Navigation – Plan du site
Flaubert en passant

Extrait de « Les Démoniaques d’aujourd’hui — étude de psychologie pathologique »

RDM, 15 janvier 1880, p. 343-349
Charles Richet

Texte intégral

Le titre est ironique : il vise l’obscurantisme religieux. La médecine donne leur vrai nom aux démoniaques : des hystériques. Rationaliste anticlérical, bien de son temps en cette année 1880, Richet réhabilite les sorcières après Michelet, ironise sur les prétendus miracles de Lourdes et termine son article en un acte de foi positiviste : « En résumé, nous avons vu que, sans produire l’aliénation proprement dite, il y a des maladies qui troublent profondément les fonctions de l’intelligence. Certes ces troubles sont étranges et faits pour surprendre ; mais on peut affirmer qu’ils sont soumis à des lois naturelles, et non à la fantaisie des sept millions quatre cent cinq mille neuf cent vingt-six diables de l’enfer. Telle n’était pas l’opinion des juges du XVIIe siècle, et ce n’est pas un des moindres bienfaits de la science que d’avoir affirmé et prouvé l’innocence des malheureux qu’on faisait jadis monter sur le bûcher. » Il y a du M. Homais dans cette fin de phrase.

Dans ce contexte, Madame Bovary apparaît comme un document littéraire, au même titre que d’autres romans contemporains aux héroïnes hystériques. C’est même le modèle du genre : Richet, louant le talent de psychologue que Brunetière refuse à Flaubert, juge l’histoire d’Emma une magnifique étude de psychopathologie. De fait, les citations que Richet donne de Madame Bovary viennent résumer le catalogue des symptômes de l’hystérie qu’il a auparavant dressé — comme si ce catalogue avait été établi à partir des observations du roman… Emma incarne l’Idée d’hystérie.

***

  • 1 Expression latine signifiant effectivement « maître de soi », attestée par exemple chez Tite-Live.
  • 2 Le substantif est longtemps resté féminin aux yeux de la médecine (conformément à l’étymologie, gre (...)
  • 3 Dans « Les poisons de l’intelligence, II : Le hachich, l’opium et le café », Revue des Deux Mondes, (...)

1[…] Il semble qu’il y ait chez tout être humain deux forces contraires : le sentiment et la volonté. Par la volonté on arrive (ou on croit arriver, ce qui est tout un) à dompter ses sentiments, à faire taire l’exubérance instinctive et passionnée de la nature brute. On est maître de soi, compos sui, comme disaient les anciens1. On sait que telle chose est bonne à dire, telle autre bonne à cacher, qu’il y a des sentiments nobles et des passions basses, qu’on doit obéir aux uns et écraser les autres. Les hystériques ne savent pas tout cela ; elles2 ne comprennent pas ce qu’on entend par pouvoir dominateur de la passion. La passion les mène, et elles se laissent conduire où la passion veut. Si c’est le vent de la colère ou de la jalousie qui souffle, tant pis ; elles se laissent aller, sans opposition, à la colère ou à la jalousie. Tant mieux si c’est le vent de la charité ou de l’obéissance, car elles seront alors charitables ou obéissantes. Si la fantaisie de dire une impertinence ou une incongruité traverse leur cervelle, voilà que déjà l’impertinence ou l’incongruité est lancée. Les hystériques sont un peu semblables aux personnes qui ont pris du hachich. J’ai raconté ici même3 ce qui m’était arrivé après avoir pris une petite dose de cette substance. N’étant plus maître de moi, je me laissai aller sans détour à l’enthousiasme qu’avait provoqué un accident insignifiant. Cette exubérance, que je ne pouvais maîtriser, m’a sans doute rendu ridicule aux yeux des étrangers qui étaient à côté de moi.

  • 4 L’expression figure dans La Tour de Nesle (1832) d’Alexandre Dumas père, qui fut certes l’un des gr (...)

2Aussi ne sait-on jamais exactement à quoi s’en tenir sur les sentiments de telle ou telle personne hystérique. Toute prévision serait téméraire, et il y aura autant de bonnes raisons pour trouver cette personne bien disposée que pour la trouver mécontente. Ses sentiments d’ailleurs seront très passagers ; et elle ne croira pas nécessaire d’établir de transitions entre le rire et les larmes, le dépit et la satisfaction. Sa mauvaise humeur durera « le temps de retourner un sablier »4 ; et elle se comportera comme les enfants qu’on fait rire aux éclats, alors qu’ils ont encore sur la joue les larmes qu’ils viennent de répandre.

  • 5 Emma apparaît déjà, avant d’être nommée : « À partir de ce moment, son existence ne fut plus qu’un (...)
  • 6 Les positions racistes furent tôt présentes dans la psycho-physiologie de Richet.

3Malgré cette mobilité, cette spontanéité irrésistible, les hystériques manquent absolument de franchise : elles sont toutes plus ou moins menteuses ; moins peut-être pour faire un mensonge intéressé que pour en forger d’inutiles. Elles ont l’amour du mensonge ou plutôt de la tromperie5. Rien ne leur plaît plus que d’induire en erreur ceux qui les interrogent, de raconter des histoires absolument fausses, qui n’ont même pas l’excuse de la vraisemblance, d’énumérer tout ce qu’elles n’ont pas fait, tout ce qu’elles ont fait, avec un luxe incroyable de faux détails. Ces gros mensonges sont dits audacieusement, crûment, avec un sang-froid qui déconcerte. Le médecin qui examine des hystériques doit songer sans cesse qu’elles veulent le tromper, lui cacher la vérité et lui montrer des choses qui n’existent pas, aussi bien que lui dissimuler celles qui existent. Les enfants sont dans ce cas, et c’est une grosse erreur de les croire pourvus d’une sincérité native. Personne n’est moins sincère qu’un enfant ; à cet âge on ment effrontément et pour le plaisir de mentir. Chez les races inférieures, rebut de l’humanité6, et qui par leur infériorité se rapprochent des enfants et des hystériques, on retrouve cette même tendance à la tromperie. La loyauté et la sincérité ne sont pas nées avec nous. Ce ne sont pas des dons naturels : ce sont des conquêtes sur la nature brute, et si l’homme fait est loyal et sincère, c’est qu’il a su corriger ses instincts mauvais.

4On voit combien l’hystérie diffère de la folie. Dans la folie, l’intelligence est profondément atteinte, tandis que l’hystérie est plutôt une forme de caractère qu’une maladie de l’intelligence. De là l’intérêt psychologique de cet état. L’intelligence est brillante, la mémoire sûre, l’imagination vive. Il n’y a qu’un seul côté défectueux dans l’esprit, c’est l’impuissance de la volonté à refréner la passion. La volonté semble être en effet le rouage le plus délicat de l’organisme mental, et dès qu’une substance toxique vient troubler les fonctions intellectuelles, elle débute toujours en supprimant l’influence de la volonté sur les mouvements de la passion.

  • 7 Nervosisme : mot contemporain de Madame Bovary, 1858 disent les dictionnaires. Sous cet angle médic (...)

5L’hystérie, au moins dans sa forme légère, est extrêmement fréquente. Les causes qui la déterminent doivent donc être très communes. L’une des principales est l’hérédité. Si le père ou la mère a un tempérament nerveux, il est vraisemblable que la fille sera prédisposée à l’hystérie. Entendons-nous bien cependant sur le sens du mot hérédité. Il n’est pas nécessaire que la même forme de maladie se retrouve chez les parents et chez les enfants. Pourvu qu’il y ait chez les parents du nervosisme, ce nervosisme7, chez les enfants, se reproduira sous divers aspects. Par exemple un père épileptique peut avoir un fils idiot, un fils fou et une fille hystérique. Cette loi de la fatalité héréditaire est également vraie, lorsqu’au lieu d’une maladie nerveuse aussi grave que l’épilepsie ou la folie, il s’agit simplement d’un tempérament nerveux. De même que la couleur des cheveux, la configuration du nez et le timbre de la voix se ressemblent chez les parents et les enfants, de même la forme du caractère se transmet d’une génération à l’autre. L’observation médicale de plusieurs siècles se rencontre avec le bon sens vulgaire. Au temps de la sorcellerie, la fille d’une sorcière, c’est-à-dire la fille d’une hystérique, était fatalement considérée comme sorcière, et il n’était pas besoin de chercher d’autres motifs d’accusation.

  • 8 Entre Flaubert et son Disciple, Richet : Maupassant reprend ce scénario décrit par le médecin, en 1 (...)

6D’ailleurs, les causes accessoires viendront aider cette influence prépondérante de l’hérédité. Une jeune fille élevée avec une certaine recherche, et qui voit autour d’elle ses compagnes d’autrefois parvenues à une situation meilleure que la sienne, deviendra hystérique parce que le sort ne lui a pas donné les satisfactions qu’elle avait rêvées. Les songes déçus, les illusions évanouies, les espérances chimériques sont des motifs presque suffisants pour faire naître la maladie qui nous occupe en ce moment. À Paris, par exemple, et dans les grandes villes, où les jeunes filles des classes inférieures et de la petite bourgeoisie reçoivent une éducation supérieure à leur état social, l’hystérie est très fréquente. En effet, il est souvent bien difficile de trouver le mari idéal qu’elles ont rêvé8. Le mariage n’est donc pas un remède, car les difficultés mesquines, quotidiennes, et les soucis étroits du ménage seront une pâture insuffisante aux vastes aspirations d’une imagination déréglée. Aussi, chez certaines jeunes filles comme chez certaines jeunes femmes, qui n’ont guère qu’une légère prédisposition à l’hystérie, la misère, la gêne, le chagrin, font bien souvent apparaître les symptômes de cette maladie. En un mot, l’hystérie a une cause physiologique, c’est l’hérédité ; une cause sociale, la réalité inférieure au rêve.

7Cette hystérie légère n’est pas une maladie véritable. C’est une des variétés du caractère de la femme. On peut même dire que les hystériques sont femmes plus que les autres femmes : elles ont des sentiments passagers et vifs, des imaginations mobiles et brillantes, et parmi tout cela l’impuissance de dominer par la raison et le jugement ces sentiments et ces imaginations. Les romanciers ont compris le parti qu’ils pourraient tirer de l’étude de ce caractère. Dans les derniers temps surtout, depuis que le style descriptif est à la mode, depuis qu’on s’est efforcé de mélanger l’art et la pathologie, il y a eu de nombreuses peintures d’attaques d’hystérie ou de caractères hystériques. Ces essais ne sont pas tous heureux. Quelquefois cependant, on rencontre des descriptions exactes qui compléteront ce que nous venons de dire de l’état psychique des femmes nerveuses.

  • 9 Le romancier et dramaturge Octave Feuillet est un auteur de la Revue des Deux Mondes, goûté du lect (...)

8M. Octave Feuillet, en observateur fin et délicat, fait parler ainsi un mari dont la femme est devenue hystérique. Le mot d’hystérie n’est pas prononcé, mais les symptômes sont si nets qu’il ne peut y avoir d’hésitation dans le diagnostic : « Cette femme du monde, dit M. De Marsan, a subitement emprunté aux prisonniers certaines formules amères, brèves, désespérées, comme on doit en lire sur les murs des cabanons. Cette femme de sens s’est plongée à l’improviste dans la lecture des poètes et des romanciers les moins réservés… J’ai respiré avec terreur, dans cette élocution jadis si sobre, je ne sais quel fade parfum poétique. D’autres fois, on dirait que nous tombons en enfance, tant la tournure de notre discours se fait mignarde et précieuse. Nous y joignons des gestes de petite fille, ou bien, brusquement, notre phrase, tout à l’heure pudique jusqu’à la puérilité, se décoche en un trait presque grivois, en une question d’une curiosité inqualifiable. Nous passons, sans transition, du style Rambouillet ou de la périphrase byronnienne au langage à peine mitigé des dames de la halle, et cela, sans préparation, sans provocation, sans raison d’être. En même temps que la femme et l’épouse, la mère s’est transformée ; depuis que le mari a pris les proportions d’un tyran, les enfants semblent être devenus un fardeau9. »

  • 10 L’expression en italiques renvoie au métalangage du groupe naturaliste. Zola dans ses écrits théori (...)

9Voilà une observation bien prise ; voilà un véritable document humain10. Rien n’est plus commun en effet que de voir une jeune femme, jusque-là tendre à son mari et à ses enfants, les prendre subitement en désaffection, puis en haine. Dans ce cas, l’aversion a une cause futile, la plus futile du monde : elle est provoquée par un objet extérieur insignifiant, comme par exemple la forme de la barbe, ou les breloques de la montre, ou le son traînant de la voix, ou l’habitude de répéter le même mot, que sais-je ? il serait difficile d’inventer de propos délibéré une de ces raisons burlesques qu’imaginent les femmes hystériques pour expliquer l’aversion qu’elles ont pour telle ou telle personne. À vrai dire, la personne détestée est en général le mari.

  • 11 Hélène est un personnage de Jocaste (1878), roman d’Anatole France (1844-1924).

10M. A. France, un romancier qui ne dédaigne pas les notions scientifiques précises, dit d’une de ses héroïnes : « Elle était douce, paresseuse, dégoûtée, avec de grands élans d’affection, et des attendrissements rapides. On avait bien du mal au réfectoire à lui faire manger autre chose que de la salade et du pain avec du sel. Elle s’était fait une amie chez qui elle allait les jours de sortie. Cette amie, qui était riche, mena Hélène dans la chambre capitonnée où elle croquait des bonbons. Hélène s’alanguissait dans ce nid d’étoffes : quand elle en sortait, tout lui semblait terne, dur, rebutant, elle n’avait plus de courage : elle rêvait d’avoir une chambre bleue et d’y lire des romans, couchée dans une chaise-longue. Il lui vint des maux d’estomac qui achevèrent de l’abattre… Elle laissait faire, indifférente à ce qui l’entourait, rêvant de bijoux, de robes, de chevaux, de promenades en bateau, et fondant en larmes à la seule pensée de son père11 ! »

  • 12 Germinie Lacerteux (1865).

11MM. E. et J. de Goncourt ont raconté l’histoire navrante, misérable, de cette pauvre Germinie Lacerteux12. Celle-là est bien une hystérique ; nature inculte, passionnée, ardente au dévouement comme à l’infamie ; intelligence débile d’ailleurs, jouet aveugle des passions dont elle n’a presque pas conscience, et qui l’agitent comme les vents balancent la girouette au sommet des toits. « Germinie n’avait pas une de ces consciences qui se dérobent à la souffrance par l’abrutissement, et par cette épaisse stupidité dans laquelle une femme végète, naïvement fautive. Chez elle une sensitivité maladive, une disposition de tête à toujours travailler, à s’agiter dans l’amertume, l’inquiétude, le mécontentement d’elle-même, un sens moral qui s’était comme redressé en elle après chacune de ses déchéances, tous les dons de délicatesse, d’élection et de malheur s’unissaient pour la torturer. »

12Sentir, penser, ne pas vouloir, voilà les trois misères au milieu desquelles se débattent les pauvres hystériques.

  • 13 [Note de l’auteur] Albert Delpit : Le Mariage d’Odette. [Note des éditeurs] Le roman achevait de pa (...)

13Un auteur, bien connu des lecteurs de la Revue13, dépeint ainsi les symptômes de l’hystérie : « Elle était prise d’accès de tristesse auxquels succédaient de violentes crises de larmes ou des éclats de rire immodérés ; souvent, un tremblement la secouait du haut en bas ; alors elle devenait toute pâle et sa poitrine s’oppressait. Son caractère subissait peu à peu de profonds changements. On dut renoncer à la conduire dans le monde, tant ses allures trop libres effrayaient. »

  • 14 Richet cite d’abord un passage situé à la fin de la première partie de Madame Bovary (p.138-140) av (...)

14Mais de toutes les hystériques dont les romanciers ont raconté l’histoire, la plus vivante, la plus vraie, la plus passionnée, c’est Mme Bovary. — Élevée au couvent, au milieu de jeunes filles plus riches qu’elle, elle épouse un humble médecin de campagne, un pauvre garçon imbécile, dont la rusticité et la pauvreté l’écœurent. En quelques lignes M. Flaubert caractérise l’hystérie, et dans sa description précise et séduisante on ne sait trop s’il faut admirer plus le talent de l’artiste ou la science de l’observateur. « Emma devenait difficile, capricieuse ; elle se commandait des plats pour elle, et n’y touchait point ; un jour, ne buvait que du lait pur, et, le lendemain, des tasses de café à la douzaine. Souvent elle s’obstinait à ne pas sortir, puis elle suffoquait, ouvrait les fenêtres, s’habillait en robe légère. Elle ne cachait plus son mépris pour rien ni pour personne, et elle se mettait quelquefois à exprimer des opinions singulières, blâmant ce qu’on approuvait, et approuvant des choses perverses ou immorales. Est-ce que cette misère durerait toujours ? Est-ce qu’elle n’en sortirait pas ? Elle valait bien cependant toutes celles qui vivaient heureuses, et elle exécrait l’injustice de Dieu. Elle s’appuyait la tête aux murs pour pleurer ; elle enviait les existences tumultueuses, les nuits masquées, les insolents plaisirs avec tous les éperduments qu’elle ne connaissait pas et qu’ils devaient donner… Elle pâlissait et avait des battements de cœur… En de certains jours elle bavardait avec une abondance fébrile ; à ces exaltations succédaient tout à coup des torpeurs où elle restait sans parler, sans bouger… Elle s’acheta un prie-Dieu gothique et elle dépensa en un mois pour quatorze francs de citrons à se nettoyer les ongles : elle choisit chez Lheureux la plus belle de ses écharpes ; elle se la nouait à la taille par-dessus sa robe de chambre, et, les volets fermés, avec un livre à la main, elle restait étendue sur un canapé dans cet accoutrement. Elle voulut apprendre l’italien, elle acheta des dictionnaires, une grammaire, une provision de papier blanc. Elle essaya des lectures sérieuses, de l’histoire, de la philosophie… Elle avait des accès où on l’eût poussée facilement à des extravagances. Elle soutint un jour contre son mari qu’elle boirait bien un demi-verre d’eau-de-vie, et comme Charles eut la bêtise de l’en défier, elle avala l’eau-de-vie jusqu’au bout14. »

15II

  • 15 Anesthésie : insensibilité.

16Il semble que nous voilà bien loin des démoniaques : il n’en est rien cependant. Entre l’hystérie légère, telle que celle de Mme Bovary, et l’hystérie grave telle que celle des malades de la Salpêtrière, on observe toutes les transitions. Dans la forme grave, tous les symptômes de la forme légère existent aussi, mais plus durables et plus profonds. Nous n’avons pas à y revenir. Quant aux autres symptômes spéciaux à l’hystérie grave, et qui servent à la caractériser, ce sont les anesthésies15, totales ou partielles, les attaques convulsives et le délire. […]

Haut de page

Notes

1 Expression latine signifiant effectivement « maître de soi », attestée par exemple chez Tite-Live.

2 Le substantif est longtemps resté féminin aux yeux de la médecine (conformément à l’étymologie, grec husterikos : qui concerne l’utérus).

3 Dans « Les poisons de l’intelligence, II : Le hachich, l’opium et le café », Revue des Deux Mondes, mars 1877 (hachich, haschich ou haschisch : à chacun son orthographe pour ce mot arabe signifiant « herbe »).

4 L’expression figure dans La Tour de Nesle (1832) d’Alexandre Dumas père, qui fut certes l’un des grands succès dramatiques du XIXe siècle, et qui certes aussi avait été republiée par Michel Lévy en 1874, mais voilà une allusion littéraire assez indéchiffrable, inutile et sortie de son contexte, purement ludique, bien dans le goût des lettrés du XIXe siècle qui se plaisent à faire sentir au lecteur sa crasse ignorance... Acte I, scène 2 : « Le temps de retourner un sablier, elle était près de moi. »

5 Emma apparaît déjà, avant d’être nommée : « À partir de ce moment, son existence ne fut plus qu’un assemblage de mensonges (…) C’était un besoin, une manie, un plaisir, au point que, si elle disait hier avoir passé par le côté droit d’une rue, il fallait croire qu’elle avait pris par le côté gauche. » (Madame Bovary, III 5, p. 404-405)

6 Les positions racistes furent tôt présentes dans la psycho-physiologie de Richet.

7 Nervosisme : mot contemporain de Madame Bovary, 1858 disent les dictionnaires. Sous cet angle médical, Flaubert a imaginé deux héros très opposés : nervosisme d’Emma, énervement de Frédéric.

8 Entre Flaubert et son Disciple, Richet : Maupassant reprend ce scénario décrit par le médecin, en 1884, dans La Parure, avec l’histoire de madame Loisel, mariée « avec un petit commis du ministère de l’Instruction publique » et condamnée à rêver l’idéal au milieu de la médiocrité. Chez Flaubert comme chez Maupassant, la cause sociale de l’hystérie est au premier plan, tandis que le thème de l’hérédité n’intervient pas.

9 Le romancier et dramaturge Octave Feuillet est un auteur de la Revue des Deux Mondes, goûté du lectorat bourgeois (on le surnommait « le Musset des familles »). Son personnage M. de Marsan apparaît dans la pièce intitulée La Crise, parue le 15 octobre 1848 dans la RDM. Dans un article plus tardif de la RDM, « Les Théâtres – La Joie fait peur, La Crise, etc. » (RDM, mars 1854, t.5, p. 1272-1278), Armand de Pontmartin salue l’œuvre de Feuillet comme une « croisade poétique en l’honneur de la morale et du mariage ». Le discours de M. de Marsan intervient au début de la pièce : il a fait appeler son médecin de famille pour venir examiner sa femme.

10 L’expression en italiques renvoie au métalangage du groupe naturaliste. Zola dans ses écrits théoriques affectionne le mot document pour désigner le roman naturaliste. Brunetière le mentionne avec quelque ironie dans son article de 1889, « Le mouvement littéraire au XIXe siècle » (voir plus loin dans le dossier l’extrait que nous en donnons) : « la valeur documentaire du livre, comme on a dit depuis dans l’école ».

11 Hélène est un personnage de Jocaste (1878), roman d’Anatole France (1844-1924).

12 Germinie Lacerteux (1865).

13 [Note de l’auteur] Albert Delpit : Le Mariage d’Odette. [Note des éditeurs] Le roman achevait de paraître dans La Revue des Deux Mondes en 1880. Poète et romancier, Albert Delpit (1849-1893) décrocha le prix Montyon pour un volume de vers, L’invasion (1872). Le prix Vitet de l’Académie française allait le couronner pour l’ensemble de son œuvre en cette année 1880. Un prix Montyon ou un Académicien comme Octave Feuillet plutôt que Zola : on aurait pu s’attendre, à cette date, à voir mentionner la figure de Marthe dans La Conquête de Plassans (1874). Richet passe sous silence le romancier des « fatalités héréditaires », mal aimé de la Revue des Deux Mondes.

14 Richet cite d’abord un passage situé à la fin de la première partie de Madame Bovary (p.138-140) avec quelques coupures, puis (à partir de « Elle s’acheta un prie-Dieu ») un passage du chapitre 7 de la deuxième partie (p.217-218), là aussi avec quelques suppressions. Le montage de citations donne au roman l’aspect d’un document psycho-physiologique.

15 Anesthésie : insensibilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Richet, « Extrait de « Les Démoniaques d’aujourd’hui — étude de psychologie pathologique » », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1989

Haut de page