Navigation – Plan du site
Notices sur les auteurs de la Revue des Deux Mondes

René Taillandier dit Saint-René Taillandier (1817-1879)

Texte intégral

1Auteur d’une thèse sur Scot Érigène et la philosophie scolastique, Saint-René Taillandier mena une carrière universitaire, d’abord professeur à l’université de Montpellier, puis à la Sorbonne (où il succéda à Saint-Marc-Girardin dans la chaire de poésie française, avant d’occuper la chaire d’éloquence). Il avait auparavant passé un an à l’université de Heidelberg (là où Creuzer avait produit son grand œuvre), sur les traces de Quinet dont il fut l’ami. Il rencontra aussi Schelling à Munich. Cette formation et ce talent de germaniste lui valurent d’être chargé par François Buloz de faire connaître aux lecteurs de la Revue des Deux Mondes la culture allemande (on en était resté à l’image fixée par Madame de Staël, et Saint-René Taillandier allait, en même temps que Heinrich Heine, renouveler la connaissance de ce pays). Le premier article qu’il publia dans la revue, le 1er octobre 1843, s’intitule d’ailleurs « Situation intellectuelle de l’Allemagne ». Il consacra ainsi des études à la politique, à la littérature d’outre-Rhin, à l’histoire religieuse aussi (l’exégèse protestante allemande développait alors une critique littéraire de la Bible, sans équivalent en France avant qu’Ernest Renan et Albert Réville ne s’en inspirassent). Dans ce dernier domaine, Saint-René Taillandier n’évalue pas seulement la validité d’un savoir, il en examine, inquiet, les conséquences politiques et sociales : ainsi dans son article « De l’histoire des idées religieuses au XIXe siècle » (Revue des Deux Mondes, 1er septembre 1857). Cette inquiétude se retrouve au cœur de son compte rendu de La Tentation de saint Antoine. En 1873, il est élu à l’Académie française.

2Saint-René Taillandier est un libéral catholique : bourgeois attaché à l’idéal de la Révolution française, mais pas voltairien comme monsieur Homais. Émile Montégut l’appréciait pour cette raison : si la politique les séparait, la religion les réunissait. Comme dans les articles de critique littéraire de Montégut, on entend dans ceux de Saint-René Taillandier un point de vue de moraliste chrétien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« René Taillandier dit Saint-René Taillandier (1817-1879) », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2053

Haut de page