà du texte final. Fiction du savoir, Bouvard et Pécuchet est un texte-mémoires dont l’identité est fondée sur un équilibre subtil entre la cohésion de surface et la profondeur interne.

Haut de page

Notes

1 Pierre-Marc de Biasi, « Flaubert et la poétique du non-finito », Le Manuscrit inachevé. Écriture, Création, Communication, Éditions du CNRS, « Textes et manuscrits », 1986, p. 55.

2 Anne Herschberg Pierrot, Claude Mouchard, Jacques Neefs, « Les bibliothèques de Flaubert », Bibliothèques d’écrivains, sous la direction de Paolo D’Iorio et Daniel Ferrer, CNRS Éditions, « Textes et manuscrits », 2001, p. 138-144.

3 L’édition électronique des brouillons du premier volume de Bouvard est actuellement en construction sous la responsabilité d’Yvan Leclerc : http://flaubert.univ-rouen.fr/bouvard_et_pecuchet/chantier/roman_final/BPframe1.html. Quant à l’édition des dossiers dirigée par Stéphanie Dord-Crouslé, elle est déjà dans un état bien avancé : http://dossiers-flaubert.ish-lyon.cnrs.fr.

4 Les citations du texte de Bouvard et Pécuchet renvoient à l’édition mise à jour de S. Dord-Crouslé, Flammarion, « GF », 2008.

5 Gérard Genette, Palimpsestes, Seuil, « Points », 1982, p. 384-386 et 462.

6 Toutes les pages de brouillons analysées ci-dessous se rapportent au 3e volume du g 225. On mentionnera désormais seulement les numéros des folios.

7 Ainsi, pour le chapitre de la médecine, on trouve ce même thème esquissé encore une fois concernant l’épisode de la fièvre typhoïde : « Le Dteur arrive comme Pécuchet est là – son caractère & ses antécédents. Il doutait de la science des autres. Mais pas de la sienne » (f° 317). Cette idée n’aura pourtant pas de suite. Finalement, les antécédents du médecin seront évoqués dans le chapitre VI en relation avec son désir de députation (p. 222).

8 Sur le vitalisme de Bichat, voir par exemple Roselyne Rey, Naissance et développement du vitalisme en France de la deuxième moitié du 18e siècle à la fin du Premier Empire, Oxford, Voltaire Foundation, « Studies on Voltaire and the Eighteenth Century », 2000, ch. 8. Sur la présence de Bichat dans les œuvres de Flaubert, nous renvoyons à notre article « Le vitalisme dans Madame Bovary », Madame Bovary et les savoirs, Pierre-Louis Rey et Gisèle Séginger (éds), Presses Sorbonne nouvelle, 2009, p. 189-197.

9 Cité par Roselyne Rey, op. cit., p. 92.

10 Pour plus d’informations sur la genèse de ce petit épisode, nous renvoyons à notre article : « Une idéologie médicale dans Bouvard et Pécuchet et dans Madame Bovary de Gustave Flaubert », Revue de Langue et Littérature françaises, n° 16, Société de Langue et Littérature françaises de l’Université de Tokyo, 1997, p. 29-59.

11 L’idée des vivisections humaines vient des Leçons de pathologie expérimentale (1872) de Claude Bernard, ouvrage sur lequel Flaubert a pris des notes de lecture (g 2267, f° 73-75 v°). Ce petit épisode, qui n’a pas été retenu dans le texte définitif, aurait donc constitué une parodie de la médecine expérimentale. Sur la critique flaubertienne de celle-ci, voir notre ouvrage Flaubert épistémologue, Amsterdam-New York, Rodopi, « Faux Titre », 2010, ch. 4.

12 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, édition publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1988, p. 1046-1047.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Norioki Sugaya, « La densité des mots dans Bouvard et Pécuchet  », Flaubert [En ligne], 7 | 2012, mis en ligne le 25 novembre 2012, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1807

Haut de page

Auteur

Norioki Sugaya

Université Rikkyo, Tokyo

Articles du même auteur

Haut de page