Navigation – Plan du site

Présentation

Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs

Texte intégral

  • 1 Les archives sonores de la journée sont disponibles en ligne à l’adresse : http://www.item.ens.fr/i (...)

1Cette publication est issue d’une journée que nous avons organisée le 1er juin 2012 sur les dossiers de Bouvard et Pécuchet et la question de l’interprétation1.

2L’odyssée comique de Bouvard et Pécuchet met aux prises les deux autodidactes avec l’épaisseur brouillée des savoirs de leur temps, avec l’autorité des discours et des idées reçues, dans un parcours sans fin, qui se boucle en spirale avec la « copie » du second volume. Cette œuvre inachevée ne prend en effet sa signification que par l’ensemble que constituent le roman et le « second volume », laissé en chantier à la mort de Flaubert. De ce dispositif à double entrée et à double circulation, les notes de lecture sont l’élément stratégique, qui fonde la préparation du texte et la constitution du sottisier. Ces notes de lecture et les éléments préparés du sottisier donnent à lire en partie le matériau dont Flaubert s’est servi pour élaborer son roman et qu’il travaille en un texte ambigu, « indécidable » disait Roland Barthes.

3Que nous apprennent ces dossiers concernant notamment les difficultés rencontrées, la composition entre citations explicites et citations implicites, la mise en contiguïtés de références hétérogènes chronologiquement et épistémologiquement ? Comment aborder le composite et ses effets d'interprétation ? Comment interpréter le jeu avec la temporalité de la fiction et des références, mais aussi avec la réception de l'œuvre: peut-on évaluer ce qui était encore immédiatement intelligible en 1880 ? Quel type de savoir « critique » cela constitue-t-il ? Qu’en est-il de la question de l’objectivité dans l’exposé des savoirs ?

4Les travaux présentés ici apportent quelques réponses à l’énigme que pose le texte flaubertien. A partir des dossiers préparatoires pour les chapitres des sciences, de la philosophie et de la religion, ils s’interrogent sur les processus de l’écriture, l’ouverture et les enjeux de l’interprétation, et la portée philosophique de l’œuvre.

5« Homme-plume », Flaubert inaugure une forme du roman d’érudition. Mais la question pour l’écrivain est celle de la transposition des savoirs dans une prose qui ne soit pas érudite, une prose « ordinaire », qui reçoit  une densité particulière de la condensation des documents, et, dans Bouvard et Pécuchet, de la discussion des savoirs.

6Qu’en est-il de cette « épaisseur épistémologique » de la prose (Norioki Sugaya), qui ne se laisse pas interpréter de manière univoque ? Dans ce livre inclassable, qui se distingue du « roman pur et simple », et forme la contrepartie comique de La Tentation de saint Antoine, Flaubert essaie une prose dialoguée qui constitue une forme hybride entre philosophie et fiction, une autre « tierce forme » que celle qu’invente Proust dans la Recherche entre esthétique et récit.

7La consultation des dossiers de travail éclaire la fabrique de cette « prose d’idées » et ses ambiguïtés interprétatives. Elle souligne aussi la présence des controverses et le montage des discours dans un texte souvent elliptique, parfois faussement lisse.

8Norioki Sugaya s’interroge sur la « rougeur » du docteur Vaucorbeil, et sur la façon dont le médecin dissuade les deux bonshommes de s’intéresser à la chimie. Il montre que certains détails anodins ou énigmatiques dans le texte rencontrent les débats scientifiques de la première moitié du siècle, que le texte passe sous silence. La traversée des notes et des brouillons restitue les discours et comble certaines ellipses du récit, dont Flaubert supprime les motivations. L’étude d’Atsushi Yamazaki sur le dossier du débat de Bouvard et Pécuchet à propos des causes finales et du nihilisme au chapitre 8, met au jour le travail « d’appropriation, de désorganisation et de montage » des textes lus, qui vise progressivement à fragmenter les discours, pour ne retenir que la forme creuse du lieu commun. Cette question de la vulgate intéresse aussi Taro Nakajima qui s’attache, en contrepoint de la vulgarisation scientifique, à la vulgarisation religieuse de Mgr de Ségur, diffusée dans de petits opuscules à bon marché. Il retrouve ces positions dans le discours de l’abbé Jeufroy, et décèle l’inspiration du catholicisme social dans la charité pratiquée par le comte de Faverges à l’égard des enfants. Ces études génétiques mettent en relief la façon dont Flaubert s’approprie les discours, les manipule, les utilise dans le récit ou les disperse dans la polyphonie du dialogue.

9À travers ces débats, se pose la question de la mémoire de la littérature face à la temporalité des sciences, et la question du point de vue de la littérature sur les sciences et les sciences humaines. Comme on le voit dans le Dictionnaire des idées reçues, Flaubert écrit son roman encyclopédique, semble-t-il, à partir de l’actualité des années 1870, et du regard rétrospectif qu’on peut alors porter sur les sciences, les sciences humaines, ou la société des années 1840 : qu’il s’agisse des débats sur le vitalisme en médecine (N. Sugaya), sur l’antifinalisme, associant D’Holbach à la pensée des positivistes du XIXe siècle (A. Yamazaki), ou du discours de l’ordre contre « l’esprit de 1789 » où s’entend l’écho des pamphlets d’après la Commune (T. Nakajima). L’œuvre joue du caduc comme de l’avenir.

10Cette mémoire immense en roman devient accessible grâce à l’entreprise d’édition électronique des dossiers de Bouvard et Pécuchet, qui rend possible un accès à l’hypertexte du roman, et permet aussi d’imaginer plusieurs « seconds volumes ». A partir des virtualités ouvertes par l’édition électronique, Stéphanie Dord-Crouslé pose des questions relatives à l’édition de l’inachèvement : l’inachèvement par excès de matériau, qui laisse subsister des doublons, l’inachèvement par lacunes, indications elliptiques, abréviations comme les « etc. » qui touchent à la question de l’ironie flaubertienne. Par son « second volume », Bouvard et Pécuchet est ainsi devenu l’une de ces « œuvres en mouvement » que décrivait Umberto Eco dans L’œuvre ouverte.

Haut de page

Notes

1 Les archives sonores de la journée sont disponibles en ligne à l’adresse : http://www.item.ens.fr/index.php?id=578254.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs, « Présentation », Flaubert [En ligne], 7 | 2012, mis en ligne le 25 novembre 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1813

Haut de page

Auteurs

Anne Herschberg Pierrot

Université Paris 8

Articles du même auteur

Jacques Neefs

Université Johns Hopkins, Baltimore

Articles du même auteur

Haut de page