Navigation – Plan du site
Réception critique

L’apport de Lorenza Maranini dans le domaine des études flaubertiennes*

Giorgetto Giorgi

Résumés

Lorenza Maranini (Bologne, 1909 – Pavie, 1998) a publié deux ouvrages importants sur l’œuvre de Flaubert : Visione e personaggio secondo Flaubert e altri studi francesi (Padoue, 1959) et Il ’48 nella struttura della “Éducation sentimentale” e altri studi francesi (Pise, 1963). Dans le premier de ces livres, elle met en lumière que la prose flaubertienne nous offre un mélange de visions altérées par les passions des personnages, et de visions détachées, neutres, qui appartiennent au narrateur. Dans le second ouvrage, elle discute — et récuse — la célèbre thèse soutenue par György Lukács dans son Roman historique (partiellement reprise en France par Jean-Paul Sartre, et en Italie par Alberto Cento) selon laquelle Flaubert a en dernière analyse soutenu des thèses réactionnaires dans son roman parisien.

Haut de page

Texte intégral

  • * Ces pages constituent le remaniement et la traduction de l’article intitulé « Il contributo di Lore (...)
  • 1 On trouve une bibliographie complète des études flaubertiennes de Lorenza Maranini dans Giorgetto G (...)

1Lorenza Maranini a particulièrement aimé et étudié Flaubert, dont elle s’est longuement occupée au cours des années cinquante et au début des années soixante du siècle dernier. Elle a publié sur cet auteur une série d’ouvrages riches et suggestifs1, parmi lesquels sont à signaler pour leur importance : Visione e personaggio secondo Flaubert ed altri studi francesi, publié par la maison d’édition Liviana en 1959 à Padoue, et Il ‘48 nella struttura della « Éducation sentimentale » e altri studi francesi, publié par l’éditeur Nistri-Lischi en 1963, à Pise.

  • 2 Jean Rousset, « Madame Bovary ou le livre sur rien », dans Saggi e Ricerche di Letteratura Francese(...)
  • 3 Gustave Flaubert, Un cœur simple, dans Trois contes, introduction et notes par Marc De Biasi, Le Li (...)

2À notre avis, l’originalité des études flaubertiennes présentées dans le premier de ces deux livres consiste dans l’anticipation de certaines analyses narratologiques transalpines, développées à partir des années soixante (nous pensons, en particulier, à l’essai magistral de Jean Rousset, « Madame Bovary » ou le livre sur rien2, paru justement en 1960), où l’on met en évidence comment Flaubert alterne la narration des faits, vus par un romancier omniscient (c’est là la technique narrative privilégiée par Balzac), avec celle qui renvoie à l’optique, presque toujours déformante, de ses personnages. Dans l’essai Dei cavalli nel cielo: un episodio di « Un cœur simple » e il metodo stilistico di Flaubert, publié dans Visione e personaggio secondo Flaubert, Lorenza Maranini analyse d’une manière ponctuelle un épisode d’Un cœur simple, où le narrateur assume d’abord le point de vue de l’héroïne, mais s’en détache aussitôt, et en fait ressortir le caractère trompeur, tout à fait illusoire. Il s’agit du passage où Félicité, après avoir appris que Victor, son neveu bien-aimé, va s’embarquer dans un bateau au long cours et qu’il ne reviendra probablement que deux ans après, se rend le soir, à grand-peine, à pied, de Pont-l’Évêque au port de Honfleur pour lui dire adieu. Elle est tellement troublée qu’elle s’égare, d’abord le long du chemin, ensuite dans la confusion du port, si bien que, à un moment donné, écrit le narrateur, « […] elle se crut folle, en apercevant des chevaux dans le ciel »3. Cependant, immédiatement après le narrateur (qui redevient omniscient, après avoir délégué, pour un moment, son point de vue au personnage) corrige l’illusion d’optique de Félicité, en expliquant qu’une grue était en train de soulever ces animaux pour les déposer dans un bateau :

  • 4 Ibid.

Au bord du quai, d’autres [chevaux] hennissaient, effrayés par la mer. Un palan qui les enlevait les descendait dans un bateau […]4.

3Or, il faut dire d’ores et déjà que les fines remarques de Lorenza Maranini sur l’importance qu’acquièrent les visions subjectives des personnages dans certaines œuvres de Flaubert doivent à l’imposante recherche d’Erich Auerbach (Mimesis, Il Realismo nella letteratura occidentale, ouvrage publié à Berne en 1946, traduit en italien dix ans après et publié par la maison d’édition Einaudi). En effet, dans cet ouvrage le grand critique allemand analyse avec une finesse remarquable un passage du chapitre IX de la première partie de Madame Bovary (là où on décrit Emma et Charles au cours de leur repas silencieux, dans leur modeste maison de Tostes). Il signale qu’à l’évidence toute la scène est vue à travers les yeux de la protagoniste (profondément insatisfaite de la vie qu’elle mène), même si évidemment c’est le romancier qui a porté, pourrait-on dire, à la maturation linguistique des états d’âme que le personnage serait tout à fait incapable d’exprimer avec une telle lucidité :

  • 5 Flaubert, Madame Bovary, dans Œuvres complètes, t. III, sous la direction de Claudine Gothot-Mersch (...)

Mais – écrit le romancier – c’était surtout aux heures des repas qu’elle n’en pouvait plus, dans cette petite salle au rez-de-chaussée, avec le poêle qui fumait, la porte qui criait, les murs qui suintaient, les pavés humides ; toute l’amertume de l’existence lui semblait servie sur son assiette, et, à la fumée du bouilli, il montait du fond de son âme comme d’autres bouffées d’affadissement [...]5.

  • 6 Lorenza Maranini, Proust. Arte e conoscenza, Novissima Editrice, Florence, 1933. Ce livre dérive du (...)

4Mais l’analyse suggestive de Lorenza Maranini sur l’importance de la vision subjective chez Flaubert est sans aucun doute plus redevable à Proust qu’à Auerbach. L’un des personnages les plus significatifs de la Recherche (sur laquelle Lorenza Maranini, sous la direction d’Antonio Banfi, a écrit un livre remarquable en 1933)6 est en effet le peintre Elstir (qui est un peu Turner, un peu Whistler et un peu Monet). Elstir fait tous ses efforts pour bâillonner son « intelligence», sa pensée abstraite, en réussissant par là à traduire sur la toile les mirages, les illusions d’optique, les visions trompeuses. Ainsi le narrateur de la Recherche décrit-il, plein d’admiration, les caractéristiques figuratives d’un tableau d’Elstir, représentant le port normand de Carquethuit :

  • 7 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu : À l’ombre des jeunes filles en fleur, éd. publiée so (...)

Dans le premier plan de la plage, le peintre avait su habituer les yeux à ne pas reconnaître de frontière fixe, de démarcation absolue, entre la terre et l’océan. Des hommes qui poussaient des bateaux à la mer couraient aussi bien dans les flots que sur le sable, lequel, mouillé, réfléchissait déjà les coques comme s’il avait été de l’eau. La mer elle-même ne montait pas régulièrement, mais suivait les accidents de la grève, que la perspective déchiquetait encore davantage, si bien qu’un navire en pleine mer, à demi caché par les ouvrages avancés de l’arsenal, semblait voguer au milieu de la ville ; des femmes qui ramassaient des crevettes dans les rochers, avaient l’air, parce qu’elles étaient entourées d’eau et à cause de la dépression qui, après la barrière circulaire des roches, abaissait la plage (des deux côtés les plus rapprochés des terres) au niveau de la mer, d’être dans une grotte marine surplombée de barques et de vagues, ouverte et protégée au milieu des flots écartés miraculeusement7.

5Mais il y a un très grand écart entre l’impressionnisme flaubertien et celui d’Elstir et Lorenza Maranini n’a pas manqué de le souligner. Les visions subjectives de certains personnages du romancier du XIXe siècle ont en effet leur origine (et trouvent donc leur explication) dans l’état d’âme qu’éprouvent ces mêmes personnages à un moment donné de leur existence. Ce n’est pas du tout le cas du peintre de la Recherche, dont l’impressionnisme est évidemment un choix esthétique. Si Félicité tombe dans un état confusionnel et finit par voir des chevaux dans le ciel, c’est parce qu’elle est fatiguée par son long voyage à pied de Pont-l’Évêque à Honfleur, et qu’elle éprouve aussi un obscur pressentiment : elle verra peut-être pour la dernière fois son neveu Victor. De même, si Emma Bovary altère d’une manière radicale et profonde la réalité observée par la fenêtre du grenier de chez elle à Yonville, c’est parce qu’elle médite le suicide, après avoir parcouru fébrilement la lettre de rupture que son amant Rodolphe lui a envoyée :

  • 8 Flaubert, Madame Bovary, op. cit., p. 332.

Le rayon lumineux qui montait d’en bas directement tirait vers l’abîme le poids de son corps. Il lui semblait que le sol de la place oscillant s’élevait le long des murs, et que le plancher s’inclinait par le bout, à la manière d’un vaisseau qui tangue. Elle se tenait tout au bord, presque suspendue, entourée d’un grand espace. Le bleu du ciel l’envahissait, l’air circulait dans sa tête creuse, elle n’avait qu’à céder, qu’à se laisser prendre ; [...]8

  • 9 Gérard Genette, Figures III, Seuil, Paris, 1972.

6Ce n’est pas un hasard, donc, si Lorenza Maranini rappelle que Flaubert écrivit et récrivit, au cours d’une trentaine d’années, un ouvrage comme La Tentation de saint Antoine, dont nous avons, comme chacun sait, trois différentes éditions (celle de 1849, celle de 1856 et celle, définitive, de 1874) et qui se fonde entièrement sur les représentations des visions subjectives, des hallucinations de ce saint. En effet, comme nous l’avons vu, l’un des aspects les plus originaux de la prose si travaillée de l’auteur de Madame Bovary, consiste dans le recours très fréquent à la technique narrative de la focalisation interne (d’après la terminologie créée par G. Genette au début des années soixante-dix)9 : les faits sont donc présentés selon l’optique restreinte et déformante de celui qui les observe. Et voilà ce qu’écrit Lorenza Maranini :

  • 10 Maranini, Visione e personaggi secondo Flaubert ed altri studi francesi, op. cit., p. 44-45. Les ci (...)

L’un des grands problèmes de Flaubert en tant qu’artiste, […] était d’introduire directement dans sa prose les illusions-visions de ses personnages. Il ne revenait plus à l’écrivain de décrire le monde ou la réalité à la lumière de sa propre conscience personnelle ; c’étaient la vision de ses personnages, leurs illusions sensorielles, dérivées de leurs conditions intérieures, qui devaient nous parler d’eux, les représenter, eux, leurs sensations et leurs sentiments. […] L’expression de sa vision personnelle du monde sera confiée à une sorte de contrepoint d’images visuelles troublées et différentes, caractérisées par l’irréalité et l’erreur [...]10.

7Mais Lorenza Maranini souligne aussi, avec beaucoup de finesse, que, chez Flaubert, les visions engendrées par l’irréalité et par l’erreur s’opposent toujours aux visions nettes, lucides, objectives. Visions qui renvoient tout d’abord au narrateur omniscient (comme on peut le constater, par exemple, dans l’épisode d’Un cœur simple que nous avons évoqué, où le narrateur corrige l’illusion sensorielle de la pauvre Félicité), et à ses avatars possibles (comme, par exemple, le célèbre «nous» qui ouvre Madame Bovary), mais qui peuvent appartenir également à certains personnages, parvenus (pour des raisons différentes) à une sorte de divine indifférence. Il suffit de penser, pour ne pas quitter Madame Bovary, au docteur Larivière, appelé au chevet d’Emma mourante, qui, du premier coup, voit avec une grande lucidité que ce qui va se passer est inéluctable; ou à Charles lui-même, arrivé, peu avant sa mort, à un détachement suprême, qui le porte même à pardonner à Rodolphe, qu’il haïssait profondément. Ainsi, d’après Lorenza Maranini, la caractéristique de la prose flaubertienne (par rapport à la prose romantique, à la prose, par exemple, d’un Chateaubriand) consiste-t-elle dans une espèce d’entrelacement, vraiment inextricable, de visions déformées et presque subjuguées par les passions et, à l’opposé, de visions détachées, objectives, neutres.

  • 11 Cet ouvrage a été publié en Allemagne en 1920 et en Italie en 1962, chez l’éditeur Sugar.
  • 12 Cet ouvrage a été publié en URSS en 1937, en Allemagne en 1955, et en Italie en 1965, par l’éditeur (...)
  • 13 Cet ouvrage a été publié en Hongrie en 1945 et en Italie en 1957, par l’éditeur Einaudi.
  • 14 Le premier travail de Sartre sur Flaubert a paru dans le numéro 240 (mai 1966) de Les Temps moderne (...)
  • 15 Les deux travaux d’Alberto Cento ont été publiés à Naples chez Liguori.

8Le point de vue est tout à fait différent dans le deuxième travail important que Lorenza Maranini a consacré à Flaubert, Il ‘48 nella struttura della « Éducation sentimentale». Et pour saisir entièrement la raison d’être de cet essai très complexe et problématique, il faut tout de suite souligner que dans les années cinquante et soixante du siècle dernier l’interprétation de Lukács sur l’œuvre de Flaubert, que le critique hongrois considérait foncièrement réactionnaire, avait eu un retentissement extraordinire. En effet, selon Lukács (par exemple dans des ouvrages comme Teoria del romanzo11, Il Romanzo storico12 et Saggi sul realismo13), Flaubert serait l’un de ces bourgeois antidémocratiques qui se situent dans une impasse, puisqu’ils existent grâce à la révolution de 1789, mais refusent d’accepter les implications de la révolution, qui mène nécessairement à la démocratie, à la civilisation de masse. Par conséquent, ils se révoltent contre la démocratie avec la même violence et le même extrémisme qui avaient caractérisé les nobles révoltés. En France, cette thèse sera reprise et développée par Jean-Paul Sartre, qui, comme on le sait, commença à publier des travaux sur Flaubert au cours des années soixante dans Les Temps Modernes, et fit paraître, entre 1971 et 1972, L’Idiot de la famille14, sa monographie, monumentale et inachevée, sur l’auteur de Madame Bovary. En Italie, elle sera reprise par un critique remarquable comme Alberto Cento, mort prématurément en 1968, auteur de nombreuses recherches sur Flaubert, parmi lesquelles deux volumes sont particulièrement significatifs : La Dottrina di Flaubert, de 1964, et Il Realismo documentario nell’« Éducation sentimentale», de 196715.

  • 16 Giorgetto Giorgi, « Salammbô tra esotismo e storia contemporanea », dans Stendhal, Flaubert, Proust (...)

9Or, Lorenza Maranini ne nie pas que, du point de vue existentiel, Flaubert a pris des positions, pourrait-on dire, réactionnaires, et nous-mêmes, dans un vieil essai sur Salammbô16, nous avions passé en revue ces positions, en nous basant sur la Correspondance du romancier. Celle-ci nous montre en effet que la révolution de 1848 ne suscita chez Flaubert que du scepticisme ; qu’il défendit maintes fois le Second Empire, qu’il ne ménagea pas de violentes invectives contre les insurgés de la Commune, qu’il considéra avec sympathie le tournant modéré de la Troisième République ; qu’il se répandit en propos envenimés contre les socialistes utopiques, le suffrage universel, l’instruction obligatoire ; que son économiste préféré était le brillant pamphlétaire Bastiat, représentant typique de l’optimisme libéral et adversaire acharné de Proudhon ; enfin que pour gouverner le peuple, d’après lui éternellement mineur, il rêva d’une impossible aristocratie de mandarins, d’une espèce de « brain-trust » de technocrates et de savants.

  • 17 On peut consulter les Souvenirs de l’année 1848 dans l’édition présentée et annotée par Maurice Agu (...)

10Mais si les liens de classe et de caste entravèrent, et fortement, l’homme Flaubert, le romancier – affirme Lorenza Maranini – se libérait de ces entraves quand il représentait les faits. Et pour le démontrer, elle examine attentivement le comportement de Flaubert avant et pendant la révolution de 1848 (en utilisant surtout la Correspondance de l’auteur de Madame Bovary, ainsi que les Souvenirs de l’année 184817, publiés en 1876 par Maxime du Camp), et compare ensuite ce comportement avec celui du protagoniste de L’Éducation sentimentale (un alter ego évident du jeune Flaubert) pendant les journées révolutionnaires de 1848.

11On peut aisément déduire l’attitude de Flaubert, à l’époque âgé de vingt-six ans, peu avant cette révolution, grâce à une lettre significative qu’il écrivit à son amie Louise Colet, en décembre 1847. En effet, il déclare avoir assisté à Rouen à un « banquet réformiste » (comme on le sait, au cours de ces banquets, organisés dans toute la France, des orateurs intervenaient pour demander au gouvernement Guizot toute une série de réformes à réaliser dans l’immédiat) et avoir été profondément découragé, voire dégoûté, par le succès incroyable des phrases figées et des idées reçues qu’il y avait entendues ; et cela quand les plus grands chefs-d’œuvre artistiques réussissent à grand-peine à être tant soit peu reconnus et appréciés. Une attitude, donc, la sienne, de pur lettré, qui contemple les événements (pour exceptionnels et menaçants qu’ils soient) comme d’en haut et à l’écart de tout, avec un détachement aristocratique, et qui refuse par conséquent toute forme d’implication. Mais laissons la parole à Flaubert :

  • 18 Flaubert, Correspondance, édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau, Gallimard, Paris, (...)

J’ai […] vu dernièrement quelque chose de beau et je suis encore dominé par l’impression grotesque et lamentable à la fois que ce spectacle m’a laissée. J’ai assisté à un banquet réformiste ! Quel goût ! quelle cuisine ! quels vins ! et quels discours ! Rien ne m’a plus donné un absolu mépris du succès, à considérer à quel prix on l’obtient. Je restais froid et avec des nausées de dégoût au milieu de l’enthousiasme patriotique qu’excitaient le timon de l’état, l’abîme où nous courons, l’honneur de notre pavillon, l’ombre de nos étendards, la fraternité des peuples et autres galettes de cette farine. Jamais les plus belles œuvres des maîtres n’auront le quart de ces applaudissements-là. […] Quelque triste opinion que l’on ait des hommes, l’amertume vous vient au cœur quand s’étalent devant vous des bêtises aussi délirantes, des stupidités aussi échevelées18.

12Et le comportement de Flaubert n’a pas été différent, au cours des journées de février 1848, auxquelles il assista personnellement. En effet, dans ses Souvenirs de l’année 1848, Du Camp rappelle que le 23 février (c’est-à-dire juste le jour où la révolution avait éclaté et où il y avait eu la terrible fusillade du Boulevard des Capucines, avec une centaine de morts parmi les insurgés) lui-même et Flaubert passèrent la soirée et une partie de la nuit à écouter, impassibles comme des olympiens, leur ami Louis Bouilhet qui lisait Melœnis, l’un de ses ouvrages poétiques, écrit dans un style typiquement parnassien. En somme, l’indifférence, le détachement, peut-être même le mépris à l’égard des événements qui troublèrent Paris, la volonté précise de ces lettrés de se mettre au-dessus de la mêlée, de manifester leur refus de l’histoire, ne pourraient apparaître avec plus de clarté et de netteté.

13Mais, se demande bien à-propos Lorenza Maranini, que deviennent ces faits quand Flaubert, une vingtaine d’années après, s’en souvient et s’en inspire dans la rédaction de L’Éducation sentimentale, où les événements tragiques de 1848 sont d’une importance tout à fait capitale? Flaubert, le jeune Flaubert dont on vient de parler, devient, dans ce roman, l’inutile Frédéric Moreau, qui, tout pris par son amour impossible pour Madame Arnoux, ne manifeste que de l’indifférence et du détachement à l’égard de ce qui se passe autour de lui, au cours de ces journées dramatiques de fin février 1848. Mais il y a plus. Dès qu’il se convainc que son amour n’est pas partagé, il éprouve tellement le désir d’une vengeance et d’une revanche qui fasse outrage à l’image de la femme aimée, qu’il passe toute une journée d’une manière ignoble avec Rosanette, ingénue, avide et corrompue, sur le corps de laquelle il consomme un amour presque sacrilège. Et tout cela a lieu le 23 février, le jour où, comme on l’a dit, la révolution éclate. En somme, la condamnation (quoiqu’indirecte, évidemment) de l’impassibilité et du détachement exhibés par le jeune Flaubert et par ses amis vis-à-vis des événements sanglants de 1848 ne pourrait être plus totale. Et justement, en comparant Frédéric avec le jeune Flaubert, et le jeune Flaubert avec le Flaubert dans sa maturité, Lorenza Maranini remarque, d’une manière magistrale :

  • 19 Maranini, Il ‘48 nella struttura della « Éducation sentimentale » e altri studi francesi, op. cit.,(...)

Frédéric, plutôt qu’un homme de lettres renfermé dans son monde poétique étranger à la réalité, apparaît comme un homme déçu dans son amour ardent, mais indécis ; dans une sorte de « premier amour » qui devra durer toute la vie, comme s’il n’avait jamais pu dépasser le stade d’une espèce d’adolescence sentimentale ; et il reste cloîtré, renfermé dans cet amour typiquement de jeunesse, indifférent même au sang qu’on répand à côté de lui. Que la tragédie le prenne au dépourvu, passe encore ; mais même quand il sait en toute certitude qu’on meurt autour de lui, il ne sait pas se dépasser. […] Flaubert [nous dévoile] un Frédéric indifférent (lui pourtant si « tendre ») jusqu’à la cruauté; capable seulement de se contempler ; d’abord dans sa propre illusion et après dans sa propre déception. Et la contemplation de soi, typique d’une génération de romantiques attardés, prend le nom de Madame Arnoux et ensuite de Rosanette. Ce sont bien elles qui remplacent les lectures poétiques racontées par Du Camp ! Flaubert juge sans juger, en acceptant tout simplement de voir avec lucidité, et de l’intérieur, les attitudes et les faits, et de les aggraver, tout en suivant toujours la même direction qu’eux, jusqu’à en toucher le fond. Qu’importe si Flaubert dévoile quelque chose qu’il peut avoir éprouvé lui aussi, à un moment donné de sa vie ? Justement parce qu’il a le courage exemplaire de se voir et de se représenter lui-même au-delà de toute équivoque, sa personnalité finit par diverger de celle qui apparemment lui ressemble le plus, c’est-à-dire de celle de Frédéric19.

  • 20 L’article a été publié dans le numéro d’avril-juin de la Revue d’Histoire Littéraire de la France, (...)
  • 21 Flaubert, L’Éducation sentimentale, édition établie et présentée par Claudine Gothot-Mersch, Paris, (...)

14En outre, au cours de son analyse, Lorenza Maranini fait opportunément justice de ce qu’on a défini « l’impassibilité » flaubertienne, sur laquelle la critique (italienne et étrangère) insistait beaucoup ces années-là: la preuve en est que Gilbert Guisan, dans son important article « Flaubert et la révolution de 1848 »20, paru en 1958, affirme que le romancier, en représentant les journées tragiques de 1848, aurait abouti à « un réalisme impassible et mesuré ». Et pour répondre d’une manière argumentée à ce critique, Lorenza Maranini analyse un épisode significatif de L’Éducation (librement tiré d’une chronique de l’époque, repérée par Guisan). Cet épisode se passe le 26 juin 1848, juste après la terrible répression, par les troupes du général Cavaignac, des ouvriers qui s’étaient révoltés, suite à la fermeture des ateliers nationaux. Flaubert représente le factotum du riche et puissant Monsieur Dambreuse, c’est-à-dire le Père Roque, qui, furieux des légers dommages que les révolutionnaires avaient causés à la façade de son pied-à-terre parisien, s’enrôle dans la Garde Nationale, où on le charge de surveiller, dans la rue, les insurgés, emprisonnés par centaines dans les caves des Tuileries. Là il tue un jeune affamé en tirant sur lui à bout portant, un jeune dont le visage pâle s’était montré entre les barreaux des soupiraux des caves et qui réclamait du pain, d’une voix plaintive. « Son action […] – dit le romancier à propos du Père Roque, d’une manière nette et concise – l’apaisait, comme une indemnité. »21. Lorenza Maranini commente :

  • 22 Maranini, Il ‘48 nella struttura della « Éducation sentimentale » e altri studi francesi, op. cit.,(...)

On ne parvient pas, dans la page flaubertienne, à une impassibilité, mais plutôt à une indignation, à un sentiment d’effarement et d’horreur; ce que Flaubert choisit parmi les circonstances que la chronique lui offre, ce sont justement les éléments qui se prêtent à inspirer ce sentiment22.

15Mais l’épisode de l’adolescent des Tuileries, affirme avec finesse Lorenza Maranini, démontre également autre chose. Il démontre que, dans ce roman, les comparses (et l’adolescent qu’on vient d’évoquer en est justement une) ont, en dernier ressort, une importance bien plus grande que les protagonistes mêmes. Comme déjà dans Salammbô, où l’amour de Mathô pour la fille d’Hamilcar passe rapidement à l’arrière-plan par rapport à la lutte des mercenaires contre Carthage, dans L’Éducation les fonds finissent littéralement par envahir les premiers plans, les événements historiques l’emportent sur les problèmes individuels des différents personnages, par exemple sur la vie sentimentale de Frédéric. Et Lorenza Maranini ajoute :

  • 23 Ibid., p. 74-75.

[Dans l’Éducation] certaines images, qui devraient rester à l’arrière-plan, avancent impérieusement, en rejetant loin, derrière elles, Frédéric et sa passion vaine. Madame Arnoux et Frédéric pâlissent à nos yeux, face à la réalité collective que Flaubert représente avec tant de vérité : désordre, affairisme, confusion, vengeance, misère, peur, désolation, splendeur illusoire, ingénuité, ruse, cruauté, faiblesse et force des classes et des différents groupes sociaux d’un peuple à un moment grave de son histoire : voilà le vrai sujet de L’Éducation. « Roman de mœurs », comme le définissait Flaubert, est en réalité une définition bien modeste et incomplète pour ce livre. […] On dirait que Flaubert a été comme emporté, dans la rédaction de son livre, par la complexité du processus historique, et par conséquent les personnages de son récit d’un amour qui n’a pas été vécu déchurent de leur rôle de « héros » et cédèrent le pas à ces arrière-plans où l’on représentait des événements tels qu’eux, avec leurs problèmes individuels, ne nous semblent que de pâles ombres23.

16Flaubert, à vrai dire, avait été le premier à s’apercevoir de cette disproportion entre les arrières et les premiers plans, lorsque, par exemple, il écrivait à Jules Duplan, pendant la rédaction de L’Éducation :

  • 24 Flaubert, Correspondance, op. cit., t. III, 1991, p. 734.

j’ai bien du mal à emboîter mes personnages dans les événements politiques de 48. J’ai peur que les fonds ne dévorent les premiers plans ; c’est là le défaut du genre historique. Les personnages de l’histoire sont plus intéressants que ceux de la fiction, surtout quand ceux-là ont des passions modérées. On s’intéressera moins à Frédéric qu’à Lamartine ? […] Je suis perplexe, c’est dur […]24.

  • 25 Flaubert, dans une lettre d’octobre 1879 à Madame Roger Des Genettes attribue en effet l’insuccès d (...)

17Mais ce que Flaubert tint pour un défaut (un défaut qui, d’après lui, pouvait aussi expliquer le maigre succès obtenu par le roman)25, est considéré au contraire par Lorenza Maranini comme une qualité indéniable et unique. En effet, selon l’auteur de l’essai dont il est ici question, la modernité et donc l’originalité de L’Éducation consiste dans la représentation, très réussie, de la montée irrésistible de ce qui est complexe, multiple, collectif au détriment de ce qui est individuel. L’époque des héros balzaciens (vainqueurs ou vaincus qu’ils soient) touchait à son terme. Le protagoniste de L’Éducation n’est pas tellement Frédéric (incertain, irrésolu, contradictoire, incapable de s’insérer dans la réalité, témoin et non pas acteur des événements de son époque), mais plutôt l’histoire et les forces qui y agissent.

18En somme, d’après Lorenza Maranini, qui répond par là à Lukács et à ses tenants, l’art représenta pour Flaubert une sorte de salut, dans la mesure où il lui permit d’acquérir une profonde objectivité et un suprême détachement et, donc, de vaincre ses ressentiments personnels, ses nombreuses limites humaines, dont la Correspondance, comme on l’a vu, présente de nombreuses traces. Une objectivité et un détachement grâce auxquels le romancier a admirablement réussi à faire à la fois, dans L’Éducation, la critique des ingénuités de la révolution de 1848 et de la réaction impitoyable qui en suivit, de telle sorte que la lecture de cet ouvrage devint presque impossible pour ses contemporains, trop proches des événements racontés. Pour le comprendre en profondeur, il aurait fallu, conclut Lorenza Maranini

  • 26 Maranini, Il ‘48 nella struttura della « Éducation sentimentale » e altri studi francesi, op. cit., (...)

[…] un lecteur inexistant, capable de faire un effort ultérieur, c’est-à-dire d’organiser, en une pensée constructive et novatrice, le sens de toute cette « dialectique » d’événements et de sentiments présente dans la structure narrative de L’Éducation, une « dialectique » qui est le climat particulier où ses personnages sont comme écrasés et désintégrés par la force implacable des événements qui se déroulent dans une ville bouleversée […]26.

Haut de page

Notes

* Ces pages constituent le remaniement et la traduction de l’article intitulé « Il contributo di Lorenza Maranini nell’ambito degli studi flaubertiani », dans Lorenza Maranini francesista europea, a cura di Piero Toffano, Schena, Fasano, 2003, p. 45-59.

1 On trouve une bibliographie complète des études flaubertiennes de Lorenza Maranini dans Giorgetto Giorgi, « Bibliografia degli scritti di Lorenza Maranini », dans Studi di cultura francese ed europea in onore di Lorenza Maranini, édités par Giorgetto Giorgi, Aurelio Principato, Elisa Biancardi, Maria Cecilia Bertoletti, Schena, Fasano, 1983, p. 17-22.

2 Jean Rousset, « Madame Bovary ou le livre sur rien », dans Saggi e Ricerche di Letteratura Francese, vol. I, Feltrinelli, Milan, 1960, p. 185-208, revu et augmenté dans : Jean Rousset, Forme et signification. Essais sur les structures littéraires de Corneille à Claudel, Corti, Paris, p. 109-133.

3 Gustave Flaubert, Un cœur simple, dans Trois contes, introduction et notes par Marc De Biasi, Le Livre de Poche, Librairie Générale française, 1999, p. 66.

4 Ibid.

5 Flaubert, Madame Bovary, dans Œuvres complètes, t. III, sous la direction de Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, Paris, « Bibliothèque de la Pléiade », 2013, p. 206-207.

6 Lorenza Maranini, Proust. Arte e conoscenza, Novissima Editrice, Florence, 1933. Ce livre dérive du mémoire de maîtrise de Lorenza Maranini, élaboré justement sous la direction d’Antonio Banfi.

7 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu : À l’ombre des jeunes filles en fleur, éd. publiée sous la direction de Jean-Yves Tadié, Gallimard, Paris, « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, t. II, p. 192-193.

8 Flaubert, Madame Bovary, op. cit., p. 332.

9 Gérard Genette, Figures III, Seuil, Paris, 1972.

10 Maranini, Visione e personaggi secondo Flaubert ed altri studi francesi, op. cit., p. 44-45. Les citations ont été traduites par Olimpia Antoninetti.

11 Cet ouvrage a été publié en Allemagne en 1920 et en Italie en 1962, chez l’éditeur Sugar.

12 Cet ouvrage a été publié en URSS en 1937, en Allemagne en 1955, et en Italie en 1965, par l’éditeur Einaudi.

13 Cet ouvrage a été publié en Hongrie en 1945 et en Italie en 1957, par l’éditeur Einaudi.

14 Le premier travail de Sartre sur Flaubert a paru dans le numéro 240 (mai 1966) de Les Temps modernes, sous le titre de La conscience de classe chez Flaubert. L’Idiot de famille (publié par Gallimard) se compose de trois volumes, dont les deux premiers remontent à 1970 et le troisième à l’année suivante.

15 Les deux travaux d’Alberto Cento ont été publiés à Naples chez Liguori.

16 Giorgetto Giorgi, « Salammbô tra esotismo e storia contemporanea », dans Stendhal, Flaubert, Proust. (Proposte e orientamenti), Istituto Editoriale Cisalpino, Milan, 1969, p. 63-92.

17 On peut consulter les Souvenirs de l’année 1848 dans l’édition présentée et annotée par Maurice Agulhon, Paris/Genève, Slatkine, 1979.

18 Flaubert, Correspondance, édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau, Gallimard, Paris, « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, t. I, p. 491-492.

19 Maranini, Il ‘48 nella struttura della « Éducation sentimentale » e altri studi francesi, op. cit., p. 42-44.

20 L’article a été publié dans le numéro d’avril-juin de la Revue d’Histoire Littéraire de la France, p. 183-204.

21 Flaubert, L’Éducation sentimentale, édition établie et présentée par Claudine Gothot-Mersch, Paris, Flammarion, 1985, p. 412.

22 Maranini, Il ‘48 nella struttura della « Éducation sentimentale » e altri studi francesi, op. cit., p. 47. L’italique est dans le texte.

23 Ibid., p. 74-75.

24 Flaubert, Correspondance, op. cit., t. III, 1991, p. 734.

25 Flaubert, dans une lettre d’octobre 1879 à Madame Roger Des Genettes attribue en effet l’insuccès de l’Éducation à cette disproportion entre les fonds et les premiers plans. (Flaubert, Correspondance, op. cit., t. V, p. 720).

26 Maranini, Il ‘48 nella struttura della « Éducation sentimentale » e altri studi francesi, op. cit., p. 117. Trad. d’Olimpia Antoninetti.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Giorgetto Giorgi, « L’apport de Lorenza Maranini dans le domaine des études flaubertiennes », Flaubert [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2461

Haut de page

Auteur

Giorgetto Giorgi

Università di Pavia

Haut de page