Navigation – Plan du site
Réception critique

Luigi Foscolo Benedetto 1920 – Albert Thibaudet 1922

Idéologies contrastées
Peter-Michael Wetherill

Résumés

Luigi Foscolo Benedetto et Albert Thibaudet, c’est un peu la confrontation de deux tendances contemporaines : science et critique, archéologie et Histoire, plaisir et savoir du texte, échos et citations, la position du lecteur. Dans ce jeu de processus et d’associations, les tendances se complètent pour nous dans la convergence de traditions passées et à venir, et la confusion des approches actuelles. Tenir compte de l’acquis de Benedetto et de Thibaudet permet de corriger les excès contradictoires et journalistiques de nos lectures actuelles.

Haut de page

Texte intégral

Inscription de Tanit. Fragment de pierre par terreAfficher l’image
Crédits : Archive de l’auteur
  • 1 Luigi Foscolo Benedetto, Le origini di Salammbô : studio sul realismo storico, R. Bemporad & figlio (...)
  • 2 Frederic Augustus Blossom, La Composition de Salammbô : d’après la correspondance de Flaubert, Elli (...)
  • 3 Exigence inimaginable de nos jours, Thibaudet mise sur le minimum de culture d’un lecteur de 1922. (...)
  • 4 Le récit de Polybe, source principale, plus long qu’on ne dit, (une trentaine de pages), « pieno di (...)
  • 5 Benedetto parle de « fantasticherie sull’oriente ». Ibid., p. 52. Voir Flaubert Correspondance, pré (...)
  • 6 Procédés du roman moderne appliqués à l’antiquité. Voir Eugenio Donato, « Flaubert and the question (...)
  • 7 Il est rassurant de rencontrer un critique qui admet que Flaubert puisse parfois se tromper (voir B (...)

1L’ouvrage de Luigi Foscolo Benedetto, comme le chapitre de Thibaudet1, consacrés à Salammbô, paraissent presque en même temps2. Leur différence essentielle, la rupture dont ils témoignent concerne le problème et l’évolution de la lecture en général3 et du rapport spécifique de la lecture à la fonction et la manipulation des sources ; la fiabilité de celles-ci; l’importance qu’on doit attacher à cette fiabilité4 ; la production et l’appréciation littéraires, et surtout la nature précise du projet romanesque : à la fois documentaire et fantasmatique5. En effet, dans Salammbô, il s’agit d’abord pour Flaubert d’un texte qui est mirage, source d’émotion, de fantasme sur l’amalgame de détails concrets dont le récit est saturé6, alliés à la suppression d’allusions reconnaissables - alors que pour Benedetto Salammbô aurait pour mission d’informer sur la réalité scientifique du passé7 – tandis que pour Thibaudet la valeur archéologique du roman est nulle, à la différence de sa valeur historique. L’ouvrage de Thibaudet, plus fluide, moins fortement ancré dans le XIXe siècle, s’appuie moins sur les certitudes normatives dont parle Weber.

2Ces ouvrages hautement civilisés représentent deux variantes possibles des méthodes scientifiques en vogue au lendemain de cette autre barbarie que fut la Première Guerre mondiale. Volontairement ou non, ils véhiculent comme en filigrane une protestation contre la barbarie qui déferle encore sur le monde moderne. Ils ne font que souligner par anticipation l’indifférence à cet égard de la critique moderne (même quand il s’agit de sacrifices d’enfants). D’autre part, la dédicace de Benedetto fait allusion, comme il se doit, au passé impérial romain et à la place de l’Italie dans le monde méditerranéen (ce que le fascisme ne tardera pas à exploiter) ; le silence de Thibaudet, vu l’horreur que la France vient de traverser, est lui aussi, éloquent.

  • 8 Voir Ann Mullen Hohl, Exoticism in Salammbô”, A Summa Publications, Birmingham, 1995.

3Salammbô voit le jour dans un climat de révolution culturelle à laquelle ont participé les grandes sommes mythologiques, d’Augustin Thierry, Wagner, Bulwer Lytton, La Légende des siècles, la Chanson de Roland ressuscitée. Ce « roman palimpseste »8 renvoie également à la fois aux évocations gréco-romaines d’Alma Tadema et à la grande tradition de l’opéra italien : la conversation “sous la tente” est digne en effet des meilleurs duos d’Aïda, de Nabucco.

  • 9 Voir Jeanne Bem « Modernité de Salammbô », Littérature, 40-4, 1980, p. 18-31.
  • 10 Voir Joachim Küpper, « Considérations sur Salammbô », MLN, 125, 2010, p. 731-782.
  • 11 Bernard Masson, « Salammbô ou la barbarie à visage humain », Revue d’histoire littéraire de la Fran (...)
  • 12 Séginger, Flaubert une poétique de l’Histoire, PU de Strasbourg, Strasbourg, 2000.
  • 13 Georg Friedrich Creuzer, Symbolik und Mythologie der alten Völker, Leipzig, Leske, 1812.
  • 14 Edward Saïd, Orientalism, Penguin, Harmondsworth, 1978.
  • 15 … alors que pour Flaubert, « chaque œuvre à faire » … etc. Flaubert, Correspondance, op. cit., t. 2 (...)
  • 16 Thibaudet prend le contrepied de Faguet, et s’associe plus étroitement à la naissance et à l’évolut (...)
  • 17 Voir, entre autres, Séginger, Flaubert dix ans de critique, Minard, Paris, 2005.

4Et puis pour nous, la trajectoire de ce roman, sa lecture actuelle, vont exploiter le potentiel d’une culture en évolution accélérée : on pense à Mary Renault, Zoe Oldenbourg, Marguerite Yourcenar, Robert Graves, Hermann Broch, Sinoué, qui ne font là aussi, qu’actualiser et multiplier notre saisie du roman de Flaubert - antiquité et modernité mêlées9. Sans parler du cinéma: la férocité des scènes de bataille est à mettre en parallèle avec les premières séquences de Saving Sergent Ryan. Ce sont d’autres mythes sous l’intrigue : instrument d’interprétation des personnages10 : mythes larvés11, réinventés (Séginger12, Creuzer13, Saïd14). Évidemment, les textes de Benedetto et de Thibaudet soulèvent chacun à sa manière le problème en évolution constante de notre lecture de l’antiquité et du monde moderne, car aux synthèses des années vingt se substituent de nos jours des filtrages quelque peu incohérents d’écoles multiples et fragmentés15 : réception, correction politique, darwinisme, féminisme, réception, intertextualité, transtextualité, génétique, métadiscours, structuralisme (pas mort)16, linguistique, stylistique, narratologie, ekphrasis, métonymie, psychanalyse, narratologie – et j’en passe17. Je pense aussi à la vaste évolution, depuis l’humanisme des années 1920, de la recherche humaniste qui peut concerner Salammbô : archéologie, mythologie, histoire des mentalités anciennes et modernes.

  • 18 Voir Donato, « Flaubert and the question of history », op. cit.
  • 19 Cf. « Notice » dans Flaubert, Salammbô, op. cit, t. III, p. 1214 : « Salammbô intègre l’érudition a (...)

5La question est donc de savoir de quelle façon contrastée, sur ce fond d’évolution culturelle, Benedetto et Thibaudet abordent cette production d’altérité opaque18 où le mythe se substitue à la légende, à travers la narration et dans quelle mesure celle-ci est encore cohérente, recevable.19 Est-il donc légitime de dire que Thibaudet attache davantage d’importance à cette dernière catégorie, plus proche du texte même - d’autant plus qu’à côté de l’alignement documentaire de Benedetto, Thibaudet, plus concis, formule des conclusions générales ?

  • 20 Bruna Donatelli parle de la transformation progressive de l’Œuvre, de personnages progressivement v (...)
  • 21 Chevauchement de sources aussi : Alfred Maury (Histoire des religions de la Grèce antique, Librairi (...)
  • 22 Voir Séginger, Poétique de l’Histoire, op. cit., p. 154. Mais Benedetto ne va pas toujours au bout (...)
  • 23 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 112.
  • 24 Benedetto dit, il est vrai que « ogni episodio, ogni descrizione particolare ha l’intima architettu (...)
  • 25 Lettre à Leroyer de Chantepie, 11 juillet, 1858. Flaubert, Correspondance, op. cit., t. III, p. 822
  • 26 Flaubert aurait « fabriqué Salammbô un peu avec son rêve à lui. » Thibaudet, Flaubert, op. cit, p.  (...)
  • 27 « C’était sans doute là Mégara ». Flaubert, Notes de Voyage en Tunisie, dans Œuvres complètes, op.  (...)
  • 28 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 328.
  • 29 A supposer que le récit de Polybe soit fiable, comme l’usage que Flaubert en fait.
  • 30 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 10.
  • 31 Claudine Gothot-Mersch, « Documents et invention », dans Daniel Fauvel et Yvan Leclerc, éds., Salam (...)
  • 32 Il n’hésite pas à indiquer les endroits où Flaubert “se trompe” : car il croit, à la différence de (...)
  • 33 Ibid., p. 71, 328.
  • 34 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 12.
  • 35 Christoph Hendreich, Carthago sive Carthagensium respublica, Amsterdam, 1664, p. 116.
  • 36 Cf. Benedetto, « Repertorio di testi », dans Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 344.
  • 37 Ibid., p. 155, 160, 163, 194.
  • 38 Ibid., p. 313, 346.
  • 39 Pour Creuzer et Maury, voir plus bas.
  • 40 Benedetto, Le origini di Salammbô..., op. cit., « Index » et p. 176, 346.
  • 41 Cf. éric Le Calvez, « L’horreur en expansion : génétique de la grillade des moutards », ITEM, 17 se (...)
  • 42 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 274.
  • 43 Flaubert, Correspondance, op. cit., t. III p. 40. Lettre à Ernest Feydeau, 11 septembre 1859.
  • 44 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 17.
  • 45 Ibid., p. 332.
  • 46 Flaubert, Correspondance, op. cit., t. II, p. 849. À Ernest Feydeau 26 décembre 1858.

6Pour m’en tenir aux lapalissades, ce qui change au XXe siècle, c’est surtout le statut du dit. Grosso modo, dans la mentalité du XIXe siècle et de ses survivances, le document communique un savoir direct, brut, quitte à en contester l’exactitude. Le XXe siècle par contre, à travers les filtres que je viens de signaler, fusionne discours et faits, la mentalité et le discours du savoir. Il tolère l’incohérence et l’ambiguïté – les encourage même. Cette fusion, pleine de trous20, est plus ambiguë ; le discours actuel est pour nous aussi suspect que celui d’autrefois puisqu’il en fait partie. Le passé est une façon de parler diversement focalisée, non une manière objective d’être. La source aujourd’hui, c’est sans doute d’abord pour certains, tous les flottements et tous les gommages des avant-textes. Comme le présent, le passé est le discours fragmenté et ambigu qu’il suscite, maintenant ou autrefois. La vision scientifique (directe ou non) est celle non des faits, mais du texte21, avec toute la liberté qui en découle. Cette confrontation tripartite (puisqu’elle nous concerne aussi) se développe au rythme de l’évolution de la recherche ; sur le terrain et dans les bibliothèques, on a pu nettoyer, nuancer et compléter l’acquis du siècle dernier. Surtout, les grandes sommes se sont fragmentées et problématisées. Benedetto voudrait réaliser une « Histoire totale et rationnelle »22, regrette donc « le indicazioni contradittorie »23 de cette fragmentation, alors qu’elle ne peut manquer d’orienter la libre association de l’évocation fantasmatique, détails et ensemble24. L’autonomie de notre lecture par rapport à la création flaubertienne se confirme – à lui d’autres rêves – sans que la notion de progrès entre en ligne de compte. On se demande donc comment il faut s’y prendre pour expliquer une œuvre comme Salammbô. Car ce texte est un texte piégé : il entraîne certains éditeurs, malgré l’évidence, à définir les termes rares (saisons, aliments, habillement, mesures) alors que Flaubert lui-même, vivant « dans un sujet splendide »25, s’en garde bien - car l’explication paralyse le rêve26. Peu importe au bout du compte si la topographie est discutable ou tâtonnante27. Si, cependant, le caractère des sources change (nous lisons autrement les textes), on aurait quand même bien tort de condamner le biais documentaire de Benedetto ou la finesse métaphorique de Thibaudet : au contraire, leur solidité, prétentieuse ou non, corrige des approches plus modernes et procure le plaisir du texte. Et puis, en plus des rectifications, Benedetto souligne implicitement28 l’incompatibilité de l’histoire, du symbolique et du fantastique. La réécriture de Polybe ne serait donc pas de mise ?29 Thibaudet, de son côté, dégage une dimension réaliste qui n’est pas forcément documentaire30 : société du roman, vie et turbulences de l’armée; personnages bien vivants (Hamilcar, Mâtho), ayant derrière eux « des masses […] Carthage, le monde de la Méditerranée »31. L’approche de Benedetto part évidemment d’une conscience archéologique maintenant très modifiée : c’est surtout un livre de référence, à la fois polémique, dogmatique, sans synthèse véritable, détaillé, fondé sur une vaste culture peu commune de nos jours. C’est l’œuvre d’un érudit qui a réalisé des études magistrales sur le Roman de la Rose, Marco Polo, Stendhal, La Chanson de Roland. Avec force citations gréco-latines, il propose une lecture non romanesque, qui positionne Salammbô par rapport à la culture ancienne, en la corrigeant au besoin32, surtout quand il s’agit d’écarts par rapport au savoir classique en général33. Ses visées ne correspondent pas à celles, critiques, de Thibaudet – à ne pas confondre avec le flou du journalisme académique actuel. Pour celui-ci bien souvent, avec la finesse de la lecture critique, ce sont les “échos” qui comptent34. L’intertexte enfin. À la différence de Benedetto, qui, lui, propose des parallèles schématiques. D’où l’importance pour lui non seulement de Maury, mais aussi de Christoph Hendreich35 et de Creuzer, de la Bible (religion et ethnographie)36. Ces sommes ont guidé Flaubert dans ses explorations, de Silio Italico par exemple, qui propose une redéfinition du mythe de Tanit37. Si Mignot est sa « prima guida generale »38 c’est finalement Creuzer39 la source fondamentale : cosmogonie, théogonie, détails, ensemble, en plus d’explorations sur la topographie de Carthage. Benedetto évalue des sources de détails essentiels : Maury, pour les prêtres, les eunuques40. Et il signale les lacunes. La critique moderne se soucie davantage de symbolique, de génétique proprement dite, du rapport problématique langue-réalité des mythologies modernes41. Plutarque, lui, fournit des informations détaillées sur Tanit, Moloch, Saturne42, et, dans Ammien Marcellin, Flaubert « trouve des détails de mœurs splendides »43. L’histoire romaine du IVe siècle après J.-C., nourrit celle du IIIe siècle avant J.-C. Anachronismes fort gênants aux yeux de Benedetto. Celui-ci n’épuise ni sources ni histoire44 et semble s’attacher à l’occasion au thème essentiel de la violence dans l’antiquité45 – logique vu les nombreuses scènes de batailles. Il ne retient guère que Flaubert se soucie d’avoir toujours en vue l’intention générale « et non telle petite intention particulière et locale qui y nuit »46.

  • 47 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 246 n. 2.
  • 48 À la mode aux environs de 1920, les transpositions d’œuvres de maîtres : chez Picasso, Stravinski, (...)

7Sa méthode, souple, admet pourtant de fréquentes sources supposées : de tel passage, il dira donc « non posso non vedere un ricordo dell’Achille cantato dal Pindaro »47. Ces associations dépassent le sens voire les origines du texte de Flaubert, mais dans une culture plus étendue que la nôtre, nourrie de parallèles et d’échos48, de telles excursions étaient courantes. Il s’agissait de parler du texte et de tout ce qui l’entoure et le nourrit.

  • 49 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 101-102.
  • 50 Ibid., p. 201.
  • 51 Nombreuse pourtant, à reconstituer à partir des notes en bas de page.
  • 52 Il parle de Tanit/Astarté aux pages. 145, 151, 154, 168, 177, 181 etc.
  • 53 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 7.
  • 54 Approche chronologique et génétique où Blossom, Fay et Coleman, dès 1914, avaient montré la voie. V (...)
  • 55 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 83.
  • 56 Ibid, p. 139.
  • 57 Ibid., p. 246.
  • 58 Ibid., p. 246, n.2.
  • 59 Ibid., p. 81.
  • 60 Ainsi « [Ammano Marcellini] suggerisce un particolare per la pittura della mania religiosa di Salam (...)
  • 61 Thibaudet, comme Benedetto, se contente d’une approche casanière : seul Flaubert voyage.
  • 62 À côté de telles minuties, miroir du style microscopique du roman, Benedetto, comme Thibaudet sembl (...)

8D’autres éléments rapprochent Benedetto des archéologues (tellement hostiles à Flaubert) : entre autres, le biais polémique qui lui fait indiquer des détails que Flaubert aurait inventés de toutes pièces (entre autres le port militaire, souvenir d’un port moderne49, ou le supposer généreusement « tradito più d’una volta dalla memoria » - de là, sans doute ses « citazioni fantastiche »50 et les libertés “inexcusables” qu’il prend avec ses sources. Beaucoup d’éléments placent donc Benedetto dans la continuité des grands érudits contemporains de Flaubert (Taine, Renan, Creuzer…), y compris sa manière d’attribuer à son étude tous les signes d’un livre d’érudition : table des matières, sommaire, index, citations nombreuses, renvois minutieux, - même si, curieusement, la bibliographie fait défaut51. L’index détaillé incite à décomposer le roman en fonction des sources et non de la cohésion narrative et thématique, alors que tout se mêle dans la tête et le texte de Flaubert, voire de Thibaudet. Loin de proposer une exploration littéraire de Salammbô, Benedetto fait dialoguer sur un plan plus large la Carthage de Flaubert et la connaissance archéologique que l’on en avait au moment de la composition du roman. À tort ou à raison, les têtes de chapitres relèvent donc en fait d’une méthode fragmentaire qui restructure l’ordonnancement original du texte. Forcément, ces têtes de chapitre en plus de leur fonction principale, éclairent tour à tour biographie littéraire, voyages, cité, topographie, armée, religion, caractéristiques raciales. Inévitablement, il revient plusieurs fois sur le même sujet52. En même temps, il marginalise (comme Thibaudet) les Notes de voyages, essentielles de nos jours : Egypte, Palestine, Italie, Afrique du Nord…, moments de grande rupture. Benedetto semble de ce fait ignorer la libre prolifération hasardeuse des détails actuels, la liberté d’un texte sans cartes ni estampes : mode d’emploi très spécial. Il fige ainsi l’approche hésitante et expérimentale de Flaubert. C’est la génétique à l’ancienne, à laquelle Thibaudet lui aussi souscrit53 : à la « succession logique et chronologique des idées qui se sont imposées à Flaubert »54 - les sources étant filtrées pour Thibaudet par la psychologie même du romancier. Autre tendance contradictoire et enrichissante donc : en plus de son approche “scientifique”, Benedetto évoque une émotivité (« abbagliato dalla sua fonte »55) qui aurait orienté le travail de Flaubert : « si è abbandonato con ingenuità […] a tutte le visioni che il testo di Diodoro solleva »56. D’où selon Benedetto, la manipulation cavalière des sources, la redéfinition stratégique parfois contestable des acteurs principaux57, tel Hamilcar (qui eut en fait quatre enfants58) transformé sous la plume de Flaubert en symbole essentiel et exagéré59 de la bestialité commune aux barbares et aux civilisés. À l’aide de parallèles et d’échos, Benedetto entreprend sur la marqueterie ethnologique du roman (ressassement ou réécriture ?), l’identification systématique, à la fois globale et détaillée des sources, avérées ou non60. En même temps, la méthode de nos deux critiques souligne l’autonomie relative du texte par rapport à la biographie61 : La Tentation de saint Antoine serait pour eux une source plus importante que le voyage au Moyen Orient…62

  • 63 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 246.
  • 64 Ibid., p. 277.

9Précisons que Benedetto ne néglige pas entièrement l’esthétique du roman, à la fois morale et structurale : ainsi, « Salammbô e Mathô sono immaginati per contrasto […] ai due estremi dello sviluppo umano »63. Quant à Mathô, « Flaubert ne ha fatto un personaggio di fantasia »64. Va-et-vient de Benedetto entre l’objectivité scientifique et la formule à l’emporte-pièce. Il fonde sa critique sur des continuités anciennes et modernes – alors que Thibaudet renvoie entre autres au classicisme français, à la survie de la mythologie bretonne et germanique.

  • 65 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 14.
  • 66 Ibid, p. 13.
  • 67 Ibid., p. 5, 14.
  • 68 Vide d’un sujet tout à fait à part, qui paradoxalement n’exclut pas le pullulement de détails et le (...)
  • 69 Ibid., p. 14.

10Deux modes de lecture donc, savoir et expérience, l’un (souvent plaisantin) aussi valable que l’autre (hautain, emphatique), qui (surtout combinés) transforment radicalement le texte. Thibaudet apporte à sa lecture non seulement des sources avérées (la présence à l’esprit des grands textes), mais instinctivement, le climat culturel et moral de l’époque qui contamine sa lecture. On prend pourtant avec un grain de sel son hypothèse selon laquelle Salammbô, ce « bloc de passé pur »65, serait une œuvre « gratuite », autonome66, privé de tout rapport avec le présent67. Sous cette architecture, Thibaudet dans son étude centripète, se complaît à percevoir (vœu pieux sans portée pratique) un « livre sur rien »68, « gratuit »69, alors que pour Benedetto dans son ouvrage centrifuge, Salammbô est bourré de détails extraordinaires et ordinaires qui ont un sens.

  • 70 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 342.
  • 71 Ibid., p. 125.
  • 72 … influence d’Appien, signalée par une simple note en bas de page: 88, n.1.
  • 73 Hannon à Sicca, Giscon, « en campagne » : « pesante e oscuro », avec en plus des « simboli troppo c (...)
  • 74 …qu’il ne développe pas : « Gli scritti giovanili contengono in coppia le promesse della Salammbô f (...)
  • 75 « Salammbô è una revisione dei Martyrs ». Ibid., p. 68.
  • 76 Le Romantisme tout entier : le monde de Salammbô est un « mondo più tetro e spaventoso che nella re (...)
  • 77 Pourtant, dans les activités répétitives de Shahabarim, on retrouve peut-être la monotonie de la vi (...)

11La critique de Thibaudet est toujours précieuse, les retouches à peine nécessaires ; l’ouvrage de Benedetto de son côté reflète et structure une riche source d’informations, à corriger au besoin à la lumière de découvertes plus récentes. Ces deux modes de lecture se complètent : l’un prend le pas sur l’autre, au hasard de la contemporanéité du grand changement de cap culturel dont la lecture actuelle de Salammbô se nourrit. On peut se demander pourtant (autre complication) si on peut encore les lire comme en 1920, car ils représentent la diversité et les limites d’une culture au point culminant de son évolution, à l’écart de manifestations plus révolutionnaires déjà en cours (Proust, Picasso, Benjamin, Broch). De ces deux perspectives, contemporaines (moins démodées qu’on ne croit peut-être), l’une n’est pas préférable à l’autre : le livre de Benedetto informe la culture méditerranéenne de son auteur – le chapitre de Thibaudet affine sa sensibilité de critique. Pour Benedetto donc, avec ses microscopiques problèmes de graphie70, et ses regrets quant à l’absence de précision topographique71, voire de plans, Salammbô n’est pas toujours une fin en soi : en effet, il commente et évalue le tableau de la ville élaboré par Flaubert à la lumière des grandes recherches de son temps. À côté du travail d’invention entrepris par Thibaudet, Benedetto, en un style très soigné (quoique sans doute insensible aux ambiguïtés ironiques), reconstruit la civilisation carthaginoise, dans une continuité sans rupture, à partir des sources exploitées par Flaubert : avec confirmations et rectifications : pièces à ajouter au dossier. Benedetto dépasse donc souvent les exigences de l’exploration critique que le texte flaubertien semble réclamer72. Même s’il signale au passage les défauts du texte final73, les détails qui le retiennent (ainsi que les jugements qu’ils suscitent) concernent davantage la documentation et les dossiers préparatoires que l’articulation du texte imprimé. Évidemment, il évoque, comme Thibaudet, en guise d’entrée en matière, avant de passer à l’archéologie, la dimension biographique et les antécédents littéraires directs (Œuvres de Jeunesse74, La Tentation de Saint Antoine [1849], Madame Bovary, Chateaubriand75, Michelet, Gautier etc.)76. On retient aussi que la dernière partie de son étude se tourne surtout du côté de la critique. Par acquit de conscience, il est donc fidèle, comme Thibaudet, aux stratégies de son temps. Mais le dosage et l’accent sont bien différents, par exemple en ce qui concerne le rapport de Salammbô à des œuvres d’apparence fort divergentes et de qualité diverse77.

  • 78 Gautier, auteur du très influent Roman de la momie, inspirateur de Flaubert, qui, selon Arsène Hous (...)
  • 79 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 72.
  • 80 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 10.
  • 81 Ibid., p. 7.
  • 82 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 278.
  • 83 Ibid., p. 94, 97.
  • 84 Ibid., p. 221.
  • 85 Ibid., p. 139.
  • 86 Ibid., p. 303.
  • 87 Ibid., p. 87-88.
  • 88 Ibid., p. 96.
  • 89 Voir, du regretté Masson, « Salammbô, ou la barbarie à visage humain », op. cit, p. 585-596.

12Plus que Thibaudet (mais il dispose de plus de place) Benedetto dénombre les influences : Michelet, Gautier78, Chateaubriand, Hérodote, Apulée, Pétrone...) : saisie plus complexe, plus détaillée et plus méthodique, mais sans les démêler. Benedetto remet Flaubert dans la culture de son temps et tente de nombreuses mises en parallèle, alors que de nos jours on parlerait sans doute plus instinctivement d’intertexte et de l’opacité révolutionnaire de l’écriture flaubertienne. Benedetto attache beaucoup d’importance aux textes avant-coureurs, à l’épisode de Véléda par exemple. Il met en parallèle le retour d’Hamilcar et l’arrivée d’Aben Hamet dans Le Dernier Abencérage79. Dans le cas des deux critiques, malgré tout, impressionnisme et subjectivité jouent un rôle certain : rien n’est tout à fait scientifique, ce qui permet à Thibaudet d’affirmer sans preuves, que Mathô et Hamilcar sont vivants à cause justement de tout ce qu’ils ont derrière eux80. S’y ajoutent même, un moment, inspirés par la Correspondance, les contes de Perrault et une culture plus intime81. L’ouvrage de Benedetto, pour sa part, étend sa prise à l’aide de formules telles que : « conosceva certamente… »82, « mi pare certo che Flaubert », « si è detto probabilmente… »83 ; « poteva aver notizia di … »84 - hypothèses téméraires à propos de certaines sources, ou de la psychologie créatrice : « Il Flaubert si è abbandonato con vivezze di artista a tutte le visioni che il testo di Diodoro solleva. »85 – ou bien on relève de surprenantes évaluations qui paraissent gratuites : « Già nel racconto di Polibio la figura di Annone è lievemente tinta di comico »86. De même, la ville décrite par Flaubert serait une « ricostruzione congetturale […] discutibilissima quasi sempre, alcuna volta arbitraria, non inferiore però nel complesso alla scienza del suo tempo »87. Et nullement « nulle » (voir plus bas), car le critère de Benedetto de base est la fidélité aux sources plutôt que la portée esthétique. En même temps, ce biais n’empêche pas Benedetto d’exprimer son enthousiasme (subjectivité donc) à propos du choix de certains détails : dans le roman, le palais d’Hamilcar domine la ville dans sa totalité « rus urbanum » qui constitue « una scelta geniale per la casa di Salammbô e di Amilcare »88 – écho en fait de l’hilarante pièce montée (auto-ironie) de Madame Bovary dont parle Bernard Masson, pièces en main89 – où circulent les éléments d’une tragédie bourgeoise. À la suite de quoi on s’interroge souvent pour savoir dans quelle mesure des lectures si contrastées peuvent faire avancer notre conception de l’œuvre la plus problématique de Flaubert, vu que Benedetto se préoccupe essentiellement de la fiabilité d’éléments disjoints, Thibaudet de la cohérence problématique de la substance narrative : avant-goût des travaux linguistiques d’Empson, de Richards, du New Criticism.

  • 90 Voir Flaubert, « Notice », Œuvres complètes, op. cit., t. III, Salammbô, p. 1211. L’admirable appar (...)
  • 91 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 228, 285, 85, n.7.
  • 92 Ibid., p. 151, 152, 158.
  • 93 Ibid., p. 93-95.
  • 94 Voir Ellen O’Gorman, « Decadence and historical understanding in Flaubert’s Salammbô », New Literar (...)
  • 95 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 12.
  • 96 « Je dis le sens de l’histoire qui appartient au talent et non le sens de l’archéologie qui relève (...)
  • 97 Séginger, Poétique de l’histoire, op. cit., p. 150 : résumé de la vision historique dans Salammbô.
  • 98 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 116.
  • 99 Ibid, p. 289.
  • 100 Selon Jeanne Bem, Flaubert « refuserait les analyses psychologiques pour conserver […] l’altérité d (...)
  • 101 Flaubert, Salammbô, op. cit., t. III, p. 724. C’est la mentalité d’Emma Bovary sous une forme archa (...)
  • 102 Paradoxalement, parmi tant d’érudition, Benedetto insiste quand même sur l’unité thématique du roma (...)
  • 103 L’objectivité scolastique étant de nos jours porteuse d’autres blocages.
  • 104 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 9.
  • 105 Voir Marc Bizer, « Salammbô, Polybe et la rhétorique de la violence », Revue histoire littéraire de (...)
  • 106 Cf. Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 72. Voir Rice, « Metaphor as an historical par (...)
  • 107 … de ce qui lui serait resté dans la tête.
  • 108 Cf. Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 13 – autre érudition, pour amortir l’étrangeté totale, le dép (...)
  • 109 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 202 n. 1.

13Paradoxalement, ces conflits s’accordent avec l’évidence que toute critique prend naissance dans l’époque qui la produit. Nos deux critiques réalisent une lecture retravaillée à leur manière de sources fiables ou non90, déjà remaniées, amenant découvertes, innovations, et rectifications que le lecteur moderne muni de son propre bagage s’efforce de prendre en compte : archéologie, égyptologie, cosmogonie punique, dieux du Proche Orient et de l’Afrique vus par Hérodote91, nébuleuse à partir de laquelle Salammbô fournit déjà une nouvelle cosmogonie92 et la nouvelle topographie que sont les fondations de Carthage repensées par Flaubert93. Thibaudet prend position très tôt : plus que des détails épars, ce qu’il recherche, c’est la vision d’ensemble (les signes d’historicité dont parle Ellen O’Gorman)94 – et il se prononce : si l’archéologie dans Salammbô est « nulle », « l’idée que [Flaubert] donne de Carthage est juste », « sens historique remarquable »95. C’est la vision qu’accepterait un lecteur contemporain de Flaubert sur fond de dépaysement absolu96. Ceci en tenant compte du fait que l’utilisation des sources envisagée par Flaubert viserait surtout, selon Thibaudet, à découvrir le pittoresque, la couleur locale, les images. Et comme processus : « Peu à peu il transforme une histoire romanesque en représentation de l’histoire »97. Benedetto, lui, cherche à serrer de près la vraie Carthage : c’est Hérodote faisant ménage avec Apulée98, le tout filtré par des sources modernes : « mescola ricordi classici alle descrizioni moderne »99. Sous la plume de Benedetto, la personnalité de Salammbô semble donc privée d’une partie de ses qualités romanesques. Sa psychologie ne le retient guère100 : peu lui importe donc qu’« elle [acceptât] comme vrais en eux-mêmes de purs symboles et jusqu’à des manières de langage »101. Ces divergences sont au cœur des problèmes qui nous retiennent ici102. D’autres impasses surgissent même : l’impressionnisme critique, journalistique, la subjectivité métaphorique se substituent ici à des analyses103 qui ne signifient plus grand’chose (bien qu’on continue à la pratiquer) : par exemple, quand Thibaudet observe que Flaubert « filtre Salammbô à travers la Tentation de Saint Antoine (1849) et Madame Bovary »104, on ne sait trop ce que cela veut dire. Quant au langage: Flaubert transforme le style romantique et en invente un (oratoire, gras105) sans ironie, rare chez lui, fantasmatique, mais ludique et empreint de cynisme – ce n’est plus du Chateaubriand, c’est du Pétrone106. C’est le « grand style nombreux » que Thibaudet apparente entre autres (il ne s’agit pas d’influence à la Benedetto107) à La Bruyère, à Montesquieu, Bossuet, Tacite108. Bref, Thibaudet et Benedetto, chacun à sa manière, voient instinctivement dans Salammbô les œuvres derrière le texte imprimé : la marqueterie d’une grande diversité de sources - à rapprocher comme méthode de Loÿs, Eliot, Rilke, Joyce, St-John Perse. La prescience de Benedetto se manifeste même quand il écrit dans une note : « se si ammette con me che ci sia un notevole accento di contemporaneità ai fatti narrativi »109. Seulement, ce n’est pas à la modernité textuelle qu’il pense, mais bien à tel conseil des ministres aux Sissites (que Flaubert lui-même signale) – et c’est sans approfondir, alors que Thibaudet renvoie à certaines scènes du Jules César de Shakespeare ou de Cinna.

  • 110 Voir Ann Green, Flaubert and the Historical Novel, CUP, Cambridge, 1986.

14En fait, au-delà d’aperçus répétitifs, seule Anne Green a vraiment saisi et creusé la complexité de cette dimension110 : consciente du fait que le texte de Flaubert opère la fusion conflictuelle de textes anciens et de sources modernes, lus sans méthode prédéterminée, tantôt en traduction, tantôt dans le texte, mais aussi que derrière le drame de Salammbô se profilent des personnages et des situations encore d’actualité. Benedetto pour sa part par un renversement de tendance, se limite à des généralités.

Haut de page

Notes

1 Luigi Foscolo Benedetto, Le origini di Salammbô : studio sul realismo storico, R. Bemporad & figlio Editori, Firenze, 1920; Albert Thibaudet, Flaubert, Plon, Paris, 1922. Lus en ligne : www.archive.org, Université de Toronto 2011. J’indique la page du livre de Benedetto et celle du chapitre de Thibaudet. Voir aussi Gustave Flaubert, Œuvres complètes, Conard, Paris, 1910 (édition de référence de Benedetto et de Thibaudet) et Salammbô, dans Œuvres complètes, t. III, édition annotée et présentée par Gisèle Séginger et Yvan Leclerc, Gallimard, Paris, « Bibliothèque de la Pléiade », 2013.

2 Frederic Augustus Blossom, La Composition de Salammbô : d’après la correspondance de Flaubert, Elliott Monographs, Johns Hopkins Press, Baltimore, 1914 ainsi que Percival Bradshaw Fay et Algernon Coleman Sources and structure of Flaubert’s «Salammbô», ibid, 1914 [in archive.org] proposent des perspectives contemporaines mais divergentes, parce que génétiques.

3 Exigence inimaginable de nos jours, Thibaudet mise sur le minimum de culture d’un lecteur de 1922. Alors que Polybe (historien et conférencier) ne figure même plus aujourd’hui au programme des écoliers grecs.

4 Le récit de Polybe, source principale, plus long qu’on ne dit, (une trentaine de pages), « pieno di suggestioni fantastiche ». Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 5.

5 Benedetto parle de « fantasticherie sull’oriente ». Ibid., p. 52. Voir Flaubert Correspondance, présentée et annotée par Jean Bruneau et Yvan Leclerc, Gallimard, Paris, « Bibliothèque de la Pléiade », t. I-V, 1973-2007, t. I, p. 419, 437, 469.

6 Procédés du roman moderne appliqués à l’antiquité. Voir Eugenio Donato, « Flaubert and the question of history », MLN, 91, 1976, p. 850-870.

7 Il est rassurant de rencontrer un critique qui admet que Flaubert puisse parfois se tromper (voir Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 120 et seq). En effet, les jugements de valeur, parfois défavorables, sont importants chez Benedetto, entre autres : « cozzano in Salammbô due diverse concezioni della storia […] [la] salda coerenza fantastica, […] le grandi espressioni simboliche della vita punica [e] il testo di Polibio » (ibid., p. 328) - etc.

8 Voir Ann Mullen Hohl, Exoticism in Salammbô”, A Summa Publications, Birmingham, 1995.

9 Voir Jeanne Bem « Modernité de Salammbô », Littérature, 40-4, 1980, p. 18-31.

10 Voir Joachim Küpper, « Considérations sur Salammbô », MLN, 125, 2010, p. 731-782.

11 Bernard Masson, « Salammbô ou la barbarie à visage humain », Revue d’histoire littéraire de la France, 415, juillet-octobre, 1981, p. 584-596.

12 Séginger, Flaubert une poétique de l’Histoire, PU de Strasbourg, Strasbourg, 2000.

13 Georg Friedrich Creuzer, Symbolik und Mythologie der alten Völker, Leipzig, Leske, 1812.

14 Edward Saïd, Orientalism, Penguin, Harmondsworth, 1978.

15 … alors que pour Flaubert, « chaque œuvre à faire » … etc. Flaubert, Correspondance, op. cit., t. 2, p. 519.

16 Thibaudet prend le contrepied de Faguet, et s’associe plus étroitement à la naissance et à l’évolution du XXe siècle. Ce n’est pas forcément un progrès.

17 Voir, entre autres, Séginger, Flaubert dix ans de critique, Minard, Paris, 2005.

18 Voir Donato, « Flaubert and the question of history », op. cit.

19 Cf. « Notice » dans Flaubert, Salammbô, op. cit, t. III, p. 1214 : « Salammbô intègre l’érudition au récit » – vrai mais il faut en même temps tenir compte des longues et fréquentes pauses descriptives qui surviennent au hasard des événements.

20 Bruna Donatelli parle de la transformation progressive de l’Œuvre, de personnages progressivement vidés de leur substance. Donatelli, « Flaubert e il dissolversi della forma romanzesca », dans Paradigmi della modernità, Artemide, Roma, 2012, p. 56-57.

21 Chevauchement de sources aussi : Alfred Maury (Histoire des religions de la Grèce antique, Librairie Philosophique de Ladrane, Paris, 1857-1859) nourrit et confirme la substance mythologique de Salammbô, de Saint Julien, voire d’Hérodias. Cf. Maury, Histoire des religions de la Grèce antique, Librairie Philosophique de Ladrane, Paris, 1857-1859.

22 Voir Séginger, Poétique de l’Histoire, op. cit., p. 154. Mais Benedetto ne va pas toujours au bout de sa pensée. On note d’autre part que le livre fondateur d’Alberto Cento (où il s’agit de Realismo documentario nell’Éducation sentimentale, Liguori, Napoli, 1967) redéfinit l’approche et donc la notion d’histoire proposée par Benedetto.

23 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 112.

24 Benedetto dit, il est vrai que « ogni episodio, ogni descrizione particolare ha l’intima architettura dell’insieme » (ibid., p. 79) ; « voleva fare di Tanit il simbolo fondamentale dell’opera » (ibid., p. 117). Mais l’intérêt du texte n’est pas là. Loin d’être esthétique, il réside pour lui, semble-t-il, dans l’évocation scientifique d’une civilisation perdue à jamais.

25 Lettre à Leroyer de Chantepie, 11 juillet, 1858. Flaubert, Correspondance, op. cit., t. III, p. 822.

26 Flaubert aurait « fabriqué Salammbô un peu avec son rêve à lui. » Thibaudet, Flaubert, op. cit, p. 9. Notons que le projet romanesque est en contradiction flagrante avec la stratégie de la polémique avec Froehner et Sainte-Beuve - à prendre avec un grain de sel : « Je n’ai point fait une Carthage fantastique. Les documents sur Carthage existent » « mais j’ai voulu fixer un mirage ». Flaubert, Correspondance, op. cit., t. III, p. 284, 276. Lettre à Sainte-Beuve, 23-24 décembre 1862.

27 « C’était sans doute là Mégara ». Flaubert, Notes de Voyage en Tunisie, dans Œuvres complètes, op. cit., t. III, p. 860.

28 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 328.

29 A supposer que le récit de Polybe soit fiable, comme l’usage que Flaubert en fait.

30 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 10.

31 Claudine Gothot-Mersch, « Documents et invention », dans Daniel Fauvel et Yvan Leclerc, éds., Salammbô de Flaubert, Champion, Paris, 1999, p. 49-61. Voir aussi Fiction et documentation, les manuscrits de Flaubert de la fondation Martin Bodmer, éd. Séginger, Schwabe Verlag, Bâle 2010.

32 Il n’hésite pas à indiquer les endroits où Flaubert “se trompe” : car il croit, à la différence de Thibaudet, à l’existence problématique mais cruciale d’un Moloch carthaginois (Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 201-202, 205-206), assise essentielle du heurt des principes mâle et femelle, luxure et douceur (ibid., p. 302).

33 Ibid., p. 71, 328.

34 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 12.

35 Christoph Hendreich, Carthago sive Carthagensium respublica, Amsterdam, 1664, p. 116.

36 Cf. Benedetto, « Repertorio di testi », dans Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 344.

37 Ibid., p. 155, 160, 163, 194.

38 Ibid., p. 313, 346.

39 Pour Creuzer et Maury, voir plus bas.

40 Benedetto, Le origini di Salammbô..., op. cit., « Index » et p. 176, 346.

41 Cf. éric Le Calvez, « L’horreur en expansion : génétique de la grillade des moutards », ITEM, 17 septembre 2007, http://www.item.ens.fr/index.php?id=187077

42 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 274.

43 Flaubert, Correspondance, op. cit., t. III p. 40. Lettre à Ernest Feydeau, 11 septembre 1859.

44 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 17.

45 Ibid., p. 332.

46 Flaubert, Correspondance, op. cit., t. II, p. 849. À Ernest Feydeau 26 décembre 1858.

47 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 246 n. 2.

48 À la mode aux environs de 1920, les transpositions d’œuvres de maîtres : chez Picasso, Stravinski, Eliot, Joyce.

49 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 101-102.

50 Ibid., p. 201.

51 Nombreuse pourtant, à reconstituer à partir des notes en bas de page.

52 Il parle de Tanit/Astarté aux pages. 145, 151, 154, 168, 177, 181 etc.

53 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 7.

54 Approche chronologique et génétique où Blossom, Fay et Coleman, dès 1914, avaient montré la voie. Voir supra note 2.

55 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 83.

56 Ibid, p. 139.

57 Ibid., p. 246.

58 Ibid., p. 246, n.2.

59 Ibid., p. 81.

60 Ainsi « [Ammano Marcellini] suggerisce un particolare per la pittura della mania religiosa di Salammbô » (ibid., p. 173, n. 2).

61 Thibaudet, comme Benedetto, se contente d’une approche casanière : seul Flaubert voyage.

62 À côté de telles minuties, miroir du style microscopique du roman, Benedetto, comme Thibaudet semble ignorer l’importance du contexte culturel du groupe littéraire dont Flaubert fait partie et plus particulièrement de Bouilhet: présence cruciale dès les œuvres de jeunesse qui pèse sur tous les aspects de la production du texte.

63 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 246.

64 Ibid., p. 277.

65 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 14.

66 Ibid, p. 13.

67 Ibid., p. 5, 14.

68 Vide d’un sujet tout à fait à part, qui paradoxalement n’exclut pas le pullulement de détails et les problèmes de réception (ibid., p. 2, 3, 6).

69 Ibid., p. 14.

70 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 342.

71 Ibid., p. 125.

72 … influence d’Appien, signalée par une simple note en bas de page: 88, n.1.

73 Hannon à Sicca, Giscon, « en campagne » : « pesante e oscuro », avec en plus des « simboli troppo complessi ». Ibid., p. 328.

74 …qu’il ne développe pas : « Gli scritti giovanili contengono in coppia le promesse della Salammbô futura ». Ibid., p. 52.

75 « Salammbô è una revisione dei Martyrs ». Ibid., p. 68.

76 Le Romantisme tout entier : le monde de Salammbô est un « mondo più tetro e spaventoso che nella realtà » « grande caricatura della vita antica » (Ibid., p. 76, 84).

77 Pourtant, dans les activités répétitives de Shahabarim, on retrouve peut-être la monotonie de la vie Yonvillaise: « aux mêmes heures » etc. - et son changement de camp annonce celui de Sénécal…

78 Gautier, auteur du très influent Roman de la momie, inspirateur de Flaubert, qui, selon Arsène Houssaye (débouté par Benedetto), lui parla le premier de Polybe.

79 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 72.

80 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 10.

81 Ibid., p. 7.

82 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 278.

83 Ibid., p. 94, 97.

84 Ibid., p. 221.

85 Ibid., p. 139.

86 Ibid., p. 303.

87 Ibid., p. 87-88.

88 Ibid., p. 96.

89 Voir, du regretté Masson, « Salammbô, ou la barbarie à visage humain », op. cit, p. 585-596.

90 Voir Flaubert, « Notice », Œuvres complètes, op. cit., t. III, Salammbô, p. 1211. L’admirable appareil critique de cette édition apparaît comme l’équivalent moderne (combien différent !) de l’ouvrage de Benedetto.

91 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 228, 285, 85, n.7.

92 Ibid., p. 151, 152, 158.

93 Ibid., p. 93-95.

94 Voir Ellen O’Gorman, « Decadence and historical understanding in Flaubert’s Salammbô », New Literary History, 35, 2004, p. 607-619. Échec cependant de la stratégie métaphorique comme signe d’historicité. Voir Margaret Rice « The failure of metaphor as historical paradigm », Modern Language Studies, 20, 1990, p. 95-99.

95 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 12.

96 « Je dis le sens de l’histoire qui appartient au talent et non le sens de l’archéologie qui relève du métier » ibid.

97 Séginger, Poétique de l’histoire, op. cit., p. 150 : résumé de la vision historique dans Salammbô.

98 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 116.

99 Ibid, p. 289.

100 Selon Jeanne Bem, Flaubert « refuserait les analyses psychologiques pour conserver […] l’altérité du monde ». Bem, « L’écriture existentielle aux prises avec les codes du roman historique; étude des chapitres IX, X et XI », dans Fauvel et Leclerc, éds., Salammbô de Flaubert, op. cit., p. 115.

101 Flaubert, Salammbô, op. cit., t. III, p. 724. C’est la mentalité d’Emma Bovary sous une forme archaïque.

102 Paradoxalement, parmi tant d’érudition, Benedetto insiste quand même sur l’unité thématique du roman: « Ogni episodio, ogni descrizione particolare ha l’intima architettura dell’insieme » (Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 79) – mais sans entrer dans le détail. Travail d’érudition qui ne veut pas lâcher le discours critique.

103 L’objectivité scolastique étant de nos jours porteuse d’autres blocages.

104 Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 9.

105 Voir Marc Bizer, « Salammbô, Polybe et la rhétorique de la violence », Revue histoire littéraire de France, novembre décembre, 1995, 95, p. 974-988.

106 Cf. Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 72. Voir Rice, « Metaphor as an historical paradigm in Flaubet’s Salammbô », op. cit., p. 95-99. Cf. Peter Michael Wetherill, « Le discours de l’histoire », dans Fauvel, Leclerc éds., Salammbô de Flaubert, op. cit., p. 101-111 – ainsi que Wetherill, « Genetics and incompletion », dans Anthony Williams, Mary Orr, eds., New approaches in Flaubert studies, Edwin Mellon Press, Lampeter, 1999, p. 104-129.

107 … de ce qui lui serait resté dans la tête.

108 Cf. Thibaudet, Flaubert, op. cit., p. 13 – autre érudition, pour amortir l’étrangeté totale, le dépaysement excessif.

109 Benedetto, Le origini di Salammbô…, op. cit., p. 202 n. 1.

110 Voir Ann Green, Flaubert and the Historical Novel, CUP, Cambridge, 1986.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter-Michael Wetherill, « Luigi Foscolo Benedetto 1920 – Albert Thibaudet 1922 », Flaubert [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2454

Haut de page

Auteur

Peter-Michael Wetherill

University of Manchester

Haut de page