Navigation – Plan du site
Notices sur les auteurs de la Revue des Deux Mondes

Eugène-Melchior de Vogüé (1849-1910)

Texte intégral

1Le vicomte entama d’abord une carrière de diplomate : jeune secrétaire d’ambassade à Constantinople, au Caire, puis à Saint-Pétersbourg où il arrive en 1877. De ses années de voyage, il va tirer matière pour ses articles à la Revue des Deux Mondes. Il y publie le premier en 1875, comme Brunetière (tous deux sont nés la même année et François Buloz eut toujours cette qualité, de repérer les jeunes talents) : « Syrie, Palestine ». Mais c’est surtout à faire comprendre l’âme russe qu’il va s’employer.

2À Saint-Pétersbourg, il a étudié la langue et va lire les auteurs dans le texte. Il y a rencontré son amour (c’est encore sur l’oreiller qu’on approfondit le mieux la connaissance des langues) : une demoiselle d’honneur de l’Impératrice. Il y a vu l’effervescence nihiliste, les attentats terroristes (Alexandre II sera tué par une bombe en 1881). Il y a connu Tourguéniev et Dostoïevski. Cependant, du roman russe du XIXe siècle, il n’entendra jamais les accents politiques. Il le lit en moraliste (il ne fallait pas non plus froisser le tsar, tout despote qu’il était, précieux allié à ménager pour une nation isolée diplomatiquement et qui a le regard fixé sur la ligne bleue des Vosges : le traité d’alliance franco-russe sera ratifié en 1893). Vogüé publie une traduction de Tolstoï : Trois morts, dans la Revue des Deux Mondes (15 juillet 1882). Vient alors, du 15 octobre 1883 au 15 mai 1886, une série d’articles : sur Tourguéniev (déjà bien connu en France, il venait de mourir), sur Tolstoï (dont Flaubert avait pu lire avant sa mort La Guerre et la paix, traduit en 1879), sur l’étrange Dostoïevski et ses personnages qui eussent intéressé Charcot, sur Gogol tout aussi déconcertant, avec à chaque fois de nombreuses citations. Remaniés, ces articles fourniront les chapitres de son maître ouvrage : Le Roman russe (1886). L’article du 15 mai 1886, base de l’Avant-propos du livre, fait de cette histoire littéraire russe un contre-modèle à opposer au réalisme français (on en publie ici les pages relatives à Flaubert) : voilà des auteurs qui avaient gardé une morale, un esprit chrétien. Tourguéniev, l’ami de Flaubert, devient ainsi comme son antagoniste. Dans son Journal, Vogüé note à propos de Pères et fils, le 8 janvier 1879 : « Impression profonde, œuvre géniale. Toute la Russie et beaucoup d’humanité. » Pour un peu, la littérature russe, nonobstant ses singularités, s’inscrirait dans l’ordre moral. Vogüé parle en conservateur catholique.

3L’ouvrage aura un grand impact. Les traductions des auteurs russes se multiplieront en cette fin de siècle. Comme une émanation de l’âme russe, un roman psychologique français (illustré notamment par Paul Bourget) va s’opposer au naturalisme. Vogüé écrira ensuite dans la Revue des Deux Mondes des études sur de nouveaux auteurs russes : Gorki, Tchékhov. L’Académie française salua Le Roman russe en faisant de Vogüé un précoce immortel, en 1888.

4Conservateur rallié à la République (quoiqu’il tonnât à l’occasion contre le parlementarisme), Vogüé fut élu député en 1893 : il resta coi et ne se représenta pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Eugène-Melchior de Vogüé (1849-1910) », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 30 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2055

Haut de page