Navigation – Plan du site
Études de genèse

D’Astarté à Tanit

Flaubert lecteur de La Déesse Syrienne de Lucien de Samosate
Geneviève Mondon

Résumé

L’étude génétique et les transcriptions des manuscrits de travail de Salammbô ont permis d’identifier une « source » majeure du roman, La Déesse Syrienne de Lucien de Samosate. C’est en effet dans ce traité grec que Flaubert a trouvé de multiples éléments pour l’architecture du temple et pour les caractéristiques de la déesse Astarté, devenue Tanit à Carthage. Il a transposé les rites et les symboles de son culte ésotérique. Lucien est un témoin oculaire, observateur et précis, mais aussi un esprit critique qui ne parle pas en adepte de cette religion. Flaubert pouvait donc lui faire confiance lorsqu’il parle de la prostitution sacrée, des sacrifices d’enfants, et même du rôle mythique des animaux. Ce sont les traces de l’élan créateur donné par son œuvre à l’auteur de Salammbô que nous avons voulu retrouver.

Haut de page

Texte intégral

IshtarAfficher l’image
Crédits : British Museum, londrees
  • 1 Gustave Flaubert, Correspondance, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, vol. III, 1991, (...)

Quant au temple de Tanit, je suis sûr de l’avoir reconstruit tel qu’il était, avec le traité de la Déesse de Syrie1.

1Dans sa lettre à Sainte-Beuve, Flaubert reconnaissait sa dette envers Lucien de Samosate, auteur de ce traité à la gloire d’Astarté, déesse syrienne, et répondait ainsi aux critiques après la publication de Salammbô.

2L’enquête dans les manuscrits de travail, brouillons des premiers chapitres et notamment de celui qui devait être la préface, fournit en effet de nombreuses traces du texte grec. Très tôt, dès qu’il évoque son nouveau roman, alors intitulé Carthage, Flaubert pense à Astarté :

  • 2 Gustave Flaubert, Correspondance, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, vol. II, 1980, (...)

Je suis en train de lire un mémoire de 400 pages in-quarto sur le cyprès pyramidal, parce qu’il y avait des cyprès dans la cour du temple d’Astarté2. (mai 1857)

  • 3 Les folios joints et mis en caractères italiques appartiennent au recueil B.N. N.a.f. 23 658.
  • 4 Recueil BN N.a.f. 23 662, folios 189, 219, 220.

3Dans un folio préparatoire (117v°3), portant le titre de « religion (mythes)», et se présentant comme une page de prises de notes à partir de plusieurs livres, il désigne souvent la Déesse Syrienne. On y relève six fois le nom d’Astarté. Les scénarios primitifs citent Astarté bien avant qu’apparaisse le nom de Tanit. Le zaïmph est longtemps appelé « le péplos d’Astarté »4. Dans une note marginale du folio 182, Flaubert définit les principes fondateurs de son roman :

la religion roule sur 2 idées : Baal et Astarté,
le terrible, sanguinaire, et le voluptueux, l’orgiaque.

  • 5 Ibid., folios 181 et 182.

4Dès les premiers plans du roman, le rayonnement d’Astarté enveloppe les scènes comme un charme irrésistible pour l’héroïne (elle ne se nomme pas encore Salammbô), qui doit être « enivrée du feu mystico-hystérique d’Astarté, état super-olympien. » lorsqu’elle touche le voile de la déesse que lui apporte Mâtho (Mathos dans ce scénario initial)5.

  • 6 Georg Friedrich Creuzer, Religions de L’Antiquité, considérées principalement dans leurs formes sym (...)

5On sait que c’est vers l’Orient que Flaubert se tourne lorsqu’il commence à se documenter pour Salammbô. Sur Carthage même, peu de renseignements. Or à plusieurs endroits, l’ouvrage de Creuzer qu’il consulte pour les religions antiques le renvoie au traité de Lucien de Samosate, De Dea Syria, que le savant cite dans la liste des documents de référence6. La Déesse Syrienne est donc une source importante reconnue par l’auteur, citée dans le dossier documentaire Salammbô, sources et méthode qu’il constitua pour la défense de son roman. Quelle est sa spécificité au milieu de tant de livres lus, la Bible, Plutarque, Apulée, et de tant de choses vues par lui-même au cours de son voyage en Afrique du Nord ?

6Cette étude vise à constituer un exemple de la transformation que Flaubert opère à partir d’une source sûre et garantie. Elle lui permet d’imaginer, de se représenter ces objets fictifs. Comment les intègre-t-il au décor et au processus diégétique ?

Lucien à l’origine

  • 7 Samosate, capitale du royaume indépendant de Commagène, était fortement hellénisée.
  • 8 L’Âne, ouvrage souvent dénié à Lucien, parce que la langue en est populaire. Son authenticité est a (...)

7Né à Samosate, ville de Syrie7 située sur les bords de l’Euphrate, Lucien devint un des auteurs grecs les plus réputés du deuxième siècle de notre ère. Son œuvre est considérable, Les Dialogues des dieux, Les Dialogues des morts, L’Assemblée des dieux, Les Dialogues des Courtisanes, l’Histoire véritable, l’Âne8 étant parmi les ouvrages les plus connus.

8Ses idées anticonformistes et son esprit critique, son art du dialogue et de la satire lui ont valu l’admiration d’écrivains appréciés de Flaubert, comme Rabelais et Voltaire. Il est resté un auteur important dans les études grecques classiques. Flaubert possédait les œuvres complètes reliées de Lucien dans sa bibliothèque : elles bénéficient d’annotations, gage d’une lecture attentive.

  • 9 Gustave Flaubert, Œuvres de Jeunesse, Œuvres complètes, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, (...)
  • 10 Philippe Dufour, Flaubert ou la prose du silence, « Le Texte à l’œuvre », Nathan, Paris, 1997, p. 1 (...)

9Une coïncidence nous intéresse : Lucien a écrit un petit opuscule intitulé L’Ignorant Bibliomane, pamphlet qui s’attaque aux faux érudits. Or un des tout premiers textes du jeune Gustave s’intitule Bibliomanie. En fait il y a peu de ressemblances entre ce récit d’un fait divers romanesque du XIXe et le portrait d’un pédant du IIe siècle, sauf que l’on retrouve, chez les deux faux lecteurs, le même amour des livres-objets, et le goût des titres, qui semblent leur seule lecture9. Néanmoins c’est un texte significatif pour la genèse de l’esthétique flaubertienne, basée sur le mystère du langage et des signes, ce que montre bien Philippe Dufour dans une étude sur cet ouvrage de jeunesse10.

10Lucien de Samosate est lui-même de là-bas, de l’Orient aimé, c’est un Syrien, un Barbare devenu rhéteur cultivé, connu pour écrire un Grec parfait. Sa langue natale pourtant était sémitique, sans doute l’araméen. Dans La Déesse Syrienne, qu’il écrivit en dialecte ionien, il relate son expérience personnelle, et se pose lui-même en témoin oculaire :

  • 11 Lucien de Samosate, La Déesse Syrienne, Guy Trédaniel, éditions de la Maisnie, Paris, 1980, traduct (...)

J’écris en tant qu’Assyrien et ce que je relate, je l’ai appris, pour une part, en le voyant de mes yeux, et j’ai été, pour l’autre, informé par les prêtres de tout ce que j’expose d’antérieur à mon âge11, dit-il, dès le premier chapitre.

11Authenticité de son témoignage, objectivité de ses observations, Lucien est connu pour son indépendance d’esprit. Il se donnait comme mission de démasquer tous les charlatanismes et de démolir les préjugés. Alors s’il s’agit de religion, Flaubert ne peut que lui faire confiance et apprécier son traité, d’autant plus qu’il offre, nous le verrons, la possibilité du doute ou du choix entre plusieurs explications, et semble vouloir éviter tout fanatisme. Il n’a pas écrit un discours doctrinal ou un ouvrage religieux mais le récit vivant d’une vraie rencontre avec la statue d’Astarté dans le temple d’Hiéra, (appelée Hiérapolis par les Grecs), temple qui est consacré à la déesse.

Il existe en Syrie, pas très loin du fleuve Euphrate, une ville qui s’appelle Hiéra... Je vais donc parler de cette ville et de tout ce qu’elle renferme. (I)

12Lui, le satiriste, féroce pour toutes les superstitions, se laisse attendrir par ses souvenirs du culte d’Astarté, avec l’offrande de ses cheveux d’enfant à la déesse :

Lorsque j’étais jeune encore, j’ai aussi moi-même accompli ce rite, et ma boucle et mon nom sont encore dans le temple. (LV)

13C’est une preuve de sa sincérité.

  • 12 Gustave Flaubert, Salammbô, Œuvres complètes, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, vol (...)

14Flaubert a imaginé que le don des « prémices » des jeunes gens pouvait faire partie des coutumes carthaginoises. On trouve cette tradition dans son chapitre d’explications12. « Des chevelures étaient enfermées dans des vases d’argent » dans le temple de Baal-Khamon. On voit aussi ces vases précieux, renfermant les « prémices de la barbe et de la chevelure » dans le temple de Melkarth, au folio de brouillon, 195v° (N.a.f. 23658). Dans le roman publié, c’est dans la première chambre du temple de la divinité féminine que l’on remarque ces offrandes :

  • 13 Ibid., p.632.

tout autour de la muraille, dans des corbeilles de roseau, s’amoncelaient des barbes et des chevelures, prémices des adolescences13.

  • 14 Ibid., p. 723.

15Lucien relate ce qu’il a vu dans la Ville Sacrée où subsistait des traditions des cultes mésopotamiens très anciens. La Syrie est comme le berceau des religions orientales pour Flaubert. Ainsi au brouillon, Schahabarim, le prêtre qui « avait étudié au collège des Mogbeds, à Borsippa, près de Babylone »14 révèle à Salammbô l’origine de la religion de Carthage : « Pour toi je vais te dire la vérité telle qu’elle vient de Syrie ». (folio 291)

Astarté

16Le culte d’Astarté, très répandu dans le monde gréco-romain, dans sa partie orientale notamment, était encore enveloppé de mystère, avec ses rites étranges, ses prêtresses exaltées, ses pratiques barbares. L’ouvrage de Lucien est un des rares documents qui puisse renseigner directement sur cette religion ésotérique. Il l’a observée avec un esprit critique bien connu du romancier et une perspicacité qui l’intéresse.

17La personnalité de la déesse de Syrie, proche de l’Ishtar babylonienne, voluptueuse et belliqueuse, avait aussi de quoi tenter Flaubert. Elle bénéficie de tous les caractères associés à celle que la Bible désigne sous le nom d’Astoreth, l’Abominable déesse, figurant la dépravation de la ville de Babylone. Déesse de l’amour libre, Ishtar a laissé beaucoup d’elle-même dans ses homologues, Astarté, Atargatis, Dercéto, Aphrodite, Vénus, Tanit. C’est la déesse aux mille noms, aux mille formes. Au IIème siècle, le syncrétisme, issu du mélange des peuples et des religions, permettait ces variations. Il semble acquis que les divinités possèdent plusieurs noms, selon leurs propriétés ou selon les régions. Ainsi Lucien se soucie d’établir des comparaisons, et l’ironie, familière à l’auteur, se dévoile dans ce jeu avec les noms des déesses, si sacrés pour les fidèles. La tolérance religieuse dont il fait preuve devait plaire à Flaubert :

Quant à Héra, elle présente, si tu l’examines, une forme à multiples aspects. Dans l’ensemble, c’est bien Héra, mais elle a quelque chose des attributs d’Athéna, d’Aphrodite, de Séléné, de Rhéa, d’Artémis, de Némésis et des Moires. D’une main elle tient un sceptre ; de l’autre, un fuseau. Sur la tête, elle porte des rayons, une tour et le bandeau dont on orne la seule Aphrodite céleste. (XXXII)

  • 15 Ibid., p. 608.

18Le folio 117v°, intitulé « religion (mythes) », énumère d’ailleurs d’autres noms de cette divinité : « Pasiphaé, divinité lunaire en rapport avec le taureau », « El-Samora= la glorieuse, Vénus des Arabes ». Et à cette liste, l’auteur de Salammbô, convaincu du principe des équivalences divines, joindra assez vite Tanit, nom pris dans Creuzer, forme de Tanaïtis. Le savant mentionne le nom de Tanit comme homologue d’Astarté, puissance sidérique ; il signale des inscriptions puniques portant le nom ancien d’Anaïtis ou de Tanaïtis. On voit certains de ces noms dans la prière de Salammbô15. D’origine chananéenne, la vierge carthaginoise invoque d’abord Tanit, Anaïtis et Astarté.

19La présence de l’ouvrage de Lucien dans les manuscrits est parfois concrète comme une empreinte visible, une étiquette. Au folio 365v°, c’est le nom même de Lucien que l’on découvre sous la première ligne d’un paragraphe à demi encadré, qui commence ainsi : « Statue en or, assise sur des lions ». On lit son patronyme, et au dessous le chiffre 30, qui correspond au chapitre de La déesse Syrienne où se trouvent les diverses indications sur le temple.

  • 16 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. III, p. 274, lettre à Félicien de Saulcy, 18-19 décembre 18 (...)

20Pourquoi Flaubert écrit-il cette note de régie ? Certainement pour la retrouver plus tard si nécessaire. D’ailleurs, pour expliquer sa méthode, il donne une raison, il s’agit de ne pas confondre avec ses objets imaginaires : « Au reste, je ne distingue plus maintenant dans mon livre, les conjectures des sources authentiques16. » écrit-il, après avoir rappelé l’origine livresque de certains « détails ». Cet aveu explique l’inscription du nom de Lucien, comme un repère utile, sorte de garantie. Lecteur inlassable de lui-même, de ses brouillons, il met un signe de reconnaissance dans un souci de rigueur. Quoi qu’il en soit, le généticien ne découvre pas sans plaisir cette « estampille ».

Le temple de Tanit

  • 17 Gustave Flaubert, Corr., op. cit,. vol. II, p. 845, lettre à E. Feydeau. « Et dans deux jours j’ent (...)

21Dans les très nombreux folios, brouillons du chapitre qui devait être une préface décrivant la situation générale de Carthage, et que Flaubert a abandonné17, on rencontre des détails significatifs pris dans La Déesse Syrienne : la plupart sont ensuite intégrés dans le texte définitif, transformés, éparpillés, sublimés, mis en scène. Le chapitre XXX, coché par Flaubert, décrit les bâtiments de l’enceinte sacrée :

Le temple regarde le soleil levant. Sa forme et sa structure rappellent celles des temples en Ionie. Une large assise, haute de deux brasses, l’exhausse de la terre, et c’est sur cette assise que le temple est posé. On y accède par une montée en pierre, qui n’est pas très large. Dès que l’on est monté, c’est une grande merveille qu’offre le pronaos, car il est orné de portes d’or.

  • 18 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 921.

22On retrouve dans le chapitre « d’explications » les lignes générales du lieu18 : monticule, escalier, portiques, mais le dessinateur virtuel s’est attardé sur chaque point, à chaque pas. Et dans le roman publié, l’espace s’élargit devant les personnages dont l’émotion décuple l’attention. Mâtho et Spendius sont entrés subrepticement pour prendre le voile de la Déesse.

23L’auteur a retenu, il l’a dit lui-même, certains éléments de l’architecture. Le même paysage entoure le sanctuaire d’Astarté et le temple de Tanit.

À Hiérapolis : L’emplacement même sur lequel le sanctuaire a été bâti est sur une colline. Situé tout à fait au milieu de la ville, il est entouré d’un double mur. (XXVIII)
À Carthage: L’enceinte de Tanit, large comme une ville, occupait un monticule au nord de Byrsa.

  • 19 Ibid., p. 631.
  • 20 Ibid., p. 634.

24Dans la partie barrée du folio 412, plan qui suit l’amorce scénarique du chapitre V, aux trois enceintes de l’immense domaine dévolu au temple qui correspondent à l’observation de Lucien, s’ajoute encore une quatrième, agrandissement nécessaire pour loger les boutiques, les bosquets, le bassin et ses poissons. L’amplification s’accorde au regard ébloui de Mâtho devant ce monde démesuré et étrange. Au chapitre V, « le temple de Tanit, ensemble de monuments et de jardins, de cours et d’avant-cours, bordé par un petit mur de pierres sèches19. » déploie un espace immense. Les perspectives se multiplient, les portiques, les chambres secrètes, les ornements prolifèrent. Il faut aussi restituer « les complications de l’architecture »20. Le romancier, qui n’est pas un grand dessinateur, a pourtant tracé, au folio 469v°, un schéma sommaire, en marge de cette page compliquée, tentative pour suivre les indications de Lucien sur le temple avec son « double mur », les propylées, les deux chambres, et autour du sanctuaire, les « colonnes disposées en hémicycle ». Le chiffre « 28 », inscrit sous la huitième ligne, authentifie de nouveau pour lui-même ces renseignements pris dans La Déesse Syrienne, (XXVIII). On lit aussi en marge du folio 412 que le temple ne s’est « pas fait d’un seul coup » conformément à ce que remarque avec objectivité Lucien :

le temple primitif fut au cours des âges détruit par le temps(XVII),
L’un de ces murs est ancien, l’autre n’est pas de beaucoup antérieur à nos jours.

25L’importance des portes, portes d’or ou portes d’ivoire, est commune aux deux descriptions. Des portiques se déploient à Mégara, et dans les propylées de Hiérapolis « se dressent les phalles ». Lucien désigne ainsi, par métaphore, des colonnes très hautes.

Deux énormes phalles se dressent en outre dans les propylées... On voit encore ce symbole dans le sanctuaire : à droite du temple, se trouve assis un petit homme en airain, qui a un membre énorme. (XVI)

26Il explique leur édification par le culte de Dionysos, fondateur d’un des temples de Hiérapolis. Comme d’autres historiens, l’helléniste Mario Meunier reconnaît la valeur de ces traditions :

oute la symbolique religieuse de l’antiquité orientale étant basée sur la divinisation des forces productives et génératrices de la vie, le phalle était l’image du principe permanent et fécond qui est la source ininterrompue de la vie...

  • 21 Le mot phalle (encore attesté en 1605), désignait la représentation du membre viril érigé, porté da (...)
  • 22 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 632.
  • 23 Ibid., p. 790.

27Ce traducteur garde la forme francisée du mot grec Phallus21. Les phalles sont sans doute d’origine chaldéenne comme les obélisques sont d’origine égyptienne. Flaubert doit apprécier le fait que Lucien évoque les objets sexuels, objets sacrés alors. Mais dans une volonté de privilégier le point de vue du personnage un peu perdu dans ces bosquets, il les distribue négligemment dans le jardin du temple de Tanit : « çà et là un phallus de pierre se dressait, et de grands cerfs erraient tranquillement »22. Il se produit une apparente perte de sacré au milieu des autres choses, due au transfert sur la conscience troublée du héros. Plus solennel, « un phallus d’ivoire, bordé d’un cercle de pierreries » est érigé sur le pavillon de Khamon23 dans le cortège derrière Moloch.

  • 24 Stylite : « Sur l’un de ces phalles, un homme monte deux fois par an, et séjourne au sommet de ce p (...)
  • 25 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 635.

28Sur certaines de ces hautes ─ et larges ─ colonnes se hissent parfois des hommes pour prier. L’histoire du « stylite24 » n’est pas retenue, mais Flaubert adopte la forme en question et la colonne se transpose, dans la deuxième partie du folio 469v°, en un ensemble architectural très suggestif : « bloc conoïde ─ (sous une voûte si haute qu’elle ressemble à un phallus) ». Dans le roman définitif, l’idée de « colonne » est « récupérée »par la comparaison25:

Alors ils pénétrèrent (Mâtho et Spendius) dans une petite salle ronde, et si élevée qu’elle ressemblait à l’intérieur d’une colonne.

  • 26 « Orgueil plus que sacerdotal ». (folio 432v°).

29Le « bloc conoïde » est la représentation primitive de la divinité féminine, dessinée ensuite avec des bras et une « boule au sommet en guise de tête » pour former le signe de Tanit, tracé par le romancier dans les folios 412 et 472v°. À l’arrivée du personnage dans le temple, il lui donne l’attitude « sacerdotale26 » qui convient devant le caractère sacré de la sculpture :

Il y avait à l’entrée, entre une stèle d’or et une stèle d’émeraude, un cône de pierre ; Mâtho, en passant à côté, se baisa la main droite.

Les déesses, d’Astarté à Tanit

  • 27 Pierre-Marc de Biasi, Gustave Flaubert. Une manière spéciale de vivre, Grasset, Paris, 2009, p. 243 (...)

30La représentation de la déesse, sous ses formes variées, demande de nombreuses recherches dont témoignent des pages de notes sur la religion issues de différentes sources. Certains folios, 59v° et 117v° notamment, destinés à la préface, ne comportent que des indications générales, du « savoir référentiel 27», premier matériau composite susceptible de devenir des éléments du roman. Tout à coup, dans d’autres folios très ressemblants, apparaissent des personnages du roman. On surprend alors le geste du romancier pour les faire entrer en scène. Et que l’histoire commence… En quelques formules, il introduit Mâtho dans une injonction scénarique qui s’impose dans le flot de renseignements divers.

D’abord une femme ─ puis hermaphroditique ─ puis un cône ─
que Mâtho peu à peu soit empoigné ─ c’est un plaisir pour lui ─ α à mesure qu’il a du plaisir, il est troublé ( folio 365v°).

31Dans le début du chapitre V, Mâtho, traversant les jardins des prostituées sacrées subit cette forte emprise qui excite son désir :

  • 28 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 633.

Mâtho suffoquait dans la chaude atmosphère que rabattait sur lui les cloisons de cèdre. Tous ces symboles de la fécondation, ces parfums, ces rayonnements, ces haleines l’accablaient. A travers les éblouissements mystiques, il songeait à Salammbô28.

32Dans les deux œuvres, la description de la déesse est privilégiée. Les situations sont évidemment différentes, mais on reconnaît la parenté des divinités.

  • 29 Au British Museum se trouve un bas-relief censé représenter Ishtar, déesse babylonienne, nommée « L (...)

Des lions portent Héra (XXXI)
statue en or, assise sur des lions (folio 365v°)29.

33La richesse des ornements caractérise la déesse de Syrie :

Extérieurement, elle est couverte d’or et de gemmes infiniment précieuses. [...] On y voit encore quantité d’onyx de Sardes, des hyacinthes et des émeraudes, que lui apportent les Egyptiens, les Indiens, les Ethiopiens, les Mèdes, les Arméniens et les Babyloniens. (XXXII)

  • 30 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 635.

34La diversité des origines a intéressé Flaubert qui note, dans le folio 365v°, « profusion de pierres précieuses de tous les pays ». Cuivre, argent, airain de Chypre sont énumérés, mais on remarque surtout dans la marge l’« emploi de l’écaille », matière qui recouvre le corps de la déesse : « Des écailles, des plumes, des fleurs et des oiseaux lui montaient jusqu’au ventre »30. Car Tanit hérite aussi de Dercéto, déesse-poisson qu’évoque Lucien à propos de Sémiramis, sa fille :

J’ai remarqué, en Phénicie, une représentation de Dercéto ; c’est un étrange spectacle. Femme jusqu’à mi-corps, tout ce qui part des cuisses jusqu’à la pointe des pieds s’allonge en queue de poisson. (XIV)

  • 31 Ibid., p. 790.

35Dans le défilé des divinités lors du sacrifice à Moloch, on remarque sa présence : « Dercéto, à figure de vierge, rampait sur ses nageoires »31. Salammbô, elle-même incarnation de la déesse, porte une tunique révélatrice de ce lien avec Dercéto aux moments solennels de sa vie, quand elle part pour le camp de Mâtho, « Des écailles d’or se collaient à ses hanches », et le jour fatal de ses noces :

  • 32 Ibid., p. 731 et 831.

Des chevilles aux hanches, elle était prise dans un réseau de mailles étroites imitant les écailles d’un poisson32.

36Lucien semble fasciné par un autre phénomène étrange :

Mais l’objet qui mérite une plus grande attention est celui dont je vais présentement parler. Sur sa tête, cette statue porte une gemme qu’on appelle Lychnis, et ce nom lui provient de sa propriété. De cette gemme, jaillit durant la nuit une si vive lueur, que le temple est par elle éclairé tout entier, comme par des lampes. (XXXII)

37Aux folios 117v° et 365v° figure la même indication remarquable, importante pour le romancier toujours attentif aux sources de lumière :

la divinité d’Hiérapolis a sur la tête une gemme appelée Λυχνις (Lychnis) qui la nuit éclaire le temple. C’est le texte même de Lucien.

  • 33 Ibid., p. 634.

38Tanit reçoit, au brouillon d’abord, folio 365v°, ce pouvoir qui se précise dans le texte définitif par une notation réaliste d’une intensité « expressionniste » : « une pierre lumineuse, enchâssée à son front dans un symbole obscène, éclairait toute la salle33. »

  • 34 Ibid., p. 635.

39Lucien note une autre propriété merveilleuse de la statue et Flaubert la retient en l’actualisant pour un visiteur possible : « de quelque côté que l’on se place, cette statue vous regarde ». Dans le roman publié, la transposition est subtile : « Ses grands yeux fixes vous regardaient »34. Ces yeux pourraient être ceux d’une femme. Leur fixité inquiète. Le maintien du pronom « vous » intrigue, dans l’incertitude du point de vue. Un effet de réel insolite entraîne le lecteur.

40Au folio 365v°, la représentation de la déesse, nommée maintenant Tanit, se complexifie :

une Tanit, portant sur sa mitre, un ctéis (symbole stylisé du sexe féminin), Dans le lac, on la baigne, α même on la noie de même qu’on brûle Hercule, mais c’est pour revivre.

Les rites et les symboles

41Les rites de purification par l’eau et par le feu sont signalés par Lucien. Ils donnent lieu à de grandes solennités, appelées « Descentes au lac », et « Fêtes du bûcher ». (XLVII et XLIX) Pour honorer les Dieux, la recherche est sans fin. Ainsi, au bas du folio 117v°, une phrase terrible: « on précipite des animaux et des enfants α on les appelle des taureaux ». Ce sacrifice des enfants est chez Lucien (sans commentaire d’ailleurs) :

Ils ont encore une autre manière de sacrifier ; la voici. Lorsque les victimes ont été couronnées, ils les précipitent vivantes du haut des propylées, et ces victimes meurent des suites de leur chute. Il est aussi des gens qui précipitent leurs propres enfants, non pourtant de la façon qu’ils le font pour les animaux. Après les avoir enfermés dans un sac, ils les projettent de leurs propres mains, en même temps qu’ils les injurient, ils disent que ce ne sont pas des enfants, mais des bœufs. (LVIII)

  • 35 Ibid., p. 795. La note 54 (p.1287) de l’édition Gallimard dans la «Bibliothèque de la Pléiade » ren (...)

42Paroles que l’on reconnaît presque telles quelles dans le roman lors du sacrifice à Moloch35 :

Les bras d’airain allaient plus vite. Ils ne s’arrêtaient plus. Chaque fois que l’on y posait un enfant, les prêtres de Moloch étendaient la main sur lui, pour le charger des crimes de peuple, en vociférant : « Ce ne sont pas des hommes, mais des bœufs ! » et la multitude à l’entour répétait : « Des bœufs ! des bœufs ! »

43Flaubert emprunte ce cri épouvantable qui souligne l’hypocrisie criminelle des prêtres et des participants. La religion antique offrait des « spectacles » alliant plaisir et cruauté, effroi et espérance étant liés dans les croyances archaïques de régénération. Mais chez Flaubert comme chez Lucien, l’horreur et la violence n’ont pas d’issue, pas d’excuse.

  • 36 Jacques. Neefs, Préface de son édition de Salammbô, « Le Livre de Poche », LGF, Paris, 2011, p. 35.

44À la fin du chapitre XIII, l’épisode sanglant déborde la « source » par son ampleur étrange et théâtrale, qu’illustre cette phrase : « et le peuple de Carthage haletait, absorbé dans le désir de sa terreur. », phrase dont Jacques Neefs a vu la dimension extraordinaire : « La formule a une capacité fabuleuse de préfiguration quant aux formes “modernes“ de la violence collective »36.

  • 37 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 831.

45Les divinités dans l’Antiquité acceptent l’horreur, la violence, « le terrible, sanguinaire », mais elles sont aussi à l’origine du désir et du plaisir, pour provoquer « le voluptueux, l’orgiaque ». Tanit, comme Astarté, déesse de la prostitution, mobilise surtout la deuxième force. Sa puissance sensuelle se déploie lors de la fête du dernier chapitre : « il devait y avoir pendant la nuit une grande prostitution 37». L’influence de la déesse se répand comme « les bouffées de senteurs molles » qui s’échappent des voiles légers des prêtresses. Une phrase résume cette influence dans ce paragraphe même : « une lasciveté mystique circulait dans l’air pesant ». Lucien parle lui aussi des orgies et de la prostitution sacrée, liées au culte de la déesse :

Les femmes pour l’honorer «doivent être prêtes, durant un jour entier, à tirer profit de leur propre beauté. La place où elles se trouvent n’est accessible qu’aux seuls étrangers et les salaires qu’elles se font deviennent une offrande pour Aphrodite. » (VI) (Aphrodite, autre nom de la Grande Déesse de la fécondité pour qui cette pratique rituelle était instituée dans certaines religions antiques)

  • 38 Ibid., p. 632.

46En traversant les galeries du temple, Mâtho et Spendius voient des femmes, parées comme des idoles, couchées par terre et qui semblent s’offrir aux passants38.

De petites cellules s’ouvraient au bord. Des tambourins et des cymbales étaient accrochés à leur colonne de cèdre. Des femmes dormaient en dehors des cellules, étendues sur des nattes.

47La notation provient peut-être de cette remarque de Lucien :

Il y a encore une multitude de gens attachés au culte : des joueurs de flûte et de chalumeau, des Galles et des femmes exaltées et frénétiques. (XLIII)

48L’ambivalence de la sexualité est notée chez nos deux auteurs. Le principe en est rappelé lors du défilé des prêtres et prêtresses parmi lesquelles les « Kedeschim aux paupières peintes, symbolisant l’hermaphrodisme de la Divinité ». Lucien cherche des explications légendaires à cette coutume ancienne qui exige que ses prêtres, les Galles, se châtrent et vivent et s’habillent en femmes pour ressembler à la déesse (XXVII et LI). Schahabarim a fait le sacrifice de sa virilité en hommage à Tanit. Dans son temple, on vend « des habits de femmes pour les hommes, et des habits d’hommes pour les femmes, la déesse ayant les deux sexes » (folios 412 et 430v°). Lors du défilé final, la danse des prêtresses, troublante et symbolique, rappelle un autre texte de Lucien, l’Éloge de la danse, qui place son origine aux premiers temps de l’univers, en même temps qu’Éros :

  • 39 Lucien de Samosate, Eloge de la Danse, édition arléa, 2007, p. 8-9.

La ronde des astres, l’entrelacement des étoiles fixes et des planètes, le rythme harmonieux et régulier qui préside à leurs mouvements communs, tout cela constitue autant d’indices de l’existence d’une danse primordiale39.

  • 40 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 831.
  • 41 Geneviève Mondon, « Un inédit de Flaubert : Salammbô. Hommage au Soleil », Flaubert [En ligne], Gen (...)
  • 42 Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des Idées Reçues, « Le Livre de Poche classique », LGF, Paris, 19 (...)

49Les prêtresses de Tanit adoptent les gestes de cette danse sidérale : « elles tournaient pour imiter la danse des étoiles »40. Dans la marge du folio 113, on lit « danse astronomique ». Cette chorégraphie cosmique entraîne Salammbô chantant devant les Barbares : « elle tournait comme un firmament couvert d’étoiles ». L’avant-texte renferme une évocation pleine de charme, comme un poème en prose, inédit, accordé au rêve de danseuse orientale de son auteur41. La danse avec le python au chapitre X relève aussi de ce rituel initiatique, le serpent étant le symbole du cercle céleste. C’est d’ailleurs avec une référence à une danseuse que Flaubert donne une clé pour le rêve : « Bayadères :... Ce mot entraîne l’imagination fort loin »42. Et il y aura encore bien d’autres mots, d’autres noms qui entraîneront « fort loin » l’imagination de Flaubert. Aphaca est un de ces noms-talismans qui scintillent, et bercent la solitude de la rêveuse Salammbô, « accroupie au fond de son appartement » :

  • 43 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 722.

elle voulait s’en aller dans les montagnes de la Phénicie, en pèlerinage au temple d’Aphaca, où Tanit est descendue sous la forme d’une étoile43.

50Lucien a vu ce sanctuaire dédié à Aphrodite, près de la source du fleuve Adonis, sur le Liban. Aux chapitres VI, VIII et IX, il évoque la légende du jeune chasseur aimé d’Aphrodite qui pleure la fin brutale, du fait d’un sanglier, de ce dieu du blé et de la végétation, ainsi que les « orgies qui se célèbrent en l’honneur d’Adonis », mystères sacrés pour commémorer sa mort violente et sa résurrection prochaine. Adonis, aimé d’Aphrodite, est un nom archétypal pour le « vieux romantique » et il l’associe à l’amour inassouvissable, à l’idéal chimérique des jeunes filles :

  • 44 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. III, p.16, lettre à Melle Leroyer de Chantepie, 18 février (...)

Ne voyez-vous pas qu’elles sont toutes amoureuses d’Adonis ? C’est l’éternel époux qu’elles demandent. Ascétiques ou libidineuses, elles rêvent l’amour, le grand amour44.

51Aphrodite, Astarté, Tanit, Salammbô, désignations différentes pour la même déesse, selon les pays. Flaubert a noté, dans son dossier Sources et méthode, une phrase en grec qui indique une des origines du personnage : « Salammbô, Aphrodite chez les Babyloniens » (folio 167). Quand il crée le personnage de Salammbô, Flaubert a dans l’esprit les aventures amoureuses d’Adonis et d’Astarté. Selon Creuzer, « Salambo » (graphie ancienne) était le nom caractéristique de cette « Vénus éperdue et cherchant son Adonis, en Syrie et à Babylone ». On trouve cette explication mythique à la mélancolie de Salammbô dans un des premiers scénarios du chapitre III :

  • 45 BN N.a.fr. 23 662, folio 198.

Influence du nom de Salammbô sur la fille d’Hamilcar ; Astarté pleure Adonis. Un immense deuil pèse sur elle. Elle cherche. Elle a un amour vague et funèbre45.

  • 46 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 790.

52Le nom sacré d’Adonis était Tammouz, et c’est sous cette appellation à la sonorité plus orientale qu’il figure dans le défilé derrière Moloch : « et le cadavre de Tammouz était traîné au milieu d’un catafalque, entre des flambeaux et des chevelures46. » On désigne ainsi le mois de juillet. Coïncidence ou écho significatif, on entend résonner le nom du dieu lorsque dans le temple de Moloch, les cris des Anciens accusent la vierge d’avoir reçu Mâtho :

  • 47 Ibid., p. 673.

On l’a vu sortir de sa chambre !
Un matin du mois de Tammouz 47!

  • 48 Ibid., p. 677.

53Tammouz remplace « soleil », mis d’abord au brouillon, dans le solennel « compliment » qu’adresse Salammbô à son père Hamilcar : « Mais le maître qui revient est comme Tammouz ressuscité 48». Le dieu renaît en effet, au printemps. Flaubert a suivi des indications de Creuzer et de la Bible sur ce dieu d’origine phénicienne. La diversité des « sources » et l’art de Flaubert pour les fondre ensemble, et les incorporer à sa vision, enveloppe parfois d’incertitude leur origine...

54D’autres mots ont une capacité de dépaysement par leur consonance orientale, exotique, comme Maphug  que l’auteur de Salammbô préfère à Hiérapolis, appellation d’origine grecque qui figure encore dans les folios 412 et 430v°, descriptifs déjà avancés du temple. Flaubert évite les noms gréco-romains adoptés par le rhéteur syrien amoureux de la langue grecque. Avec la sémitisation, il se distingue de son modèle et modifie à sa façon le vocable syriaque ancien Mabug que l’on trouve dans la marge du folio 80 (les poissons sacrés viennent des étangs de Mabug). La connaissance du lieu est ensuite attribuée à Spendius qui guide le héros avec une autorité ainsi renforcée pour aller prendre le zaïmph :

  • 49 Ibid., p. 631.

ils arrivèrent devant un trou ovale, abrité par uns grille. Mâtho, que ce silence effrayait, dit à Spendius :
« C’est ici qu’on mélange les Eaux douces avec les Eaux amères. »
« J’ai vu tout cela, reprit l’ancien esclave, en Syrie, dans la ville de Maphug »49.

55Lucien parle de ce « trou » légendaire où « deux fois par an, on fait parvenir dans le temple de l’eau de mer » (XIII), rite « des fiançailles de l’eau douce avec l’eau de mer ». Flaubert ajoute une indication issue d’une autre source : « jeter de l’eau de mer dans une crevasse qui figurait une vulve (Hiérapolis) » (N.a.fr. 23 658, folio 59v°).

La place des animaux

56Le traité sur La Déesse de Syrie n’a pas seulement permis de tracer les lignes du temple et la figure divine, il a sans doute inspiré à Flaubert d’autres rêves, d’autres idées, susceptibles de recréer l’atmosphère du monde antique. La place privilégiée accordée aux animaux peut aider à l’évocation des mœurs d’autrefois. Dans cette ville qu’est le temple et ses dépendances, la vie est très animée, foisonnante, libre.

Il y a encore une multitude de gens attachés au culte : des joueurs de flûte et de chalumeau, des Galles et des femmes exaltées et frénétiques. (XLIII)
Dans la cour, paissent en liberté de grands bœufs, des chevaux, des aigles, des ours et des lions. Ils ne font jamais aucun mal aux hommes, mais tous sont à la fois sacrés et familiers. (XLI)

57La présence des animaux familiers a impressionné Lucien, et Flaubert a certainement retenu cet aspect inhabituel pour inventer, à partir d’une seule remarque, un bestiaire luxuriant. Liés au culte d’Astarté, déesse de la fertilité, ils se promènent aussi dans le jardin du temple de Tanit. Au folio 412, dans la troisième enceinte, on voit souvent des « animaux en liberté ─ lions qui viennent renifler », «  lions dormant entre les colonnes ». Ce sont ceux que l’on voit dans le temple de Moloch où arrive Hamilcar :

  • 50 Ibid., p. 665.

Sur les dalles, de place en place, étaient accroupis, comme des sphinx, des lions énormes, symboles vivants du Soleil dévorateur. Ils sommeillaient, les paupières entrecloses…50

58Tout ce paragraphe étonnant développe la thématique de la familiarité : les lions reconnaissent les Anciens, se frottent contre leurs cuisses. Leur caractère sacré les protège : « et de grands cerfs erraient tranquillement, poussant de leurs pieds fourchus des pommes de pin, tombées. »

  • 51 Ibid., p. 632 et p. 636.
  • 52 Ibid., p. 814.

59Un cynocéphale suit les intrus, « un de ceux qui vivaient libres dans l’enceinte de la Déesse »51. « Les bêtes domestiques, redevenues sauvages » errent en liberté dans les jardins de Salammbô, au chapitre XIV52.

  • 53 Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, chronologie et préface de Jacques Suffel, Garnier- (...)

60Souvenirs d’une époque oubliée où ils étaient sacrés et vivaient en harmonie avec les hommes qui ne les dominaient pas, les animaux sont les emblèmes du passé mythique de l’humanité, comme le proclame Isis pleurant Osiris, dans La tentation de saint Antoine : « Les animaux de son Zodiaque se retrouvaient dans les pâturages, emplissaient de leurs formes et de leurs couleurs son écriture mystérieuse »53.

61On voit ainsi un grand nombre d’animaux dans le roman, partout, à tout moment, dispersés au cours du récit et qui participent parfois à l’action. Le serpent est un personnage essentiel dans l’initiation érotique de la jeune Salammbô. Le chapitre X porte son nom. L’animal devient un agent romanesque, une force agissante du récit. Les animaux fantastiques, représentants improbables d’une époque encore plus reculée, effraient les deux intrus dans la chambre secrète du sanctuaire :

  • 54 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 634.

Puis ils aperçurent tout à l’entour une infinité de bêtes, efflanquées, haletantes, hérissant leurs griffes, et confondues les unes par-dessus les autres dans un désordre mystérieux qui épouvantait54.

  • 55 B.N. N.a.fr. 23658, folio 165v°. Ce carrousel de chevaux arabes que Flaubert avait vu en Afrique du (...)

62Flaubert aime célébrer leur beauté, il est tenté par l’évocation d’une fantasia où se distinguent les chevaux numides de Narr’Havas55. Mais c’est un autre animal, tragique, que l’on verra au premier plan :

  • 56 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 703.

Un éléphant monstrueux qu’on appelait Fureur de Baal, pris par la jambe entre des chaînes, resta jusqu’au soir à hurler, avec une flèche dans l’œil56.

63Parmi les animaux évoqués par Lucien, les colombes, oiseaux sacrés d’Astarté, ont une place privilégiée. Il raconte leur légende et celle de Sémiramis qui fut, après sa mort, changée en colombe et il souligne les usages des Syriens :

ils mangent de tous les oiseaux, mais la colombe n’est pas mangée par eux ; ils la considèrent comme sacrée.
Ils ont défense d’y toucher et s’il arrive que par hasard ils y touchent, ils sont tenus pour impurs durant cette journée.... ces oiseaux sont avec eux en familiarité, entrent dans leurs maisons et se nourrissent le plus souvent à terre. (LIV)

64Flaubert avait relevé cette coutume dans un folio de notes (recueil 23 662, f° 160) à la suite de la référence à Lucien et à la Déesse de Syrie : « la colombe est sacrée. Elles entrent dans les chambres et mangent à terre ». Il retient le détail concret et pittoresque en l’embellissant avec les contrastes de couleurs, le raffinement de la matière, la comparaison hugolienne, et surtout l’implication du personnage :

  • 57 Ibid., p. 722.

Au coucher du soleil, Taanach retirait les losanges de feutre noir bouchant les ouvertures de la muraille ; alors ses colombes, frottées de musc comme les colombes de Tanit, tout à coup entraient, et leurs pattes roses glissaient sur les dalles de verre parmi les grains d’orge qu’elle leur jetait à pleines poignées, comme un semeur dans un champ57.

  • 58 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. II, lettre à Louise Colet, 22 novembre 1852, p. 179.
  • 59 B.N. N.a.fr 23 660, folios 146v° et 155.

65Salammbô ne touche pas les colombes présentes dans la chambre où elle s’ennuie, elle les regarde. Elles l’accompagnent dans son histoire et elles jouent un rôle important sur le plan symbolique. N’oubliant pas la légende que raconte Lucien, le romancier amplifie et projette sur le réel des fantasmes, en visant la «perpétuelle fusion de l’illusion et de la réalité »58. Quand elles s’en vont, émigrant à Éryx, autour du temple de Vénus, dont elles sont l’oiseau emblématique, Salammbô éprouve sans le dire des « pressentiments funèbres »59, notés dans les brouillons. L’image de leur disparition se transforme en drame prémonitoire dans sa pensée :

  • 60 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 728.

Une couleur de sang occupait l’horizon. Elles semblaient descendre vers les flots, peu à peu ; puis elles disparurent comme englouties et tombant d’elles-mêmes dans la gueule du soleil60.

66Le symbole érotique qu’elles représentent est manifeste pour le lecteur : le lendemain la vierge va chez Mâtho, figure de Moloch qui brûle comme le Soleil. Sous la tente, Salammbô rappelle à Mâtho leur rencontre lors du festin :

  • 61 Ibid., p. 738.

Je t’ai aperçu un soir, à la lueur de mes jardins qui brûlaient, entre des coupes fumantes et mes esclaves égorgés…61

67Dans cette vision hallucinée, elle revit alors la scène primitive qui a bouleversé sa vie. Recluse, toujours triste, elle apparaît comme l’image même du malheur, ainsi que l’a voulu, dès son origine, son créateur, en lui donnant le nom de la déesse « Salambo », assimilée à Astarté qui pleure Adonis, drame mythique dont elle subit l’influence : « un immense deuil pèse sur elle».

  • 62 Ibid., p. 582.
  • 63 B.N. N.a.fr. 23662, folio 194 v°.

68Quelle raison a-t-elle de descendre dans ses jardins affronter les Mercenaires occupés au festin qu’elle a elle-même organisé ? « J’avais fait venir des bœufs d’Hécatompyle, j’avais envoyé des chasseurs dans le désert ! »62. Il faut un prétexte fort et tangible pour justifier sa colère et la faire sortir de son palais, elle qui ne sort jamais. Flaubert multiplie en général les explications : on remarque parfois une « surdétermination » du réel. Quelque chose doit nécessairement intervenir : ce sera la « mort » des poissons. Le déclic s’opère sans doute à une indication sur une liste d’épisodes « poissons qu’on tue », suivie du nom de Salammbô63. C’est la Déesse Syrienne qui est à l’origine de cet élément à partir duquel tout va s’enchaîner : il s’agit de l’interdit des poissons, qui devient un facteur dynamique de l’intrigue. En relatant la légende de Dercéto, mère de Sémiramis, Lucien sans être convaincu de l’explication religieuse qu’on lui donne, parle de cette abstinence censée honorer la déesse pisciforme : « Ils regardent les poissons comme une chose sacrée et jamais ils ne touchent aux poissons. (XIV) Plus loin (XLV) il insiste encore sur la véracité de ce qu’il rapporte :

Il existe là aussi un étang, pas très loin du temple, dans lequel les Syriens entretiennent en nombre des poissons sacrés et de diverses espèces. Quelques-uns d’entre eux sont devenus énormes ; ils ont reçu des noms et ils viennent quand on les appelle. J’ai vu de mes yeux l’un d’entre eux porter un ornement en or : c’était, sur sa nageoire un bijou en or qu’on lui avait attaché. Je l’ai moi-même examiné, et il portait cet ornement.

  • 64 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 2013, texte t (...)

69Suivant les indications du traité grec, Flaubert donne des noms à ces êtres privilégiés, noms des mois, d’origine biblique ou phénicienne parmi lesquels Tammouz. L’existence de ces poissons apprivoisés est confirmée par d’autres sources, divers auteurs en ayant parlé, notamment Pline l’Ancien qui les décrit dans un temple consacré à Vénus64.

  • 65 Gérard Genette, « Vraisemblance et motivation », Figures II , « Points », éditions du Seuil, Paris, (...)
  • 66 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. II, lettre à Jules Duplan, lettre du 20 octobre 1857, p. 77 (...)

70Il est intéressant de suivre la naissance de l’idée romanesque à partir d’une rencontre qui semble due au hasard entre les soldats partis pour piller et les poissons. L’esquisse du folio 83 prévoit les reproches adressés aux soldats mangeurs-de-poissons. En fait Salammbô s’adresse d’abord aux poissons, ce qui souligne la cause de sa venue. C’est une « invocation » à ces êtres surnaturels, qui « descendaient de ces lottes primordiales qui avaient fait éclore l’œuf mystique où se cachait la Déesse. » La jeune fille les appelle pieusement par leurs noms mystérieux. Trace indéniable du texte ancien, l’existence des poissons-fétiches, ce fragment vivant de réel, joue un rôle déterminant dans la structuration du récit moderne, retrouvant la fonction dynamique de l’obstacle. L’interdit religieux qui va être transgressé constitue de plus un rempart contre l’arbitraire fictionnel. L’auteur dissimule habilement sa stratégie et les raisons de ces scrupules explicatifs. Dans le texte définitif, on adopte le point de vue des soldats, on croit qu’ils ont eux-mêmes l’idée de commettre ce sacrilège. Gérard Genette l’a souligné : « La loi du récit...est simple et brutale : la fin doit justifier le moyen »65. Est-ce en pensant à cet engrenage éliminant le hasard que le romancier écrit en octobre 185766 ?

Je commence à aller dans Carthage. Je n’ai plus qu’un mouvement pour avoir fini le 1er chapitre. Je vous assure que c’est monté.

71L’enchaînement des faits se resserre, selon le conseil qu’il se donne à propos des idées :

  • 67 Ibid., lettre à Louise Colet, 22 novembre 1852, p. 180.

il faut qu’elles découlent l’une de l’autre comme de cascade en cascade, et qu’elles entraînent ainsi le lecteur au milieu du frémissement des phrases et du bouillonnement des métaphores67.

72La trame du récit, « le fil du collier », se substitue à la fatalité, de liaison en liaison, boucle par boucle.

Mythe et réalité

73L’origine syrienne de l’abstinence du poisson est contestée par Lucien, qui y voit une coutume assez répandue en Orient :

il y a aussi chez les Égyptiens des gens qui ne mangent pas de poissons et qui ne le font pas pour être agréables à Dercéto. (XIV)

74D’ailleurs il est curieux de remarquer que l’auteur de La Déesse syrienne donne très souvent deux explications aux faits qu’il raconte, une cause mythologique et merveilleuse d’une part et une raison naturelle et réaliste d’autre part. On entend la voix du sceptique dans ce récit sur le fleuve Adonis qui chaque année s’ensanglante (VIII) :

On raconte que, dans ces mêmes jours, Adonis est blessé sur le Liban, et que son sang, en parvenant dans l’eau, change le fleuve et donne à son cours le surnom qu’il a. Tel est ce que rapportent la plupart.

75Mais Lucien doute de la réponse surnaturelle et préfère l’explication scientifique que lui donne un habitant de Byblos :

Le fleuve Adonis traverse le Liban et la terre du Liban est extrêmement rousse. Ce n’est donc pas le sang, comme on le dit, qui est la cause de ce phénomène ; c’est le terrain.

76Les exemples d’incrédulité ne manquent pas, à chaque étape de la visite de l’écrivain grec à Hiérapolis. Dans ses notes de lecture, folio 117v°, Flaubert a relevé une coutume singulière : « Au milieu d’un lac un autel de pierre, on va y porter des couronnes à la nage ». Lucien a vu ce lac immense, mais son esprit critique reste en éveil, il cherche une solution vraisemblable au phénomène :

Au milieu de ce lac s’élève un autel de pierre. Tu croirais, au premier coup d’œil qu’il flotte et qu’il est porté par les eaux. La multitude le croit. Mais, pour moi, je présume qu’une haute colonne, immergée sous lui, soutient cet autel.
Nombreux aussi sont ceux qui, chaque jour, s’y rendent à la nage pour accomplir un vœu en portant des couronnes. (XLVI)

77L’auteur de La Déesse Syrienne parle des religions d’une façon détachée, avec scepticisme et indépendance, comme il le fait dans ses autres ouvrages. On peut d’ailleurs ne voir dans ce traité qu’un ironique et parodique récit, certains le disent. D’autres ont contesté à Lucien la paternité de cet opuscule, qui ne semble pas faire de doute pour Flaubert. Pour tous, c’est un document d’histoire religieuse d’importance capitale. Éloigné de tout dogmatisme fanatique, il n’en est que plus crédible. La réputation d’homme d’esprit de Lucien était établie. On voit dans le Journal des frères Goncourt que la lecture de ses œuvres leur était familière comme à leur ami :

  • 68 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, Mémoires de la vie littéraire, I – 1851-1865, « Bouquins », R (...)

La plus étonnante modernité étonne et charme dans Lucien. Ce Grec de la fin de la Grèce et du crépuscule de l’Olympe est notre contemporain par l’âme et par l’esprit. Son ironie d’Athènes commence la « blague de Paris ». Ses Dialogues des Courtisanes semblent nos tableaux de mœurs. Son dilettantisme d’art et de scepticisme se retrouve dans la pensée d’aujourd’hui. La Thessalie de Smarra, la patrie nouvelle du fantastique s’ouvre devant son âne. Son style même a l’accent du nôtre. [...] Un écho de son rire rit encore, sur nos tréteaux, contre le ciel des dieux…68

Les Îles Heureuses

  • 69 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 924.

78Flaubert a sans doute ri à son Histoire véritable. On devine une affinité avec l’esprit de farce et de fantaisie de Lucien sur la problématique du vrai et du faux, à laquelle appartient cet autre ouvrage ainsi intitulé par antiphrase. Dans cette parodie de roman d’aventure, se trouve un voyage aux îles des Bienheureux qui a peut-être un lien avec la croyance aux Îles Fortunées prêtée aux Carthaginois. « Ce peuple farouche », sans attrait, se raccrochait à ce rêve décrit dans le chapitre explicatif69.

La vague croyance à une immortalité future était entretenue par l’espoir des Îles Heureuses où les siècles s’écouleraient sur des prairies d’escarboucles, dans la délectation des saveurs et l’enivrement des parfums, contrée de joie et d’éternelle paresse que l’on découvrirait quelque jour et qui était comme l’idéal de Carthage.

  • 70 B.N. N.a.fr. 23 658, folios 106, 106v°, 108, 109
  • 71 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 741.

79Ce rêve occupe de nombreux folios de brouillon70. Melkarth, dieu phénicien ancêtre de la famille Barca, dont Salammbô raconte les aventures, mènerait une expédition dans ces îles fabuleuses, accessibles aux héros. L’épisode fut abandonné. Mâtho, qui pourtant n’est pas carthaginois, décrit ce paradis bien terrestre, « une île couverte de poudre d’or, de verdure et d’oiseaux » où il veut emmener Salammbô. « L’air est si doux qu’il empêche de mourir ». La dimension religieuse, reliée à une vie après la mort, a presque disparu, et le Lybien pense devenir roi de ce pays de Cocagne71.

  • 72 Lucien, Histoire véritable, livre II, Romans grecs et latins, « Bibliothèque de la Pléiade », Galli (...)

80Des voyageurs, imaginés par Lucien dans l’Histoire véritable, roman utopique, arrivent dans une île semblable, c’est «l’Île des Bienheureux 72» où les prairies remplies de fleurs, les parfums et les saveurs correspondent à l’image idyllique traditionnelle depuis Hésiode et Ovide. Mais il ne s’agit plus d’un âge d’or révolu, et comme dans le rêve de Mâtho, c’est un pays où l’on arrive :

Une brise délicieuse, soufflant doucement, agitait faiblement la forêt, si bien que du mouvement des rameaux montait une musique pleine de charme, ininterrompue, pareille à celle des flûtes de Pan jouant dans les solitudes. (Livre II)

81Parmi des ressemblances nombreuses, on retiendra l’environnement naturel sans écueil, le paysage marqué par la profusion de fleurs, de pierres précieuses. Ce n’est pas une cité idéale, ordonnée et responsable comme chez Platon. Flaubert a sans doute retenu quelques détails pittoresques ou exubérants, mais aussi il a pu savourer le charme de cet univers de bien-être sans souci et de liberté sexuelle :

Les femmes sont communes à tous et aucun n’est jaloux de son voisin ; ils sont sur ce point les plus platoniciens.

82Flaubert doit feindre de ne s’inspirer que des récits des Carthaginois mais beaucoup de sources différentes se superposent pour ce mythe comme pour les autres légendes. Il reconnaît lui-même l’infinité vertigineuse de ses lectures préparatoires dans la lettre à Sainte-Beuve : « Quant au temple de Tanit, je suis sûr de l’avoir reconstruit tel qu’il était, avec le traité de la déesse de Syrie », citation placée en introduction qui se poursuit ainsi :

avec les médailles du duc de Luynes, avec ce qu’on sait du temple de Jérusalem, avec un passage de saint Jérôme cité par Selden (De diis Syriis), avec le plan du temple de Gozzo qui est bien carthaginois, et mieux que tout cela : avec les ruines du temple de Thugga que j’ai vu, moi-même, de mes yeux, et dont aucun voyageur ni antiquaire, que je sache, n’a parlé.

83Harmoniser tous ces éléments sera le travail acharné que l’on devine en déchiffrant les manuscrits de brouillon où l’on assiste à leur incorporation dans l’écriture et à leur métamorphose en décor, en récit, en images. L’attribution à tel ou tel personnage du savoir référentiel, personnage choisi pour les nécessités de la fiction, participe de la résurrection du passé.

  • 73 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. III, p. 278. Suite de la lettre à Sainte-Beuve.

Il n’y a point dans mon livre une description isolée, gratuite ; toutes servent à mes personnages et ont une influence lointaine ou immédiate sur l’action73.

84C’est le secret de son écriture, la preuve en est les nombreuses ratures, suppressions, abandons, constitutifs d’inédits intéressants que l’on découvre dans les avant-textes. Avec cette exigence, l’élan créateur, vivifié par la « source », quelle qu’elle soit, et par le rêve qu’elle engendre, parvient à communiquer l’émotion artistique la plus haute.

La voix de Lucien

85Dans la multitude des « sources » que Flaubert a consultées pour la connaissance des religions, la voix de Lucien a sa spécificité. On a noté plus haut son influence sur l’image de la déesse Astarté, devenue Tanit, sur l’architecture de son temple, sur les rites et les symboles. Le satiriste a surtout une façon libre et impersonnelle de parler de la religion qui a pu inspirer l’auteur de Salammbô pour exposer les croyances fondatrices de Carthage, si nombreuses et si diverses.

86Lucien a écrit un texte littéraire sur une religion sans en être un adepte, il ne se soucie pas de didactisme ni de prosélytisme, ni d’ailleurs d’évaluation ou de jugement moral. Flaubert a la même objectivité pour rendre compte des cultes sans les discriminer ni choisir entre eux, les habillant de pittoresque ou de caricatures implicites. En répétant des énoncés modalisateurs comme « on m’a raconté », « le commun du peuple prétend » (XII) l’écrivain grec crée une distance avec les faits qui laisse parfois deviner l’ironie et le narrateur se rapproche du lecteur.

[...] on m’a raconté de multiples légendes. Les unes étaient sacrées, les autres connues de tous. Celles-ci étaient tout à fait fabuleuses, celles-là d’origine étrangère. Quelques-unes enfin étaient conformes à ce que rapportent les Grecs. Je vais parler de toutes, sans n’en admettre aucune. (XI)

87On pense au célèbre propos de Flaubert :

  • 74 Gustave Flaubert, Corr., op.cit., vol. II, lettre à Melle Leroyer de Chantepie, 30 mars 1857, p. 69 (...)

Ce qui m’attire par-dessus tout, c’est la religion. Je veux dire toutes les religions, pas plus l’une que l’autre. Chaque dogme en particulier m’est répulsif, mais je considère le sentiment qui les a inventés comme le plus naturel et le plus poétique de l’humanité74.

88Une curiosité généreuse le pousse à étudier ce monde de convictions qu’il ne partage pas :

  • 75 Gustave Flaubert, Correspondance, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, vol. I, 1973, l (...)

[...] je me lance à corps perdu dans les lectures religieuses, non pas du tout dans l’intention de me donner la foi mais pour voir les gens qui ont la foi75.

89Dans Salammbô les mythes et les faits religieux omniprésents coexistent. Comment les représenter, ces êtres étranges qui déconcertent et fascinent le non-croyant ? Les montrer est son seul souci. Dans une critique de La Case de l’oncle Tom, Flaubert parlant de la manière de l’auteur énonce alors ce qui sera sa méthode :

  • 76 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol.I I, lettre à Louise Colet, 9 décembre 1852, p. 204.

Les réflexions de l’auteur m’ont irrité tout le temps. Est-ce qu’on a besoin de faire des réflexions sur l’esclavage ? Montrez-le, voilà tout76.

  • 77 Salammbô, op. cit., p. 796.

90Le devoir du créateur réside dans «  une impassibilité cachée et infinie. », dit-il plus bas dans cette lettre fondatrice. Justesse descriptive des mots et ironie diffuse représentent les deux directions qu’il a choisies pour mettre en écriture les faits religieux. On a vu que le silence sans commentaire était l’attitude de Lucien devant l’horreur : c’est aussi celle du narrateur flaubertien, monstration détaillée mais laissée telle quelle, sans réaction, sans paroles... Les Barbares ont entendu le bruit épouvantable. Ils voient le bûcher sanglant et la scène insoutenable, « ils regardaient béants d’horreur77. », horreur transférée aux Barbares. La force de dérision de ce décalage inattendu scelle la stupeur.

91À d’autres moments, l’anecdote vivante ou l’accumulation pittoresque, loin de toute démonstration et de tout jugement, permettent l’énoncé des croyances. Lucien a souvent recours au récit pour exposer un rite religieux. Flaubert adapte ses procédés stylistiques. Les superstitions les plus aberrantes sont dévolues au peuple carthaginois, soldats de toutes origines, esclaves et servantes. Le personnage de Taanach assume à lui seul un grand nombre de croyances dont la bizarrerie environne Salammbô sans l’atteindre. Les rites qui préparent la cérémonie ophidienne au chapitre X sont soumis à des instructions mystérieuses. Pour ses ablutions, Taanach lui propose un onguent qui se révèle particulièrement étrange :

  • 78 Ibid., p. 729.

Ensuite Taanach lui apporta, dans une fiole d’albâtre, quelque chose de liquide et de coagulé ; c’était le sang d’un chien noir, égorgé par des femmes stériles, une nuit d’hiver, dans les décombres d’un sépulcre78.

92Dans l’avant-texte, de brouillon en brouillon, Flaubert a accumulé de plus en plus de détails pour cette page rivalisant de pittoresque « gothique ». Quant à la jeune fille, elle suit la prescription de sa servante sans se poser de question. Lucien parle des rites bizarres du culte d’Astarté avec la même impassibilité, la même absence de réflexion critique mais on trouve cependant des pointes de doute signant la présence de l’auteur qui reconnaît souvent ne pas être convaincu par les légendes qu’on lui rapporte. (XIV)

  • 79 Ibid., p. 632.

93Parfois un personnage manifeste son incrédulité. Tout en étant lui-même très superstitieux, l’esclave grec se moque des autres fanatiques, « Spendius ne croyait qu’à l’Oracle. »79 Mâtho en proie aux doutes sur l’efficacité de la possession du zaïmph

  • 80 Ibid., p. 652.

demanda timidement à Spendius auquel des deux [dieux] il serait bon de sacrifier un homme80.
« Sacrifie toujours ! » dit Spendius, en riant.

  • 81 Ibid., p. 632.

94Cette « indifférence » choque le libyen qui, lui, n’oublie jamais de « se signer » devant une idole : « Mâtho, en passant à côté, se baisa la main droite81. » La précision incongrue, « un homme », déconcerte et amuse. Serait-ce une habitude à Carthage ? Elle prélude à un paragraphe pittoresque, fourmillant de superstitions qui toutes semblent légitimes à leurs adeptes.

95Tous ces exemples pris parmi le peuple relèvent d’une forme originelle de fantastique : la croyance au surnaturel doit faire partie de l’état d’esprit des Anciens, comme la sorcellerie, les talismans, les philtres et les conduites rituelles. Mais elle peut avoir une forme plus noble : Shahabarim affiche une volonté ambitieuse pour sa religion très complexe, riche en croyances occultes, gnostiques, qui n’est pas exempte de fanatisme.

96Lucien a remarqué l’existence de prêtres castrés appelés Galles et il raconte de façon vivante l’émasculation :

Tout adolescent qui tient à être Galle, rejette ses habits, s’avance en jetant un grand cri au milieu de l’assemblée et se saisit d’un poignard, réservé, je crois, depuis de longues années, pour cet usage. S’en étant emparé, il se châtre lui-même sur le champ, et se met à courir à travers la cité, en portant en ses mains ce qu’il a coupé. [LI]

  • 82 Salammbô, op. cit., p. 723.

97Tels sont les rites orgiastiques que Lucien met sur le compte de la « démence » sans rien dire de leur caractère dégradant et outrancier. Cependant il cherche une explication vraisemblable à cette castration volontaire (XV), qui rend les eunuques semblables à leur déesse Astarté. Schahabarim l’a subie pour Tanit : « N’était-ce pas pour elle qu’autrefois, le Grand Pontife, s’avançant dans le tumulte des cymbales, lui avait pris sa virilité future ? » La phrase qui suit immédiatement, comme un clin d’œil complice, amène un sourire au lecteur par son ironie implicite : « Et il suivait d’un œil mélancolique les hommes qui se perdaient avec les prêtresses au fond des térébinthes82. » Oubliant sa haine des prêtres, Flaubert nous donne l’impression que, sensible à sa misère, il accompagne son personnage au lieu de le juger ou de le ridiculiser. Il est vrai que l’état physique de l’homme castré le choque et l’intéresse à la fois, l’émeut. Le romancier garde l’infortune de l’eunuque et s’en sert pour desservir le vieux prêtre : on peut y voir un symbole de son manque de pouvoir, de son échec. Malgré son affection pour elle, il ne guérit pas Salammbô qui souffre toujours d’un mal que sa science ne connaît pas.

  • 83 Ibid., p. 662.

98La religion d’Hamilcar, lorsqu’il pénètre dans la chambre où sont cachées des pierres mystérieuses, est exposée sans ironie apparente et le lecteur comme le narrateur pourrait même être convaincu par cette foi plus abstraite qui a sa grandeur... « Les gens d’un esprit supérieur, seuls, honoraient ces abaddirs, tombés de la lune83. »

Il s’efforçait à bannir de sa pensée toutes les formes, tous les symboles et les appellations des Dieux, afin de mieux saisir l’esprit immuable que les apparences dérobaient.

  • 84 Gustave Flaubert, Œuvres de Jeunesse, op. cit., p. 1038. Manfred, héros éponyme de Byron.
  • 85 Salammbô, op. cit., p. 684.

99Dans la première version de L’éducation sentimentale, Flaubert avait réfléchi au pouvoir romanesque de la croyance à un « surnaturel [...] qui se mêle enfin au vertige de la pensée dans les âmes de Faust et de Manfred84. » Néanmoins l’orgueilleux suffète se veut au dessus des croyances vulgaires et méprise ses serviteurs. À côté des fulgurances des escarboucles et des saphirs, le romancier a placé le cri du gardien dans un contraste dénonciateur85 :

« Grâce, Œil de Baal ! pitié ! tue-moi ! Voilà dix ans que je n’ai vu le soleil ! Au nom de ton père, grâce ! »

  • 86 Salammbô, op.cit., p.734.

100L’accumulation de richesses scintillantes donne une impression de surabondance dévalorisante. On a vu que le scepticisme de Lucien procédait aussi par la superposition des rites qui noie le sacré dans des détails futiles. Les deux auteurs donnent par moments l’impression d’adhérer à ces absurdités par une feinte complicité. Le consentement peut aller néanmoins jusqu’à un sourire d’empathie pour un personnage : ainsi le sentiment religieux de Salammbô, empreint de mysticisme, s’accorde à celui dont parle son créateur, poétique et indéfinissable. Dans Novembre, le jeune héros a ressenti les mêmes émotions, les mêmes tourments de l’âme ; extases panthéistes et voluptés mystiques occupent sa vie. Mais on a remarqué que Salammbô presse « l’amulette qu’elle portait sur son cœur » pour conjurer la malédiction que lui a lancée la vieille86. Car à ce moment le rôle romanesque de la superstition est de créer une marche vers la tragédie par la force du présage.

101Le narrateur flaubertien laisse au lecteur le soin de décrypter les traces d’ironie avec l’aide d’indices subtils, d’infimes décalages, des allusions, des échos, des clins d’œil, des silences. La voix sceptique et impartiale de Lucien implique aussi le lecteur en émettant des doutes. Le romancier et le satiriste invitent le lecteur à s’intéresser aux autres. Flaubert dit la nécessité pour la littérature de l’impartialité, alliée de l’impersonnalité. Il constate que « jusqu’à présent on a fort peu parlé des autres. »

  • 87 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. II, lettre à Mlle Leroyer de Chantepie, 12 décembre 1857, p (...)

Le poète est tenu maintenant d’avoir de la sympathie pour tout et pour tous, afin de les comprendre et de les décrire87.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Gustave Flaubert, Correspondance, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, vol. III, 1991, lettre à Sainte-Beuve, 23-28 décembre 1862, p. 278.

2 Gustave Flaubert, Correspondance, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, vol. II, 1980, lettre à Jules Duplan, 10 mai 1857, p. 713.

3 Les folios joints et mis en caractères italiques appartiennent au recueil B.N. N.a.f. 23 658.

4 Recueil BN N.a.f. 23 662, folios 189, 219, 220.

5 Ibid., folios 181 et 182.

6 Georg Friedrich Creuzer, Religions de L’Antiquité, considérées principalement dans leurs formes symboliques et mythologiques, ouvrage traduit et complété par J.D. Guignaut, Treutte1 et Würtz, Paris, 1825-1851.

7 Samosate, capitale du royaume indépendant de Commagène, était fortement hellénisée.

8 L’Âne, ouvrage souvent dénié à Lucien, parce que la langue en est populaire. Son authenticité est admise de nos jours. Le sujet est le même que celui des Métamorphoses, ou l’Âne d’or, d’Apulée : le jeune Lucius avait été métamorphosé en âne ; rendu à sa forme humaine, il raconte les souvenirs du temps où il était un âne.

9 Gustave Flaubert, Œuvres de Jeunesse, Œuvres complètes, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 2001, vol. I, présenté par Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes, p. 162.

10 Philippe Dufour, Flaubert ou la prose du silence, « Le Texte à l’œuvre », Nathan, Paris, 1997, p. 130-131.

11 Lucien de Samosate, La Déesse Syrienne, Guy Trédaniel, éditions de la Maisnie, Paris, 1980, traduction et notes par Mario Meunier, I, p. 32.

12 Gustave Flaubert, Salammbô, Œuvres complètes, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, vol. III, 1851-1862, 2013, publié sous la direction de Claudine Gothot-Mersch, avec, pour ce volume, la collaboration de Jeanne Bem, Yvan Leclerc, Guy Sagnes et Gisèle Séginger, p. 923.

13 Ibid., p.632.

14 Ibid., p. 723.

15 Ibid., p. 608.

16 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. III, p. 274, lettre à Félicien de Saulcy, 18-19 décembre 1862.

17 Gustave Flaubert, Corr., op. cit,. vol. II, p. 845, lettre à E. Feydeau. « Et dans deux jours j’entame le chapitre III. Ce qui ferait le chapitre IV si je garde la préface ; mais non, pas de préface, pas d’explications. » Cette préface a été publiée par Gisèle Séginger, « Bibliothèque de la Pléiade », op. cit., vol. III, 1851-1862, p. 910, « le chapitre explicatif de Salammbô » et page 921 pour le temple de Tanit.

18 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 921.

19 Ibid., p. 631.

20 Ibid., p. 634.

21 Le mot phalle (encore attesté en 1605), désignait la représentation du membre viril érigé, porté dans les fêtes de Dionysos. Dictionnaire historique de la Langue Française, sous la direction d’Alain Rey (Le Robert) 1992. Les « phallophories » étaient les fêtes où l’on promenait l’emblème de la génération.

22 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 632.

23 Ibid., p. 790.

24 Stylite : « Sur l’un de ces phalles, un homme monte deux fois par an, et séjourne au sommet de ce phalle durant sept jours de temps ». (Lucien, XXVIII). On appelle « stylite » l’anachorète oriental qui prie les dieux, installé sur une colonne, comme Siméon le Stylite.

25 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 635.

26 « Orgueil plus que sacerdotal ». (folio 432v°).

27 Pierre-Marc de Biasi, Gustave Flaubert. Une manière spéciale de vivre, Grasset, Paris, 2009, p. 243. Flaubert cherche à « concilier l’exactitude du savoir référentiel et la densité de la chose vue, en les métamorphosant l’une par l’autre, par la médiation de l’incertain, du vague et du rêve. »

28 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 633.

29 Au British Museum se trouve un bas-relief censé représenter Ishtar, déesse babylonienne, nommée « La Reine de la Nuit », daté de 1800-1750 BC, d’origine irakienne. Sur cette image, on voit la déesse debout sur deux lions (voir vignette d’accroche au début de cet article).

30 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 635.

31 Ibid., p. 790.

32 Ibid., p. 731 et 831.

33 Ibid., p. 634.

34 Ibid., p. 635.

35 Ibid., p. 795. La note 54 (p.1287) de l’édition Gallimard dans la «Bibliothèque de la Pléiade » renvoie à un texte de Dom Calmet (1672-1757) pour cette expression. Mais on trouve une référence à l’ouvrage de Lucien, Sur la déesse syrienne, à la note 40, avec l’indication du tome II de ses œuvres. L’épisode se lit page 460. Le critique italien Luigi Foscolo Benedetto, dans son ouvrage intitulé Le origini di Salammbô (publié chez R. Bemporad à Florence en 1920) se réfère pour ce passage au texte de Lucien, De dea syria, p. 134, en citant le paragraphe 58 en grec.

36 Jacques. Neefs, Préface de son édition de Salammbô, « Le Livre de Poche », LGF, Paris, 2011, p. 35.

37 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 831.

38 Ibid., p. 632.

39 Lucien de Samosate, Eloge de la Danse, édition arléa, 2007, p. 8-9.

40 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 831.

41 Geneviève Mondon, « Un inédit de Flaubert : Salammbô. Hommage au Soleil », Flaubert [En ligne], Genèse, Manuscrits/Transcriptions inédites, mis en ligne le 19 janvier 2009, URL : http://flaubert.revues.org/474.

42 Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des Idées Reçues, « Le Livre de Poche classique », LGF, Paris, 1997, texte établi, présenté et annoté par Anne Herschberg Pierrot, p. 54.

43 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 722.

44 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. III, p.16, lettre à Melle Leroyer de Chantepie, 18 février 1859.

45 BN N.a.fr. 23 662, folio 198.

46 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 790.

47 Ibid., p. 673.

48 Ibid., p. 677.

49 Ibid., p. 631.

50 Ibid., p. 665.

51 Ibid., p. 632 et p. 636.

52 Ibid., p. 814.

53 Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, chronologie et préface de Jacques Suffel, Garnier-Flammarion, Paris, 1967, p. 189.

54 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 634.

55 B.N. N.a.fr. 23658, folio 165v°. Ce carrousel de chevaux arabes que Flaubert avait vu en Afrique du nord est donné en spectacle aux Barbares ravis. Une description inédite se précise au cours de quelques folios : « Ils se réunissaient en cercle, puis à un coup de sifflet se dispersaient partant vers tous les points de l’horizon ─ pour revenir en même temps comme les rayons d’un soleil ». La marge ajoute une autre image expressive : « comme les pierres d’une catapulte ». Ce passage sacrifié était destiné au chapitre II.

56 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 703.

57 Ibid., p. 722.

58 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. II, lettre à Louise Colet, 22 novembre 1852, p. 179.

59 B.N. N.a.fr 23 660, folios 146v° et 155.

60 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 728.

61 Ibid., p. 738.

62 Ibid., p. 582.

63 B.N. N.a.fr. 23662, folio 194 v°.

64 Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 2013, texte traduit, présenté et annoté par Stéphane Schmitt, XXXII, 17, p. 1473.

65 Gérard Genette, « Vraisemblance et motivation », Figures II , « Points », éditions du Seuil, Paris, 1969, p. 91.

66 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. II, lettre à Jules Duplan, lettre du 20 octobre 1857, p. 771.

67 Ibid., lettre à Louise Colet, 22 novembre 1852, p. 180.

68 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, Mémoires de la vie littéraire, I – 1851-1865, « Bouquins », Robert Laffont, Paris, 1989, p. 431.

69 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 924.

70 B.N. N.a.fr. 23 658, folios 106, 106v°, 108, 109

71 Gustave Flaubert, Salammbô, op. cit., p. 741.

72 Lucien, Histoire véritable, livre II, Romans grecs et latins, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1958, présentée par P. Grimal, p. 1367.

73 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. III, p. 278. Suite de la lettre à Sainte-Beuve.

74 Gustave Flaubert, Corr., op.cit., vol. II, lettre à Melle Leroyer de Chantepie, 30 mars 1857, p. 698.

75 Gustave Flaubert, Correspondance, « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, Paris, vol. I, 1973, lettre à Louise Colet, 7 décembre 1846, p. 414.

76 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol.I I, lettre à Louise Colet, 9 décembre 1852, p. 204.

77 Salammbô, op. cit., p. 796.

78 Ibid., p. 729.

79 Ibid., p. 632.

80 Ibid., p. 652.

81 Ibid., p. 632.

82 Salammbô, op. cit., p. 723.

83 Ibid., p. 662.

84 Gustave Flaubert, Œuvres de Jeunesse, op. cit., p. 1038. Manfred, héros éponyme de Byron.

85 Salammbô, op. cit., p. 684.

86 Salammbô, op.cit., p.734.

87 Gustave Flaubert, Corr., op. cit., vol. II, lettre à Mlle Leroyer de Chantepie, 12 décembre 1857, p. 785 et 786. Flaubert a commencé la rédaction de Salammbô.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geneviève Mondon, « D’Astarté à Tanit », Flaubert [En ligne], Genèse, Études de genèse, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2233

Haut de page

Auteur

Geneviève Mondon

ITEM/CNRS-ENS

Articles du même auteur

Haut de page