Navigation – Plan du site

Présentation : Le sens et la réticence

Philippe Dufour

Texte intégral

« …dans son œuvre comme dans la création, invisible et tout puissant »Afficher l’image
Crédits : © Musée du Louvre/A. Dequier - M. Bard

1Dans ce second e-volume, les microlecteurs, gens de goût, ont d’abord été retenus par Madame Bovary et L’Éducation sentimentale. Mais l’on trouvera aussi une réflexion sur le premier récit publié par Flaubert (ou au moins Gustave) : Bibliomanie. Magali Soulatges revisite un texte sur lequel peu de choses ont été écrites depuis Jean-Paul Sartre. En stylisticienne des genres, elle nous montre comment à chaque fois Flaubert trompe notre horizon d’attente, manipule les codes établis, amorce la signification et relance la lecture. Par là, elle pose la question fondamentale qui donne son unité à ce numéro : comment assigner le sens ? Flaubert joue à cache-cache.

  • 1 Voir le Journal des Goncourt à la date du 3 janvier 1857.

2Que cherche le microlecteur de Flaubert ? Au fond peut-être toujours d’abord un aveu. L’auteur se targue d’impersonnalité, refuse le discours explicite : le microlecteur est à l’affût du discours du texte. « De la forme naît l’idée », aurait dit un jour Flaubert à Théophile Gautier1. Le critique écoute les lapsus : vous, dit Flaubert à 34 reprises dans des phrases narratives de Madame Bovary. Mais je se dérobe, et Alain Vaillant montre que ce vous devient d’abord plaisir du lecteur ou de la lectrice (c’est à y perdre le sexe), perplexe devant les phrases : lyrisme, ironie ? La prose de Flaubert est essentiellement polyphonique (en consonance avec l’article d’Alain Vaillant, on relira l’étude de Jean-Marie Privat sur le bivocalisme de la parenthèse dans le numéro précédent).

3Ce supposé réaliste refuse le sens littéral, la lettre qui se prend pour le réel. Pareille confusion est l’affaire du dénommé Homais, qui lit les journaux : l’homme réaliste commence par là sa journée, disait Hegel. Homais est l’homme de l’illusion référentielle, Corinne Trichet y insiste. Mais dans le texte, quelque chose toujours résiste. Il nous dit la facticité du factuel. Voici dans L’Éducation sentimentale une simple phrase, une phrase simple : « Il n’y a que vous ! » Elle est composée des mots les plus élémentaires de la langue, et pourtant Jacques-David Ebguy en décortique toutes les ambiguïtés (le littéral même est polysémique), les malentendus, la mécompréhension qui jusqu’au bout sépare Madame Arnoux et Frédéric ; qui jusqu’au terme inquiète la lecture. Microlire, c’est ne pas céder au sens obvie.

  • 2 Saint-René Taillandier, « Le roman misanthropique. L’Éducation sentimentale, histoire d’un jeune ho (...)

4Mais alors, tout à coup, ce doute : et si à force de refuser le sens littéral, son prosaïsme, j’étais en train de surinterpréter le texte, de doter un invétéré sceptique d’une pensée quand même ? Quand Saint-René Taillandier lisait L’Éducation sentimentale, il s’interrogeait, cherchait le sens symbolique et se demandait s’il ne s’était pas fait flouer : « Le lecteur n’aurait pas une juste idée de ce tissu d’aventures, s’il ne remarquait pas que les événements de l’histoire intime du héros coïncident toujours exactement avec les catastrophes publiques. Frédéric va être aimé de Mme Arnoux quand la révolution de février remet tout en question ; il emmène Rosanette à Fontainebleau pendant que les journées de juin épouvantent la France ; il congédie Rosanette et rompt avec Mme Dambreuse au moment où s’accomplit le coup d’état du 2 décembre 1851. Que signifient ces combinaisons ? À les considérer en elles-mêmes, je suis persuadé qu’elles ne signifient absolument rien ; mais je suis persuadé en même temps qu’elles sont laborieusement préparées pour avoir l’air de signifier quelque chose. Ne rien dire et paraître profond, raconter des vétilles et prendre les allures de l’histoire, tel est ici le grand art2. » L’écriture flaubertienne désoriente la lecture. Elle a l’air décidément si rusée et peut-être un peu fumiste. Faut-il lire à plus haut sens ? Paul Raucy reprend ici, plus généreusement, l’irritante question de Saint-René Taillandier : entre l’intrigue amoureuse et l’intrigue politique dans L’Éducation sentimentale, quel rapport ? Des correspondances ? C’est sans doute la grande vertu de la prose flaubertienne que d’obliger à cette lecture active, prise dans l’hésitation des alternatives : tout à l’heure lyrisme ou ironie, maintenant lettre ou allégorie ?

  • 3 Claude Duchet, « Corps et société : le réseau des mains dans Madame Bovary », dans Graham Falconer (...)

5Lire littéralement, est-ce de toute façon jamais possible ? Voici Guy Larroux qui emboîtant le pas des personnages regarde leur manière de fouler le sol et aussitôt les rêveries du langage empêchent la dénotation : toutes ces multiples occurrences des démarches font de Madame Bovary un roman du terre à terre, du Bourgeois qui garde les pieds sur terre… En contrepoint pour ainsi dire, j’analyse l’image de l’oiseau attachée à Emma : les oiseaux flaubertiens s’abattent, le ciel est vide. Les deux motifs se corroborent ainsi en un même imaginaire de la pesanteur. Guy Larroux s’intéresse aussi aux chaussures en sociocritique : les pieds, comme les mains naguère étudiées par Claude Duchet3, font entendre tout le bruit du discours social. Flaubert, héritier de Balzac, est un « docteur ès sciences sociales » qui figure les langages non verbaux de son temps.

6Même dans la composition, dans ce qu’elle pourrait avoir de minimaliste, presque de non élaboré, épousant le rythme de la vie quotidienne, le récit discourt, dit et se contredit. Marie-Astrid Charlier repère combien l’emploi du temps hebdomadaire structure Madame Bovary et L’Éducation sentimentale, en disant tout à la fois l’ennui et l’attente de l’événement, les rituels bourgeois et le désir romanesque (et même, fusion oxymorique, le désir qui se ritualise : les jeudis d’Emma avec Léon). Le Dieu caché n’a pas besoin de parler : il peut se reposer, il a fait la semaine !

7Flaubert l’a-t-il vraiment dit ? peu importe, car toute son œuvre le dit : « De la forme naît l’idée. » L’écriture de Flaubert ne communique pas, mais elle exprime.

Haut de page

Notes

1 Voir le Journal des Goncourt à la date du 3 janvier 1857.

2 Saint-René Taillandier, « Le roman misanthropique. L’Éducation sentimentale, histoire d’un jeune homme, par M. Gustave Flaubert », Revue des Deux Mondes, 15 décembre 1869. Nathalie Petibon et moi avons réédité ce texte dans la présente revue : dossier 9/2013, § 15 pour la citation.

3 Claude Duchet, « Corps et société : le réseau des mains dans Madame Bovary », dans Graham Falconer et Henri Mitterand éditeurs, La Lecture sociocritique du texte romanesque, Samuel Stevens, Hakkert and Company, Toronto, 1975.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Dufour, « Présentation : Le sens et la réticence », Flaubert [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 26 juin 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2699

Haut de page

Auteur

Philippe Dufour

Université François-Rabelais (Tours)

Articles du même auteur

Haut de page