Navigation – Plan du site

Le regard de l’Italie sur Flaubert

Bruna Donatelli

Texte intégral

Emma Bovary. Aveva il busto allungato delle castellane feudali (2012)Afficher l’image
Crédits : Collezione privata
  • 1 Voir le numéro monographique 6/2011 Flaubert et la traduction de cette revue : www.flaubert.revues. (...)
  • 2 Voir Vittorio Lugli, Bovary italiane e altri saggi, Sciascia, Caltanissetta-Roma, 1959, p. 19-25.
  • 3 La première fois à Gênes en 1845, lors du voyage de noces de sa sœur Caroline et la deuxième fois e (...)

1La réception de l’œuvre de Flaubert en Italie a suivi un parcours tout à fait différent par rapport à d’autres contextes socioculturels européens et extra-européens, notamment l’Angleterre, l’Allemagne et la Russie1. En fait, aucun des romans de Flaubert n’a été traduit en Italie de son vivant et aucun romancier italien n’est entré en contact ou n’a échangé avec lui une correspondance, même s’il ne manque pas d’échos de son œuvre dans les écrits épistolaires de certains : Luigi Capuana, par exemple, conseille la lecture de Madame Bovary à Giovanni Verga, qui, après avoir exprimé des réserves au sujet du scepticisme, de l’impassibilité et du réalisme trop sensuel de Flaubert, le compare par la suite à un « colosse ». De la même manière, Giosuè Carducci s’intéresse à sa production romanesque, en commandant Madame Bovary directement en France pour l’offrir à sa Muse Lidia, mais aussi pour le lire2. Contribue à cet accueil si singulier le fait que Flaubert n’a séjourné en Italie que deux fois, lorsqu’il avait 23 ans et 29 ans3, avant que son nom soit associé à son chef-d’œuvre, Madame Bovary.

  • 4 Gustave Flaubert, Correspondance, édition établie, annotée et présentée par Jean Bruneau (t. I-V ; (...)
  • 5 Voir Francesco De Sanctis, Scritti vari, inediti o rari, Morano, Napoli, 1898, p. 67-73 ; texte pub (...)
  • 6 Flaubert, Correspondance, op. cit., t. II, p. 286.
  • 7 De Sanctis, Opere, Einaudi, Torino, vol. 7, 1965, p. 305. C’est moi qui traduis.
  • 8 Francesco De Sanctis meurt en 1883 avant qu’elle soit publiée.
  • 9 Voir Benedetto Croce, Estetica come scienza dell’espressione e linguistica generale, Laterza, Bari, (...)
  • 10 Voir Giuseppe Toffanin, « Flaubert critico e l’ultimo De Sanctis » dans La critica e il tempo, Para (...)

2L’impact de Flaubert sur la culture et la critique italiennes ne deviendra significatif que plusieurs années après sa mort, surtout en ce qui concerne sa conception de l’art et ses idées esthétiques. Et cependant l’on remarque une affinité instinctive entre ses réflexions sur l’art et celles de Francesco De Sanctis, l’un des critiques italiens les plus novateurs de l’époque. Si par exemple Flaubert soutient que l’on peut « mettre un immense amour » même « dans l’histoire d’un brin d’herbe »4, au-delà des Alpes, Francesco De Sanctis affirme qu’il n’existe pas en littérature de beaux sujets et que la matière de l’art n’est ni le beau ni le noble ; tout ce qui est vivant est matière d’art5. Et encore, si l’auteur de Madame Bovary souligne que la forme est « la chair même de la pensée » et non son « manteau »6, le critique italien semble lui faire de nouveau écho en affirmant que « la forme n’est pas a priori, ce n’est pas quelque chose qui se tient en soi, sorte d’ornement, robe, apparence, ou quelque chose qu’on va ajouter ; au contraire elle est engendrée par le contenu actif de l’esprit de l’artiste : tel contenu, telle forme »7. Fin connaisseur de la culture française, à laquelle il a consacré bien des études, Francesco De Sanctis n’a pourtant jamais cité Flaubert dans ses essais. Mais il aurait apprécié sans aucun doute la portée critique de sa pensée s’il avait eu la possibilité de lire sa Correspondance8. Les affinités entre les deux sont en fait surprenantes, comme l’a bien souligné Benedetto Croce en 1902 lorsqu’il loue la maîtrise de Flaubert théoricien de l’art, en lui reconnaissant un esprit finement critique9. Cette dimension de son activité littéraire, longtemps méconnue en France (Brunetière insistait sur la nullité de cette activité), est donc une découverte toute italienne10.

3À partir des premières années du XXe siècle, la réflexion de Croce sur l’acuité critique de Flaubert et sur son penchant philosophique tout à fait instinctif, comme le remarque très finement dans ce numéro Paolo D’Angelo, ouvre la voie à toute une série d’études, dont la première a été Filosofia dell’arte in Gustavo Flaubert d’Antonio Fusco (1907), qui reconnaît à l’écrivain, lui aussi, un talent critique et une dimension philosophique presque inexplorée par la critique française de l’époque.

  • 11 Gabriele D’Annunzio, Prose scelte, Firenze, Giunti, 1985, p. 43, originellement publié dans Antolog (...)
  • 12 Film muet de Giovanni Pastrone du 1912.

4De même, la réception des écrivains italiens témoigne d’un vif intérêt. Matilde Serao s’inspire de Madame Bovary pour ses romans, surtout pour Fantasia (1883) où les échos flaubertiens résonnent avec toute leur ampleur, mais sans toutefois compromettre l’autonomie narrative, comme le remarque très justement Rosa Maria Palermo Di Stefano dans sa contribution. Quant à Gabriele D’Annunzio, grand admirateur de la Correspondance de Flaubert, il le considère comme « un esclave tenace et sublime » de l’Art, constamment tendu vers l’Absolu, « à la recherche de l’expression unique, immuable, parfaite, immortelle »11. Fasciné surtout par les récits d’antiquité de Flaubert, mais également par Madame Bovary, il apprécie la somptuosité des décors, la construction spectaculaire de certaines scènes et le recours au merveilleux, éléments qui constitueront par la suite les palimpsestes des didascalies de Cabiria12, dont il est l’auteur et qu’analyse l’article d’Anna Chiara Luzzi. Luigi Pirandello, quant à lui, semble se remémorer dans sa production romanesque, surtout dans Il fu Mattia Pascal (1904) et dans Uno, nessuno e centomila (1926), la leçon flaubertienne d’une nouvelle modalité de restitution du réel à travers l’opération d’effacement du narrateur et de la diffraction du personnage, de son être et de ses certitudes (Florence Pellegrini).

  • 13 Flaubert, La Signora Bovary, trad. it. Oreste Ceracchi, Treves, Milano, 1881.
  • 14 Même si, en 1911, une deuxième édition du roman, toujours chez Lubrano e Ferrara, porte dans le tit (...)
  • 15 Gustave Flaubert, Novembre, a cura di Beniamino Dal Fabbro, Minuziano, Milano, 1945. Beniamino Dal (...)

5En ce qui concerne les traductions, jusqu’à la fin des années 1910, les plus nombreuses concernent Madame Bovary, qui paraît en italien pour la première fois en 1881 sous le titre La Signora Bovary13. Suivent, en 1905, Salammbô et, en 1906, les Trois Contes, tous deux édités par Sonzogno ; la même année, Gaetano Giacomantonio traduit pour Bideri, une maison d’édition napolitaine spécialisée en éditions musicales, La Tentation de saint Antoine et, en 1908, toujours pour Bideri, L’Éducation sentimentale, qui porte le titre de L’Educazione sentimentale, « amori di un giovanotto ». Pour l’édition en italien de Bouvard et Pécuchet et de la Correspondance, il faudra par contre attendre le milieu des années 20. Parmi les écrits de jeunesse, la première œuvre publiée en traduction italienne a été Mémoires d’un fou en 1909 chez deux éditeurs, tous les deux de Naples, Gennaro Monte et Lubrano e Ferrara, respectivement dans la collection « Biblioteca per tutti » et « Biblioteca romantica » sous le titre Le Memorie di un pazzo : romanzo postumo14, tandis que Novembre ne sera traduit qu’en 194515.

  • 16 Cesare De Lollis, « Gustavo Flaubert », Nuova Antologia, Roma, 1921, repris dans Scrittori francesi (...)
  • 17 Croce, « Flaubert », dans Poesia e non poesia. Note sulla letteratura europea del secolo decimonono(...)
  • 18 Lugli, « Flaubert e il “Don Chisciotte” », Cultura, 15, 1927, repris par la suite dans Due francesi (...)

6Jusqu’à la fin des années 30, on enregistre, en Italie comme en France, un intérêt de plus en plus marqué pour l’œuvre de Flaubert. À la suite des études de Descharmes et Dumesnil, et de la publication chez Conard des Œuvres complètes, les éditions italiennes des œuvres de Flaubert et les études critiques sur son esthétique se multiplient. Nombre d’entre elles contribuent largement à l’exégèse flaubertienne, en ouvrant des voies d’investigation tout à fait nouvelles. À signaler l’essai de Cesare De Lollis « Gustavo Flaubert »16, qui reste fidèle aux positions de Croce, mais en portant une attention plus accentuée aux faits stylistiques et formels, et les travaux de Benedetto Croce qui revient en 1923 encore une fois « sur la dimension mystique » de Flaubert, « qui passe de la flagellation à l’extase et de l’extase à la flagellation », et sur sa doctrine esthétique qui « puise dans la perfection de la forme, la perfection du contenu »17. Toujours en 1920, Luigi Foscolo Benedetto publie Origini di « Salammbô », Studio sul realismo storico di G. Flaubert, une étude qui se focalise plus sur la portée historique du roman et la fiabilité des sources que sur la vision d’ensemble de l’œuvre et sa dimension romanesque. Mike Wetherill a fait ici heureusement dialoguer ce texte avec celui de Thibaudet, paru deux ans après, en démontrant comment les deux interprétations croisées, bien que presque toujours divergentes, peuvent contribuer à corriger « les excès contradictoires et journalistiques des lectures actuelles ». Quelques années plus tard, en 1927, dans son « Flaubert e il “Don Chisciotte” »18, Vittorio Lugli se penche, avec un goût typiquement comparatiste, sur l’influence que les chefs-d’œuvre littéraires ont eu sur l’esthétique de Flaubert, en soulignant non seulement l’affinité littéraire entre Flaubert et Cervantes, mais aussi la ressemblance intime des protagonistes de leurs œuvres respectives. Dans ce panorama, l’étude d’Antonia Pozzi, qui porte sur les écrits de jeunesse de Flaubert, occupe une place à part. Cette étude, publiée à titre posthume, est en fait le sujet de son mémoire, soutenu en 1935 à l’Université de Bari, sous la direction d’Antonio Banfi. C’est cette étude que Chiara Pasetti analyse en faisant émerger une étroite affinité entre le romancier et la poétesse, affinité qui va bien au-delà de leurs convictions esthétiques et qui implique une vision du monde presque identique, où l’art ne peut être dissocié de la vie, même si leurs vies respectives connaîtront des épilogues différents : Pozzi se suicide tandis que Flaubert meurt d’une hémorragie cérébrale.

  • 19 Pietro Pancrazi, « La signora Bovary ottant’anni dopo », dans Italiani e stranieri, Mondadori, Mila (...)
  • 20 Fin connaisseur de la culture française, il a traduit également Le Rouge et le Noir de Stendhal, ma (...)
  • 21 Diego Valeri, « Introduzione », dans Gustave Flaubert, La Signora Bovary, Torino, Einaudi, 1936, p. (...)

7Un autre pivot important pour la réception de l’œuvre flaubertienne et sa diffusion en Italie a été la traduction de Diego Valeri de Madame Bovary en 1936, considérée comme l’un des plus beaux livres en italien des années 3019. Dans sa préface au roman, le poète italien souligne, avec une finesse et une habilité traductive hors du commun20, la difficulté de rendre dans une autre langue « la gravité burlesque » du style de Flaubert et « la démarche héroï-comique en trois temps de la phrase courte»21. D’autres poètes et romanciers se mesureront par la suite à ce chef-d’œuvre flaubertien, entre autres Oreste Del Buono, Natalia Ginzburg et Maria Luisa Spaziani, dont les traductions dessinent la texture de l’article de Laura Santone, qui les interroge ici sous un angle tout à fait nouveau, à partir de l’une des thématiques essentielles de l’esthétique flaubertienne, « le vertige de l’expansion ».

  • 22 Giorgetto Giorgi, « Un progetto flaubertiano : “La Spirale” », dans Stendhal, Flaubert, Proust, Ist (...)

8La fin des années 50 et les années 60 et 70 enregistrent une période très féconde pour les études italiennes sur la production romanesque de Flaubert et son esthétique. Il s’agit de travaux qui gardent encore aujourd’hui tout leur intérêt herméneutique : ceux de Sergio Cigada, Genesi e struttura tematica di Emma Bovary et Il pensiero estetico di Gustave Flaubert, que Liana Nissim sonde avec exactitude et finesse, et les essais de Lorenza Maranini, Visione e personaggio secondo Flaubert e altri studi francesi, et surtout Il ’48 nella struttura della «Éducation sentimentale», e altri studi francesi, considéré encore aujourd’hui comme un texte critique fondamental, dont l’originalité et la valeur herméneutique sont mises en lumière par Giorgetto Giorgi qui a donné, de son côté, un apport véritablement important en 1969 à propos du pojet de La Spirale, en précisant la datation problématique du manuscrit22.

  • 23 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, édition critique, précédée des scénarios inédits, par Albert (...)
  • 24 Alberto Cento, Il realismo documentario nell’« Éducation sentimentale » Liguori, Napoli, 1967.
  • 25 Cento, La « dottrina » di Flaubert, Liguori, Napoli, 1962, p. 5. C’est moi qui traduis.
  • 26 Lea Caminiti Pennarola, Dictionnaire des idées reçues, Liguori/Nizet, Napoli/Paris, 1966.

9Mais c’est à Alberto Cento qu’il revient d’avoir révolutionné l’approche critique internationale des textes flaubertiens avec son édition critique de Bouvard et Pécuchet, précédée des scénarios inédits23, et avec son Realismo documentario nell’« Éducation sentimentale »24, fondé sur l’examen des dossiers de Rouen, où la rigueur philologique s’allie à la perspicacité de son exégèse critique. D’autre part, Alberto Cento avait déjà révélé, dès 1962, la finesse et l’originalité de ses analyses avec son étude La « dottrina » di Flaubert, misant plutôt sur le concept de révolte de la poétique flaubertienne que sur ses idées esthétiques, étant donné que l’auteur de Madame Bovary appelait son esthétique, « sa doctrine, ensemble de philosophèmes, convictions, mythes, pas facile à définir, et pourtant à sa manière indubitablement cohérente »25. À la suite d’Alberto Cento, l’une de ses élèves, Lea Caminiti, publiera, en 1966, la première édition diplomatique des trois manuscrits de Rouen du Dictionnaire des idées reçues26 et, en collaboration avec lui, d’autres études sur Bouvard et Pécuchet : un volume de notes accompagnant l’édition critique de Cento déjà citée, Commentaire de Bouvard et Pécuchet, et Le second volume de Bouvard et Pécuchet, le projet du « Sottisier », reconstitution conjecturale de la « copie » des deux bonshommes d’après le dossier de Rouen, tous les deux publiés chez Liguori, respectivement en 1973 et en 1981.

  • 27 Italo Calvino, « L’occhio del gufo », La Repubblica, 8 maggio 1980, republié dans Perché leggere i (...)

10Parmi les écrivains de cette période qui Flaubert fascine et influence, on compte Alberto Arbasino qui s’inspire de Bouvard et Pécuchet pour son roman Fratelli d’Italia (1963), mais surtout Italo Calvino, qui place Flaubert parmi les dix-huit écrivains français en mesure de fournir une réponse au fondamental besoin du lecteur de « matières premières »27 narratives et qui le choisit pour la collection « Centopagine » d’Einaudi, une initiative éditoriale dont il a été à la fois le créateur et l’éditeur. Comme pour tous les autres écrivains présents dans cette collection, Calvino n’offre pas à ses lecteurs les textes de Flaubert les plus connus, mais ceux de « forme brève » (Trois Contes), qui avaient d’ailleurs déjà suscité son intérêt depuis longtemps, comme le souligne l’article de Dario Pontuale, qui parcourt les étapes d’une affinité littéraire se dessinant sur le fil de la « visibilité », pivot à la fois de l’esthétique de Flaubert et de celle de l’écrivain italien.

  • 28 Maxime Du Camp, Lettres inédites à Flaubert, introduzione e note di Giovanni Bonaccorso e Rosa Mari (...)
  • 29 Lettres à Flaubert, testo, presentazione e note a cura di Rosa Maria Palermo Di Stefano, t. I-II, E (...)
  • 30 Louis Bouilhet, Lettres à Gustave Flaubert, texte établi, présenté et annoté par Maria Luisa Cappel (...)
  • 31 Gustave Flaubert, Lettere a Louise Colet, a cura di Maria Teresa Giaveri, Feltrinelli, Milano, 1984
  • 32 Gustave Flaubert/Ivan Turgenev. Il Normanno e il Moscovita, a cura di Marina Balatti, Archinto, Mil (...)
  • 33 Epistolario Flaubert/Sand (1863-1869), a cura di Bruna Donatelli, Nuova Arnica editrice, Roma, « I (...)
  • 34 Bruna Donatelli, Flaubert e Taine : luoghi e tempi di un dialogo, Nuova Arnica editrice, Roma, « I (...)
  • 35 Gustave Flaubert, Lettere, Einaudi, Torino, 1949.
  • 36 L’opera e il suo doppio, a cura di Franco Rella, Fazi editore, Roma, 2006.
  • 37 Dacia Maraini, Cercando Emma, Rizzoli, Milano, 1993.

11Pendant les années 80 et 90, les études génétiques prennent leur essor, en trouvant un pilier solide d’investigation chez Giovanni Bonaccorso dont la méthode d’enquête est illustrée ici de manière détaillée et rigoureuse par Stella Mangiapane, sa dernière élève. Après avoir consacré bien des études à Flaubert et avoir publié avec Rosa Maria Palermo Di Stefano les Lettres inédites à Flaubert de Maxime Du Camp28, Bonaccorso s’est occupé avec une grande persévérance de l’édition génétique et diplomatique des manuscrits des Trois Contes en repérant, en trois gros volumes (Corpus flaubertianum I-II-III) les différentes phases de leur élaboration : plans, tables et scénarios, esquisses, brouillons. Parmi ses collaborateurs, Rosa Maria Palermo Di Stefano, à laquelle on doit également l’édition des Lettres à Flaubert, en deux volumes d’après les autographes de la Bibliothèque Spoelberch de Lovenjoul29. Avant la publication de ce corpus exhaustif de lettres, Maria Luisa Cappello avait édité en 1996, avec le soutien du CNRS, toutes les lettres que Louis Bouilhet avait adressées à Flaubert, dont plusieurs inédites ou en partie inédites30. Cependant, s’il existe plusieurs éditions italiennes de la correspondance croisée de Flaubert avec ses amis (Flaubert/Colet31, Flaubert/Tourgueniev32, Flaubert/Sand33, Flaubert/Taine34 entre autres), il n’y a pas encore d’édition intégrale en italien de cette œuvre monumentale de Flaubert. Les seules éditions, sous forme de choix ou extraits de lettres, sont celles de Paolo Serini35 et de Franco Rella36. Dans ce panorama critique orienté sur les études génétiques et la reconstruction des échanges épistolaires entre Flaubert et ses amis, une place à part est occupée par l’étude de la romancière Dacia Maraini (Cercando Emma37) qui essaie d’ouvrir les portes secrètes du roman, en croisant la fiction littéraire et la véridicité des lettres, la vie de Flaubert et celle de ses personnages, l’analyse critique ayant un registre narratif marqué.

12Dans le domaine de la traduction de ces mêmes années, on compte deux excellentes éditions : celle de Bouvard et Pécuchet parue chez Rizzoli, éditée et commentée par Lea Caminiti et suivie du Sottisier (1992), et l’édition Mondadori en deux volumes des Œuvres de Flaubert pour la prestigieuse collection « I Meridiani », éditée par Giovanni Bogliolo (1997-2000), dont le premier volume comprend la traduction inédite de Giorgio Caproni de la Première Éducation sentimentale, réalisée dans les premières années 70 et corrigée par la suite en 1984.

13Les études flaubertiennes italiennes les plus récentes ont une double orientation. La première concerne les recherches individuelles qui explorent des thèmes précis (les lieux du savoir poétique, le motif de la vieillesse, l’hallucination, le kitsch, entre autres); la deuxième, les recherches d’équipe. Celles-ci se développent selon deux axes bien définis : la collaboration des chercheurs des universités italiennes aux transcriptions et éditions en ligne des manuscrits des romans de Flaubert (Madame Bovary et Bouvard et Pécuchet) sous l’impulsion du Centre Flaubert de l’Université de Rouen, et des dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet, projet dirigé par Stéphanie Dord-Crouslé à l’ENS de Lyon (Rosa Maria Palermo Di Stefano et ses collaborateurs de l’Université de Messina) ; les études sur l’intertextualité, la réverbération des textes flaubertiens dans d’autres média (cinéma, théâtre et roman graphique) et leurs transpositions dans les arts plastiques (Bruna Donatelli et son équipe de l’Université Roma Tre).

  • 38 Un parfum à sentir ou Les Baladins, La Grande Dame ou Le joueur de vieille, traduits par Chiara Pas (...)
  • 39 Flaubert, Vita e lavori del Rev. P. Cruchard e altri scritti, note di Yvan Leclerc, traduzione di C (...)
  • 40 Traduit toujours par Chiara Pasetti et publié en annexe à son essai « La spirale simbolo di Sogno e (...)
  • 41 À paraître chez Castelvecchi (Roma) en 2016, traduits par Chiara Pasetti.
  • 42 Pietro Citati, « Gli occhi di Emma », dans Il male assoluto, Mondadori, Milano, 2000, p. 340.

14Sur le versant de la traduction, l’attention des éditeurs commence dernièrement à se focaliser sur les textes de Flaubert les moins connus, les écrits de jeunesse38, ou ceux encore inédits en traduction italienne (Vie et Travaux de R. P. Cruchard39, La Spirale40, Le Voyage en Italie41), même si Madame Bovary reste le roman le plus lu ; l’on compte depuis les treize dernières années plus d’une quarantaine d’éditions, y compris les rééditions et les versions audio, parce que, comme l’affirme Pietro Citati, « dans le regard d’Emma se concentrent les océans de passion qui bouleversent tous les regards du monde »42.

Haut de page

Notes

1 Voir le numéro monographique 6/2011 Flaubert et la traduction de cette revue : www.flaubert.revues.org/1678

2 Voir Vittorio Lugli, Bovary italiane e altri saggi, Sciascia, Caltanissetta-Roma, 1959, p. 19-25.

3 La première fois à Gênes en 1845, lors du voyage de noces de sa sœur Caroline et la deuxième fois en revenant d’Égypte avant de rentrer à Croisset (1851).

4 Gustave Flaubert, Correspondance, édition établie, annotée et présentée par Jean Bruneau (t. I-V ; pour le t. V avec Yvan Leclerc), Gallimard, Paris, « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, t. II, p. 557.

5 Voir Francesco De Sanctis, Scritti vari, inediti o rari, Morano, Napoli, 1898, p. 67-73 ; texte publié posthume par Benedetto Croce.

6 Flaubert, Correspondance, op. cit., t. II, p. 286.

7 De Sanctis, Opere, Einaudi, Torino, vol. 7, 1965, p. 305. C’est moi qui traduis.

8 Francesco De Sanctis meurt en 1883 avant qu’elle soit publiée.

9 Voir Benedetto Croce, Estetica come scienza dell’espressione e linguistica generale, Laterza, Bari, 1965, p. 411.

10 Voir Giuseppe Toffanin, « Flaubert critico e l’ultimo De Sanctis » dans La critica e il tempo, Paravia, Torino, 1930, p. 1-43.

11 Gabriele D’Annunzio, Prose scelte, Firenze, Giunti, 1985, p. 43, originellement publié dans Antologia d’autore (1906). C’est moi qui traduis.

12 Film muet de Giovanni Pastrone du 1912.

13 Flaubert, La Signora Bovary, trad. it. Oreste Ceracchi, Treves, Milano, 1881.

14 Même si, en 1911, une deuxième édition du roman, toujours chez Lubrano e Ferrara, porte dans le titre l’indication : « Prima ed unica traduzione italiana autorizzata ».

15 Gustave Flaubert, Novembre, a cura di Beniamino Dal Fabbro, Minuziano, Milano, 1945. Beniamino Dal Fabbro, poète, traducteur et fin connaisseur de littérature française est également l’éditeur et le traducteur de L’Éducation sentimentale (L’Educazione sentimentale), publiée chez Mondadori (Milano) en 1954.

16 Cesare De Lollis, « Gustavo Flaubert », Nuova Antologia, Roma, 1921, repris dans Scrittori francesi dell’Ottocento, Einaudi, Torino, 1938.

17 Croce, « Flaubert », dans Poesia e non poesia. Note sulla letteratura europea del secolo decimonono, Bari, Laterza, 1974, p. 277. C’est moi qui traduis.

18 Lugli, « Flaubert e il “Don Chisciotte” », Cultura, 15, 1927, repris par la suite dans Due francesi : Flaubert – Chénier, Le Monnier, Firenze, 1933. Lugli est également l’auteur d’une étude sur le style indirect libre de Flaubert comparé à celui de Giovanni Verga. Voir « Lo stile indiretto libero in Flaubert e in Verga », dans Dante e Balzac con altri italiani e francesi, Edizioni scientifiche italiane, Napoli, 1952.

19 Pietro Pancrazi, « La signora Bovary ottant’anni dopo », dans Italiani e stranieri, Mondadori, Milano, 1957, p. 351-357.

20 Fin connaisseur de la culture française, il a traduit également Le Rouge et le Noir de Stendhal, mais il s’est dédié surtout à la traduction de recueils poétiques : de Villon à La Fontaine, de Ronsard à Valéry, Apollinaire et Claudel.

21 Diego Valeri, « Introduzione », dans Gustave Flaubert, La Signora Bovary, Torino, Einaudi, 1936, p. 15. C’est moi qui traduis.

22 Giorgetto Giorgi, « Un progetto flaubertiano : “La Spirale” », dans Stendhal, Flaubert, Proust, Istituto Editoriale Cisalpino, Milano, 1969.

23 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, édition critique, précédée des scénarios inédits, par Alberto Cento, Istituto universitario orientale Napoli / Nizet, Paris, 1964.

24 Alberto Cento, Il realismo documentario nell’« Éducation sentimentale » Liguori, Napoli, 1967.

25 Cento, La « dottrina » di Flaubert, Liguori, Napoli, 1962, p. 5. C’est moi qui traduis.

26 Lea Caminiti Pennarola, Dictionnaire des idées reçues, Liguori/Nizet, Napoli/Paris, 1966.

27 Italo Calvino, « L’occhio del gufo », La Repubblica, 8 maggio 1980, republié dans Perché leggere i classici, Mondadori, Milano, 1995.

28 Maxime Du Camp, Lettres inédites à Flaubert, introduzione e note di Giovanni Bonaccorso e Rosa Maria Palermo, Edas, Messina, 1978.

29 Lettres à Flaubert, testo, presentazione e note a cura di Rosa Maria Palermo Di Stefano, t. I-II, Edizioni Scientifiche Italiane, Napoli, 1997-1998.

30 Louis Bouilhet, Lettres à Gustave Flaubert, texte établi, présenté et annoté par Maria Luisa Cappello, CNRS, Paris, 1995.

31 Gustave Flaubert, Lettere a Louise Colet, a cura di Maria Teresa Giaveri, Feltrinelli, Milano, 1984.

32 Gustave Flaubert/Ivan Turgenev. Il Normanno e il Moscovita, a cura di Marina Balatti, Archinto, Milano, 1987.

33 Epistolario Flaubert/Sand (1863-1869), a cura di Bruna Donatelli, Nuova Arnica editrice, Roma, « I Quaderni di Igitur », 1990.

34 Bruna Donatelli, Flaubert e Taine : luoghi e tempi di un dialogo, Nuova Arnica editrice, Roma, « I Quaderni di Igitur », 1998.

35 Gustave Flaubert, Lettere, Einaudi, Torino, 1949.

36 L’opera e il suo doppio, a cura di Franco Rella, Fazi editore, Roma, 2006.

37 Dacia Maraini, Cercando Emma, Rizzoli, Milano, 1993.

38 Un parfum à sentir ou Les Baladins, La Grande Dame ou Le joueur de vieille, traduits par Chiara Pasetti pour « La Domenica » de Il Sole 24ore. Prochainement, en 2016, paraitront chez l’éditeur L’Orma les écrits de jeunesse faisant partie du cycle philosophique et mystique, édités par Chiara Pasetti, qui en est aussi la traductrice.

39 Flaubert, Vita e lavori del Rev. P. Cruchard e altri scritti, note di Yvan Leclerc, traduzione di Chiara Pasetti, Excelsior, Milano, 2007.

40 Traduit toujours par Chiara Pasetti et publié en annexe à son essai « La spirale simbolo di Sogno e di Vita. Riflessioni intorno a un romanzo progettato (e mai scritto) da Gustave Flaubert », dans Omaggio a Fabio Minazzi, a cura di Dario Generali, Mimesis, Milano, 2015.

41 À paraître chez Castelvecchi (Roma) en 2016, traduits par Chiara Pasetti.

42 Pietro Citati, « Gli occhi di Emma », dans Il male assoluto, Mondadori, Milano, 2000, p. 340.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruna Donatelli, « Le regard de l’Italie sur Flaubert », Flaubert [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2448

Haut de page

Auteur

Bruna Donatelli

Università Roma Tre

Articles du même auteur

Haut de page