Navigation – Plan du site

Présentation

Anne Herschberg Pierrot

Texte intégral

  • 1 Voir la présentation du numéro 11, 2014, de la revue.

1Les dossiers Flaubert, les pouvoirs de l’image, I et II (numéros 11 et 12 de la revue) rassemblent des contributions du séminaire Flaubert qui s’est tenu à l’ENS de 2011 à 2014 (séminaire ITEM-ENS-Paris 8). Ces études prennent place dans le cadre d’un programme de recherche franco-allemand : « Flaubert et les pouvoirs de l’image » (FLIM), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et la Deutsche Forschunsgemeinschaft (DFG)1.

2Le présent dossier – Flaubert, les pouvoirs de l’image, II – approfondit l’analyse de la puissance de l’image visuelle au XIXe siècle et dans l’œuvre de Flaubert, par une confrontation de la littérature avec l’histoire des techniques de l’image, et l’histoire de l’art. Il interroge aussi l’écriture des images, et le rapport aux stéréotypes que mettent au jour les textes flaubertiens.

3La première partie s’intéresse au renouvellement des techniques de l’image et à leur retentissement chez Flaubert. Monique Sicard nous fait suivre pour la première fois le travail technique des photographies que réalisa Maxime Du Camp lors du voyage en Égypte, et présente sous un nouveau jour les relations de Flaubert à ce nouvel art de l’image. Arden Reed nous initie au monde des images mouvantes de la stéréoscopie, qui constitue un réservoir de scènes stéréotypées, de personnages et d’objets-types du XIXe siècle. Bruno Gallice retrace l’histoire et le rôle interprétatif des gravures illustrées de Madame Bovary, qui instaurent, en regard du texte de Flaubert, de nouvelles versions d’Emma.

4La seconde partie concerne plus particulièrement la relation de l’écriture à l’image. Philippe Dufour étudie la place du panthéisme dans les écrits de jeunesse de Flaubert et la façon dont l’écriture flaubertienne s’empreint d’une nostalgie de la perte des images. Françoise Gaillard s’attache à la puissance ambivalente des gravures illustrées pour les personnages flaubertiens – puissance maléfique et désirable par leur capacité à créer des « moments parfaits » : où l’on découvre qu’Emma, Bouvard et Pécuchet, ne se nourrissent pas seulement de clichés verbaux.

5Le troisième temps est consacré à une réflexion sur la modernité esthétique en littérature et en art, sous la forme d’un entretien entre Jacques Neefs et Michael Fried. Mettant en vis-à-vis la littérature et l’histoire de l’art, ce dialogue propose une interrogation croisée sur la prose de Flaubert, et l’art de ses contemporains Courbet et Manet.

Haut de page

Notes

1 Voir la présentation du numéro 11, 2014, de la revue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Herschberg Pierrot, « Présentation », Flaubert [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2374

Haut de page

Auteur

Anne Herschberg Pierrot

Université Paris 8, ITEM / CNRS-ENS

Articles du même auteur

Haut de page