Navigation – Plan du site

Présentation

Anne Herschberg Pierrot

Texte intégral

  • 1 Voir le livre de Philippe Hamon, Imageries. Littérature et image au XIXe siècle. Paris, Corti, 2011

1Les dossiers « Flaubert, les pouvoirs de l’image », I, et II (ce numéro de la revue et le numéro suivant, à paraître) rassemblent des contributions du séminaire Flaubert qui s’est tenu à l’ENS de 2011 à 2014 (séminaire ITEM-ENS-Université Paris 8). Ces études prennent place dans le cadre d’un programme de recherche franco-allemand : « Flaubert et les pouvoirs de l’image » (FLIM), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et la Deutsche Forschunsgemeinschaft (DFG). Ce programme, qui prend appui sur les dossiers manuscrits de l’écrivain, a pour enjeu nouveau d’explorer les relations de Flaubert et des écrits flaubertiens à l’image, prise dans toute son ampleur sémantique – l’image visuelle, l’image mentale, l’image verbale – ainsi que la relation de Flaubert à l’imagerie du xixe siècle1 et aux nouvelles techniques de l’image, pour mettre au jour les composantes d’une théorie et d’une esthétique flaubertiennes de l’image. Il vise, corrélativement à cette réflexion épistémologique, à constituer une iconothèque numérique « Flaubert ».

2Les pouvoirs de l’image se trouvent renouvelés au xixe siècle par l’invention de nouvelles techniques de production et de diffusion de l’image, et le développement de la communication de masse dans la seconde partie du siècle. L’apparition de nouvelles techniques de fabrication et de reproduction de l’image visuelle fixe et mouvante (comme le daguerréotype et la photographie, la chronophotographie, avant le cinéma), de la lithographie en couleur, l’industrialisation de l’imprimé et de la presse bouleversent la relation du texte à l’image. L’affiche publicitaire et la « réclame » envahissent l’espace public et privé, tandis qu’apparaissent de nouveaux lieux de l’image pour les arts plastiques et industriels : les musées, et les expositions universelles. Flaubert, comme Baudelaire, réagit à l’envahissement de l’image industrielle et mécanique dans le quotidien. À la « nausée des affiches » de Mon cœur mis à nu, répond dans la fiction de Flaubert la mélancolie de Bouvard et Pécuchet devant les « choses insignifiantes » que sont « le profil d’un bourgeois, les réclames des journaux ». C’est bien la question de la croyance qui est posée face aux images reçues et aux idées reçues, aux clichés sous toutes leurs formes, visuelle et verbale, face à la nouvelle idolâtrie qui se constitue et se diffuse sans réflexion.

  • 2 Sur la relation de Flaubert à la peinture, voir Adrianne Tooke, Flaubert and the Pictorial Arts. Fr (...)
  • 3 Sur la théorie flaubertienne de l’image, voir Pierre-Marc de Biasi, « Flaubert : une théorie de l’i (...)

3Ce renouvellement de la technique crée en même temps les conditions d’un nouveau défi pour l’écriture littéraire et d’un nouveau débat sur la question du « réalisme ». Le roman flaubertien constitue cet espace de confrontation de l’image et du texte – de l’image lue, de l’image vue et de l’image sue – déplaçant le parallèle classique de la poésie et de la peinture. L’art littéraire se confronte et s’affronte aux arts plastiques (peinture, dessin, gravure, sculpture…)2, et à la photographie, vers l’affirmation radicale d’une autonomie des arts. Dans cette confrontation de l’écriture avec les arts visuels, l’illustration est un enjeu particulièrement intéressant, qui met au jour la poétique flaubertienne de l’œuvre. L’interdit de l’illustration exprime le refus de limiter le rêve du lecteur et pose de façon inédite l’autonomie des représentations3.

4Les pouvoirs de l’image ce sont aussi pour Flaubert, la puissance de la vision, de l’impression visuelle à l’hallucination et au rêve, dans la création littéraire. « […] Je vois (nettement, comme je vois la Seine) la surface de la mer Morte scintiller au soleil », écrit-il à sa nièce Caroline le 17 août 1876. Flaubert connaît les travaux de Maury sur le rêve et débat avec Taine de l’hallucination et de l’invention littéraire. Il prête une vive attention aux dispositifs optiques comme à la vision sous toutes ses formes – du point de vue à l’imagination du rêve, ou au rôle de l’image dans les processus de l’imaginaire créatif.

5Le présent dossier reprend et approfondit ces questions à la lumière des dossiers de genèse.

6La première partie réunit des contributions sur la relation de Flaubert à la théorie de l’image et aux arts visuels. B. Vouilloux reprend à neuf du point de vue de Taine la discussion avec Flaubert sur l’image mentale et la création. T. Kinouchi met au jour les références et allusions aux gravures des années 1840 dans L’Éducation sentimentale. B. Donatelli s’attache à l’étude de l’illustration des couvertures de Madame Bovary et de Salammbô et souligne la réinterprétation des personnages selon des codes culturels différents.

7La seconde partie analyse la façon dont Flaubert écrit avec et contre l’image. Si l’on a déjà rapproché à juste titre la technique flaubertienne du cinéma, ces études font découvrir l’impact des dispositifs optiques dans l’écriture flaubertienne – celui de la féerie théâtrale (G. Hindemith), et celui des verres de couleur dans un brouillon de Madame Bovary (J. Bem). Ce dossier fait aussi ressortir la complexité de la relation intermédiale en jeu dans l’écriture de Flaubert – qui travaille en interaction le texte et l’image : que ce soit par la référence au légendaire (S. Narr), ou bien l’étude des taches dans Trois Contes (A. Reed).

8Une place est aussi réservée dans ce dossier à l’image littéraire. N. Petibon étudie la comparaison chez Flaubert. Ph. Dufour présente ensuite et traduit de l’allemand avec elle un document inédit en français, l’étude importante que M. Hardt a consacrée aux images de Flaubert, dans Das Bild in der Dichtung [L’Image à l’œuvre], 1966.

Haut de page

Notes

1 Voir le livre de Philippe Hamon, Imageries. Littérature et image au XIXe siècle. Paris, Corti, 2011.

2 Sur la relation de Flaubert à la peinture, voir Adrianne Tooke, Flaubert and the Pictorial Arts. From Image to Texte, Oxford, Oxford University Press, 2000 et Gisèle Séginger (dir.), Gustave Flaubert 7. Flaubert et la peinture, Caen, Minard, « La Revue des lettres modernes », 2010.

3 Sur la théorie flaubertienne de l’image, voir Pierre-Marc de Biasi, « Flaubert : une théorie de l’image », dans Pierre-Marc de Biasi, Anne Herschberg Pierrot, Barbara Vinken (éds.), Voir, croire, savoir : Les épistémologies de la création chez Gustave Flaubert, Berlin, de Gruyter, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Herschberg Pierrot, « Présentation », Flaubert [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 17 octobre 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2302

Haut de page

Auteur

Anne Herschberg Pierrot

Université Paris 8, ITEM/ CNRS-ENS

Articles du même auteur

Haut de page