Navigation – Plan du site

La Légende saint Julien l’Hospitalier. La chasse au cerf, de l’image au texte

Sylvie Giraud

Résumé

Étudier l’interaction qu’il peut y avoir chez Flaubert entre le mot, l’image et le rêve représente un vaste champ d’investigation à facettes multiples, dont celle du processus de création n’est pas des moindres. Plus précisément encore, il s’agit ici de considérer l’iconographie dans la matérialité d’une source d’information, pour en déterminer le rôle exact au sein de la genèse d’un paragraphe de La Légende saint Julien l’Hospitalier ; une genèse entendue dans le sens très large des premières approches du sujet jusqu’aux phases terminales de textualisation. La confrontation entre la documentation illustrée et l’avant-texte du conte autorise quelques hypothèses quant au degré d’influence de l’image sur le mot, un pouvoir variable entre concordance, altération et affranchissement.

Haut de page

Texte intégral

La Vénerie, Jacques du FouillouxAfficher l’image
Crédits : Bibliothèque nationale de France

1Les diverses études entreprises sur l’ensemble du corpus Flaubert, et plus spécifiquement sur les sources d’inspiration de l’écrivain, n’ont pas encore vraiment exploré en détail l’aspect iconographique de la documentation liée à chaque œuvre, faute sans doute d’avoir pu accéder au nombre impressionnant d’ouvrages lus et annotés. Grâce aux ressources numériques mises à la disposition de chacun, il est désormais plus facile de consulter les livres utilisés par Flaubert ; on peut les lire, les comparer avec ses notes, les feuilleter, s’arrêter parfois devant une illustration avec la nette impression qu’une relation solide existe entre elle et le texte d’un conte ou d’un roman. Mais il ne suffit pas, devant une image, d’éprouver comme un effet d’évidence intuitive, encore faut-il parvenir à déterminer quel type de contenu ou quelle fonction iconiques ont pu marquer l’écriture, au point de provoquer ce phénomène de similitude.

  • 1 Pierre-Marc de Biasi : « Ce tableau de chasse à courre fut inspiré à Flaubert par une gravure ancie (...)

2C’est un paragraphe de La Légende de saint Julien l’Hospitalier, reconnu pour son iconicité1, qui supporte ici l’investigation génétique sur la manière dont une image peut informer un texte.

  • 2 Notes, plans, scénarios, brouillons, manuscrit final et manuscrit du copiste de La Légende de saint (...)
  • 3 L’ensemble de la terminologie (avant-texte, remise en ordre artificielle, processus d’écriture, mou (...)

3Si des images ont eu la capacité d’avoir provoqué un énoncé chez Flaubert, ou de l’avoir nourri, à quelque étape de la création que ce soit, c’est au cœur-même de l’avant-texte qu’elles auront laissé des traces, des marques plus ou moins faciles à distinguer d’ailleurs. Le dossier génétique présenté ici repose sur une sélection, au sein de l’épais manuscrit de Trois contes conservé à la Bibliothèque nationale de France2, de tous les folios concernés par l’épisode, un tri par prélèvement en profondeur en quelque sorte qui n’a ignoré aucune des étapes d’écriture, notes de lecture, notes documentaires, plans, scénarios, brouillons, mises au net et manuscrit final. Puis une reconstitution de l’ordre virtuel de rédaction a été réalisée, afin de suivre au plus près l’évolution des différents moments de la narration attachés à la séquence. Il va sans dire que la série obtenue ne reproduit pas la matérialité chronologique de la fabrication, puisque Flaubert organisait généralement son travail de composition par grandes suites narratives enveloppant plusieurs paragraphes. Mais à procéder ainsi par une « remise en ordre artificielle »3 des feuillets, il devient plus simple de suivre l’évolution génétique intégrale de la rédaction.

Entre Concarneau et Paris

  • 4 Voir ci-après la bibliographie génétique.
  • 5 « Tu me demandes ce que je fais, voici : je prépare ma légende et je corrige Saint Antoine. J’ai da (...)
  • 6 Des fragments de La Tentation de saint Antoine furent publiés dans L’Artiste les 21 et 28 décembre (...)

4Pour ce conte, La Légende de saint Julien l’Hospitalier, Flaubert a mis son ouvrage sur le métier à deux reprises : une première fois en 1856, après l’écriture de Madame Bovary, période au cours de laquelle il se documenta plus qu’il ne composa ; il explora des manuels généraux, il lut des traités spécialisés, certains étaient dans sa bibliothèque personnelle, mais la plupart fut empruntée à la bibliothèque de Rouen4 ; il prit des notes et construisit un plan (f° 490). Toutefois il abandonna rapidement la rédaction, car simultanément il avait engagé les corrections de la première version de Saint Antoine5 et il préférait terminer cette œuvre à laquelle il tenait6.

  • 7 « Comme je tremble ! je suis obligé de m’arrêter à chaque lettre : c’est le résultat de mes petites (...)
  • 8 Décompte des feuillets écrits à Concarneau, Correspondance et classement génétique à l’appui : f° 4 (...)

5Il ne se remit à la légende qu’en 1875, dix-neuf ans plus tard, malgré des circonstances traumatisantes, puisqu’il venait de se ruiner pour aider l’entreprise de sa nièce et de son mari, Ernest Commanville. Ses dispositions morales et physiologiques étaient si atteintes qu’il dut prendre du repos loin de Croisset et de ses ennuis financiers. Il arriva à Concarneau le jeudi 16 septembre 1875, s’installa à l’hôtel Sergent en compagnie de Georges Pouchet, le fils de Félix Archimède Pouchet, médecins naturalistes amis de la famille. Il était dans un tel état nerveux qu’il lui était très difficile de tenir une plume7. Cependant, l’éloignement aidant, il reprit goût à l’écriture ; il avait probablement emporté dans ses bagages quelques grandes feuilles vierges de papier beige et bleu, celles dont il usait ordinairement pour ses scénarios et ses brouillons, ainsi que le plan et la cinquantaine de pages de notes datant de 1856, car il se mit à la rédaction du conte vers les 22 ou 23 septembre 1875, une petite semaine après son arrivée. Une correspondance riche et détaillée avec sa nièce Caroline permet de suivre la progression de sa composition, et même de délimiter quels feuillets furent écrits en Bretagne. Y a été rédigée toute la première partie du chapitre I, depuis la description de la petite enfance de Julien jusqu’à l’apprentissage de la vénerie, soit une vingtaine de pages de brouillons, ce qui correspond environ à quatre pages du manuscrit final8.

  • 9 « Le petit Julien l’Hospitalier n’avance guère. Il m’occupe un peu ; c’est là le principal. Enfin j (...)
  • 10 Suite à ses soucis financiers, Flaubert avait quitté son logement parisien 4, rue Murillo et emména (...)
  • 11 Carnet de travail n° 17, f° 11 : « La Chasse, de Gaston Phœbus, comte de Foix, envoyée par lui à Me (...)
  • 12 La Chasse de Gaston Phœbus, comte de Foix, envoyée par lui à Messire Philippe de France, duc de Bou (...)

6Pour continuer la narration, il avait besoin de nouvelles lectures9, impossibles à Concarneau ; il prit alors la direction de Paris où il arriva le 1er novembre 187510. Après quelques jours consacrés aux visites, il se remit au travail en engageant, comme il en avait habitude, l’exploration de la documentation. La correspondance étant moins riche, ce sont les carnets de travail et les notes qui permettent de faire le point. D’après le Carnet de travail n° 17, f° 11 et 1211, Flaubert consulta et annota à la Bibliothèque nationale essentiellement des traités de vénerie, mêlant éditions anciennes et récentes ; deux manuscrits du XIVe siècle se distinguent particulièrement : Le Livre de Chasse de Gaston Phœbus et Le Livre du roy Modus et de la royne Racio d’Henri de Ferrières qui ont toujours été considérés comme les meilleurs traités sur la chasse. Aujourd’hui encore, ils font autorité en la matière. Cependant, Flaubert préféra lire ces manuels érudits dans une publication contemporaine12, plus facile d’accès que des manuscrits médiévaux qui nécessitent un déchiffrement de l’écriture. Les parutions modernes avaient repris, peu ou prou, mais en moins riche, le principe médiéval de l’illustration qui, dans bon nombre de thèmes, supplée un texte tantôt laconique, tantôt très technique.

7La confrontation entre ces ouvrages spécialisés et l’avant-texte de La Légende de saint Julien l’Hospitalier autorise quelques hypothèses quant au degré d’influence de l’iconographie sur la narration, une interaction variable entre concordance, altération et affranchissement.

8Le paragraphe choisi concerne une séquence dans la série ascendante des chasses du chapitre I, celle de la chasse au cerf, classée parmi les chasses à courre :

  • 13 Trois contes, op. cit., p. 101.

Il aimait, en sonnant de la trompe, à suivre ses chiens qui couraient sur le versant des collines, sautaient les ruisseaux, remontaient vers le bois ; et, quand le cerf commençait à gémir sous les morsures, il l’abattait prestement, puis se délectait à la furie des mâtins qui le dévoraient, coupé en pièces sur sa peau fumante13.

9En usage dès le XIVe siècle, la vénerie était une activité de haut prestige pratiquée par les nobles, une occupation qui exigeait beaucoup de courage pour le combat redoutable et agressif contre la bête sauvage, ainsi que des moyens financiers énormes pour composer une importante meute de chiens (plusieurs centaines), s’entourer d’un personnel fourni (pages, valets, veneurs), et posséder les meilleures armes. Considérée au Moyen Âge comme une activité hautement gratifiante parce que non oisive, propice à une pratique sportive, dangereuse, mais cependant nécessaire au développement des qualités indispensables à tout jeune seigneur, elle relève aussi de l’exercice salutaire qu’il convient de pratiquer régulièrement pour obtenir le rachat de son âme. Dans le monde médiéval organisé principalement autour de la tradition chrétienne, le pécheur potentiel sans cesse menacé par le châtiment de l’enfer doit sans repos chercher le chemin du paradis. Julien est par conséquent doublement touché par l’action bienfaitrice de la chasse au cerf : il doit d’une part remplir sa mission seigneuriale – la vénerie qui allie force physique et intelligence s’oppose à la chasse instinctive du paysan –, et d’autre part prévenir la rédemption du futur parricide.

L’image puissante

  • 14 Progression génétique avant-textuelle du paragraphe de la chasse au cerf : f° 490 (plan 1856), f° 4 (...)

10La première évocation de la scène de la chasse au cerf apparaît tardivement dans le processus d’écriture14. En effet sur le plan de 1856 (f° 490), l’épisode n’est pas nommé, mais plus probablement inclu dans le libellé général « amour de la chasse », il est ignoré également sur le scénario général de 1875 (f° 492 : « mais aimait mieux tuer lui-même, sangliers, loups, y prend de plus en plus de plaisir »), ainsi que sur le premier scénario partiel (f° 408v° : « animaux : loi blaireau, renard, loup, sanglier plaisir qu’il y prend ») ; il ne prend forme que dans le deuxième scénario partiel (f° 418).

11Flaubert attend donc d’en être à la conception de la série des chasses avant le jour fatal pour répertorier la chasse à courre comme une parmi les autres différentes façons de chasser. L’emplacement de l’énoncé, en ajout marginal, signale que le thème de la chasse prestigieuse n’a pas figuré au sein de l’énumération originelle, mais qu’il est venu sous la plume de l’écrivain dans un second temps. Sans doute, s’agit-il moins d’un oubli que d’une pratique de chasse tellement naturelle dans l’activité d’un seigneur qu’elle en devient implicite :

La Légende de saint Julien l’Hospitalier

La Légende de saint Julien l’Hospitalier

BnF, Mss, NAF 23 663-II, f° 418, détail

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

  • 15 Les transcriptions données au sein de l’article sont linéarisées, mais elles tiennent compte des ma (...)

12Le style d’énonciation adopté est concis, réduit à l’essentiel : « – à courre, meute, – renard. chiens devalant les pentes α faisant des taches mouvantes sur l’herbe. enivré par le cor, α les chiens »15. Le discours est restreint aux éléments nécessaires et suffisants à une production écrite : substantifs, peu d’articles, deux verbes aux modes impersonnels (« dévalant », « faisant »), participe passé employé seul sans son auxiliaire (« enivré »). La formulation est efficace et économe. Certes, elle est plus ou moins attendue au sein d’un scénario. En revanche, l’angle d’attaque du motif peut surprendre, car au lieu de recourir à une tournure synthétique, souvent pratiquée dans une énumération, c’est un moment précis d’un événement de grande ampleur qui est relevé ; plus exactement, n’est annoncée qu’une seule des quelques opérations bien ordonnées d’une journée de chasse à courre.

13En effet, le déroulement de la vénerie était très codé, et se déroulait en plusieurs étapes : l’heure du rassemblement très matinal était suivie d’une collation, puis le signal du départ était donné, et la traque commençait avec les veneurs partis en éclaireurs accompagnés des chiens ; quand ils revenaient informer les seigneurs, la poursuite s’engageait dans un grand moment de frénésie, jusqu’à la capture de la bête et sa mise à mort, avant le dépeçage, la découpe, la curée ; la journée se terminait par le repas du soir ponctué de chants et de rires.

14Le choix de Flaubert porte donc sur l’un des premiers temps forts de la journée, celui de la poursuite de l’animal, un moment d’enthousiasme et de ferveur au son des cors, des aboiements des chiens, des cris. Une douzaine de mots lui suffit pour suggérer la situation, pour en évoquer sa spécificité, c’est-à-dire son aspect hautement dynamique ; au point que se dégage du bref énoncé un effet scénographique puissant qui donne corps à l’espace, au temps, à la lumière, à la perspective, aux mouvements, aux formes, aux bruits, comme si la mise en mots du déroulement de la scène n’avait d’autre objectif que de le rendre visualisable.

  • 16 « Dans le jour, bien souvent, nous mettons nos fusils sur nos dos et nous allons chasser. Je devien (...)
  • 17 Flaubert fut au nombre des personnalités consultées par Hippolyte Taine qui s’interrogeait sur la f (...)

15Flaubert, piètre chasseur16, n’a probablement pas assisté à une chasse à courre, et n’a donc pu vérifié personnellement l’exubérance des débuts de la traque. Plus vraisemblablement, il avait mobilisé pleinement et préalablement à son écriture sa puissance d’imagination créative et sa faculté de concrétisation qui, on le sait, étaient hors du commun ; il avait cette capacité mentale d’apporter de telles modifications à « la réalité objective des choses » qu’il finissait par ne plus distinguer la nature première de l’image de son aspect transformé. Dans une lettre à Hippolyte Taine17, il décrit l’« hallucination artistique » comme un phénomène psychique, le plus souvent volontaire, qui peut prendre appui autant sur une ressource extraite du réel, que sur une fiction, mais qui de toute façon, et grâce à la seule volonté de l’artiste, se métamorphose au fil des variations successives ultérieures.

16Dans le cas présent, celui de la poursuite du cerf, parions qu’un matériau tangible – une illustration ? un tableau ? – proposa un contenu et / ou une forme favorables à sa vision reproductrice, tant l’énoncé du scénario mêle étroitement structure iconique (les éléments figuratifs sont identifiés : « meute, chiens, cors ») et structure plastique (les formes et la composition sont établies : « dévalant les pentes, formes mouvantes sur l’herbe »).

  • 18 « Avant de faire la nouvelle intitulée Saint Julien l’Hospitalier, il lut tous les livres de véneri (...)

17Étant à Paris au moment de la rédaction de l’épisode, Flaubert avait à sa disposition ses notes de 1856, mais aussi des livres prêtés par Maxime Du Camp18, et il pouvait également se rendre comme il l’entendait à la Bibliothèque nationale. Le Carnet de travail n° 17, f° 11 et 12, fournit la référence des livres qu’il a consultés. Parvenu au chapitre XVI du Livre du roy Modus et de la royne Racio, « Cy devise comme on doit chacer le cerf à force », édité par Elzéar Blaze en 1839, il a vu cette vignette :

Le Livre du roy Modus

Le Livre du roy Modus

Édition Elzéar Blaze, 1839, p. XVI

Crédit photographique : utilisation non commerciale libre et gratuite

  • 19 « Comme dans tous les manuscrits il existe des dessins en plus ou moins grand nombre, et plus ou mo (...)
  • 20 Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, qui parle des deduis et de pestilence, Henri de Ferrièr (...)

18En noir et blanc, le dessin est pauvre, et Elzéar Blaze le reconnaît bien volontiers dans son introduction19. Mais puisque Flaubert se rendait régulièrement à la Bibliothèque nationale, et bien que le Carnet de travail n° 17 ne le mentionne pas, il a très certainement visité le très riche département des manuscrits médiévaux, et feuilleté quelques volumes avec pages enluminées aux splendides ornements de couleurs vives20 :

Le Livre du roy Modus et de la royne Racio et Codex Manesse

Le Livre du roy Modus et de la royne Racio et Codex Manesse

À gauche, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, manuscrit médiéval, f° 12.
À droite, Codex Manesse, manuscrit médiéval, f° 202v°.

Crédits photographiques : Bibliothèque nationale de France

Le Livre de chasse

Le Livre de chasse

À gauche, Le Livre de chasse de Gaston Phœbus, manuscrit médiéval, f° 68.
À droite, Le Livre de chasse de Gaston Phœbus, manuscrit médiéval, f° 77.

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

19Manifestement, un degré de ressemblance s’établit entre l’énoncé embryonnaire, mais à fort potentiel visuel, écrit par Flaubert (« – à courre, meute, – renard. chiens devalant les pentes α faisant des taches mouvantes sur l’herbe. enivré par le cor, α les chiens ») et les illustrations médiévales narratives. On y reconnaît des options iconiques et plastiques identiques, il y a comme une correspondance entre le texte et les enluminures quant aux moyens employés : les personnages (l’expression « – à courre, meute » sous-entend un rassemblement tumultueux composé d’hommes, de chevaux et de chiens comme le figurent les enluminures), le lieu de l’action (la phrase « devalant les pentes α faisant des taches mouvantes sur l’herbe » évoque un espace ouvert propice au déroulement d’un événement turbulent et de grande ampleur), et le plan d’ensemble (l’énoncé « – à courre, meute, – renard. chiens devalant les pentes α faisant des taches mouvantes sur l’herbe. enivré par le cor, α les chiens » va jusqu’à copier l’orientation de la scène, où le sujet de l’action – à gauche – précède le verbe et le complément d’objet – la bête traquée à droite).

  • 21 Dans Les Mots et les choses, Michel Foucault explique comment, jusqu’au XVIe siècle, les figures du (...)

20Manifestement aussi, ces planches qui sont tirées de quatre éditions différentes recourent toutes plus ou moins au même arsenal de composition, comparable à un motif académique. Cela tient au système très codifié de la représentation au Moyen Âge qui délimite, valorise, hiérarchise les plans, les niveaux, les lignes, les couleurs, les composants, et les formule selon des règles de correspondance strictes21. En se conformant à ces usages établis, les peintres du Moyen Âge s’appliquaient à fixer la scène de la traque selon un agencement unique, parce que parfait et idéal ; ils affirmaient ainsi qu’une poursuite bien menée est non seulement l’événement le plus fort de la chasse, mais également une excellence en vénerie. La même figure, toujours construite à l’identique, souvent reprise, s’imposait alors à l’esprit d’une manière durable et devenait le modèle à respecter. Et dans le cas présent du scénario, il semble que cette représentation type de la traque ait non seulement fourni un matériau riche à l’imagination créative de Flaubert, mais qu’elle ait aussi provoqué l’énoncé, et franchi sans beaucoup de changement les différentes étapes des réécritures jusqu’au manuscrit définitif : « Il aimait, en sonnant de la trompe, à suivre ses chiens qui couraient sur le versant des collines, sautaient les ruisseaux, remontaient vers le bois ; ». Julien est un vrai seigneur du Moyen Âge, il connaît l’art de bien chasser à courre le cerf et y excelle.

L’image effacée

21Sur le brouillon génétique suivant (f° 415v°), l’énoncé embryonniare du scénario est repris mot à mot dans le corps du texte de recopie, et fait l’objet non pas d’un développement, mais d’une extension sur le mode chronologique : « – chasse à courre ; meutes, ch renard. – chiens devalant les pentes α faisant des taches mouvantes sur l’herbe. cerf qui court, la gorge tendue – puis épuisé. – ennivré par le cor α les aboiements. curée. – Furie ». Y sont ajoutées les épreuves qui suivent : le degré d’épuisement de la bête et l’épisode final de la curée. Comme il s’agit à nouveau d’un scénario partiel, le style use une fois encore d’une formulation où le prolixe est banni, comme manque d’efficacité.

  • 22 La transcription donnée est celle de la première réécriture du paragraphe du brouillon f° 451v°.

22Ce n’est qu’à la réécriture suivante (f° 451v°) que le processus de textualisation s’enclenche sans ambages, fidèle au schéma établi sur le scénario, qui est celui d’une structure narrative simple bâtie sur le déroulement d’une journée de chasse. Le f° 451v° présente la particularité de traiter deux fois le même paragraphe, c’est-à-dire que Flaubert a composé le paragraphe une première fois, et l’a tout de suite réécrit sur le même feuillet, fait relativement rare. Selon le phénomène d’amplification propre à son écriture, il entreprend maintenant véritablement le travail de l’expression écrite, qui chez lui consiste à développer les éléments scénariques, et le paragraphe définitif se devine sous des formes textuelles hésitantes, corrigées, répétées, réorganisées : « à l’automne suivant la meute Il aimait aussi B à forcer les cerfs grosses bêtes suivant ses chiens tachetant comm des bigarr sur le versant des collines, traversaient la vallée coupant qui sautaient les ruisseaux remontait vers sous le bois. sonnait à pleins poumons – le cerf passait dans une clairière la gorge enflée en avant ψ N puis la langue pendante. tirée les pinces ouvertes, la tête basse de plus en plus n’en pouvait plus se ralentissait diminuait ses pas puis commençait à gemir sous les morsures il s’en approchait par derrière – s’armait dans un fourré – α lui coupait le jarret. avec sa dague prestement tirée d’un coup α jouissait se delectait de la furie des chiens mâtins qui mangeaient ses entrailles sur sa peau ecorchée furie de l’emportemt de la chasse pele-mele, se bousculaient »22.

23C’est dans ce brouillon f° 451v° – cinquième version de l’énoncé depuis le scénario général f° 492 – que se règle précisément le traitement de la chasse à courre : une fragmentation de la journée en trois temps forts (1- la traque, 2- la débusque, 3- la mise à mort, la curée), soutenue par un énoncé au découpage ternaire, relativement équilibré. Les trois thèmes sont soumis au processus de la rédaction : construction des phrases, enchaînement des mots, transformation de la valeur temporelle des formes verbales, etc., avec un soin particulier accordé au vocabulaire. Une attention spéciale est portée à la séquence médiane, celle de la mort de l’animal, simplement suggérée sur le f° 415v°. Le contenu exprime l’épuisement du cerf, la mise en joue par le chasseur et le coup final. La forme du discours relève d’un descriptif très guidé par le code visuel, au point que chaque partie de la séquence peut s’isoler et se visualiser : la première réécriture du paragraphe mentionne le lieu de l’exécution (« une clairière »), la posture du cerf (« gorge enflée, en avant », « langue pendante, tirée », « pinces ouvertes », « tête basse de plus en plus, n’en pouvait plus, se ralentissait, diminuait ses pas, commençait à gemir sous les morsures »), l’attitude du chasseur (« s’en approchait par derrière – s’armait dans un fourré »), et le geste fatal (« lui coupait le jarret. avec sa dague prestement tirée d’un coup »).

  • 23 Le veneur « s’en doit aller à son arbre qu’il aura remarqué le soir avant et monter dedans », Jacqu (...)

24La densité figurative de l’énoncé est remarquable qui représente le cerf à bout de forces. Elle peut être l’aboutissement d’une rêverie intense à laquelle se serait livré Flaubert à partir de ses notes de documentation, une sorte d’« hallucination artistique » comme il l’explique à Taine. Mais les ouvrages qu’il a consultés, essentiellement des traités consacrés aux bons usages de la chasse, font peu de cas de l’état physique de l’animal, de son extrême fatigue et de son déclin irréversible, ce n’est pas leur propos. L’objectif des auteurs est d’exposer méthodiquement la conduite à adopter au cours de la « queste » qui est une phase de la chasse hautement technique et requiert compétences et savoir-faire, des qualités indispensables pour la réussite de la journée23. S’il y a eu rêverie poétique, elle ne s’est donc pas appuyée sur le texte scientifique. En revanche, elle a fort bien pu se développer à partir des illustrations, notamment celles de La Vénerie, où le dessinateur s’est particulièrement distingué en expressivité pour accompagner le texte explicatif : ce que le pédagogue a éludé, l’épuisement de l’animal, le dessinateur le figure :

La Vénerie

La Vénerie

À gauche, La Vénerie, Jacques Du Fouilloux, 1844, p. 30v°.
À droite, La Vénerie, Jacques Du Fouilloux, 1844, p. 52v°.

Crédits photographiques : Bibliothèque nationale de France

25Il se produit alors comme un effet d’évidence lorsque l’on compare l’image de La Vénerie et le texte de Flaubert qui en paraît soudain comme le commentaire. On y retrouve la « clairière » (p. 30v° et p. 52v°), le cerf épuisé « tête basse » (p. 52v°), les « pinces ouvertes » (p. 30v°), le chasseur qui « s’en approchait par derrière – s’armait dans un fourré » (p. 30v° et p. 52v°). Il semble que les dessins du traité de Du Fouilloux soient la source du brouillon, tant l’énoncé textuel se révèle comme la transcription efficace du document visuel.

26L’un des autres ouvrages lus par Flaubert, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio qui parle des deduis et de pestilence, propose un tableau différent, et provoque moins cette impression de commentaire d’image, car il y manque la position du guetteur et la bête à l’agonie :

Le Livre du roy Modus et de la royne Racio

Le Livre du roy Modus et de la royne Racio

À gauche, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, édition Elzéar Blaze, p. 9v°.
À droite, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, manuscrit médiéval, f° 6v°.

Crédits photographiques : utilisation non commerciale libre et gratuite (à gauche) et Bibliothèque nationale de France (à droite)

27Toutefois, aucune des représentations extraites des manuels spécialisés ne déroge aux deux grands principes que tout chasseur doit adopter : un parfait camouflage pour se fondre dans la nature, doublé d’une approche sous le vent pour que l’animal ne détecte pas l’homme. Ce sont les règles essentielles relatives au guet qu’un bon traité de chasse doit respecter, et qu’un propriétaire terrien comme Flaubert devait connaître, même s’il ne pratiquait pas ou peu la chasse.

  • 24 Claudine Gothot-Mersch a comparé le procédé à un point d’appui : « Bref, ce qu’il semble chercher – (...)

28Cependant tous ces détails dans le brouillon, plus respectueux des détails des illustrations que des développements explicatifs – ainsi, le chasseur n’est-il pas grimpé dans un arbre chez Du Fouilloux – incitent à affirmer qu’on a plus affaire ici à l’interprétation verbale d’énoncés figuratifs qu’à un rapport d’expérience. Comme si l’écrivain utilisait toute la précision érudite des documents visuels, picorant ça et là, s’en tenant peu ou prou à eux seuls, afin de soutenir sa fiction littéraire par des faits extraits de manuels spécialisés24.

  • 25 Dans La Légende de saint Julien l’Hospitalier, et en contradiction avec la pratique, Julien remplit (...)

29Mais ces éléments, somme toute techniques et élémentaires dans l’activité de la chasse et qui sont les marques de la racine visuelle du texte, vont disparaître au brouillon suivant. Plus précisément, sont effacées toutes les informations relatives aux positions dans l’espace de l’homme et de la bête, c’est-à-dire que sont supprimés tous les témoignages conformes aux pratiques nécessaires et avérées : « De temps à autres, et un cerf la gorge en avant, passait dans une clairière, puis la langue tirée, les pinces ouvertes, la langue tirée se ralentissait, Se ralentissant bientôt au α quand le cerf commençait à gemir sous les morsures. Julien il il l’abattait prestement, par derrière bientot d’un coup de ge dague, par derriere – α quand d’un coup de dague ». La progression vers l’énoncé définitif « et, quand le cerf commençait à gémir sous les morsures, il l’abattait prestement » est irréversible, quitte à tordre la vérité pour les besoins de la fiction ; car en occultant la présence et le rôle essentiel du guetteur, Flaubert réserve au seul Julien le mérite d’une chasse réussie : ce qui est faux, car la vénerie est un mode de chasse qui se pratique avec un équipage important25.

30Paradoxalement, Flaubert gomme toute l’authenticité référentielle obtenue à force de consultations documentaires, il supprime la substance qui l’a aidé dans sa composition, il néglige l’investigation rigoureuse qui a nourri sa narration. L’image originelle est effacée.

  • 26 « Pas de rapidité ni de netteté, et il lui [Leconte de Lisle] manque la faculté de faire voir ; le (...)

31Rappelons que l’écrivain est convaincu que c’est moins une description précise qui suscite l’image dans l’esprit du lecteur qu’autre chose, de l’ordre de la « faculté de faire voir »26. Le propre de la littérature est de suggérer mentalement des traits qu’une représentation fixe ne saurait que figurer ; les mots sont supérieurs à l’image en ce qu’ils sont capables de laisser imaginer toutes les dimensions, qu’elles soient de l’ordre du visuel et de l’acoustique pour ce qui concerne une scène de chasse.

Le texte de compromis

  • 27 Avant d’intégrer le langage figuré au XVIe siècle, le mot curée était exclusivement un terme de vén (...)

32Enfin, ce même paragraphe de la chasse au cerf offre un troisième traitement de l’image à l’intérieur de l’énoncé sur la curée. Dans une journée de chasse, la curée appartient à la phase finale, c’est un moment privilégié et solennel qui marque les honneurs dus à la bête et accorde la récompense aux chiens ; alors, tout un cérémonial s’organise. Ce n’est qu’au sens figuré que la curée est devenue un thème rebattu27, car en vénerie le terme perpétue un engagement honorifique et protocolaire.

33Dès le premier brouillon (f° 451v°), la substance de l’énoncé final est installée : « α jouissait se delectait de la furie des chiens mâtins qui mangeaient ses entrailles sur sa peau ecorchée furie de l’emportemt de la chasse » où les deux éléments principaux de cette scène d’effervescence sont présents : 1- la « furie des chiens » 2- face au gibier dépecé « entrailles sur sa peau ecorchée ».

34À la seconde réécriture sur le f° 451v°, la phrase définitive est fixée : « puis delectait à la furie des mâtins qui le devoraient α puis se delectait ensuite à la furie à la furie de cet servi en quartiers etalé depecé coupé en larges pieces sur sa peau fumante ».

35Les traités de chasse lus par Flaubert fournissent une explication claire des impératifs de cette cérémonie de la curée chaude :

  • 28 La Chasse de Gaston Phœbus, édition Joseph Lavallée, op. cit., p. 163. Dans Le Livre du Roy Modus, (...)

Prends le foie du cerf, le poumon, le jarret et le cœur, et soit découpé par morceaux sur le cuir et sur le sang qui est sur le cuir […] et puis prends du pain, et soit découpé par morceaux, et qu’il y ait plus pain que chair ; puis soit […] mêlé ensemble aux mains [...] et quand il sera bien mêlé, que soit étendu le cuir à terre, et soit ci dedans réparti sur le cuir, et puis on doit laisser aller les chiens sur le cuir à la curée […]28

36Une description façon recette de cuisine sans aucun doute fiable, mais fastidieuse, et de toute façon trop longue pour être introduite dans un récit court comme le conte. D’ailleurs, la préparation est si peu facile à interpréter par un seul dessin que la vignette dans La Vénerie de Du Fouilloux est erronée où l’on voit les chiens, gloutonnement, à même la bête entière, alors que la meute doit être maintenue éloignée pendant la fabrication de la curée :

La Vénerie

La Vénerie

La Vénerie, Jacques Du Fouilloux, p. 53v°

Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France

37En revanche, dans Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, le dessinateur a mieux choisi l’instant caractéristique, et l’on devine que le cerf a été disséqué avant la curée :

Le Livre du roy Modus et de la royne Racio

Le Livre du roy Modus et de la royne Racio

À gauche, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, édition Elzéar Blaze, p. 23v°.
À droite, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, manuscrit médiéval, f° 16v°.

Crédits photographiques : utilisation non commerciale libre et gratuite (à gauche) et Bibliothèque nationale de France (à droite)

38Mais ce sont les enluminures du Livre de chasse de Gaston Phœbus qui reproduisent correctement la spécificité du moment : les chiens sont éloignés de la découpe de l’animal (f° 70), et les formes rondes des boulettes faites de chair et de pain dispersées sur la peau rouge de l’animal (f° 72) évoquent le mélange préalable :

Le Livre de chasse

Le Livre de chasse

À gauche, Le Livre de chasse de Gaston Phœbus, manuscrit médiéval, f° 70.
À droite, Le Livre de chasse de Gaston Phœbus, manuscrit médiéval, f° 72.

Crédits photographiques : Bibliothèque nationale de France

39La connaissance de ces sources documentaires, visuelle et textuelle, autorise à considérer le récit flaubertien de la curée (« coupé en larges pieces servi en quartiers etalé depecé sur sa peau fumante ») comme un compromis entre la nécessité d’un texte condensé et un respect des faits exacts. Si la formulation « coupé en larges pieces » élude les différents procédés techniques tels qu’ils sont décrits et dessinés – car les parties du gibier sont certes coupées, mais aussi accommodées avant d’être proposées aux chiens –, en revanche l’expression « sur sa peau fumante » s’applique correctement à la cérémonie de la curée chaude, réalisée tout de suite sur place, la bête à peine morte, et s’harmonise avec la couleur rouge sang des enluminures.

  • 29 Pierre-Marc de Biasi parle d’« assimilation des sources et [de] leur transformation synthétique en (...)

40Le dispositif narratif est habile, qui puise dans le document-source tant du côté de la substance iconographique que du côté du texte technique – l’un l’autre se suppléant – afin de reconstruire en peu de mots l’intensité de ce moment final de la chasse à courre29.

Le triptyque médiéval

41Flaubert a choisi de traiter l’épisode de la chasse au cerf sur le mode chronologique du déroulement d’une journée resserrée en trois temps forts : la traque, la mise à mort et la curée. D’une activité déroulée depuis l’aube jusqu’au crépuscule et organisée selon des règles cohérentes – rassemblement et collation matinale, départ, poursuite des veneurs accompagnés des chiens, débusque, capture de la bête, mise à mort, dépeçage, découpe, curée, repas du soir –, seules trois étapes sont retenues, mais ce sont les plus marquantes : la traque de l’animal pour l’aventure exaltante de l’équipage, la capture de la bête pour l’aspect technique de l’exercice, et enfin la curée pour la consécration d’une chasse à courre réussie. Tout au long de la composition, autant lors de la conception du conte que pendant sa rédaction, l’écrivain s’est très certainement inspiré des illustrations des manuels spécialisés, ou des enluminures médiévales, dégageant des gravures des usages spécifiques à chacune des séquences : une image conventionnelle mais puissante pour l’ouverture, une image documentaire mais occultée pour l’acte central, et une image de compromis pour la chute.

42Quant au mode de composition adopté par Flaubert, il respecte tout à la fois l’intégralité d’une journée de chasse et sa résolution ternaire. En effet, la forme paragraphe de la subdivision textuelle ne brise pas la continuité du récit et respecte les principes et les valeurs d’une bonne chasse à courre : unité, cohérence et force. D’autre part, le point-virgule qui sépare le paragraphe en deux parties privilégie d’une certaine façon la séquence initiale ; en effet, la proposition principale en tête du paragraphe – « Il aimait, en sonnant de la trompe, à suivre ses chiens qui couraient sur le versant des collines, sautaient les ruisseaux, remontaient vers le bois » – souligne par sa place, sa forme complexe, son balancement ternaire la charge spirituelle et la supériorité de la traque sur les deux scènes suivantes.

43L’option d’une découpe ternaire de la journée de chasse évoque une technique artistique très développée aux XIIe et XIIIe siècles, celle du triptyque, dont le format permet de représenter trois facettes d’un même sujet, bien souvent divin. À aucun moment dans l’avant-texte de La Légende de saint Julien l’Hospitalier, il n’est question d’une référence aux panneaux médiévaux, mais l’enjeu symbolique de l’assemblage – dont chaque partie prise isolément est capable d’un effet de sens individuel qui ne nuit pas à la totalité, mais au contraire, soutient l’acception spirituelle de l’ensemble – rejoint exactement la signification mystique sous jacente du paragraphe consacré à la chasse à courre : le jeune Julien, ayant mené à lui seul chacune des trois étapes de cette chasse à courre selon les règles de l’art, s’est livré avec succès à un exercice sain et salutaire dont la fonction rédemptrice est incontestable, d’après un seigneur maître en matière de chasse, le comte Gaston Phœbus :

  • 30 La Chasse de Gaston Phœbus, édition Joseph Lavallée, op. cit., p. 2.

[...] je vueill que chascuns sachent, qui ce livre liront ou orront, que de chasse je ose bien dire qu’il puet venir beaucoup de bien. Premièrement on en fuyt tous les sept péchiez mortelz. Secondement on est mieulx chevauchant et plus juste et plus entendant et plus apert et plus aysé et entreprenant et mieulx cognoissant tous pays et tous passages ; et brief et court toutes bonnes coutumes et meurs en viennent, et la salvation de l’âme ; quar qui fuyt les sept péchiés mortelz, selon nostre foy, il doit estre saulvé [...]30

Le Livre de chasse et Le Livre du roy Modus et de la royne Racio

Le Livre de chasse et Le Livre du roy Modus et de la royne Racio

À gauche, Le Livre de chasse de Gaston Phœbus, manuscrit médiéval, f° 68.
Au milieu, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, manuscrit médiéval, f° 6v°.
À droite, Le Livre de chasse de Gaston Phœbus, manuscrit médiéval, f° 77.

Crédits photographiques : Bibliothèque nationale de France

Haut de page

Bibliographie

   

Bibliographie génétique

Ouvrages consultés en 1856 concernant la vénerie

Jean-Baptiste-Jacques Le Verrier de la Conterie, Vénerie normande ou L’École de la chasse aux chiens courants, pour le lièvre, etc., Rouen, 1863 ; notes sur 4 pages, de grandes feuilles de papier beige (f° 502, 502v°, 503, 503v°) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5846534d/f1.planchecontact

Jacques du Fouilloux, La Vénerie, Charles Lebossé, Angers, 1844 ; emprunté le 9 juin 1856 à la bibliothèque de Rouen ; notes sur 14 pages, de grandes feuilles de papier beige (f° 505 à f° 512) ; les f° 505, 505v° et 506 sont consacrés aux chiens, classés par couleur : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k82786k/f1.planchecontact

Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye, Mémoires sur l’ancienne chevalerie, avec une introduction et des notes historiques par Charles Nodier, Paris, Girard, 1826, 2 vol. ; notes sur 4 pages, de grandes feuilles de papier beige (f° 495, 495v°, 496, 496v°) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k281237.r=mémoire+sur+l%27ancienne+chevalerie.langFR (tome 1) et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k28124k.r=mémoire+sur+l%27ancienne+chevalerie.langFR (tome 2)

Jean-Baptiste de La Curne de Sainte-Palaye, Mémoire historique sur la chasse dans Mémoires sur l’ancienne chevalerie, Paris, Duchesne ; notes sur 2 pages, de grandes feuilles de papier beige (f° 497, 497v°) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k281237.r=La+Curne+de+Sainte-Palaye%2C+Jean-Baptiste+de.langFR (tome 1) et http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k281237.r=La+Curne+de+Sainte-Palaye%2C+Jean-Baptiste+de.langFR (tome 2)

Ouvrages consultés en 1875 à la Bibliothèque nationale concernant la vénerie (Carnet de travail n° 17, f° 11 et f° 12)

La Chasse de Gaston Phœbus, comte de Foix, envoyée par lui à Messire Philippe de France, duc de Bourgogne, collationnée sur un manuscrit ayant appartenu à Jean 1er de Foix, avec des notes et la vie de Gaston Phœbus, par Joseph Lavallée, Paris, Au bureau du journal des chasseurs, 1854 (planches noir et blanc signées Emmanuel Frémiet) ; notes sur Carnet de travail n° 17, f° 90v° à f° 72v°, compilées, triées, partiellement recopiées sur f° 487, 489, 491, 491v° (spécial chiens) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6497418w

Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, qui parle des deduis et de pestilence, nouvelle édition conforme aux manuscrits de la bibliothèque royale, ornée de gravures faites d’après les vignettes de ces manuscrits fidèlement reproduites, avec une préface par Elzéar Blaze, auteur du Chasseur au chien d’arrêt, du Chasseur au chien courant, du Chasseur aux filets, etc., Paris, Elzéar Blaze, faubourg Saint-Martin, 55, 1839 (vignettes noir et blanc) ; notes sur Carnet de travail n° 17, f° 90v° à f° 72v°, compilées, triées, partiellement recopiées sur f° 487, 489, 491, 491v° (spécial chiens) : http://books.google.fr/books?id=a8UFAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

Leconte-Desgraviers, Essai de vénerie, ou l’art du valet de limier, Paris, 1810 ; notes prises sur Carnet de travail n° 17, f° 90v° à f° 72v°, compilées, triées, partiellement recopiées sur f° 487, 489, 491, 491v° : https://archive.org/details/essaidevnerieou00desggoog

Messire Hardouin, seigneur de Fontaines-Guérin, Le Trésor de vénerie, poème composé en l’an 1394, publié pour la première fois avec des notes par le baron Jérôme Pinchon, Paris, Techener, 1856.

Flaubert a très certainement consulté les versions enluminées :

Gaston Phœbus, comte de Foix, Le Livre de chasse, 1387-1389, très riche volume conservé à la BnF avec pages enluminées : http://classes.bnf.fr/phebus/explo/index1.htm, http://expositions.bnf.fr/phebus

Henri de Ferrières, gentilhomme normand, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, qui parle des deduis et de pestilence, 1354-1377, sur papier vélin, avec miniatures et lettres ornées : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b85508592

Codex Manesse, manuscrit, enluminures sur parchemin, forme codex, poésie lyrique, 53,5 x 25 cm, 137 miniatures pleine page : http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/cpg848/0004/scroll?sid=d1ac67a6d25546a527792f238bcba41b

Bibliographie critique

Dossier génétique

Manuscrit autographe de La Légende de saint Julien l’Hospitalier, BnF, Mss, NAF 23 663-II : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53000021/f12.image.r=flaubert%20.langFR%7C_blank

Brouillons transcrits de La Légende de saint Julien l’Hospitalier : f° 490, f° 492, f° 408v°, f° 418, f° 415v°, f° 451v°, f° 429v°, f° 37.

Œuvres de Flaubert

Gustave Flaubert, Correspondance, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau, t. I, Paris, 1973 ; t. II, Paris, 1980 ; t. III, Paris, 1991 ; t. IV, Paris, 1998.

Gustave Flaubert, Trois contes, introduction et notes par Pierre-Marc de Biasi, « Le Livre de Poche », « coll. Classiques », Paris, 1999.

Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, préface et annotation par Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, Paris, 1983.

Ouvrages critiques

Pierre-Marc de Biasi, Édition critique et génétique de "La Légende de saint Julien l’Hospitalier", thèse pour le doctorat de 3e cycle de Lettres Modernes présentée devant l’université Paris VII, 1982, non publiée.

Pierre-Marc de Biasi, Génétique des textes, CNRS éditions, « coll. Biblis », Paris, 2011.

Maxime Du Camp, Souvenirs littéraires, tome 1.

Michel Foucault, « La Bibliothèque fantastique. À propos de La Tentation de saint Antoine de Gustave Flaubert », repris repris Travail de Flaubert, Seuil, « coll. Inédits Points », Paris, 1983, pp. 103-122.

Michel Foucault, Les Mots et les choses, chapitre II, « La prose du monde ».

Bernard Vouilloux, Flaubert et Taine devant l’image dans « Flaubert. Revue critique et génétique », dossier Les pouvoirs de l’image (I), n° 11, 2014 : http://flaubert.revues.org/2311

Haut de page

Notes

1 Pierre-Marc de Biasi : « Ce tableau de chasse à courre fut inspiré à Flaubert par une gravure ancienne. », Trois contes, introduction et notes par Pierre-Marc de Biasi, « Le Livre de Poche », « Classiques », Paris, 1999, p. 101.

2 Notes, plans, scénarios, brouillons, manuscrit final et manuscrit du copiste de La Légende de saint Julien l’Hospitalier sont conservés à la Bibliothèque nationale de France, dans le volume coté NAF 23 663-II.

3 L’ensemble de la terminologie (avant-texte, remise en ordre artificielle, processus d’écriture, mouvement d’amplification, etc.) est tiré de Génétique des textes, Pierre-Marc de Biasi, CNRS éditions, « coll. Biblis », Paris, 2011, p. 61 et suivantes.

4 Voir ci-après la bibliographie génétique.

5 « Tu me demandes ce que je fais, voici : je prépare ma légende et je corrige Saint Antoine. J’ai dans Saint Antoine élagué tout ce qui me semble intempestif. – Travail qui n’était pas mince puisque la première partie, qui avait 160 pages, n’en a plus maintenant (recopiée) que 74. [...] Je lis des bouquins sur la vie domestique au M[oyen] [Â]ge et la vénerie. Je trouve des détails superbes et neufs ; je crois pouvoir faire une couleur amusante. – Que dis-tu "d’un pâté de hérissons et d’une froumentée d’écureuils" ? Au reste, ne t’effraye pas. Je ne vais point me noyer dans les notes. Dans un mois j’aurai fini mes lectures, tout en travaillant au Saint Antoine. Si j’étais un gars, je m’en retournerais à Paris au mois d’octobre avec le Saint Antoine fini et le Julien l’Hospitalier écrit. – Je pourrai donc en 1857 fournir du Moderne, du Moyen Âge et de l’Antiquité. » lettre à Louis Bouilhet, Croisset, dimanche 1er juin 1856 (Correspondance, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau, t. II, Paris, 1980, p. 613). Ce projet de publier « du Moderne, du Moyen Âge et de l’Antiquité. » fut repoussé de vingt ans, et organisé autour d’œuvres différentes.

6 Des fragments de La Tentation de saint Antoine furent publiés dans L’Artiste les 21 et 28 décembre 1856.

7 « Comme je tremble ! je suis obligé de m’arrêter à chaque lettre : c’est le résultat de mes petites émotions. » lettre à sa nièce Caroline, Concarneau, mardi 21 septembre 1875 (Correspondance, t. IV, p. 959).

8 Décompte des feuillets écrits à Concarneau, Correspondance et classement génétique à l’appui : f° 409v° (lundi 4-jeudi 7 octobre 1875) ; f° 410v°, f° 411v° (vendredi 8-jeudi 14 octobre 1875) ; f° 410, f° 409, f° 437v°, f° 416v°, f° 408, f° 412v°, f° 411 (vendredi 15-mardi 19 octobre 1875) ; f° 412, f° 416, f° 417v°, f° 414v°, f° 440v°, f° 413v°, f° 417, f° 413, f° 414, f° 408v°, f° 425v°, f° 418, f° 415, f° 478v° (mercredi 20 octobre jusqu’au départ, fin octobre 1875). Selon toute vraisemblance, ce sont les seules pages écrites en Bretagne, car le contenu du folio génétique suivant, f° 415v° (scénario partiel, 27e feuillet écrit) consacré à la déclinaison des chasses, est fortement imprégné des lectures documentaires effectuées à Paris à partir du lundi 8 novembre 1875.

9 « Le petit Julien l’Hospitalier n’avance guère. Il m’occupe un peu ; c’est là le principal. Enfin je ne croupis plus dans l’oisiveté qui me dévorait ; mais j’aurai besoin de quelques livres sur le Moyen Âge ! Et puis, ce n’est pas commode à écrire cette histoire-là ! Je persévère néanmoins, je suis vertueux. » lettre à sa nièce Caroline, Concarneau, dimanche 17 octobre 1875 (Correspondance, t. IV, p. 983).

10 Suite à ses soucis financiers, Flaubert avait quitté son logement parisien 4, rue Murillo et emménagé dans un appartement contigu à celui de sa nièce au 240, rue du Faubourg-Saint-Honoré, Paris.

11 Carnet de travail n° 17, f° 11 : « La Chasse, de Gaston Phœbus, comte de Foix, envoyée par lui à Messire Philippe de France... par Joseph Lavallée, Paris, gr. in-8°. Livre du roy Modus et de la reine Ratio, Elzéar Blaze, 1839. La Fauconnerie, de Jean de Franchières, 1628 ». Carnet de travail n° 17, f° 12 : « L’abbé des Fourneaux, La Chasse au loup, 1708. Leconte-Desgraviers, Essai de Vénerie, 1810. Le Trésor de Vénerie, Guérin, notes de Pichon ».

12 La Chasse de Gaston Phœbus, comte de Foix, envoyée par lui à Messire Philippe de France, duc de Bourgogne, collationnée sur un manuscrit ayant appartenu à Jean 1er de Foix, avec des notes et la vie de Gaston Phœbus, par Joseph Lavallée, Paris, Au bureau du journal des chasseurs, 1854 (planches noir et blanc signées Emmanuel Frémiet) et Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, qui parle des deduis et de pestilence, nouvelle édition conforme aux manuscrits de la bibliothèque royale, ornée de gravures faites d’après les vignettes de ces manuscrits fidèlement reproduites, avec une préface par Elzéar Blaze, Paris, Elzéar Blaze, faubourg Saint-Martin, 55, 1839.

13 Trois contes, op. cit., p. 101.

14 Progression génétique avant-textuelle du paragraphe de la chasse au cerf : f° 490 (plan 1856), f° 492 (scénario général, § I, 1875), f° 408v° (scénario partiel), f° 418 (scénario partiel), f° 415v° (brouillon), f° 451v° (brouillon), f° 429v° (brouillon), f° 37 (manuscrit définitif).

15 Les transcriptions données au sein de l’article sont linéarisées, mais elles tiennent compte des marques scripturales du manuscrit : les parties de texte souligné ou barré sont respectées, ainsi que les erreurs, les fautes et les oublis (qui ne sont donc pas corrigés), les mots sont séparés, les ajouts interlinéaires ou marginaux sont proposés en corps plus petit. En revanche, les hachures de mot(s) ou de bloc(s) de texte et les traits de liaison ne peuvent pas être reproduits.

16 « Dans le jour, bien souvent, nous mettons nos fusils sur nos dos et nous allons chasser. Je deviens habile. Et cela me fait bougrement rire ! moi chasseur ! tu vas me traiter d’infâme blagueur si je te disais que samedi dernier nous avons tué 54 pièces de gibier. » lettre à sa mère, 14 février 1850, à bord de la cange, Benisouëf (Correspondance, t. I, p. 588).

17 Flaubert fut au nombre des personnalités consultées par Hippolyte Taine qui s’interrogeait sur la façon dont se forment les connaissances humaines pour écrire De l’Intelligence ; sur « la vision intérieure de l’artiste », il posa quatre questions à Flaubert qui répondit : « L’image intéressée est pour moi aussi vraie que la réalité objective des choses, – et ce que la réalité m’a fourni, au bout de très peu de temps ne se distingue plus pour moi des embellissements ou modifications que je lui ai donnés. » lettre à Hippolyte Taine, Croisset, mardi 20 ? novembre 1866 (Correspondance, t. III, p. 562). Une autre lettre fut écrite à Taine le 1er décembre 1866 (Correspondance, t. III, p. 572). Bruna Donatelli propose une datation différente (Flaubert e Taine. Luoghi et tempi di un dialogo, Rome, Nuova Arnica Editrice, 2e éd., 1998). Pour une analyse très fine des types d’images artistiques chez Flaubert, lire l’article de Bernard Vouilloux, Flaubert et Taine devant l’image dans « Flaubert. Revue critique et génétique », dossier Les pouvoirs de l’image (I), n° 11, 2014 : http://flaubert.revues.org/2311

18 « Avant de faire la nouvelle intitulée Saint Julien l’Hospitalier, il lut tous les livres de vénerie qu’il put se procurer, – je le sais, car c’est moi qui les lui envoyai, – depuis Gaston Phœbus et Du Fouilloux jusqu’au Dictionnaire des chasses de Baudrillart, qui naturellement ne lui furent d’aucune utilité. » Maxime Du Camp, Souvenirs littéraires, tome 1, p. 237. Flaubert a lu et annoté La Vénerie de Jacques Du Fouilloux en 1856 (notes f° 505 à f° 512) ; s’il l’a relu en 1875, comme l’affirme Du Camp, il n’en a pas pris de notes.

19 « Comme dans tous les manuscrits il existe des dessins en plus ou moins grand nombre, et plus ou moins bien faits, j’ai choisi partout ceux qui m’ont paru les meilleurs, ceux qui portent davantage le caractère du temps, de sorte que cette édition représente les meilleures vignettes de tous les manuscrits du Roy Modus. Les dessins ont été calqués par M. Mils, et réduits par lui aux proportions de cette édition. M. Béthune les a gravés en se conformant avec la plus grande exactitude aux manières du XIVe siècle. Enfin, les lettres ornées ont été copiées sur des manuscrits de cette époque. Certes, au point où sont arrivés l’art du dessin et celui de la gravure, on aurait pu dessiner et graver beaucoup mieux ; il ne s’agissait pas seulement de faire un beau livre de chasse, il fallait encore reproduire le Livre du Roy Modus, en lui conservant son caractère moyen âge, avec ses bizarreries, tant sous le rapport du dessin que sous celui du style. » Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, édition Blaze, op. cit., p. 13.

20 Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, qui parle des deduis et de pestilence, Henri de Ferrières, gentilhomme normand, 1354-1377, sur papier vélin, avec miniatures et lettres ornées. Le Livre de chasse, Gaston Phœbus, comte de Foix, 1387-1389, très riche volume conservé à la BnF avec pages enluminées. Le codex Manesse est un manuscrit de poésie lyrique sur parchemin ayant la forme d’un codex, 53,5 x 25 cm, orné de 137 miniatures pleine page réalisées par des artistes anonymes, dont le texte fut copié à partir de 1300 à Zurich ; il se trouvait à la Bibliothèque nationale depuis 1656, à la suite du legs au roi de France par Jacques Dupuy de toute sa collection. En 1888, l’ouvrage fut restitué définitivement à la Bibliothèque de l’université de Heidelberg en Allemagne.

21 Dans Les Mots et les choses, Michel Foucault explique comment, jusqu’au XVIe siècle, les figures du savoir s’organisaient autour de jeux de similitude articulés selon quatre concepts (convenance, émulation, analogie et sympathie) : « Jusqu’à la fin du XVIe siècle, la ressemblance a joué un rôle bâtisseur dans le savoir de la culture occidentale. C’est elle qui a conduit pour une grande part l’exégèse des textes : c’est elle qui a organisé le jeu des symboles, permis la connaissance des choses visibles et invisibles, guidé l’art de les représenter. », chapitre II, « La prose du monde ». Ainsi, la position centrale (Livre du roy Modus) ou en hauteur (Le Livre de chasse) du seigneur dans l’enluminure rappelle l’attitude du maître qui enseigne à ses vassaux ; la position des veneurs en bas de l’image (Le Livre de chasse et le codex Manesse) relègue le valet dans son seul rapport aux chiens ; la droite de l’image, l’élément le plus grand ou le plus haut ont plus d’importance que leurs opposés (la gauche, le plus petit, le plus bas) conformément à la hiérarchie des valeurs, et bien qu’en contradiction avec les règles de la perspective, etc.

22 La transcription donnée est celle de la première réécriture du paragraphe du brouillon f° 451v°.

23 Le veneur « s’en doit aller à son arbre qu’il aura remarqué le soir avant et monter dedans », Jacques Du Fouilloux, La Vénerie, Charles Lebossé, Angers, 1844, p. 28 à 34.
La première manière de chasser le cerf « est d’aller en vue ; tu dois aller si près que tu puisses voir les cerfs à l’œil […] et garde que […] les bêtes aient le vent de dos, car il te faut être en dessous du vent, puis monte haut en un arbre pour mieux voir », Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, édition Elzéar Blaze, op. cit., p. X.
« [...] et se lever à l’aube du jour ; et lors doit il aler à la veue pour veoir s’il verra chose qui li plaise, et leissier son limier en certain lieu où il ne puisse fère nul effroy ; et doit aler ès basses tailles de la forest, ou autre pays, où il puisse et doive veoir le cerf, et touzjours se garde que il se mete au dessouz du vent ; et puet monter sur un arbre affin que le cerf en puisse moins avoir le vent et qu’il puisse mieulx veoir de plus loinh. », La Chasse de Gaston Phœbus, édition Joseph Lavallée, p. 140.

24 Claudine Gothot-Mersch a comparé le procédé à un point d’appui : « Bref, ce qu’il semble chercher – obscurément peut-être – ce n’est pas d’abord la science, mais un ancrage, une prise sur quelque chose qui existe concrètement, matériellement, en dehors de lui, et sans quoi son activité créatrice s’exercerait à vide. C’est ici que s’articule, en une synthèse originale, l’imaginaire et la documentation. », Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, préface et annotation par Claudine Gothot-Mersch, Gallimard, Paris, 1983, p. 34.

25 Dans La Légende de saint Julien l’Hospitalier, et en contradiction avec la pratique, Julien remplit à lui seul toutes les fonctions d’un équipage : seigneur ou maître de la chasse, veneur, valet de chiens, page.

26 « Pas de rapidité ni de netteté, et il lui [Leconte de Lisle] manque la faculté de faire voir ; le relief est absent, la couleur même a une sorte de teinte grise. » lettre à Louise Colet, Croisset, mercredi 6 avril 1853 (Correspondance, tome II, p. 298).

27 Avant d’intégrer le langage figuré au XVIe siècle, le mot curée était exclusivement un terme de vénerie daté de 1160 signifiant « portion de la bête qu’on abandonne aux chiens ».

28 La Chasse de Gaston Phœbus, édition Joseph Lavallée, op. cit., p. 163. Dans Le Livre du Roy Modus, Elzéar Blaze explique la curée chaude, op. cit., p. XXIII. En revanche dans La Vénerie, Jacques Du Fouilloux ne développe que la curée froide « Celles qui se font au logis. », op. cit., p. 55.

29 Pierre-Marc de Biasi parle d’« assimilation des sources et [de] leur transformation synthétique en un objet personnel », Édition critique et génétique de "La Légende de saint Julien l’Hospitalier", thèse pour le doctorat de 3e cycle de Lettres Modernes présentée devant l’université Paris VII, 1982, tome 4, p. 618.

30 La Chasse de Gaston Phœbus, édition Joseph Lavallée, op. cit., p. 2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Légende de saint Julien l’Hospitalier
Légende BnF, Mss, NAF 23 663-II, f° 418, détail
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Le Livre du roy Modus
Légende Édition Elzéar Blaze, 1839, p. XVI
Crédits Crédit photographique : utilisation non commerciale libre et gratuite
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Le Livre du roy Modus et de la royne Racio et Codex Manesse
Légende À gauche, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, manuscrit médiéval, f° 12. À droite, Codex Manesse, manuscrit médiéval, f° 202v°.
Crédits Crédits photographiques : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Le Livre de chasse
Légende À gauche, Le Livre de chasse de Gaston Phœbus, manuscrit médiéval, f° 68. À droite, Le Livre de chasse de Gaston Phœbus, manuscrit médiéval, f° 77.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre La Vénerie
Légende À gauche, La Vénerie, Jacques Du Fouilloux, 1844, p. 30v°. À droite, La Vénerie, Jacques Du Fouilloux, 1844, p. 52v°.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2552/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Le Livre du roy Modus et de la royne Racio
Légende À gauche, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, édition Elzéar Blaze, p. 9v°. À droite, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, manuscrit médiéval, f° 6v°.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2552/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre La Vénerie
Légende La Vénerie, Jacques Du Fouilloux, p. 53v°
Crédits Crédit photographique : Bibliothèque nationale de France
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2552/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Le Livre du roy Modus et de la royne Racio
Légende À gauche, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, édition Elzéar Blaze, p. 23v°. À droite, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, manuscrit médiéval, f° 16v°.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2552/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Le Livre de chasse
Légende À gauche, Le Livre de chasse de Gaston Phœbus, manuscrit médiéval, f° 70. À droite, Le Livre de chasse de Gaston Phœbus, manuscrit médiéval, f° 72.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2552/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Le Livre de chasse et Le Livre du roy Modus et de la royne Racio
Légende À gauche, Le Livre de chasse de Gaston Phœbus, manuscrit médiéval, f° 68. Au milieu, Le Livre du roy Modus et de la royne Racio, manuscrit médiéval, f° 6v°. À droite, Le Livre de chasse de Gaston Phœbus, manuscrit médiéval, f° 77.
URL http://flaubert.revues.org/docannexe/image/2552/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Giraud, « La Légende saint Julien l’Hospitalier. La chasse au cerf, de l’image au texte », Flaubert [En ligne], 15 | 2016, mis en ligne le 20 juin 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2552

Haut de page

Auteur

Sylvie Giraud

ITEM/CNRS

Articles du même auteur

Haut de page