Navigation – Plan du site

Lectures de la correspondance Flaubert-Sand : des vérités de raison et de sentiment, Thierry Poyet (dir.)

Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2013
Mary Orr
Référence(s) :

Thierry Poyet (dir.), Lectures de la correspondance Flaubert-Sand : des vérités de raison et de sentiment, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 308 p., 2013

Texte intégral

1Tout renouvellement critique d’une grande œuvre littéraire dépend de plusieurs facteurs de base : éditions et études critiques établies par des spécialistes ; biographies et témoignages de la vie artistique de l’écrivain en question ; associations et revues dédiées à la promotion de son art. La correspondance d’un grand écrivain y joue un rôle sans égal, en regard du projet littéraire, car ce supplément par écrit commente et met en scène la vie de l’écriture. 

  • 1 Correspondance Gustave Flaubert-George Sand, texte édité, préfacé et annoté par Alphonse Jacobs, Pa (...)

2Par conséquent, les grands projets éditoriaux sur la correspondance de Flaubert et celle de Sand, commencés en 1973 par Jean Bruneau et Georges Lubin, constituent une étape critique primordiale pour la recherche approfondie de l’art de ces deux écrivains et de leurs cercles artistiques. Pour des raisons de chronologie dans ces ouvrages aussi volumineux, des études comparatives ont tardé à sortir jusqu’à la publication en 1981 de la correspondance croisée de Flaubert et de Sand éditée par Alphonse Jacobs1. Quoique des articles importants (de Jacobs, de Lubin) au sujet de cet échange littéraire célèbre l’aient précédée, la parution de cette édition « à double pupitre » a eu l’effet de stimuler une pléthore de réponses critiques à « ces deux troubadours ». Depuis les années 1980, les critiques de Flaubert et de Sand soulignent l’amitié, l’admiration et la valorisation de l’art de ces deux « maîtres » de la littérature française du dix-neuvième siècle, mais afin de mieux faire ressortir leurs différences politiques, méthodologiques et stylistiques. Sans ces deux vues si opposées de l’art (et surtout de son but), la critique n’aurait pas ce tremplin qui facilite l’analyse si fructueuse de cette correspondance. La différence sans compromis entre ces deux amis littéraires constitue maintenant une idée reçue parmi les plus enracinées des réponses critiques à la correspondance Flaubert-Sand après 1981.

3Cependant, de nos jours, on se rend compte d’un manque critique supplémentaire : une remise en question de l’importance de la correspondance Flaubert-Sand, non pas en tant que telle, mais vis-à-vis de son esprit et de sa portée critique. Thierry Poyet comble cette lacune au moyen de ce recueil de quinze études informées, recueil qui revoit la correspondance Flaubert-Sand sous le regard de notre modernité, pour ainsi nous offrir une évaluation synthétique et analytique qui enrichit le dialogue Flaubert-Sand, parce que représentatif du dialogue critique littéraire avec des chefs-d’œuvre de leur époque plus largement. Tout d’abord T. Poyet y voit une pluralité de « vérités de raison et de sentiment », voies qui sont développées par les communications dans ce recueil sous trois rubriques familières à notre contexte critique – « littérature et idéologie », « littérature et théorie », « littérature et rencontres ». La disponibilité que T. Poyet identifie chez Flaubert et Sand entre 1866-1876 définit l’approche qui soutient son recueil. Il faut s’ouvrir à l’autre qui n’est pas un soi-même sous d’autres formes, pour se reconnaître, et s’entendre. Des spécialistes de Flaubert (comme Yvan Leclerc et Éric le Calvez) et de Sand (entre autres Isabelle Hoog Naginski et Françoise Ghillebaert) entrent en dialogue sur les distinctions, divergences et différences que définissent les idées échangées de Flaubert et de Sand. Le fil conducteur de ce volume est, comme T. Poyet l’indique dans son introduction, « la littérature en débat » (p. 42).

4La première section ne laisse aucune ambiguïté sur ce débat comme impasse. Ici Michel Brix analyse une littérature de misanthropie chez Flaubert par rapport à la littérature chez Sand, imbue d’humanité. Bernard Hamon revoit leurs réponses dissemblables, surtout après 1870 et la Commune, comme une antinomie politique entre le pessimisme (Flaubert) et l’optimisme (Sand). Le manque de liberté ou d’égalité, qui les pousse tous deux à réagir, ressort, selon Gérard Chalaye, de leurs points de vue si différents sur le rôle que jouent la religion et la démocratie dans la France postrévolutionnaire. Sand croit au progrès ; Flaubert n’en comprend que le déclin, quoiqu’ils partagent une position aussi anticléricale qu’anticatholique. Dans le seul article qui essaie de promulguer les similarités profondes que cachent les oppositions plus superficielles, Carole Caset attire notre attention sur la « mission » inchangée de Flaubert et de Sand : éduquer au moyen de la littérature.

5La façon dont cette mission se présente rouvre les débats de la deuxième section du recueil. Il s’agit des « asymétries » de deux positions épistolaires (Yvan Leclerc) ; des « vues divergentes sur absolument tout », quoique ce soient deux grands « piocheurs sublimes » (Isabelle Hoog Naginski). Leur style à l’envers (Monia Kallel) se confronte pourtant dans leur correspondance sous l’aspect d’un « théâtre de la célébration réciproque » (Marianne Charrier-Vozel). Cette section se termine avec deux études en forme de vases communicants : Françoise Ghillebaert relit les réactions de Flaubert au roman Consuelo de Sand pour y trouver des significations supplémentaires, de la même manière qu’Eric le Calvez recherche la présence de Sand réécrite, en distorsion, dans la genèse de L’Éducation sentimentale de Flaubert.

  • 2 Catherine Masson, George Sand – Gustave Flaubert, Échanges épistolaires, Paris, Le Jardin d’essai, (...)

6La quête plus large de l’altérité que partagent ces deux amis épistolaires met en marche une reconsidération de leurs intérêts communs, analysés dans le dernier volet du recueil. En considérant cette correspondance comme un débat nécessaire qui ne fait que singulariser les correspondants, T. Poyet revient sur la dynamique des rapports par écrit qui excluent toute fonction d’« accoucheur ». Il faut y ajouter : et de « muse ». Françoise Genevray poursuit cette réflexion sur une dépendance mutuelle très exclusive en la comparant à la correspondance contemporaine entre Tourgueniev et Flaubert qui reste, elle aussi, presque complètement distincte. Pour Leisha Ashdown-Lecointre, des intérêts et plaisirs partagés par chacun – la pantomime ; le théâtre de marionnettes – ne renouent que plus fortement ces épistoliers amateurs de productions théâtrales. Selon Marie-Pierre Rootering, c’est en écrivant des pièces à succès, et en adaptant pour le théâtre ses propres romans, que Sand dépasse de loin Flaubert en tant qu’écrivain « polygraphe ». Le dernier mot va à Catherine Masson, metteur en scène de George Sand – Gustave Flaubert, Échanges épistolaires2. C’est en effet la théâtralité intrinsèque de la correspondance Flaubert-Sand qui lui a permis de recréer sur scène la différence d’âge et de vision de ces deux personnages, et la grandeur de Sand.

  • 3 Voir la définition du mot « critique » dans Le Dictionnaire des idées reçues, édition présentée et (...)
  • 4 Je remercie très vivement Anne Herschberg Pierrot qui m’a proposé ce compte rendu, et comme catalys (...)

7Énumérer les répétitions qui se montrent à travers plusieurs articles, ou les informations qui manquent – notes biographiques sur les contributeurs ; axes plutôt flaubertiens que sandiens – serait d’une impolitesse critique « censée tout connaître »3. Ce volume « spectacle » sur deux génies de la littérature française définit les terrains les plus importants pour tous ceux qui s’adressent à la correspondance et à l’œuvre de Sand et de Flaubert. En fin de compte, ce recueil nous représente, lecteurs avisés ou débutants de Sand ou de Flaubert, pour les lire au même niveau. En renversant deux fois ici l’ordre alphabétique habituel de leurs noms, et par conséquent l’importance supposée de l’un par rapport à l’autre dans cette correspondance « Sand-Flaubert », on marque l’ascendance méritée de Sand comme génie littéraire sur un pied d’égalité avec le « maître ». Grâce à l’initiative de T. Poyet, on éprouve une fascination plus approfondie pour l’œuvre conjointe qui est la correspondance de deux écrivains non-conformistes. Partout ce volume nous encourage à mieux lire et priser les différences critiques, pour enfin dynamiser les nôtres4.

Haut de page

Notes

1 Correspondance Gustave Flaubert-George Sand, texte édité, préfacé et annoté par Alphonse Jacobs, Paris, Flammarion, 1981.

2 Catherine Masson, George Sand – Gustave Flaubert, Échanges épistolaires, Paris, Le Jardin d’essai, 2006.

3 Voir la définition du mot « critique » dans Le Dictionnaire des idées reçues, édition présentée et annotée de Bernard Masson, Flaubert. Œuvres complètes, Paris, Seuil, 1964, deux tomes (t. 2).

4 Je remercie très vivement Anne Herschberg Pierrot qui m’a proposé ce compte rendu, et comme catalyseur de mes réflexions critiques sur des approches qui renouvellent nos lectures de Flaubert.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mary Orr, « Lectures de la correspondance Flaubert-Sand : des vérités de raison et de sentiment, Thierry Poyet (dir.) », Flaubert [En ligne], mis en ligne le 02 octobre 2013, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2087

Haut de page

Auteur

Mary Orr

Université de Southampton

Articles du même auteur

Haut de page