Navigation – Plan du site

Flaubert critique de ses critiques : la Revue des Deux Mondes dans la Correspondance

Nathalie Petibon

Texte intégral

Eugène Guillaume, buste de François BulozAfficher l’image
Crédits : Réunion des Musées nationaux
  • 1 Correspondance (désormais abrégé en C.), t. V, lettre à Guy de Maupassant, 22 février 1880, Paris, (...)

Toutes les fois qu’on a à faire avec la Presse, il faut s’attendre à des sottises. Se presser étant le seul principe de ces Messieurs1.

  • 2 C., t. V, lettre à Guy de Maupassant, 10 août 1876, p. 98.

Conclusion : s’écarter des journaux ! La haine de ces boutiques-là est le commencement de l’amour du Beau2.

1Les mentions, par Flaubert, de la Revue des Deux Mondes dans sa correspondance dessinent deux grandes périodes, avant et après la publication de Madame Bovary. De 1848 à 1856, la Revue est encore « désirable » pour Flaubert, même s’il ne l’approche pas pour lui-même. La suite révèle une incompatibilité d’humeur et de pensée irrémédiable, un hiatus de plus en plus impossible à combler entre l’ermite de Croisset et la revue phare de l’époque.

Vers la Revue des Deux Mondes : Du Camp, Bouilhet, Louise Colet

  • 3 François Buloz (Vulbens, 1803-Paris, 1877), chimiste de formation, il entra dans le monde de l’édit (...)
  • 4 À ses débuts, la Revue des Deux Mondes avait aussi pour sous-titre Journal des voyages, du nom d’un (...)

2Les débuts de la Revue des Deux Mondes, fondée par François Buloz3 en 1829, coïncident avec ceux de la Monarchie de Juillet. Les publications périodiques sont alors en pleine efflorescence. La Revue s’impose rapidement comme l’une des plus importantes de la vie intellectuelle française, voire européenne. Y publier constitue un gage de reconnaissance intellectuelle. Traitant de littérature, d’histoire et de politique, la Revue a pour spécificité de se tourner aussi bien vers l’« autre monde », extra-européen, que vers le vieux monde occidental – d’où son titre4. Des hommes de lettres déjà illustres y côtoient des plumes encore peu connues. Dumas, Balzac, Hugo, Quinet, Vigny, Sainte-Beuve, Michelet, Sand, Musset sont parmi les premiers écrivains à y signer.

  • 5 C., t. I, lettre à Maxime Du Camp, fin mai 1848, p. 498.
  • 6 La première édition des chapitres de Flaubert de Par les champs et par les grèves date de 1881, che (...)
  • 7 La Revue de Paris renaît le 1er octobre 1851 après six ans de non-parution. Elle est dirigée conjoi (...)
  • 8 La Revue de Paris fut supprimée par décret en janvier 1858 lors de la répression ayant suivi l’atte (...)
  • 9 Revue des Deux Mondes, 1er avril 1859, p. 692-734. Dans cette nouvelle, le jeune Fabio fait son pro (...)
  • 10 Hachette, 1881.

3Dans une lettre de la fin du mois de mai 1848, Flaubert demande à Maxime Du Camp : « Où en es-tu avec La Revue des Deux Mondes5 ? » On peut supposer qu’à cette époque, Du Camp avait proposé à la Revue le texte de Par les champs et par les grèves, que les deux amis avaient écrit en alternance lors de leur voyage de 1847 en Bretagne. Les chapitres de la main de Flaubert ne seront jamais publiés de son vivant6, mais, à partir du 1er avril 1852, ceux de Du Camp paraîtront dans la presse – non pas dans la Revue des Deux Mondes, mais dans sa principale publication rivale, la Revue de Paris, dont Du Camp fut l’un des co-fondateurs en 18517. La Revue de Paris ayant été supprimée par le gouvernement en 18588, Maxime Du Camp commence à publier dans La Revue des Deux Mondes dès l’année suivante (sa première parution est une nouvelle de veine fantastique intitulée « Le Chevalier du cœur saignant9 »). Du Camp deviendra l’un des collaborateurs les plus prolifiques de la Revue, dans laquelle il publiera en particulier plusieurs longues séries d’articles : de 1867 à 1874, Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du XIXe siècle, puis, de 1877 à 1879, une série sur la Commune de Paris (qui deviendra, en volume10, Les Convulsions de Paris), et enfin, de 1881 à 1882, ses Souvenirs littéraires.

  • 11 C., t. II, lettre à Jules Duplan, 7 août 1852, p. 142. Voir aussi la lettre à Louise Colet du 3 jan (...)
  • 12 Ibid., lettre à Jules Duplan, 7 septembre 1852, p. 154.
  • 13 La Presse, Journal quotidien politique, littéraire, agricole, industriel et commercial fut fondé en (...)
  • 14 Ces poèmes seront ensuite réunis dans le recueil Festons et astragales (La Librairie nouvelle, 1859 (...)
  • 15 C., t. II, lettre à Louis Bouilhet 8 décembre 1853, p. 474.
  • 16 Jacques Babinet (1794-1872), professeur de mathématiques et de physique à partir de 1816, astronome (...)
  • 17 Le poème « Les Fossiles » sera lui aussi ensuite inclus dans le recueil Festons et astragales.

4Revenons à Flaubert. Le 7 août 1852, une lettre à Jules Duplan, l’un de ses meilleurs amis, révèle que celui-ci était chargé par Flaubert de proposer des poèmes de Louis Bouilhet à la Revue des Deux Mondes11. Un mois plus tard, dans une nouvelle lettre à Jules Duplan12, Flaubert s’étonne de ce que Maxime Du Camp souhaite publier le poème de Bouilhet « Tou-tsong » dans la Revue de Paris alors que ce poème déplaît à Théophile Gautier (autre co-directeur de la Revue de Paris) car ressemblant trop à l’un des siens. Flaubert émet alors, dans sa lettre, deux hypothèses. Peut-être y a-t-il eu brouille entre Du Camp et Gautier, ce qui expliquerait que le premier veuille faire enrager le second. Ou bien, peut-être cette proposition de Du Camp est-elle une compensation pour un article de Flaubert sur le grand poème romain de Louis Bouilhet, « Melaenis », que Louis de Cormenin (lui aussi co-directeur de la Revue de Paris) devait faire paraître dans le quotidien La Presse13 et qui n’a jamais paru. Pour sa part, Flaubert préfèrerait que le poème de Bouilhet soit publié dans la Revue des Deux Mondes plutôt que dans la Revue de Paris. Il presse donc Duplan de demander sa décision à François Buloz. Au final, l’affaire se solde par la parution de « Tou-tsong » ainsi que de trois autres poèmes de Louis Bouilhet (« La Louve », « Kuchiuk-Hanem » et « Corydon ») dans La Revue de Paris le 1er mai 185314. L’année suivante, changement de stratégie : Flaubert conseille à Bouilhet d’essayer de publier son poème « Les Fossiles » dans la Revue des Deux Mondes en passant non pas par la rubrique littéraire, mais par la rubrique scientifique15 : il faudrait « pousser le père Babinet16 », en charge des sciences à la Revue, afin de faire accepter ce poème d’inspiration scientifique retraçant les étapes de la formation de la vie sur Terre. Mais comme les précédents poèmes de Louis Bouilhet, c’est encore dans la Revue de Paris que celui-ci sera publié, le 15 avril 185417.

  • 18 C., t. II, lettre à Louise Colet, 23 janvier 1853, p. 240.
  • 19 Ibid., lettre à Louise Colet, 29 janvier 1853, p. 244.
  • 20 Chez Perrotin, en mai 1853. Voir C., t. II, lettre à Louise Colet, 13 avril 1853, p. 301.

5En janvier 1853, Flaubert et Louis Bouilhet approuvent le désir de Louise Colet de proposer à la Revue des Deux Mondes un conte intitulé « La Paysanne » – « de beaucoup [s]a meilleure œuvre18 », selon Flaubert. Mais il semble que la réponse de la Revue ait été négative. Quelques jours plus tard, Flaubert s’emporte en effet sans retenue : « Quel imbécile que ce Buloz ! Quelle brute ! quelle brute ! Tout cela vous donne des envies de crever. […] Où se tourner pour trouver quelque chose de propre ? De quelque côté qu’on pose les pieds, on marche sur la merde. Nous allons encore descendre longtemps dans cette latrine19. » Louise Colet tente alors de placer son conte non à la Revue des Deux Mondes, mais à la revue Le Pays. Cette dernière ayant elle aussi décliné la proposition, le conte paraîtra directement en volume quelques mois plus tard20.

6De 1848 au mitan des années 1850, les diverses tentatives d’approche de la prestigieuse Revue des Deux Mondes par le cercle des amis les plus proches de Flaubert échouent donc toutes (puisque ce n’est qu’en 1859 que Du Camp y signera pour la première fois). Mais qu’en est-il de l’attitude de Flaubert envers la Revue ?

L’art plutôt que l’article

7Tout en conseillant à ses amis de soumettre leurs écrits à la Revue des Deux Mondes, Flaubert montre, dès 1853, pour ce qui concerne sa propre production, certains signes de défiance envers cet organe journalistique et à l’encontre de la presse en général.

  • 21 C., t. II, lettre à Louise Colet, 6 juin 1853, p. 347. Adolphe Chéruel (1809-1891), professeur d’hi (...)

8Tout d’abord, il proclame ne pas être lecteur de la Revue – ou plutôt, être requis par de plus importantes activités. Il écrit ainsi un peu abruptement à Louise : « Tu me parles de lire je ne sais quel numéro de la Revue des Deux Mondes. “Je n’ai pas le temps de me tenir au courant” (phrase de mon cher professeur d’histoire Chéruel21). » Le cas de la Revue des Deux Mondes est ici représentatif de la relation de Flaubert avec la presse dans son ensemble. Flaubert dédaigne la périodicité hâtive de celle-ci, son caractère éphémère et, partant, inessentiel. À ce propos, il professait déjà, sept ans plus tôt, dans l’une de ses plus belles lettres à Louise Colet, son dégoût général pour le journal :

  • 22 C., t. I, lettre à Louise Colet, 26 août 1846, p. 313-314.

Il n’y a pas d’ours blanc sur son glaçon du pôle qui vive dans un plus profond oubli de la terre. […] Qu’est-ce que m’apprendraient ces fameux journaux que tu désires tant me voir prendre le matin avec une tartine de beurre et une tasse de café au lait ? Qu’est-ce que tout ce qu’ils disent m’importe ? Je suis peu curieux de nouvelles, la politique m’assomme, le feuilleton m’empeste. Tout cela m’abrutit ou m’irrite. […] Oui, j’ai un dégoût profond du journal, c’est-à-dire de l’éphémère, du passager, de ce qui est important aujourd’hui et de ce qui ne le sera pas demain22.

  • 23 Ibid., p. 314.

9Notons l’emploi du verbe « prendre » dans la phrase « ces fameux journaux que tu désires tant me voir prendre le matin », ravalant le journal au rang d’invariable et insipide nourriture du petit-déjeuner. Toutefois, le dédain de Flaubert pour la presse n’est pas une simple réaction misanthropique. Il provient au contraire de l’ampleur de l’attention qu’il porte au monde. Les impératifs de réactivité, de nouveauté et de sensationnalisme de la presse heurtent son aspiration à la permanence et à la vérité. L’intérêt de Flaubert s’étend plus loin que le hic et nunc, dépassant le siècle et les limites de la civilisation pour atteindre à toutes les époques et au vivant dans son ensemble même. Il s’agit d’élargir la perspective. Flaubert s’exclame ainsi en guise de conclusion dans sa lettre : « Je suis le frère en Dieu de tout ce qui vit, de la girafe et du crocodile comme de l’homme, et le concitoyen de tout ce qui habite le grand hôtel garni de l’univers23. » Dans cet « hôtel universel », il n’y a pas de journaux, pas d’articles. Etymologiquement, le terme « article » est une simple articulation, l’élément d’un squelette. Or, Flaubert exècre l’atomisation du réel qui découle de la mise en articles. À la fragmentation induite par les articles, il préfère l’unité et la concrétion de l’art.

  • 24 C., t. II, lettre à Louise Colet, 26 août 1853, p. 418-420. Sur cette « grande question des Bottes (...)

10Le développement final de la lettre bien connue du 26 août 1856 forme un véritable morceau de bravoure : Flaubert met en parallèle les littératures de l’Antiquité jusqu’à son époque et autant de types de souliers (par exemple, les sandales et les poèmes indiens, les souliers de fer du Moyen-Âge et ses « durs poèmes », les bottes de Louis XIII et l’hôtel de Rambouillet, les bottes à l’écuyère et Molière, etc.)24. Au passage, il évoque la Revue des Deux Mondes comme publiant des curiosités qui lui semblent d’un intérêt nul :

  • 25 Le terme généralement utilisé est plutôt « surbottes ». Il s’agit de protections de tissu étanches (...)
  • 26 Arsène Houssaye (Bruyère, 1814-Paris, 1896), littérateur et critique d’art, est l’un des co-fondate (...)
  • 27 C., t. II, lettre à Louise Colet, 26 août 1853, p. 420.

On a été chercher du neuf à l’étranger, mais ce neuf est vieux (nous travaillons en vieux). Échec des rebottes25 à la Russe et des littératures laponnes, valaques, norvégiennes (Ampère, Marmier et autres curiosités de la Revue des Deux Mondes). Sainte-Beuve ramasse les défroques les plus nulles, ravaude ces guenilles, dédaigne le connu et, ajoutant du fil et de la colle, continue son petit commerce (renaissance des talons rouges, genre Pompadour et Arsène Houssaye26, etc.). Il faut donc jeter toutes ces ordures à l’eau, en revenir aux fortes bottes ou aux pieds nus, et surtout arrêter là ma digression de cordonnier27.

  • 28 Sur Xavier Marmier, voir l’ouvrage de la petite fille de François Buloz, Marie-Louise Pailleron, Fr (...)
  • 29 De 1832 à 1866, Jean-Jacques Ampère publia dans la Revue de nombreux articles à propos, successivem (...)

11Les hommes de lettres évoqués par Flaubert dans ce passage ont tous écrit dans la Revue des Deux Mondes. Jean-Jacques Ampère (1800-1864, fils du célèbre physicien) et Xavier Marmier28 (1808-1892) en furent les deux « nomades » – c’est-à-dire les écrivains voyageurs – les plus importants29. Sainte-Beuve y publia pour sa part de nombreux articles entre 1832 et 1868, et le critique d’art Arsène Houssaye, de 1842 à 43. L’extrait nous montre donc que Flaubert n’est pas sans connaître les plumes de la Revue. Pourtant, il les rabaisse toutes dans un seul et même dédain : elles ne sont pour lui qu’autant de machines à produire de l’anecdote. La Revue des Deux Mondes mise sur l’exotisme, pensant y trouver du nouveau pour appâter le lecteur, mais ce faisant, elle ne fait, selon Flaubert, qu’augmenter la quantité de sujets médiocres déjà existante.

12Dans L’Éducation sentimentale, le journal à scandales Le Flambard, fondé par Hussonet en 1847 pour remplacer sa revue L’Art, est le phénix de toutes les « feuilles de choux », misant sur le sensationnalisme pour palier l’indigence de leurs articles :

  • 30 L’Éducation sentimentale, II 4.

L’article de fond, invariablement, était consacré à démolir un homme illustre. Venaient ensuite les nouvelles du monde, les cancans. Puis on blaguait l’Odéon, Carpentras, la pisciculture et les condamnés à mort quand il y en avait. La disparition d’un paquebot fournit matière à plaisanteries pendant un an. Dans la troisième colonne, un courrier des arts donnait, sous formes d’anecdote ou de conseil, des réclames de tailleurs, avec des comptes rendus de soirées, des annonces de ventes, des analyses d’ouvrages, traitant de la même encre un volume de vers et une paire de bottes. La seule partie sérieuse était la critique des petits théâtres, où l’on s’acharnait sur deux ou trois directeurs ; et les intérêts de l’art étaient invoqués à propos des décors des Funambules ou d’une amoureuse des Délassements30.

  • 31 Le Flambard porte bien son nom, signifiant, selon Littré, aussi bien « feu de Saint-Elme » (champ é (...)

13Dans cet extrait, l’imparfait de la description nivèle toutes les rubriques du journal en une succession irrémédiablement indigeste. Le Flambard31 condense ainsi tous les vices – constance dans la haine, frivolité oiseuse, rapprochements ineptes, amalgames exécrables – de la presse selon Flaubert. Il traite de poésie de la même manière que de cordonnerie ; mais, contrairement à l’entreprise comparatiste littérature/bottes imaginée par Flaubert dans sa lettre du 26 août 1853, ici nul rapport réflexif ne lie particulièrement les deux objets, qui ne sont que juxtaposés le bref temps d’un numéro. Qui plus est, il n’y a pas que les objets des articles qui soient interchangeables, il y a aussi les journalistes, tous rassemblés sous la bannière indéterminée du pronom « on ». Flaubert cite d’ailleurs, dans une lettre de 1873, la Revue des Deux Mondes comme étant l’exemple le plus marqué d’indistinction entre les signatures journalistiques qui la composent :

  • 32 C., t. IV, lettre à Charles-Edmond Chojecki, 26 août 1873, p. 704.

Ah ! que j’ai raison de ne pas écrire dans les journaux, et quels funestes établissements ! / La manie qu’ils ont de corriger les manuscrits qu’on leur apporte finit par donner à toutes les œuvres, quelles qu’elles soient la même absence d’originalité. S’il se publie cinq romans par an dans un journal, comme ces cinq romans sont corrigés par un seul homme ou par un comité ayant le même esprit, il en résulte cinq livres pareils. Exemple : le style de la Revue des Deux Mondes32.

  • 33 Sur ce sujet, voir l’article d’Anne Herschberg Pierrot, « Flaubert journaliste : présentation » sui (...)
  • 34 Le titres complet de la revue est : Les Modes Parisiennes illustrées. Journal de la bonne compagnie (...)
  • 35 Voir C., t. II, lettre à Louise Colet, 29 janvier 1854, p. 516-521.

14Une lettre de janvier 1854 à Louise Colet se révèle particulièrement éclairante en ce qui concerne le rapport intime de Flaubert au journalisme en général33 et à la Revue des Deux Mondes en particulier. Louise Colet écrit depuis peu dans la revue hebdomadaire Les Modes Parisiennes illustrées34. Sollicités par la « Muse » pour fournir des articles à ces Modes Parisiennes, Flaubert et Bouilhet déclinent la proposition. Plus exactement, Flaubert ne refuse toutefois pas tout net – il a même des idées d’articles sur la question « mode »35 –, mais ce qu’il souhaite absolument éviter, c’est de signer de son nom, dont il veut préserver la virginité :

  • 36 C., t. II, lettre à Louise Colet, 23 janvier 1854, p. 515.

[…] tu comprends que je n’écrirai pas plus dans [ce journal]que dans un autre. À quoi bon ? et en quoi cela m’avancerait-il ? S’il faut (quand je serai à Paris) t’expédier des articles pour t’obliger, de grand cœur. Mais quant à signer, non. Voilà vingt ans que je garde mon pucelage. – Le public l’aura en entier et d’un seul coup, ou pas. D’ici là, je le soigne. Je suis bien décidé d’ailleurs à n’écrire par la suite dans aucun journal, fût-ce même la R[evue] des Deux M[ondes], si on me le proposait. Je veux ne faire partie de rien, n’être membre d’aucune académie, d’aucune corporation ni association quelconque. Je hais le troupeau, la règle et le niveau. Bédouin, tant qu’il vous plaira ; citoyen, jamais. […] – Ah ! ah ! je n’aurai pas tourné dans ma cage pendant un quart de siècle, et avec plus d’aspiration à la liberté que les tigres du Jardin des Plantes, pour m’atteler ensuite à un omnibus et trottiner d’un pas tranquille sur le macadam commun. Non, non. Je crèverai dans mon coin comme un ours galeux. – Ou bien l’on se dérangera pour voir l’ours36.

15On retrouve ici la mention de l’ours déjà évoqué plus haut, retranché dans son antre loin de l’absurde manège des plumitifs parisiens. La Revue des Deux Mondes apparaît dans une tournure restrictive (« fût-ce même […] ») qui la fait légèrement sortir du lot commun des journaux, mais elle n’échappe tout de même pas au système flaubertien de mise à distance de la presse.

  • 37 [Note de la Pléiade] Louise Colet avait envisagé de créer une revue intitulée La Revue française, d (...)

16Si l’échange épistolaire entre Flaubert et Louise Colet s’avère si révélateur, c’est parce qu’il met face à face deux éthos antinomiques : une sorte de passionaria de la presse face à un véritable Alceste du journal. La lettre de Flaubert du 31 mars 1853, à propos d’un projet de création de revue par Louise Colet37, est ainsi on ne peut plus limpide sur la question du journalisme pour l’« ours de Croisset » – en voici un extrait :

  • 38 Régionalisme pour « échiner », éreinter.
  • 39 C., t. II, lettre à Louise Colet, 31 mars 1853, p. 290-291.

Voici mon opinion sur ton idée de Revue : toutes les Revues du monde ont eu l’intention d’être vertueuses ; aucune ne l’a été. La Revue de Paris elle-même (en projet) avait les idées que tu émets et était très décidée à les suivre. On se jure d’être chaste, on l’est un jour, deux jours, et puis…, et puis… la nature ! les considérations secondaires ! les amis ! les ennemis ! Ne faut-il pas faire mousser les uns, échigner38 les autres ? J’admets même que pendant quelque temps l’on reste dans le programme ; alors le public s’embête, l’abonnement n’arrive pas. […] Une Revue modèle serait une belle œuvre et qui ne demanderait pas moins que tout le temps d’un homme de génie. Directeur de revue devrait être la place d’un patriarche ; il faudrait qu’il y fût dictateur, avec une grande autorité morale, acquise par des œuvres. […] Je sais bien qu’on ne peut publier nulle part, à l’heure qu’il est, et que toutes les revues existantes sont d’infâmes putains, qui font les coquettes. Pleines de véroles jusqu’à la moelle des os, elles rechignent à ouvrir leurs cuisses devant les saines créations que le besoin y presse39.

17Le reproche majeur de Flaubert à la presse est donc d’ordre moral. Le système journalistique lui semble constituer un engrenage d’egos gangrené, délétère sinon funeste, incompatible avec la création artistique véritable. Tout comme l’écrivain parlait, dans une précédente lettre, de son pucelage littéraire à préserver, c’est ici encore l’isotopie sexuelle qui est convoquée, le journalisme étant assimilé à la prostitution, fondée sur le paraître et l’appât du gain. La « revue idéale » n’est pour Flaubert qu’un pur oxymore, tel L’Art industriel d’Arnoux dans L’Éducation sentimentale.

  • 40 Marie-Éve Thérenty, La Littérature au quotidien, Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Le Seuil (...)
  • 41 Ibid.

18Contrairement à nombre de ses congénères hommes de lettres, touchés par la « fièvre périodique40 », Flaubert se défie de l’écriture journalistique. Marie-Ève Thérenty le décrit ainsi en véritable Ulysse de la presse : « À l’exception de Flaubert, qui a résisté – avec difficulté – à ses sirènes ensorcelantes, pratiquement tous ont été engagés à un moment ou à un autre par la presse41. »

19Le nom de Flaubert n’apparaîtra jamais à la fin d’un article. On l’apercevra cependant bientôt dans le corps des articles : la parution de Madame Bovary est proche, l’on « se dérangerapour voir l’ours galeux », selon l’expression prémonitoire de Flaubert.

La réception des articles dans le « silence du cabinet »

  • 42 C., t. V, lettre à Guy de Maupassant, 10 août 1876, p. 98.

Entre ces messieurs et moi, il y a une antipathie de race, profonde. Ils ne la savent pas, mais je le sens bien42.

20Flaubert est tenu informé par son ami Jules Duplan de tous les articles qui paraissent sur Madame Bovary. Après avoir évoqué un article très bienveillant de Louis de Cormenin43 qu’il vient de lire, Flaubert confie à Duplan combien il se distancie de la critique, qu’elle soit positive ou négative :

  • 44 C., t. II, lettre à Jules Duplan, 10 [ ? ] mai 1857, p. 713.

[…] je n’ai pas encore trouvé un [article] qui me gratte à l’endroit sensible, c’est-à-dire qui me loue par les côtés que je trouve louables et qui me blâme par ceux que je sais défectueux. Peu importe du reste, la Bovary est maintenant bien loin de moi.44

21Mais une semaine plus tard, ayant lu les deux articles de la Revue des Deux Mondes, signés respectivement Charles de Mazade45 et Deschamps46, Flaubert perd toutefois son calme « olympien » et s’emporte :

  • 47 Gustave Planche (1808-1857), critique littéraire et d’art, fut l’un des principaux collaborateurs d (...)
  • 48 Armand de Pontmartin, « Le roman bourgeois et le roman démocrate. Mm. Edmond About et Gustave Flaub (...)
  • 49 Paulin Limayrac, « Littérature. Des causes et des effets dans notre situation littéraire », Le Cons (...)
  • 50 C., t. II, lettre à Jules Duplan, vers le 16 mai 1857, p. 714.

Avez-vous lu le ré-éreintement de la Revue des Deux Mondes, n° du 15 courant, signé Deschamps ? Ils y tiennent, ils écument. Est-ce bête ! Pourquoi tout cela ? Que dit le grand pontife Planche47 ? D’où vient l’acharnement de Buloz contre votre ami ? / Pontmartin48 et Limayrac49 n’ont-ils pas écrit sur et contre moi50 ?

  • 51 Voir Marie-Louise Pailleron, La Vie littéraire sous Louis-Philippe, op. cit., p. 352-353, citant un (...)

22Il semble effectivement que, personnellement, François Buloz n’ait que peu apprécié les « audaces51 » de Madame Bovary. Mais cela explique-t-il que sa revue ait produit deux comptes-rendus du roman de Flaubert ? Flaubert lui-même s’interroge sur les raisons de ce doublon. Quant aux critiques qui s’y font jour, il les écarte en alléguant être lui-même non seulement plus sévère envers sa prose que les journalistes de la Revue, mais également plus perspicace :

  • 52 C., t. II, lettre à Ernest Feydeau, 15 ou 18 juin 1857, p. 734.

Ce qui s’est passé à la Revue des Deux Mondes relativement à moi m’est fort indifférent. Ce qui avait piqué ma curiosité était de savoir pourquoi on était revenu à deux fois sur mon dos. Voilà tout. Ah ! ce ne sont pas les critiques des autres qui m’embêtent, mais les miennes ! Je défie à [sic] qui que ce soit de me dire la centième partie des choses désagréables que je m’adresse quotidiennement. J’en ai quelquefois envie de pleurer52.

  • 53 Mazade, art. cit., § 2 ; Deschamps, art. cit., § 2.
  • 54 C., t. IV, lettre à George Sand, 2 février 1869, p. 15.

23Flaubert se plaint ici à son ami Ernest Feydeau du manque de professionnalisme des journalistes. Rappelons que Mazade, dans son article, avait jugé le roman de Flaubert essentiellement sur un plan moral et politique, le considérant comme néfaste à la société et porteur d’idées « humanitaires » nuisibles au régime. Quant à Deschamps, il avait établi une liste de fautes grammaticales ou stylistiques commises par Flaubert dans son roman. Les deux critiques s’accordent sur le fait que Flaubert ne « manque pas de talent53 », mais pour mieux dénier tout intérêt à son œuvre à cause, selon Mazade, de son absence de sens moral, et, selon Deschamps, de son manque « de savoir et d’amis sincères et éclairés qui puissent l’avertir ». Il n’y a donc pas d’entente possible entre ces journalistes et un Flaubert attendant, de la part des critiques, une lecture visant la « poétique insciente54 » de l’œuvre. Flaubert l’écrit encore à son ami Ernest Feydeau :

  • 55 C., t. II, lettre à Ernest Feydeau, fin juin ou début juillet 1857, p. 740.

Je déclare, du reste, que tous ces braves gens-là (de L’Univers, de la Revue des Deux Mondes, des Débats, etc.) sont des imbéciles qui ne savent pas leur métier. Il y avait à dire, contre mon livre, bien mieux, et plus. – Un jour que nous serons seuls chez moi, et les portes barricadées, je te coulerai dans le tuyau de l’oreille mes opinions secrètes sur la Bovary. – J’en connais mieux que personne les défauts et les vraies fautes. Ainsi il y avait tout au commencement une monstruosité grammaticale dont aucun, bien entendu, ne s’est aperçu. / Mais tout cela importe fort peu55.

24Une lettre à Mademoiselle Leroyer de Chantepie – qui, du fond de sa province, est une grande amatrice de journaux, en particulier de la Revue des Deux Mondes56 – mentionne elle aussi cette faute de français « monstrueuse » et pourtant passée inaperçue. Il s’agit d’une faute située dans la dédicace à Me Senard et non dans l’œuvre même. Il aurait fallu, selon Flaubert, qu’il emploie la conjonction « et » à la place de « ni » dans la phrase « ma gratitude […] ne sera jamais à la hauteur de votre éloquence ni de votre dévouement ». Les prétendues fautes de français dans Madame Bovary n’en sont pas pour Flaubert, qui n’accepte le reproche que pour le paratexte de l’œuvre (mais il corrigea tout de même pour la réédition de l’ouvrage certaines des tournures épinglées57).

25La lettre à Mademoiselle Leroyer de Chantepie est un remerciement pour l’article qu’elle a fait paraître sur Madame Bovary dans le journal Le Phare de la Loire du 25 juin 1857. Dans cet article, elle encense littéralement le roman de Flaubert, le qualifie de chef-d’œuvre et voit en lui un ouvrage « éminemment moral » car il ne peut qu’inciter à la vertu en montrant les périls auxquels expose une conduite telle que celle d’Emma. Dans sa lettre de remerciement, Flaubert oppose le plaisir que lui a procuré la lecture de cet article et l’irritation causée par celle du compte-rendu de Léon Aubineau dans L’Univers, avant de s’exclamer toutefois que l’art doit se hausser au-dessus de tout cela :

  • 58 C., t. II, lettre à Mademoiselle Leroyer de Chantepie, 3 juillet 1857, p. 743.

L’approbation, la sympathie d’un esprit comme le vôtre m’est plus agréable mille fois que les injures de L’Univers ne me sont odieuses. Car vous saurez, chère lectrice, que j’ai été fortement injurié par ce journal et par beaucoup d’autres, – ce qui m’est complètement égal, je vous assure. / Tous ces gens-là sont des sots. Aucun n’a dit contre mon livre ce qu’il y avait à en dire. J’en sais plus long qu’eux tous là-dessus. Ainsi, on m’a reproché (dans la Revue des Deux Mondes, entre autres) des fautes de français qui n’en sont point, tandis qu’il y en avait une, une grossière, palpable, évidente, une vraie faute de grammaire, et qui se trouvait au début, dans la dédicace. Pas un ne l’a vue. On ne la verra plus, du reste, car je l’ai fait enlever au second tirage, qui a eu lieu il y a un mois. Tout cela, du reste, est fort peu important et très misérable. Il faut, quand on veut faire de l’Art, se mettre au-dessus de tous les éloges et de toutes les critiques. Quand on a un idéal net, on tâche d’y monter en droite ligne, sans regarder à ce qui se trouve en route58.

26Dès la parution de son premier roman, le système de Flaubert consistant à tenter tant que faire se peut d’ignorer la presse est en place, même si l’on a vu qu’il n’est pas sans comporter certaines failles.

  • 59 C., t. III, lettre à Michel Lévy, 2 mars 1863, p. 309.
  • 60 http://flaubert.revues.org/1997.
  • 61 C., t. III, lettre à la Princesse Mathilde, 10 février 1867, p. 665 : « Ce brave recueil, d’ailleur (...)

27Après la publication de Salammbô, en 1862, Flaubert demande à son éditeur, Michel Lévy59, de lui adresser l’article de Saint-René Taillandier « Le Réalisme épique dans le roman. Salammbô », paru dans la Revue des Deux Mondes le 15 février 186360. La correspondance de Flaubert ne présente aucune réaction immédiate particulière à cet article. Mais quatre ans plus tard, Flaubert remercie la Princesse Mathilde d’avoir, dans son salon de la rue de Courcelles, sermonné le directeur de ce « brave recueil61 » coupable d’acharnement sur ses œuvres :

  • 62 C., t. III, lettre à la Princesse Mathilde, 10 février 1867, p. 606. Voir aussi la lettre de Franço (...)

Je vous remercie personnellement, Princesse, d’avoir houspillé le sieur Buloz, que je ne connais pas du tout, à qui je n’ai rien fait, et qui s’est toujours acharné contre moi, avec persistance. Quelle sale boutique, que cette Revue des Deux Mondes62 !

  • 63 Voir le site Flaubert de l’université de Rouen, qui a mis en ligne les articles de la réception con (...)
  • 64 C., t. IV, lettre à George Sand, 17 décembre 1869, p. 141, http://flaubert.revues.org/2003.
  • 65 Ibid., lettre de George Sand à Flaubert, 17 décembre 1869, p. 142.
  • 66 Le premier texte publié par George Sand dans la Revue des Deux Mondes du 15 mai 1833 (p. 460-472) e (...)
  • 67 C., t. IV, lettre de George Sand à Gustave Flaubert, 29 novembre 1872, p. 616.
  • 68 Ibid., lettre de George Sand à Gustave Flaubert, 13 mars 1872, p. 495 : « À la Revue des Deux Monde (...)

28Après la parution, en novembre 1869, de L’Éducation sentimentale, Flaubert fait part à George Sand, sur un ton fort ironique, des critiques consacrées à son roman : « Je n’ai eu, cette semaine, que trois éreintements63 (c’est peu !). Lire celui de la Revue des Deux Mondes64. » Il s’agit en l’occurrence de l’article de Saint-René Taillandier du 15 décembre, « Le roman misanthropique », critiquant violemment l’« erreur de Flaubert » d’écrire en pessimiste au lieu de prôner l’« idéal d’une humanité meilleure ». La réponse de George Sand est à l’unisson du sentiment de Flaubert : « Ce pauvre René Taillandier est aussi cuistre que la Revue. Sont-ils assez pudiques, dans cette pyramide65 ? » Il faut dire que Sand elle aussi avait à se plaindre de la Revue – dans laquelle elle publiait depuis 183366 – puisque les « jugeurs patentés67 » de celle-ci refusaient qu’elle y fasse paraître des articles de critique68.

29À la parution de La Tentation de saint Antoine, Flaubert s’indigne une fois de plus, dans une lettre à Sand, de l’acharnement des journaux, qu’il considère comme autant d’attaques ad hominem :

  • 69 [Note de la Pléiade] Le Figaro, 5 avril (anonyme) ; Revue des Deux Mondes, 1er mai (Saint-René Tail (...)
  • 70 C., t. IV, lettre à George Sand, 1er mai 1874, p. 794. Voir aussi ibid., lettre à George Sand, 8 av (...)

Ça va bien. Les injures s’accumulent ! C’est un concerto, une symphonie où tous s’acharnent dans leur instrument. J’ai été éreinté depuis Le Figaro jusqu’à la Revue des Deux Mondes, en passant par la Gazette de France et Le Constitutionnel69. – Et ils n’ont pas fini ! Barbey d’Aurevilly m’a injurié personnellement, et le bon René-Saint-Taillandier [sic] qui me déclare « illisible », m’attribue des mots ridicules. Voilà pour ce qui est de l’imprimerie. […] / Ce qui m’étonne c’est qu’il y a sous plusieurs de ces critiques une haine contre moi, contre mon individu, un parti pris de dénigrement, dont je cherche la cause. Je ne me sens pas blessé. Mais cette avalanche de sottises m’attriste. On aime mieux inspirer de bons sentiments que de mauvais70.

  • 71 Ibid., lettre à Ivan Tourgueniev, 22 septembre 1874, p. 864 : « Puisque vous êtes un lecteur de la (...)
  • 72 C., t. V, lettre à Ivan Tourgueniev, 14 décembre 1876, p. 143.
  • 73 Ernest Renan « Souvenirs d’enfance II. Prière sur l’Acropole. Le bonhomme Système et la petite Noém (...)
  • 74 C., t. V, lettre à sa nièce Caroline, 15 décembre 1876, p. 145.

30La relation de Flaubert aux articles portant sur ses œuvres est ici manifeste : prétendant n’y accorder aucune attention, l’ermite de Croisset préfèrerait tout de même que ces articles soient positifs. Malgré sa déception, Flaubert continue cependant d’apprécier certains articles qu’il lit dans la Revue des Deux Mondes. Au cours des années 1870, il fait part à certains de ses correspondants (Tourgueniev et Sand) du plaisir qu’il a, en particulier, eu à lire l’Histoire d’un diamant de Paul de Musset71 et un extrait des Souvenirs littéraires de Renan, « incomparable comme originalité et hauteur morale72 » – où le philosophe écrit entre autre que « le bonheur c’est le dévouement à un rêve ou à un devoir ; le sacrifice est le plus sûr moyen d’arriver au repos73 ». Le numéro de la Revue comportant le texte de Renan est aussi celui dans lequel Émile Montégut publie un article à propos des « nouveaux romanciers » Gustave Droz, André Theuriet et Alphonse Daudet, dans lequel il convoque incidemment de l’œuvre de Flaubert – qu’il réduit à Madame Bovary, le reste de son œuvre n’étant qu’une décadence littéraire. Flaubert accueille cette « élucubration74 » avec un sentiment mêlé :

  • 75 Tourgueniev, qui publia dans la Revue de 1856 à 1872, n’aimait visiblement guère son collègue Monté (...)
  • 76 Voir note 74.

Avez-vous lu […] un bavardage du citoyen Montégut, où tout en niant absolument mes livres (sans même parler de Salammbô), il me compare à Molière et à Cervantès. Je ne suis pas modeste. Mais, bien que seul et « dans le silence du cabinet », j’en ai rougi de honte. On n’est pas d’une bêtise plus dégoûtante75. / Du reste, je ne lis aucun journal. C’est dimanche dernier que j’ai appris, par hasard, le changement de ministère, – ce dont je me fous absolument, d’ailleurs76.

  • 77 Par exemple, lettre à sa nièce Caroline, 7 août 1876 : « […] je continue à hurler comme un gorille (...)
  • 78 La Bruyère, Les Caractères, « De la chaire », 27 [VII], Paris, Le Livre de poche, 1995, p. 569. La (...)

31Flaubert professe le retrait du monde, préférant à l’agitation de la vie médiatique parisienne le « silence du cabinet ». L’expression revient fréquemment sous sa plume dans ses lettres77. Il l’emprunte à La Bruyère dans ses Caractères. Ce dernier oppose les discours de l’orateur qui excitent les passions de l’auditoire, sa dupe, au texte de l’écrivain, que « dans le loisir de la campagne, ou dans le silence du cabinet », le lecteur juge froidement78. La presse pour Flaubert a quelque chose du « rendez-vous public », ainsi que La Bruyère nomme les lieux d’éloquence, où l’on juge superficiellement, dans la violence de l’instant. Tandis que Flaubert attend du lecteur une lecture calme, dépassionnée, qui mette le temps entre parenthèses.

  • 79 C., t. V, lettre à Georges Charpentier, 20 mai 1877, p. 235. Le Figaro publia un article de Jules H (...)
  • 80 Hippolyte de Villemessant (Rouen, 1810-Monte-Carlo, 1879), journaliste et fondateur du Figaro, qu’i (...)
  • 81 C., t. IV, lettre à George Sand, 8 avril 1874, p. 788.

32L’agitation de la presse, Flaubert l’observe tout de même de loin, depuis son « antre ». En 1877, dans une lettre à son éditeur Georges Charpentier, il effectue par exemple un recensement des articles critiques ayant été consacrés à ses œuvres par les revues. Dans une note finale il précise : « Le Figaro a toujours été hostile (sauf pour les Trois contes), ainsi que la Revue des Deux Mondes, et Barbey d’Aurevilly dans tous les journaux où il écrivait79. » Flaubert avait déjà rapproché le Figaro et la Revue des Deux Mondes dans une lettre à George Sand du 8 avril 1874, après la parution de la Tentation : « Je suis exécré par les sieurs Villemessant80 et Buloz qui feront tout leur possible pour m’être désagréables81. » La vengeance de Flaubert contre les deux directeurs de revue prendra forme dans son roman suivant, Bouvard et Pécuchet, ainsi qu’il l’écrit à la ligne suivante :

  • 82 Ibid.

Tout cela est à vomir ! / Et vous voulez que je ne remarque pas la Sottise humaine ! et que je me prive du plaisir de la peindre ! Mais le Comique est la seule consolation de la Vertu. – Il y a, d’ailleurs, une manière de le prendre qui est haute. C’est ce que je vais tâcher de faire dans mes deux bonshommes82.

  • 83 Sur Madame Bovary dans Le Pays du 6 octobre 1857 ; dans Le Constitutionnel, sur L’Éducation sentime (...)

33Dans Bouvard et Pécuchet, Flaubert entendait ainsi se dédommager des critiques des revues. Son « ennemi » – ainsi qu’il le nomme constamment, par dérision – Barbey d’Aurevilly faisait lui aussi partie des cibles. Des quatre articles de Barbey sur Flaubert83, tous sont effectivement très négatifs, mais il est à noter que ce n’est pourtant pas l’immoralité des romans de Flaubert qui gêne le catholique Barbey, mais leur « insensibilité ».

  • 84 Juliette Adam (1836-1936), écrivain et journaliste. Sous le Deuxième Empire, son salon rassemble l’ (...)
  • 85 C., t. V, lettre à Juliette Adam, 19 mai 1879, p. 642. Celle-ci avait écrit à Flaubert, le même jou (...)
  • 86 Ibid., lettre à Edmond de Goncourt, 2 janvier 1880, p. 778 : Bouvard et Pécuchet « est, en quelque (...)

34Les seuls moments où l’« ours de Croisset » cède un tant soit peu de terrain à la presse ont lieu lorsque c’est une femme qui intervient : Louise Colet en 1854, comme on l’a vu, et Juliette Adam84 en 1879. Comble de l’ironie, c’est justement contre la Revue des Deux Mondes que Flaubert est près de déroger à son non-engagement journalistique. Il accepte en effet que son amie inscrive son nom parmi les collaborateurs sur la couverture de la revue qu’elle souhaite fonder, L’Esprit libre, pour concurrencer le succès de la Revue : « […] puisse votre Revue anéantir la feuille Buloz85 ! », s’exclame-t-il. À vrai dire, Flaubert pouvait difficilement refuser l’invite de son amie. Mais, diplomate, il ne s’engage pas véritablement à écrire pour ce périodique, et précise avec précaution, laissant planer le doute : « Quant à ma collaboration, je n’ose vous la promettre. Mais je suis libre de tout engagement – et qui sait ? » Finalement, le titre de la revue de Juliette Adam sera La Nouvelle Revue et elle commencera à paraître en octobre 1879. Flaubert promit alors à son amie de lui donner Bouvard et Pécuchet86 (donc pas d’article, mais l’œuvre, toujours) à publier en feuilleton, ce qui fut fait de manière posthume à partir de décembre 1880.

  • 87 Ibid., lettre à sa nièce Caroline, 18 avril 1880, p. 884 : « La Revue des Deux Mondes, dernièrement (...)

35La dernière mention de la Revue des Deux Mondes dans la correspondance de Flaubert concerne l’article de Charles Richet « Les Démoniaques d’aujourd’hui », paru le 15 janvier 188087. Flaubert ne l’a pas lu, mais un ami lui en a parlé. Il semble se réjouir de savoir que, pour une fois, la Revue parle de lui de manière positive. Or, il cite fautivement l’article et se trompe d’œuvre puisqu’il pense que l’article parle de Salammbô et non de Madame Bovary. Le malentendu entre Flaubert et la Revue reste donc complet.

  • 88 Ibid., lettre à Marie Régnier, 16 avril 1879, p. 611.
  • 89 Ibid., lettre à Georges Charpentier, 3 février 1880, p. 820.
  • 90 Ibid., lettre à Guy de Maupassant, 13 février 1880, p. 825.
  • 91 Par exemple dans son carnet de travail pour La Tentation, Flaubert fait référence à un article du t (...)

36Tous les articles parus dans la Revue des Deux Mondes ont été lus ou tout au moins connus par Flaubert, bien qu’il se défende de lire les périodiques. Les critiques des différents articles ont généralement suscité son ire, car elles visaient, selon lui, à côté de la cible, l’attaquant pour de mauvais objets. Il eût voulu des critiques qui ne s’attachent pas à l’anecdote mais au sens profond, des articles qui ne procèdent pas à l’atomisation du monde mais à une mise en perspective générale, non des signatures interchangeables mais du style à chaque ligne, non des écrits éphémères mais des œuvres pérennes. Le rapport de Flaubert à la Revue des Deux Mondes révèle ainsi deux conceptions de l’écriture et de la société diamétralement opposées. La Revue et Flaubert auront traversé le siècle sans jamais se rencontrer, dressant ainsi le tableau d’une incompréhension réciproque, tous deux se revoyant le reproche d’immoralité. À la fin de sa vie, Flaubert se fait fort de ne s’être « jamais incliné88 » devant la « chouette phalange89 » des « Tyrans du XIXe siècle90 » pour la littérature, à savoir les directeurs de revue. Mais si Flaubert épistolier s’en prend aux journaux, on peut nuancer le propos en notant qu’en tant qu’écrivain, il a su rendre justice à l’érudition des articles de fond contenus, en particulier, dans la Revue des Deux Mondes, où il a puisé de la documentation, notamment en matière d’histoire religieuse91. Il y a donc, derrière le hiatus irréfragable entre Flaubert et la presse, comme une présence invisible de la Revue dans l’œuvre romanesque flaubertienne, inscrite dans sa genèse, et qu’il faudrait étudier.

Haut de page

Notes

1 Correspondance (désormais abrégé en C.), t. V, lettre à Guy de Maupassant, 22 février 1880, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », p. 844.

2 C., t. V, lettre à Guy de Maupassant, 10 août 1876, p. 98.

3 François Buloz (Vulbens, 1803-Paris, 1877), chimiste de formation, il entra dans le monde de l’édition par la petite porte et en gravit tous les échelons jusqu’à fonder la Revue des Deux Mondes et la diriger pendant quarante ans. Sa mort fit « plaisir » à Flaubert (C., t. V, lettre à Ernest Commanville, 16 janvier 1877, p. 170).

4 À ses débuts, la Revue des Deux Mondes avait aussi pour sous-titre Journal des voyages, du nom d’une autre revue qu’elle avait absorbée.

5 C., t. I, lettre à Maxime Du Camp, fin mai 1848, p. 498.

6 La première édition des chapitres de Flaubert de Par les champs et par les grèves date de 1881, chez Charpentier.

7 La Revue de Paris renaît le 1er octobre 1851 après six ans de non-parution. Elle est dirigée conjointement par Maxime Du Camp, Théophile Gautier, Arsène Houssaye et Louis de Cormenin. C’est dans ce périodique que paraîtra en feuilleton, du 1er octobre au 15 décembre 1856, Madame Bovary.

8 La Revue de Paris fut supprimée par décret en janvier 1858 lors de la répression ayant suivi l’attentat de Felice Orsini contre Napoléon III.

9 Revue des Deux Mondes, 1er avril 1859, p. 692-734. Dans cette nouvelle, le jeune Fabio fait son propre malheur en lisant, grâce à un don de voyance, dans le cœur de sa bien-aimée. Suivra « L’Homme au bracelet d’or » le 15 mars 1860 (p. 287-343) – à propos de cette nouvelle, voir : C., t. III, lettre de Flaubert à Louis Bouilhet, 28 mars 1860, p. 83.

10 Hachette, 1881.

11 C., t. II, lettre à Jules Duplan, 7 août 1852, p. 142. Voir aussi la lettre à Louise Colet du 3 janvier 1852, ibid., p. 26.

12 Ibid., lettre à Jules Duplan, 7 septembre 1852, p. 154.

13 La Presse, Journal quotidien politique, littéraire, agricole, industriel et commercial fut fondé en 1836 par Émile de Girardin. De nombreuses œuvres de Balzac y parurent en roman-feuilleton.

14 Ces poèmes seront ensuite réunis dans le recueil Festons et astragales (La Librairie nouvelle, 1859).

15 C., t. II, lettre à Louis Bouilhet 8 décembre 1853, p. 474.

16 Jacques Babinet (1794-1872), professeur de mathématiques et de physique à partir de 1816, astronome à l’Observatoire de Paris à partir de 1854, popularisait dans la Revue des Deux Mondes, le Journal des débats et le Magasin pittoresque, les actualités scientifiques et techniques de l’époque.

17 Le poème « Les Fossiles » sera lui aussi ensuite inclus dans le recueil Festons et astragales.

18 C., t. II, lettre à Louise Colet, 23 janvier 1853, p. 240.

19 Ibid., lettre à Louise Colet, 29 janvier 1853, p. 244.

20 Chez Perrotin, en mai 1853. Voir C., t. II, lettre à Louise Colet, 13 avril 1853, p. 301.

21 C., t. II, lettre à Louise Colet, 6 juin 1853, p. 347. Adolphe Chéruel (1809-1891), professeur d’histoire au lycée de Rouen, compte Flaubert au nombre de ses élèves de 1835 à 1840, et lui donne le goût de l’histoire.

22 C., t. I, lettre à Louise Colet, 26 août 1846, p. 313-314.

23 Ibid., p. 314.

24 C., t. II, lettre à Louise Colet, 26 août 1853, p. 418-420. Sur cette « grande question des Bottes comparées aux littératures » (ibid., p. 418), voir Florence Emptaz, Aux pieds de Flaubert, Paris, Grasset, 2002.

25 Le terme généralement utilisé est plutôt « surbottes ». Il s’agit de protections de tissu étanches que l’on enfile par dessus les bottes.

26 Arsène Houssaye (Bruyère, 1814-Paris, 1896), littérateur et critique d’art, est l’un des co-fondateurs de la Revue de Paris et le directeur de la revue L’Artiste.

27 C., t. II, lettre à Louise Colet, 26 août 1853, p. 420.

28 Sur Xavier Marmier, voir l’ouvrage de la petite fille de François Buloz, Marie-Louise Pailleron, François Buloz et ses amis. La vie littéraire sous Louis-Philippe : correspondances inédites de François Buloz, Alfred de Vigny, Brizeux, Sainte-Beuve, Mérimée, George Sand, Alfred de Musset, etc., Paris, Calmann-Lévy, 1919, p. 144-162.

29 De 1832 à 1866, Jean-Jacques Ampère publia dans la Revue de nombreux articles à propos, successivement, des littératures scandinave, française médiévale, orientale, de l’Égypte et de la Nubie, de l’Amérique et, enfin, de l’histoire romaine. Xavier Marmier y fit, quant à lui, paraître, de 1834 à 1843, des articles consacrés essentiellement aux littératures scandinave et allemande.

30 L’Éducation sentimentale, II 4.

31 Le Flambard porte bien son nom, signifiant, selon Littré, aussi bien « feu de Saint-Elme » (champ électrique se formant parfois au sommet des mâts de bateau), que pirate, que charbon à demi consumé produisant encore flamme et fumée, que graisse recueillie à la surface de l’eau dans laquelle on a fait cuire du porc et, enfin, que gai luron.

32 C., t. IV, lettre à Charles-Edmond Chojecki, 26 août 1873, p. 704.

33 Sur ce sujet, voir l’article d’Anne Herschberg Pierrot, « Flaubert journaliste : présentation » suivi de [Gustave Flaubert] Arthur, « Causerie sur la Librairie nouvelle », Littérature, n° 88, décembre 1992, (p. 115-121 et 122-126), mis en ligne le 9 septembre 2008, http://www.item.ens.fr/index.php?id=377232.

34 Le titres complet de la revue est : Les Modes Parisiennes illustrées. Journal de la bonne compagnie. Fashions, toilettes, ameublements, théâtres, livres nouveaux, romans, poésies, causeries.

35 Voir C., t. II, lettre à Louise Colet, 29 janvier 1854, p. 516-521.

36 C., t. II, lettre à Louise Colet, 23 janvier 1854, p. 515.

37 [Note de la Pléiade] Louise Colet avait envisagé de créer une revue intitulée La Revue française, dont Eugène Crépet aurait été le bailleur de fonds et le collaborateur. Elle prévoyait comme « secrétaires littéraires », Champfleury, Bouilhet, Flaubert, Leconte de Lisle, elle-même et Lacaussade.

38 Régionalisme pour « échiner », éreinter.

39 C., t. II, lettre à Louise Colet, 31 mars 1853, p. 290-291.

40 Marie-Éve Thérenty, La Littérature au quotidien, Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Le Seuil, coll. « Poétique », p. 13.

41 Ibid.

42 C., t. V, lettre à Guy de Maupassant, 10 août 1876, p. 98.

43 Article paru dans le Journal du Loiret daté du 6 mai 1857, http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/madame_bovary/mb_corm.php?imp=1. À la différence des articles de la Revue des Deux Mondes, Louis de Cormenin voit dans le roman un but moral de la part de Flaubert et considère Flaubert comme le successeur de Balzac.

44 C., t. II, lettre à Jules Duplan, 10 [ ? ] mai 1857, p. 713.

45 Charles de Mazade, « Chronique de la quinzaine », Revue des Deux Mondes, 1er mai 1857, p. 211-223.

46 Deschamps, « Livres français », Librairie et beaux-arts, supplément de la Revue des Deux Mondes, 15 mai 1857.

47 Gustave Planche (1808-1857), critique littéraire et d’art, fut l’un des principaux collaborateurs de la Revue des Deux Mondes à partir de 1831 et jusqu’à sa mort. Il est surtout connu comme contempteur des Romantiques.

48 Armand de Pontmartin, « Le roman bourgeois et le roman démocrate. Mm. Edmond About et Gustave Flaubert », Le Correspondant, 25 juin 1857, p. 289-306, http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/madame_bovary/mb_pon.php?imp=1.

49 Paulin Limayrac, « Littérature. Des causes et des effets dans notre situation littéraire », Le Constitutionnel, 10 mai 1857, http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/madame_bovary/mb_lim.php.

50 C., t. II, lettre à Jules Duplan, vers le 16 mai 1857, p. 714.

51 Voir Marie-Louise Pailleron, La Vie littéraire sous Louis-Philippe, op. cit., p. 352-353, citant une lettre d’Henri Murger à François Buloz qui révèle indirectement l’opinion ce dernier.

52 C., t. II, lettre à Ernest Feydeau, 15 ou 18 juin 1857, p. 734.

53 Mazade, art. cit., § 2 ; Deschamps, art. cit., § 2.

54 C., t. IV, lettre à George Sand, 2 février 1869, p. 15.

55 C., t. II, lettre à Ernest Feydeau, fin juin ou début juillet 1857, p. 740.

56 Voir C., t. II, p. 86, 107, 149, 197, 201, 246, 364, 429, 649.

57 Voir les notes à l’article de Deschamps.

58 C., t. II, lettre à Mademoiselle Leroyer de Chantepie, 3 juillet 1857, p. 743.

59 C., t. III, lettre à Michel Lévy, 2 mars 1863, p. 309.

60 http://flaubert.revues.org/1997.

61 C., t. III, lettre à la Princesse Mathilde, 10 février 1867, p. 665 : « Ce brave recueil, d’ailleurs, m’a toujours été hostile, infortune que je partage philosophiquement avec de plus grands que moi. »

62 C., t. III, lettre à la Princesse Mathilde, 10 février 1867, p. 606. Voir aussi la lettre de François Buloz à Sainte-Beuve, 22 janvier 1867, dans Sainte-Beuve, Correspondance générale, t. XVI, Alain Bonnerot (éd.), Paris, Didier, 1970, p. 64-65 : « Je me suis laissé battre chez vous, mais être battu par une grande dame qu’on voit pour la première fois c’est dans l’ordre […] ».

63 Voir le site Flaubert de l’université de Rouen, qui a mis en ligne les articles de la réception contemporaine de L’Éducation sentimentale : http://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/education/. En réalité, cette semaine-là, Flaubert avait déjà subi non pas trois mais quatre « éreintements » (le 14, Philarète Chasles dans Le Siècle, Duranty dans Paris-Journal et Cuvilier-Fleury dans le Journal des débats le critiquaient négativement, et le 15 paraissait l’article de la Revue des Deux Mondes).

64 C., t. IV, lettre à George Sand, 17 décembre 1869, p. 141, http://flaubert.revues.org/2003.

65 Ibid., lettre de George Sand à Flaubert, 17 décembre 1869, p. 142.

66 Le premier texte publié par George Sand dans la Revue des Deux Mondes du 15 mai 1833 (p. 460-472) est un extrait de Lélia. Elle y publia jusqu’en 1841, puis de 1858 à sa mort. Sur les liens entre George Sand et la Revue, voir : Marie-Ève Thérenty, « “Ne nous séparons pas, nous devons finir ensemble”. George Sand, François Buloz et la Revue des Deux Mondes », Revue des Deux Mondes « George Sand et le roman monstre », septembre 2004, p. 79-90.

67 C., t. IV, lettre de George Sand à Gustave Flaubert, 29 novembre 1872, p. 616.

68 Ibid., lettre de George Sand à Gustave Flaubert, 13 mars 1872, p. 495 : « À la Revue des Deux Mondes, ils ne veulent pas que je fasse de la critique. Quiconque n’est pas ou n’a pas été de leur cénacle n’a pas de talent et on ne m’accorde pas le droit de dire le contraire. »

69 [Note de la Pléiade] Le Figaro, 5 avril (anonyme) ; Revue des Deux Mondes, 1er mai (Saint-René Taillandier) « une sotie au dix-neuvième siècle » ; Gazette de France , 28 avril (Victor Fournel) ; Le Constitutionnel, 20 avril (Barbey d’Aurevilly).

70 C., t. IV, lettre à George Sand, 1er mai 1874, p. 794. Voir aussi ibid., lettre à George Sand, 8 avril 1874, p. 788 : « Je suis exécré par les sieurs Villemessant [directeur du Figaro] et Bulloz [sic] qui feront tout leur possible pour m’être désagréables. »

71 Ibid., lettre à Ivan Tourgueniev, 22 septembre 1874, p. 864 : « Puisque vous êtes un lecteur de la feuille bulozienne, avez-vous savouré l’Histoire d’un diamant par P. de Musset ? Quelle œuvre ! Je vous défie d’en faire une pareille. » Paul de Musset (1804-1880) est le frère aîné d’Alfred. Sa nouvelle Histoire d’un diamant. Récit de mœurs contemporaines paraît dans la Revue du 1er septembre 1874 (p. 31-54). Elle narre avec finesse l’histoire du comte de Louvignac, mystérieux hypocondriaque. Flaubert vante cette nouvelle également dans une lettre à George Sand (26 septembre 1874, p. 868), ce qui n’est pas sans surprendre puisque l’on sait que Paul de Musset professait une véritable haine à l’égard de l’ancienne amante de son frère (il publia en 1859, deux ans après la mort d’Alfred, une parodie du Elle et lui de Sand, intitulée Lui et elle).

72 C., t. V, lettre à Ivan Tourgueniev, 14 décembre 1876, p. 143.

73 Ernest Renan « Souvenirs d’enfance II. Prière sur l’Acropole. Le bonhomme Système et la petite Noémi. », Revue des Deux Mondes, 1er décembre 1876, p. 481-507, p. 507.

74 C., t. V, lettre à sa nièce Caroline, 15 décembre 1876, p. 145.

75 Tourgueniev, qui publia dans la Revue de 1856 à 1872, n’aimait visiblement guère son collègue Montégut puisqu’il répond à Flaubert par le même mot : « Je n’ai pas lu M. Montégut, car il me dégoûte. » (C., t. V, lettre d’Ivan Tourgueniev à Gustave Flaubert, 19 décembre 1876, p. 147).

76 Voir note 74.

77 Par exemple, lettre à sa nièce Caroline, 7 août 1876 : « […] je continue à hurler comme un gorille dans le silence du cabinet » ; lettre à Madame Braine, 8 juillet 1876 : « […] gueulant dans le silence du cabinet, comme un énergumène ».

78 La Bruyère, Les Caractères, « De la chaire », 27 [VII], Paris, Le Livre de poche, 1995, p. 569. La pensée de La Bruyère dans cet aphorisme oppose l’orateur à qui le public est tout acquis, au lecteur qui lit un livre essentiellement pour en épingler les travers. On ne peut donc pas exactement assimiler cette pensée de La Bruyère à celle de Flaubert, le « silence du cabinet » ne consistant pas pour lui, contrairement à La Bruyère, en une critique uniquement négative, mais en une critique dépassionnée, tendant à l’objectivité et l’universalité.

79 C., t. V, lettre à Georges Charpentier, 20 mai 1877, p. 235. Le Figaro publia un article de Jules Habans sur Madame Bovary le 28 juin 1857, des comptes-rendus sur Salammbô le 28 décembre 1862 et le 8 janvier 1863, un article d’Amédée de Cesena sur L’Éducation sentimentale le 20 novembre 1869, un article sur Le Candidat le 14 mars 1874, une lettre anonyme sur La Tentation de saint Antoine le 5 avril 1874 et un article de Philippe Gille sur Trois contes le 9 mai 1877. Pour plus de détails, voir la note 3 p. 235.

80 Hippolyte de Villemessant (Rouen, 1810-Monte-Carlo, 1879), journaliste et fondateur du Figaro, qu’il dirige de 1854 à 1875. L’« une des plus sales canailles de l’époque » selon Flaubert (C., t. V, lettre à sa nièce Caroline, 16 avril 1879, p. 607), et dont les funérailles l’ont beaucoup fait rêver.

81 C., t. IV, lettre à George Sand, 8 avril 1874, p. 788.

82 Ibid.

83 Sur Madame Bovary dans Le Pays du 6 octobre 1857 ; dans Le Constitutionnel, sur L’Éducation sentimentale le 29 novembre 1869, sur La Tentation de saint Antoine le 20 avril 1874 et sur Bouvard et Pécuchet le 10 mai 1881. Sur la curieuse relation entre les ennemis Barbey d’Aurevilly et Flaubert, qui « s’“abominent” mais se lisent assidûment » voir la notice de Didier Philippot, Flaubert, Paris, PUPS, « Mémoire de la critique », p. 770-775.

84 Juliette Adam (1836-1936), écrivain et journaliste. Sous le Deuxième Empire, son salon rassemble l’opposition républicaine autour de Gambetta.

85 C., t. V, lettre à Juliette Adam, 19 mai 1879, p. 642. Celle-ci avait écrit à Flaubert, le même jour (les lettres de Paris arrivaient le jour même à Croisset) : « Je fonde L’Esprit libre, revue que je destine audacieusement à entrer en rivalité avec la Revue des Deux Mondes. Voyez que je ne doute de rien ! J’ai aussi l’ambition de vous avoir pour collaborateur et vous pris d’ajouter votre nom à celui de mes plus grands amis. / Nous avons fêté votre nomination, About, Bonnat et moi au milieu de mes hôtes mercredi dernier. » (voir notes de la Pléiade).

86 Ibid., lettre à Edmond de Goncourt, 2 janvier 1880, p. 778 : Bouvard et Pécuchet « est, en quelque sorte (et jusqu’à nouvel ordre), promis à Mme Adam. Cependant il n’y a rien de conclu. Telle est la vérité. »

87 Ibid., lettre à sa nièce Caroline, 18 avril 1880, p. 884 : « La Revue des Deux Mondes, dernièrement (à ce que m’a dit Cordier), dans un article sur l’Hystérie, m’a vanté comme médecin et a cité en preuve Salammbô. » Alphonse Cordier (1820-1897) est un ami d’enfance de Flaubert, conseiller municipal de Rouen, sénateur.

88 Ibid., lettre à Marie Régnier, 16 avril 1879, p. 611.

89 Ibid., lettre à Georges Charpentier, 3 février 1880, p. 820.

90 Ibid., lettre à Guy de Maupassant, 13 février 1880, p. 825.

91 Par exemple dans son carnet de travail pour La Tentation, Flaubert fait référence à un article du théologien protestant Albert Réville, grand spécialiste des origines du christianisme, « Tertullien et le montanisme », Revue des Deux Mondes, 1er septembre 1864 (Flaubert, Carnets de travail, Pierre-Marc de Biasi (éd.), Balland, Paris, 1988, p. 613), ou à l’un de ceux de Charles Giraud consacrés à Sixte Quint, Revue des Deux Mondes, 15 octobre 1872 (ibid., p. 485).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Petibon, « Flaubert critique de ses critiques : la Revue des Deux Mondes dans la Correspondance », Flaubert [En ligne], 9 | 2013, mis en ligne le 23 juin 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2075

Haut de page

Auteur

Nathalie Petibon

ITEM/ENS-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page