Navigation – Plan du site
Réception critique

Une enquête au cœur de l’œuvre flaubertienne : les études critiques et génétiques de Giovanni Bonaccorso

Stella Mangiapane

Résumés

L’article illustre les enjeux et les acquis novateurs des études critiques et génétiques menées par Giovanni Bonaccorso sur l’œuvre de Gustave Flaubert. On retrace l’évolution de sa vision critique de l’esthétique flaubertienne en mettant en relief les principales caractéristiques de sa méthode d’enquête. En particulier, on s’intéresse à l’ouvrage capital de Bonaccorso, les trois volumes du Corpus Flaubertianum, édition diplomatique et génétique des manuscrits des Trois Contes, qui, les premiers, ont révélé aux chercheurs la genèse complète d’une œuvre du grand écrivain normand.

Haut de page

Texte intégral

G. Bonaccorso, Corpus Flaubertianum. II. Hérodias, Édition diplomatique et génétique des manuscrits, Tome II, Messina, Sicania, 1995Afficher l’image
Crédits : Sicania
  • 1 « L’attention proprement génétique pour les manuscrits de Flaubert date du dernier tiers du XXe siè (...)
  • 2 Nous citons à titre d’exemples : Jean Bellemin-Noël, Le texte et l’avant-texte, Larousse, Paris, 19 (...)
  • 3 http://www.item.ens.fr/
  • 4 Almuth Grésillon, Éléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes, Presses Universitai (...)
  • 5 Gustave Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, Gallimard, Paris, « Bibliothèque de la Pléiade  (...)

1Les années 1980 marquent un tournant capital dans l’évolution des études flaubertiennes grâce aux apports inédits et novateurs de la critique génétique qui faisait alors ses premiers pas1. Après les essais fondateurs de la fin des années 70 et du tout début des années 802, qui jettent les fondements de la jeune discipline et accompagnent la naissance de l’ITEM3, la nouvelle décennie inaugure une véritable floraison, aussi inattendue que révélatrice, d’études qui se penchent sur la genèse des œuvres de Gustave Flaubert, favorisées par l’existence d’importants fonds manuscrits conservés dans les plus importantes bibliothèques de France. Tout un vaste continent encore à peine connu, composé de dizaines de milliers de manuscrits de travail, sera dès lors parcouru en long et en large par des spécialistes qui se reconnaissent dans la nouvelle communauté enthousiaste des généticiens flaubertiens et l’art du grand écrivain peut enfin être exploré dans ses moindres recoins. Les avant-textes des grands romans flaubertiens accèdent au statut de témoins silencieux mais éloquents de l’émouvante histoire des œuvres in statu nascendi4, et la connaissance très fine de la méthode de travail de l’auteur, dont ces manuscrits recèlent jusqu’aux secrets les plus intimes, dévoile au grand jour les principes esthétiques qui gouvernent la « mécanique compliquée »5 par laquelle Flaubert parvient à tisser ses phrases. C’est une enquête fervente et passionnée qui pénètre au cœur même de l’œuvre du grand écrivain normand et dont la portée ne fera que s’élargir jusqu’à nos jours, où les études génétiques sur les manuscrits flaubertiens continuent de foisonner et où l’approche génétique est devenue presque incontournable pour quiconque veut connaître en profondeur l’art du romancier.

  • 6 Flaubert, Bouvard et Pécuchet, édition critique par Alberto Cento, précédée des scénarios inédits, (...)
  • 7 Éliane Coutaz-Sframeli (vol. I), Maria Francesca Davì Trimarchi (vol. I), Enzo Liberale (vol. II), (...)
  • 8 Voir Les manuscrits de Bouvard et Pécuchet, édition électronique du manuscrit intégral de Bouvard e (...)
  • 9 Giovanni Bonaccorso et collaborateurs, Corpus Flaubertianum I. Un Cœur simple, édition diplomatique (...)

2En Italie, après les contributions pionnières d’Alberto Cento6, c’est à Giovanni Bonaccorso et à ses collaborateurs7 que l’on doit en particulier la réalisation d’une entreprise que l’on n’hésitera pas à qualifier de pharaonique, et que seuls les atouts incomparables de l’édition électronique en ligne8, encore inimaginables en cette décennie désormais lointaine, ont pu récemment égaler et même dépasser, dans notre ère toute puissante de l’Internet : je me réfère à la publication des trois volumes du Corpus flaubertianum9, édition diplomatique et génétique des manuscrits des Trois Contes, sur lesquels nous reviendrons largement. Le corps de l’œuvre tout entier y est exposé, dans tous ses membres, organes et tissus cachés sous l’épiderme parfait du texte poli et reluisant de perfection stylistique, auquel a abouti l’écrasant labeur supporté par l’écrivain. Pour la première fois, les chercheurs ont pu avoir accès à tous les stades de la genèse d’une œuvre complète du grand écrivain normand, ce qui n’a pas manqué, comme on peut facilement le deviner, d’accélérer et d’élargir notablement la compréhension de la méthode de travail de l’auteur et, partant, des secrets de son art.

  • 10 Prix attribué pour L’Édition diplomatique et génétique des manuscrits de l’Hérodias, de Flaubert.
  • 11 Prix attribué pour L’Ensemble de ses travaux sur les manuscrits de Gustave Flaubert.
  • 12 Voir par exemple Bonaccorso, « Attualità de L’Éducation sentimentale », Rassegna di cultura e vita (...)

3Giovanni Bonaccorso (Messine 1921-2002), professeur de littérature française à la Faculté de Lettres et Philosophie de l’Université de Messine, éminent critique dont les mérites scientifiques ont été reconnus entre autres par l’attribution, en 1992, du Prix Amic10 et, en 1999, du Prix du Rayonnement de la langue et de la littérature françaises (Médaille de vermeil)11 de l’Académie française, a ainsi laissé une trace indélébile dans le domaine de la génétique flaubertienne. L’extraordinaire entreprise scientifique que le Corpus représente est le couronnement d’une activité infatigable d’exégèse de la production littéraire de Gustave Flaubert à laquelle Bonaccorso a consacré toute sa vie et dont les débuts remontent aux années 60, comme en témoigne la riche bibliographie critique dont nous allons évoquer les contributions les plus importantes en suivant le fil des enquêtes philologiques et génétiques. L’évolution des études flaubertiennes de Bonaccorso se caractérise par son rapprochement progressif de ce cœur battant de l’œuvre de l’écrivain normand que sont les avant-textes. Il suit un itinéraire intellectuel et critique qui, à partir de premiers travaux concernant des questions importantes ayant trait au biographique, à la technique narrative ou à l’esthétique12, l’a amené à la rencontre « fatale » avec les manuscrits de travail, lui révélant ainsi la voie d’accès la plus sûre aux secrets intimes de la création flaubertienne.

  • 13 Voir à ce propos Bonaccorso, « La Spedizione dei Mille vissuta da due scrittori francesi », Archivi (...)
  • 14 Bonaccorso, « Sulla cronologia del viaggio in Oriente di Flaubert e Du Camp », Studi francesi, VII, (...)

4L’intérêt du chercheur s’est d’abord porté sur l’entourage de l’écrivain13 et sur l’événement capital, existentiel aussi bien qu’artistique, de sa jeunesse : le voyage en Orient que Flaubert entreprend en cette fin d’année 1849 avec son ami Maxime Du Camp. Un bref article, « Sulla cronologia del viaggio in Oriente di Flaubert e Du Camp », paru en 196314, montre déjà une méthode en germe, fondée sur la consultation de documents inédits et sur la recherche de traces susceptibles d’éclairer les faits et les circonstances dont les répercussions dans l’œuvre littéraire de l’écrivain normand sont incontestables, mais sans que le critique ne se place dans une perspective uniquement biographique. Ainsi, le passeport de Maxime Du Camp et Gustave Flaubert, conservé à la Bibliothèque de l’Institut parmi les manuscrits, notes et documents légués par Du Camp, vient définitivement établir, grâce à ses trente visas et annotations diverses, la chronologie de ce long voyage dont les échos ne cesseront de résonner dans toute la production romanesque de Flaubert. Dans ce simple document de voyage, on retrouve tout l’Orient de Flaubert, décliné dans et par ces noms de lieux merveilleux qui scandent les étapes d’un itinéraire qui se révèlera un véritable voyage initiatique pour les deux jeunes explorateurs : Alexandrie, Le Caire et la Nubie, Beyrouth, Jérusalem et Damas, Rhodes, Smyrne, Constantinople, Athènes, suivis par les dix-sept timbres du bref parcours en Italie, avant le retour en France, soumis à la vigilance extrême et presque maniaque du règne des Bourbons.

  • 15 Bonaccorso, « L’influence de l’Orient dans les Trois Contes » I-II, Les Amis de Flaubert, 50, 1977, (...)
  • 16 Bonaccorso, L’Oriente nella narrativa di Gustave Flaubert, I-II, EDAS, Messina, 1979-1981.

5Et c’est justement l’influence de l’Orient dans la production romanesque de Flaubert le premier grand thème que Bonaccorso passe au crible de sa recherche philologique et critique en partant en quête de toutes les traces, des plus évidentes mais aussi et surtout des moins prévisibles, que cette expérience a laissées dans les romans de Flaubert. Un premier état de cette investigation est proposé dans un article paru en 1977, « L’influence de l’Orient dans les Trois Contes »15, dont les acquis, approfondis et élargis par d’autres recherches, sont ensuite exposés dans les deux volumes de L’Oriente nella narrativa di Flaubert16, parus entre 1980 et 1981 et consacrés, le premier, à Madame Bovary et Salammbô, le second à L’Éducation, Trois Contes et Bouvard et Pécuchet.

6La démarche qui soutient constamment les recherches de Bonaccorso, en assurant le caractère non aléatoire de ses fines analyses, plonge ses racines dans la rigueur philologique qui préside à l’examen de documents authentiques, concernant aussi l’entourage flaubertien, et en particulier de documents autographes de l’écrivain, à la recherche des sources d’où jaillit la parole littéraire : notes de voyage, carnets de travail, correspondances, notes de lecture préparatoires en vue de la rédaction des grands romans et surtout manuscrits rédactionnels, en d’autres termes tous les satellites gravitant autour des grandes planètes de l’univers romanesque de Flaubert.

  • 17 Bonaccorso, L’influence de l’Orient dans les « Trois Contes », op. cit., p. 9.
  • 18 Alberto Cento, Il realismo documentario nell’«Éducation sentimentale», cit., cap. IV, Dalla “tesser (...)
  • 19 Bonaccorso, « Encore du nouveau sur Flaubert », dans “Mme Bovary, c’est pas moi!” e altri saggi fla (...)
  • 20 Voir par exemple L’Oriente nella narrativa di Gustave Flaubert, op. cit.,t. I, p. 25-31 et t. II, p (...)
  • 21 À propos de la danse de Salammbô et de celle de Salomé, Bonaccorso affirme : « Di evidente ispirazi (...)
  • 22 Voir à ce propos Ibid., t. I, p. 65.

7« La méthode qui nous paraît la plus convaincante est celle de la comparaison du texte avec sa source ; nous estimons que toute autre méthode risquerait d’aboutir à des résultats faibles, sinon contradictoires »17, affirme Bonaccorso en entamant sa recherche des modèles orientaux – personnes, lieux, épisodes – desquels Flaubert s’est inspiré pour créer les personnages, les paysages et les scènes de ses romans. Cette étude détaillée et très fine se fonde sur une comparaison minutieuse entre les énoncés fictionnels – paragraphes, phrases ou même simples syntagmes – et trois documents non fictionnels fondamentaux : les notes du Voyage en Orient de l’écrivain (y compris les notes du voyage en Algérie et Tunisie pendant la rédaction de Salammbô), celles du Voyage en Orient de Du Camp et la Correspondance de Flaubert. Souvent, aussi, la réflexion est soutenue par le recours aux manuscrits, en particulier dans le cas de Madame Bovary. Un pivot de l’esthétique flaubertienne, dont Alberto Cento avait annoncé l’importance à propos des sources historiques de L’Éducation sentimentale18, est ainsi révélé dans toute la force de son évidence : c’est le principe de la « mosaïque » – « composizione musiva » comme l’appelle souvent Bonaccorso en italien. Les ressemblances manifestes entre les différentes sources auxquelles puise l’imagination de l’écrivain et les passages de ses œuvres montrent par quelles voies il parvient à créer savamment dans ses romans l’illusion de la réalité en assemblant des détails provenant de modèles disparates, rendus de la sorte opaques et non reconnaissables. La réalité, commente Bonaccorso, n’est pour Flaubert qu’un tremplin susceptible de donner à l’imagination de l’artiste l’élan nécessaire à la création littéraire, qui sera, elle, entièrement originale car libre de toute soumission et subordination au réel : « l’image réelle lui permet de fouiller et creuser le vrai autant que possible ; d’autre part, “l’image intérieure est […] aussi vraie que la réalité objective des chosesˮ »19. Ainsi, par exemple, des traits des paysages orientaux admirés pendant le voyage sont utilisés dans certaines descriptions de paysages normands, aussi bien dans Madame Bovary que dans Un cœur simple, ce qui permet à l’auteur d’imprimer à ses célèbres descriptions des connotations de généralité et d’universalité20. Dans d’autres cas, des traits physiques, du caractère ou de l’attitude de plusieurs modèles, même de sexe différent, sont en revanche combinés dans la représentation de personnages féminins, comme il arrive dans le cas des deux danses décrites dans Salammbô et Hérodias21. Enfin, les souvenirs d’épisodes divers vécus en Orient, ou de choses disparates vues pendant le voyage, se mêlent et nourrissent souvent les scènes et les images romanesques, même les plus apparemment éloignées du monde oriental, comme dans le cas des rêveries d’Emma désirant s’enfuir avec Rodolphe22.

  • 23 Bonaccorso, « Sul testo di Madame Bovary », Rivista di Letterature Moderne e Comparate, XXXI, 2, gi (...)

8Dans les trois années qui séparent la publication des premiers résultats de ses recherches sur l’influence de l’Orient et celle des deux volumes qui y sont expressément consacrés et que nous venons de commenter, d’autres articles viennent s’ajouter aux tout premiers que Bonaccorso avait dédiés à l’œuvre de Flaubert. Ce sont des études qui confirment, en l’affinant, l’efficacité d’une méthode de recherche rigoureuse, toujours et presque intégralement fondée sur des critères philologiques, grâce au recours constant à l’enquête documentaire, au respect des sources de l’œuvre, et dans laquelle l’analyse des manuscrits de travail va occuper une place de plus en plus importante jusqu’à devenir une source nécessaire et irremplaçable d’informations, amenant le critique à affirmer : « Ogni discorso sulla tecnica narrativa del Flaubert non può prescindere dall’esame dei manoscritti, giacché consentono di seguire quasi interamente il cammino percorso dallo scrittore, per raggiungere l’espressione artistica »23.

  • 24 Ibid., p. 105-127 et p. 129-143.
  • 25 Bonaccorso, « Topographie et toponymie dans Madame Bovary », Les Amis de Flaubert, 55, 1979, p. 17- (...)
  • 26 Bonaccorso, « Gustave Flaubert, maestro di stile », “Mme Bovary, c’est pas moi!” e altri saggi flau (...)

9Ainsi, se fondant sur les précieux témoignages fournis par les avant-textes flaubertiens, Bonaccorso se penche, entre 1978 et 1980, sur le problème des altérations que le texte de Madame Bovary a subies pendant la prépublication dans la Revue de Paris (« Sul testo di Madame Bovary » et « Encore du nouveau sur Flaubert »24), sur la question du prétendu réalisme descriptif de Flaubert (« Topographie et toponymie dans Madame Bovary »25), sur le style de Flaubert (« Gustave Flaubert, maestro di stile »26).

  • 27 Du Camp, Lettres inédites à Gustave Flaubert. Introduzione e note di Bonaccorso e Di Stefano, Edas, (...)
  • 28 Voir : ibid. la note 4, p. I.
  • 29 Les deux auteurs n’hésitent pas à reconnaître que la publication de ces lettres permet de corriger (...)
  • 30 Ibid., p. III.

10L’année 1978 voit en outre la parution de l’important volume consacré aux lettres inédites de Maxime Du Camp à Flaubert, publié en collaboration avec Rosa Maria Di Stefano (Lettres inédites à Gustave Flaubert27). Il s’agit d’un vaste ensemble documentaire comprenant 142 lettres jusqu’alors presque inconnues des spécialistes de Flaubert28 et qui auront demandé quatre ans de travail pour être déchiffrées, dans nombre de cas datées, et transcrites. Leur publication permet de mieux cerner, et cette fois de manière définitive, la véritable personnalité de Du Camp29 et la réelle physionomie de son rapport avec l’écrivain normand. En outre, comme le signalent les deux éditeurs scientifiques dans leur savante « Introduction », un certain nombre de lettres contiennent des informations importantes concernant la genèse de Madame Bovary et de L’Éducation sentimentale30. Dans ces missives strictement privées Du Camp se montre sans le masque artificieux des Souvenirs littéraires : l’artiste est médiocre, l’homme est vaniteux et particulièrement enclin à l’altération de la vérité, aux mensonges, à la jalousie envers le succès des autres, aux médisances, à l’hypocrisie. De la sorte, un autre aspect de la vie et de l’activité littéraire de Gustave Flaubert est révélé de manière objective et authentique et il est maintenant à sa juste place.

11Les travaux de longue haleine occupent désormais de plus en plus Giovanni Bonaccorso car, comme nous l’avons déjà signalé, la rencontre avec les manuscrits flaubertiens lui a révélé un univers fascinant, destiné à devenir incontournable, marquant de la sorte un tournant décisif dans son activité d’exégète de l’œuvre romanesque du normand, pour laquelle il nourrit maintenant un respect quasiment religieux :

  • 31 Bonaccorso, « Problèmes de l’édition des manuscrits d’Un cœur simple », dans Corpus Flaubertianum I (...)

Il a suffi d’un coup d’œil aux brouillons de Madame Bovary, en 1976, pour nous convaincre que l’étude des mss. d’un écrivain tel que Flaubert était indispensable et irremplaçable. Et puisque nous sommes de l’avis que les mss. ne doivent point être considérés comme une réserve de chasse, mais que, bien au contraire, ils doivent être mis à la disposition de tout le monde, afin que tout le monde puisse les exploiter, leur publication s’est imposée à notre esprit31.

12Le projet de publier les manuscrits des Trois Contes, en commençant par ceux d’Un cœur simple voit ainsi le jour. C’est un projet extrêmement ambitieux, un défi enthousiaste dont l’énorme difficulté ne décourage nullement Bonaccorso ni ses collaborateurs. Il demandera presque 20 ans de travail pour être mené à bien, un travail acharné, doit-on ajouter, qui semble presque redoubler, dans l’effort qu’il fait d’en retracer toutes les étapes, celui auquel l’écrivain s’astreignait, assis à sa table, dans l’exil de Croisset.

  • 32 Les Actes de ce colloque ont été publiés dans Flaubert e il pensiero del suo secolo, Atti del Conve (...)
  • 33 Appréciation qui résiste aux assauts du temps puisque dix ans plus tard, dans le premier important (...)

13Accompagné d’un important colloque international32, le premier volet de cette gigantesque entreprise, le Corpus Flaubertianum I. Un cœur simple, s’impose aux yeux de la communauté scientifique internationale, frappée par l’ampleur, l’importance et la rigueur scientifique des résultats obtenus33. Les 370 feuillets de manuscrits ayant abouti à la trentaine de pages du premier des Trois Contes, sont déchiffrés, transcrits et ordonnés chronologiquement : les différentes étapes génétiques par lesquelles l’auteur est parvenu à établir le texte final du conte, ainsi que les chemins parcourus et puis abandonnés, sont maintenant tous sous les yeux des chercheurs, qui peuvent enfin contempler et étudier la genèse complète de l’œuvre et, surtout, analyser de manière concrète et objective la méthode de travail de Flaubert, d’un « travail » qui est de l’ordre de la création littéraire.

14Pour surmonter l’énorme difficulté de restituer dans une édition papier, par les moyens typographiques que l’on avait à disposition en ces années 80, la complexe et multiforme dynamique de la page flaubertienne, avec ses différents espaces (le corps de la page et la marge gauche), ses ratures et différentes couches d’ajouts interlinéaires ou marginaux, Bonaccorso a eu recours à un ensemble de signes diacritiques expressément créés :

  • 34 Debray-Genette, « Problèmes de l’édition critique des manuscrits : Flaubert », Revue d’Histoire Lit (...)

Le système employé par M. Bonaccorso s’est voulu le plus fidèle, mais aussi le plus lisible : mis à part les ratures entre crochets, les innombrables additions en interlignes transcrites en italiques ont reçu un système de fléchage qui permet d’indiquer non seulement leur place au-dessus ou au-dessous de la ligne, mais à quelle campagne de révision (jusqu’au nombre de quatre) elles appartiennent34.

  • 35 Voir note 8.
  • 36 Ibid., p. 282.
  • 37 Ibid., p. 284.

15Effectivement, après un bref moment nécessaire pour se familiariser avec cet ensemble de signes diacritiques, complexes mais néanmoins efficaces, la diachronie de l’écriture dans la page flaubertienne se présente clairement aux yeux du lecteur. Certes, nous sommes désormais gâtés, et depuis quelques années déjà, par les formidables éditions numériques en ligne35, par la précision presque absolue de leurs transcriptions diplomatiques et surtout par les possibilités qu’elles offrent de mettre chaque folio manuscrit en relation hypertextuelle immédiate avec les autres et avec toute autre sorte de documents ayant une relation avec la genèse d’une œuvre. Mais il ne faut pas oublier que, pendant longtemps, l’entreprise du Corpus est restée inégalée, du moins jusqu’à ce que, dans la première décennie des années 2000, le numérique ne mette ses énormes potentialités au service des éditions génétiques. D’ailleurs, le Tome II des manuscrits d’Hérodias, publié en 1995, jouit déjà des progrès de l’impression numérique et les passages raturés sont désormais reproduits par la police barrée qui en procure une vision immédiate. Mais, surtout, c’est la valeur scientifique de l’ensemble de l’enquête génétique qui est irréprochable : un pourcentage négligeable d’illisibles, un classement des folios rigoureux qui « met à jour la méthode de Flaubert »36 et, bien qu’il soit évident que l’on puisse difficilement envisager ce genre de publication pour les avant-textes des grands romans flaubertiens constitués de milliers de feuillets, l’entreprise est unique en son genre, digne d’un grand respect, comme le remarque justement Raymonde Debray-Genette : « entreprise gigantesque, pari tenu par M. Bonaccorso et ses collaboratrices »37.

  • 38 Corpus Flaubertianum I. Un cœur simple, op. cit., p. XIII-XLVIII.
  • 39 « Les ratures, mais aussi les variantes et ajouts des brouillons d’Un cœur simple constituent un sp (...)
  • 40 « Nous avons remarqué que Flaubert employait quatre type d’écriture interlinéaire : le premier type (...)
  • 41 « Du plan à la copie finale, la création flaubertienne passe à travers différents stades génétiques (...)
  • 42 Ibid., p. XX.
  • 43 Ibid., p. LI.

16Dans chaque volume, l’édition des manuscrits est en outre précédée d’études génétiques qui apportent des contributions remarquables à la génétique flaubertienne. Dans le volume consacré au premier des Trois Contes, l’introduction de Bonaccorso, minutieuse et exhaustive, illustre les « Problèmes de l’édition des manuscrits d’Un cœur simple »38. Le critique décrit scrupuleusement les démarches suivies pour déchiffrer jusqu’aux pages les plus raturées et considérées auparavant comme illisibles39, pour distinguer les diverses campagnes de révision des folios effectuées par l’écrivain et dont dérivent les différentes couches d’ajouts interlinéaire et marginaux40, pour identifier les stades génétiques qui caractérisent la composition flaubertienne, du plan à la copie finale41, et pour classer et ordonner chronologiquement tous les folios, toute cette prodigieuse matière verbale, souvent chaotique, qui nous permet « d’assister à l’étonnant spectacle de la création littéraire, depuis l’éclosion de l’idée jusqu’à son aboutissement, en passant par l’élaboration d’une matière souvent informe »42. C’est ainsi qu’une véritable méthode de déchiffrement et classement des manuscrits flaubertiens s’impose, qui peut être utilisée – et elle le sera, en effet – pour la transcription des avant-textes d’autres œuvres de Flaubert. Suivent quatre études génétiques. Chaque étude, fondée essentiellement sur les données inédites que recèlent les manuscrits, eux aussi jusque-là inédits, apporte des connaissances nouvelles et fondamentales sur la méthode de composition de Flaubert, sur ses gestes d’écriture habituels, sur son style, sur les particularités de son vocabulaire, en d’autres termes sur son art. « La genèse », par Giovanni Bonaccorso, montre à l’aide des traces manuscrites comment « les données brutes du réel – qui constituent assurément le point de départ – sont transformés en une “composition” absolument originale, que le génie de l’écrivain a su élever au niveau de l’universel »43. « La “pyramide” » par Maria Francesca Davì Trimarchi, illustre un aspect particulier de la méthode de composition flaubertienne

  • 44 Ibid., p. LIX.

où entre une technique de suppressions (plus ou moins partielles), ou bien de transferts (donc de récupération) de matériaux, ou bien encore de variantes dans l’emploi de ces derniers. Les suppressions et les transferts de matériaux répondent […] à des exigences qui régissent de l’intérieur l’écriture flaubertienne. Flaubert satisfait à ces exigences à travers le travail de la langue et du style, en même temps qu’il vise à l’équilibre entre les différentes parties du conte44.

17« Le “mot juste” » par Simonetta Micale, illustre la recherche flaubertienne du « mot juste » en relevant son extrême complexité, car

  • 45 Ibid., p. LXXV.

les critères stylistiques qui la dirigent sont multiples, les manifestations textuelles fort diversifiées, les évolution disparates ; […] obsession, angoisse de la perfection, comme on l’a dit, mais plus souvent méthode rigoureuse de composition, qui pose le doute comme principe et soumet le mot à une série d’épreuves (dont l’épreuve sonore et l’épreuve graphique), avant de le transformer en texte45.

  • 46 Ibid., p. LXXXVII.

18Enfin, « La langue », par Éliane Coutaz-Sframeli, inventorie « les archaïsmes, les lapsus et les impropriétés, les néologismes, les régionalismes, les mots familiers et populaires »46 présents dans l’avant-texte d’Un cœur simple.

19De manière analogue, les deux tomes consacrés à Hérodias et parus dix ans plus tard, respectivement en 1991 et 1995 – car l’édition de manuscrits n’est pas un travail que l’on peut hâter –, apportent non seulement la connaissance d’un nouvel avant-texte complet (498 folios), mais aussi la contribution d’autres études génétiques fondées sur ce nouveau territoire encore presque inexploré. Dans le premier tome, contenant la transcription des notes de lecture, des plans, de la copie finale et du manuscrit du copiste (pour un total de 238 folios), les travaux critiques occupent une centaine de pages, de ces grandes pages en format in-4° du Corpus, et se penchent sur différentes questions concernant la génétique flaubertienne. Les « Problèmes de l’édition des manuscrits d’Hérodias » sont, de nouveau, le premier sujet abordé par Bonaccorso car, tout en étant

  • 47 Corpus Flaubertianum II. Hérodias, t. I, op. cit., p. XIX-XX.

en gros les mêmes que ceux du premier [volume], […] par rapport à Un cœur simple, la méthode de composition diffère sensiblement, ce qui permet d’en obtenir un tableau plus complet, et partant plus sûr. […] Tandis que la matière d’Un cœur simple [était] familière à l’écrivain, […] la matière d’Hérodias appartenant à une toute autre époque, impose à Flaubert une démarche assez différente. En premier lieu il rédige une quantité de notes, historiques pour la plupart, prises à la suite de ses lectures de préparation47.

  • 48 Ibid., p. LIII-LXXV.
  • 49 Ibid., p. XCIII-CVI.

20À ces notes, à leur statut génétique, à leur fonction dans l’écriture fictionnelle et jusqu’à la reconstruction minutieuse des périodes occupées par l’écrivain à la lecture de chaque ouvrage, Bonaccorso consacre l’essai « Les Notes de lectures : classement et statut »48. À la question de la savante dispositio de chaque tesselle dans la « mosaïque » fictionnelle représentant les dernières vingt-quatre heures de la vie de Saint Jean-Baptiste est dédiée l’importante étude sur « La place juste »49, illustrant des pratiques d’écriture qui caractérisent fortement la méthode de composition de Flaubert et que la connaissance d’autres avant-textes flaubertiens, y compris ceux de Madame Bovary et Bouvard et Pécuchet viendra confirmer :

  • 50 Ibid., p. XCIII.

Avec la pyramide et le mot juste, la place juste représentait pour Flaubert un des principaux soucis de la composition romanesque. […] La place juste tient donc à la fois de la disposition générale des structures de l’histoire et de la conception secondaire. […] Il est en effet évident que la conception primaire ne saurait envisager tous les jalons, ni toutes les macrostructures de l’histoire, et qu’elle subit de profondes modifications dérivant de la conception secondaire […] des tesselles, ou microstructures, émigrent une ou plusieurs fois, jusqu’à ce qu’elles s’harmonisent avec les autres tesselles de la mosaïque. En outre, malgré les plans et les scénarios, plus ou moins soigneusement conçus, certaines idées n’arrivent à trouver leur place que lorsque le narrateur est en mesure de dominer l’ensemble, c’est-à-dire après avoir rédigé bien des scénarios et même des esquisses. L’exigence de trouver à chaque tesselle sa place juste se manifeste déjà à partir des plans et se poursuit avec les scénarios, les esquisses et jusqu’aux brouillons ; ce travail intéresse pour ainsi dire chaque phrase, sous l’impulsion de remaniements, refontes, retranchements et d’ajouts, entraînés par la conception secondaire50.

  • 51 Ibid., p. LXXVII-XCII.
  • 52 Ibid., p. CXII-CXXII.

21On n’omettra pas de mentionner les études que l’on doit aux collaborateurs de Giovanni Bonaccorso et qui nous donnent une idée plus précise de la variété des problèmes abordés dans ces essais de critique génétique. D’abord, les deux études de Rosa Maria Palermo Di Stefano, « La conception »51 et « La tentation du double »52. La première illustre les phases initiales de la genèse d’Hérodias

  • 53 Ibid., p. LXXVII.

depuis la première manifestation de l’idée, à travers la vaste recherche préparatoire condensée dans les Notes, jusqu’à la « dispositio » telle que la révèlent les plans, les scénarios, les esquisses, c’est-à-dire les manuscrits relatifs à la recherche des idées [car] dans ces phases s’esquissent déjà des orientations narratives précises, auxquelles, ensuite, l’écriture (« brouillons ») donnera une forme artistiquement accomplie 53.

22La seconde se penche sur la composante théâtrale présente dans le conte et dont les manuscrits portent des témoignages encore plus nombreux :

  • 54 Ibid., p. CXV.

depuis la disposition de ce « canevas » représenté par les plans, où les données fondamentales des « pièces » se condensent, jusqu’aux « notes de régie » qui jalonnent les scénarios et les esquisses la route qui mène à la textualisation est parsemée de suggestions de nature essentiellement théâtrale54.

  • 55 Ibid., p. CVII-CXIV.
  • 56 Ibid., p. CVII.

23« La vraisemblance historique »55 par Enzo Liberale, enfin, s’attache à illustrer la valeur du côté historique du conte en mettant en relief « les principales tesselles que Flaubert a puisées dans l’ouvrage de Charles Dezobry Rome au siècle d’Auguste »56.

  • 57 Bonaccorso, « Classement diachronique des manuscrits », dans Corpus Flaubertianum II. Hérodias, t.  (...)
  • 58 Ibid., p. XVII-XLIII.
  • 59 Ibid., p. XVIII.
  • 60 Ibid., p. XLV-LXV.
  • 61 Voir à ce propos aussi Pierre Bourdieu, « Le critique ou le point de vue de l’auteur », dans M. Zin (...)
  • 62 Corpus Flaubertianum II. Hérodias, t. II, op. cit., p. LXVII-LXXXIX.

24En 1995, dans le second tome consacré à Hérodias, sont publiées les transcriptions des brouillons des trois chapitres du conte, soit 260 folios. Les études génétiques sont cette fois toutes de la main de Bonaccorso et elles répondent toujours « à la stratégie générale du Corpus Flaubertianum, visant surtout à illustrer, de l’intérieur de l’œuvre, les principes qui régissent l’esthétique et l’art de Flaubert »57. Dans « Classement diachronique des manuscrits »58, le critique rend compte, d’un côté, des critères qu’il a suivis pour établir la chronologie des manuscrits et, de l’autre, il illustre en quoi la méthode de composition d’Hérodias diffère de celle d’Un cœur simple, « chose que seul le déchiffrement intégral met en lumière »59. « La “poétique insciente” »60 se penche sur cet aspect « énigmatique » de l’esthétique flaubertienne en examinant dans les brouillons l’élaboration génétique de certains passages dont le texte final semble bien être le résultat non pas d’un projet conscient mais d’un principe générateur « inscient », mis en marche par et dans l’écriture elle-même61. Dans « Le “tissu de style” »62 le critique aborde, toujours en se fondant sur les témoignages des manuscrits, un autre élément crucial de l’esthétique flaubertienne, en affirmant :

  • 63 Ibid., p. LXVII.

À notre avis, la métaphore flaubertienne tissu de style se rapporte à un moment de la création en amont du texte imprimé ; à ce qu’on ne voit pas et, sans doute, à ce qu’on ne soupçonne pas. Elle présuppose un labeur intense pour que l’écrivain atteigne, non pas un style quelconque, mais le style qui doit imprégner l’ouvrage63.

  • 64 Ibid., p. LXXIII.
  • 65 Ibid., p. LXXIV.
  • 66 Ibid., p. XCI-CVI.

25Le soin apporté à la textualisation des descriptions, la chasse aux assonances et aux répétions, l’attention réservée aux qualités rythmiques de la prose, l’infatigable épreuve des variantes et le travail, souvent confus, qui se fait dans la marge, où « l’écrivain ajoute un terme, essaye un nouveau syntagme, modifie une tournure, combine des images, fond des tesselles »64, tout contribue à cette recherche de perfection structurale et formelle : « Ce que Flaubert appelle le tissu de style est donc bien dans les détails, “mais dans tous les détails, et dans toutes leurs relations” »65, conclut Bonaccorso. « L’imagination »66, enfin, examine avec nombre d’exemples très éloquents le rôle et la fonction des notes de lecture en tant qu’élément déclenchant la mise en texte des descriptions qui, très nombreuses, structurent presque entièrement le récit.

  • 67 Corpus Flaubertianum III. La Légende de Saint Julien l’Hospitalier, op. cit., p. XIX-XXXVIII.
  • 68 Ibid., p. XXXIX-LVI.

26En 1998, paraît enfin le Corpus Flaubertianum III. La Légende de Saint Julien l’Hospitalier. Les manuscrits déchiffrés et transcrits se montent cette fois au nombre de 231, dont 4 folios de plan, 55 folios de notes et 172 folios de brouillons. Les études génétiques contenues dans ce dernier volume sont encore une fois entièrement de la main de Bonaccorso. L’indispensable « Classement chronologique des manuscrits »67 résume, en les complétant, les critères suivis pour parvenir au classement des manuscrits des Trois Contes : ils résultent d’un énorme savoir accumulé pendant vingt ans de travail quotidien et de contact assidu avec les avant-textes flaubertiens et ils tracent un chemin qui a sans aucun doute facilité aussi l’accès aux autres dossiers génétiques des œuvres de Flaubert. « L’originalité »68 s’attache à

  • 69 Ibid., p. XL.

démontrer que la Légende de Flaubert est originale au plus haut degré, soit au point de vue du merveilleux, chrétien ou profane, soit au point de vue de la reconstitution historique, soit à l’égard du fantastique, étonnamment vraisemblable, soit par l’amalgame du passé avec le présent69.

  • 70 Ibid., p. LVII-LXXIV.
  • 71 Flaubert, Correspondance, op. cit., t. II, p. 209 (Lettre du [16 décembre 1852]).
  • 72 Corpus Flaubertianum III. La Légende de Saint Julien l’Hospitalier, op. cit., p. LXXIII.

27L’étude qui clôt ce dernier volume du Corpus, « Peignons, peignons, sans faire de théorie »70 se propose enfin de réfléchir sur le principe esthétique que le jeune écrivain exprime dans une lettre à Louise Colet, en 1852 : « Peignons, peignons, sans faire de théorie, sans nous inquiéter de la composition des couleurs, ni de la dimension de nos toiles, ni de la durée de nos œuvres » 71. À partir des indications méta-textuelles concernant la pose et le tableau que l’on trouve dans les brouillons de la Légende, le critique suit l’élaboration génétique de nombreuses descriptions et démontre que « les poses et les tableaux s’inspirent souvent de modèles réels, plus ou moins modifiés par la suite, et par conséquent originaux […] Flaubert ne s’inspire que rarement d’un seul mais d’une pluralité de modèles, en partie construits, c’est-à-dire imaginés »72.

  • 73 « Note liminaire », ibid., p. XVII.

28Une fois ce troisième volet de son entreprise terminé, après vingt-deux ans de travail presque entièrement consacré aux manuscrits des Trois Contes, Giovanni Bonaccorso dresse un bilan de ce « qui semblait une entreprise folle et impossible [et qui] a été menée à terme au prix de longs efforts »73 :

  • 74 Ibid.

Il est maintenant possible de constater, rien que d’un coup d’œil aux trois volumes du Corpus Flaubertianum, l’écrasant labeur auquel se soumettait Flaubert, soufflant et maugréant, à raison faut-il dire puisqu’il est mort à la tâche. On savait bien que l’écrivain était particulièrement exigeant en matière de style ; mais on ne soupçonnait guère jusqu’à quel point il l’était. Ces trois volumes forment, malgré de fâcheuses lacunes, un ensemble de près de deux mille pages d’avant-textes et de Texte, écrites du 2 octobre 1875 au 15 février 1877. Voilà ce qu’il y a derrière le petit volume des Trois Contes, publié par Charpentier en avril 1877. Sans parler de l’homme, tenaillé alors et jusqu’à sa mort par de continuelles angoisses matérielles sur son avenir : singulière récompense de la destinée à son sens du Devoir, la figure de l’écrivain se détache maintenant comme celle d’un géant, au sens propre comme au figuré, de la création littéraire. Dédaignant la gloire et encore plus le gain, Flaubert visait uniquement au Beau, et a consacré sa vie au culte de l’Art immortel. Notre premier but était celui-là.
Les Études génétiques qui précèdent chaque volume, et qui répondent à une stratégie de recherches approfondies sur les principes fondamentaux de l’esthétique du narrateur, portent au grand jour son art, comme il n’avait pas encore été possible ; elles rendent justice à Flaubert, qui refusait d’appartenir à toute école et encore moins au Réalisme, qu’il exécrait, se proclamant tout simplement écrivain74.

29Vingt-deux ans consacrés donc à un seul mais gigantesque projet, le projet d’une vie…

30Outre les études génétiques parues dans le Corpus, ces longues années passées à déchiffrer des milliers de pages noircies d’écriture voient naturellement aussi la publication de nombreux articles et essais qui tantôt préparent ou annoncent les sujets qui seront traités dans le Corpus, tantôt traitent des autres œuvres de Flaubert. Néanmoins, tous sont désormais empreints de cette méthode de recherche fondée sur l’examen des manuscrits : elle est aux yeux de Bonaccorso la seule possible car la seule qui permette au critique de ne pas tomber dans les pièges de l’aléatoire.

  • 75 Op. cit.
  • 76 Ibid., p. 15-104.
  • 77 Ibid., p. 171-184 (publié aussi dans : Les Amis de Flaubert, 59, 1981, p. 35-42 (consultable en lig (...)
  • 78 Ibid., p. 174.
  • 79 Ibid.
  • 80 Ibid., p. 185-203 (publié précédemment dans : Micromégas, IX, 3, sett.-dic. 1982, p. 129-146).
  • 81 Ibid., p. 205-227 (publié précédemment dans : Rivista di letterature moderne e comparate, XXXVI, 2, (...)
  • 82 Ibid., p. 259-278 (publié précédemment dans: Studi di di letteratura francese, XIII, 1987, p. 123-1 (...)
  • 83 Ibid., p. 229-245 (publié précédemment dans Flaubert e il pensiero del suo secolo, op. cit., p. 355 (...)
  • 84 Dans Flaubert, l’autre. Pour Jean Bruneau / textes réunis par F. Lecercle et S. Messina, Presses Un (...)

31Un certain nombre de ces études, en particulier celles écrites entre 1981 et 1988, ont été rassemblées dans un recueil qui porte le titre de « Mme Bovary, c’est pas moi ! » e altri saggi flaubertiani75. Le premier long essai qui donne aussi le titre au volume contribue à faire tomber une fois pour toutes le faux mythe de l’inspiration autobiographique du personnage d’Emma, curieuse mais dangereuse idée reçue qui s’était attachée au premier roman flaubertien76. Outre Madame Bovary, auquel sont dédiés deux autres articles que nous avons déjà mentionnés (« Sul testo di Madame Bovary » et « Encore du nouveau sur Gustave Flaubert »), Un cœur simple et La Légende de Saint Julien l’Hospitalier sont les deux objets d’étude privilégiés. Dans « La Bretagne dans Un cœur simple »77, Bonaccorso s’applique à montrer, en ayant recours aux manuscrits du conte, que « l’affirmation antiréaliste de Flaubert correspond à la pure et simple vérité »78 et que « dans Un cœur simple, Flaubert s’est non seulement inspiré de son excursion en Bretagne avec Du Camp, mais que dans la composition du conte, l’élément breton est plus important que l’élément oriental »79 que le critique lui-même, doit-on rappeler, a analysé dans ses deux volumes dédiés è l’influence de l’Orient dans l’œuvre de Flaubert. « La descrizione narrativa in Un cœur simple »80 aborde la question de la genèse des séquences descriptives, « “Elle chancela et fut obligée de s’asseoir” »81 se penche sur l’épineux problème de la distinction et dénomination des différents stades diachroniques de la composition flaubertienne, « Tra sogno e realtà : il fantastico nella Légende de saint Julien l’Hospitalier »82 illustre comment, par le biais de l’ambiguïté thématique entre rêve et réalité, l’écrivain parvient à traiter la matière fantastique avec une grande originalité. Un autre pilier de l’esthétique flaubertienne, le rapport entre Science et Art et la fonction des recherches documentaires dans l’écriture romanesque de Flaubert est éclairé et observé en s’appuyant sur l’avant-texte d’Un cœur simple, en particulier sur les épisodes du catéchisme et de la pneumonie, dans « La simbiosi tra scienza e arte nella scrittura flaubertiana »83. La question du traitement des notes revient sous la loupe de la recherche génétique de Bonaccorso dans un article de 1989 également, pendant la préparation du tome I d’Hérodias : « Science et fiction. Le traitement des notes d’Hérodias »84.

  • 85 Messana, 2, 1990, p. 111-123.
  • 86 Igitur, 2, 1991, p. 49-60.
  • 87 Dans Il Simbolismo francese. La poetica, le strutture tematiche, i fondamenti storici, Sugar, Milan (...)
  • 88 Messana, 14, 1993, p. 119-133.
  • 89 Dans Voix de l’écrivain : mélanges offerts à Guy Sagnes / textes recueillis par Jean-Louis Cabanès, (...)
  • 90 Studi di letteratura francese, XXII, 1997, p. 119-135.
  • 91 Dans Le Letture. La Lettura di Flaubert. Convegno internazionale di Studi, Gargnano, Palazzo Feltri (...)

32D’autres articles, publiés entre 1990 et 2000, abordent les questions les plus diverses mais observées toujours et rigoureusement sous le jour éclairant des informations recelées dans les manuscrits ; nous nous bornons à en mentionner les titres, qui laissent facilement imaginer les sujets traités, et nous laissons au lecteur la liberté de satisfaire sa curiosité en les lisant : « Flaubert et le sacré »85, « Verso il vero Flaubert »86, « Magia della parola »87, « La composition flaubertienne face au présent et face au passé »88, « Synonymes : et l’instrument ronfle »89, « Pourquoi les manuscrits ? »90, « Flaubert lettore della Légende dorée »91.

  • 92 Flaubert, Correspondance. t. I, Du Collège à l’Orient (1830-1851), t. II, La quête du beau : de l’é (...)

33Enfin il ne faut pas oublier de souligner la tâche à laquelle Bonaccorso se consacre pendant les dernières années de sa vie : la publication d’une nouvelle édition de la Correspondance92 flaubertienne. Mais l’éminent critique dont l’existence entière a été vouée à l’étude d’un écrivain devenu pour lui un véritable modèle de vie n’a pas eu le temps de compléter cet ouvrage qui se voulait un nouveau tribut au grand artiste normand. Seuls les deux premiers volumes ont été publiés en 2001, quelques semaines à peine avant la mort du critique. Même incomplet toutefois, ou peut-être puisque incomplet, et en raison de la cause même de cet inachèvement, cet ouvrage nous semble bien être l’emblème d’une vie entièrement consacrée, et jusqu’à ses derniers jours, à l’étude d’un auteur presque idolâtré, dans un élan d’admiration et d’adhésion totales et totalisantes.

Haut de page

Notes

1 « L’attention proprement génétique pour les manuscrits de Flaubert date du dernier tiers du XXe siècle. […] Après les travaux pionniers de M.-J. Durry sur les carnets de Flaubert, d’A. Cento sur les dossiers de L’Éducation sentimentale et de Bouvard et Pécuchet, de C. Gothot-Mersch sur La Genèse de Madame Bovary, il faut attendre la fin des années 1970 pour voir émerger la critique génétique, dans la lignée théorique du structuralisme et de la production du texte, avec la création par L. Hay du Centre d’Analyse des Manuscrits Modernes (CAM), laboratoire du CNRS (1974) devenu ensuite l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM), et la fondation d’une équipe Flaubert par R. Debray-Genette (1978) : ce sont les conditions théoriques et méthodologiques qui ont permis le développement d’une analyse génétique des dossiers de Flaubert », Anne Herschberg Pierrot, « Où en est la génétique flaubertienne ? », Romantisme, 139, 2008/1, p. 9 (Disponible en ligne sur http://www.cairn.info/revue-romantisme-2008-1.htm et aussi sur http://www.item.ens.fr/index.php?id=577588).

2 Nous citons à titre d’exemples : Jean Bellemin-Noël, Le texte et l’avant-texte, Larousse, Paris, 1972 et « Reproduire le manuscrit, présenter les brouillons, établir un avant-texte, Littérature, 28, décembre 1977, p. 3-18 ; Essais de critique génétique, Flammarion, Paris, 1979 ; Flaubert à l’œuvre, Flammarion, Paris, 1980 ; Raymonde Debray-Genette, « Génétique et théories littéraires », dans Avant-texte, texte, après-texte, par Louis Hay et Péter Nagy, Éditions du CNRS, Paris, 1982, p. 167-170 et « Un cœur simple ou comment faire une fin. Étude de manuscrits », Revue des Lettres Modernes, 703-706, 1984, p. 105-133.

3 http://www.item.ens.fr/

4 Almuth Grésillon, Éléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes, Presses Universitaire de France, Paris, 1994, p. 1.

5 Gustave Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, Gallimard, Paris, « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, t. II, p. 71.

6 Flaubert, Bouvard et Pécuchet, édition critique par Alberto Cento, précédée des scénarios inédits, Istituto Universitario Orientale-Librairie Nizet, Napoli-Paris, 1964 ; Alberto Cento, Il realismo documentario nell’« Éducation sentimentale », Liguori Editore, Napoli, 1967.

7 Éliane Coutaz-Sframeli (vol. I), Maria Francesca Davì Trimarchi (vol. I), Enzo Liberale (vol. II), Simonetta Micale (vol. I), Claudia Napoli (vol. II), Rosa Maria Palermo Di Stefano (vol. I et II).

8 Voir Les manuscrits de Bouvard et Pécuchet, édition électronique du manuscrit intégral de Bouvard et Pécuchet, premier volume, sous la dir. d’Yvan Leclerc, http://flaubert.univ-rouen.fr/bouvard_et_pecuchet/index.php, 2013 et Les dossiers documentaires de Bouvard et Pécuchet. Transcription intégrale des documents conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen, accompagnée d’un outil de production de « seconds volumes » possibles, sous la dir. de Stéphanie Dord-Crouslé, http://www.dossiers-flaubert.fr/, 2012.

9 Giovanni Bonaccorso et collaborateurs, Corpus Flaubertianum I. Un Cœur simple, édition diplomatique et génétique des manuscrits, Les Belles Lettres, Paris, 1983 ; Corpus Flaubertianum II. Hérodias, édition diplomatique et génétique des manuscrits, t. I, Nizet, Paris, 1991 ; Bonaccorso, Corpus Flaubertianum II. Hérodias, édition diplomatique et génétique des manuscrits, t. II, Sicania, Messina, 1995 ; Bonaccorso, Corpus Flaubertianum III. La Légende de Saint Julien l’Hospitalier, édition diplomatique et génétique des manuscrits, Didier Érudition, Paris, 1998.

10 Prix attribué pour L’Édition diplomatique et génétique des manuscrits de l’Hérodias, de Flaubert.

11 Prix attribué pour L’Ensemble de ses travaux sur les manuscrits de Gustave Flaubert.

12 Voir par exemple Bonaccorso, « Attualità de L’Éducation sentimentale », Rassegna di cultura e vita scolastica, XXIV, 9, 30 settembre 1970 (publié aussi dans Bonaccorso, Racine et Flaubert, Peloritana Editrice, Messina, 1970, p. 115-123) et « Un colmo della narrativa francese », dans Racine et Flaubert, op. cit., p. 99-113.

13 Voir à ce propos Bonaccorso, « La Spedizione dei Mille vissuta da due scrittori francesi », Archivio storico messinese, vol. XI-XII, 1959-61, III serie, Società Messinese di Storia Patria, Messina, 1961 ; Bonaccorso, « I Souvenirs littéraires di Maxime Du Camp », Bibliotechina della Rassegna di cultura e vita scolastica, Quaderno 43, Roma, 1963, 51 p. (publiés aussi dans Bonaccorso, Racine et Flaubert, op. cit., p. 177-183 et 135-175); Maxime Du Camp, Voyage en Orient (1849-1851). Notes, a cura di Bonaccorso, Peloritana Editrice, Messina, 1972.

14 Bonaccorso, « Sulla cronologia del viaggio in Oriente di Flaubert e Du Camp », Studi francesi, VII, 21, settembre-dicembre 1963 (publié aussi dans Racine et Flaubert, op. cit., p. 125-134).

15 Bonaccorso, « L’influence de l’Orient dans les Trois Contes » I-II, Les Amis de Flaubert, 50, 1977, p. 9-21 et 51, 1977, p. 29-40 (consultables en ligne : http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/article-bulletins/050_009/ et http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/article-bulletins/051_029/).

16 Bonaccorso, L’Oriente nella narrativa di Gustave Flaubert, I-II, EDAS, Messina, 1979-1981.

17 Bonaccorso, L’influence de l’Orient dans les « Trois Contes », op. cit., p. 9.

18 Alberto Cento, Il realismo documentario nell’«Éducation sentimentale», cit., cap. IV, Dalla “tessera” al “mosaico”, p. 99-105.

19 Bonaccorso, « Encore du nouveau sur Flaubert », dans “Mme Bovary, c’est pas moi!” e altri saggi flaubertiani, Liguori Editore, Napoli, 1988, note 11 p. 134. Ce même travail a été d’abord publié dans la revue French Stanford Review, II, 3, Winter 1978.

20 Voir par exemple L’Oriente nella narrativa di Gustave Flaubert, op. cit.,t. I, p. 25-31 et t. II, p. 47-252.

21 À propos de la danse de Salammbô et de celle de Salomé, Bonaccorso affirme : « Di evidente ispirazione orientale, naturalmente, la danza di Salammbô; essa rievoca in parte quella di Kuchuk-Hânem e in parte quella di Hassan-el-Bilbesi […] La “composizione” flaubertiana riappare di continuo; la danza di Salammbô rievoca due danze di persone e sesso diversi, viste in luoghi diversi, Esneh e il Cairo. Non è improbabile che vi possa essere un terzo modello, quello di Azizeh; costei ha pure ballato “l’abeille” davanti ai due viaggiatori, ad Assuan, tanto all’andata quanto al ritorno dalle cateratte. Ritroveremo questi tre modelli nella descrizione della danza di Salomé, in Hérodias », Bonaccorso, L’Oriente nella narrativa di Gustave Flaubert, op. cit., t. II, p. 89-90.

22 Voir à ce propos Ibid., t. I, p. 65.

23 Bonaccorso, « Sul testo di Madame Bovary », Rivista di Letterature Moderne e Comparate, XXXI, 2, giugno 1978, publié ensuite dans “Mme Bovary, c’est pas moi!” e altri saggi flaubertiani, op. cit., p. 105-127.

24 Ibid., p. 105-127 et p. 129-143.

25 Bonaccorso, « Topographie et toponymie dans Madame Bovary », Les Amis de Flaubert, 55, 1979, p. 17-29 (consultable en ligne : http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/article-bulletins/055_017/).

26 Bonaccorso, « Gustave Flaubert, maestro di stile », “Mme Bovary, c’est pas moi!” e altri saggi flaubertiani, op. cit., p. 145-154.

27 Du Camp, Lettres inédites à Gustave Flaubert. Introduzione e note di Bonaccorso e Di Stefano, Edas, Messina, 1978.

28 Voir : ibid. la note 4, p. I.

29 Les deux auteurs n’hésitent pas à reconnaître que la publication de ces lettres permet de corriger le portrait de Du Camp que Bonaccorso lui-même avait précédemment dressé dans son essai sur les Souvenirs littéraires (cité à la note 13) : voir : ibid., p. III et V de l’Introduction.

30 Ibid., p. III.

31 Bonaccorso, « Problèmes de l’édition des manuscrits d’Un cœur simple », dans Corpus Flaubertianum I. Un cœur simple, op. cit., p. XIII.

32 Les Actes de ce colloque ont été publiés dans Flaubert e il pensiero del suo secolo, Atti del Convegno Internazionale (Messina 17-19 febbraio 1984), Messina-Facoltà di Lettere e Filosofia, Messina, 1985.

33 Appréciation qui résiste aux assauts du temps puisque dix ans plus tard, dans le premier important volume de synthèse qui fait le point sur le développement de la critique génétique, on décrit « l’admirable édition génétique d’Un cœur simple, procurée par Bonaccorso et son équipe italienne » et les autres volumes qui ont suivi, dans les termes suivants : « Les éditions de Bonaccorso, inégalées jusqu’à présent dans le domaine français et atteignant en même temps un seuil crucial, pèchent, si l’on peut dire, par cette perfection même », Grésillon, Éléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes, op. cit., p. 193 et 198. Jean-Louis Lebrave, qui a été parmi les premiers à travailler à des projets d’hypertextes génétiques, affirme de son côté : « G. Bonaccorso est un éminent spécialiste de Flaubert, qui fait autorité pour sa connaissance des dossiers génétiques et pour la qualité du travail d’érudition philologique auquel il a soumis ces manuscrits », « L’Hypertexte et l’avant-texte », dans I sentieri della creazione. Tracce Traiettorie Modelli/Les sentiers de la création. Traces Trajectoires Modèles, a cura di Maria Teresa Giaveri e Almuth Grésillon, Edizioni Diabasis, Reggio Emilia, 1994, p. 175.

34 Debray-Genette, « Problèmes de l’édition critique des manuscrits : Flaubert », Revue d’Histoire Littéraire de la France, LXXXV, 2, mars-avril 1985, p. 281.

35 Voir note 8.

36 Ibid., p. 282.

37 Ibid., p. 284.

38 Corpus Flaubertianum I. Un cœur simple, op. cit., p. XIII-XLVIII.

39 « Les ratures, mais aussi les variantes et ajouts des brouillons d’Un cœur simple constituent un spectacle effrayant, et certains d’entre eux ont été définis comme “totalement indéchiffrables”. […] Les premiers résultats, peu encourageants, nous amenaient bientôt à déchiffrer les mss. à rebours, c’est-à-dire à remonter au moins lisibles en partant des plus lisibles. Nous avons pu ainsi nous familiariser beaucoup plus rapidement avec l’écriture de Flaubert. […] le mérite revient à Flaubert, ou pour mieux dire à son travail méthodique. En effet, après avoir déchiffré les premières pages, on a constaté qu’une nouvelle rédaction reproduit la précédente jusqu’aux ratures, et parfois jusqu’aux lapsus. Quand des ratures plus larges et plus épaisses empêchaient le déchiffrement, on procédait à la comparaison des différentes rédactions du passage ou du terme en question, pour résoudre la difficulté. Il a été ainsi possible de reconstituer des termes et des syntagmes, et aussi des phrases entières, rien qu’à l’aide de jambages, de têtes ou de queues dépassant la rature. La comparaison des différentes rédactions a également permis d’éviter de nombreuses fautes de lecture, et de déchiffrer les mots abrégés, même ceux qui sont représentés par la seule lettre initiale. C’est là l’œuf de Colomb, grâce auquel on a réussi à déchiffrer presque intégralement les fameux brouillons flaubertiens », ibid., p. XIII-XIV.

40 « Nous avons remarqué que Flaubert employait quatre type d’écriture interlinéaire : le premier type est assez proche de la scription linéaire, le second a les caractères plus gras et mal formés, le troisième les a au contraire plus menus, tandis que ceux du quatrième type sont plus gras que ceux de second et souvent déformés ; en interlignes inférieur, le premier type d’écriture disparaît. Évidemment cela devait permettre à l’écrivain de se reconnaître dans ses différentes campagnes, et dans le chaos que finissaient par devenir ses rédactions les plus travaillées. Ces quatre type d’écriture se répétant presque régulièrement, nous avons alors formulé l’hypothèse que Flaubert pouvait avoir créé un système d’écritures, dont chacune d’elles correspondrait à une campagne de révision », ibid., p. XVI.

41 « Du plan à la copie finale, la création flaubertienne passe à travers différents stades génétiques ; nous en avons relevé huit : plan, notes, scénarios, résumé, esquisse, brouillons, mise au net et copie finale ; en outre, il faut ajouter le manuscrit du copiste, car l’auteur y apporte des corrections. Le résumé ne concerne que l’architecture de la narration et sa division en chapitres ; il se distingue nettement du plan, qui concentre les thèmes et les idées à développer. L’esquisse se distingue du brouillon par son caractère de trait d’union entre celui-ci et le scénario », ibid., p. XVII.

42 Ibid., p. XX.

43 Ibid., p. LI.

44 Ibid., p. LIX.

45 Ibid., p. LXXV.

46 Ibid., p. LXXXVII.

47 Corpus Flaubertianum II. Hérodias, t. I, op. cit., p. XIX-XX.

48 Ibid., p. LIII-LXXV.

49 Ibid., p. XCIII-CVI.

50 Ibid., p. XCIII.

51 Ibid., p. LXXVII-XCII.

52 Ibid., p. CXII-CXXII.

53 Ibid., p. LXXVII.

54 Ibid., p. CXV.

55 Ibid., p. CVII-CXIV.

56 Ibid., p. CVII.

57 Bonaccorso, « Classement diachronique des manuscrits », dans Corpus Flaubertianum II. Hérodias, t. II, op. cit., p. XVII.

58 Ibid., p. XVII-XLIII.

59 Ibid., p. XVIII.

60 Ibid., p. XLV-LXV.

61 Voir à ce propos aussi Pierre Bourdieu, « Le critique ou le point de vue de l’auteur », dans M. Zink (éd.), L’œuvre et son ombre. Que peut la littérature secondaire ? Colloque organisé à la Fondation Hugot du Collège de France, Paris, Novembre 2000, Éditions de Fallois, Paris, 2002, p. 129-134.

62 Corpus Flaubertianum II. Hérodias, t. II, op. cit., p. LXVII-LXXXIX.

63 Ibid., p. LXVII.

64 Ibid., p. LXXIII.

65 Ibid., p. LXXIV.

66 Ibid., p. XCI-CVI.

67 Corpus Flaubertianum III. La Légende de Saint Julien l’Hospitalier, op. cit., p. XIX-XXXVIII.

68 Ibid., p. XXXIX-LVI.

69 Ibid., p. XL.

70 Ibid., p. LVII-LXXIV.

71 Flaubert, Correspondance, op. cit., t. II, p. 209 (Lettre du [16 décembre 1852]).

72 Corpus Flaubertianum III. La Légende de Saint Julien l’Hospitalier, op. cit., p. LXXIII.

73 « Note liminaire », ibid., p. XVII.

74 Ibid.

75 Op. cit.

76 Ibid., p. 15-104.

77 Ibid., p. 171-184 (publié aussi dans : Les Amis de Flaubert, 59, 1981, p. 35-42 (consultable en ligne : http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/article-bulletins/059_035/).

78 Ibid., p. 174.

79 Ibid.

80 Ibid., p. 185-203 (publié précédemment dans : Micromégas, IX, 3, sett.-dic. 1982, p. 129-146).

81 Ibid., p. 205-227 (publié précédemment dans : Rivista di letterature moderne e comparate, XXXVI, 2, 1983, p. 133-156).

82 Ibid., p. 259-278 (publié précédemment dans: Studi di di letteratura francese, XIII, 1987, p. 123-142).

83 Ibid., p. 229-245 (publié précédemment dans Flaubert e il pensiero del suo secolo, op. cit., p. 355-373).

84 Dans Flaubert, l’autre. Pour Jean Bruneau / textes réunis par F. Lecercle et S. Messina, Presses Universitaires de Lyon, 1989, p. 85-94.

85 Messana, 2, 1990, p. 111-123.

86 Igitur, 2, 1991, p. 49-60.

87 Dans Il Simbolismo francese. La poetica, le strutture tematiche, i fondamenti storici, Sugar, Milano, 1992, p. 359-377.

88 Messana, 14, 1993, p. 119-133.

89 Dans Voix de l’écrivain : mélanges offerts à Guy Sagnes / textes recueillis par Jean-Louis Cabanès, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 1996, p. 117-127.

90 Studi di letteratura francese, XXII, 1997, p. 119-135.

91 Dans Le Letture. La Lettura di Flaubert. Convegno internazionale di Studi, Gargnano, Palazzo Feltrinelle, 7-10 aprile 1999 / a cura di Liana Nissim, CISALPINO, Istituto Editoriale Universitario, Milano, 2000, p. 15-29.

92 Flaubert, Correspondance. t. I, Du Collège à l’Orient (1830-1851), t. II, La quête du beau : de l’école des maîtres à l’originalité (1852-1861), Librairie Nizet, Saint-Genouph, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stella Mangiapane, « Une enquête au cœur de l’œuvre flaubertienne : les études critiques et génétiques de Giovanni Bonaccorso », Flaubert [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2482

Haut de page