Navigation – Plan du site
Flaubert en passant

Extrait de « Le mouvement littéraire au XIXe siècle, par M. George1 Pellissier, Paris, 1889, Hachette »

RDM, 15 octobre 1889, p. 867-913
Ferdinand Brunetière

Texte intégral

  • 1 Orthographe de Brunetière, à tort semble-t-il.

L’heure est à l’histoire littéraire et le dix-neuvième siècle à peine refermé en fait déjà partie : Brunetière donne un compte rendu de l’ouvrage de Georges Pellissier, Le Mouvement littéraire au XIXe siècle, avec la condescendance du mandarin qui corrige les vues de son modeste collègue. « Mouvement » : le mot est à entendre dans son sens le plus concret, car l’heure est aussi à Darwin. Il s’agit de comprendre l’évolution littéraire : comment le romantisme a supplanté l’esprit classique, avant d’être lui-même éliminé par le réalisme.

Brunetière est ici pris entre deux détestations : la littérature romantique au moi hypertrophié, le naturalisme trivial. Dans l’intervalle, une transition : la désécriture réaliste du romantisme, incarnée au théâtre par Alexandre Dumas fils, dans le roman par l’auteur de Madame Bovary, les deux pour cela valorisés, mais le premier valant mieux, car tenant d’une littérature d’idées qui propose une morale sociale, pendant que le second se complaît dans son pessimisme artiste.

En passant, Brunetière revient sur le parallèle Sand-Flaubert qu’il avait tracé dans son article de 1884 consacré à la correspondance de ces deux auteurs. Où Flaubert, dans Madame Bovary, parodie les héroïnes névrosées de George Sand.

***

  • 2 Brunetière vient de désigner en Alexandre Dumas fils celui qui a rompu avec le théâtre romantique, (...)
  • 3 Indiana (1832), Valentine (1832), Lélia (1833, remanié en 1839) : trois romans qui signent les débu (...)
  • 4 Le mot « névrosé », postérieur effectivement aux héroïnes romantiques, apparaît en même temps qu’Em (...)
  • 5 Ce personnage d’Alexandre Dumas père (Antony, drame moderne en prose, date de 1831 et a marqué l’av (...)
  • 6 Depuis Balzac, la peinture de genre du XVIIe siècle hollandais est un point de comparaison obligé p (...)
  • 7 Champfleury (1821-1889), théoricien du réalisme, auteur des Bourgeois de Molinchart (1855), roman q (...)

1[…] Une autre influence n’a pas été moins considérable que celle de M. Dumas2 : je veux parler de celle de Gustave Flaubert. Nourri dans le respect ou dans la superstition, et ce n’est pas assez dire encore, nourri dans la folie du Romantisme, Flaubert lui-même s’est-il rendu compte de ce qu’il a fait dans Madame Bovary ? Je n’en suis pas bien sûr ; et je dirais pourquoi, si c’était de lui que je voulusse ici parler. Mais il n’est question que de son œuvre, sur le caractère de laquelle il me faut d’abord avouer que je ne partage pas la façon de penser de M. Pellissier : « L’originalité supérieure de Madame Bovary », suivant lui, « ce serait, en effet d’avoir concilié ce qu’avaient de légitime les visées du romantisme avec ce que les exigences du réalisme avaient fondé » ; et nous, si nous voyons dans Madame Bovary quelque chose, d’original et de supérieur, c’est au contraire et justement ce que nous appellerons la dérision du Romantisme. Emma Bovary, la fille au père Rouault, la femme de l’officier de santé de Yonville, la maîtresse de M. Rodolphe de la Huchette, c’est, avec les rêves de son imagination délirante, la caricature ou la parodie des femmes incomprises, des adultères échevelées, et des amours fatales du drame et du roman romantiques. Les voilà, les Indiana et les Lélia, les Valentine et les Angèle3, des malades ou des « névrosées, » — quoique je croie que le mot ne fût pas encore inventé4, — qui trouvent toujours pour les comprendre quelque Antony5 de chef-lieu de canton ! Si le livre a une portée qui le dépasse lui-même, qui aille au-delà de l’intention de son auteur, il n’en a pas une autre, et, quel que fût d’ailleurs Flaubert, jamais les « visées du romantisme » n’avaient été par personne plus outrageusement bafouées. Mais, d’autre part, il est parfaitement vrai que, de cette peinture des mœurs de province, aussi fidèle qu’un tableau d’un petit Hollandais6, les « exigences du réalisme » recevaient une satisfaction qu’elles n’avaient pas toujours trouvée dans les romans de Balzac, où l’effet n’est souvent obtenu que par l’altération systématique des rapports réels des choses. Autant qu’un romancier puisse être absent de son œuvre, Flaubert, lui, l’est de la sienne ; si nous l’y reconnaissons aujourd’hui, c’est que nous le connaissons par ailleurs ; et la preuve n’en est-elle pas que, pendant une vingtaine d’années, en essayant de se le figurer lui-même d’après son œuvre, on l’a pris pour ce qu’il fut sans doute le moins : une espèce de Champfleury supérieur7 ? Si Madame Bovary, quant à la conception du sujet, est une dérision du Romantisme, elle est en même temps, par la qualité de l’exécution, le triomphe de ce que Flaubert a lui-même appelé l’impersonnalité dans l’art.

  • 8 Sur ce point, voir dans notre dossier l’article que Brunetière avait consacré en 1884 à l’esthétiqu (...)
  • 9 Le terme s’est imposé en médecine dans les années 1870. On a vu avec Charles Richet un tenant de ce (...)
  • 10 L’école naturaliste.

2C’était un pas de plus dans les voies du Naturalisme, et ce n’était pas le dernier. Nous savons en effet, par sa correspondance avec George Sand8, que, dans ses dernières années, Flaubert devait conclure du caractère impersonnel, et, pour ainsi dire, anonyme de l’œuvre d’art, à l’impassibilité comme à la qualité suprême de l’artiste. Il entendait par là, que non seulement l’artiste ne doit rien mettre de sa personne dans son œuvre, mais qu’encore il doit se retrancher jusqu’aux sympathies qu’à force de vivre avec eux il serait tenté d’éprouver pour ses propres personnages. Ce scrupule ne fait-il pas voir trop de délicatesse ? ou trop d’orgueil peut-être ? Toujours est-il que je n’en sache point qui soit plus contradictoire au principe même de l’esthétique romantique, puisque c’en est, à vrai dire, le renversement. On peut donc affirmer que, s’il y eut en Flaubert quelques traits d’un romantique, — et nous n’en disconvenons pas, — le principal ou l’essentiel y manqua. C’est aussi bien le secret de son influence. Grâce à lui, ce que le théâtre avait commencé, le roman l’acheva. La représentation de la vie, telle qu’elle se poursuit et comporte ; non pas seulement telle que nous la voyons, mais telle encore qu’il faut faire effort pour la voir autrement, si nous la voyons mal ; telle enfin que ce n’est pas trop d’une existence tout entière pour apprendre à la voir, Madame Bovary vint en faire l’objet de l’art. Ce l’est encore ; et nous espérons bien qu’il le demeurera. On ne saurait d’ailleurs s’expliquer autrement que Flaubert ait écrit cette Éducation sentimentale, — que M. Pellissier, dans son livre, a presque passée sous silence, — ni comprendre l’admiration que les jeunes gens, dès qu’ils en parlent, affectent pour le plus laborieux à coup sûr et le plus ennuyeux des romans de Flaubert. Je sais bien qu’ils l’affectent un peu et qu’ils se donnent, en l’affectant, le plaisir facile, toujours cher à la jeunesse, d’irriter la contradiction. Mais, sans le savoir peut-être, ils aiment dans L’Éducation sentimentale une reprise d’hostilités contre le romantisme, rendu responsable de l’impuissance et de l’avortement du héros de Flaubert. En effet, ce qu’Emma Bovary est en femme, Frédéric Moreau l’est en homme ; et chez le second, comme chez la première, le développement maladif d’une éducation purement sentimentale a désagrégé l’intelligence et la volonté. Ou le titre lui-même de L’Éducation sentimentale ne veut rien dire, ou il veut dire cela. Il serait encore plus parlant, si Flaubert avait osé mettre L’Éducation romantique. Ses personnages ne sont que le sujet de leurs sensations successives, et, à cet égard, les jeunes gens les trouvent aujourd’hui conformes aux plus récents enseignements de la psycho-physiologie9. Mais ils aiment encore la valeur documentaire du livre, comme on a dit depuis dans l’école10, ce qu’il contient de « choses vues, » notées par l’un des écrivains de ce temps qui ont su le mieux voir et le mieux rendre ce qu’il voyait. J’ajouterai qu’il n’y a pas jusqu’à l’absence même de roman ou de composition qui, sous prétexte qu’elle serait une ressemblance de plus avec la vie, bien loin d’y nuire, ne serve au contraire à entretenir parmi les initiés la réputation de L’Éducation sentimentale. Pour toutes ces raisons, si l’on peut dire de Madame Bovary qu’elle est le chef-d’œuvre du roman naturaliste français, L’Éducation sentimentale en peut être appelée le bréviaire.

Haut de page

Notes

1 Orthographe de Brunetière, à tort semble-t-il.

2 Brunetière vient de désigner en Alexandre Dumas fils celui qui a rompu avec le théâtre romantique, notamment avec La Dame aux Camélias (1852 pour la pièce, qui fut d’abord un roman) dont le sujet voisin de Marion Delorme fait d’autant mieux sentir cette rupture esthétique.

3 Indiana (1832), Valentine (1832), Lélia (1833, remanié en 1839) : trois romans qui signent les débuts de George Sand, alors vue comme un Byron en jupons. Angèle (1833), mélodrame en prose d’Alexandre Dumas père.

4 Le mot « névrosé », postérieur effectivement aux héroïnes romantiques, apparaît en même temps qu’Emma, en 1857, dans le Traité de pathologie générale de Monneret. Le terme désigne alors les différentes maladies nerveuses, sans lésion ou trouble organique. Le substantif « névrose », lui, est plus ancien : 1785, dans la traduction par Pinel des travaux du médecin écossais William Cullen.

5 Ce personnage d’Alexandre Dumas père (Antony, drame moderne en prose, date de 1831 et a marqué l’avènement d’un théâtre romantique, à côté des drames historiques de Victor Hugo) était devenu un type : un Werther à la française, amoureux révolté et asocial, jusqu’à faire entrer dans la langue l’expression « faire l’Antony » que l’on rencontre d’ailleurs dans L’Éducation sentimentale.

6 Depuis Balzac, la peinture de genre du XVIIe siècle hollandais est un point de comparaison obligé pour la « couleur locale » réaliste en littérature.

7 Champfleury (1821-1889), théoricien du réalisme, auteur des Bourgeois de Molinchart (1855), roman qui relate un adultère de province entre une jeune bourgeoise et un aristocrate, tout en fournissant l’occasion d’une satire des mœurs provinciales : l’ouvrage a souvent été rapproché de Madame Bovary et Flaubert lui-même s’était inquiété de la parenté des sujets, quand il vit paraître le roman de Champfleury alors qu’il achevait le sien. Mais Champfleury est un observateur moraliste, nullement impersonnel (sa nouvelle Chien-Caillou [1847], dédiée à Victor Hugo, le montre bien).

8 Sur ce point, voir dans notre dossier l’article que Brunetière avait consacré en 1884 à l’esthétique de Sand et de Flaubert à travers leurs lettres.

9 Le terme s’est imposé en médecine dans les années 1870. On a vu avec Charles Richet un tenant de cette psycho-physiologie.

10 L’école naturaliste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ferdinand Brunetière, « Extrait de « Le mouvement littéraire au XIXe siècle, par M. George Pellissier, Paris, 1889, Hachette » », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1984

Haut de page

Auteur

Ferdinand Brunetière

Articles du même auteur

Haut de page