Navigation – Plan du site
Flaubert en passant

Extrait de « Souvenirs littéraires. Quinzième et dernière partie »

RDM, 15 octobre 1882, p. 793-827
Maxime Du Camp

Texte intégral

Au terme de ses Souvenirs littéraires (ils allaient paraître en volume quelques mois plus tard chez Hachette), Maxime Du Camp évoque rapidement le roman posthume de Flaubert, publié en mars 1881. Dix-huit mois s’étaient écoulés. Il faut croire qu’il n’y avait eu alors aucun volontaire à la Revue des Deux Mondes pour rendre compte de Bouvard et Pécuchet : exécution en forme de grand silence. À la lecture de cette satire romanesque, la revue s’était peut-être sentie quelque peu visée dans son idéal encyclopédique pour gens lettrés. Proust un jour prêterait aux deux bonshommes le désir d’écrire dans la Revue des Deux Mondes

Du Camp, douteux ami, ne répare guère l’affront post mortem. Quelques considérations cependant sur le travail de Flaubert, ses lectures au pas de charge et en diagonale ; quelques hypothèses sur la composition du second volume ; une perplexité sur la cible de l’ironie.

***

  • 1 La rédaction des Trois contes (1877).
  • 2 Flaubert mit Du Camp comme tant d’autres, moins que d’autres, à contribution pour sa recherche docu (...)
  • 3 Le titre laisse penser à un livre pour enfants (il y avait ainsi des Fabliers du premier âge).
  • 4 Denis Jules Dupotet, dit Baron du Potet (1796-1881). On lui doit plusieurs ouvrages sur le magnétis (...)
  • 5 Ouvrage d’Eugène Huzar paru chez Dentu en 1855.
  • 6 La Luciniade (1793), du docteur Jean-François Sacombe, dont Flaubert cite de mémoire un vers « pohé (...)
  • 7 Si cette lettre existe, nous ne la possédons pas. En revanche, dans une lettre du 13 novembre 1879, (...)
  • 8 Au sens de « bizarre », ou peut-être d’« irrégulier ».
  • 9 Joseph Prudhomme, proto-Homais, bourgeois satisfait de lui-même aux phrases sentencieuses, fut créé (...)

1[…] Délassé par ce travail incident1, ayant versé son trop-plein de lyrisme, il se remit à écrire l’histoire de ses deux bonshommes, ainsi qu’il disait. La besogne n’avançait guère ; il voulait ridiculiser non seulement ses personnages, mais les connaissances qu’ils cherchaient à acquérir ; or, ces connaissances, Flaubert n’en avait que des notions imparfaites et il lui fallait les étudier, ne fût-ce que sommairement, afin d’en pouvoir parler. Il se mit donc à lire toute sorte de livres d’agriculture, de botanique, de géologie, d’économie politique, de magnétisme, d’éducation, qu’il feuilletait fiévreusement et dans lesquels il récoltait les opinions et même les phrases qui lui semblaient les plus bêtes. Il m’écrivait2 : « Envoie-moi tout ce que tu as dans ta bibliothèque sur l’enseignement primaire ; découvre-moi un bouquin de physiologie imbécile ; où pourrai-je trouver Le Naturaliste du premier âge3 ? as-tu l’ouvrage du baron Dupotet4 et quelque chose sur le spiritisme ? J’ai vu chez toi autrefois un petit volume : La Fin du monde par la science5, expédie-le-moi ; – enfin, mets en fiacre avec ton domestique tous les livres idiots que tu possèdes et fais-les apporter chez moi : n’oublie pas la Luciniade du docteur Sacombe6, dont nous avons tant ri avec ce pauvre Bouilhet. » Je lui envoyais vingt ou trente volumes à la fois ; huit jours après, il en avait extrait les notes dont il avait besoin pour mener son Bouvard et son Pécuchet à travers les tentatives les plus saugrenues. Ce roman l’occupait exclusivement ; il disait : « Ça, ce sera le livre des vengeances ! » Vengeance de quoi ? Je ne l’ai jamais deviné et ses explications à ce sujet ont toujours été confuses. Je connais la vie de Flaubert comme je connais la mienne, et il m’est impossible d’y découvrir un fait, un incident dont il ait pu avoir à se venger. Il a été célèbre du jour au lendemain, et ce n’était que justice ; il a été l’enfant gâté dans plus d’une intimité ; il a eu des amis dévoués et des amitiés de femmes qui étaient enviables. Vengeance de quoi ? j’y reviens sans pouvoir me répondre. De la bêtise humaine, sans doute, qui l’offusquait et qui le faisait rugir de fureur quand elle ne le faisait pâmer de rire. Ce livre, que la mort ne lui a pas laissé le temps d’achever et qui a été publié sous le titre de Bouvard et Pécuchet, n’a qu’un volume. Dans la pensée de Flaubert, il devait en avoir deux. Ce tome second, il l’avait commencé, car au mois de mars 1878 il m’écrivait7 : « J’entame mon huitième chapitre ; après celui-là, encore deux, et puis le second volume, qui est fort avancé. » Or ce second volume était sans doute ce qu’il appelait le livre des vengeances. Ses deux commis, lorsqu’ils ont pris le parti de se remettre à copier, veulent copier avec intelligence « pour eux-mêmes », pour s’instruire, et non plus à l’état de machines qu’ils étaient autrefois. Ils font un recueil de « grandes pensées » ; ils lisent tous les ouvrages modernes, œuvres de science, de poésie, d’imagination ou d’histoire, en font des extraits, c’est-à-dire, entraînés par leur médiocrité naturelle, y recueillent le plus grand nombre de bêtises et d’erreurs possible. Toutes les fois que, dans ses lectures ou dans ses souvenirs, Flaubert découvrait un vers baroque8, une phrase mal faite, une idée sotte, une bourde en un mot, il la notait et disait : « Ça, c’est pour mes deux bonshommes. » Le second volume n’était fait que de citations empruntées aux lieux communs, aux phrases toutes faites, qu’il avait récoltés dans la littérature de nos jours. Il n’avait ménagé personne ; les plus grands noms eussent figuré dans ce panthéon du prudhommisme9 ; ses amis n’étaient point épargnés ; il m’avait dit : « J’ai une quinzaine de phrases de toi qui sont d’une belle niaiserie » ; – ce n’est pas beaucoup. Si l’on a retrouvé le manuscrit de ce second volume, réunion des pièces justificatives expliquant le premier, on ne l’a pas publié, et j’estime que l’on a sagement agi. […]

Haut de page

Notes

1 La rédaction des Trois contes (1877).

2 Flaubert mit Du Camp comme tant d’autres, moins que d’autres, à contribution pour sa recherche documentaire. Voir le volume Correspondances (Gustave Flaubert-Alfred Le Poittevin ; Gustave Flaubert-Maxime Du Camp), édité par Yvan Leclerc, Flammarion, 2000. De Flaubert à Du Camp, avril-mai 1877 : « N’as-tu pas l’Anatomie descriptive de Cloquet – avec l’atlas ? Possèdes-tu quelque bouquin de physiologie imbécile ? (…) Mets aussi dans le paquet la Luciniade que j’ai envie de relire. » Du même au même, 24 janvier 1880 : « (…) te souviens-tu de m’avoir parlé d’un livre (j’en ai oublié le titre et l’auteur) prédisant la Fin du monde par le développement exagéré de la Science ? »

3 Le titre laisse penser à un livre pour enfants (il y avait ainsi des Fabliers du premier âge).

4 Denis Jules Dupotet, dit Baron du Potet (1796-1881). On lui doit plusieurs ouvrages sur le magnétisme, notamment un Traité complet de magnétisme animal (1856).

5 Ouvrage d’Eugène Huzar paru chez Dentu en 1855.

6 La Luciniade (1793), du docteur Jean-François Sacombe, dont Flaubert cite de mémoire un vers « pohétique » dans une lettre à Théophile Gautier (27 janvier 1859) : « Ah ! laissez-moi de grâce adorer la matrice. »

7 Si cette lettre existe, nous ne la possédons pas. En revanche, dans une lettre du 13 novembre 1879, Flaubert parle à Du Camp de son second volume « qui est aux trois-quarts fait ».

8 Au sens de « bizarre », ou peut-être d’« irrégulier ».

9 Joseph Prudhomme, proto-Homais, bourgeois satisfait de lui-même aux phrases sentencieuses, fut créé par Henry Monnier en 1830. Il eut une longue vie : l’année de Madame Bovary, Monnier publia les Mémoires de Monsieur Joseph Prudhomme. L’adjectif prudhommesque était alors entré dans la langue française. Type toujours vivant dans l’imaginaire artiste : le jeune Verlaine écrivit un sonnet « Monsieur Prudhomme » (c’est même son premier poème publié, en 1863).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Du Camp, « Extrait de « Souvenirs littéraires. Quinzième et dernière partie » », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1987

Haut de page