Navigation – Plan du site
Les recensions de l’œuvre dans la Revue des Deux Mondes

Extrait de la « Chronique de la quinzaine »

RDM, 1er mai 1857, p. 217-220
Charles de Mazade

Texte intégral

Ernest Hébert, Portrait de Léon Laurent-PichatAfficher l’image
Crédits : Réunion des Musées nationaux

Dans chaque numéro de la Revue des Deux Mondes, la « Chronique de la quinzaine » passe en revue les événements politiques et littéraires du moment. Charles de Mazade tint cette chronique durant plus de trente ans. Dans celle du 1er mai 1857, il traite successivement de la politique étrangère mondiale (Seconde guerre de l’opium entre l’Angleterre et la Chine), européenne (différend entre la Suisse et la Prusse à propos du canton de Neufchâtel ; problème de la réunion des provinces du Danube) et française (inauguration de nouveaux chemins de fer, polémiques électorales, réponse outrée au Times qui annonce la décadence de la France…), de quelques parutions d’ouvrages, puis de nouveau de politique. Par suite, la critique littéraire de Mazade s’avère comme contaminée par cette perspective politique qui l’encadre. Flaubert, considéré comme un simple épigone de Balzac pour le style, est ainsi jugé par Mazade avant tout pour le message politique que celui-ci croit déceler dans Madame Bovary. Emma participerait du modèle de la femme émancipée moderne, et Flaubert tâcherait de dissimuler le caractère purement licencieux d’Emma sous la peinture de ses aspirations à la félicité. Mazade le puritain voit dans Madame Bovary une manière, de la part de Flaubert, d’essayer de rendre attirant ce qu’il faudrait plutôt, selon lui, nettement et sévèrement blâmer.

Même si le procès vient de donner l’éclat du scandale à Madame Bovary, Mazade parle ici du premier roman d’un inconnu. Il le compare à deux récits censés appartenir à la même veine d’une « littérature humanitaire », l’un de Laurent-Pichat, l’autre de Maxime Du Camp, les deux têtes de la Revue de Paris qui a pré-publié Madame Bovary. Mazade réinstruit ainsi perfidement le procès, en l’élargissant à la revue concurrente, soupçonnée d’entretenir à travers tous ses auteurs l’agitation démocratique. Le procureur Pinard n’avait pas vu assez large. Le Second Empire supprimera la Revue de Paris l’année suivante.

***

  • 1 Ch. de Mazade vient de faire la critique d’un ouvrage de l’avocat et économiste socialiste Charles (...)
  • 2 André, roman de George Sand, paru en 1835, narre l’amour tragique de l’aristocrate André pour Genev (...)
  • 3 Ch. de Mazade fait sans doute référence à l’école picturale qui se développe à Marseille vers le mi (...)
  • 4 Louis Bouilhet (Cany, 1822-Rouen, 1869), proche ami de Gustave Flaubert à partir de 1846. Après des (...)
  • 5 Melænis, conte romain, première œuvre de Louis Bouilhet, est publiée en 1851 dans la Revue de Paris(...)
  • 6 Des fragments de La Tentation de saint Antoine étaient parus dans L’Artiste en décembre 1856 ainsi (...)
  • 7 Balzac avait fait de la femme incomprise de province un type reparaissant dans La Comédie humaine ( (...)

1[…] Cependant1 la littérature qui vit par l’imagination, par toutes les facultés créatrices et poétiques, cette littérature se remue, cherche à attester sa présence par une activité apparente et produit peu réellement. Elle souffre d’un mal invétéré et profond : elle semble s’être séparée du sentiment de la vérité morale, de l’observation fidèle et sincère de la vie humaine. Que lui reste-t-il ? Elle en est à l’imitation, ou elle se réfugie dans quelque combinaison dont l’unique originalité consiste à mêler ensemble beaucoup de matérialisme et de vides abstractions qui prennent le nom d’idéal. La littérature romanesque surtout s’agite plus qu’elle ne vit, elle se démène plus qu’elle ne marche ; elle reprend, en les exagérant, de vieux sophismes et de vieilles peintures qui ressemblent à des fragments inédits d’autrefois, et c’est ainsi que dans un moment où l’on ne voit naître ni André, ni Colomba2, la grande nouveauté est Madame Bovary, œuvre de M. Gustave Flaubert, écrivain de Rouen, puisqu’il est avéré que nous avons aujourd’hui une école de Rouen, comme nous avons eu une école de Marseille3. M. Gustave Flaubert est le romancier de cette école de Rouen dont le poète est M. Bouilhet4, auteur de Melænis et de Madame de Montarcy5. M. Bouilhet imite M. de Musset dans son poème, l’auteur de Ruy Blas dans son drame ; M. Flaubert imite M. de Balzac dans son roman, comme il imite M. Théophile Gautier dans quelques autres fragments qui ont été récemment publiés6. L’auteur de Madame Bovary appartient, on le voit, à une littérature qui se croit nouvelle et qui n’a rien de nouveau, hélas ! – qui n’est même pas jeune, car la jeunesse, en ne s’inspirant que d’elle-même, a moins d’expérience, moins d’habileté technique, et plus de fraîcheur d’inspiration. M. Gustave Flaubert imite M. de Balzac, disons-nous ; il imite du moins tous ses procédés, ses descriptions minutieuses, ses prétentions d’analyse et de dissection, ses néologismes étranges et barbares : il ne peut parvenir à s’assimiler cet art qui a mis parfois un cachet si vigoureux dans les ébauches puissantes ou grossières de l’auteur du Père Goriot. Qu’est-ce donc que cette héroïne de la Normandie, madame Bovary ? C’est encore une femme incomprise de province7, qui passe des Ursulines, où elle a fait son éducation, à la ferme de son père, qui prend un petit verre de curaçao avec son prétendu, accepte pour mari un pauvre officier de santé veuf, se donne sur son chemin deux ou trois amants, fait une banqueroute de huit mille francs pour satisfaire ses goûts de luxe, et finit par s’administrer une forte dose d’arsenic qu’elle dérobe chez son ami l’apothicaire Homais, notable de Yonville-l’Abbaye, arrondissement de Neufchatel. Les perplexités d’un pauvre médecin vulgaire et obtus, la suffisance de l’apothicaire voltairien, un étudiant en notariat, un jeune fermier dégrossi homme à bonnes fortunes, les petitesses de la vie de province, c’est là le monde où l’auteur a placé la figure resplendissante de son héroïne.

  • 8 Danaé, enfermée dans une tour par son père (pour déjouer un oracle ayant prédit qu’il serait tué pa (...)
  • 9 Léon Laurent-Pichat, Auguste-Alexis Pillet et Flaubert sont poursuivis par le Ministère public deva (...)
  • 10 Allusion à la dédicace que Flaubert place en tête de son roman après le procès : « En passant par v (...)

2Pour une personne d’un tempérament si idéal, c’est vraiment du malheur de ne rencontrer qu’un étudiant en notariat pressé d’acheter une étude et de se ranger, ou un jeune et robuste fermier gâté par ses succès auprès des Danaé8 du théâtre de Rouen. Pour une femme qui s’est si bien accoutumée dans la ferme de son père à goûter toutes les somptuosités de la vie la plus raffinée, il est cruel, on n’en peut disconvenir, de rester en route faute de huit mille francs. L’aventure est peu poétique ; elle prouve de plus ce qu’il y a de danger pour une femme de province à faire des dettes et à poursuivre un peu trop ardemment l’idéal par la commodité de l’Hirondelle, voiture qui fait le service de Yonville-l’Abbaye à Rouen. On finit par l’arsenic, et c’est ce qui a fait sans doute que la justice9, qui avait évoqué ce roman devant elle pour certains détails un peu libres, a fini par lui donner bien heureusement l’absolution légale pour le renvoyer devant son vrai juge, qui est le bon goût. Ce n’est pas, il faut bien le remarquer, que Madame Bovary soit un ouvrage où il n’y ait point de talent ; seulement dans ce talent il y a jusqu’ici plus d’imitation et de recherche que d’originalité. L’auteur a un certain don d’observation vigoureuse et âcre ; mais il saisit les objets pour ainsi dire par l’extérieur sans pénétrer jusqu’aux profondeurs de la vie morale. Il croit tracer des caractères, il fait des caricatures ; il croit décrire des scènes vraies et passionnées, ces scènes ne sont qu’étranges ou sensuelles. Par une bizarrerie de plus qui ne saurait surprendre, ce roman contient évidemment une idée, une pensée sociale, bien que cette pensée ne soit point facile à démêler, et l’auteur, sous forme de compliment, dit à l’avocat qui l’a défendu, à M. Senart [sic], que par sa magnifique plaidoirie il a donné à l’œuvre une autorité imprévue10. Que la parole de M. Senart ait donné une autorité imprévue à Madame Bovary, il est inutile de le rechercher ; il resterait à savoir si Madame Bovary peut rendre le même service à la parole de M. Senart.

  • 11 Les Six Aventures de Maxime Du Camp paraissent en recueil aux éditions de la Librairie nouvelle en (...)
  • 12 Maxime Du Camp (Paris, 1822-Baden-Baden, 1894), homme de lettres et photographe. Il rencontre Flaub (...)
  • 13 Roman de Léon Laurent-Pichat, publié en janvier 1857 aux éditions de la Librairie nouvelle.
  • 14 Léon Laurent-Pichat (Paris, 1823-Paris, 1886), homme de lettres, gérant de la Revue de Paris à part (...)

3Quel est d’ailleurs aujourd’hui le roman, la nouvelle, le conte où n’apparaisse point l’idée sociale et régénératrice ? C’est le propre de cette littérature à laquelle se rattache, il nous semble, M. Gustave Flaubert. Cette littérature prend aisément le ton apocalyptique, elle fait de ses personnages des prédications vivantes de démocratie humanitaire. Dans une collection de petits récits qui s’appelle Les Six Aventures11, M. Maxime Ducamp12 [sic] va jusqu’en Nubie pour révéler la grande idée, et c’est à propos de l’histoire d’une Nubienne vendue à un pacha qu’il s’arrête tout à coup pour parler de l’état stupide d’infériorité où les femmes sont tenues encore en France « par une législation brutalement incomplète, qui, grâce à la puissante impulsion donnée par les apôtres d’une doctrine basée sur des principes éternels, ne tardera pas à disparaître ». L’idée, le monde nouveau, l’émancipation universelle ! C’est là aussi le sujet de La Païenne13 de M. Laurent Pichat14. Le vieux monde est assez maltraité dans ce conte ; il est représenté par divers personnages qui parcourent toute l’échelle du ridicule, depuis le pair de France, qui est sans doute aujourd’hui sénateur, jusqu’au savant officiel, qui est toujours de l’Académie. Le monde nouveau ! il a pour représentant un jeune écolier imberbe de dix-huit ans, Daniel d’Espouilly, qui parle fièrement de la démocratie à son père et à sa mère, et qui, cela dit, part pour l’Amérique, où il trouve la bien-aimée de ses rêves dans la fille d’un instituteur français que ses disgrâces ont poussé en Californie. Le monde nouveau est aussi quelque peu représenté par un certain Louis Beaudoin, un autre exilé volontaire en Amérique, qui s’est lié d’amitié avec l’héroïque Daniel, et qui, revenant en France, est chargé par son ami de préparer sa famille à son mariage. Or savez-vous ce que fait cet étranger chargé de pouvoirs ? Il noue tout simplement une intrigue d’amour avec la propre mère de son ami, Mme Suzanne d’Espouily, qui a eu, il est vrai, bien d’autres aventures, mais rachète son passé par une passion dégagée cette fois de tout préjugé. Il faut voir comment Louis Beaudoin prend possession en souverain de cet intérieur de Suzanne d’Espouilly, et fait maison nette de tous ces savants d’autrefois, de tous ces oisifs de salon ! Il faut voir aussi comment Daniel, revenant d’Amérique plus vite que ne l’auraient voulu les deux amants, afin de faire autoriser son mariage, humilie cette vieille société en l’invitant à la cérémonie de ses noces ! Ce sont de jolis personnages, qui n’ont qu’un malheur, celui de ne pas vivre, et d’être, pour tout dire, des caricatures précieuses. Hélas ! le vieux monde, comme on l’appelle, a ses faiblesses, ses ridicules, ses vices, si l’on veut ; le monde qui nous est promis, s’il est tel qu’on le peint, est-il donc si merveilleux ? A-t-il le droit de reprocher à l’autre ses laideurs morales ? Le monde qu’on nous décrit a tous les vices et même les ridicules du vieux monde, et il a les siens propres. Une chose doit frapper dans beaucoup de ces peintures, qui ont la prétention de révéler l’idéal des sociétés nouvelles. Autrefois les héros et les héroïnes de romans qui se livraient à leurs passions, à leur sens, ne prenaient pas tant de peine pour déguiser une liaison ; ils étaient licencieux souvent, ils n’étaient pas trop guindés. Depuis que le monde nouveau est annoncé, tout change. Mme Bovary a des soifs de félicité et d’ivresse ; Mme Suzanne d’Espouilly s’initie aux idées de l’avenir en allant avec son amant sous les ombrages de Versailles ; elle épure sa vie par cet amour suprême qui lui fait entrevoir les destinées futures de l’humanité. Il n’y a point certainement ici moins de matérialisme plus âcre, plus ardent, plein d’ambition et de prétentions à l’idéal, et le plus grand malheur est de voir souvent un certain art, des dons faciles prodigués dans ces peintures puériles ou bizarres ; c’est de voir des esprits croire qu’ils vont trouver la nouveauté dans les débris de toutes les vieilles inspirations, lorsqu’en suivant une direction meilleure, par un travail plus sévère, avec un sentiment plus élevé et plus juste de la vérité et de la vie, ils pourraient à leur tour contribuer à charmer, à éclairer et à épurer l’intelligence des hommes lassés de sophismes. […]

Haut de page

Notes

1 Ch. de Mazade vient de faire la critique d’un ouvrage de l’avocat et économiste socialiste Charles Brook Dupont-White, L’Individu et l’État. Il conclut par l’idée que ce n’est pas l’État qui lui semble actuellement en danger, mais plutôt l’individualité humaine. En effet, il manque, selon lui, à l’individu « une morale supérieure [lui montrant] ce qu’il peut, ce qu’il doit, et ce qui lui est permis ». La conjonction adversative ouvrant l’extrait annonce que la littérature (et au premier chef Madame Bovary), a priori susceptible de proposer cette morale supérieure qu’il appelle de ses vœux, ne s’élève pas au-dessus de la mêlée, voire se complaît dans la bassesse.

2 André, roman de George Sand, paru en 1835, narre l’amour tragique de l’aristocrate André pour Geneviève, jeune fille pure qui passe cependant pour une grisette. Colomba, nouvelle de Prosper Mérimée, parue dans la Revue des Deux Mondes le 1er juillet 1840, a pour sujet une vendetta en Corse. Colomba pousse son frère, Orso, à venger leur père assassiné, dont la justice n’a pas condamné l’assaillant. Orso refuse, mais, attaqué par les fils de l’assassin de son père, il les tue et venge ainsi son père. Ces deux exemples révèlent que le goût de Ch. de Mazade va aux romans dépeignant les destins de personnages clairement désignés comme « justes » – contre l’opinion publique et la brutalité du père d’André dans André, contre la scélératesse de la famille rivale et les manquements de la justice publique dans Colomba.

3 Ch. de Mazade fait sans doute référence à l’école picturale qui se développe à Marseille vers le milieu du XIXe siècle, sous l’influence du peintre Émile Loubon (Aix-en-Provence, 1809-Marseille, 1863), lui-même formé par les maîtres de l’école de Barbizon. Le critique « provincialise » le roman de Flaubert pour mieux le rabaisser.

4 Louis Bouilhet (Cany, 1822-Rouen, 1869), proche ami de Gustave Flaubert à partir de 1846. Après des études de médecine, il devient interne à l’Hôtel-Dieu de Rouen – que dirige Achille Flaubert, père de Gustave. Il abandonne ensuite la médecine pour se consacrer aux lettres. Flaubert le considérait comme son « accoucheur » littéraire.

5 Melænis, conte romain, première œuvre de Louis Bouilhet, est publiée en 1851 dans la Revue de Paris dirigée par Maxime Du Camp, puis en volume chez Michel Lévy en 1857. Dédié à Flaubert, ce long poème historique (2900 vers) en cinq chants conte l’amour de Paulus pour la danseuse Melænis, et décrit les mœurs romaines sous le règne du cruel empereur Commode. Madame de Montarcy, pièce de théâtre de Louis Bouilhet. Ce drame historique de cinq actes en vers fut représenté pour la première fois le 6 novembre 1856 au Second Théâtre-Français (actuel Odéon). Il met en scène, sous le règne de Louis XIV, une intrigue constituée d’adultères et d’honneur bafoué.

6 Des fragments de La Tentation de saint Antoine étaient parus dans L’Artiste en décembre 1856 ainsi qu’en janvier et février 1857.

7 Balzac avait fait de la femme incomprise de province un type reparaissant dans La Comédie humaine (voir par exemple Dinah dans La Muse du département ou Madame de Bargeton dans Illusions perdues). Flaubert en donne une version petite-bourgeoise.

8 Danaé, enfermée dans une tour par son père (pour déjouer un oracle ayant prédit qu’il serait tué par son petit-fils) est fécondée par Zeus métamorphosé en pluie d’or – de cette union naît Persée. Danaé a souvent été assimilée à une prostituée (voir par exemple les tableaux de Titien et du Tintoret).

9 Léon Laurent-Pichat, Auguste-Alexis Pillet et Flaubert sont poursuivis par le Ministère public devant le Tribunal correctionnel de Paris en janvier 1857 pour offenses à la morale publique et religieuse et aux bonnes mœurs dans Madame Bovary. Le réquisitoire de l’avocat impérial Ernest Pinard, la plaidoirie de Maître Jules Senard, ainsi que le jugement publié dans la Gazette des tribunaux le 8 février sont lisibles aux adresses suivantes : http://flaubert.univ-rouen.fr/oeuvres/mb_pinard.php ; http://flaubert.univ-rouen.fr/oeuvres/mb_senard.php ; http://flaubert.univ-rouen.fr/oeuvres/mb_attendus_jugement.php .

10 Allusion à la dédicace que Flaubert place en tête de son roman après le procès : « En passant par votre magnifique plaidoirie, mon œuvre a acquis pour moi-même comme une autorité imprévue ».

11 Les Six Aventures de Maxime Du Camp paraissent en recueil aux éditions de la Librairie nouvelle en 1857 et comprennent les récits suivants : « Reis Ibrahim », « L’Âme errante », « Tagahor », « L’Eunuque noir », « La Double aumône » et « Les Trois vieillards de pierre », d’inspiration exotique (situés en Égypte, en Inde, en Nubie, à Rome et à Damas) ou fantastique (pour « L’Âme errante »).

12 Maxime Du Camp (Paris, 1822-Baden-Baden, 1894), homme de lettres et photographe. Il rencontre Flaubert en 1843. Ensemble, ils effectuent deux grands voyages, en Bretagne en 1847 et en Orient en 1849-1850. Leurs relations se distendent par la suite. En 1851, il est co-fondateur de la seconde Revue de Paris, qui paraît jusqu’en 1858. Il est un collaborateur régulier de la Revue des Deux Mondes, et est reçu à l’Académie française en 1880.

13 Roman de Léon Laurent-Pichat, publié en janvier 1857 aux éditions de la Librairie nouvelle.

14 Léon Laurent-Pichat (Paris, 1823-Paris, 1886), homme de lettres, gérant de la Revue de Paris à partir de 1853. Il y fait publier Madame Bovary durant le dernier trimestre de l’année 1856, non sans prudemment mutiler le texte, mais n’en doit pas moins comparaître devant les tribunaux quelques mois plus tard. Tout en poursuivant ses travaux littéraires, il mène par la suite une carrière politique – il est sénateur de 1875 à 1886.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles de Mazade, « Extrait de la « Chronique de la quinzaine » », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 30 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2004

Haut de page