Navigation – Plan du site

Le cavalier en habit noir : genèse d’une image

Anne Herschberg Pierrot

Résumé

L’article étudie la genèse de l’épisode très bref du « vieillard en habit noir sur un cheval blanc », qui occupe un paragraphe de L’Éducation sentimentale, au chapitre 1 de la troisième partie. Il confronte le travail de réécriture de Flaubert avec le récit des historiens de 1848 pour montrer comment le texte fait image d’une scène énigmatique, et inscrit indirectement une lecture de l’histoire.

Haut de page

Texte intégral

« Voici mon abdication, il faut la porter au maréchal Gérard. » (Page 224)Afficher l’image
Crédits : Bibliothèque nationale de France
  • 1 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, édition de Pierre-Marc de Biasi, Paris, Librairie génér (...)

Les tambours battaient la charge. Des cris aigus, des hourras de triomphe s’élevaient. Un remous continuel faisait osciller la multitude. Frédéric, pris entre des masses profondes, ne bougeait pas, fasciné d’ailleurs et s’amusant extrêmement. Les blessés qui tombaient, les morts étendus n’avaient pas l’air de vrais blessés, de vrais morts. Il lui semblait assister à un spectacle.
Au milieu de la houle, par-dessus des têtes, on aperçut un vieillard en habit noir sur un cheval blanc, à selle de velours. D’une main, il tenait un rameau vert, de l’autre un papier, et les secouait avec obstination. Enfin, désespérant de se faire entendre, il se retira.
(Flaubert, L’Éducation sentimentale, III, 1)1

1La scène prend place au chapitre 1 de la Troisième partie de L’Éducation sentimentale. On est à la mi-journée du 24 février 1848, lors de l’attaque par les insurgés du poste du Château-d’eau, place du Palais-Royal, défendu par le 14e régiment d’infanterie et par quelques gardes nationaux. Quelques lignes plus haut, Flaubert précise la position de Frédéric qui observe la scène à l’entrée de la place :

  • 2 Ibid., p. 425.

Frédéric s’arrêta forcément à l’entrée de la place. Des groupes en armes l’emplissaient. Des compagnies de la ligne occupaient les rues Saint-Thomas et Fromanteau. Une barricade énorme bouchait la rue de Valois.2

  • 3 Sur la genèse de ce passage, voir les commentaires d’Alberto Cento, dans Il Realismo documentario n (...)

2Comme Fabrice à la bataille de Waterloo, Frédéric ne comprend pas ce qui se passe. Il s’en amuse même : « Il lui semblait assister à un spectacle ». Son point de vue est nommé à distance par le narrateur, sans surplomber le récit d’une interprétation historique rétrospective. On assiste à ce que voit un témoin de la scène, comme Flaubert et Du Camp, qui y étaient. Ils ont pris des notes, les ont probablement échangées.3 Du Camp publie en 1876 ses Souvenirs de 1848. Il y indique avec précision le point d’observation des combats :

  • 4 Maxime Du Camp, Souvenirs de 1848, Paris, Hachette, 1876, rééd. Paris-Genève, Slatkine, coll. « Res (...)

Gustave Flaubert et moi-même nous nous installâmes contre un pâté de maisons qui séparait la rue du Rempart de la rue de Richelieu, tout près de l’ancienne Civette, à côté de la boutique d’un pharmacien. De là nous pouvions voir la rue Saint-Nicaise, la rue de Rohan, la place et le poste du Château d’eau. L’endroit était bien choisi mais peu sûr. Un homme frappé d’une balle s’affaissa à nos pieds4.

  • 5 Daniel Stern, Histoire de la Révolution de 1848 (1850-1853), Paris, Librairie internationale, A. La (...)

3Le poste du château d’eau constituait un lieu stratégique de défense du Palais-Royal et des voies d’accès au Carrousel des Tuileries. C’est ce qu’explique Daniel Stern : « Ce poste était un point stratégique très important parce qu’il couvrait à la fois le Palais-Royal et les rues de Chartres, de Saint-Thomas du Louvre, du Musée, qui toutes débouchaient sur le Carrousel »5. Maxime Du Camp décrit l’emplacement du poste du château d’eau, incendié en 1848, situé dans un Paris devenu « méconnaissable » pour ses lecteurs de 1876 :

  • 6 Maxime Du Camp, op. cit., p. 85.

La place du Palais-Royal était alors séparée de la place du Carrousel par un réseau fort enchevêtré de rues, ou plutôt de ruelles, qui en rendait les abords aussi faciles à défendre que difficiles à attaquer. En face même du palais s’élevait un grand corps de garde, dont tout le premier étage était occupé par une large fontaine en rocailles et à chute que l’on appelait le Château d’Eau du Palais-Royal ; les fenêtres du corps de garde étaient garnies de grilles en fer très solides. Ce bâtiment, assez bien construit, était isolé, du côté du Louvre, par la rue Froidmanteau ; du côté des Tuileries par la rue Saint-Thomas-du Louvre, où se trouvaient les écuries du roi. La rue Saint-Thomas-du Louvre se réunissait sur la place du Palais-Royal, à angle aigu avec la rue de Chartres, qui elle-même était coupée en zigzag par la rue de l’Echaudé. Vers les Tuileries, la rue de Valois, la rue de Rohan, la rue Saint-Nicaise, débouchaient sur la place ou à la jonction de celle-ci avec la rue Saint-Honoré6.

4Ajoutant que « le poste du Château-d’eau était occupé par un détachement du 14e de ligne qui, réfugié dans cette impasse, portant la responsabilité du massacre [du boulevard des Capucines] refusait de se rendre à merci comme les assaillants l’exigeaient », il prend parti pour les soldats :

  • 7 Ibid., p. 87.

Je le dirai sans réserve, ceux qui m’intéressaient dans ce combat inégal, c’étaient les soldats. C’étaient ces humbles serviteurs de la discipline et du devoir, qui allaient mourir pour un souverain dont ils ne se souciaient guère, pour des institutions qu’ils ne connaissaient pas, mais qui aimaient mieux mourir que de forfaire à ce qui est leur honneur7.

5Et il conte ainsi l’apparition du cavalier en habit noir :

  • 8 Ibid., p. 87.

Tout à coup nous vîmes apparaître dans la rue de Rohan un homme, un vieillard, vêtu d’un habit noir et monté sur un cheval blanc ; d’une main il agitait un papier et de l’autre une branche d’arbre ; c’était le maréchal Gérard, qui faisait un effort pour pénétrer sur la place ; un trompette le précédait qui ne s’empressa pas de sonner au parlementaire ; deux personnes conduisaient le cheval par la bride en criant « Laissez passer ! Laissez passer ! » Le cortège pacifique n’alla pas loin ; il ne dépassa point la dernière maison de la rue Saint-Honoré, avant le palais, et il s’en détourna comme il était venu. C’était la dernière espérance qui s’éloignait ; les pauvres soldats du 14e étaient inutilement sacrifiés8.

6L’édition de 1881 des Souvenirs de 1848 précise ce que contient le papier :

Maxime du Camp, épreuves des Souvenirs de 1848

Maxime du Camp, épreuves des Souvenirs de 1848

Édition de 1881, Paris, Bibliothèque de l’Institut

Crédit photographique : droits réservés

7Maxime Du Camp restitue des informations indispensables pour comprendre les enjeux de la mission du maréchal Gérard. Appelé aux Tuileries en dernier recours pour sauver la monarchie, celui-ci est en effet mandaté pour annoncer l’abdication de Louis-Philippe et faire cesser les combats du Château d’eau. Le maréchal vient de la rue de Rohan, qui mène du Carrousel vers la place du Palais-Royal, comme l’a décrit précédemment Maxime Du Camp, et il reprend le même chemin, sans avoir pu se faire entendre des assiégés ni des insurgés.

  • 9 Une grande partie de ces notes sont réunies aujourd’hui dans les dossiers de Bouvard et Pécuchet à (...)

8Pour écrire L’Éducation sentimentale, quinze ans plus tard, Flaubert se sert de ses souvenirs de 1848, mais il travaille aussi une importante documentation historique sur laquelle il prend des notes.9

Récits historiques et notes de Flaubert

9Il lit en particulier l’Histoire de la Révolution de 1848 de Daniel Stern (1850-1853), et celle de Garnier-Pagès (1860-1872), ainsi que les Journées illustrées de 1848, qui racontent l’attaque du château d’eau et la mission d’ambassadeur du maréchal Gérard. Une note sur un papier de petit format signale le retour du « parlementaire », comme si toute son action se condensait dans ce mouvement de retraite :

le M Gérard s’en va par la rue
de Rohan −
(BM Rouen, ms g 2264, f° 157)

10Parmi les notes de lecture de Flaubert sur février 1848, seules celles sur Garnier-Pagès mentionnent l’épisode :

Le Ml Gérard sur la place du Château d’eau. − ne peut se faire
entendre. L’abdication du roi tombe aux mains de Lagrange.
(BM Rouen, ms g 2264, f° 189 v°)

  • 10 « Et le maréchal, poussé sur les escaliers, mis à cheval dans la cour du château, sort par la grand (...)

11Flaubert fait ici allusion à un fait diversement narré par les historiens. Le maréchal Gérard, étant parti précipitamment des Tuileries10, un émissaire de Louis-Philippe est censé lui remettre l’acte d’abdication. Mais, selon les récits de Daniel Stern et de Garnier-Pagès, le papier échappe à son destinataire, et il est remis à l’un des chefs du parti républicain, Charles Lagrange.

12Voici ce qu’écrit Daniel Stern du maréchal Gérard :

  • 11 Ibid., p. 97-98.

Il s’avançait lentement, avec toutes sortes de difficultés, à travers la foule, quand M. Princeteau, porteur de l’acte d’abdication, parvint à le rejoindre. Le maréchal allongeait le bras pour prendre le papier que ce dernier lui tendait ; mais quelqu’un de plus leste l’avait déjà saisi. C’était un officier de la garde nationale qui refusa de le rendre, M. Aubert-Roche. Craignant, sans doute, que l’abdication du roi n’arrêtât une seconde fois la révolution, il enleva des mains du vieux militaire le papier précieux et le passa aussitôt à Charles Lagrange qui se trouvait là11.

13Daniel Stern ajoute que le pauvre maréchal, au retour de son équipée infructueuse, trouve les grilles des Tuileries fermées et ne peut même pas rendre compte du « triste succès de son ambassade ».

14Garnier-Pagès raconte de façon détaillée le passage de main en main de l’acte d’abdication, avec une légère différence concernant la lecture du papier :

  • 12 Garnier-Pagès, Histoire de la Révolution de 1848, Paris, Bibliothèque libérale, Degorce-Cadot. t. I (...)

M. Princeteau partit en effet à toute vitesse ; la masse compacte du peuple le força à s’arrêter. Parvenu, après des efforts inouïs, à deux pas environ du maréchal, il se dressa sur ses étriers et lui tendit sa dépêche. Une main la saisit au passage. C’était celle d’un officier de la garde nationale, M. Aubert Roche. Il lut le papier, et, voyant la signature : « C’est l’abdication de Louis-Philippe », dit-il d’une voix haute. Voulant ensuite qu’un acte de cette importance restât entre les mains du peuple, il refusa de le donner au maréchal, et le transmit à M. Lagrange. Des mains de M. Lagrange il passa dans celles du général Lamoricière, qui en donna lecture, et le rendit à M. Lagrange, en le priant de le communiquer au peuple. M. Lagrange s’en empara et le conserva12.

15Les Journées illustrées de 1848, en revanche, ne font pas mention du papier dérobé :

  • 13 Journées illustrées de la Révolution de 1848, Paris, Bureau de l’Illustration, 1848, p. 10.

Le maréchal Gérard, que le roi avait fait appeler, monte aussi à cheval. Suivi du général Deschamps, il se rend au milieu des barricades une branche de buis à la main en signe de paix ; il montre la lettre d’abdication. Mais le peuple ne veut pas plus du petit-fils que du grand-père13.

  • 14 Philippe Dufour commente ce passage dans Le Roman est un songe, Paris, Seuil, 2009, p. 116-119. Il (...)

16Flaubert n’évoque pas non plus dans son texte la subtilisation de l’acte d’abdication. Mais il a vu la scène, il a lu les compte rendus historiques : il en évide les détails et l’explication pour ne laisser dans le texte qu’une image dérisoire, qui condense l’échec de l’ambassade et évide l’événement de toute portée historique14.

17Le dossier de genèse de l’épisode permet de suivre au plus près les transformations du récit flaubertien.

Le dossier de genèse

18En plus des deux notes précédemment citées, le dossier de genèse se compose à ce jour de trois scénarios de la scène (dont le troisième est une esquisse mi-rédigée), de deux brouillons, du manuscrit autographe et de la copie du copiste.

19Regardons d’abord les trois scénarios :

Bourgeois en habit noir à cheval, brandissant un mouchoir / un rameau vert et un papier : Ml Gérard

BnF, NAF 17606, f° 161v°

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

Un bourgeois en habit noir & en chapeau rond paraît sur un cheval blanc, agitant un rameau vert & son mouchoir de poche : Ml Gérard.
Il disparaît.

BnF, NAF 17606, f° 170v°

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

Parut Il distingua un bourgeois en chapeau rond & en habit noir monté sur un cheval blanc à riche selle – agitant un rameau vert & son mouchoir de poche. Ne peut pas réussir à se faire comprendre. Ml Gérard disparaît.

BnF, NAF 17606, f° 165v°

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

20Le maréchal Gérard est d’abord bien identifié dans les trois scénarios. Son mouvement, d’abord plus vigoureux (« brandissant »), perd toute direction (« agitant »). Mais l’épisode d’emblée forme une séquence close, présentée comme une apparition / disparition (« Paraît » / « Il disparaît »), ensuite ouverte par le regard (« Il distingua » / « disparaît »). Dans le premier scénario, Flaubert hésite entre deux possibilités : le maréchal peut agiter un mouchoir ou bien un rameau vert et un papier. Puis il n’est question que d’un rameau vert, et d’un mouchoir de poche. Les scénarios présentent d’emblée la scène comme une énigme et un échec de la communication.

21Qu’en est-il de la rédaction des brouillons et du manuscrit ? Voici les différentes versions l’épisode :

22Brouillons :

Alors apparut / Au milieu de la bagarre il distingua / un bourgeois en chapeau rond & habit noir sur un cheval blanc à selle de velours rouge. Il agitait un rameau vert et un qque chose / papier blanc – sans pouvoir réussir à se faire écouter. – enfin disparut.

BnF, NAF 17606, f° 168v°

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

Au milieu de la houle qui poussait par-dessus les têtes, nues & les shakos il on aperçut un bourgeois vieillard en habit noir monté – sur un cheval blanc à selle rouge blanc à selle de velours. Il tenait d’une main un rameau vert, & de l’autre un papier blanc & les secouait avec obstination. Enfin désespérant de se faire entendre il se retira.

BnF, NAF 17607, f° 9

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

23Manuscrit autographe :

Au milieu de la houle, parmi / par-dessus les têtes on aperçut un vieillard en habit noir sur un cheval blanc, à selle de velours. D’une main, il tenait un rameau vert, de l’autre un papier et les secouait avec obstination. Enfin désespérant de se faire entendre, il se retira.
(BHVP, ms Rés 98, f° 334)

24Manuscrit du copiste :

Au milieu de la houle, par-dessus les têtes on aperçut un vieillard en habit noir sur un cheval blanc, à selle de velours. D’une main, il tenait un rameau vert, de l’autre un papier, et les secouait avec obstination. Enfin, désespérant de se faire entendre, il se retira.
(BHVP, ms Rés 99, f° 437)

Point de vue, désignation et description du cavalier

25Le premier brouillon fait retour sur la présentation des scénarios : « Alors apparut un bourgeois en chapeau rond […] – enfin disparut ». Puis Flaubert estompe la symétrie et attribue de nouveau le point de vue à Frédéric (« Il distingua »), pour ensuite le fondre dans une perception collective. « On aperçut » associe virtuellement le narrateur et le lecteur aux témoins de la scène.

26La grande transformation des brouillons, aperçue par les différents commentateurs de la scène, est la disparition de l’identification du maréchal Gérard, à la différence des scénarios précédents et du récit de Du Camp. Le cavalier, désormais, est sans nom et sans titre, et son rôle reste indéterminé. L’on ne reconnaît pas son grade ni sa fonction en raison de son habit. Il est vêtu en bourgeois (« un bourgeois en chapeau rond & habit noir »), appellation qui désigne ici moins la classe sociale que le statut civil par opposition à la fonction militaire. De plus, il y a quelque chose de surprenant dans l’association de la tenue civile du cavalier et de l’ornement de sa monture (« un cheval blanc à selle de velours rouge »), ce que soulignent les historiens, qui expliquent ce que Flaubert efface.

  • 15 « Sans donner au maréchal, qui était en habit de ville, le temps de revêtir un habit militaire, le (...)

27Le maréchal Gérard, héros vieilli de la légende napoléonienne, est appelé en catastrophe aux Tuileries comme le dernier espoir de sauver la monarchie. Il part sur le champ, sans avoir le temps de se changer, sur le cheval que vient d’utiliser le roi Louis-Philippe pour passer en revue les troupes15 : d’où l’association incongrue de l’habit noir et du cheval de parade, qui renvoie, par une métonymie devenue inerte, au pouvoir royal en déliquescence. La signification se perd d’autant plus, qu’au fil des brouillons, la couleur rouge de la selle disparaît.

  • 16 Ibid., p. 226-227. L’historien s’étonne qu’on ait missionné le vieux maréchal après l’échec des méd (...)

28Le maréchal, alors âgé de soixante-cinq ans, n’a cependant plus la superbe du guerrier napoléonien. Ce que traduit l’expression de la version définitive de L’Éducation sentimentale : « un vieillard en habit noir ». L’âge du cavalier, ajouté à sa tenue civile, renforcent l’incongruité de son apparition, mais expliquent en grande partie l’échec de sa médiation, que commente Garnier-Pagès : « Mais l’âge trahit les forces du noble maréchal : sa voix expire dans le fracas ; il se retire et va rendre compte au duc de Nemours de son dévouement inutile. »16

Le papier, le rameau vert, et le symbolisme des couleurs

29Dans les brouillons, et jusque dans la version définitive, le mouchoir des scénarios devient « un papier » non identifié, que le cavalier secoue en parallèle du rameau vert : le texte insiste sur le geste d’impuissance, le mouvement itéré dérisoire, sans adresse, sans intention manifestée (qu’impliquaient en revanche le terme « brandir » du premier scénario, et encore un peu le verbe « agiter »). On ne peut identifier ce qu’agite l’homme en noir. La feuille peut être l’acte d’abdication du roi, mais sa désignation indéterminée a pour arrière-plan le récit des historiens évoquant la subtilisation du papier royal : en tous points, l’entremise du maréchal est un acte manqué.

  • 17 L’Éducation sentimentale, éd. citée, p. 502.
  • 18 Voir à ce sujet l’introduction de Pierre-Marc de Biasi à l’édition citée de L’Éducation sentimental (...)

30D’autre part, dans le premier brouillon, le rédacteur hésite entre « quelque chose blanc » et « un papier blanc ». L’expression indéfinie désigne un objet indistinct à la vue des témoins, mais elle ne peut manquer de renvoyer au réseau de correspondances dans le roman et à la perception de l’innommable à la fin de ce chapitre 1 de la Troisième partie : à la scène de meurtre du prisonnier par le père Roque : « Il y eut un énorme hurlement, puis, rien. Quelque chose de blanc était resté au bord du baquet »17. Le roman porte sa prémonition et sa mémoire18.

  • 19 Pierre-Marc de Biasi rappelle à ce propos l’expression « saigné à blanc ». D’autre part, les « blan (...)

31Dans les brouillons, l’image est en trois couleurs : le blanc, couleur royale, couleur de la reddition19, mais aussi de la mort, le rouge, couleur de l’apparat mais aussi du sang, le rameau vert, symbole de paix et d’espoir. Dans la version définitive, l’image est quasiment en noir et blanc : noir de l’habit, blanc du cheval royal, vert du rameau. Le détail de la selle de velours, privée de sa couleur, insiste sur la vision tactile, haptique, d’une matière précieuse, dont la richesse contraste avec la tenue bourgeoise du cavalier. Des fonctions symboliques (des symboles du pouvoir militaire, du pouvoir royal et de la gloire) ne subsiste que le « rameau vert » dont la valeur et la force performative sont anéanties par la faiblesse du porteur.

32Vision énigmatique, ayant perdu toute efficace symbolique, l’image du cavalier est donnée comme une pantomime fantasmagorique et burlesque, qui se détache sur fond de métaphore (« Au milieu de la houle », paronyme et métaphore de la foule, remplace « au milieu de la bagarre »). Les brouillons et la version définitive atténuent la symétrie première du mouvement d’apparition, puis de disparition. Mais les phrases en parataxe contribuent à mettre en valeur les détails, l’habit, le cheval la selle, et les mains du cavalier. Le paragraphe, de rythme en partie ternaire (trois phrases, dont la première et la troisième sont ternaires, ponctuées par des virgules, ajoutées sur le manuscrit du copiste), s’achève sur l’expression de sens privatif : « se retira ».

33Le récit présente un non-événement, que les historiens décrivent comme un enchaînement de tentatives échouées. C’est la fin de la royauté (les insurgés refusent l’abdication du roi qui maintient la royauté) et c’est la fin de l’« héroïque vainqueur de Ligny », comme le nomme Garnier-Pagès, devenu un vieil homme sans voix. La scène, d’ailleurs, n’est pas représentée dans les histoires de 1848 de Daniel Stern, ou de Garnier-Pagès ni même dans les Journées illustrées de la Révolution de 1848, qui n’illustrent que les chefs en activité (portrait en pied du maréchal Bugeaud, ou du général Lamoricière à cheval), les acteurs et les temps forts de la Révolution qui constituent des événements historiques : pour février, l’abdication du roi, les scènes de combat dans Paris, les barricades, la prise du Château d’eau, la prise des Tuileries…

34Le récit flaubertien s’écrit en contrepoint de l’épopée.

35En un paragraphe, Flaubert condense une scène qu’il a vue, et dont il a lu le récit des historiens, mais dont il évide le sens immédiat. L’étude des brouillons permet de lire le travail de l’écriture, qui atténue l’expression directe du symbolique, tisse des correspondances entre les moments du texte, et crée une mémoire du récit. Le roman flaubertien – tout particulièrement L’Éducation sentimentale – montre le point de vue des témoins qui vivent l’histoire contemporaine sans en comprendre la portée, et il inscrit en même temps, dans la densité de la prose, les rapports de pouvoir et les symboles en jeu. Si Frédéric est un flâneur dans la ville, la prose du roman, dans son détail et dans son système, porte une lecture historique forte des événements de 1848. « Toute la petite monnaie est dans les interstices », écrit Roland Barthes à propos de Flaubert. Il appartient au lecteur de rêver sur les images que crée cette prose elliptique, et d’en construire l’interprétation.

Haut de page

Notes

1 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, édition de Pierre-Marc de Biasi, Paris, Librairie générale française, « Le livre de poche classique », Paris, 2002, p. 426-427.

2 Ibid., p. 425.

3 Sur la genèse de ce passage, voir les commentaires d’Alberto Cento, dans Il Realismo documentario nell’ « Éducation sentimentale », Naples, Liguori, 1967, p. 185-187, et le site de Tony Williams, « History in the making », qui présente le dossier de genèse commenté du chapitre 1 de la Troisième partie du roman : www.hull.ac.uk/hitm/ Voir aussi pour mémoire les éditions de L’Éducation sentimentale par Alan Raitt (Imprimerie nationale, 1979), Peter Michael Wetherill (Garnier, 1984), Claudine Gothot-Mersch (GF, Flammarion, 1985). Les brouillons et les scénarios de L’Éducation sentimentale sont numérisés sur le site Gallica de la BnF.

4 Maxime Du Camp, Souvenirs de 1848, Paris, Hachette, 1876, rééd. Paris-Genève, Slatkine, coll. « Ressources », 1979, p. 85-86.

5 Daniel Stern, Histoire de la Révolution de 1848 (1850-1853), Paris, Librairie internationale, A. Lacroix,Verboecken et Cie éd., 1869, p. 94.

6 Maxime Du Camp, op. cit., p. 85.

7 Ibid., p. 87.

8 Ibid., p. 87.

9 Une grande partie de ces notes sont réunies aujourd’hui dans les dossiers de Bouvard et Pécuchet à la Bibliothèque municipale de Rouen. Elles sont consultables en ligne sur le site http://www.dossiers-flaubert.fr/

10 « Et le maréchal, poussé sur les escaliers, mis à cheval dans la cour du château, sort par la grande porte des Tuileries, s’élance vers la place du Palais-Royal, pour y annoncer l’abdication et faire cesser le combat », Daniel Stern, op. cit., p. 93.

11 Ibid., p. 97-98.

12 Garnier-Pagès, Histoire de la Révolution de 1848, Paris, Bibliothèque libérale, Degorce-Cadot. t. I, 1868.

13 Journées illustrées de la Révolution de 1848, Paris, Bureau de l’Illustration, 1848, p. 10.

14 Philippe Dufour commente ce passage dans Le Roman est un songe, Paris, Seuil, 2009, p. 116-119. Il confronte le texte de Flaubert avec le récit des historiens et voit dans les détails de cette scène un exemple de l’ « excès de réel », de « l’écriture du dépolitiqué ».

15 « Sans donner au maréchal, qui était en habit de ville, le temps de revêtir un habit militaire, le duc de Nemours le fit monter à cheval. Hasard ou flatterie, un valet amena le cheval du roi. On mit dans la main du maréchal un rameau vert, symbole de paix ; et il se dirigea vers la place du Palais-Royal, suivi de plusieurs personnes qui s’empressaient autour de lui […]. » Garnier-Pagès, op. cit., p. 223-224.

16 Ibid., p. 226-227. L’historien s’étonne qu’on ait missionné le vieux maréchal après l’échec des médiations précédentes : « Vieux et cassé, usé par la maladie et le chagrin, sans voix et sans chaleur, il allait ainsi vers les barricades tenter l’entreprise où venaient d’échouer l’éloquence d’un grand orateur et la bravoure spirituelle d’un jeune général ! », ibid., p. 224.

17 L’Éducation sentimentale, éd. citée, p. 502.

18 Voir à ce sujet l’introduction de Pierre-Marc de Biasi à l’édition citée de L’Éducation sentimentale et sa contribution au volume Le Flaubert réel, édité par Barbara Vinken et Peter Fröhlicher, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 2009.

19 Pierre-Marc de Biasi rappelle à ce propos l’expression « saigné à blanc ». D’autre part, les « blancheurs de baïonnettes » sont associées à la fusillade boulevard des Capucines (« au milieu de cette ombre, par endroits, brillaient des blancheurs de baïonnettes », L’Éducation sentimentale, éd. citée, p. 421).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Maxime du Camp, épreuves des Souvenirs de 1848
Légende Édition de 1881, Paris, Bibliothèque de l’Institut
Crédits Crédit photographique : droits réservés
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2543/img-1.png
Fichier image/png, 3,1M
Légende BnF, NAF 17606, f° 161v°
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2543/img-2.png
Fichier image/png, 192k
Légende BnF, NAF 17606, f° 170v°
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2543/img-3.png
Fichier image/png, 297k
Légende BnF, NAF 17606, f° 165v°
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2543/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende BnF, NAF 17606, f° 168v°
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2543/img-5.png
Fichier image/png, 638k
Légende BnF, NAF 17607, f° 9
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2543/img-6.png
Fichier image/png, 601k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Herschberg Pierrot, « Le cavalier en habit noir : genèse d’une image », Flaubert [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 20 juin 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2543

Haut de page

Auteur

Anne Herschberg Pierrot

Université Paris VIII

Haut de page