Navigation – Plan du site
Notices sur les auteurs de la Revue des Deux Mondes

Ferdinand Brunetière (1849-1906)

Texte intégral

  • 1 Brunetière, « Le roman réaliste en 1875 », Revue des Deux Mondes, 1er avril 1875. Repris dans Le Ro (...)

1Brunetière est un des collaborateurs les plus prolifiques de la Revue des Deux Mondes. Introduit par Paul Bourget, il y signa, à vingt-six ans, son premier article (il y en aurait deux cent quatre-vingt-trois) : « Le roman réaliste en 1875 ». Il a trouvé sa cible, le naturalisme, au premier chef les Goncourt et Zola (des prétentions scientifiques duquel il se gausse en citant ironiquement la préface à La Fortune des Rougon). Flaubert se trouve pris dans cette critique en forme de réprobation, comme figure du père. Il est ainsi stigmatisé dès cet article pour son « réalisme misanthropique » (on verra que l’expression doit à l’étude de Saint-René Taillandier consacrée à L’Éducation sentimentale en 1869) qui s’emploie à « refléter avec une minutieuse et puérile exactitude les moindres accidents de la réalité »1. Flaubert restera pour Brunetière ce fondateur du naturalisme : l’article qu’il compose pour la Revue des Deux Mondes à la mort de Flaubert, « Gustave Flaubert », est significativement repris en 1883 dans son ouvrage Le Roman naturaliste sous le titre « Le naturalisme français. Étude sur Gustave Flaubert ». L’argumentaire ne variera pas et il n’est pas neuf : Brunetière juge l’esthétique réaliste au nom du goût et de la morale (d’une morale laïque : il évoluerait plus tard, à la fin des années 90, à petits pas, à mesure que la mort se rapproche, vers le christianisme). Il dénonce le parti pris systématique du laid, le pessimisme continu, les détails inutiles, matérialistes, l’indigence des analyses psychologiques. Brunetière pose ainsi une image fixe du roman naturaliste, où simplement Zola est un Flaubert en plus ordurier, Flaubert un Zola en plus artiste, ayant le mérite d’avoir eu son moment de grâce avec Madame Bovary.

2En 1878, Brunetière devient secrétaire de rédaction à la Revue, puis à la fin de l’année 1893, il remplace comme directeur le fils de François Buloz, Charles, lequel avait été contraint de démissionner à la suite de malversations financières.

3À partir de 1886, Brunetière avait entamé une carrière universitaire : maître de conférences à l’École Normale Supérieure (il en avait raté le concours d’entrée en 1870), des cours à la Sorbonne et à Columbia. Sa vie fut sans surprise : académicien en 1893, anti-dreyfusard en 1898. Il rêva le Collège de France.

Haut de page

Notes

1 Brunetière, « Le roman réaliste en 1875 », Revue des Deux Mondes, 1er avril 1875. Repris dans Le Roman naturaliste, Calmann-Lévy, 1883, p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Ferdinand Brunetière (1849-1906) », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2041

Haut de page