Navigation – Plan du site

Présentation

Rebekka Schnell et Sylvie Giraud

Texte intégral

1Le dossier de ce numéro de la revue « Flaubert. Revue critique et génétique » rassemble les contributions du colloque qui s’est tenu du 30 septembre au 4 octobre 2014, à Ischia, dans le cadre d’un programme de recherche franco-allemand : « Flaubert et les pouvoirs de l’image » (FLIM), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et la Deutsche Forschunsgemeinschaft (DFG), réunissant l’Institut des textes et Manuscrits modernes de Paris et la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich.

2Rappelons que l’objectif de ce programme bilatéral consiste à explorer les relations de Flaubert l’écrivain à l’image dans toutes ses dimensions, qu’elle soit visuelle, mentale ou verbale. Toute l’étendue de la production flaubertienne est concernée – des premiers écrits au texte définitif – par la question des pouvoirs que peuvent exercer les images sur une création, qui travaille avec et contre les images et engendre à son tour des images.

3Le thème du colloque « Flaubert – Le mot, l’image, le rêve » permettait aux participants d’explorer la relation de l’image au texte, et/ou du texte à l’image. Le domaine d’exploration délimité par ces trois lignes de force, que sont le mot, l’image et le rêve, ouvre une investigation tant du côté de la production du texte, de sa genèse, que du côté de sa réception – du rêve de Flaubert sur les mots et les images à celui de son lecteur.

4Les propos de Flaubert à l’égard la photographie et de l’illustration sont bien connus : « Je déteste les photographies à proportion que j’aime les originaux. Jamais je ne trouve cela vrai. » (à L. Colet, 14 août 1853) ; « Jamais, moi, vivant, on ne m’illustrera, parce que la plus belle description littéraire est dévorée par le plus piètre dessin. » (à E. Duplan, 12 juin 1862). Dans cette perspective, contrairement aux clichés photographiques ou aux illustrations, qui figent et limitent la représentation, seul l’imaginaire offre un monde virtuel capable de « faire vrai » (à H. Taine, 14 juin 1867). Dans son article, Françoise Gaillard explore ainsi les raisons pour lesquelles Flaubert s’oppose à la photographie, grandement à la mode chez les bourgeois dès les années 1850 – Charles Bovary dans Madame Bovary, ne désire-t-il pas offrir à sa femme « son portrait en habit noir » ? L’écrivain refuse toute comparaison entre l’enregistrement mécanique du réel par l’appareil photographique et le récit littéraire. Le premier réduit la représentation du monde à sa pure existence matérielle, au contraire du second qui recrée la réalité par son aspiration au sens et à l’idéal.

5Ces objectifs esthétiques et philosophiques, Flaubert les a poursuivis dans l’ensemble de son œuvre fictionnelle. Sa démarche s’apparente souvent à un long parcours qui construit une représentation à la suite d’un important travail de transformations, de réorganisations, de fragmentations.

6Trois contributions étudient la confrontation du roman flaubertien avec un modèle imagé. Dominique Jullien s’intéresse à Salammbô qui, reçu à son époque comme un roman relevant plus du monde de la poésie, de l’opéra ou de la peinture, trouve sa juste mesure et sa vraie problématique dans le principe du tableau vivant. Il y a l’idée que, dans le tableau vivant, toutes les formes de représentation se rencontrent spontanément. Or, ce n’est pas vrai. Pour qu’elles convergent, il faut un principe d’articulation, plus exactement une forme génératrice de l’écriture. Judith Frömmer, quant à elle, montre que l’un des points que cherche à atteindre Flaubert dans L’Éducation sentimentale à travers l’histoire de Frédéric, c’est celle du XIXe siècle, une période de renouveau artistique, littéraire et scientifique comme le fut la Renaissance. Le concept de la renaissance, entendu comme une matrice, y est en même temps démontée : les renaissances « racontées » par le roman flaubertien ne sont que des reproductions tout à fait littérales et matérielles, dénuées de tout espoir d’éternité. Ainsi, la peinture italienne de la Renaissance fournit-elle un modèle pour la représentation de la femme, notamment l’apparition de Mme Arnoux sous la forme d’une « Vierge de Raphaël ». À l’encontre de l’iconographie de l’Annonciation et de la naissance virginale, la représentation flaubertienne renvoie à une reproduction purement biologique et mortifère. Pour Judith Kasper, c’est la copie qui, dans Bouvard et Pécuchet, constitue autant le point de départ de l’aventure des deux greffiers pour l’ensemble des connaissances humaines que le point final de leur constant échec ; mais en aucun cas elle n’apparaît réductible à une simple reproduction, au contraire elle en élargit le registre depuis la copie unique jusqu’à la copie multiple.

7Flaubert développe un système de représentation qui réussit à produire des images énigmatiques, que ce soit à partir d’un événement historique de la Révolution de 1848 dans L’Éducation sentimentale, ou d’un élément de l’iconographie médiévale dans La Légende de saint Julien l’Hospitalier. Anne Herschberg Pierrot montre dans une étude de genèse de l’épisode du cavalier en habit noir dans L’Éducation sentimentale, que Flaubert transforme une scène historique, liée à l’abdication de Louis-Philippe, en une image elliptique, qui loin d’entraver l’imagination du lecteur, la stimule au contraire. De son côté, Sylvie Giraud signale que s’il est possible dans La Légende de saint Julien l’Hospitalier d’insister sur ces trois repères bien identifiés – le mot, l’image, le rêve –, c’est qu’ils font comprendre le fort pouvoir de l’image sur la création artistique de Flaubert, et l’interaction même du texte et de l’image, tandis qu’au cours de son processus de fabrication, le conte passe d’un genre à un autre, rendant indéchiffrable le modèle initial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rebekka Schnell et Sylvie Giraud, « Présentation », Flaubert [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 20 juin 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2519

Haut de page

Auteurs

Rebekka Schnell

Institut für Romanische Philologie, Ludwig-Maximilians-Universität München

Sylvie Giraud

ITEM/CNRS

Articles du même auteur

Haut de page