Navigation – Plan du site
Notices sur les auteurs de la Revue des Deux Mondes

Charles de Mazade (1821-1893)

Texte intégral

1Né à Castelsarrasin, fils de magistrat et petit-fils d’un conventionnel, Mazade eut son moment de vertige romantique, plantant là ses études de droit pour devenir pohète (il monta à Paris où il publia un très oubliable volume d’Odes en 1841). Mais les Lucien de Rubempré finissent journalistes : Sainte-Beuve le fit entrer à la Revue des Deux Mondes en 1845. Il y travailla jusqu’à sa mort, rédigeant des articles sur les littératures européennes, sur l’histoire politique aussi (notamment celle de l’Espagne et de l’Italie). Il tint en particulier la Chronique de la quinzaine durant trente ans (sa brève recension de Madame Bovary figure dans cette rubrique qui mêle comptes rendus littéraires et sujets politiques).

2Pour connaître Charles de Mazade, il suffit de lire l’article qu’il publia le 15 mars 1850 dans la Revue des Deux Mondes : « De la Démocratie en littérature », à l’occasion de la parution des Mystères du peuple d’Eugène Sue et des Études sur les hommes et les mœurs au XIXe siècle de Philarète Chasles. Deux ans après la révolution de 1848, Mazade en tire le lamentable bilan : la démocratie, dont le vrai nom serait plutôt l’anarchie, amène la décadence de la conscience morale. Posant l’égalité, elle produit l’égalisation, c’est-à-dire l’abaissement (Flaubert n’aurait pas forcément désavoué ce raisonnement !). Les mœurs, la littérature même sont emportées dans le mouvement : sans parler d’Eugène Sue, avatar proudhonesque, que sont devenus Hugo, depuis longtemps déjà démagogue campant sur la scène des laquais supérieurs aux rois, ou Lamartine, naguère sublime auteur des Méditations, publiant maintenant Raphaël ? La littérature n’est plus portée par l’idéal. Elle flatte les bas instincts et les envieux. Mazade en appelle à un ressaisissement, à une littérature de restauration : « Il faudrait commencer par purifier cette atmosphère où nous vivons, par dissiper ces fanatismes vulgaires qui nous dévorent, par relever nos esprits flétris, rendre quelque noblesse à nos instincts, et raviver dans les cœurs l’intime notion de la vérité, du respect de la supériorité morale. Il faudrait que le pays se sentît un peu vivre sous la sauvegarde des vérités sociales restaurées, des principes de la civilisation de nouveau confirmés, en quelque sorte, par nos malheurs. Et ce n’est point seulement aux politiques que je m’adresse, c’est aux écrivains eux-mêmes. » Il faut avoir présentes à l’esprit ces convictions de Mazade pour entendre sa chronique sur Madame Bovary.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Charles de Mazade (1821-1893) », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2047

Haut de page