Navigation – Plan du site
Manuscrits/Transcriptions inédites

Flaubert aux Thermopyles

Présentation des « Notes de lecture » inédites de Flaubert sur la Description de la Grèce de Pausanias
Geneviève Mondon

Résumé

Cette étude rend compte des notes de lecture de Flaubert sur Pausanias prises en 1850. Mosaïque d’informations et de curiosités, la Description de la Grèce s’avère un document inépuisable sur l’hellénisme civil et religieux du deuxième siècle. Elle sera un véritable « guide archéologique » pour Flaubert voyageur. La découverte inattendue, à la fin de ce manuscrit autographe, du récit de la bataille des Thermopyles par Hérodote, a orienté le commentaire vers l’hypothèse d’une première phase du roman rêvé de l’auteur.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier pour sa confiance le collectionneur qui a bien voulu me permettre de photographier ces manuscrits inédits et dont, à sa demande, je respecterai l’anonymat.

  • 1 Gustave Flaubert, Correspondance, édition dans la « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, (...)

─ Plus que jamais, j’ai envie d’écrire La Bataille des Thermopyles ! ─ Encore un rêve, qui vient à la traverse des autres1 ! (1877)

  • 2 Ibid., vol. III, p. 157, lettre du 19 juin 1861.

1« L’existence n’étant tolérable que dans le délire littéraire »2, toute sa vie, Flaubert a eu en tête des projets de romans, des plans d’œuvre, des scénarios. Parmi ces désirs, celui d’écrire La Bataille des Thermopyles a-t-il trouvé son origine au cours de son voyage en Grèce en 1850 ?

2Le document autographe présenté ici, intitulé seulement Pausanias par Flaubert lui-même, provient d’une collection privée. Ce sont des notes prises à la lecture de l’ouvrage de cet historien-géographe grec du IIe siècle après Jésus-Christ : Description de la Grèce.

3La découverte d’un inédit, fussent de simples notes de lecture, apparemment impersonnelles, est susceptible d’apporter une contribution à la connaissance de l’œuvre du romancier en étudiant le rôle des sources. Pierre-Marc de Biasi a souligné l’originalité de cette méthode :

  • 3 Pierre-Marc de Biasi, Gustave Flaubert, Une manière spéciale de vivre, Grasset, 2009, p. 428.

La médiation flaubertienne entre lecture et écriture est la « note ».
Flaubert a passé sa vie à prendre des notes, à se documenter et à accumuler des dossiers d’information sur les sujets les plus divers, depuis l’époque du collège et des œuvres de jeunesse, jusqu’à ses tout derniers jours3.

4L’existence de ces pages manuscrites documentaires n’étonne pas chez cet auteur fasciné par les savoirs. Cependant ce texte réserve une réelle surprise : le récit du combat des Grecs contre les Perses au défilé des Thermopyles qui figure à la fin du fascicule avec ce titre mis par Flaubert : « Pausanias, Thermopyles, (géographie) », n’est pas de Pausanias. C’est dans l’Histoire d’Hérodote que nous le retrouvons.

5Par ce soulignement, ne désigne-t-il pas son objectif principal : La Bataille des Thermopyles, ce roman dont il a souvent parlé mais qu’il n’a jamais écrit  et qui lui tenait à cœur comme une promesse à lui-même ?

6En 1879, il se confie à sa nièce Caroline :

  • 4 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. V, lettre du 19 Juin 1879, p. 663.

Sais-tu ce qui m’obsède maintenant ? L’envie d’écrire la bataille des Thermopyles ! Ça me reprend4.

1. Notes prises à Athènes en 1850

Descriptif

7Le nom de Pausanias apparaît dans le catalogue d’une vente à l’Hôtel Drouot de 1931 pour la succession de Madame Franklin Grout, nièce de Flaubert, au numéro 122 qui est ainsi libellé :

Dans une chemise de la main de Flaubert :
Pausanias
Trad. Clavier.
Géographie. Archéologie.
13 pages format 30 x 23.

  • 5 La courbure descendante, à droite, de certaines lignes au verso de la feuille manuscrite incite à p (...)

8Le fascicule que nous présentons est différent, plus épais. Il s’agit d’un cahier5, de même format, de vingt-huit feuillets non paginés, écrits recto verso. Sur la première page, il n’y a que le nom de l’historien grec.

  • 6 « Voyez tome 1er Clavier page 15 ». C’est la page 15 du livre de Clavier. L’image de la page 2 de n (...)

9Le nom du traducteur, Clavier, est un renseignement précieux qui nous permet de déchiffrer les initiales « Cl » que l’on trouve à la deuxième page, mises dans une parenthèse : « (voy. t 1erCl page 15) »6.

  • 7 Pausanias, Description de la Grèce, en dix tomes : I Attique, II Corinthie, III Laconie, IV Messéni (...)

10Flaubert s’est servi de l’édition bilingue, traduction française de M. Clavier, publiée de 1817 à 1821 à Paris. L’œuvre de Pausanias, Description de la Grèce, comporte dix tomes7, et se nomme aussi Tour de la Grèce, (περιηγησις). L’auteur est souvent appelé le Périégète, c’est-à-dire celui qui décrit en détail mais aussi le guide.

  • 8 Dans les citations du grec, Flaubert ne met ni les accents ni les esprits sur les voyelles initiale (...)
  • 9 Pausanias, Description de la Grèce, édition bilingue, traduction de M. Clavier, Elibron Classics Ed (...)

11L’écriture, soignée, est parfaitement lisible à l’exception parfois des noms de certaines divinités locales, de personnages historiques ou légendaires peu connus, de lieux géographiques difficiles à identifier. La graphie des noms propres fut souvent élucidée en se reportant au texte original, grec ou français. C’est bien la même écriture que dans les brouillons de romans mais plus régulière, plus appliquée (comme dans les manuscrits mis au net), peu de corrections ou de ratures. Ces notes furent prises avec la volonté de « bien travailler ». Le scripteur recopie fidèlement des fragments textuels, parfois aussi des phrases en grec8. On pourrait ajouter des guillemets : le romancier les met parfois. Les interventions du lecteur actif sont d’autant plus intéressantes qu’elles sont rares. La copie de la traduction de Clavier est flagrante. On le constate à chaque phrase en suivant ligne à ligne, le texte de l’édition que Flaubert a eue entre les mains9.

12Mais il sait aussi « lire en diagonale » parfois, résumer et laisser tomber de longs passages. Comment les choisit-il ? Il évite les longs récits mythologiques ou historiques plus ou moins mythiques. Il garde, sans hiérarchie, certaines légendes mais surtout des anecdotes, des bribes de savoir, des « curiosités », sélection significative, révélatrice parfois, comme un portrait en creux de l’auteur.

13Le soulignement est fréquent, prévu pour une relecture personnelle plus facile, sans doute. La disposition des paragraphes, assez régulière dans l’ensemble, présente des agencements variés, titres en retrait, mis en évidence, colonnes de noms (les nombreux affluents du fleuve Alphée étudiés à la page 30 intitulée « Élide »). On devine la volonté de mémoriser.

14Les renvois précis au livre de Clavier (chapitre, tome et page) sont exacts : pour exemple, la référence « v C.VII. T3 p. 43 » (« voir chapitre VII tome 3 ») concernant l’Élide. Ce souci de repérage témoigne du désir d’une utilisation future.

15Flaubert inscrit le nom de Pausanias sur la première page et sur l’avant-dernière (pas d’indications d’éditeur ou de traducteur sur ce dossier).

16Page 1, on trouve son propre plan, Athènes, Attique, Corinthie, Béotie, Phocide, Élide, Achaïe, Arcadie. Liste qui correspond à peu près à celle des tomes de Pausanias (voir note 7). Voici le détail des pages que l’on a numérotées de 1 à 57 :

L’Attique, Athènes, pages 1 à 10, les Iles, page 11, Mégare, pages 12 et 13.
Le recueil de notes accorde une grande place à l’Attique.
La Corinthie, pages 13 à 20 avec Corinthe, Sicyone, Mycènes, Argos, Épidaure, Aegine.
La Béotie, pages 21 à 25 avec Platées, Thèbes, Orchomène.
La Phocide, pages 26 à 29 avec Delphes et les villes des environs.
L’Élide, pages 30 à 38 avec Olympie et l’Altis, le bois sacré ainsi que le fleuve Alphée et ses affluents, les villes de Némée, Élée.
L’Achaïe, pages 39 à 41 avec Patras, Aegium, Aegira, Pellène.
L’Arcadie, pages 43 à 50 avec Mantinée, le Styx, Mégalopolis, Philagalie, Tégée.
La Laconie, pages 51 à 54 avec Sparte, les côtes, Boees.
La Messénie, page 55.
La page 56 est intitulée : Pausanias, Thermopyles (géographie). C’est le texte d’Hérodote, ce qui n’est précisé nulle part.
La page 57 manuscrite (apparemment sur le même carnet, en continuité narrative avec la page 56) montre une marge d’une densité inhabituelle : en conséquence, sa transcription occupe les numéros 57a et 57b. On voit la même écriture mais plus fine et plus serrée dans les deux feuillets, surtout dans la marge écrite verticalement.

  • 10 Hérodote (490-430 avant Jésus-Christ), historien de la croissance de l’empire perse et des guerres (...)

17Le geste de Flaubert d’ajouter le récit d’Hérodote10 est évidemment significatif : il nous incite à suivre particulièrement les traces de cette bataille, comme devait le faire l’écrivain pour qui le mot Thermopyles renfermait déjà tout un roman.

  • 11 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. I, lettre à Maxime Du Camp, 25 mars 1846, p. 259.
  • 12 Jean Seznec, Les lectures antiques de Flaubert entre 1840 et 1850, Mélanges, Revue d’histoire de la (...)

18La datation de ces copies ne peut être que probable, sans doute précoce pour Pausanias, plus problématique pour l’ajout du passage d’Hérodote. Flaubert a étudié le grec dans sa jeunesse : « voilà six ans que je veux apprendre le grec », disait-il en 184611. Jean Seznec indique qu’il a lu Pausanias. Parti « à la conquête de l’Antiquité », « il se constitue, dit-il, des dossiers sur l’histoire, la géographie, la topographie, l’archéologie de la Grèce12. » On constate qu’il recopie des phrases en grec, parfois avec un scrupule de néophyte. L’hypothèse la plus plausible concernant la datation de ces notes est l’année du voyage en Égypte et en Grèce, 1850-1851.

Arrivée studieuse à Athènes

19Vers la fin de leur voyage en Orient, en décembre 1850, Gustave Flaubert et Maxime Du Camp vont arriver à Athènes, mais le navire est bloqué par une « quarantaine » de cinq jours au lazaret du Pirée. Maxime lit des auteurs grecs, parmi lesquels Pausanias :

  • 13 Maxime Du Camp, Souvenirs Littéraires, Balland, 1984, p. 158-159.

Nous avions mis le temps de notre réclusion à profit ; je m’étais fait expédier de France Thucydide, Diodore, Athénée, Plutarque, Pausanias ; ces livres nous attendaient ; ils furent les bienvenus, et, grâce à ce secours, les heures de quarantaine ne nous parurent pas trop longues13.

20Maxime signale l’enthousiasme de son ami qui, dit-il, n’oublie pas de prendre des notes.

21Gustave insiste sur son travail dans une lettre à sa mère :

  • 14 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. I, p. 733-734.

Nous lisons, nous prenons des notes. Quant à moi, je suis dans un état olympien, j’aspire l’antique à plein cerveau. La vue du Parthénon est une des choses qui m’ont le plus profondément pénétré de ma vie14.

  • 15 Gustave Flaubert, Voyage en Égypte, édition intégrale du manuscrit original établie et présentée pa (...)

22Dans une lettre à Bouilhet, alors qu’ils n’ont pas encore débarqué, il précise qu’il lit « de l’Hérodote ». Il lisait déjà Homère sur le Nil15.

  • 16 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. I, lettre du 19 décembre 1850, p. 724-725.

23Il a été « joyeux tout de bon, hier en apercevant l’Acropole qui brillait en blanc au soleil »16.

Á l’avant, avec mon lorgnon sur le nez, à côté de la cage aux poulets, debout et regardant devant moi, je me laissais aller à de grandes pensées. ─ Sans blague aucune, j’ai été ému, plus qu’à Jérusalem, je ne crains pas de le dire.

24Athènes était plus de sa « famille » que la Palestine ou l’Egypte, reconnaît-il, et il ajoute dans la même lettre : « Nous allons la semaine prochaine commencer nos courses, aux Thermopyles, Sparte, Argos, Mycènes, Corinthe, etc. »

25Dans ce projet de grand tour, les Thermopyles sont les premiers nommés, premier objectif ! Ils y seront le 9 janvier 1851. Il en fait un récit vivant à sa mère :

  • 17 Ibid., vol. I, p. 738.

Nous avons fait une tournée de dix jours aux Thermopyles et à Delphes, couchant dans des gîtes affreux et ne mangeant guère que du pain sec, grâce à la canaillerie de notre drogman17.

26Il a pu repérer des itinéraires lors de cette expédition: il est très souvent question de routes dans la Description de la Grèce.

27Autant d’observations qui nous permettent de penser que ce recueil de notes a été écrit en décembre 1850, au Lazaret du Pirée. D’ailleurs, on ne trouve aucune allusion aux œuvres postérieures dans ce dossier.

2. « Voyage » avec Pausanias

Le tour de la Grèce

28Flaubert visite des lieux que sa passion de l’Antiquité lui a rendus familiers. C’est peut-être au cours de ce périple à travers des territoires chargés d’Histoire qu’il a formé pour la première fois le projet d’écrire la bataille des Thermopyles. Pour lui, un roman s’écrit nécessairement sur l’espace vu et parcouru.

29Le « Périégète » décrit la Grèce des tombeaux, des temples, des statues commémoratives. Il apporte un témoignage direct sur les ruines antiques. Il note aussi des choses plus simples, un arbre, une fontaine, un rocher qui deviennent des repères dans la campagne : ainsi trois pierres brutes sur la route de Thèbes (page 22). Le paysage n’est pas que minéral. On devine la présence d’une nature rafraîchissante avec ses puits, ses sources et l’évocation des ombrages, sur les rives de l’Alphée :

  • 18 Dans les transcriptions diplomatiques, dans la mesure du possible, nous respectons la disposition d (...)

Il y a le long de ses bords des promenades plantées de myrtes et d’autres arbres cultivés (page 47)18.

30Ou près de Sparte par exemple :

Le Plataniste, endroit entouré de platanes très hauts, destiné aux combats d’adolescents (page 52).

31Sur son parcours, le géographe regarde souvent les arbres : « le chemin passe à travers ces chênes » (page 44). Les routes et les carrefours s’imposent à la lecture. Sont-ce les itinéraires suivis par les Spartiates pour aller vers le nord rejoindre les Thermopyles ? Les distances, en stades ou en journées de marche, permettent d’imaginer un trajet futur. Le voyageur (ancien et nouveau) repère les chemins praticables « non seulement pour les gens de pied mais encore pour les mulets et les chevaux » (page 28). Il peut prévoir une halte près de cette « fontaine très agréable à voir et dont l’eau est excellente à boire » (page 41). Il est attentif aux frontières des territoires, souci nécessaire pour circuler.

32Flaubert a été un des premiers à utiliser ce document géographique et topographique comme le font les archéologues d’aujourd’hui. Ils y trouvent aussi de nombreux renseignements sur les objets d’art et les monuments civils ou religieux.

  • 19 Le tombeau de Laïus (ou Laïos) devait se trouver près du carrefour des Trois Routes où Œdipe, selon (...)

33En lisant le récit de son périple en Grèce dans le Voyage en Orient (présenté par Claudine Gothot-Mersch), on est presque sûr qu’il a Pausanias en main, en notes ou en texte, comme un guide touristique. Il cherche (parfois désespérément) les monuments dont parle l’historien. Il est déçu de ne pas trouver le tombeau du père d’Œdipe19. Sur les pentes du Parnasse, avec ses compagnons de voyage, il suivait une route sinueuse :

  • 20 Gustave Flaubert, Voyage en Orient, édition présentée et établie par Claudine Gothot-Mersch, annota (...)

Nous tournons brusquement à gauche. Y a-t-il un autre chemin vers la route ? Est-ce la place du chemin fourchu d’Œdipe ? ─ Tombeau de Laïus, où es-tu 20?

34On lit dans Pausanias à la page 26 intitulée « Phocide » :

De Daulis sur le chemin de Delphes. chemin fourchu endroit où Œdipe tua son père. On voit encore tout à fait au milieu du carrefour que forment les trois chemins le tombeau de Laïus et celui du domestique qui le suivait. On a entassé dessus des pierres de choix.

  • 21 Flaubert a écrit « ενθαυτα » au lieu de « ενταυθα », qui serait correct (là, alors). Pausanias, I, (...)

35Flaubert souligne « chemin fourchu », il se souvient bien de la légende. Parfois il juge le texte trop vague, insuffisant pour se repérer sans doute. On relève un commentaire personnel, une critique, à un moment où il visite la citadelle d’Athènes et recherche l’endroit où devrait être une statue de « Minerve frappant le Silène Marsyas » (page 6) : il estime peu précis le mot grec ενταυθα » (c’est-à-dire l’adverbe « là »)21. Les villes et leurs monuments ont bien changé au cours des siècles...

36À Corinthe, il ne trouve pas le tombeau d’une courtisane renommée :

  • 22 Gustave Flaubert, Voyage en Orient, op. cit., p. 442.

Corinthe. ─ Rien ! rien ! Où êtes-vous, Laïs ? où est ton tombeau couronné d’une lionne tenant un bélier dans ses pattes22 ?

37Effectivement il comptait voir ce monument que Pausanias décrit à la page 14 :

  • 23 Mélaenides : sorte de coquillages noirs, attribut de cette Vénus de Corinthe. Pausanias explique ce (...)

devant la ville bois de cyprès : temple de Vénus Melaenide 23 et tombeau de Laïs qui est surmonté d’une lionne tenant un bélier entre ses pieds de devant.

38La signification de cette sculpture devait amuser le romancier : en effet Laïs, courtisane du Ve siècle avant Jésus-Christ, était célèbre pour sa beauté mais aussi pour son avidité ; elle proposait ses faveurs à un prix élevé, devenu proverbial dans la Grèce antique. Laïs est une lionne prête à « dévorer » un de ses nombreux amants métamorphosé en bélier.

L’oracle de Trophonius

  • 24 Gustave Flaubert, Corr., vol. I, op. cit., lettre à Louis Bouilhet, 10 février 1851, p. 751. Excell (...)

J’ai vu l’antre de Trophonius où descendit ce bon Apollonius de Tyane qu’autrefois j’ai chanté24.

39Dans une lettre de Grèce, de 1851, Flaubert signale sa visite à ce lieu mythique. Il semble ému au souvenir de ses recherches livresques pour Saint-Antoine, alors qu’il voit « en vrai » l’endroit où étaient l’antre et le fameux oracle, ainsi que les rares vestiges des édifices sacrés.

  • 25 Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, Pocket Classiques, 1999, préface et commentaires d (...)

40Apollonius de Tyane, hérésiarque, proclame en effet dans La Tentation de saint Antoine : « C’est que je connais tous les dieux, tous les rites, toutes les prières, tous les oracles ! J’ai pénétré dans l’antre de Trophonius, fils d’Apollon ! »25.

41Dans ses notes de voyage, Flaubert relate, avec plus de détails que dans sa lettre, la recherche à Livadia, sur la route de Delphes, de l’antre légendaire, et ce à partir des indications du géographe :

  • 26 Gustave Flaubert, Voyage en Orient, op. cit., p. 401.

De l’autre côté du pont, en face, autre grotte naturelle beaucoup plus haute ; elle sert d’écurie à des ânes. Est-ce là l’antre de Trophonius ? Mais Pausanias n’aurait pas dit : « L’oracle est sur la montagne qui domine le bois sacré », ou bien l’oracle était-il éloigné de l’antre. Ou aurait-il été sur ce qu’on appelle maintenant l’acropole26 ?

42Dans le même paragraphe, il cite encore Pausanias : « Lébadée est séparée par le fleuve Hercyna du bois sacré de Trophonius. » Il remarque sur place que « la roche est entaillée de quantité de petites niches, comme sur la route d’Éleusis », des « niches à offrandes », ce qui lui permet d’affirmer que c’est bien là l’antre de Trophonius.

43Il se trouve que Pausanias a lui-même consulté son oracle (tome IX, chapitre 39). Flaubert a noté ces lignes qu’on lit à la page 25 :

L’oracle est sur la montagne qui domine le bois sacré : c’est une plate-forme ronde de marbre blanc qui est à peu près de la grandeur d’une petite aire.

  • 27 Voir la page manuscrite (25) jointe.

44Dans les notes de lecture sur Pausanias, pas plus de précision. Il connaît l’histoire : ceux qui y entrent sont soumis à des expiations rituelles et en ressortent épouvantés et méconnaissables ; ils sont prêts pour consulter l’oracle qui est effectivement sur une montagne. Mais après cette épreuve mystérieuse, « on recouvre cependant plus tard sa raison ainsi que la faculté de rire. » Le scripteur souligne le syntagme « l’antre de Trophonius » et détache nettement sur sa page la conclusion ironique de l’auteur grec27.

L’arrivée aux Thermopyles

45Projetée depuis le début de l’expédition, la visite de la montagne où devrait se trouver le défilé n’est-elle pas décevante ?

46Déjà le lion de Léonidas n’est qu’un tas de pierres :

  • 28 Gustave Flaubert, Voyage en Orient, op. cit., p. 411. Lion en pierre érigé sur une colline à l’entr (...)

On vous fait monter sur un petit tertre carré où il y a des pierres (restes de mur ?) et l’on vous dit que c’est là qu’était le lion de Léonidas28.

47Tout au long de sa visite en Grèce, et aux Thermopyles en particulier, Flaubert ne reconnaît pas les lieux décrits par Hérodote, sa référence pour les guerres médiques. La configuration géographique a changé depuis son époque :

  • 29 Ibid., note de Stéphanie Dord-Crouslé, p. 706.

La topographie des Thermopyles s’est profondément modifiée depuis l’Antiquité : du côté de la mer, le rivage a reculé de plusieurs kilomètres vers le nord ; et les alluvions du Spercheios qui se jetait autrefois directement dans le golfe Lamiaque ont élargi le passage et déplacé le lit de ses affluents29.

48D’où la perplexité du voyageur :

  • 30 Ibid., p. 411-412. J.-A. Buchon, historien, auteur de La Grèce continentale et la Morée. Giorgi est (...)

Où étaient les Thermopyles ? Notre guide et Buchon sont d’accord. Quand Giorgi nous a dit : « Vous y êtes », cela nous a paru absurde. Pourquoi les Perses n’entraient-ils pas plus au-delà, par la montagne que nous avons descendue ce matin ? Qui les forçait de venir jusqu’ici ? Comment se fait-il que, selon Hérodote, les Perses tombaient dans la mer ? La mer n’est pas là, elle est à plus d’une lieue ! Faut-il entendre par mer marais ? Alors les Grecs auraient été sur cette colline couverte d’épines où nous nous sommes déchirés tantôt pour voir s’il y avait un défilé que nous n’avons pas vu ! Le marais est traversé par un grand cours d’eau ; est-ce le Sperchius ? [...]
Les Thermopyles ne seraient-ils pas la gorge étroite au haut de laquelle est Budonitza ? Alors je comprends que, pour arriver à ce sommet, les Perses aient mis toute la nuit30.

49Pourtant Maxime du Camp, lui, plus tard, affirmera avoir été témoin de l’enthousiasme de son ami au cours de la visite à l’emplacement de la bataille :

  • 31 C’est le début de la célèbre inscription gravée sur place à la gloire des Spartiates tombés aux The (...)
  • 32 Maxime Du Camp, Souvenirs Littéraires, Balland, 1984, p. 168.

Flaubert était plein de joie, il criait : « Passant ! va dire à Sparte31... » Il me disait : « Comment se fait-il que ce petit combat domine toutes les batailles, toutes les tueries de l’antiquité ? Ce fut une affaire d’avant-garde comme il y en eut tant. Pourquoi ces Spartiates ont-ils été des héros ? C’étaient trois cents bourgeois, trois cents gardes nationaux qui avaient quitté leurs boutiques et qui vinrent ici parce que c’était leur tour de service ; ils sont tous morts parce qu’ils étaient attaqués par derrière et par devant et qu’ils ne pouvaient fuir ni à gauche ni à droite. Quel beau récit on pourrait faire ! » L’envie d’écrire le combat des Thermopyles le tourmenta toujours, et s’il eût vécu, c’est probablement ce qu’il eût entrepris après avoir terminé Bouvard et Pécuchet32.

3. Pausanias historien

Un défilé et trois batailles

50Dès la deuxième page, il est question d’un « tableau » représentant le stratège Léosthénes, « vainqueur des Macédoniens aux Thermopyles » en 321 avant Jésus-Christ. On comprend vite que ce n’est pas le tragique combat contre les Perses en 480 qui fut une grave défaite. Cependant le nom résonne déjà comme un appel.

  • 33 En 280 avant Jésus-Christ, les Gaulois sous la conduite de Brennus leur chef, attaquent les Grecs a (...)

51Mais Pausanias parle encore d’une autre bataille aux Thermopyles. Il s’agit d’un événement historique moins connu que les guerres médiques (en 280 avant Jésus-Christ, soit deux cents ans après l’héroïque et mythique lutte de Léonidas contre les Perses), où les Athéniens se conduisirent vaillamment contre les Galates, Gaulois33 qui menaçaient d’envahir la Grèce par ce défilé. L’historien grec veut leur rendre hommage : au livre X sur la Phocide (ch. XXI), il loue les Grecs qui donnent une sépulture à leurs morts tout en dépouillant ceux des Barbares qui, selon lui, ne se soucient pas d’enterrer les leurs :

Les Gaulois n’envoyèrent point de héraut pour les demander, s’inquiétant fort peu qu’ils fussent enterrés ou qu’ils fussent dévorés par les bêtes féroces et les oiseaux qui s’attachent aux cadavres.

52Le chapitre suivant (XXII), qui concerne les Gaulois, porte ce titre : « Ce qui se passa aux Thermopyles ». Flaubert ne le résume pas et n’y fait aucune allusion. Ce n’est pas son sujet.

Traces des Guerres Médiques dans ces notes

  • 34 Tombeau accompagné d’un autel, où l’on rendait les honneurs à la mémoire du héros qui y était inhum (...)

53Des références à ces guerres se trouvent dans l’exposé de Pausanias. De multiples vestiges mémoriels subsistaient, des tombeaux, des stèles ou des cippes, des « monuments héroïques »34, mais aussi les souvenirs des exactions commises par les Perses arrivés en Attique. Il est souvent fait mention d’un butin, comme ces statues prises par Xerxès (page 3).

54L’incendie d’Athènes avait noirci celles de l’Acropole sans les fondre complètement (page 8), ce qui amène une remarque personnelle de Flaubert en visite :

Du temps de Pausanias on voyait encore dans la citadelle de vieilles statues de Minerve calcinées par l’incendie des Perses.

  • 35 Pausanias, Description de la Grèce, livre I, L’Attique, Édition Les Belles Lettres, Paris, 2009, tr (...)

55Pausanias signale un « édifice sur le modèle de la tente de Xerxès », phrase soulignée par le scripteur, page 6. La ressemblance de l’Odéon35, construit au siècle de Périclès, avec la tente d’apparat de Xerxès, était bien connue dans l’antiquité.

56Près de Mégare, non loin de la route, il indique « un rocher tout criblé de flèches tirées par les Mèdes pendant la nuit » (page 13), faisant allusion à la mésaventure des archers perses qui, dans l’obscurité, dépensèrent toute leur réserve de flèches, croyant tirer sur des ennemis. Épisode qui pourrait inspirer le romancier, comme cette autre belle scène, évocatrice: lors de l’attaque, les lions de Thrace « se jetèrent sur l’armée de Xerxès et déchirèrent les chameaux qui portaient les vivres » (page 34).

57Dans la ville de Sparte, Flaubert voit le tombeau de Léonidas (page 52), « le portique des Perses » qui « est ce qui se remarque le plus sur la place. Il a été bâti avec le butin pris par les Perses. » Se dresse non loin de là « Une très grande statue représentant le peuple Spartiate » (page 51).

58Les Perses veulent conquérir la Grèce, ils sont vaincus à Marathon. Xerxès fait une nouvelle tentative au cours de la deuxième guerre médique. Léonidas et ses trois cents Spartiates qui commandent l’avant-garde des Grecs, tentent vainement de l’arrêter en se faisant tuer aux Thermopyles. Mais leur résistance héroïque ne fut pas inutile car ils tinrent jusqu’à ce que la flotte athénienne pût se protéger : après avoir reçu un message de Léonidas, elle se retira pour mouiller dans la rade de Salamine. Athènes est prise, mais la flotte grecque triomphe la même année de la flotte de Xerxès, en 480 avant Jésus-Christ.

59La victoire de Salamine est évoquée page 11 :

Trophée de la victoire que les Grecs durent à Thémistocle. Devant Salamine est une île nommée Psyttalie où débarquèrent, dit-on, environ quatre cents barbares.

60Pourtant c’est aux tragiques Thermopyles que Flaubert rêve pour représenter la guerre contre ces barbares. Avait-il l’espoir de trouver chez Pausanias le récit de la bataille de Léonidas ?

61La première fois, il ne le lit pas pour un usage futur, mais pour le plaisir.

4. Présence de Flaubert

Plaisir de la lecture

62C’est une lecture gratuite, libre d’arrière-pensée, mais en quête de savoirs de toutes natures. Ne se refusant pas le plaisir de recopier, il accumule sans ordre les choses vues ou lues comme une réserve ouverte pour l’avenir, un trésor de faits ou de légendes, de notations, de détails pittoresques ou cocasses, de renseignements.

63Les textes qu’il lit et annote doivent lui apporter une satisfaction proche de celle que définit Roland Barthes :

  • 36 Roland Barthes, Le Plaisir du texte, « Tel Quel », Seuil, Paris, 1973, p. 25.

Texte de plaisir : celui qui contente, emplit, donne de l’euphorie ; celui qui vient de la culture, ne rompt pas avec elle, est lié à une pratique confortable de la lecture36.

64Il savoure des petits faits plaisants que rapporte l’historien grec, scrupuleux mais capable d’humour. En voici quelques exemples particulièrement significatifs :

65Histoire de Phryné :

Anecdote de Phryné effrayant Praxitèle de la nouvelle de l’incendie de son atelier. Elle choisit la statue de l’Amour (page 5).

66La belle hétaïre réclamait au sculpteur la plus belle de ses œuvres. Celui-ci était d’accord pour la lui donner mais il ne voulait pas dire celle qui lui paraissait la plus belle.

Sur ce, accourut un serviteur de Phryné qui annonça à Praxitèle que c’en était fait de la majeure partie de ses œuvres ; le feu s’était mis à sa demeure ; tout pourtant n’avait pas disparu. (On lit cette suite au chapitre XX du volume I, L’Attique).

67Le sculpteur avoua que tout serait perdu si son Satyre et son Amour étaient brûlés... Phryné la rusée rassura son amant et choisit la statue de l’Amour.

68Les pouvoirs du fleuve Sélemnus (page 40) :

J’ai entendu dire que son eau (du fleuve Sélemnus) est un remède pour les deux sexes contre l’amour et qu’en s’y baignant on en perd le souvenir. Si cela est vrai son eau est plus précieuse que les plus grandes richesses.

69Les dons des femmes de Patras :

On compte à Patras deux fois plus de femmes que d’hommes et il est peu d’endroits où elles soient autant portées à l’amour (page 39).

70Le texte grec, plus précis avec l’appellation « Αφροδιτης » (Aphrodite), comporte sans doute une allusion à la prostitution, si l’on prend le sens de « plaisirs de l’amour » du nom grec.

71Flaubert partage avec Pausanias le goût des traditions rares, des « curiosités » ou « mirabilia », parfois entre la note documentaire et la légende.

72Ainsi le développement sur l’hippomane, à la page 33. Il s’agit d’une offrande à Olympie, un cheval de bronze.

cheval de Denys d’Argos dans lequel on a fait entrer de l’Hippomane ─ rend les chevaux frénétiques d’amour.

73Le romancier intéressé note soigneusement la référence : chapitre 27 (du volume sur l’Élide) où l’on peut lire toute la fable :

  • 37 L’Altis est, à Olympie, le bois sacré de Zeus. Pausanias, Élide, ch. 10, 1.

C’est ce cheval qui a aussi donné lieu à la légende de l’hippomane chez les Éléens. [...]
Or les chevaux, les mâles, entrent en rut devant lui... Ils se précipitent dans l’Altis37 en brisant leurs liens ou en échappant à leurs conducteurs et bondissent sur ce cheval, beaucoup plus en folie que s’ils montaient une magnifique jument vivante et docile.

74Pausanias ne comprend pas le phénomène. Il semble voir de la magie là où l’auteur du XIXe reconnaît sans doute une substance aphrodisiaque pour les chevaux.

75L’allusion, page 27, à la statue d’un nageur, célèbre pour avoir coupé, sous les eaux, les câbles des navires des Perses et pour avoir exercé à son art sa fille Cyané, incite Flaubert à recopier cet aphorisme pausanien :

les filles véritablement vierges sont celles qui plongent avec le plus de facilité dans la mer.

76D’autres notations se situent dans un cadre plus historique.

77Les jeux olympiques, si importants pour les Grecs qui comptaient par « olympiades », l’intéressent. Page 26, une date est relevée, preuve de son attention, celle de la destruction par le feu du temple d’Apollon à Delphes : c’est au début de la cinquante-huitième Olympiade. Page 50, il met en marge cette question: « en quoi [sont] les couronnes des vainqueurs », « à Olympie on donne une couronne d’olivier sauvage...à Delphes de laurier »... Page 34, on parle de l’athlète qui « imagina le premier de se nourrir de viande » au lieu de fromage égoutté.

78La mythologie des premières fois garde un charme nostalgique. Le premier chœur de danse et de chant se forma à Éleusis autour d’un puits, en l’honneur de Cérès (page 11), sans doute chorégraphie sacrée pour le service de la déesse. On voit, parmi les offrandes à Apollon, la soucoupe de « celui qui a inventé l’art de souder le fer » (page 27). Un don original se trouve à Argos dans « l’antique temple de la Fortune » : les dés que Palamède avait inventés (page 16).

79Sparte célèbre une femme remarquable :

Monument héroïque de Cynisca [...]. C’est la première femme qui ait entretenu des chevaux et remporté le prix de la course des chars aux Jeux Olympiques. (page 52)

80En copiant Pausanias, l’écrivain du XIXe siècle accumule, en plus de l’Histoire et de la mythologie, toutes sortes de connaissances hétéroclites: botaniques, médicales, pratiques (le vinaigre dissout les pierres, page 46). Sciences et superstitions parfois se confondent.

81Le Périégète n’apporte pas seulement une ample information de géographe sur la localisation et la description des monuments et des œuvres d’art, sur les cultes locaux, sur l’origine des cités. La réflexion sur les choses vues accompagne l’érudition. Flaubert signale un long passage « où Pausanias parle de toutes les villes qui n’existent plus » (page 48 : « voy tout le ch XXXII »). On peut penser qu’il a lu ce chapitre et le suivant où l’écrivain grec, devant les ruines de Mégalopolis, en Arcadie, médite sur l’inexorable destin humain, sans étonnement, dit-il :

sachant que la volonté divine est de créer sans cesse du nouveau et que, de la même façon, la Fortune transforme toutes choses, ce qui est fort et ce qui est faible, ce qui naît et ce qui meurt, et qu’elle régit le monde à sa fantaisie avec un implacable nécessité. (Αναγκη : Anankè)

82Le chapitre XXXIII (du livre VIII) se termine ainsi : « Tant les choses humaines sont éphémères et sans nulle stabilité ». La Description de la Grèce est plus qu’un simple guide. La sensibilité n’en est pas absente.

Interventions personnelles

83Accueillant dans sa lecture, disponible, amusé souvent sans doute, Flaubert note quelquefois ses réactions. Un commentaire interrompt parfois la copie.

84Á Marathon, il nous fait part de sa perplexité:

Pausanias n’a pas vu le tombeau que les Athéniens disent avoir érigé aux Mèdes. « On les jeta sans doute pêle-mêle dans une grande fosse », le doute perce. (page 10)

85L’histoire de Nisos, roi de Mégare, qui « devait mourir quand ses cheveux couleur de pourpre seraient coupés » (page 5), se rapproche, à son avis, de celle de Samson.

  • 38 Les oies du Capitole, consacrées à Junon, auraient donné l’alerte à Rome, lors d’un assaut des Gaul (...)

86Pausanias signale un âne de bronze parmi les offrandes à Apollon. « Dans l’anecdote l’âne rend un service analogue à celui des oies du Capitole38 », réflexion ajoutée page 27.

  • 39 Je souligne les mots vagues que Flaubert a cru pouvoir interpréter.
  • 40 Gustave Flaubert, Voyage en Égypte, op. cit., p. 217 : « Des Arabes nous remettent sur la route et (...)

87Page 24, Pausanias écrit au sujet d’un splendide édifice dont le faîte se termine en pointe : « Une merveille non moins étonnante que celles que l’on voit dans la Grèce et ailleurs39. » Le romancier, ce qui est rare dans ses copies, ajoute son interprétation : il écrit que Pausanias compare cet édifice aux pyramides de Memphis. Il y a tout juste un an, en décembre 1849, il était en effet à Memphis40. Cette coïncidence confirme l’hypothèse d’une lecture en 1850, en vue d’Athènes.

88Quelques indices peuvent nous faire penser qu’il a relu ces notes à l’époque des recherches pour Salammbô.

Des échos dans Salammbô

  • 41 Polybe (208-126 av. J.-C), historien grec dont Flaubert s’est inspiré pour écrire Salammbô.

89En 1850, certes, Flaubert ne pense pas du tout au sujet historique de Salammbô. On peut en être sûr car il ne dit rien, ne met aucun signe particulier, en relevant, page 47, le nom de Polybe41 sur une stèle qui lui est consacrée. Il ne copie pas la phrase de Pausanias qui concerne l’historien des guerres puniques :

Ce Polybe a conté l’histoire des Romains et, en particulier, comment ils entrèrent en guerre avec les Carthaginois.

90Cependant l’Antiquité, l’histoire grecque notamment, est une présence permanente pour lui. Il trouve toujours une occasion pour la faire revivre. En 1854, c’est l’éducation de Caroline qui le motive :

  • 42 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. II, lettre à Louise Colet, 7 avril 1854, p. 547.

Je relis de l’histoire grecque pour le cours que je fais à ma nièce. Hier le combat des Thermopyles, dans Hérodote, m’a transporté comme à douze ans, ce qui prouve la candeur de mon âme, quoi qu’on en dise42.

91Mais Pausanias n’est pas une lecture facile pour une enfant.

92Vers 1857, en ayant fini avec Mme Bovary, il cherche un sujet qui le fasse sortir du triste monde moderne. Il pense à un monde lointain, et peut-être d’abord à la Grèce reliée à l’Orient dans son souvenir de voyage, et visitée après l’Égypte. Pour se le remémorer, il s’aide de Pausanias qu’il relit sans doute à ce moment. Il y découvre des détails authentiques susceptibles d’exciter son imagination.

93La Description de la Grèce est riche en indications sur les cultes, sur les rituels sacrés. D’une ville antique à l’autre il existe des pratiques analogues.

  • 43 Gustave Flaubert, Salammbô, édition préfacée, annotée et commentée par Jacques Neefs, Le Livre de P (...)

94Les courtisanes sacrées tissent le voile de la déesse à Athènes ou à Patras. Dans Salammbô, on voit « Les Prostitués-mâles s’occupant avec les courtisanes de Tanit à broder des voiles pour la déesse dans la quatrième enceinte43. »

95Á Épidaure, les malades sont accueillis dans le temple d’Esculape et gagnent « l’endroit où dorment ceux qui viennent demander au Dieu leur guérison » (page 17).

  • 44 Ibid., p. 489.

96Á Carthage, dans le temple d’Eschmoûn, assimilé à Esculape, « il était permis aux malades de venir se coucher »44.

97L’importance que l’auteur grec accorde aux noms propres, patronymes et toponymes, répond aux goûts du romancier qui sait l’utilisation qu’il peut en faire dans un récit poétique, indépendamment de leur signification, mythique ou historique.

98Flaubert recopie avec précision les noms des divinités ainsi que leur « épiclèse » c’est-à- dire, dans la liturgie grecque, leur appellation cultuelle évoquant leurs qualités, leur fonction ou leur origine locale : ainsi page 6 se dresse le « temple de Cérès Chloé (verdoyante) », page 50 on parle de « Diane Limnatide » ou Diane des marais, page 43 de « Vénus Mélanide », page 51 de « Coré Soteira », page 16, d’Apollon Lycien ou Pythien, de Jupiter Néméen. Tous ces noms scintillent déjà dans son imaginaire, avec le bruissement des termes rares. Pour le lecteur profane, ces vocables consacrent l’alliance entre religion et poésie.

99Fasciné par les religions, Flaubert doit s’intéresser à l’historien grec d’autant plus que ce dernier avait été initié aux Mystères d’Éleusis. On le devine quand il allègue le secret auquel les fidèles sont astreints, pour ne pas aller plus loin dans l’évocation du culte de Cérès. Il ne révèle pas lui-même le vrai nom de « la Mère des Dieux » que le scripteur appelle « Cybèle » (page 3). En Corinthie, sur les bords du « lac Alcyonie par où Bacchus, selon les Argiens, descendit aux enfers pour en ramener Sémélé », il garde le silence sur les rites ésotériques de cette religion, avec cet aveu recopié pages 19 et 20 :

il ne m’est pas permis de divulguer ce qu’on y fait une fois par an, pendant la nuit, en l’honneur de Bacchus.

100Il évoque une cérémonie secrète réservée aux seuls initiés, page 45. Après avoir lu des écrits sacrés, le prêtre masqué « frappe de verges les dieux infernaux ».

101En Béotie, près de Thèbes, Pausanias signale un temple des Cabires, mais il ne veut pas enfreindre un interdit religieux et ajoute ces mots (que Flaubert ne relève pas) :

je prie le curieux de vouloir bien m’excuser, si je ne leur dis pas ce que c’est que les Cabires et tout ce qu’on fait en leur honneur et en l’honneur de la Mère des Dieux. (livre IX, chapitre 25)

  • 45 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p.140 et p. 486.

102Anciens habitants pour le géographe grec, comptant parmi eux Prométhée, ils sont à l’origine des Mystères... Dans le temple de Tanit, à Carthage, les sept Kabires accompagnent le dieu Eschmoûn. Ils ont des temples ronds, « entourés de sept colonnes »45.

103Autant de possibilités de souvenirs pour l’auteur de Salammbô où ces divinités planétaires, d’origine phénicienne, puissances telluriques, de même que Cérès, se retrouvent !

104Après la publication de Salammbô, en 1863, c’est bien à Pausanias que Flaubert se réfère pour défendre une pratique cultuelle que l’archéologue Guillaume Froehner a contestée. Il lui répond : 

  • 46 Gustave Flaubert, Corr., op. cit,, vol. III, lettre à Guillaume Froehner, 21 janvier 1863, p. 297.

Vous vous ébahissez ensuite des singes consacrés à la Lune et des chevaux consacrés au Soleil. [...] Quant aux chevaux, je ne dis pas qu’il y en avait de consacrés à Esculape, mais à Eschmoûn, assimilé à Esculape, Iolaüs, Apollon, le Soleil. Or je vois des chevaux consacrés au Soleil dans Pausanias (livre Ier, chapitre I), et dans la Bible (Rois, livre II, chapitre XXXII)46.

105La référence est presque exacte, c’est dans le livre II sur la Laconie, chapitre XX que Pausanias signale ce rite en ces termes, recopiés page 54:

Le Taletum, sommet du Taygète, s’élève au-dessus de Brysées ; il est consacré au soleil, à qui l’on sacrifie sur ce sommet des chevaux et différentes victimes.

106Flaubert a-t-il cité de mémoire ? A-t-il relu ses notes à ce moment ?

107Un épisode mythologique, invoqué pour expliquer le nom d’un fleuve près de Mantinée  attire notre attention, à la page 44 :

  • 47 Antinoé, fille d’un roi de Mantinée, suivit un serpent sur le conseil d’un oracle. Elle amena les h (...)

le fleuve qui passe près de la ville s’appelle Ophis d’un serpent qui servit de guide à Antinöé47

  • 48 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 59.

108L’image fugitive du guide ophidien est peut-être à l’origine d’une vision qui anime Salammbô quand elle proclame devant les soldats48 : « ... mon serpent noir qui dort là-haut sur des feuilles de lotus ! Je sifflerai, il me suivra ; et, si je monte en galère, il courra dans le sillage de mon navire sur l’écume des flots. » La fille d’Hamilcar a un lien privilégié avec le Python, génie de sa famille.

  • 49 Ibid., p.49.

109Il y a des Spartiates dans Salammbô, ils font partie des Mercenaires qui se divertissent pendant le festin : « Des Lacédémoniens, qui n’avaient point ôté leurs cuirasses, sautaient d’un pas lourd49. »

110On voit souvent des armes dans les temples grecs : cuirasse donnée en offrande à Minerve (page 8), lance d’Alexandre (page 47).

111Le terme technique « cnémides », jambières métalliques de protection, est employé dans la description d’un vainqueur des Jeux Olympiques, page 34 :

sa statue le représente avec un bouclier tel que ceux
dont on se sert maintenant, un casque sur la tête
& des cnémides aux jambes.

112Ce mot grec, recopié et appris peut-être à ce moment, est-il à l’origine d’un détail de l’équipement des soldats d’Hamilcar ? L’image du guerrier passe d’un texte à l’autre...

  • 50 Ibid., p. 238.

Les figures disparaissaient à moitié sous la visière des casques ; des cnémides en bronze couvraient les jambes droites ; les larges boucliers cylindriques descendaient jusqu’aux genoux50 ;

  • 51 Ibid., ch. XIV, p. 380.

113Le choix du défilé de la Hache51 comme lieu de bataille n’est pas sans rappeler le cadre du combat des Thermopyles.

114Le voyage de 1858 en Afrique du Nord est certes plus déterminant pour Salammbô. Les trajets en Grèce par routes longues et difficiles ont pu cependant laisser leur empreinte. L’étagement des plaines et la succession des routes « de l’Argolide dans l’Arcadie », à la page 43, offrent une perspective singulière :

Il y a au dessous de Nestané une plaine qui est plutôt elle-même une partie de la plaine Argos. On la nomme le champ Moeras. On a dix stades de chemin à travers cette plaine Argos. Après avoir fait quelques pas en montant vous redescendez dans une autre plaine...

115Cette évocation géographique peut se teinter de force poétique. Pausanias n’est pas poète mais il est sensible au charme des fleuves, des vallées : il retrace longuement le cours fabuleux de l’Alphée, mouvementé et mystérieux (page 50) :

Il passe sous l’Adriatique et reparaît dans l’île d’Ortygie auprès de Syracuse où il mêle ses eaux à celle de la fontaine Aréthuse.

116Avec ces éléments, la plaine, le fleuve, les routes, Flaubert peut imaginer la constitution d’un paysage romanesque. En tout cas, il est très attentif à la configuration de l’espace qu’il apprend grâce aux observations du géographe.

5. Écrire la bataille des Thermopyles

Sur le tard, projet chimérique de voyage en Grèce

117En 1877, à la fin de sa vie, après une œuvre considérable, la réussite, le romancier pense toujours à ce sujet non traité. Pierre-Marc de Biasi le confirme :

  • 52 Pierre-Marc de Biasi, Gustave Flaubert, Une manière spéciale de vivre, op. cit., p. 445.

Flaubert songe déjà avec délices à un nouveau projet de roman, politique, antique et grec, sur l’idée de Nation et de Résistance : La Bataille des Thermopyles52.

118Envisageant la fin de Bouvard et Pécuchet pour bientôt, il écrit à une amie :

  • 53 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. V, présenté par Jean Bruneau et Yvan Leclerc, lettre à Edma (...)

─ Plus que jamais, j’ai envie d’écrire La Bataille des Thermopyles ! ─ Encore un rêve, qui vient à la traverse des autres53 !

119Le rêve prenait forme petit à petit si l’on en croit les témoignages de ses amis. Il envisageait même de retourner en Orient, en Grèce d’abord, pour satisfaire son « obsession » : représenter une nouvelle fois une bataille. Il confie à Caroline sa joie d’en avoir parlé avec Georges Pouchet :

  • 54 Ibid., lettre à sa nièce Caroline, 19 novembre 1879, p. 742.

Nous avons rêvé ensemble le voyage aux Thermopyles, quand je serai quitte de B[ouvard] et P[écuchet]54.

120Que se sont-ils dit ? On aimerait le savoir...

  • 55 Ibid., p. 770.

Ah ! les Thermopyles, avec ce bon Pouchet, c’est un rêve ! Mais dans dix-huit mois, ne serai-je pas trop vieux pour l’accomplir ? Ça me ferait pourtant du bien de prendre un peu d’air ─ et de reposer mon malheureux cerveau55.

121Le fait est qu’il parle de ce rêve souvent avec des accents et des expressions qui se ressemblent.

122Flaubert annonce ses projets littéraires avec enthousiasme à ses amis Goncourt :

  • 56 Le vocable « cnémides », devenu emblématique, se retrouve dans Pausanias et dans Salammbô (voir not (...)
  • 57 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, Mémoires de la vie littéraire, « Bouquins », Robert Laffont, (...)

Mais avant tout, j’ai besoin, mon vieux, de me débarrasser d’une chose qui m’obsède ─ oui, nom de Dieu ! qui m’obsède : c’est de ma Bataille des Thermopyles... Je ferai un voyage en Grèce... Je veux écrire cela sans me servir de mots techniques, sans employer, par exemple, le vocable cnémides56... Je vois dans ces guerriers grecs une troupe dévouée à la mort, y allant d’une manière gaie, ironique... Ce livre, il faut que ce soit pour tous les peuples une Marseillaise d’un ordre élevé57.

123Une confidence dans une lettre à Tourgueneff, en novembre 1872, après la guerre terrible, s’accorde avec cette volonté nouvelle et ambitieuse :

  • 58 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. IV, p. 604.

Depuis 1870, je suis devenu patriote. En voyant crever mon pays, je sens que je l’aimais58.

124Un texte de Zola sur Flaubert rappelle ce désir de voyage et apporte une indication importante pour dater ces notes de lecture avec la phrase : « il se serait contenté de ses notes anciennes ». On peut penser qu’il s’agit de celles sur Pausanias.

  • 59 Je souligne.
  • 60 Émile Zola, Les Romanciers naturalistes, G. Charpentier éditeur, Paris, 1881, p. 208.

Une de ces idées, celle qui a occupé ses deux dernières années, était une nouvelle sur Léonidas aux Thermopyles. Je le trouvai un jour très allumé, comme pris de fièvre. Il n’avait pas dormi de la nuit, bouleversé par ce sujet qu’une lecture lui avait inspiré la veille. « J’en fume ! me disait-il. Il voyait Léonidas partir pour les Thermopyles, avec ses trois cents compagnons ; et il parlait d’eux comme de gardes nationaux qu’il aurait connus : c’étaient de bons bourgeois, qui s’en étaient allés, les mains dans les poches. Puis, il les suivait le long de la route, qu’il avait faite lui-même, lors de son voyage en Orient ; ce qui l’arrêtait un peu, c’était son désir de revoir la Grèce, mais à la rigueur il se serait contenté de ses notes anciennes59. Je suis certain qu’après Bouvard et Pécuchet, s’il avait vécu, il se serait mis à son Léonidas ; il aurait écrit deux autres nouvelles, et aurait ainsi donné un pendant aux Trois Contes. Les sujets de ces nouvelles étaient trouvés, un entre autres d’une physiologie amoureuse bien hardie60.

125« Il les suivait le long de la route, qu’il avait faite lui-même », dit Zola. On a vu l’importance des routes dans cet exposé géographico-archéologique. Les renseignements collectés dans « ses notes anciennes » sur Pausanias lui seraient d’un grand secours pour imaginer l’expédition partie de Lacédémone et construire le parcours de ville en ville.

126Un texte de Maupassant suggère d’autres détails :

  • 61 Guy de Maupassant, étude préfaçant les Lettres à Georges Sand, Charpentier, 1884.

Il se réjouissait à l’idée d’écrire en termes sonores les adieux de ces guerriers recommandant à leurs femmes, s’ils mouraient dans la rencontre, d’épouser vite des hommes robustes pour donner de nouveaux fils à la patrie. La pensée seule de ce conte héroïque jetait Flaubert dans un enthousiasme violent61.

  • 62 Homère, Iliade, chant VI, 488-490.Traduction de Paul Mazon, Édition « Les Belles Lettres », Paris, (...)

127Les « adieux de ces guerriers » à leurs femmes s’accorderaient-ils à ceux d’Hector à Andromaque dans la scène inoubliable où Homère les décrit sur les remparts troyens ? Le héros encourage son épouse de cette façon62 :

Je te le dis ; il n’est pas d’homme, lâche ou brave, qui échappe à son destin, du jour où il est né. Allons ! rentre au logis, songe à tes travaux, au métier, à la quenouille...

128La même tonalité pathétique s’imposerait mais la recommandation généreuse et patriotique des Spartiates à leurs femmes s’avère plus originale et plus libre.

  • 63 Manuscrit : pages 56 et 57, et transcriptions, pages 56, 57a et 57b pour les lignes marginales vert (...)

129On peut penser que c’est à ce moment qu’il remplit les deux derniers feuillets de son carnet avec la bataille des Thermopyles recopiée sur l’Histoire d’Hérodote63. Il ne mentionne pas le nom de l’historien grec; il le connaît bien et ces notes sont personnelles. En les relisant, il constate que Pausanias ne parle pas de la bataille fameuse dans le chapitre sur la Phocide !

130Il ajoute le récit d’Hérodote : première phase dans la genèse de La Bataille des Thermopyles ?

131Hérodote, que Flaubert aime beaucoup, relate longuement les faits historiques et donne de nombreux détails pittoresques sur les actions guerrières.

  • 64 Hérodote rapporte que les Lacédémoniens « se peignaient les cheveux... Lorsqu’ils sont sur le point (...)

132Quant à la psychologie des soldats, elle lui semblait familière, comme il le dit à Zola. En 1870 en effet, le romancier a connu des « gardes nationaux » : ayant été lui-même lieutenant dans sa compagnie locale de la garde nationale, il peut en parler comme de « bons bourgeois », prêts à défendre leur patrie et soignant leur aspect64.

133En 1870, il a ressenti un élan patriotique qui lui ferait comprendre ces Grecs qui veulent lutter contre l’envahisseur. Il écrit à George Sand :

  • 65 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. IV, p. 232, lettre à George Sand, 7 septembre 1870.

J’ai, sérieusement, bêtement, animalement envie de me battre.
Expliquez-moi ! L’idée de faire la paix maintenant m’exaspère65.

134Il a l’état d’esprit du résistant qui veut repousser les Prussiens. Il écrit :

  • 66 Ibid., lettre à la princesse Mathilde, 7 septembre 1870, p. 230.

Mais nous les vaincrons, et nous leur ferons repasser le Rhin, tambour battant. Les bourgeois les plus pacifiques, tels que moi, sont parfaitement résolus à se faire tuer plutôt que de céder66.

135L’image familière de soldats atypiques rappelle que Flaubert avait relevé chez Pausanias « les Lacédémoniens avaient érigé un temple aux Muses parce qu’ils allaient au combat au son des flûtes, de la lyre et la cithare. » (page 54)

Représenter une bataille perdue

  • 67 Flaubert a lu, et relu en Grèce le poète tragique : « J’ai relu Eschyle. [...] ce que j’aime le mie (...)

136Au début de sa tragédie Les Perses, Eschyle 67 fait entendre la voix du chœur des conseillers de Xerxès, comme un défi au peuple grec:

  • 68 Eschyle, Les Perses, vers 87 à 90, Édition « Les Belles Lettres », Paris, 1953, traduction de Paul (...)

Qui serait donc capable de tenir tête à ce large flux humain ? Autant vouloir, par de puissantes digues, contenir l’invincible houle des mers. Irrésistible est l’armée de la Perse et de son peuple au cœur vaillant 68!

137Les Spartiates partirent trois cents, sous la conduite de Léonidas, pour barrer la route à Xerxès en Béotie dans le défilé des Thermopyles, passe étroite où le Grand Roi ne pourrait, selon eux, utiliser sa supériorité numérique. Malgré leur vaillance, ils se firent tous tuer.

138Pourquoi dans l’histoire des guerres médiques, Flaubert a-t-il voulu représenter ce combat plutôt que Marathon ou Salamine qui furent des victoires sur les Perses?

139La personnalisation des héros n’est pas ce que veut faire le romancier, si l’on croit ses paroles en 1875 :

  • 69 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., lettre à George Sand, fin décembre 1875, vol. IV, p. 1000.

Je me suis toujours efforcé d’aller dans l’âme des choses, et de m’arrêter aux généralités les plus grandes, et je me suis détourné, exprès, de l’Accidentel et du dramatique. Pas de monstres, et pas de Héros69 !

140Mais Léonidas est un Héros vaincu !

141Les héros vaincus, les combats perdus gardent parfois une connotation d’héroïsme et d’épopée romantique grâce aux poètes et aux historiens. Prononcer le nom des Thermopyles, c’est évoquer Léonidas, tombant avec ses hoplites pour rester fidèles au serment qu’ils avaient fait de vaincre ou de mourir. C’est pour la civilisation occidentale un lieu de mémoire qui trouve une illustration dans le tableau de David, Léonidas aux Thermopyles peint en 1814, et acquis par le Louvre en 1826.

142Les batailles, les affrontements physiques, les corps à corps fascinaient Flaubert. Comment ne pas évoquer la grande bataille du Macar dans Salammbô ?

  • 70 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 240.

La multitude était si compacte, la poussière si épaisse, le tumulte si fort, qu’il était impossible de rien distinguer ; les lâches qui offrirent de se rendre ne furent même pas entendus. Quand les mains étaient vides, on s’étreignait corps à corps ; les poitrines craquaient contre les cuirasses, [...]. Il y eut une compagnie de soixante Ombriens qui, fermes sur leurs jarrets, la pique devant les yeux, inébranlables et grinçant des dents, forcèrent à reculer deux syntagmes à la fois70.

143Quels accents nouveaux trouver pour un autre roman ?

144On peut penser que ce serait une œuvre forte interprétant l’antiquité de façon moderne, avec la même volonté, comme le suggère Jacques Neefs :

  • 71 Ibid., préface de Jacques Neefs, p. 29.

Il reviendra sur ces temps de collisions antiques, de tumultes historiques profonds, [...] vers le projet d’un roman sur le monde oriental moderne, dont on peut imaginer qu’il aurait pu être l’exact pendant de Salammbô [...]71.

La part d’Hérodote

145Flaubert relève les éléments essentiels du récit d’Hérodote.

146La « géographie », sous-titre de la page 56, est très importante pour expliquer les mouvements des soldats et montrer un espace propice à la bataille. Une vue d’ensemble met en perspective la mer, la rivière, les montagnes, la plaine. Le regard plonge ensuite sur le campement de Xerxès et le passage tenu par les Grecs : les deux belligérants mis face à face dans la même phrase par Hérodote.

147Gustave consigne l’action du traître Éphialtès, qui, espérant recevoir une grande récompense du roi de Perse, lui avait indiqué le sentier. Il fut la principale cause de la défaite.

148Dès l’aube, les Perses avancent sur la montagne, couverte de chênes, au dessus de l’Asopus (page 57a). Le passage inférieur était défendu par des troupes dont Hérodote avait parlé précédemment. Ici le « copiste » ajoute une parenthèse qui résume un texte situé plus haut (chapitre CCII):

(300 Spartiates, quatre cents hommes de Corinthe, deux cents de Phliunte, quatre-vingts de Mycènes etc)

149Les épisodes se succèdent jusqu’au moment décisif de l’assaut dont le récit se place dans la marge au verso de la feuille.

150Le carnet était-il terminé ? Les lignes écrites verticalement continuent la narration. Cette disposition originale diffère des marges des brouillons de romans par la densité et l’objet (transcription de ces six lignes à la page 57b). On devine une certaine urgence.

151Le goût des détails de l’historien grec répond à celui de Flaubert. Il regarde de près l’affrontement physique : les mains et les dents, armes désespérées en fin de combat. Le corps à corps se révèle atroce dans un endroit encore plus resserré, « le plus étroit du défilé ».

  • 72 Passage cité plus haut du Voyage en Orient (Grèce), édition de Claudine Gothot-Mersch, op. cit., p. (...)

152Flaubert entend le bruit de la bataille. Un grand nombre de combattants en armes roulent dans la mer du haut de la falaise et dans une vision hallucinée, les casques miroitent et s’entrechoquent. C’est ce bruit dont il se souvenait lors de sa visite aux Thermopyles : « Comment se fait-il que, selon Hérodote, les Perses tombaient dans la mer ? » s’écriait-il alors72.

153Avec Pausanias, Flaubert étudiait essentiellement la « géographie », les routes, les distances, les frontières, l’espace à parcourir par les soldats.

154Chez Hérodote, en plus des détails du combat, c’est aussi une réflexion générale plus approfondie sur la place des Grecs en face de la puissance des Perses et du monde barbare qui l’intéresse. Il peut y voir déjà la préparation d’un conflit fatal entre l’Europe et l’Asie.

155Jean Bruneau esquisse le paysage de prédilection de l’auteur de Salammbô :

  • 73 Jean Bruneau, Le « Conte Oriental » de Flaubert, Collection Documents inédits, Les lettres nouvelle (...)

Toute l’œuvre historique de Flaubert aura pour sujet l’Orient, à l’exception de La Légende de saint Julien et du projet des Thermopyles : encore la bataille mettait-elle aux prises le monde oriental et l’Occident 73!

156Aurait-il écrit La bataille des Thermopyles s’il avait vécu plus longtemps?

  • 74 Gustave Flaubert, Corr., op. cit. vol. III, p. 320.
  • 75 Gustave Flaubert, Corr., op. cit. vol. IV, p.3, lettre à George Sand, 1er janvier 1869.

157Dans tous les cas, ces notes peuvent être vues comme la première phase de la genèse du roman, comme on a essayé de le montrer. Ce serait un « livre de passion »74, correspondant à son idée souveraine de la littérature : « ... on ne choisit pas ses sujets. Ils s’imposent. Trouverai-je jamais le mien 75? ».

  • 76 Georges Bataille, Lettre à René Char sur les incompatibilités de l’écrivain, Fata Morgana, 2005, p. (...)

158Idée bien plus tard exprimée avec force par Georges Bataille pour qui l’engagement de l’écrivain est « ... l’effet d’une passion, d’un insurmontable désir, qui ne laissèrent jamais le choix76. »

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Gustave Flaubert, Correspondance, édition dans la « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, vol. V, 2007, présenté par Jean Bruneau et Yvan Leclerc, lettre à Edma Roger des Genettes, 2 avril 1877, p. 214.

2 Ibid., vol. III, p. 157, lettre du 19 juin 1861.

3 Pierre-Marc de Biasi, Gustave Flaubert, Une manière spéciale de vivre, Grasset, 2009, p. 428.

4 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. V, lettre du 19 Juin 1879, p. 663.

5 La courbure descendante, à droite, de certaines lignes au verso de la feuille manuscrite incite à parler d’un carnet ou d’un cahier (voir l’image de la p. 8).

6 « Voyez tome 1er Clavier page 15 ». C’est la page 15 du livre de Clavier. L’image de la page 2 de notre document est jointe. On a donné au manuscrit et à la transcription le même numéro.

7 Pausanias, Description de la Grèce, en dix tomes : I Attique, II Corinthie, III Laconie, IV Messénie, V Élide 1, VI Élide 2, VII Achaïe, VIII Arcadie, IX Béotie, X Phocide.

8 Dans les citations du grec, Flaubert ne met ni les accents ni les esprits sur les voyelles initiales ni le iota souscrit du datif.

9 Pausanias, Description de la Grèce, édition bilingue, traduction de M. Clavier, Elibron Classics Edition, dix livres, 2006. Dans cette traduction, on trouve les noms latins des Dieux : Athéna est toujours appelée Minerve, Déméter Cérès, Artémis Diane, Zeus Jupiter... Et les noms propres grecs terminés en –os sont le plus souvent en –us. Texte grec et traduction de M. Clavier disponibles en ligne : http://remacle.org/bloodwolf/erudits/pausanias/attique.htm.

10 Hérodote (490-430 avant Jésus-Christ), historien de la croissance de l’empire perse et des guerres médiques. Histoire, édition Charpentier de 1850, traduction de Larcher, tome deux, livre VII, Polymnie.

11 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. I, lettre à Maxime Du Camp, 25 mars 1846, p. 259.

12 Jean Seznec, Les lectures antiques de Flaubert entre 1840 et 1850, Mélanges, Revue d’histoire de la philosophie, 7, 1939, p. 274 et 277. Seznec signale que le jeune Flaubert lit Hérodote — dans le texte — et Pausanias dans la traduction de Clavier.

13 Maxime Du Camp, Souvenirs Littéraires, Balland, 1984, p. 158-159.

14 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. I, p. 733-734.

15 Gustave Flaubert, Voyage en Égypte, édition intégrale du manuscrit original établie et présentée par Pierre-Marc de Biasi, Grasset, 1991, p. 257.

16 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. I, lettre du 19 décembre 1850, p. 724-725.

17 Ibid., vol. I, p. 738.

18 Dans les transcriptions diplomatiques, dans la mesure du possible, nous respectons la disposition du texte sur le manuscrit, la ponctuation, et l’orthographe de Flaubert. Mais, dans les citations de Pausanias, au cours de cette présentation, pour plus de clarté, nous rétablissons l’orthographe et la ponctuation.

19 Le tombeau de Laïus (ou Laïos) devait se trouver près du carrefour des Trois Routes où Œdipe, selon Sophocle, tua, sans le connaître, son père qui voulait l’empêcher de passer.

20 Gustave Flaubert, Voyage en Orient, édition présentée et établie par Claudine Gothot-Mersch, annotations et cartes de Stéphanie Dord-Crouslé, « Folio Classique », Gallimard, Paris, 2006, p. 403.

21 Flaubert a écrit « ενθαυτα » au lieu de « ενταυθα », qui serait correct (là, alors). Pausanias, I, 24, 1.

22 Gustave Flaubert, Voyage en Orient, op. cit., p. 442.

23 Mélaenides : sorte de coquillages noirs, attribut de cette Vénus de Corinthe. Pausanias explique ce surnom sacré ou épiclèse, p. 43 : « la seule raison pour laquelle on ait donné ce nom à cette déesse est que les hommes pour la plupart n’ont commerce avec leurs femmes que la nuit et non en plein jour comme les autres animaux. »

24 Gustave Flaubert, Corr., vol. I, op. cit., lettre à Louis Bouilhet, 10 février 1851, p. 751. Excellent architecte, Trophonius construisit le temple d’Apollon à Delphes, dont parle Pausanias (p. 26), mais s’étant enrichi frauduleusement, il fut englouti au fond d’un abîme d’où, d’après la légende, il prononçait des oracles.

25 Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, Pocket Classiques, 1999, préface et commentaires de Pierre-Louis Rey, p. 154.

26 Gustave Flaubert, Voyage en Orient, op. cit., p. 401.

27 Voir la page manuscrite (25) jointe.

28 Gustave Flaubert, Voyage en Orient, op. cit., p. 411. Lion en pierre érigé sur une colline à l’entrée du défilé des Thermopyles en mémoire de Léonidas (Hérodote, Histoires, VII, 225).

29 Ibid., note de Stéphanie Dord-Crouslé, p. 706.

30 Ibid., p. 411-412. J.-A. Buchon, historien, auteur de La Grèce continentale et la Morée. Giorgi est le drogman.

31 C’est le début de la célèbre inscription gravée sur place à la gloire des Spartiates tombés aux Thermopyles : « Passant, va dire à Sparte qu’ici nous sommes morts pour obéir à ses lois. » On la doit au poète Simonide de Céos (556-467 avant Jésus-Christ).

32 Maxime Du Camp, Souvenirs Littéraires, Balland, 1984, p. 168.

33 En 280 avant Jésus-Christ, les Gaulois sous la conduite de Brennus leur chef, attaquent les Grecs aux Thermopyles, puis prennent Delphes.

34 Tombeau accompagné d’un autel, où l’on rendait les honneurs à la mémoire du héros qui y était inhumé.

35 Pausanias, Description de la Grèce, livre I, L’Attique, Édition Les Belles Lettres, Paris, 2009, traduction de Jean Pouilloux, texte commenté par François Chamoux, note p. 193. L’Odéon était un grand théâtre fermé et couvert, destiné à des concerts et à des conférences.

36 Roland Barthes, Le Plaisir du texte, « Tel Quel », Seuil, Paris, 1973, p. 25.

37 L’Altis est, à Olympie, le bois sacré de Zeus. Pausanias, Élide, ch. 10, 1.

38 Les oies du Capitole, consacrées à Junon, auraient donné l’alerte à Rome, lors d’un assaut des Gaulois, vers 390 avant Jésus-Christ.

39 Je souligne les mots vagues que Flaubert a cru pouvoir interpréter.

40 Gustave Flaubert, Voyage en Égypte, op. cit., p. 217 : « Des Arabes nous remettent sur la route et nous arrivons à Memphis. »

41 Polybe (208-126 av. J.-C), historien grec dont Flaubert s’est inspiré pour écrire Salammbô.

42 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. II, lettre à Louise Colet, 7 avril 1854, p. 547.

43 Gustave Flaubert, Salammbô, édition préfacée, annotée et commentée par Jacques Neefs, Le Livre de Poche, LEG, Paris, 2011, « Un chapitre d’explications », p. 487.

44 Ibid., p. 489.

45 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p.140 et p. 486.

46 Gustave Flaubert, Corr., op. cit,, vol. III, lettre à Guillaume Froehner, 21 janvier 1863, p. 297.

47 Antinoé, fille d’un roi de Mantinée, suivit un serpent sur le conseil d’un oracle. Elle amena les habitants de Mantinée jusqu’à un emplacement au bord du petit cours d’eau, l’Ophis, où ils fondèrent une ville nouvelle.

48 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 59.

49 Ibid., p.49.

50 Ibid., p. 238.

51 Ibid., ch. XIV, p. 380.

52 Pierre-Marc de Biasi, Gustave Flaubert, Une manière spéciale de vivre, op. cit., p. 445.

53 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. V, présenté par Jean Bruneau et Yvan Leclerc, lettre à Edma Roger des Genettes, 2 avril 1877, p. 214.

54 Ibid., lettre à sa nièce Caroline, 19 novembre 1879, p. 742.

55 Ibid., p. 770.

56 Le vocable « cnémides », devenu emblématique, se retrouve dans Pausanias et dans Salammbô (voir note 50).

57 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, Mémoires de la vie littéraire, « Bouquins », Robert Laffont, 1956, 1989, t. II, 1866-1886, 20 septembre 1879, p. 842-843.

58 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. IV, p. 604.

59 Je souligne.

60 Émile Zola, Les Romanciers naturalistes, G. Charpentier éditeur, Paris, 1881, p. 208.

61 Guy de Maupassant, étude préfaçant les Lettres à Georges Sand, Charpentier, 1884.

62 Homère, Iliade, chant VI, 488-490.Traduction de Paul Mazon, Édition « Les Belles Lettres », Paris, 1961.

63 Manuscrit : pages 56 et 57, et transcriptions, pages 56, 57a et 57b pour les lignes marginales verticales.

64 Hérodote rapporte que les Lacédémoniens « se peignaient les cheveux... Lorsqu’ils sont sur le point d’exposer leur vie, ils s’ornent la tête » (VII 208-209). Mais il s’agit sans doute d’un rite religieux, usage sacré avant la bataille.

65 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. IV, p. 232, lettre à George Sand, 7 septembre 1870.

66 Ibid., lettre à la princesse Mathilde, 7 septembre 1870, p. 230.

67 Flaubert a lu, et relu en Grèce le poète tragique : « J’ai relu Eschyle. [...] ce que j’aime le mieux, c’est Agamemnon ». Lettre à Louis Bouilhet, à Patras, le 10 février 1851, Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. I, p. 755.

68 Eschyle, Les Perses, vers 87 à 90, Édition « Les Belles Lettres », Paris, 1953, traduction de Paul Mazon, p. 66.

69 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., lettre à George Sand, fin décembre 1875, vol. IV, p. 1000.

70 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 240.

71 Ibid., préface de Jacques Neefs, p. 29.

72 Passage cité plus haut du Voyage en Orient (Grèce), édition de Claudine Gothot-Mersch, op. cit., p. 411.

73 Jean Bruneau, Le « Conte Oriental » de Flaubert, Collection Documents inédits, Les lettres nouvelles, chez Denoël, 1973, p. 199.

74 Gustave Flaubert, Corr., op. cit. vol. III, p. 320.

75 Gustave Flaubert, Corr., op. cit. vol. IV, p.3, lettre à George Sand, 1er janvier 1869.

76 Georges Bataille, Lettre à René Char sur les incompatibilités de l’écrivain, Fata Morgana, 2005, p. 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Mondon, « Flaubert aux Thermopyles », Flaubert [En ligne], Genèse, Manuscrits/Transcriptions inédites, mis en ligne le 14 février 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2191

Haut de page

Auteur

Geneviève Mondon

ITEM/CNRS-ENS

Articles du même auteur

Haut de page