Navigation – Plan du site

Présentation : un art du langage

Philippe Dufour

Texte intégral

1Le plaisir est dans les détails. Ce numéro se veut une invitation à lire Flaubert par le menu, à prononcer ce « vœu de myopie » dont parle Jean-Pierre Richard dans Microlectures. Lire pas à pas : suivre un motif, repérer une image filée ou une figure de rhétorique, choisir une scène, élire un paragraphe, se demander la raison d’être d’un personnage secondaire ou d’un objet reparaissant, écouter une tonalité, s’interroger sur un mot-valeur, analyser la genèse d’un fragment de texte dans les brouillons, autant de manières d’écouter la lettre (la littérarité) où s’entend, moins que l’esprit, une pulsion, une répulsion, un désir, une angoisse, une rêverie, une signification en transit. Peu importe à partir de là les choix herméneutiques : psychanalyse sauvage à la manière du maître (rappelons dans le deuxième volume des Microlectures, Pages, paysages, le chapitre consacré à Bouvard et Pécuchet), sociocritique, ethnocritique, thématique, lecture d’esthète… Toutes ces approches se rencontrent dans les quelques études ici réunies et dans celles qui leur feront suite en un second numéro de microlectures au printemps prochain. Dans ces deux numéros, il s’est agi de réfléchir sur ce qui tout à coup, durant la lecture, nous séduit ou nous requiert.

2L’écrivain, disait Merleau-Ponty (en un contre Sartre), ne se sert pas du langage pour exprimer une idée comme le bricoleur de son marteau pour enfoncer un clou : sa pensée singulière ne s’exerce pas au moyen du langage, mais dans, par le langage. Microlire, c’est entendre ce sens en travail dans les mots. C’est lire au ralenti. Aujourd’hui que le discours dominant de la critique littéraire est un discours d’historien érudit (historien de la littérature, des idées, de la culture, c’est selon), on a voulu ici suivre une autre voie : en revenir au texte, à l’imaginaire du langage, – quand le texte n’est pas réductible à un contenu résumable, à une idée, qu’il n’est pas un document, témoignage parmi d’autres reflétant une position commune et représentative au sein d’une époque (où la grande œuvre côtoie de niveau les minores) : la microlecture met au jour le singulier. Importance du point d’observation : si je replace Flaubert dans une histoire du roman, je découvre ses accointances avec Balzac ou Stendhal ; si je le microlis, se découvre le Flaubert nec pluribus impar : l’intime de l’imaginaire. La microlecture rappelle cette évidence naguère clamée par Jakobson : que la littérature est un art du langage.

3Dans ce premier numéro, on trouvera des microlectures du Voyage en Orient, de Vie et travaux du R.P. Cruchard, de Madame Bovary, de L’Éducation sentimentale, d’Hérodias, d’Un cœur simple, de Bouvard et Pécuchet et de la Correspondance. Flaubert dans tous les sens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Dufour, « Présentation : un art du langage », Flaubert [En ligne], 16 | 2016, mis en ligne le 08 décembre 2016, consulté le 16 août 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2558

Haut de page

Auteur

Philippe Dufour

Université François-Rabelais (Tours)

Articles du même auteur

Haut de page