Navigation – Plan du site
Réception créatrice

Un, personne, cent mille : dépersonnalisation de l’écriture et perte d’identité

Flaubert et Pirandello
Florence Pellegrini

Résumés

En prenant appui sur deux des récits qui bornent la production romanesque de Luigi Pirandello, Il fu Mattia Pascal (1904) et Uno, nessuno e centomila (1926), on envisagera la reconfiguration du personnage qu’opère la fiction pirandellienne, en liaison avec le retrait de l’instance narrative qu’inaugure le texte flaubertien. Dépersonnalisation chez Flaubert, déperdition identitaire chez Pirandello, le récit opère une résorption qui, en même temps qu’elle scelle un effondrement de l’être et de ses certitudes constitue une nouvelle modalité de restitution du réel. L’effacement du narrateur comme la diffraction du personnage sont les manifestations d’une appréhension sensible du monde, qui en diffuse et en démultiplie la perception, tout en en permettant le « partage » (Rancière).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Pellegrini, « Un, personne, cent mille : dépersonnalisation de l’écriture et perte d’identité », Flaubert [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2467

Haut de page

Auteur

Florence Pellegrini

Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Haut de page