Navigation – Plan du site
Notices sur les auteurs de la Revue des Deux Mondes

Charles Richet (1850-1935)

Texte intégral

1Une sommité de la physiologie française, rattachée à la psychologie. Il obtiendra le prix Nobel de médecine en 1913. On lui doit de nombreux ouvrages scientifiques, comme Les Poisons de l’intelligence (1877), Recherches expérimentales et cliniques sur la sensibilité (même année), Leçons sur la physiologie générale des muscles, des nerfs et des centres nerveux (1882). Il eût été précieux au chevet de la sensitive Emma. Il est aussi le traducteur, avec plus de deux siècles de retard, de l’ouvrage de Harvey, La Circulation du sang (1879). Il dirigea la Revue scientifique à partir de 1878.

2Charles Richet ne salue pas seulement un « fils et frère de médecins distingués » en Flaubert, mais aussi un confrère ès lettres : en flânant chez les bouquinistes, vous le rencontrerez peut-être, caché sous le nom de Charles Epheyre. Il publie ainsi en 1875 un volume de Poésies, sans parvenir à trouver un titre plus original. Il s’essaya ensuite au genre romanesque, avec plusieurs ouvrages « d’une sérieuse portée morale », juge le docteur L. Hahn dans l’article qu’il rédigea pour La Grande Encyclopédie.

3Pacifiste après le traumatisme de la Première Guerre Mondiale, il préside la Société française d’eugénisme dans les années 1920, soutient des thèses racistes (dès 1913, dans La Sélection humaine ; en 1919 dans L’Homme stupide). La Civilisation avait failli : Richet se raccrocha à l’idée qu’elle renaîtrait d’une sélection biologique. Il meurt à temps, en 1935.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Charles Richet (1850-1935) », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 30 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2051

Haut de page