Navigation – Plan du site
Flaubert et les arts visuels

La mémoire des images dans L’Éducation sentimentale

Takashi Kinouchi

Résumés

Cet article se propose d’étudier les références et les allusions aux images des années 1840 dans L’Éducation sentimentale. Dans ce roman, Flaubert fait référence, explicitement ou implicitement, aux images qui caractérisent ces années : les caricatures d’Honoré Daumier et de Paul Gavarni, les gravures napoléoniennes, les images de l’année 1848, etc. Dans cet article, nous tenterons d’explorer la mémoire des images dans L’Éducation sentimentale, et par là, d’apporter une lumière nouvelle sur le statut de l’image chez Flaubert.

Haut de page

Texte intégral

Honoré Daumier, « Victor Considérant », Le Charivari, le 22 février 1849Afficher l’image
Crédits : Benjamin A. and Julia M. Trustman Collection of Honoré Daumier Lithographs, Robert D. Farber University Archives & Special Collections Department, Brandeis University
  • 1 Edmond et Jules de Goncourt, Journal. Mémoires de la vie littéraire, texte intégral établi et annot (...)
  • 2 Lettre à Georges Charpentier du 16 février 1879 (Correspondance, édition présentée, établie et anno (...)
  • 3 Lettre à Ernest Duplan du 12 juin 1862 (Ibid., t. III, p. 221-222).

1Gustave Flaubert est « l’ennemi des illustrations1 », pour prendre l’expression des frères Goncourt. Il refuse catégoriquement d’illustrer ses livres, comme en témoigne une lettre adressée à son éditeur : « Toute illustration en général m’exaspère –– à plus forte raison quand il s’agit de mes œuvres : –– et de mon vivant, on n’en fera pas –– dixi2. » Dans une lettre à Ernest Duplan, il explique son refus de l’illustration : « Jamais, moi vivant, on ne m’illustrera, parce que la plus belle description littéraire est dévorée par le plus piètre dessin3 ». Selon Flaubert, l’image visuelle risque de tuer le texte littéraire.

  • 4 Sur les images dans Madame Bovary, voir Jean Seznec, « Madame Bovary et la puissance des images », (...)
  • 5 Flaubert, Trois contes, introduction et notes par Pierre-Marc de Biasi, Paris, Librairie Générale F (...)
  • 6 Voir une lettre à Louise Colet des 21-22 août 1846 : « Aujourd’hui je n’ai rien fait. –– Pas une li (...)

2Malgré ce refus catégorique de l’illustration, Flaubert s’intéresse aux gravures de son époque. Nombreuses sont les gravures qui jouent un rôle important dans ses romans, telles que celles des keepsakes qui font rêver la jeune Emma4, celles de la géographie qui constituent toute l’« éducation littéraire5 » de Félicité, ou les images pédagogiques avec lesquelles Pécuchet tente de frapper l’imagination de l’enfant. Pour Flaubert, les gravures sont aussi des sources d’inspiration. Il est connu que La Tentation de saint Antoine a été inspirée d’un tableau de Bruegel. Mais c’est la gravure de Jacques Callot que Flaubert a accroché au mur de sa chambre de travail6. Il en va de même pour La Légende de saint Julien l’hospitalier. Comme on le sait, ce conte s’est inspiré d’un vitrail de la cathédrale de Rouen. Mais c’est l’illustration de l’ouvrage de Langlois que Flaubert a regardée pendant la rédaction de ce conte. Les gravures occupent ainsi une place importante et complexe dans la création littéraire de cet écrivain.

3Le présent article se propose d’étudier les références et les allusions aux images des années 1840 dans L’Éducation sentimentale. Dans ce roman, Flaubert fait référence, explicitement ou implicitement, aux images qui caractérisent ces années : les caricatures d’Honoré Daumier et de Paul Gavarni, les gravures napoléoniennes, les images de l’année 1848, etc. L’étude des dossiers préparatoires montre d’ailleurs que Flaubert a consulté des documents iconographiques pour préparer ce roman. Par exemple, l’écrivain a pris des notes sur plusieurs lithographies parues dans la revue L’Artiste et dans le journal Le Charivari. Dans ses dossiers préparatoires se trouve aussi une série de notes sur les estampes éditées sous la Seconde République. Dans cet article, nous tenterons d’explorer la mémoire des images dans L’Éducation sentimentale, et par là, d’apporter une lumière nouvelle sur le statut de l’image chez Flaubert.

  • 7 Voir notamment Adrianne Tooke, Flaubert and the Pictorial Arts. From Image to Texte, Oxford, Oxford (...)
  • 8 Voir par exemple Alberto Cento, Il Realismo documentario nell’« Éducation sentimentale », Napoli, L (...)
  • 9 Voir par exemple le catalogue d’exposition Gustave Flaubert. Exposition du centenaire, Paris, Bibli (...)
  • 10 Peter Michael Wetherill, L’Éducation sentimentale. Images et documents, Paris, Garnier, « Classique (...)
  • 11 Déborah Boltz, « Réception de L’Éducation sentimentale. Bilan critique général », ITEM [en ligne],  (...)

4Dans ces dernières années, plusieurs travaux ont été consacrés aux rapports entre Flaubert et les arts visuels7. Mais ces travaux ont privilégié l’art pictural et n’ont accordé que peu de place à l’art graphique. Il est vrai qu’on a déjà souvent rapproché L’Éducation sentimentale des images des années 1840, en particulier des lithographies de Daumier et de Gavarni. Quant à Daumier, plusieurs ont comparé Le Gamin de Paris aux Tuileries, une de ses caricatures les plus célèbres, qui est publiée dans Le Charivari du 4 mars 1848, avec la scène du sac des Tuileries dans L’Éducation sentimentale8. En ce qui concerne Gavarni, on a affirmé que sa peinture des lorettes avait inspiré à Flaubert le personnage de Rosanette9. Pourtant, Flaubert ne fait pas toujours référence aux œuvres des graveurs illustres. L’examen des notes préparatoires révèle qu’il s’intéresse aussi aux estampes anonymes. En définitive, malgré certains travaux remarquables (l’iconographie présentée et réunie par Peter Michael Wetherill et Hélène Shaeffer10, par exemple), on méconnaît encore aujourd’hui l’importance de la mémoire des images dans ce roman. À la fin de sa synthèse sur la réception de L’Éducation sentimentale, Déborah Boltz évoque le problème de l’iconographie comme une des pistes de recherches11. C’est cette piste que nous suivrons ici.

La mémoire des images

  • 12 Pour cette distinction, nous nous sommes inspirés des travaux de Kazuyoshi Yoshikawa sur Marcel Pro (...)

5Nombreuses sont les références aux images dans L’Éducation sentimentale. Certaines références sont explicites, d’autres implicites. Pour la commodité de l’exposé, nous distinguerons d’abord trois modalités d’inscription de l’image dans le texte : images désignées, images suggérées et images cachées12.

  • 13 Flaubert, L’Éducation sentimentale, édition présentée et annotée par Pierre‑Marc de Biasi, Paris, L (...)
  • 14 Ibid., p. 291-292.
  • 15 Ibid., p. 110.
  • 16 Flaubert, L’Éducation sentimentale, édition établie et présentée par Claudine Gothot-Mersch, Paris, (...)
  • 17 L’Éducation sentimentale, p. 361.

6Flaubert décrit certaines images en les nommant de manière explicite : les « sujets équestres d’Alfred de Dreux13 », que Frédéric accroche au mur de sa chambre, « les gravures de Marc-Antoine14 », qu’il va voir au cabinet des estampes pour composer une Histoire de la Renaissance, etc. Ce sont ce qu’on peut appeler les images désignées. On peut intégrer dans cette catégorie les images qui sont inventées par Flaubert à partir de plusieurs estampes de son époque. On pense par exemple à la description d’une lithographie intitulée Une bonne famille et représentant « toute la famille royale livrée à des occupations édifiantes15 ». Dans une note de son édition de L’Éducation sentimentale, Claudine Gothot-Mersch remarque que ce portrait de la famille royale n’a pas de modèle unique16. Pour la description de cette image fictive, Flaubert semble s’inspirer de plusieurs lithographies diffusées sous la monarchie de Juillet. Il en est de même pour la description d’un album des « lithographies représentant des costumes espagnols17 », qui est édité par Arnoux et qui se retrouve dans le salon de Dambreuse.

  • 18 Ibid., p. 374.
  • 19 Voir une lettre à Louise Colet du 13 juin 1852 : « Je retrouve toutes mes origines dans le livre qu (...)
  • 20 « Et le livre des contes de Mme d’Aulnoy <Don Quichotte en estampes> dont nous colorions <enluminio (...)
  • 21 Lettre à Louise Colet du 20 juin 1853 (Correspondance, t. II, p. 359).
  • 22 La Bibliothèque de Flaubert. Inventaires et critiques, sous la direction de Yvan Leclerc, Rouen, Pu (...)

7Certaines images désignées sont liées aux souvenirs personnels de l’auteur. C’est le cas des illustrations de Don Quichotte, que Frédéric rappelle à Louise : « Et le Don Quichotte, dont nous coloriions ensemble les gravures18 ? » On considère cette évocation comme une transposition des souvenirs de Flaubert, qui a, depuis son enfance, une grande admiration pour le roman de Cervantès19. L’examen des brouillons montre d’ailleurs que Flaubert écrit d’abord « le livre des contes de Mme d’Aulnoy20 » à la place de Don Quichotte. Les contes de Mme d’Aulnoy sont également liés à ses souvenirs d’enfance. Dans une lettre à Louise Colet du 20 juin 1853, Flaubert écrit : « Je lis maintenant les contes d’enfant de Mme d’Aulnoy, dans une vieille édition dont j’ai colorié les images à l’âge de six ou sept ans21. » La bibliothèque de Flaubert contient un exemplaire des contes de Mme d’Aulnoy, dans lequel sa nièce Caroline écrit : « Ce petit livre a ∕ appartenu à ∕ Gustave Flaubert ∕ C’est lui qui, enfant, s’est amusé à en ∕ colorier les gravures ∕ Caroline Franklin Grout22. » On ne sait pas pourquoi Flaubert remplace les contes de Mme d’Aulnoy par Don Quichotte. Mais les deux ouvrages sont profondément attachés aux souvenirs personnels de Flaubert.

  • 23 L’Éducation sentimentale, p. 411.
  • 24 Ibid., p. 537.
  • 25 Flaubert, Bouvard et Pécuchet, introduction et notes par Pierre-Marc de Biasi, Paris, Librairie Gén (...)

8À la différence des images désignées, les images suggérées ne sont pas décrites de manière directe. Ce sont les images auxquelles l’auteur fait allusion, le plus souvent, par la bouche de ses personnages. L’exemple le plus connu en est un billet de Deslauriers adressé à Fréderic en février 1848 : « La poire est mûre23. » Ce billet renvoie aux innombrables caricatures qui dessinent la tête de Louis-Philippe sous la forme d’une poire. L’allusion aux caricatures se trouve aussi dans la conversation des réactionnaires. Dans l’hôtel Dambreuse, on fait « des plaisanteries sur la queue phalanstérienne24 ». Cette plaisanterie se nourrit des caricatures qui représentent Victor Considérant muni de la queue censée pousser aux phalanstériens (la caricature de Daumier parue dans Le Charivari du 22 février 1849, par exemple). Flaubert se resservira de cette image caricaturale dans Bouvard et Pécuchet : « Une caricature du Charivari traînait sur une console […] ; cela représentait un citoyen, dont les basques de la redingote laissaient voir une queue, se terminant par un œil25. »

9Ces deux allusions sont bien connues. Elles sont commentées dans la plupart des éditions de L’Éducation sentimentale. Mais, à notre connaissance, deux autres allusions, que nous examinerons maintenant, n’ont fait l’objet d’aucun commentaire. Elles concernent les gravures représentant Napoléon Bonaparte, qui se sont largement diffusées sous la monarchie de Juillet. La première allusion se trouve dans la conversation entre Arnoux et Hussonnet.

  • 26 L’Éducation sentimentale, p. 88.

Il fut d’abord question d’une nommée Apollonie, un ancien modèle, que Burrieu prétendait avoir reconnue sur le boulevard, dans une daumont. Hussonnet expliqua cette métamorphose par la série de ses entreteneurs.
–– Comme ce gaillard-là connaît les filles de Paris ! dit Arnoux.
–– Après vous, s’il en reste, sire, répliqua le bohème, avec un salut militaire, pour imiter le grenadier offrant sa gourde à Napoléon26.

  • 27 Ibid., p. 465.

10Il faut d’abord dire que la « gourde » est le symbole des relations entre Arnoux et Hussonnet. Flaubert reprend ce mot pour expliquer leurs relations après les journées de Février : « Hussonnet, toujours de service avec lui [Arnoux], profitait, plus que personne, de sa gourde et de ses cigares27 ». Le mot « gourde » n’est employé que deux fois dans ce roman. Les deux fois, il est utilisé à propos des relations entre ces deux personnages. Mais, d’où vient-elle cette image de la gourde ?

  • 28 Héros. D’Achille à Zidane, sous la direction d’Odile Faliu et Marc Tourret, Paris, Bibliothèque nat (...)

11La parole de Hussonnet est une allusion à une estampe intitulée « Après vous, Sire ! ». Cette estampe, qui représente Napoléon buvant à la gourde d’un grenadier, est gravée d’après un motif de Nicolas-Toussaint Charlet et publiée pour la première fois en 1828. Elle fait pendant à une autre estampe intitulée « On n’passe pas ! » Le fragment de papier peint provenant de cette estampe, « Après vous, sire ! », est reproduit dans un catalogue d’exposition de la Bibliothèque nationale de France28. Nous reproduisons ici l’image d’Épinal qui est produite d’après le même motif.

Anonyme, Après vous Sire, d'après un motif de Nicolas-Toussaint Charlet, entre 1833 et 1840, gravure sur bois coloriée au pochoir

coll. Musée de l’Image, dépôt MDAAC © Musée de l’Image / H. Rouyer.

12Hussonnet, qui est un imitateur, parodie la parole d’un grenadier de l’armée napoléonienne et n’oublie pas non plus de mimer son salut militaire. Ce geste parodique n’est pas négligeable. Car il témoigne de la diffusion des images de Napoléon 1er sous la monarchie de Juillet, diffusion qui a largement contribué à amener Napoléon III au pouvoir. Le geste parodique de Hussonnet peut être considéré comme un signe de la montée du bonapartisme.

13La seconde allusion à la légende napoléonienne se rencontre dans la description des journées de Juin. Lorsqu’il traverse la ville de Paris dévastée par l’insurrection de Juin, Frédéric entend une phrase : « Honneur au courage malheureux ! »

  • 29 Ibid., p. 498.

Frédéric traversait le Carrousel quand une civière vint à passer. Le poste, tout de suite, présenta les armes, et l’officier dit en mettant la main à son shako : « Honneur au courage malheureux ! » Cette parole était devenue presque obligatoire ; celui qui la prononçait paraissait toujours solennellement ému29.

14Pour décrire la traversée de Paris par Frédéric dans la nuit du 25 au 26 juin 1848, Flaubert utilise certains renseignements fournis par Maxime Du Camp. Ce passage en est un exemple. Dans une lettre à Flaubert du 1er octobre 1868, Du Camp évoque ses souvenirs des journées de Juin.

  • 30 Lettre de Maxime Du Camp à Flaubert du 1er octobre 1868 (Gustave Flaubert, Alfred Le Poittevin, Max (...)

Un mot de haut comique à citer et que dans la nuit du dimanche au lundi, ton héros a pu entendre : toutes les fois qu’un blessé passait sur sa civière, les postes de garde nationale présentaient les armes et jamais l’officier de service ne ratait de dire : honneur au courage malheureux ! 30 

15Du Camp raconte cette anecdote de manière plus détaillée dans Souvenirs de l’année 1848, ouvrage publié en 1876.

  • 31 Maxime Du Camp, Souvenirs de l’année 1848, présentation de Maurice Agulhon, Paris ; Genève, Slatkin (...)

J’ai défilé ainsi devant une vingtaine de postes, au moins, et j’ai vu, par conséquent, une vingtaine d’officiers. Tous m’ont dit la même niaiserie ; pas un n’y a manqué ; cela ressemblait à un mot d’ordre, et comme le sentiment du comique ne m’a jamais quitté, je riais de bon cœur lorsque j’entendais ces pauvres gens répéter les uns après les autres : « Honneur au courage malheureux ! » Cet invincible besoin d’employer des phrases toutes faites, de se servir, à tort et à travers, de mots historiques, est une maladie particulièrement française, maladie faite de paresse et de rhétorique31.

  • 32 Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, Librairie Classique Larousse et Boyer (...)

16Pour Du Camp, « Honneur au courage malheureux ! » est une des « phrases toutes faites », ou un des « mots historiques ». En effet, il s’agit d’un mot de Napoléon, qui est cité par exemple dans l’article « Victis honos ! » du Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle : « Napoléon 1er, rencontrant un détachement de prisonniers autrichiens, s’arrêta, se découvrit et prononça ces paroles : “Honneur au courage malheureux !”32 »

  • 33 NAF 17608, fo 118 vo.
  • 34 NAF 17608, fo 36 vo.

17Du Camp ne cite le nom de Napoléon ni dans sa lettre à Flaubert ni dans Souvenirs de l’année 1848, mais Flaubert en fait mention dans les brouillons de son roman. Dans un de ses brouillons, il écrit : « « Honneur au courage malheureux » pour imiter Napoléon à Wagram sans doute33 ». Dans la marge d’un autre brouillon, il note : « « Honneur au courage malheureux » influence de Vernet. Wagram34. » Dans ces brouillons, Flaubert fait référence à un tableau d’Horace Vernet intitulé Bataille de Wagram. Ce tableau est peint en 1836 ; il s’agit d’une commande de Louis-Philippe, qui fait partie de la Galerie des Batailles du château de Versailles. Mais il n’a aucun rapport avec le mot : « Honneur au courage malheureux ! » Flaubert fait donc une confusion. Le tableau dont il est vraiment question ici est celui de Jean-Baptiste Debret intitulé Napoléon rend hommage au courage malheureux. Plusieurs estampes ont été faites d’après ce tableau. La plupart d’entre elles sont légendées : « Honneur au courage malheureux ! » À titre d’exemple, nous reproduisons ici l’image d’Épinal qui est gravée par François Georgin en 1835 d’après ce tableau.

François Georgin (graveur), Honneur au courage malheureux, d'après un tableau de Jean-Baptiste Debret, 1835, gravure sur bois coloriée au pochoir

coll. Musée de l’Image, dépôt MDAAC © Musée de l’Image / H. Rouyer.

18Dans le roman de Flaubert, l’officier de la garde nationale imite non seulement le mot de Napoléon, mais aussi son geste. Comme l’empereur, il met la main à son chapeau. Cependant, il existe une grande différence entre l’image représentant Napoléon et le texte racontant l’insurrection de Juin. Alors que Napoléon rend hommage au courage des ennemis blessés, l’officier de la garde nationale cite le mot historique pour rendre hommage à ses collègues blessés. Ce n’est pas aux ennemis, c’est-à-dire aux insurgés, que ce mot est adressé. En effet, aucun hommage n’est rendu au courage malheureux des insurgés. La citation du mot de Napoléon souligne l’absence d’hommage au vrai courage malheureux.

  • 35 NAF 17608, fo 108.
  • 36 Flaubert, L’Éducation sentimentale, texte établi, sommaire bibliographique, préface, bibliographie, (...)
  • 37 Flaubert, Le Dictionnaire des idées reçues suivi du Catalogue des idées chic, texte établi, présent (...)
  • 38 L’Éducation sentimentale, p. 532.

19Passons maintenant aux images cachées. Ce sont les images auxquelles l’auteur fait référence au cours de la rédaction et qui ne sont plus identifiables à l’échelle du texte définitif. Pour expliquer cette notion, nous nous permettons de prendre un exemple dans la référence picturale. Dans un brouillon de L’Éducation sentimentale, Flaubert cite le nom de l’héroïne d’un roman de Mme de Staël : « La Vatnaz <avec une écharpe –– comme Corinne au cap Misène>35 ». Comme le remarque Peter Michael Wetherill dans une note de son édition de L’Éducation sentimentale36, cette référence est à la fois littéraire et picturale. Flaubert pense non seulement à Corinne ou l’Italie, roman de Mme de Staël, mais aussi à un tableau de François Gérard intitulé Corinne au cap Misène. Ce tableau est peint entre 1819 et 1821 et se trouve aujourd’hui dans le Musée des Beaux-Arts de Lyon. Si La Vatnaz porte une écharpe, qui est, selon Le Dictionnaire des idées reçues, « poétique37 », c’est pour imiter la figure de Corinne représentée dans ce tableau de Gérard. Mais la référence à Corinne est effacée dans le texte définitif : « Mlle Vatnaz, une écharpe orientale autour des reins, se tenait à un coin de la cheminée38. » On peut en conclure que le tableau de Gérard est une image cachée de ce passage.

20L’étude des brouillons permet ainsi de découvrir des images cachées. Les notes documentaires fournissent aussi des pistes intéressantes. Examinons maintenant les notes prises par Flaubert sur les images des années 1840.

L’Artiste et Le Charivari

  • 39 Pour les notes prises par Flaubert sur les journaux, voir Nathalie Petit, « Le dossier “Journaux” : (...)

21Avant d’écrire L’Éducation sentimentale, Flaubert a pris des notes sur les périodiques des années 184039 : La Mode, Revue des Deux Mondes, Le Charivari, L’Artiste, L’Illustration, etc. Plusieurs descriptions de lithographies se rencontrent dans ces notes, surtout dans celles sur la revue L’Artiste et sur le journal Le Charivari.

  • 40 Alison Fairlie, « Flaubert and some painters of his time », in The Artist and The Writer in France. (...)
  • 41 Stéphanie Dord-Crouslé et Félicie Mercier, « Les notes prises par Flaubert sur la revue L’Artiste » (...)
  • 42 Ibid., p. 264.

22Les notes prises par Flaubert sur la revue L’Artiste sont relativement connues. Alison Fairlie s’y est déjà intéressée dans son article paru en 197440. Plus près de nous, Stéphanie Dord-Crouslé et Félicie Mercier les ont transcrites et publiées dans leur intégralité41. Dans la présentation de ces notes, elles ont souligné à juste titre l’importance des descriptions de lithographies et remarqué que Flaubert énonce parfois des jugements personnels dans ces descriptions de lithographies42. Prenons ici un des exemples les plus intéressants : celui de la note sur le portrait de Byron et de la comtesse Guiccioli.

  • 43 Ms g2261, f° 158.

Byron et la comtesse Guiccioli tableau de Devéria –– gravure de Régnier
la Comtesse en manche à gigot joue de la guitare, Byron en redingote
schall, et toque à plume est en maillot. –rien n’y manque
balustrade, et rideau pardessus une colonne43.

Régnier (graveur), « Byron et la comtesse Guiccioli », d’après un tableau d’Achille Devéria

L’Artiste, 1839, 2e série, tome 1, p. 328bis.

  • 44 Lettre à Louis Bouilhet du 27 juin 1850 (Correspondance, t. I, p. 646).
  • 45 L’Éducation sentimentale, p. 226.

23La description de Flaubert est détaillée et précise. Mais l’expression « rien n’y manque » révèle qu’il considère ce portrait comme cliché. Sous sa plume, cette expression est employée toujours de manière ironique. Par exemple, dans une lettre à Louis Bouilhet du 27 juin 1850, Flaubert l’utilise à propos d’un roman d’Eugène Scribe : « C’est complet. Procure-toi cette œuvre. L’immondicité ne va pas plus loin, rien n’y manque44. » Dans L’Éducation sentimentale,  il emploie la même expression pour décrire la chambre de Frédéric : « Stores et doubles rideaux, glace de Venise, rien n’y manquait45 ».

  • 46 Émile Zola, « Gustave Flaubert, l’écrivain et l’homme », in Flaubert, textes réunis et présentés pa (...)
  • 47 Ms g2264, f° 116.

24Flaubert a pris des notes aussi sur le journal Le Charivari. D’après Émile Zola, Flaubert a feuilleté toute la collection de ce journal avant d’écrire L’Éducation sentimentale, « afin de se pénétrer de l’esprit du petit journalisme, sous Louis‑Philippe46 ». Dans les dossiers préparatoires se trouvent des notes sur Le Charivari des années 1840-1842 et de l’année 1847. Quant aux lithographies parues dans ce journal, Flaubert s’intéresse surtout à celles de Gavarni. Il note par exemple le titre d’une série réalisée par ce graveur : « Fourberies de femmes47 ». Il lui arrive aussi de transcrire la légende d’une lithographie de Gavarni dans son intégralité. C’est le cas pour une lithographie qui est publiée dans Le Charivari du 27 juillet 1841 et qui fait partie de la série La Vie de jeune homme.

  • 48 Ms g2264, f° 116 vo.

Gavarni : deux jeunes gens couchés par terre, sur l’herbe, causent
–– C’est une femme que j’ai bien aimée
–– Farceur, tu l’as gardée 15 jours
–– Mais je lui ai fait la cour deux ans48.

25Flaubert montre aussi un vif intérêt pour les costumes de bal dessinés par Gavarni. Il prend des notes sur certains de ses dessins de costumes, qui sont parus dans Le Charivari de l’année 1841.

  • 49 Ms g2264, f° 116.

Costumes : général étranger. (Gavarni)
les débardeurs de Gavarni
Cacique le nez dans un bilboquet. ceinture collier de chopes.
Insulaire de n’importe où. (Gavarni) une tête suspendue à sa ceinture49

  • 50 L’Éducation sentimentale, p. 197.
  • 51 Ibid., p. 204.
  • 52 NAF 17602, fo 95 vo.

26Le débardeur est un costume de carnaval et de bal masqué qui a pour modèle la tenue de travail des ouvriers débardeurs. Flaubert fait référence à ce costume dans L’Éducation sentimentale. Dans la scène du bal masqué de Rosanette, on trouve des hommes « en costumes de roulier, de débardeur ou de matelot50 ». Le costume de débardeur a d’ailleurs la particularité de convenir aux deux sexes. Dans ses dessins, Gavarni représente non seulement des débardeurs, mais aussi des débardeuses. Flaubert, lui aussi, met en scène une femme en costume de débardeur dans le bal masqué de Rosanette. Il s’agit d’un personnage appelé « la Débardeuse », qui semble receler, aux yeux de Frédéric, « tous les raffinements de l’amour moderne51 ». Il est évident que Flaubert s’inspire des dessins de Gavarni pour créer ce personnage accessoire. Dans un brouillon de son roman, il note : « une débardeuse (Gavarni)52 ».

  • 53 Les deux derniers dessins, « Cacique » et « Insulaire de n’importe où », sont reproduits par Yves G (...)

27Les trois autres dessins de costumes (« Général étranger », « Cacique » et « Insulaire de n’importe où ») appartiennent à la série Souvenirs du bal Chicard. Ils sont parus respectivement dans Le Charivari le 24 janvier 1841, le 21 février 1841 et le 31 janvier 184153. Les notes sur ces trois costumes extravagants ne sont pas utilisées dans L’Éducation sentimentale. Mais une autre planche de la même série semble inspirer à Flaubert un personnage épisodique qui apparaît dans la scène de l’Alhambra.

  • 54 L’Éducation sentimentale, p. 139.

[…] Hussonnet s’écria :
–– Tiens ! la marquise d’Amaëgui !
C’était une femme pâle, à nez retroussé, avec des mitaines jusqu’aux coudes et de grandes boucles noires qui pendaient le long de ses joues, comme deux oreilles de chien.
–– Nous devrions organiser une petite fête chez toi, un raout oriental ? Tâche d’herboriser quelques-unes de tes amies pour ces chevaliers français ? Eh bien, qu’est-ce qui te gêne ? Attendrais-tu ton hidalgo ?
L’Andalouse baissait la tête […]54.

  • 55 Alfred de Musset, « L’Andalouse », dans Poésies complètes, édition établie et annotée par Maurice A (...)

28La marquise d’Amaëgui est le personnage d’un poème d’Alfred de Musset intitulé « L’Andalouse » : « Avez-vous vu, dans Barcelone, ∕ Une Andalouse au sein bruni ? ∕ Pâle comme un beau soir d’automne ! ∕ C’est ma maîtresse, ma lionne ! ∕ La marquesa d’Amaëgui55 ! » Comme la marquesa d’Amaëgui dans le poème de Musset, le personnage appelé l’Andalouse dans le roman de Flaubert est « une femme pâle ». Mais le portrait de l’Andalouse par ce romancier ressemble plutôt à une lithographie de Gavarni parue dans Le Charivari du 29 janvier 1842 et intitulée « Andalouse ». Flaubert n’a pas pris de notes sur cette lithographie, mais il est sûr qu’il l’a vue avant d’écrire L’Éducation sentimentale. La description de Flaubert est aussi caricaturale que celle de Gavarni.

Gavarni, « Andalouse »

Le Charivari, le 29 janvier 1842.

29On peut trouver bien d’autres correspondances entre le roman de Flaubert et la caricature de Gavarni. Prenons l’exemple de l’expression « faire son droit ». Flaubert emploie cette expression au début de L’Éducation sentimentale.

  • 56 L’Éducation sentimentale, p. 42.

M. Frédéric Moreau, nouvellement reçu bachelier, s’en retournait à Nogent‑sur‑Seine, où il devait languir pendant deux mois, avant d’aller faire son droit56.

30Ce début du roman rappelle celui de Frédéric et Bernerette, nouvelle de Musset parue en 1838, qui décrit un étudiant en droit tombant amoureux d’une grisette. À l’incipit de cette nouvelle, Musset, lui aussi, utilise l’expression « faire son droit ».

  • 57 Musset, Frédéric et Bernerette, dans Œuvres complètes en prose, texte établi et annoté par Maurice (...)

Vers les dernières années de la Restauration, un jeune homme de Besançon, nommé Frédéric Hombert, vint à Paris pour faire son droit57.

31Il existe une ressemblance indéniable entre le début de L’Éducation sentimentale et celui de Frédéric et Bernerette. Flaubert et Musset décrivent tous les deux un jeune homme prénommé Frédéric qui vient de province à Paris pour « faire son droit ». Tout se passe comme si Flaubert réécrivait au début de son roman l’incipit de la nouvelle de Musset en changeant d’époque. Pourtant, il y a une différence subtile mais essentielle entre ces deux débuts. L’expression « faire son droit » est mise en italique dans le roman de Flaubert, tandis qu’elle ne l’est pas dans la nouvelle de Musset.

32Pourquoi Flaubert met-il en italique l’expression « faire son droit » ? C’est d’abord parce qu’il s’agit d’un cliché associé à l’idéologie bourgeoise de l’époque. Au XIXe siècle, l’étude de droit était considérée comme indispensable pour la réussite sociale, comme on peut le lire au début de l’article « L’étudiant en droit » rédigé par Émile de La Bédollière pour Les Français peints par eux‑mêmes, recueil publié de 1840 à 1842.

  • 58 Émile de La Bédollière, « L’étudiant en droit », dans Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopéd (...)

Un jeune homme sort du collège. […] Son père et sa mère, assis au coin du feu, délibèrent sur la destinée ultérieure de leur fils unique. « Il faut qu’il fasse son droit, dit le père d’un ton grave et doctoral ; c’est le complément indispensable de l’éducation : le titre d’avocat mène à tout58. »

  • 59 Il est intéressant à noter que Gavarni publie dans Le Charivari du 10 août 1840 une autre planche d (...)

33Mais, l’expression « faire son droit » est associée aussi à l’imaginaire collectif sur la vie d’étudiant. C’est ce que nous apprend une lithographie de Gavarni. Dans Le Charivari du 5 août 1840, Gavarni publie une planche de la série Les Étudiants de Paris, qui est légendée « Il fait son droit »59.

Gavarni, « Il fait son droit »

Le Charivari, le 5 août 1840.

  • 60 NAF 17601, f15.

34Cette lithographie témoigne du fait que l’expression « faire son droit » a une connotation particulière en 1840, année où se situe le début du roman de Flaubert. Si Flaubert met en italique cette expression, c’est pour suggérer qu’elle signifie autre chose que son sens littéral. L’examen des brouillons montre d’ailleurs que Flaubert précise au stade de la rédaction ce que cette expression signifie pour son héros. Dans un brouillon du début de son roman, il écrit : « […] avant d’aller faire son droit, ce qui signifiait dans sa pensée être libre et vivre en artiste60 ! » Cette rêverie de Frédéric autour du mot « faire son droit » est supprimée dans le texte définitif. Mais l’usage de l’italique suffit à créer une connivence avec le lecteur contemporain, qui n’ignore rien de la véritable signification de l’expression « faire son droit ».

  • 61 L’Éducation sentimentale, p. 71.

35Certes, à la différence des étudiants en droit décrits par Musset et Gavarni, Frédéric ne s’intéresse pas aux grisettes. C’est Martinon qui est fidèle à l’image stéréotypée de l’étudiant en droit : « En face de lui [Martinon], une femme en robe d’indienne reprisait des chaussettes61. » Mais il n’en demeure pas moins que l’usage de l’expression en italique est comparable à celui de la légende de Gavarni.

Les images de l’année 1848

  • 62 Sur les images de l’année 1848, voir Ségolène Le Men, « Les images de l’année 1848 dans la « Républ (...)
  • 63 Œuvres complètes de Gustave Flaubert, édition établie par la Société des Études littéraires françai (...)
  • 64 Édition électronique des dossiers de Bouvard et Pécuchet [en ligne], sous la direction de Stéphanie (...)

36La documentation iconographique de Flaubert porte non seulement sur les mœurs parisiennes des années 1840, mais aussi sur les images de l’année 184862. Ses dossiers préparatoires comprennent une série de notes sur les estampes éditées sous la Seconde République. Ces notes ont été transcrites et publiées dans l’édition du Club de l’Honnête Homme parue en 197163. Plus récemment, elles ont été retranscrites par Éric Le Calvez et publiées par Stéphanie Dord-Crouslé dans l’édition électronique des dossiers de Bouvard et Pécuchet64. Mais ces notes n’ont été étudiées que de façon fragmentaire.

37Flaubert prend note des images de l’année 1848 à peu près par ordre chronologique des événements représentés. Il commence par une illustration représentant le spectacle du chariot des cadavres après la fusillade du boulevard des Capucines du 24 février 1848, qui est publiée dans un journal intitulé Musée parisien, et finit par un portrait de Louis-Napoléon Bonaparte, élu président de la République le 10 décembre 1848. Il s’intéresse notamment aux images de Février et de Juin, mais aussi à celles de la déportation des insurgés.

  • 65 Ms g2264, f° 154 vo et fo 155.

Plus de patrie
Des Déportés sur le Pont du vaisseau, dans des poses dantesques ––
Les Orphelins
Une bande d’enfants au milieu desquels la Liberté agite un flambeau, ils saluent de loin deux vaisseaux pleins de transportés qui vont partir à l’horizon le Christ est le Christ est dans une barque65.

Lemaire (illustrateur), Plus de patrie !!, s. d.

Bibliothèque nationale de France

Frédéric Sorrieu (lithographe) et L. Goldschneider (illustrateur), Les Orphelins. Départ des Transportés, 1850

Bibliothèque nationale de France

  • 66 Ms g2264, fo 152 et f° 153.
  • 67 Ms g2264, fo 152. Gisèle Séginger rapproche cette note de l’Hydre, titre d’une brochure réactionnai (...)
  • 68 Ms g2264, f° 153 vo.

38Flaubert ne s’occupe pas seulement des estampes représentant les événements politiques de l’année 1848, mais également des caricatures de cette année. Par exemple, il note à deux reprises la légende d’une caricature montrant la fuite de Louis-Philippe : « Louis File-Vite66 ». Il prend également des notes sur une caricature représentant la Liberté sous la figure du serpent de mer, qui est publiée dans Le Charivari du 23 décembre 1848 : « Apparition du serpent de mer. Tous les rois dans une nacelle, épouvantés à la vue de l du serpent de mer dont la tête est celle de la Liberté67. » Il s’attache d’ailleurs à une caricature des plus grossières : « Les toasteuses –– Mlle Trépaillard rapprochement des sexes abolition de la feuille de vigne –– vieille fille portant un toast dans un banquet68. »

Anonyme, « Louis File-Vite », s. d.

Bibliothèque nationale de France

Anonyme, Apparition du serpent de mer en France, 1848

Bibliothèque nationale de France (lithographie publiée dans Le Charivari, le 23 décembre 1848)

Rigobert (illustrateur), « Les Toasteuses. Mademoiselle Trépaillard. Jeune fille âgée de 49 ans (et les Mois de Nourrice) Au rapprochement des sexes ! À l'abolition de la Feuille de Vigne ! », s. d.

Bibliothèque nationale de France

  • 69 L’Éducation sentimentale, p. 430.

39Dans L’Éducation sentimentale, on peut repérer un certain nombre de détails provenant de ces notes. Prenons trois exemples. Le premier exemple est celui des deux joueurs de cartes dans la scène du sac des Tuileries : « Dans la chambre de la reine, une femme lustrait ses deux bandeaux avec de la pommade ; derrière un paravent, deux amateurs jouaient aux cartes69 ». Cette description semble être inspirée d’une estampe intitulée Comme on fait son lit on se couche. Chambre à coucher du Roi du 24 au 25 Février, dont Flaubert donne une longue description dans ses notes préparatoires.

  • 70 Ms g2264, f° 151 et fo 151 vo.

Comme on fait son lit, on se couche. Chambre à coucher du roi du 24 au 25 février –– à gauche, une table autour de laquelle sont à jouer aux cartes deux hommes (l’un avec une plume au chapeau) et une femme –– Au fond, dans le lit, une grisette poitrine nue, penchée sur le coude. Elle tend un verre à champagne à un homme qui lui verse du vin, assis dans un fauteuil, une courtepointe à ses pieds, baudrier, cigare –– madras –– à gauche, sur un canapé, un homme et une femme font une langue –– un homme debout derrière celui qui verse à boire noue un madras autour de sa tête70.

Franz Teichel, Comme on fait son lit on se couche. Chambre à coucher du Roi du 24 au 25 Février, 1848

Bibliothèque nationale de France

40Le deuxième exemple se trouve dans le spectacle des rues après les journées de Février.

  • 71 L’Éducation sentimentale, p. 437-438.

Frédéric prenait la Maréchale à son bras ; ils flânaient ensemble dans les rues. Elle […] jetait çà et là quelque monnaie dans le tronc pour les blessés, établi sur une chaise, au milieu de la voie. Puis elle s’arrêtait devant des caricatures qui représentaient Louis-Philippe en pâtissier, en saltimbanque, en chien, en sangsue71.

  • 72 Flaubert, L’Éducation sentimentale, texte présenté et commenté par Alan Raitt, Paris, Imprimerie Na (...)

41Dans son édition de L’Éducation sentimentale72, Alain Raitt rapproche ce passage des notes suivantes.

  • 73 Ms g2264, f° 153.

Estampes
Quelques jours après Février –– dans les rues, troncs pour les blessés sur des chaises.
Louis-Philippe en pâtissier (très fréquent), en saltimbanque, en vidangeur, en sangsue suçant la France, en aveugle73

42L’estampe représentant les « troncs pour les blessés sur des chaises » est vraisemblablement celle qui est publiée dans L’Illustration du 11 mars 1848 sous le titre : « Tronc pour les blessés, d’après un croquis de M. Marohn ». Cette estampe est reprise dans Journées illustrées de la Révolution de 1848.

  • 74 L’Éducation sentimentale, p. 453.
  • 75 Alberto Cento, op. cit., p. 247.

43Le troisième exemple est celui d’une phrase qui se prononce dans la scène du Club de l’Intelligence : « notre Maître à tous, Jésus-Christ74 ! » Comme le remarque Alberto Cento75, cette phrase provient également des notes sur les estampes.

  • 76 Ms g2264, f° 152 vo.

Le Christ d’ivoire aux Tuileries –– « c’est notre maître à tous » très fréquent ψ.
Le Christ entre la liberté et la justice il tient une banderole où est écrit Fraternité
C’est là, (comme images) ce qu’il y a de plus fréquent avec les innombrables morts de Mgr Affre76 

  • 77 Lettre à Mademoiselle Leroyer de Chantepie du 24 janvier 1868 (Correspondance, t. III, p. 725).
  • 78 Sur la lecture des ouvrages socialistes par Flaubert, voir Kosei Ogura, « Le discours socialiste da (...)
  • 79 Lettre à George Sand du 5 juillet 1868 (Correspondance, t. III, p. 770). Voir aussi la lettre à Jul (...)

44Ces notes sont particulièrement intéressantes dans la mesure où il est question de la confusion du politique et du religieux dans les trois sujets relevés. On sait que Flaubert ne cesse de dénoncer cette confusion pendant la rédaction de L’Éducation sentimentale. Dans une lettre à Mademoiselle Leroyer de Chantepie du 24 janvier 1868, il écrit par exemple : « J’aborde la Révolution de 1848 et, en étudiant cette époque-là, je découvre beaucoup de choses du passé qui expliquent des choses actuelles. Je crois que l’influence catholique y a été énorme et déplorable77. » L’analyse de Flaubert sur le lien entre la Révolution de 1848 et le christianisme s’appuie principalement sur sa lecture des ouvrages des socialistes78. Dans une lettre à George Sand du 5 juillet 1868, il cite les ouvrages de Louis Blanc et de Pierre-Joseph Proudhon après avoir déclamé : « Tout ce que je trouve de christianisme dans les révolutionnaires m’épouvante79 ! » Mais c’est aussi dans les images de l’année 1848 que Flaubert perçoit la confusion du politique et du religieux.

45Dans ces notes, Flaubert insiste d’ailleurs sur la fréquence des mêmes sujets. En effet, comme celle de la mort de Mgr Affre, l’épisode du Christ aux Tuileries est représenté dans de nombreuses estampes. Nous reproduisons ici l’une d’entre elles.

Eugène Charpentier (lithographe), Le Peuple sortant des Tuileries, s. d.

Bibliothèque nationale de France

46L’imagerie de l’année 1848 se caractérise par son sentimentalisme. Comme le soulignent l’exemple du Christ aux Tuileries et celui du martyre de Mgr Affre, elle accorde une grande place aux traits touchants de certains personnages. De plus, elle embellit souvent les événements historiques. Pour finir, nous examinerons un passage du roman dans lequel Flaubert met en question la sentimentalité des images de 1848. Il s’agit d’une scène de la blessure de Dussardier. Pour cette scène, Flaubert semble s’inspirer d’une estampe intitulée : Oserez-vous tirer sur vos frères ?... 24 Février 1848.

  • 80 L’Éducation sentimentale, p. 499.

Le samedi, au haut d’une barricade, dans la rue Lafayette, un gamin enveloppé d’un drapeau tricolore criait aux gardes nationaux : « Allez-vous tirer contre vos frères ! » Comme ils s’avançaient, Dussardier avait jeté bas son fusil, écarté les autres, bondi sur la barricade, et, d’un coup de savate, abattu l’insurgé en lui arrachant le drapeau80.

Anonyme, Oserez-vous tirer sur vos frères ?... 24 février 1848, s. d.

Bibliothèque nationale de France

  • 81 Gilbert Guisan, « Flaubert et la Révolution de 1848 », Revue d'histoire littéraire de la France, av (...)

47Alors que l’estampe représente un épisode des journées de Février, Flaubert décrit dans ce passage un évènement des journées de Juin. Mais la ressemblance entre ces deux scènes est frappante. Dans tous les deux, l’enfant s’enveloppe d’un drapeau tricolore et crie à peu près la même phrase. De fait, dans son article paru en 1958, Gilbert Guisan a déjà rapproché la scène de la blessure de Dussardier d’un fait historique sur lequel cette estampe est fondé81. Ce fait est mentionné par exemple dans Le National du 24 février 1848.

  • 82 Le National, le 24 février 1848 (cité par Gilbert Guisan dans art. cit., p. 200). Cette anecdote es (...)

Arrivé à l’extrémité du faubourg (Saint-Martin), la troupe de ligne s’arrête tout-à-coup : une barricade lui barrait le passage.... Le commandant des forces voulait faire marcher les troupes. A ce moment, un jeune homme du peuple descend de la barricade, enveloppé d’un drapeau rouge ; le commandant s’approche de lui, le somme de se retirer ; les soldats étaient au moment de faire feu. Le jeune homme s’agenouille et crie : « Nous n’avons pas d’armes ; oserez-vous tirer contre nous ? » Quelques témoins de la scène entourent l’officier et le décident à faire retirer sa troupe de plusieurs pas82.

48Il y a des différences significatives entre l’article du National et l’estampe. Dans l’article du National, l’enfant est enveloppé d’un drapeau rouge, et il crie : « oserez-vous tirer contre nous ? » Dans l’estampe, l’enfant s’enveloppe d’un drapeau tricolore et crie : « Oserez-vous tirer sur vos frères ? » Il s’agit donc d’une image idéalisée par la propagande républicaine. Le texte de Flaubert est plus proche de cette image embellie que de l’article du National. C’est pourquoi nous supposons que Flaubert s’inspire plutôt de l’estampe que de l’article du National pour écrire la scène de la blessure de Dussardier. En définitive, Flaubert utilise de manière ironique cette anecdote de l’enfant enveloppé d’un drapeau. En février, la parole de l’enfant a arrêté l’avance de la troupe. Mais, en juin, elle n’a plus aucun pouvoir.

  • 83 Michel Foucault, « La bibliothèque fantastique », in Travail de Flaubert, sous la direction de Géra (...)

49Au terme de cette étude, il paraît clair que l’écriture romanesque de Flaubert se nourrit non seulement de documents écrits, mais aussi de documents iconographiques. Dans son article, « La bibliothèque fantastique », Michel Foucault souligne que Flaubert écrit ses livres avec des milliers de livres83. Il faut maintenant ajouter que cet écrivain écrit ses romans avec d’innombrables images.

  • 84 Le Dictionnaire des idées reçues, p. 89.

50Il paraît évident aussi que, pour Flaubert, les gravures de son époque sont un important réservoir de clichés. À cet égard, rappelons l’article « Harpe » du Dictionnaire des idées reçues : « Ne se joue, en gravure, que sur des ruines ou au bord d’un torrent84. » La plupart du temps, Flaubert puise des clichés dans les légendes des gravures : « Honneur au courage malheureux », « c’est notre maître à tous », « Oserez-vous tirer sur vos frères ? », etc.

51Il faut souligner également que Flaubert s’occupe de la dimension politique de l’image. Dans L’Éducation sentimentale, il décrit un portrait de la famille royale de Louis-Philippe, fait allusion à la légende de Napoléon et s’inspire d’une image idéalisée de la Révolution de 1848. Il traite ainsi des images de propagande de trois régimes différents : la Monarchie, l’Empire et la République. Quel que soit le régime, la politique n’est plus séparable de l’image de propagande.

Haut de page

Notes

1 Edmond et Jules de Goncourt, Journal. Mémoires de la vie littéraire, texte intégral établi et annoté par Robert Ricatte, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », t. II, 1989, p. 826.

2 Lettre à Georges Charpentier du 16 février 1879 (Correspondance, édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau, et par Yvan Leclerc pour le dernier volume, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1973-2007, t. V, p. 543).

3 Lettre à Ernest Duplan du 12 juin 1862 (Ibid., t. III, p. 221-222).

4 Sur les images dans Madame Bovary, voir Jean Seznec, « Madame Bovary et la puissance des images », Médecine de France, n° 8, 1949. Pour les keepsakes, voir aussi Carol Rifelj, « “Ces tableaux du monde” : Keepsakes in Madame Bovary », Nineteenth-Century French Studies, vol. 25, no 3 & 4, 1997.

5 Flaubert, Trois contes, introduction et notes par Pierre-Marc de Biasi, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de Poche classique », 1999, p. 54.

6 Voir une lettre à Louise Colet des 21-22 août 1846 : « Aujourd’hui je n’ai rien fait. –– Pas une ligne d’écrite ou de lue. J’ai déballé ma Tentation de saint Antoine et je l’ai accrochée à ma muraille, voilà tout. J’aime beaucoup cette œuvre. Il y avait longtemps que je la désirais. » (Correspondance, t. I, p. 307.)

7 Voir notamment Adrianne Tooke, Flaubert and the Pictorial Arts. From Image to Texte, Oxford, Oxford University Press, 2000 ; Gisèle Séginger (dir.), Gustave Flaubert 7. Flaubert et la peinture, Caen, Lettres modernes Minard, « La Revue des lettres modernes », 2010.

8 Voir par exemple Alberto Cento, Il Realismo documentario nell’« Éducation sentimentale », Napoli, Liguori, 1967, p. 195. Sur le rapprochement entre Flaubert et Daumier, voir aussi Carrol F. Coates, « Daumier and Flaubert : Examples of Graphic and Literary Caricature », Nineteenth Century French Studies, vol. 4, n° 3, 1976 ; Luce Czyba, « La caricature du féminisme de 1848 : de Daumier à Flaubert », in Écrire au XIXe siècle. Recueil d’articles offerts par ses amis collègues et disciples, Franche-Comté, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1998.

9 Voir par exemple le catalogue d’exposition Gustave Flaubert. Exposition du centenaire, Paris, Bibliothèque nationale, 1980, p. 88.

10 Peter Michael Wetherill, L’Éducation sentimentale. Images et documents, Paris, Garnier, « Classiques Garnier », 1985.

11 Déborah Boltz, « Réception de L’Éducation sentimentale. Bilan critique général », ITEM [en ligne], mis en ligne le 14 septembre 2008. URL : http://www.item.ens.fr/index.php?id=344659

12 Pour cette distinction, nous nous sommes inspirés des travaux de Kazuyoshi Yoshikawa sur Marcel Proust. Voir Kazuyoshi Yoshikawa, Proust et l’art pictural, préface de Jean-Yves Tadié, Paris, Honoré Champion, « Recherches proustiennes », 2010 (chapitre XVI : « Tableaux désignés, suggérés et cachés dans la Recherche »).

13 Flaubert, L’Éducation sentimentale, édition présentée et annotée par Pierre‑Marc de Biasi, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de Poche classique », 2002, p. 113. Sauf indication contraire, les références à L’Éducation sentimentale renvoient à cette édition.

14 Ibid., p. 291-292.

15 Ibid., p. 110.

16 Flaubert, L’Éducation sentimentale, édition établie et présentée par Claudine Gothot-Mersch, Paris, Flammarion, « GF », 1985, p. 515, n. 40.

17 L’Éducation sentimentale, p. 361.

18 Ibid., p. 374.

19 Voir une lettre à Louise Colet du 13 juin 1852 : « Je retrouve toutes mes origines dans le livre que je savais par cœur avant de savoir lire, Don Quichotte » (Correspondance, t. II, p. 111).

20 « Et le livre des contes de Mme d’Aulnoy <Don Quichotte en estampes> dont nous colorions <enluminions> ensembles les images <gravures> ? » (NAF 17606, fo 12 vo.)

21 Lettre à Louise Colet du 20 juin 1853 (Correspondance, t. II, p. 359).

22 La Bibliothèque de Flaubert. Inventaires et critiques, sous la direction de Yvan Leclerc, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2001, p. 18.

23 L’Éducation sentimentale, p. 411.

24 Ibid., p. 537.

25 Flaubert, Bouvard et Pécuchet, introduction et notes par Pierre-Marc de Biasi, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de Poche classique », 1999, p. 247.

26 L’Éducation sentimentale, p. 88.

27 Ibid., p. 465.

28 Héros. D’Achille à Zidane, sous la direction d’Odile Faliu et Marc Tourret, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2007, p. 95.

29 Ibid., p. 498.

30 Lettre de Maxime Du Camp à Flaubert du 1er octobre 1868 (Gustave Flaubert, Alfred Le Poittevin, Maxime Du Camp, Correspondances, texte établi, préfacé et annoté par Yvan Leclerc, Paris, Flammarion, 2000, p. 374).

31 Maxime Du Camp, Souvenirs de l’année 1848, présentation de Maurice Agulhon, Paris ; Genève, Slatkine, « Ressources », 1979, p. 285.

32 Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, Librairie Classique Larousse et Boyer, 1866-1878, t. XV, p. 994.

33 NAF 17608, fo 118 vo.

34 NAF 17608, fo 36 vo.

35 NAF 17608, fo 108.

36 Flaubert, L’Éducation sentimentale, texte établi, sommaire bibliographique, préface, bibliographie, notes, variantes, dossier de l’œuvre par Peter Michael Wetherill, Paris, Garnier, « Classiques Garnier », 1984, p. 497, n. 710.

37 Flaubert, Le Dictionnaire des idées reçues suivi du Catalogue des idées chic, texte établi, présenté et annoté par Anne Herschberg Pierrot, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de Poche classique », 1997, p. 73.

38 L’Éducation sentimentale, p. 532.

39 Pour les notes prises par Flaubert sur les journaux, voir Nathalie Petit, « Le dossier “Journaux” : de L’Éducation sentimentale au “second volume” de Bouvard et Pécuchet », in Éditer le chantier documentaire de Bouvard et Pécuchet. Explorations critiques et premières réalisations numériques, textes réunis par Rosa Maria Palermo Di Stefano, Stéphanie Dord-Crouslé et Stella Mangiapane, Messina, Andrea Lippolis Editore, 2010.

40 Alison Fairlie, « Flaubert and some painters of his time », in The Artist and The Writer in France. Essays in Honor of Jean Seznec, edited by Francis Haskell, Anthony Levi and Robert Shackleton, Oxford, Clarendon Press, 1974. Voir aussi Alison Fairlie, « Aspects de l’histoire de l’art dans L’Éducation sentimentale », Revue d'histoire littéraire de la France, juillet-octobre 1981.

41 Stéphanie Dord-Crouslé et Félicie Mercier, « Les notes prises par Flaubert sur la revue L’Artiste », in Gustave Flaubert 7. Flaubert et la peinture, textes réunis et présentés par Gisèle Séginger, Caen, Lettres modernes Minard, « La Revue des lettres modernes », 2010.

42 Ibid., p. 264.

43 Ms g2261, f° 158.

44 Lettre à Louis Bouilhet du 27 juin 1850 (Correspondance, t. I, p. 646).

45 L’Éducation sentimentale, p. 226.

46 Émile Zola, « Gustave Flaubert, l’écrivain et l’homme », in Flaubert, textes réunis et présentés par Didier Philippot, Presses de l’Université de Paris Sorbonne, « Mémoire de la critique », 2006, p. 508.

47 Ms g2264, f° 116.

48 Ms g2264, f° 116 vo.

49 Ms g2264, f° 116.

50 L’Éducation sentimentale, p. 197.

51 Ibid., p. 204.

52 NAF 17602, fo 95 vo.

53 Les deux derniers dessins, « Cacique » et « Insulaire de n’importe où », sont reproduits par Yves Gagneux dans le catalogue d’exposition Le Carnaval à Paris, Paris Musées, « Petites Capitales », 2011, p. 52 et p. 61.

54 L’Éducation sentimentale, p. 139.

55 Alfred de Musset, « L’Andalouse », dans Poésies complètes, édition établie et annotée par Maurice Allem, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1957, p. 73.

56 L’Éducation sentimentale, p. 42.

57 Musset, Frédéric et Bernerette, dans Œuvres complètes en prose, texte établi et annoté par Maurice Allem, Gallimard, Paris, « Bibliothèque de la Pléiade », 1951, p. 470. Il est à remarquer aussi que Balzac utilise à plusieurs reprises l’expression « faire son droit » dans ses romans. Voir par exemple la description de la Maison Vauquer dans Le Père Goriot : « En ce moment, une de ces deux chambres appartenait à un jeune homme venu des environs d'Angoulême à Paris pour y faire son droit » (Honoré de Balzac, Le Père Goriot, texte présenté, établi et annoté par Rose Fortassier, dans La Comédie humaine, édition publiée sous la direction de Pierre-Georges Castex, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. III, 1976, p. 56).

58 Émile de La Bédollière, « L’étudiant en droit », dans Les Français peints par eux-mêmes. Encyclopédie morale du dix-neuvième siècle. Publiée par Léon Curmer, édition présentée et annotée par Pierre Bouttier, Omnibus, t. I, 2003, p. 45.

59 Il est intéressant à noter que Gavarni publie dans Le Charivari du 10 août 1840 une autre planche de cette série, qui est légendée : « Il étudie la médecine ! »

60 NAF 17601, f15.

61 L’Éducation sentimentale, p. 71.

62 Sur les images de l’année 1848, voir Ségolène Le Men, « Les images de l’année 1848 dans la « République des arts » », dans Les Révolutions de 1848. L’Europe des images. Une République nouvelle (cat. exp.), Paris, Assemblée Nationale, 1998. Dans cet article, Ségolène Le Men affirme à juste titre que Flaubert dresse, dans L’Éducation sentimentale, « une anthologie des sujets d’estampes de l’année 1848 » (Ibid., p. 47).

63 Œuvres complètes de Gustave Flaubert, édition établie par la Société des Études littéraires françaises, Paris, Club de l’Honnête Homme, t. III, 1971, p. 440‑442.

64 Édition électronique des dossiers de Bouvard et Pécuchet [en ligne], sous la direction de Stéphanie Dord‑Crouslé. URL : http://www.dossiers-flaubert.fr/

65 Ms g2264, f° 154 vo et fo 155.

66 Ms g2264, fo 152 et f° 153.

67 Ms g2264, fo 152. Gisèle Séginger rapproche cette note de l’Hydre, titre d’une brochure réactionnaire, que Flaubert décrit dans la troisième partie de L’Éducation sentimentale. Voir Gisèle Séginger, Flaubert. Une poétique de l’histoire, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2000, p. 227.

68 Ms g2264, f° 153 vo.

69 L’Éducation sentimentale, p. 430.

70 Ms g2264, f° 151 et fo 151 vo.

71 L’Éducation sentimentale, p. 437-438.

72 Flaubert, L’Éducation sentimentale, texte présenté et commenté par Alan Raitt, Paris, Imprimerie Nationale, « Lettres françaises », 1979, t. 2, p. 119, n. 1 et n. 2.

73 Ms g2264, f° 153.

74 L’Éducation sentimentale, p. 453.

75 Alberto Cento, op. cit., p. 247.

76 Ms g2264, f° 152 vo.

77 Lettre à Mademoiselle Leroyer de Chantepie du 24 janvier 1868 (Correspondance, t. III, p. 725).

78 Sur la lecture des ouvrages socialistes par Flaubert, voir Kosei Ogura, « Le discours socialiste dans l’avant-texte de L’Éducation sentimentale », in Gustave Flaubert 4. Intersection, textes réunis par Raymonde Debray Genette, Claude Duchet, Bernard Masson et Jacques Neefs, Caen, Lettres modernes Minard, « La Revue des lettres modernes », 1994.

79 Lettre à George Sand du 5 juillet 1868 (Correspondance, t. III, p. 770). Voir aussi la lettre à Jules Michelet du 2 février 1869 : « Le livre que je finis maintenant m’a forcé à étudier un peu le socialisme. Je crois qu’une partie de nos maux viennent du néo-catholicisme républicain. » (Ibid., t. IV, p. 13.)

80 L’Éducation sentimentale, p. 499.

81 Gilbert Guisan, « Flaubert et la Révolution de 1848 », Revue d'histoire littéraire de la France, avril-juin 1958, p. 200-201.

82 Le National, le 24 février 1848 (cité par Gilbert Guisan dans art. cit., p. 200). Cette anecdote est racontée aussi par Louis Ménard dans Prologue d’une révolution : « Plus d’une fois, l’héroïsme du Peuple arrêta le combat ; ainsi, rue Saint-Martin, au moment où la troupe s’apprêtait à faire feu sur une barricade, un enfant de quinze ans s’élance en avant et, s’enveloppant dans un drapeau rouge, s’écrie : « Tirez si vous l’osez ! » Tous les autres insurgés l’imitent et se présentent sans armes devant les fusils : les soldats reculèrent cette fois devant un assassinat, et on s’embrassa en criant : « Vive la ligne ! » » (Louis Ménard, Prologue d’une révolution. Février‑juin 1848, présenté par Filippo Benfante et Maurizio Gribaudi, La Fabrique, « Utopie et liberté », 2007, p. 86‑87.)

83 Michel Foucault, « La bibliothèque fantastique », in Travail de Flaubert, sous la direction de Gérard Genette et Tzvetan Todorov, Éditions du Seuil, « Points - Essais », 1983.

84 Le Dictionnaire des idées reçues, p. 89.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Anonyme, Après vous Sire, d'après un motif de Nicolas-Toussaint Charlet, entre 1833 et 1840, gravure sur bois coloriée au pochoir
Crédits coll. Musée de l’Image, dépôt MDAAC © Musée de l’Image / H. Rouyer.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Légende François Georgin (graveur), Honneur au courage malheureux, d'après un tableau de Jean-Baptiste Debret, 1835, gravure sur bois coloriée au pochoir
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Légende Régnier (graveur), « Byron et la comtesse Guiccioli », d’après un tableau d’Achille Devéria
Crédits L’Artiste, 1839, 2e série, tome 1, p. 328bis.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Gavarni, « Andalouse »
Crédits Le Charivari, le 29 janvier 1842.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Légende Gavarni, « Il fait son droit »
Crédits Le Charivari, le 5 août 1840.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Légende Lemaire (illustrateur), Plus de patrie !!, s. d.
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Frédéric Sorrieu (lithographe) et L. Goldschneider (illustrateur), Les Orphelins. Départ des Transportés, 1850
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Anonyme, « Louis File-Vite », s. d.
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Anonyme, Apparition du serpent de mer en France, 1848
Crédits Bibliothèque nationale de France (lithographie publiée dans Le Charivari, le 23 décembre 1848)
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Rigobert (illustrateur), « Les Toasteuses. Mademoiselle Trépaillard. Jeune fille âgée de 49 ans (et les Mois de Nourrice) Au rapprochement des sexes ! À l'abolition de la Feuille de Vigne ! », s. d.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Franz Teichel, Comme on fait son lit on se couche. Chambre à coucher du Roi du 24 au 25 Février, 1848
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Eugène Charpentier (lithographe), Le Peuple sortant des Tuileries, s. d.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Anonyme, Oserez-vous tirer sur vos frères ?... 24 février 1848, s. d.
Crédits Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2256/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Takashi Kinouchi, « La mémoire des images dans L’Éducation sentimentale », Flaubert [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 17 octobre 2014, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2256

Haut de page

Auteur

Takashi Kinouchi

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page