Navigation – Plan du site
Les recensions de l’œuvre dans la Revue des Deux Mondes

Extrait de « Livres français »

Librairie et Beaux Arts (supplément de la RDM), 15 mai 1857, p. 73-75
Deschamps

Texte intégral

Cette recension figure dans le bulletin bimensuel Librairie et Beaux Arts, disponible au bureau de la Revue des Deux Mondes, comme dit la publicité, et que Jean Bruneau désigne comme un supplément hors pages de la Revue (voir son édition de la Correspondance de Flaubert, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1980, t. 2, p. 1374, n. 1 à la p. 715).

Le compte rendu de Deschamps appartient à la rubrique Livres français. C’est le seul roman que signale le recenseur après avoir répertorié des essais et des volumes de poésies et avant de signaler la traduction d’un récit de voyage allemand. Faut-il voir dans cet ordre une nouvelle hiérarchie des genres ? Cependant, c’est le roman qui fait le plus parler, le plus réagir. Bref d’apparence, le compte rendu de Deschamps est en effet beaucoup plus long que ses remarques sur les autres ouvrages qu’il signale (le bulletin n’ayant d’autres prétentions que d’être une bibliographie commentée des publications nouvelles).

C’est en quelque sorte un second compte rendu sur Madame Bovary émanant de la Revue des Deux Mondes (Flaubert s’en étonna), après celui de Mazade publié dans la revue elle-même. Il fonctionne comme un droit de réponse à l’article de Sainte-Beuve paru entre-temps et que Deschamps juge d’une indulgence coupable. Deschamps évalue l’œuvre en puriste, assimilant le style au bon usage. Irrité, Flaubert tiendra pourtant finalement compte de quelques-unes de ces remarques.

***

  • 1 Ce nous est-il un nous de solidarité, unissant les collaborateurs de la Revue des Deux Mondes (Desc (...)
  • 2 L’article de Sainte-Beuve, « Madame Bovary, par M. Gustave Flaubert », était paru le 4 mai dans le (...)
  • 3 Les Faux Bonshommes, comédie de Théodore Barrière (1825-1877) et Ernest Capendu (1826-1868), parue (...)
  • 4 C’est indéniable. Sainte-Beuve attendit 1834 pour consacrer un premier article à Balzac, justement (...)
  • 5 Mazade avait déjà fait le rapprochement : voir son compte rendu et la note 7.

1[…] Les romans continuent à être rares et peu remarquables, ce qui a laissé le champ libre à Madame Bovary. On nous1 a reproché d’être sévères à l’endroit de ce livre, et le critique du Moniteur2, qui ne sort plus guère de son XVIIIe siècle, est venu donner sa voix au roman de M. Flaubert. Quant à nous cependant, qui connaissons les finesses du célèbre critique, les éloges qu’il donne à Madame Bovary ne le compromettront pas beaucoup, aux yeux du moins des personnes qui savent lire M. Sainte-Beuve, et c’est bien ce qu’a voulu le critique. Dire en effet que ce roman est à prendre en sortant des Faux Bonshommes ou de la dernière comédie de M. Alexandre Dumas fils, ce n’est pas assigner une bien haute place à Madame Bovary3. Il n’en est pas moins fâcheux que le gros des lecteurs puisse s’y méprendre, et nous nous étonnons encore que M. Sainte-Beuve, qui est fort sensible aux délicatesses du style, ait fait si peu de réserves à l’égard de celui de M. G. Flaubert. C’est peut-être que M. Sainte-Beuve est attiré vers ce roman par d’autres côtés. Quoi qu’il en soit, pour nous qui cherchons toujours, dans une œuvre d’imagination, le goût, la délicatesse, la grâce et l’idée, on nous permettra bien de persister dans nos réserves à l’égard de Madame Bovary, et de regarder comme un symptôme fâcheux et décourageant pour les vrais écrivains qu’un homme comme M. Sainte-Beuve paraisse défendre et recommander des romans de cette famille, accordant à M. Flaubert ce qu’en maintes occasions il a refusé autrefois à M. de Balzac4. Y a-t-il d’ailleurs quelque chose de bien nouveau dans cet ouvrage, qui ne brille ni par l’invention, ni par la composition et l’aisance du récit ? Mme Bovary est une femme incomprise, à la façon de M. de Balzac5, courant après la passion et s’y livrant à corps perdu. Comme son maître, l’auteur est réaliste à outrance, et ne nous fait grâce d’aucun détail, si minutieux qu’il soit. Des 490 pages dont se compose son livre, on peut dire qu’il aurait pu sans inconvénient, et même avec avantage, en retrancher 100 ou 150. Certes ce sacrifice eût été pénible, si la forme répondait à ce qu’on doit attendre d’un écrivain distingué ; mais il n’y a pas, à proprement dire, de style dans Madame Bovary, et quand on trouve, dans une œuvre qui doit surtout vivre par la forme, des phrases comme les suivantes, on peut dire qu’on eût rendu un vrai service à l’auteur en lui conseillant de sacrifier un grand nombre de pages, qui ne tiennent guère d’ailleurs au récit.

« C’était le curé de son village qui lui avait commencé le latin (page 9).

  • 6 Qu’est-ce qu’une faute ? De l’ignorance ? Une audace en attente d’être reconnue par l’usage ? Le Pe (...)

« Les gamins, vêtus pareillement à leurs papas, semblaient incommodés, etc. (Page 39)6.

  • 7 Dans l’édition Charpentier de 1873 (que le romancier considérait comme l’édition définitive), Flaub (...)

« Les pattes rouges des homards dépassaient des plats (page 69)7.

« Elle se sentait d’ailleurs plus irritée de lui (page 88).

  • 8 Qu’est-ce qu’une faute ? Suite. Éperduments : barbarisme pour Deschamps qui refuse à l’obscur auteu (...)

« Elle enviait les existences tumultueuses, les nuits masquées, les insolents plaisirs avec tous les éperduments qu’elle ne connaissait pas (page 96)8.

« Le sortant de ses habitudes (passim) ; l’abîmer, abîmer son existence (passim).

  • 9 Autre repentir de Flaubert dans l’édition de 1873 : il supprime le syntagme « s’arrêtant de manger  (...)

« Et puis ne vous semble-t-il pas, répliqua Mme Bovary, s’arrêtant de manger, que l’esprit règne plus librement, etc. ? (Page 116)9.

« Il ne lui restait qu’un immense étonnement qui se finissait en tristesse (page 152).

« Donc elle reporta sur lui seul la haine nombreuse qui résultait de ses ennuis (page 154).

« Elle se parut à elle-même bien sotte et bien bonne (page 163).

  • 10 Passage très remanié dans l’édition Charpentier et l’audacieux « nombreux comme une foule » dispara (...)

« Léon était nombreux comme une foule, plein de luxe lui-même et d’irritations (page 174)10.

  • 11 Là encore, Flaubert paraît obéir à Deschamps en supprimant le pléonasme de la réciprocité dans l’éd (...)

« Par moments ils s’échangeaient une parole (page 222). Il avait fallu s’échanger des miniatures (page 240)11.

  • 12 Peut-être pour clarifier la double négation, Flaubert renforce en 1873 le second « ne » qui aurait (...)

« Rien n’affirmait à Emma qu’il ne fût habile (page 246)12.

  • 13 Qu’est-ce que le style ? On voit que dans ce relevé, les verbes pronominaux intriguent particulière (...)

« Si bien que leur grand amour, où elle vivait plongée, parut se diminuer sous elle comme l’eau d’un fleuve qui s’absorberait dans son lit, et elle aperçut la vase (page 241)13.

  • 14 Qu’est-ce que le style ? Suite. Le puriste userait platement d’une image lexicalisée : « courbée so (...)

« Son âme, courbaturée d’orgueil, se reposait dans l’humilité chrétienne (page 302)14.

« Quant au souvenir de Rodolphe, elle l’avait descendu tout au fond de son cœur (page 303).

  • 15 Qu’est-ce qu’une faute ? Fin. Autopsier est un néologisme en passe d’être enregistré : il effectuer (...)

« Son existence, jusque dans ses recoins les plus intimes, fut comme un cadavre que l’on autopsie (page 415)15. »

  • 16 Dans la dédicace déjà citée par Mazade, Flaubert n’écrit pas « pour moi », mais « pour moi-même ».

2Nous aurions bien d’autres singularités à relever, mais nous nous tenons à celles-là, qui suffiront pour montrer à M. G. Flaubert qu’il n’est ni dans la voie des bons écrivains, ni dans la voie des écrivains de goût. L’auteur ne manque pas de talent, mais il paraît manquer de savoir et d’amis sincères et éclairés qui puissent l’avertir. Une preuve de plus que M. Flaubert s’égare naïvement, ce sont les étranges paroles de sa dédicace à M. Senard : « En passant par votre magnifique plaidoirie, mon œuvre a acquis pour moi comme une autorité imprévue »16. Nous voudrions bien savoir quelle autorité peut acquérir, même aux yeux de M. Flaubert, un livre écrit de cette façon et déroulant les tableaux équivoques et les détails vulgaires où il se complaît ? […]

Haut de page

Notes

1 Ce nous est-il un nous de solidarité, unissant les collaborateurs de la Revue des Deux Mondes (Deschamps ferait alors allusion au compte rendu de Mazade) ou un nous majestueux d’auteur (il ferait en ce cas référence à une première recension qu’il aurait effectuée, mais la bibliographie Colwell n’en mentionne pas) ?

2 L’article de Sainte-Beuve, « Madame Bovary, par M. Gustave Flaubert », était paru le 4 mai dans le Moniteur universel.

3 Les Faux Bonshommes, comédie de Théodore Barrière (1825-1877) et Ernest Capendu (1826-1868), parue chez Michel Lévy frères en 1856. Alexandre Dumas fils (1824-1895), après avoir transposé son roman La Dame aux camélias (1848) pour la scène en 1852, avait entrepris une carrière dramatique avec notamment des comédies comme Le Demi-Monde (1855). Sainte-Beuve avait effectivement fait ce curieux rapprochement à la fin de son article, pour désigner une école littéraire de l’observation scientifique, par delà les genres : « C’est bien un livre à lire en sortant d’entendre le dialogue net et acéré d’une comédie d’Alexandre Dumas fils, ou d’applaudir Les Faux Bonshommes entre deux articles de Taine. »

4 C’est indéniable. Sainte-Beuve attendit 1834 pour consacrer un premier article à Balzac, justement dans la Revue des Deux Mondes (le 15 novembre) : « M. de Balzac. La Recherche de l’absolu ». On y lisait : « Dans l’invention d’un sujet, comme dans le détail du style, M. de Balzac a la plume courante, inégale, scabreuse (…). » Balzac en fut froissé. Et d’autres comptes rendus mitigés suivront, jusqu’au fameux article, toujours dans la Revue des Deux Mondes (1er septembre 1839), sur la « littérature industrielle » dont Balzac est un représentant aux yeux de Sainte-Beuve. 

5 Mazade avait déjà fait le rapprochement : voir son compte rendu et la note 7.

6 Qu’est-ce qu’une faute ? De l’ignorance ? Une audace en attente d’être reconnue par l’usage ? Le Petit Robert enregistre cette construction de l’adverbe suivi d’une préposition en donnant précisément l’exemple de Madame Bovary. L’hapax fait foi.

7 Dans l’édition Charpentier de 1873 (que le romancier considérait comme l’édition définitive), Flaubert choisit de corriger en une construction transitive directe : « dépassaient les plats ».

8 Qu’est-ce qu’une faute ? Suite. Éperduments : barbarisme pour Deschamps qui refuse à l’obscur auteur d’un premier roman le droit de toucher à la langue ; néologisme pour les lexicologues qui reconnaissent au grand écrivain le privilège de faire la langue, lors même que le mot n’a guère rencontré de succès (litote) depuis dans l’usage : le grand Robert enregistre le substantif comme une création de Flaubert. Ceci vous pose un écrivain : avoir des hapax comme Homère.

9 Autre repentir de Flaubert dans l’édition de 1873 : il supprime le syntagme « s’arrêtant de manger ».

10 Passage très remanié dans l’édition Charpentier et l’audacieux « nombreux comme une foule » disparaît.

11 Là encore, Flaubert paraît obéir à Deschamps en supprimant le pléonasme de la réciprocité dans l’édition de 1873 : « ils échangeaient une parole », « il avait fallu échanger des miniatures».

12 Peut-être pour clarifier la double négation, Flaubert renforce en 1873 le second « ne » qui aurait pu passer pour explétif : « qu’il ne fût pas habile ».

13 Qu’est-ce que le style ? On voit que dans ce relevé, les verbes pronominaux intriguent particulièrement Deschamps : pourquoi s’arrêter de, se finir, s’échanger, se diminuer et non le verbe simple ?, semble-t-il se demander. Il ne lui manque que d’y discerner un stylème : s’arrêter (moins dans le contexte que par la mise en série), se finir, se diminuer, trois verbes qui par leur sémantisme disent l’exténuation, qui avec le pronom réfléchi disent l’entropie, la constitutive et irrémédiable usure des sentiments. L’amour se diminue comme l’eau s’absorbe.

14 Qu’est-ce que le style ? Suite. Le puriste userait platement d’une image lexicalisée : « courbée sous l’orgueil », l’artiste écrit « courbaturée d’orgueil ». Alliance de mots matérialiste, où la vie psychique émeut le corps. Brunetière le relèvera bientôt : Flaubert traduit systématiquement les sentiments en sensations. Le puriste a peut-être une autre raison de souligner : l’Académie ne reconnaît que courbatue et pas courbaturée. Flaubert fait cette substitution en 1873.

15 Qu’est-ce qu’une faute ? Fin. Autopsier est un néologisme en passe d’être enregistré : il effectuera son entrée dans les dictionnaires en 1866. Moins usité que « faire l’autopsie », il devait être courant depuis des lustres à la table des Flaubert.

16 Dans la dédicace déjà citée par Mazade, Flaubert n’écrit pas « pour moi », mais « pour moi-même ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Deschamps, « Extrait de « Livres français » », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, document 2, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/1996

Haut de page