Navigation – Plan du site
Notices sur les auteurs de la Revue des Deux Mondes

Deschamps

Texte intégral

1Taraudé peut-être par une obscure vergogne, le sieur Deschamps préféra signer sans accoler son prénom, pas même un bout d’initiale à son pourtant banal patronyme, effaçant prudemment ses traces d’Aristarque pour la postérité. Risquons malgré tout quelques hypothèses.

2Fut-ce Émile Deschamps, que Madame Bovary blessait dans son romantisme ? Poète et nouvelliste, né à Bourges en 1791, devant mourir en 1871, il avait fondé avec Victor Hugo La Muse française. Il s’adonna effectivement à la critique littéraire. L’index de la Correspondance de Flaubert, établi pour la « Bibliothèque de la Pléiade », lui attribue le compte rendu, peut-être à l’appui de quelque source extérieure. Cependant dans les deux lettres où Flaubert s’emporte contre la recension de Deschamps, il ne donne ni prénom, ni indice pour cette attribution.

3Si ce n’est lui, c’est donc son frère : Antony Deschamps (1800-1869). Lui aussi poète et membre du même cénacle romantique, catholique, connu pour sa traduction en vers de La Divine comédie (1829), à laquelle Saint-René Taillandier fait d’ailleurs allusion dans son article sur L’Éducation sentimentale, il donna plusieurs articles à la Revue des Deux Mondes. Il fréquentait le salon de Louise Colet : alors, vengeance de femme ? Odio nell cor. Flaubert, après tout, avait suffisamment échenillé les vers de Louise, pour qu’elle ne trouvât pas plaisir à châtier l’amant indélicat en chargeant un cavalier servant de pinailler sur la correction de la langue dans Madame Bovary. Il reste que quand Flaubert mentionne Antony Deschamps dans ses lettres, il a l’habitude d’utiliser son prénom : or, il ne le fait pas dans les deux lettres en réaction à l’article de « Deschamps ».

4Ou alors, subodorons une querelle de Normands. Il est un Charles-Frédéric Deschamps dont Flaubert se moque à plusieurs reprises dans la Correspondance, tout en ménageant publiquement ce notable artiste (il l’appelle « Deschamps », « M. Deschamps », comme dans les deux lettres où il parle du compte rendu de Madame Bovary). Charles-Frédéric, né à Rouen en 1809, écrivit en effet du théâtre en vers et en prose, en même temps qu’il était « une des lumières du barreau rouennais et l’un des citoyens les plus estimés de la Normandie », ainsi que s’exprime la Biographie nationale des contemporains (Glaeser et cie éditeurs, Paris, 1878), à laquelle M. Homais semble avoir collaboré au soir de sa vie…

5Alors, Antony vengeant Louise ou Charles-Frédéric défendant le pharmacien ? Ou quelque autre encore ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Deschamps », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2043

Haut de page