Navigation – Plan du site
Notices sur les auteurs de la Revue des Deux Mondes

Émile Montégut (1825-1895)

Texte intégral

  • 1 Revue des Deux Mondes, 2e période, t.21, 1859 (p.867-897). Indisponible sur Gallica.
  • 2 On s’interroge alors encore pour savoir si Monsieur est Madame… Montégut, fin dialecticien, risque (...)

1Le 1er août 1847, à vingt-deux ans, Montégut publie son premier article dans la Revue des Deux Mondes, sur le philosophe américain Emerson. Il va y remplacer Gustave Planche comme critique littéraire en 1857. Possédant une culture et une curiosité d’Européen, polyglotte connaissant l’allemand, l’anglais, l’espagnol et l’italien, il écrit sur Goethe comme sur Cervantès ou l’Arioste. Il joua le rôle d’un passeur pour certains auteurs anglais modernes, comme Coleridge, Shelley ou George Eliot qu’il fit découvrir au public dans un article de 18591, tout à fait révélateur de ses partis pris esthétiques : « Le roman réaliste en Angleterre, Adam Bede ». George Eliot représente un réalisme bien entendu, par opposition au réalisme français (Brunetière reprendra à son compte cette idée dans Le Roman naturaliste) : « Telle est la théorie réaliste de M. George Eliot2. Ce n’est pas seulement, comme on le voit, une théorie esthétique, c’est une doctrine morale et religieuse. L’auteur recommande la reproduction littérale de la réalité non pas seulement au nom de l’art, mais au nom de la morale (…). » Montégut en conclut : « J’ose affirmer que la doctrine littéraire dite réalisme n’a une signification sérieuse et morale que lorsqu’elle émane d’un sentiment chrétien. En dehors du christianisme, elle ne peut que produire des puérilités ou des sottises immorales. » Et l’on a envie dans la phrase suivante de remplacer le nom d’« écrivain réaliste » par celui de Flaubert : « Mais si l’écrivain réaliste est autre chose qu’un chrétien, n’espérez point de tels miracles sympathiques, il ne se donnera pas la peine de pénétrer au fond des âmes, il raillera avant de sympathiser, il observera au lieu d’aimer, et il s’en tiendra par conséquent aux apparences extérieures, qu’il dessinera exclusivement. » Le très chrétien Montégut ne pouvait apprécier l’impassibilité flaubertienne, en mal d’amour du prochain, n’ayant pas « la faculté d’attendrir » qui caractérise George Eliot (l’expression figure dans le premier paragraphe de l’article de Montégut).

2Ses articles politiques manifestent, particulièrement au lendemain de la Commune (mais il avait déjà laisser éclater sa verve réactionnaire en 1848), son hostilité à l’esprit de la Révolution (au vrai, sa famille, vieille bourgeoisie, n’avait pas été épargnée sous la Terreur) et à l’idée démocratique : « articles à sensation », dit la Biographie nationale des contemporains (Glaeser et cie, 1878) à propos de « Où en est la Révolution française ? » et de « La démocratie et l’idée de patrie » (respectivement Revue des Deux mondes, 15 août et 15 novembre 1871). Ces deux articles eurent « un certain retentissement », confirme plus sobrement Pierre Larousse. Dans « Où en est la Révolution française ? », on lit : « Il n’est pas une seule de ses promesses que la révolution n’ait été impuissante à tenir, il n’est pas un seul de ses principes qui n’ait engendré le contraire de lui-même, et produit la conséquence qu’il voulait éviter » (p.875). Montégut conclut à un échec de toutes les expériences politiques du XIXe siècle pour trouver une assise à la démocratie.

Haut de page

Notes

1 Revue des Deux Mondes, 2e période, t.21, 1859 (p.867-897). Indisponible sur Gallica.

2 On s’interroge alors encore pour savoir si Monsieur est Madame… Montégut, fin dialecticien, risque l’hypothèse du neutre : un clergyman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Émile Montégut (1825-1895) », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2049

Haut de page