Navigation – Plan du site
Rythme et phrasé

Flaubert, Beckett, Toussaint : d’un phrasé l’autre

Karine Germoni

Résumés

Si Flaubert, Beckett et Toussaint font partie de ce que Sainte-Beuve appelait « une famille d’esprit », c’est parce qu’ils ont en partage un même sens de l’ironie et de l’humour qui se reflète dans leur traitement respectif de la syntaxe, du style ou encore de la ponctuation. Ainsi, tandis que dans l’œuvre de Beckett, transparaît la présence de Flaubert, dans l’œuvre de Toussaint, c’est la présence simultanée de Beckett et de Flaubert qui est patente. Mais alors que Beckett imite Flaubert volontairement, pour lui rendre hommage, c’est d’abord de manière involontaire que Toussaint, à ses débuts d’écrivain, pastiche Beckett et Flaubert, avant de parvenir à se faire sa propre main, une main d’auteur confirmé chez qui demeureront, ainsi que nous le verrons, des résidus des phrasés flaubertien et beckettien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Germoni, « Flaubert, Beckett, Toussaint : d’un phrasé l’autre », Flaubert [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 25 novembre 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1872

Haut de page

Auteur

Karine Germoni

Université d’Aix-Marseille

Haut de page