Navigation – Plan du site
Notices sur les auteurs de la Revue des Deux Mondes

Maxime Du Camp (1822-1894)

Texte intégral

1Il rencontra Flaubert en 1843, voyagea avec lui en Bretagne, en Orient, lui conseilla de jeter La Tentation de saint Antoine au feu, de faire des coupes dans Madame Bovary, de l’imiter pour réussir. L’autre, rapidement, ne s’en laissa pas conter, lui fit comprendre qu’il avait des valeurs bien plus hautes. Et Maxime en sentit la vérité. Après avoir voulu faire de Flaubert un alter ego, il comprit qu’il ne l’égalerait jamais. Alors l’envie le rongea et elle lui dicta ses Souvenirs littéraires, pré-publiés dans la Revue des Deux Mondes entre le 1er juillet 1881 et le 15 octobre 1882 (Du Camp en était devenu un collaborateur assidu après la suppression de la Revue de Paris sous le Second Empire, en 1858). « Je puis tout te pardonner ; sauf d’être ce que tu es ; sauf que je ne suis pas ce que tu es ; sauf que “je” ne suis pas “toi”. » Tel est l’être du ressentiment défini par Max Scheler. Tel fut Maxime Du Camp à l’égard de Flaubert. Il se compara et, impuissant, chercha à dévaloriser, ravalant ce à quoi il n’avait pu atteindre. Dans ses Souvenirs littéraires, il révéla les crises d’épilepsie de Flaubert, pour dénigrer l’homme, sa vie, son œuvre : « Cette maladie a brisé sa vie, elle l’a rendu solitaire et sauvage. » C’était expliquer et comme confirmer médicalement l’inhumanité et la misanthropie par lesquelles la Revue des Deux Mondes avait défini le roman flaubertien. De surcroît, l’épilepsie aurait tari son imagination : « Gustave Flaubert a été un écrivain d’un talent rare ; sans le mal nerveux dont il fut saisi, il eût été un homme de génie. » Camaraderie ? demandera ironiquement Maupassant.

2Photographe, polygraphe, Maxime Du Camp s’exerça en tout, médiocrement. Récit de voyage, poésie, roman, critique d’art, histoire, journalisme… Il reste comme une date dans l’histoire de l’édition, pour avoir publié le premier livre illustré par des photographies : Égypte, Nubie, Palestine et Syrie, dessins photographiques recueillis pendant les années 1849, 1850 et 1851 accompagnés d’un texte explicatif et précédés d’une introduction, Baudry, 1852. Et comme une source d’informations à vérifier, avec ses Souvenirs. Souvenirs de l’année 1848 (1876) : garde national, il avait participé à l’écrasement de juin 48 et fut décoré par Cavaignac. « Partisan des doctrines libérales, mais ennemi de la démagogie », commente avec satisfaction la Biographie nationale des contemporains (Glaeser et cie éditeurs, Paris, 1878). Souvenirs littéraires, Souvenirs d’un Demi-Siècle : « Il est passé à la postérité comme un numéro de la bibliographie documentaire du XIXe siècle », disait Henri Lemaître.

3En 1880, il est élu, comme successeur de Saint-René Taillandier, à l’Académie française (il avait dit pis que pendre de celle-ci en 1855 dans sa préface des Chants modernes). Flaubert commente l’événement dans une lettre à sa nièce, le 28 février 1880 : « Les honneurs déshonorent, le titre dégrade, la Fonction abrutit. »

4Le 8 février 1894, il fête son anniversaire et meurt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Maxime Du Camp (1822-1894) », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2045

Haut de page