Navigation – Plan du site

Quel est le but de tout cela ? - Les « causes finales » dans Bouvard et Pécuchet

Atsushi Yamazaki

Résumés

La problématique des causes finales traverse le dernier roman de Flaubert. J’analyse dans cette étude la séquence « Causes finales » et la séquence « Nihilisme » du chapitre VIII du roman en consultant non seulement le dossier « Philosophie », mais également les brouillons, afin de mettre en lumière le montage ou le collage citationnel opéré par Flaubert dans la mise en fiction des discours philosophiques.

Haut de page

Texte intégral

« Quel est le but de tout cela ? »

  • 1 Paul Janet, Les Causes finales, Paris, G. Baillière, 1876, p. 12.

1Depuis Aristote, le principe des causes finales constitue l’un des pivots de toute métaphysique. Rien ne se produit sans but. Tout être a une fin. La nature ne fait rien en vain. Paul Janet résume ainsi ce principe métaphysique dans Les Causes finales : « Nous admettons pour notre part, avec Aristote que “la nature ne fait rien en vain”, avec Jouffroy que “tout être a un but”, avec M. Ravaisson que “tout mouvement va quelque part” »1.

  • 2 « Il n’y a pas de but ! Comment Dieu aurait-il un but ? Quelle expérience a pu l’instruire, quelle (...)
  • 3 Bouvard et Pécuchet, avec des fragments du « second volume », dont le Dictionnaire des idées reçues(...)
  • 4 Lettre à Mme Roger des Genettes, été 1864. cf. Correspondance, édition de Jean Bruneau, Paris, Gall (...)

2Or Bouvard et Pécuchet comme saint Antoine, tous trois stupéfaits devant le spectacle des astres, en viennent à s’interroger : « Quel est le but de tout cela ? » À cette interrogation, le Diable de La Tentation de saint Antoine répond sans réserve (« Il n’y pas de but2 ! »), et Bouvard avec une légère réserve (« Peut-être qu’il n’y a pas de but ? »). À l’inverse, Pécuchet, refusant d’accepter l’idée d’un univers sans but, répète deux ou trois fois « cependant3 », mais sans rien trouver de plus à dire. Et Flaubert, pour sa part, que répond-il à cette question ? Assurément, sa réponse s’apparentera à celle du Diable. Il montre en effet une méfiance profonde vis-à-vis des causes finales à plusieurs reprises dans sa Correspondance. La recherche de la cause est selon lui « antiphilosophique et antiscientifique »4. La posture positiviste de Flaubert se manifeste ici clairement : il faut évacuer tous les résidus métaphysiques et théologiques du champ des sciences. La doctrine des causes finales lui répugne d’autant plus fortement qu’elle se conjugue le plus souvent avec l’illusion anthropocentrique :

  • 5 Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie, 12 décembre 1857. Cf. Correspondance, édition de Jean Bruneau, (...)

Nous manquons de science, avant tout ; nous pataugeons dans une barbarie de sauvages : la philosophie telle qu’on la fait et la religion telle qu’elle subsiste sont des verres de couleur qui empêchent de voir clair parce que : 1° on a d’avance un parti pris ; 2° parce qu’on s’inquiète du pourquoi avant de connaître le comment ; et 3° parce que l’homme rapporte tout à soi. « Le soleil est fait pour éclairer la terre. » On en est encore là5.

3Le soleil est fait pour éclairer la terre, de même que la lune pendant que le soleil se cache, la mer pour soutenir nos vaisseaux, les chiens pour devenir nos amis fidèles, etc., et tout cela exactement comme une horloge est faite pour nous montrer l’heure... Les adeptes de la doctrine des causes finales, en effet, s’acharnent à établir une parfaite analogie entre l’industrie humaine et l’industrie naturelle. Il s’agit donc d’un type de finalisme particulier, qu’on pourrait appeler le « finalisme utilitaire ». Un tel finalisme marque la théologie naturelle d’un Fénelon ou d’un Bernardin de Saint-Pierre. Huit citations relevées dans deux folios destinés au second volume de Bouvard et Pécuchet sont révélatrices de ce finalisme anthropocentrique et utilitaire. L’exemple le plus éclairant et le plus grotesque en est le suivant :

Le melon a été divisé en tranches par la nature, afin d’être mangé en famille ; la citrouille, étant plus grosse, peut-être mangée avec les voisins.
Bernardin de St-Pierre- Études de la Nature. XI.6

4La citation est assurément retenue comme complètement idiote, mais également ironique par rapport à la fiction de Bouvard et Pécuchet, si l’on se rappelle ce que sont devenus les melons de Pécuchet.

  • 7 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 78-79. L’entrée « melon » du Dictionnaire des idées reçues défini (...)

Au premier, Bouvard fit la grimace. Le second ne fut pas meilleur, le troisième non plus ; Pécuchet trouvait pour chacun une excuse nouvelle, jusqu’au dernier qu’il jeta par la fenêtre, déclarant n’y rien comprendre.
En effet, comme il avait cultivé les unes près des autres des espèces différentes, les sucrins s’étaient confondus avec les maraîchers, le gros Portugal avec le grand Mogol – et le voisinage des pommes d’amour complétant l’anarchie, il en était résulté d’abominables mulets qui avaient le goût de citrouilles7.

5Décidément, comme à propos des autres échecs qu’il connaît dans divers domaines du savoir, Pécuchet n’y comprend rien, alors que le narrateur fournit l’explication au lecteur comme en cachette. Ainsi, la « cause efficiente » de la production de ces melons monstres, au moins, nous est donnée. Mais en ce qui concerne sa « cause finale », qui la saura ? Nos deux personnages, à qui échappe complètement le mystère des melons mulets, comment pourraient-ils espérer pénétrer un mystère beaucoup plus profond : « comment l’univers s’est fait » ? Ils distraient alors leur esprit de cette question insoluble en lisant les Harmonies de la nature de Bernardin de Saint-Pierre :

  • 8 Ibid., p. 131.

Harmonies végétales et terrestres, aériennes, aquatiques, humaines, fraternelles et même conjugales, tout y passa – sans omettre les invocations à Vénus, aux Zéphyrs et aux Amours ! Ils s’étonnaient que les poissons eussent des nageoires, les oiseaux des ailes, les semences une enveloppe – pleins de cette philosophie qui découvre dans la Nature des intentions vertueuses et la considère comme une espèce de saint Vincent de Paul, toujours occupé à répandre des bienfaits8 !

  • 9 L’horloge de la philosophie classique « constitue un nœud spéculatif d’une richesse et d’une import (...)

6Une telle harmonie universelle présuppose l’existence de Dieu comme intelligence ordonnatrice. Bernardin de Saint-Pierre ne se lasse pas d’invoquer des « merveilles » de la nature en faveur de sa thèse de la Providence, en l’occurrence, l’adaptation des organes animaux et végétaux à leur fonction et au milieu ambiant. C’est bien là l’un des lieux communs auxquels on fait fréquemment appel depuis l’Antiquité pour prouver les causes finales. La comparaison du monde harmonieusement ordonné par Dieu avec une horloge relève également du lieu commun9. Or la séquence « Causes finales » du chapitre VIII de Bouvard et Pécuchet s’ouvre précisément sur cette métaphore de l’horloge. C’est Pécuchet qui l’invoque.

La séquence « Causes finales »

  • 10 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 288-289. En ce qui concerne les ressources documentaires de la sé (...)

[…] « Quand je vois une horloge... »
— « Oui ! oui ! connu ! Mais où est le père de l’horloger ? »
— « Il faut une cause, pourtant ! »
Bouvard doutait des causes : — « De ce qu’un phénomène succède à un phénomène, on conclut qu’il en dérive. Prouvez-le !  »
— « Mais le spectacle de l’univers dénote une intention, un plan ! »
— « Pourquoi ? Le mal est organisé aussi parfaitement que le bien. Le ver qui pousse dans la tête du mouton et le fait mourir équivaut comme anatomie au mouton lui-même. Les monstruosités surpassent les fonctions normales. Le corps humain pouvait être mieux bâti. Les trois quarts du globe sont stériles. La Lune, ce lampadaire, ne se montre pas toujours ! Crois-tu l’océan destiné aux navires, et le bois des arbres au chauffage de nos maisons ? »
Pécuchet répondit :
— « Cependant, l’estomac est fait pour digérer, la jambe pour marcher, l’œil pour voir, bien qu’on ait des dyspepsies, des fractures et des cataractes. Pas d’arrangement sans but ! Les effets surviennent actuellement, ou plus tard. Tout dépend de lois. Donc, il y a des causes finales. »10

7Cette séquence apparaît comme un véritable montage discursif. Le débat philosophique s’élabore par le jeu de redistribution des citations. Les discours philosophiques, arrachés à leurs contextes d’origine, sont insérés dans une nouvelle configuration. Quel est l’enjeu philosophique de ce débat qui oppose le matérialiste Bouvard et le spiritualiste Pécuchet ? Dans quel contexte épistémologique s’inscrit-il ? Il faut examiner de près les références implicites qui l’animent.

  • 11 Voltaire, Dictionnaire philosophique, Œuvres complètes, Kehl, De l’Imprimerie de la Société littéra (...)
  • 12 Ainsi, on trouve dans une note de lecture prise sur le Libre examen (édition lue inconnue, mais trè (...)

8Il est à noter en premier lieu que Flaubert attribue à Bouvard l’argument antifinaliste de d’Holbach et à Pécuchet l’argument finaliste de Voltaire. C’est que la séquence « Causes finales » nous renvoie à la querelle suscitée par la publication du Système de la nature par d’Holbach à la veille de la Révolution, querelle qui a profondément marqué les philosophes des Lumières. Flaubert a pris des notes sur les articles « Causes finales » et « Dieu, Dieux » du Dictionnaire philosophique de Voltaire11, qui s’inscrivent pleinement dans la querelle, tandis que, du moins spécifiquement pour son dernier roman, il n’a pas lu le Système de la nature. Cependant, ce dernier constituant une référence incontournable tout au long du XIXe siècle dans la querelle des causes finales, Flaubert a pu réunir tous les arguments holbachiens en prenant des notes sur les autres ouvrages figurant dans le dossier « Philosophie »12.

9Par ailleurs, l’horloge invoquée ici par Pécuchet nous rappelle forcément le « grand horloger » dont parle Descartes dans les Méditations métaphysiques et surtout le fameux distique de Voltaire : « L’univers m’embarrasse et je ne puis songer / Que cette horloge existe et n’ait pas d’horloger » (Les Cabales, 1772). La réplique de Bouvard (« Oui ! oui ! connu ! ») suggère que l’argument de Pécuchet sonne creux comme tous les clichés ; et sa plaisanterie (« Mais où est le père de l’horloger ? ») sert de contre-argument, qui n’est d’ailleurs pas sans pertinence, dans la mesure où Bouvard ne fait que retourner un argument anthropomorphique contre Pécuchet.

10Le deuxième élément que l’examen du dossier « Philosophie » permet de dégager, c’est que Flaubert greffe cette position holbachienne sur la pensée antifinaliste propre aux positivistes du XIXe siècle, tels que Comte, Littré et Robin. Il élabore en effet l’argument biologique de Bouvard contre les causes finales (« Le mal est organisé aussi parfaitement que le bien, etc. ») à partir d’une citation prise dans La Médecine, histoire et doctrine par Charles Daremberg13 (Paris, J.-B. Baillière et fils, 1865), historien de la médecine appartenant au courant positiviste de la discipline (cet argument biologique, tel qu’il est énoncé par Bouvard, est si intensément résumé qu’il tourne à l’absurde). En ce qui concerne Comte, certes, une page de notes de lecture prises sur les Principes de philosophie positive14 figure dans le dossier « Philosophie ». Mais il est intéressant de voir que Flaubert n’a pris des notes que dans la préface de Littré et que la majeure partie des citations retenues tourne précisément autour de la question des causes finales.

  • 15 « Comment il faut entendre la question (Voltaire). Solution vulgaire » (Ms g 2257 f° 776 v°) ; « So (...)

11L’examen du dossier « Philosophie » révèle aussi l’usage particulier que Flaubert fait des livres dans sa documentation, en l’occurrence le livre de Paul Janet, intitulé justement Les Causes finales (Paris, G. Baillière, 1876). Dans ce livre désormais canonique en la matière, Paul Janet, le dernier défenseur de l’éclectisme cousinien, passe en revue diverses conceptions classiques des causes finales, et évoque également des théories contemporaines comme celles de Darwin, Spencer ou Claude Bernard. Cet ouvrage constitue une véritable encyclopédie de la querelle des causes finales depuis l’Antiquité jusqu’aux temps modernes. Avec trois pages de notes de lecture prises sur cet ouvrage (Ms g 2266, f° 24, f° 24 v°, f° 25), Flaubert aurait pu attribuer à Pécuchet une opinion finaliste plus cohérente et plus moderne. Bien évidemment, ce n’est aucunement le cas. Tout se passe comme si Flaubert ne se souciait guère de rendre convaincants ni l’argument de Bouvard ni l’argument de Pécuchet. Dans les brouillons, en effet, Flaubert qualifie nettement l’argument de Pécuchet de « vulgaire » à plusieurs reprises15. Dans le tableau 1 de la séquence « Causes finales », plusieurs éléments renvoient à l’ouvrage de Janet, mais aucun ne reproduit l’opinion ou la position du philosophe spiritualiste : Flaubert semble avoir décidé de lire systématiquement tout le livre à rebours. Il faut définir, ici comme ailleurs, l’usage des livres chez Flaubert en termes d’appropriation, de désorganisation et de montage.

  • 16 Le dossier « Philosophie » contient neuf pages de « notes de notes ». Les rubriques qui y figurent (...)

12C’est dans les « notes de notes16 » que ce procédé de montage discursif est le plus visible. Dans une page de « notes de notes » (Ms g 2266, f° 71) réunissant sous la double rubrique « Idée de cause » et « Causes finales » seize citations (cinq sous la première, onze sous la seconde) figurent quinze philosophes comme source de chacune des citations : Lefèvre, Berkeley, Descartes (cité par Renouvier), Spinoza (cité par Cousin), Daremberg, Naquet, Taine, Littré, Laplace, Fénelon (cité par Garnier), Meslier et Voltaire.

  • 17 C’est ce qu’a montré Stéphanie Dord-Crouslé pour le beau dans « Le beau dans tous ses états – le mo (...)
  • 18 Voir Anne Herschberg Pierrot, « Bouvard et Pécuchet. Du cliché à l’idée reçue », Clichés et clichag (...)

13Dans les « scénarios développés » successifs où Flaubert s’applique encore à redistribuer les citations à partir des « notes de notes », les références bibliographiques disparaissent les unes après les autres (on ne peut donc rendre compte, sans consulter les notes de lecture, du dispositif intertextuel mis en œuvre au sein des brouillons17). C’est là le moment crucial marquant (et en même temps brouillant) la frontière entre le documentaire (les notes de lecture) et le fictionnel (les brouillons rédactionnels). Les discours philosophiques, au moment où ils s’intègrent dans les scénarios, se transforment aussitôt en éléments narratifs, dont se composera la fiction. Flaubert les arrache à leur contexte d’origine comme à leur sujet énonciatif pour les fusionner dans une configuration narrative. À la suite des fragmentations successives qu’il leur fait subir, les discours n’ont plus d’autre consistance que celle des lieux communs (compris à la fois comme répertoire argumentatif et comme idée figée). Ce processus qu’on pourrait appeler le clichage18 participe du dispositif d’appropriation des documents qu’a mis en place Flaubert au croisement du travail documentaire et du travail scénarique. Au cours d’un tel processus de clichage, les références bibliographiques des citations s’estompent au profit d’un effet de montage : il n’y en a plus aucune dans l’état final de la séquence « Causes finales ».

  • 19 Claude Mouchard, « La consistance des savoirs dans Bouvard et Pécuchet », Travail de Flaubert, op.  (...)

14Le montage intertextuel atteint alors son comble, en ce que chaque parole singulière des deux bonshommes apparaît dans un terne anonymat et s’inscrit sur une lisse surface tissée par le réseau des lieux communs : « Le travail du romancier, écrit Claude Mouchard, se distend en un espace commun − lieu quasi public (analogue au trottoir, à la rue, à la conversation) où viennent tomber livres, savoirs un peu éberlués, fragments légèrement abîmés de divers domaines de l’encyclopédie, pans de bibliothèque19 ». Dans cette bibliothèque fictive, en sa profondeur, se croisent, avec un subtil effet de convergence, les différents moments de la querelle des causes finales, notamment celui qui oppose Voltaire et d’Holbach et celui qui oppose le positivisme (Comte, Littré, Daremberg) et le finalisme spiritualiste (Cousin, Janet).

La séquence « Nihilisme »

  • 20 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 289.

15À la séquence des causes finales succède celle de Spinoza : « Bouvard imagina que Spinoza peut-être, lui fournirait des arguments, et il écrivit à Dumouchel, pour avoir la traduction de Saisset20. » Bouvard y trouve effectivement un argument efficace :

  • 21 Ibid., p. 290.

Donc, il n’y a pas de liberté chez l’homme, ni chez Dieu.
« Tu l’entends ! » s’écria Bouvard.
Si Dieu avait une volonté, un but, s’il agissait pour une cause, c’est qu’il aurait un besoin, c’est qu’il manquerait d’une perfection. Il ne serait pas Dieu21.

  • 22 Ibid., p. 289. Sur la séquence « Spinoza » qui contient le passage cité, on se reportera à l’analys (...)

16Ce que Bouvard retient à la lecture de L’Éthique ou, plus précisément, à la lecture des « endroits marqués d’un coup de crayon22 », c’est surtout la double négation du libre arbitre et des causes finales. Or cette double négation réapparaît une douzaine de pages plus loin, dans la séquence que l’auteur intitule « Nihilisme » dans les brouillons :

  • 23 Ibid., p. 303-304. Je laisse ici de côté la partie concernant le libre arbitre dans le débat.

— « Mon Dieu » dit Bouvard « il avait de mauvais instincts, voilà tout ! »
— « On en triomphe par la vertu » répliqua le notaire.
— « Mais si on n’a pas de vertu ? » Et Bouvard nia positivement le libre arbitre.
[...]
— « Tout cela » dit Girbal « ne fait rien pour Touache, et ne l’empêche pas d’être un gaillard joliment vicieux. »
Pécuchet prit la parole :
— « Les vices sont des propriétés de la nature, comme les inondations, les tempêtes. »
Le notaire l’arrêta ; et se haussant à chaque mot sur la pointe des orteils :
— « Je trouve votre système d’une immoralité complète. Il donne carrière à tous les débordements, excuse les crimes, innocente les coupables. »
— « Parfaitement » dit Bouvard. « Le malheureux qui suit ses appétits est dans son droit, comme l’honnête homme qui écoute la raison. »
— « Ne défendez pas les monstres ! »
— « Pourquoi monstres ? Quand il naît un aveugle, un idiot, un homicide, cela nous paraît du désordre, comme si l’ordre nous était connu, comme si la nature agissait pour une fin ! »
— « Alors vous contestez la Providence ? »
— « Oui ! je la conteste ! »
— « Voyez plutôt l’histoire ! » s’écria Pécuchet. « Rappelez-vous les assassinats de rois, les massacres de peuples, les dissensions dans les familles, le chagrin des particuliers. »
— « Et en même temps » ajouta Bouvard, car ils s’excitaient l’un l’autre « cette Providence soigne les petits oiseaux, et fait repousser les pattes des écrevisses. Ah ! si vous entendez par Providence, une loi qui règle tout, je veux bien, et encore ! »23

  • 24 Paris, Charpentier, 1860.
  • 25 J’ai transcrit et commenté ces notes de lecture dans « Le dossier “Philosophie” de Bouvard et Pécuc (...)
  • 26 Pour désigner deux modalités distinctes du travail citationnel opéré par Flaubert dans le chantier (...)

17Pour mettre en évidence les références à Spinoza absorbées et rendues implicites dans ce débat, intéressons-nous à l’un des « scénarios développés » de la séquence « Nihilisme » (Ms g 2257, f° 915 v°, la transcription est dans l’appendice 2). Dans la seconde moitié du feuillet ainsi que dans les marges, on voit Flaubert recopier quelques passages directement issus de l’Introduction critique aux œuvres de Spinoza par Émile Saisset24, en reprenant par endroits des citations qu’il avait déjà relevées dans quatre pages de notes de lecture prises sur le même ouvrage25. À partir de ce scénario-brouillon, j’ai dressé le tableau de la séquence pour montrer les sources documentaires de chaque segment (voir l’appendice 3). Dans ce débat qu’entretiennent Bouvard et Pécuchet avec quelques villageois, j’ai dégagé quatre éléments provenant du livre de Saisset et j’ai procédé à un petit « bricolage citationnel » destiné à mettre en relief le « collage26 » opéré par Flaubert lui-même. On voit qu’ici, le procédé du collage discursif est plus développé que dans toutes les autres séquences de l’épisode de la philosophie.

18Aussi pourrait-on dire que toute la séquence « Nihilisme » s’articule autour du spinozisme, ce dont la critique flaubertienne, faute d’indices explicites dans le texte dit définitif, n’avait pu rendre compte. Si l’on regarde de plus près les quatre éléments de ce collage du spinozisme, on s’aperçoit que deux éléments sont pris dans des textes de Spinoza lui-même cités par Saisset (Traité politique et Traité théologico-politique), deux autres dans des résumés de la pensée de Spinoza par Saisset. Flaubert est tout à fait indifférent à l’origine des citations qu’il intègre dans la fiction.

  • 27 Pour ce qui est du spinozisme du Diable (de la Tentation de 1849), voir Gisèle Séginger, « La Tenta (...)

19Comme je viens de le dire, il n’y a pas dans le texte définitif d’indices qui renvoient explicitement à la pensée de Spinoza. Cependant, une fois ces emprunts révélés, on ne peut plus s’empêcher de percevoir une résonance spinoziste dans chaque moment du débat. Décidément, Bouvard et Pécuchet argumentent ici comme des spinozistes. Spinozistes dans la mesure précise où ils apparaissent comme aussi spinozistes que le Diable de La Tentation de saint Antoine27. En effet, il n’est guère difficile de faire correspondre chaque énoncé des deux bonshommes à ceux du Diable :

  • 28 La Tentation de saint Antoine, op. cit., p. 213-214.

Antoine
N’importe, il faut qu’il y ait un paradis pour le bien, comme un enfer pour le mal !
Le Diable
L’exigence de ta raison fait-elle la loi des choses ? Sans doute le mal est indifférent à Dieu puisque la terre en est couverte !
Est-ce par impuissance qu’il le supporte, ou par cruauté qu’il le conserve ?
Penses-tu qu’il soit continuellement à rajuster le monde comme une œuvre imparfaite, et qu’il surveille tous les mouvements de tous les êtres depuis le vol du papillon jusqu’à la pensée de l’homme ?
S’il a créé l’univers, sa providence est superflue. Si la Providence existe, la création est défectueuse.
Mais le mal et le bien ne concernent que toi, — comme le jour et la nuit, le plaisir et la peine, la mort et la naissance, qui sont relatifs à un coin de l’étendue, à un milieu spécial, à un intérêt particulier. Puisque l’infini seul est permanent, il y a l’Infini ; — et c’est tout28 !

20À grands traits, le discours spinoziste commun aux deux bonshommes et au Diable se définit par l’articulation de la négation de six illusions : pas de libre arbitre, pas de causes finales, pas de création, pas de Providence, pas de distinction entre le bien et le mal, pas de distinction entre l’ordre et le désordre.

  • 29 L’Éthique, dans Œuvres de Spinoza, traduites en français par Émile Saisset, Paris, Charpentier, 184 (...)
  • 30 L’Éthique, op. cit., t. 2, p. 38.
  • 31 Ibid., p. 39.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid., p. 40.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid., p. 41.
  • 36 Ibid., p. 42.
  • 37 Ibid.

21On retrouve la même articulation dans la première partie de l’Éthique, « De Dieu », surtout dans le long appendice ajouté à cette partie. Résumons-le brièvement. Les hommes prisonniers de l’illusion finaliste supposent que « tous les êtres de la nature agissent comme eux pour une fin29 » et aussi que « Dieu a tout fait pour l’homme30 ». Alors, ils poussent leurs préjugés jusqu’à ne plus considérer tous les êtres de la nature que « comme des moyens à leur usage », tels que « les yeux pour voir, les dents pour mâcher, les végétaux et les animaux pour se nourrir, le soleil pour s’éclairer, la mer pour nourrir les poissons31 ». Il s’agit d’une « tendance universelle à concevoir des causes finales et à les rechercher32 ». Or « toutes choses se produisent et s’enchaînent par l’éternelle nécessité et la perfection suprême de la nature33 ». Donc toutes les causes finales ne sont que « de pures fictions imaginées par les hommes34 ». Car, « si Dieu agit pour une fin, il désire nécessairement quelque chose dont il est privé35 ». D’ailleurs, ce qu’on appelle la volonté de Dieu, c’est un « asile de l’ignorance36 ». De plus, persuadés que tout ce qui se fait dans la nature se fait pour eux, les hommes considèrent comme des objets supérieurs à tous les autres ceux qui les affectent de la meilleure façon. Ainsi se sont formées des notions illusoires par lesquelles on explique la nature des choses, telles que « le Bien, le Mal, l’Ordre, la Confusion, le Chaud, le Froid, la Beauté et la Laideur37 ». De telles distinctions ne sont pas fondées sur la raison mais sur l’imagination : on qualifie tout ce qui est utile bien, ordre, beau, et tout ce qui n’est pas utile, mal, confus, laid, rien de plus.

  • 38 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 290.

22Il est dès lors évident que la séquence « Nihilisme » dans laquelle Bouvard et Pécuchet écartent ostensiblement devant les villageois cette double illusion du libre arbitre et des causes finales s’inscrit pleinement dans la critique spinoziste du finalisme. Quelle conclusion peut-on tirer de ce devenir spinoziste des deux bonshommes ? Bouvard et Pécuchet sont-ils arrivés à la hauteur philosophique de Spinoza ? Sont-ils devenus plus intelligents ou plus lucides après de longues années d’apprentissage intellectuel ? Mais n’oublions surtout pas que le Spinoza de Bouvard et Pécuchet n’est qu’un Spinoza lu aux « endroits marqués d’un coup de crayon » et qu’ils ont vite renoncé à l’étude de Spinoza : « C’était trop fort. Ils y renoncèrent38 ». D’ailleurs, personne ne prétendra que Bouvard et Pécuchet, à qui le moindre échec ou la moindre contradiction suffit pour abandonner un champ entier de savoir, partagent la confiance ferme qu’a Spinoza dans la raison.

23Alors, pourquoi Flaubert fait-il discuter ses deux personnages en termes spinozistes à ce moment précis du récit ? On trouve dans l’un des « scénarios développés » de la séquence « Nihilisme » le passage suivant : ils « sont pris d’une manie de Propagande. c’est pr eux comme une vengeance. prennent un malin plaisir à étonner, scandaliser » (Ms g 2257 f° 924 v°). Le même passage réapparaît à plusieurs reprises, avec quelques légères variations syntaxiques, dans les brouillons. Il s’agit donc d’une « manie de propagande » inspirée par un désir de vengeance malveillant vis-à-vis de leur entourage. Devenir spinoziste, c’est donc devenir diabolique pour ainsi dire...

  • 39 Ibid., p. 305. Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs, analysant l’un des brouillons de ce paragr (...)

Bouvard et Pécuchet proférèrent en d’autres occasions leurs abominables paradoxes. Ils mettaient en doute, la probité des hommes, la chasteté des femmes, l’intelligence du gouvernement, le bon sens du peuple, enfin sapaient les bases39.

24Au chapitre IX, le nom de Spinoza apparaît pour la dernière fois dans le texte.

  • 40 Ibid., p. 332.

— « Pas du tout ! mais leur esprit échauffé percevait Jéhovah sous des formes diverses, celle d’un feu, d’une broussaille, d’un vieillard, d’une colombe ; et ils n’étaient pas certains de la Révélation puisqu’ils demandent toujours un signe. »
— « Ah ! – et vous avez découvert ces belles choses ? ... »
— « Dans Spinoza ! » À ce mot, le curé bondit. « L’avez-vous lu ? »
— « Dieu m’en garde ! »
— « Pourtant, monsieur, la science !... »
— « Monsieur, on n’est pas savant, si l’on n’est chrétien. »
La science lui inspirait des sarcasmes : — « Fera-t-elle pousser un épi de grain, votre science ! Que savons-nous ? » disait-il.
Mais il savait que le monde a été créé pour nous ; il savait que les archanges sont au-dessus des anges ; il savait que le corps humain ressuscitera tel qu’il était vers la trentaine40.

25Spinoza apparaît ici sous une figure véritablement diabolique, ennemi désigné de l’Église, mais aussi ennemi de toute la société bourgeoise et surtout ennemi de toute la « bêtise humaine ». Le curé sait que « le monde a été créé pour nous ». Encore une fois s’affirme ainsi la bêtise des causes finales.

Haut de page

Notes

1 Paul Janet, Les Causes finales, Paris, G. Baillière, 1876, p. 12.

2 « Il n’y a pas de but ! Comment Dieu aurait-il un but ? Quelle expérience a pu l’instruire, quelle réflexion le déterminer ? Avant le commencement il n’aurait pas agi, et maintenant il serait inutile », La Tentation de saint Antoine, édition de Claudine Gothot-Mersch, Paris, Gallimard, « Folio », 1983, p. 210.

3 Bouvard et Pécuchet, avec des fragments du « second volume », dont le Dictionnaire des idées reçues, édition de Stéphanie Dord-Crouslé, Paris, Flammarion, « GF », 1999, mise à jour en 2008, p. 130.

4 Lettre à Mme Roger des Genettes, été 1864. cf. Correspondance, édition de Jean Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. III, 1991, p. 401. La problématique des causes finales ou du finalisme n’est pas abordée uniquement dans le chapitre de Bouvard et Pécuchet consacré à la philosophie ; elle traverse l’œuvre et la Correspondance de Flaubert. Sur ce point, on peut se reporter à l’étude de Gisèle Séginger : « L’empire du sensible », Gustave Flaubert 6. Fiction et philosophie, Caen, Minard, « Revue des lettres modernes », 2008, p. 29-61.

5 Lettre à Mlle Leroyer de Chantepie, 12 décembre 1857. Cf. Correspondance, édition de Jean Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, 1980, p. 786.

6 Ms g 2261, f° 105. Transcription réalisée par Stéphanie Dord-Crouslé pour l’édition des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet (http://dossiers-flaubert.ish-lyon.cnrs.fr/), sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé.

7 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 78-79. L’entrée « melon » du Dictionnaire des idées reçues définit mal les melons, lesquels restent décidément inclassables dans le roman : « Joli sujet de conversation à table : “est-ce un légume ? est-ce un fruit ?” Les Anglais le mangent au dessert, ce qui étonne » (ibid., p. 442).

8 Ibid., p. 131.

9 L’horloge de la philosophie classique « constitue un nœud spéculatif d’une richesse et d’une importance considérables », note Judith Schlanger dans Les Métaphores de l’organisme, réédition, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 53.

10 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 288-289. En ce qui concerne les ressources documentaires de la séquence, voir en appendice le tableau 1. Bouvard et Pécuchet étant un « livre des livres », au sens précis où Foucault utilise l’expression à propos de La Tentation de saint Antoine (« On comprend comment la Tentation peut être le livre des livres : elle compose en un “volume” une série d’éléments de langage qui ont été constitués à partir des livres déjà écrits, et qui sont, par leur caractère rigoureusement documentaire, la redite du déjà dit », « La bibliothèque fantastique », Travail de Flaubert, Paris, Seuil, « Points Essais », 1983, p. 118), les « sources » du roman, toutes « rigoureusement documentaires », sont à chercher dans les « dossiers » composés par l’auteur. On retrouvera donc, dans ce tableau, les citations réunies dans le dossier « Philosophie » (Ms g 2266, f° 1-f° 76) à partir desquelles Flaubert a composé la fiction. Pour ne pas trop l’alourdir, je n’ai retenu que les éléments documentaires les plus directement concernés. Tous les liens hypertextes renvoient à l’édition des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet en ligne, déjà citée.

11 Voltaire, Dictionnaire philosophique, Œuvres complètes, Kehl, De l’Imprimerie de la Société littéraire typographique, 1785-1789, 70 vol., t. 37-43. « Causes finales », t. 38, p. 405-417 ; « Dieu, Dieux », t. 39, p. 289-328. (Ms g 2266, f° 42 et f° 42 v°).

12 Ainsi, on trouve dans une note de lecture prise sur le Libre examen (édition lue inconnue, mais très probablement : 4e édition augmentée, Paris, G. Baillière, 1874) par Louis Viardot : « Providence. contre l’horloger. “La Nature n’est point un ouvrage. elle a toujours existé par elle-même. c’est dans son sein que tout se fait.” d’Holbach. Système de la nature. » (Ms g 2266, f° 52, 7e fragment).

13 Flaubert a inséré dans le dossier « Philosophie » un folio de notes de lecture prises sur La Médecine, histoire et doctrine (Ms g 2266, f° 66, transcription réalisée par Norioki Sugaya). Flaubert a trouvé de nombreux exemples de la bêtise des causes finales dans la médecine. À ce sujet, voir l’analyse de Norioki Sugaya, Flaubert épistémologue. Autour du dossier médical de Bouvard et Pécuchet, Amsterdam-New York, Rodopi, « Faux Titre », 2010, p. 76-78.

14 Ms g 2266, f° 48. Auguste Comte, Principes de philosophie positive..., précédés de la préface d’un disciple, par E. Littré, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1868.

15 « Comment il faut entendre la question (Voltaire). Solution vulgaire » (Ms g 2257 f° 776 v°) ; « Solution de Voltaire. grotes vulgaire » (Ms g 2257, f° 863) ; « Solution de Voltaire sur les Causes finales – vulgaire » (Ms g 2257, f° 870 v°).

16 Le dossier « Philosophie » contient neuf pages de « notes de notes ». Les rubriques qui y figurent sont les suivantes : « Dieu » (f° 67 et f° 68) ; « Âme » (f° 69 et f° 70) ; « Idée de cause » et « Causes finales » (f° 71) ; « Liberté », « Libre arbitre » et « Idées innées » (f° 72) ; « Idéalisme » et « Nihilisme » (f° 73) ; « Matière », « Substance », « Création » et « Infini » (f° 74) ; « Critérium », « Méthode » et « Logique » (f° 75).

17 C’est ce qu’a montré Stéphanie Dord-Crouslé pour le beau dans « Le beau dans tous ses états – le moment esthétique dans Bouvard et Pécuchet », dans Gustave Flaubert 6, op. cit., p. 85-107.

18 Voir Anne Herschberg Pierrot, « Bouvard et Pécuchet. Du cliché à l’idée reçue », Clichés et clichages, Poitiers, UFR de Langues et Littératures, « La Licorne », 2001, p. 227-237.

19 Claude Mouchard, « La consistance des savoirs dans Bouvard et Pécuchet », Travail de Flaubert, op. cit., p. 168. Le processus de clichage s’affirme de la façon la plus frappante dans le travail de redistribution des citations qu’a effectué Flaubert dans la composition de la Copie : « Flaubert, écrit Jacques Neefs, distribue les énoncés qu’il relève pour les faire jouer ensemble, les relie, les recopie, comme pour traquer la voix anonyme qui parle à travers eux, pour faire surgir les chemins d’une morne répétition, pour faire paraître, par usure, les régularités qui structurent, comme malgré eux, ces discours. » Voir Jacques Neefs, « Noter, classer, briser, montrer, les dossiers de Bouvard et Pécuchet », Penser, classer, écrire de Pascal à Perec, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, 1990, p. 77-78.

20 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 289.

21 Ibid., p. 290.

22 Ibid., p. 289. Sur la séquence « Spinoza » qui contient le passage cité, on se reportera à l’analyse de Juliette Azoulai, « L’Éthique de Spinoza dans Bouvard et Pécuchet : un vertige philosophique et littéraire », Revue Flaubert, n° 11, « Fiction du savoir, savoirs de la fiction dans Bouvard et Pécuchet », 2011.

23 Ibid., p. 303-304. Je laisse ici de côté la partie concernant le libre arbitre dans le débat.

24 Paris, Charpentier, 1860.

25 J’ai transcrit et commenté ces notes de lecture dans « Le dossier “Philosophie” de Bouvard et Pécuchet : Hegel et Spinoza », Gustave Flaubert 6, op. cit., p. 225-253. Mes transcriptions sont en ligne sur le site d’édition des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet (Ms g 2266, f° 37, f° 37 v°, f° 38, f° 38 v°).

26 Pour désigner deux modalités distinctes du travail citationnel opéré par Flaubert dans le chantier du roman (des notes de lecture aux brouillons rédactionnels en passant par les « notes de notes » et les « scénarios développés »), je propose d’utiliser deux termes différents, le « montage » (pour des énoncés venant d’auteurs différents) et le « collage » (pour des énoncés venant tous du même auteur).

27 Pour ce qui est du spinozisme du Diable (de la Tentation de 1849), voir Gisèle Séginger, « La Tentation et les savoirs », Flaubert. Revue critique et génétique [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 19 janvier 2009.

28 La Tentation de saint Antoine, op. cit., p. 213-214.

29 L’Éthique, dans Œuvres de Spinoza, traduites en français par Émile Saisset, Paris, Charpentier, 1842, 2 volumes, t. 2, p. 38. Je cite ici L’Éthique dans la première édition de la traduction de Saisset, celle que Bouvard et Pécuchet semblent consulter. Pour la spécificité des traductions de Saisset, voir Pierre-François Moreau, « Traduire Spinoza : l’exemple d’Émile Saisset », dans Spinoza au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 221-230.

30 L’Éthique, op. cit., t. 2, p. 38.

31 Ibid., p. 39.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 40.

34 Ibid.

35 Ibid., p. 41.

36 Ibid., p. 42.

37 Ibid.

38 Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 290.

39 Ibid., p. 305. Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs, analysant l’un des brouillons de ce paragraphe (dans lequel on lit non seulement la formule « manie de propagande » comme dans le brouillon cité ci-dessus, mais aussi une indication hautement révélatrice : « Pécuch. méphistophélique »), perçoivent une allusion au Faust. cf. « Bouvard et Pécuchet et la bêtise », dans Flaubert, l’empire de la bêtise, Nantes, Éditions nouvelles Cécile Defaut, 2012, p. 134.

40 Ibid., p. 332.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Atsushi Yamazaki, « Quel est le but de tout cela ? - Les « causes finales » dans Bouvard et Pécuchet », Flaubert [En ligne], 7 | 2012, mis en ligne le 03 décembre 2012, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://flaubert.revues.org/1815

Haut de page

Auteur

Atsushi Yamazaki

Université Chukyo, Nagoya

Haut de page