Navigation – Plan du site
L’amour entre les lignes : lectures de l’amphibologie (sur L’Éducation sentimentale)

« Il n’y a que vous ! » Lecture(s) d’une phrase singulière

There is no one like you!” Reading(s) of a singular declaration
Jacques-David Ebguy

Résumés

Ce texte s’arrête sur la singulière déclaration (et ses effets) de Mme Arnoux à Frédéric Moreau dans l’avant-dernier chapitre de L’Éducation sentimentale : « Il n’y a que vous ! ». Doit-elle être lue comme la construction « féminine » et sublime d’un lien électif ? Dit-elle plutôt le triomphe de l’imaginaire ? L’impossibilité réelle de tout rapport entre les deux sexes ? Tout cela à la fois peut-être, grâce au jeu qui s’instaure entre le tout et le rien, et l’exploration ambiguë de l’« entre » que propose le roman : il n’y a que des lectures.

Haut de page

Texte intégral

Lynn Shaler, Le Rendez-vousAfficher l’image
Crédits : Gallery 71, New York
  • 1 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, Œuvres, « Bibl. de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1952 (...)
  • 2 Ibid., p. 452.

1L’épisode est bien connu : au chapitre VI de la troisième et dernière partie de L’Éducation sentimentale, Frédéric Moreau, après avoir voyagé, fréquenté le monde, et laissé passer le temps, reçoit la visite, « vers la fin du mois de mars 1867 »1, de Mme Arnoux. Frédéric et celle qu’il aime depuis de longues années se décrivent l’un l’autre leur vie présente et marchent ensemble dans les rues de Paris en évoquant des souvenirs communs : tout rapproche les deux êtres, une intimité s’établit. Mais, dans son cabinet, à l’instant d’une possible concrétisation physique de son amour, Frédéric, frappé par les cheveux blancs de Mme Arnoux, recule. Cet arrêt, cette « délicatesse », enthousiasment Mme Arnoux qui s’exclame : « Il n’y a que vous ! Il n’y a que vous ! »2

  • 3 Pour une lecture plus globale de la scène de la dernière visite, dans une perspective génétique, vo (...)

2La phrase, ainsi répétée, retient l’attention. Comme « Ce fut comme une apparition » ou « C’est là ce que nous avons eu de meilleur ! », elle est de ces phrases qui semblent concentrer en elles l’expression et la signification d’un être, d’un moment et, au-delà, d’un aspect du roman. C’est à cette formule (sa place, sa fonction, ses sens possibles) que nous consacrerons ici une microlecture3.

3La déclaration, en sa forme hyperbolique, semble a priori relever de la déclaration d’amour classique. Après de longues années, la Dame reconnaît la grandeur de son chevalier servant, imposant silence à ses désirs pour préserver l’honneur de l’être aimé toute sa vie durant. Cependant, la forme de la phrase, son timing, son articulation à la situation, la possibilité de considérer la scène selon différents points de la vue – celui de Frédéric (rendu par le paragraphe en focalisation interne qui précède la déclaration), celui de Mme Arnoux (exprimé par sa brève prise de parole), et celui du narrateur, devenant celui du lecteur – font apparaître des paradoxes qui en rendent l’appréhension plus problématique.

Lecture 1 – L’amour au féminin

  • 4 Là où on aurait pu attendre l’imparfait d’une révélation nostalgique – « Il n’y avait que vous » –, (...)

4La déclaration, à l’échelle du roman et de son intrigue, fait événement. Sa répétition, l’usage de l’exclamation disent l’exaltation de Mme Arnoux, la brève intensité de la flambée amoureuse, l’absolu de l’Amour peut-être. La conjonction du présentatif impersonnel et d’un présent ambigu4 – n’a-t-il de valeur que ponctuelle ? Faut-il, à l’inverse, lui donner une valeur plus générale ? – donne d’ailleurs une valeur presque abstraite à cette profération flottante et presque extatique. Le présent établit une continuité temporelle avec le passé et en même temps installe la reconnaissance de l’affect dans une éternité hors du temps. Au premier abord donc, la déclaration instaure, enfin, le Deux. La croyance en un lien, en la possibilité et la persistance d’un lien, est affirmée.

  • 5 Voir Jean-Claude Milner, Les Noms indistincts [1983], Verdier poche, Lagrasse, 2007, p. 129.
  • 6 Ibid., p. 129-130.
  • 7 Ibid., p. 130.

5Mais le lien est ici pensé sous le registre de l’exception : « Il n’y a que vous ! » dit Mme Arnoux. La formule a ceci de remarquable que le recours à la négation restrictive et à la deuxième personne du pluriel, l’intensité de son énonciation viennent signifier la singularité d’un amour et la reconnaissance d’une pareille singularité chez l’autre – Frédéric est le seul, le seul à. Proclamer « Il n’y a que vous » consiste en effet, à rebours de la manière dont le roman représente les personnages, à distinguer l’autre, l’être aimé, en l’extrayant de la commune humanité. La formule valide l’existence de l’Unique, à la fois fantasmé et idéalisé. À lire le passage avec Jean-Claude Milner, commentant, dans Les Noms indistincts, Flaubert avec Lacan, Mme Arnoux serait ici une figure de l’appréhension féminine du lien. Du côté du social, le principe « masculin » se refuse à toute rencontre, se conforme au tout5 et dénie la singularité ; du côté du « pastout », le principe « féminin », refusant « quoi que se soit qui se présente dans la forme de l’universalisable », construit le lien « par les voies […] de l’exception sans limite »6. Mme Arnoux, se croyant femme, croit qu’un homme se lie en tant qu’il barre le tout, qu’il affirme une particularité, hors du social. Nul hasard à ce que l’affirmation du lien, d’un lien qui fait exception, se fasse au moment où Mme Arnoux s’affirme, pour la première fois peut-être, comme être sexué, prête à s’offrir au désir de Frédéric. Croyant au lien, elle croit, enfin et pour la première fois, au lien sexuel. « Que la sexuation soit l’occasion d’un lien, telle est bien en effet la croyance dernière, qui assure la perpétuation des êtres humains »7.

  • 8 Jean-Claude Milner évoquant la résistance, l’ « entêtement concentré à sauver la moindre particular (...)
  • 9 Cf. « Le petit cercle de ses idées se rétrécit encore, et le carillon des cloches, le mugissement d (...)

6Comme Emma Bovary avant elle, Mme Arnoux ne voit plus rien ni personne que l’être qu’elle a séparé et auquel elle veut s’attacher. Le personnage ne se définit plus que par un affect et une relation dans laquelle il s’absorbe. Il faut donc que Mme Arnoux se dévoue à Frédéric Moreau, comme la Félicité d’ « Un cœur simple » se dévoue, corps et âme, à tous ceux avec qui elle entre en relation8. « Un cœur simple » ne raconte-t-il pas un « resserrement progressif », la manière dont un personnage tout entier tendu vers l’objet de sa passion, arpente un territoire de plus en plus restreint9 ?

7Il n’y a que ce qui fait exception ? Il n’y a que l’Unique ?

Lecture 2 – Le règne de l’imaginaire

8Situer la formule dans son contexte, prendre en compte le point de vue de Frédéric, inscrit dans la scène, conduit toutefois à nuancer et compléter cette lecture.

9La construction de la séquence fait ainsi apparaître que la formule et la célébration ne viennent pas dans le bon tempo. Si Frédéric s’est abstenu, n’a pas « profité » de la situation, c’est pour des motifs complexes et composites dont le texte a lentement déplié l’enchevêtrement rien moins que sublime. Le roman souligne d’abord un choc et une déception :

  • 10 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 451.

Quand ils rentrèrent, Mme Arnoux ôta son chapeau. La lampe, posée sur une console, éclaira ses cheveux blancs. Ce fut comme un heurt en pleine poitrine.
Pour lui cacher cette déception, il se posa par terre à ses genoux, et, prenant ses mains, se mit à lui dire des tendresses10.

10Puis il explore, en un paragraphe distinct, la vie intérieure de Frédéric :

  • 11 Ibid., p. 452.

Frédéric soupçonna Mme Arnoux d’être venue pour s’offrir ; et il était repris par une convoitise plus forte que jamais, furieuse, enragée. Cependant, il sentait quelque chose d’inexprimable, une répulsion, et comme l’effroi d’un inceste. Une autre crainte l’arrêta, celle d’en avoir dégoût plus tard. D’ailleurs, quel embarras ce serait ! – et tout à la fois par prudence et pour ne pas dégrader son idéal, il tourna sur ses talons et se mit à faire une cigarette11.

11Le contraste stylistique et énonciatif avec le paragraphe suivant, consacré à Mme Arnoux, met en évidence une erreur de lecture. La connaissance du point de vue de Frédéric rend possible une lecture ironique de la scène : la déception, l’embarras, l’effroi symbolique de Frédéric sont transformés en sublime renoncement ; sans s’appesantir, le texte paraît souligner l’aveuglement de Mme Arnoux. Ce qui est célébré est une construction imaginaire, Frédéric, « tel qu’en Lui-même enfin l’éternité le change ». Dans le même temps, le Frédéric idéalisé de Mme Arnoux souligne, par contraste, la veulerie ou en tout cas le « prosaïsme » du « vrai ». L’ironie ne laisse rien en l’état.

12La déclaration, d’ailleurs, arrive à contre-temps, dans l’instant où rien ne peut (re-) commencer. Nous sommes bien ici, malgré le « présent » de l’exclamation, dans le temps de l’après coup. La suite de la scène le confirme, impitoyable. Le plaisir ou l’extase des deux personnages ne coïncident pas :

  • 12 Bernard Gensane, « La “route la plus longue” de Frédéric Moreau : du “rien” au “meilleur” », http:/ (...)

Mme Arnoux, jusque là trou noir dans le texte – à l’exception de l’apparition au premier chapitre – vierge et madone dans l’ombre de son mystère, s’illumine, libérant toute la tension qu’elle avait contenue jusqu’alors. [Mais] [l]a phase post coïtale est triste et inexorable : il continue de fumer, elle regarde à la pendule le temps – son seul maître – s’écouler12.

13La déclaration surprend et soulage mais n’instaure rien. La « déchirure » est résorbée. La restriction et la réduction à l’œuvre – Mme Arnoux tout entière absorbée par la contemplation admirative de Frédéric – témoignent donc d’une prodigieuse inattention au monde tel qu’il est, comme si le roman, selon un principe de contraste ou d’alternance récurrent, laissait finalement s’imposer une forme singulière d’imaginaire. Imaginaire tout entier ancré dans le passé, qui ne peut s’incarner dans le présent et se donner un futur.

  • 13 Isabelle Daunais, Frontière du roman. Le personnage réaliste et ses fictions, Les Presses de l’univ (...)
  • 14 Alain Schaffner, « Romanesque et niveaux de fiction. Du Grand Meaulnes (1913) aux Fruits du Congo ( (...)

14Mme Arnoux elle-même s’éloigne et s’enfonce dans le passé. Ne restent, au terme de la scène, que Frédéric, ses souvenirs, ses rêves, qui reviendront, avec ceux de Deslauriers, dans l’ultime chapitre du roman. « Il n’y a que Frédéric » : ne pourrait-on dès lors aller jusqu’à entendre dans la phrase de Mme Arnoux la prescience de son effacement à venir ou l’idée qu’elle n’aura été, dans le roman, que la création de l’imaginaire de Frédéric, une émanation de son esprit, une cosa mentale ? Est-ce la vérité du texte qui s’énonce inconsciemment : le roman et ses personnages auront d’abord été des images, des représentations13 forgées par Frédéric, « producteur de fictions dans la fiction »14 ?

15Il n’y a que des images ?

Lecture 3 – Le tout et le rien

16Négation restrictive d’un côté, effacement de l’autre : par un paradoxe frappant, la formule nous fait passer d’un extrême à l’autre. Si le modèle sublimé et impensé de l’amour de Frédéric pour Mme Arnoux est d’emblée celui de l’amour courtois, on constate qu’à l’annihilation de la volonté du chevalier, à la posture de Frédéric paraissant, de manière récurrente, s’effacer devant l’image de celle qu’il aime, placée sur un piédestal, semble répondre ici la déclaration de Mme Arnoux, effaçant toute marque de sa subjectivité pour exalter l’Autre. « Il n’y a que vous ! » : un présentatif, une adresse à la deuxième personne du pluriel et un moi, un je absent. Dans l’instant où elle se dit, Mme Arnoux ne se dit pas comme sujet, ne s’affirme pas : être parlant, pur être de profération – aucune notation n’épingle son attitude, son apparence, ou sa vie intérieure – qui ne profère que son absence ou son manque à être. Mme Arnoux se retire, n’est plus que don d’une parole qui célèbre : elle n’est rien quand Frédéric est tout.

  • 15 Jean-Claude Milner, L’Universel en éclats, Verdier, Lagrasse, 2014, p. 145.
  • 16 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 457.

17L’élection que dit la négation restrictive prend même le sens d’une rature. « Il n’y a que vous » : l’événement de la formulation, la dynamique de l’énonciation mettent entre parenthèses le monde autour, gomment les autres hommes (le mari, obstacle persistant, notamment) et le passé. Dans le jeu à trois termes établi – le je, le vous, le monde –, n’existe plus que le vous. L’amour apparaît en son fond « demande d’annulation du monde »15. La déclaration, en ce sens aussi, barre le monde comme totalité. De ce point de vue, la signification et l’effet de la déclaration annoncent ceux de la fameuse dernière réplique du roman : « C’est là ce que nous avons eu de meilleur ! »16. Là encore, un « couple », un duo en bout de course, se retrouve et, après avoir évoqué des souvenirs communs, situe le sens de son être en un lieu et un temps qui effacent tous les événements, tous les êtres dont le roman a précisément fait ses objets. Tout est annulé par les mots prononcés.

  • 17 Valeur qui est aussi, en un sens, celle du « Nous nous serons bien aimés » qui précède et du « C’es (...)

18Dans la dernière scène du roman cependant, l’effacement du passé produit par la parole de Frédéric se soutient, tout de même, de la mise en valeur d’un moment et de l’établissement, même dérisoire, d’un accord confortable et sécurisant : une parole répond à une autre. Dans le chapitre VI, aucune parole ne répond à celle de Mme Arnoux. Le flottement du récit dans les lignes qui suivent, l’adoption de la focalisation externe, le silence de Frédéric, l’absence totale d’évocation de sa réaction et de sa vie intérieure, le privent à son tour d’existence. Faut-il alors aller jusqu’à donner une valeur d’antiphrase à la formule17 (valeur assumée bien sûr non par la locutrice mais par le narrateur) ? « Il n’y a que vous ! » est lancé au moment où Frédéric se dérobe, au moment où, en un sens, il n’est déjà plus là, où il n’y a plus personne.

19Dès lors, la demande d’annulation échoue : le monde et le vide font retour.

  • 18 Jean-Claude Milner, L’Universel en éclats, op. cit., p. 146.

Le rêve de l’amour où l’on peut être un et deux au même instant se dissipe devant le réel : qui demande le deux de l’amour obtient la nullité, pris entre l’un à jamais perdu et le plusieurs à jamais triomphant18.

20Les deux mouvements sont parallèles : le réel, ce qui est entre, revient, et se défont les êtres. Les liens et les identités se dissolvent, et triomphent la distance et l’écoulement inexorable de l’existence, de ce qui passe. Observons ainsi l’effet de la formule sur le personnage qui la prononce : tout se passe comme si Mme Arnoux, après sa déclaration, se vidait progressivement de sa substance : corps en trop, présence qui s’éloigne, ombre qui disparaît. Le retour au point de vue de Frédéric à la fin de la scène la replonge ainsi dans le néant. Le jeu des pronoms dans les quatre dernières phrases du chapitre et le passage de formes personnelles (« Mme Arnoux », « elle ») à une forme neutre (« ce ») y dessinent, de phrase en phrase, la dissipation physique et symbolique de Mme Arnoux (mais aussi, la « suspension » de Frédéric, réduit à un regard indéchiffrable) :

  • 19 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 453.

Quand elle fut sortie, Frédéric ouvrit sa fenêtre. Mme Arnoux, sur le trottoir, fit signe d’avancer à un fiacre qui passait. Elle monta dedans. La voiture disparut.
Et ce fut tout19.

21En un sens, le « Et ce fut tout » terminal répond à et rime avec le « Il n’y a que vous ! » de Mme Arnoux. Et ce « tout » est un rien.

22Il n’y a que le rien ?

Lecture 4 – L’impossible rapport

23Du point de vue du couple, de la saisie du Deux, la survenue du « Il n’y a que vous ! il n’y a que vous ! » relève du paradoxe et enclenche un basculement. Paradoxe, car Mme Arnoux dit ce que Frédéric avait toujours voulu entendre, à l’instant où cette déclaration est, pour lui, proprement inaudible, irrecevable. Basculement, car la « réception » de la formule accuse la distance entre les êtres et le vide qui s’insinue. La construction par paragraphes de la scène a ainsi pour effet de souligner l’absence de liens ou, tout au moins, de liens de causalité entre ses différents moments. Manière d’insister sur l’enfermement des consciences, que la suite du passage montrera plus clairement encore. On songe au fameux vers du Vigny de « La Colère de Samson » : « Les deux sexes mourront chacun de son côté ». D’un côté la femme, de l’autre l’homme : entre les deux, un vide – qui n’est pas encore le néant – qu’explorent le roman et la scène. Rappelons que la déclaration de Mme Arnoux ne surgit qu’au moment de l’absence, du refus, ou de l’impossibilité du rapprochement physique et du rapport sexuel. La brève description des deux protagonistes qui suit fait d’ailleurs de cette déclaration une forme de substitut au rapport qui n’aura pas eu lieu : Frédéric fume une cigarette, Mme Arnoux se rassoit, sur le départ, déjà.

24Peut-être la seule solution pour le personnage flaubertien est-elle de n’être plus dans le rapport, mais, comme Félicité à la fin d’ « Un cœur simple », d’éprouver l’absolue présence du réel et de l’imaginaire, en abolissant la distance avec l’objet de son intérêt et de son désir. Aucune profération du côté de Félicité : rien qu’une identification-expansion, une mise en acte répétée du « Il n’y a que vous » qui, de fait, efface la séparation entre le vous, le monde et le moi.

  • 20 Ibid., p. 451.
  • 21 Ibid., p. 453.
  • 22 Sur ce point et pour une interprétation psychanalytique de la scène, voir Pierre Cogny, L’Éducation (...)

25Dans L’Éducation sentimentale, les divisions ne peuvent être surmontées. La parole intense surgit au point du non-rapport ; l’absence de rapport et l’absence de dialogue (Frédéric, nous l’avons noté, ne répond pas aux exclamations de Mme Arnoux) se confondent. À la suite du double « Il n’y a que vous ! », quelques phrases se succèdent, consacrées alternativement aux deux protagonistes, et font éprouver, presque physiquement, la distance qui se creuse entre les êtres. Si Frédéric voulait mettre ensemble « les délices de la chair et de l’âme »20, ici la séparation s’accomplit. Mme Arnoux ne peut aimer Frédéric que comme un fils (« Et elle le baisa au front comme une mère »21) : Mme Arnoux l’amante et Mme Arnoux la mère, le corps et l’âme se disjoignent, irrémédiablement22.

  • 23 Alain Badiou, Barbara Cassin, Il ny a pas de rapport sexuel. Deux leçons sur « LEtourdit » de Lac (...)

26Le roman montre l’incommensurabilité des désirs, l’« impossibilité du rapport »23 selon l’expression du philosophe Alain Badiou commentant l’énigmatique formule de Jacques Lacan : « Il n’y a pas de rapport sexuel ». La formule de Mme Arnoux peut aussi être entendue comme un témoignage inscient de l’impossible.

27Il n’y a que des mondes et d’impossibles rapports ?

Lecture 5 – Ambiguïté, mon beau souci

  • 24 « Ne pas la rendre ridicule. » s’enjoint Flaubert à propos de Mme Arnoux dans les brouillons de L’É (...)

28Comment dès lors considérer les personnages et juger la situation ? Quel affect la scène et son point d’acmé – l’énonciation du « Il n’y a que vous ! Il n’y a que vous ! » – suscitent-ils : moquerie, dérision, ironie, empathie, admiration ? Mme Arnoux est-elle cet être pathétique et illusionné qui s’aveugle sur la véritable nature de celui qui l’a aimée pendant de nombreuses années ? Flaubert tourne-t-il en ridicule le couple faussement romantique, l’amour faussement courtois, dont il présente ici la fin suspendue ? Faut-il préférer une lecture tragique de la scène, sensible au surgissement du malentendu, à la persistance du désaccord, à la fatalité de l’échec ? À moins que Mme Arnoux, si fugitivement présente en réalité, ne conserve une forme de sublimité 24, liée précisément à son éloignement, à la distance entre ses paroles et la réalité vécue ? C’est ainsi que Jean-Pierre Richard par exemple, mettant l’accent sur la grandeur conquise par les deux personnages, constants dans leur refus du corps, et soucieux de les différencier des couples de Madame Bovary, comprenait cette scène finale :

  • 25 Jean-Pierre Richard, Littérature et sensation. Stendhal, Flaubert [1954], « Points », Éditions du S (...)

C’est en somme pour avoir cru à la littérature, c’est-à-dire à l’irréel, que Marie et Frédéric sont devenus des héros de roman : authentiques par leur obstination à maintenir l’inauthentique, vivants et magnifiquement réels dans la mesure où, comme leur créateur, ils ont réussi à refuser la vie25.

29S’il est certes possible d’opter pour une de ces interprétations, le roman, au vrai, ne tranche pas réellement, tant les modes possibles d’appréhension de la situation se nouent dans la scène. La double exclamation de Mme Arnoux, à la lire dans son contexte, est certes plongée dans le bain acide de l’ironie flaubertienne ; on peut la juger dérisoire et creuse ; mais précisément : c’est de n’être qu’une phrase, brève, répétée, intense, sans lien réel avec ce qui précède directement, sans explicitation ni explication, que la formule met en valeur le personnage, comme pure apparition, surgissement d’une intensité, qui s’éteint aussitôt qu’apparue. Le mystère de Mme Arnoux est pour une part préservé. De même que dans l’univers fictionnel, le désir, la jouissance, ne naissent que du retrait, la « réserve » du personnage de Mme Arnoux fait naître l’ambiguïté et laisse subsister, le temps d’une formule, l’autre monde, l’espace autre – celui, peut-être, disait le poète, de « l’amour réalisé du désir demeuré désir » – dans lequel elle se meut. La formule – son surgissement et ses effets – aurait donc une valeur paradigmatique : elle pose et efface tout à la fois, oscille entre le néant et la plénitude ; un rêve d’unité s’exprime pour mieux marquer le triomphe de la séparation. Le geste final de Mme Arnoux, offrant à Frédéric une mèche de ses cheveux blancs, en figure parfaitement la paradoxale signification : la femme aimée se donne à l’Unique, sacrifie une partie d’elle-même, mais ce qu’elle offre est cela même qui a mis fin au désir.

  • 26 Voir Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 454.

30La construction de la scène fait donc de la réplique de Mme Arnoux un point singulier de concentration et d’évanouissement du sens. Densité des formulations, usage de la parataxe, force symbolique des paroles, des gestes et des déplacements : un texte ensuite se développe, qui appelle l’interprétation. Le roman et la relation entre les deux personnages ne trouvent d’ailleurs pas tout à fait leur achèvement ici, puisque de Mme Arnoux, il est tout de même question, brièvement, dans l’ultime chapitre du roman26. Comme si Frédéric avait continué, malgré tout, à penser à elle, voire à communiquer avec elle. On n’en a jamais fini avec les mots qui circulent, porteurs d’affects. D’un certain point de vue, il n’y a, pour Flaubert, que des mots. Et des lectures, pour les faire résonner et signifier.

31Il n’y a que vous, chers (micro-)lecteurs.

Haut de page

Notes

1 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, Œuvres, « Bibl. de la Pléiade », Gallimard, Paris, 1952, t. II, p. 449.

2 Ibid., p. 452.

3 Pour une lecture plus globale de la scène de la dernière visite, dans une perspective génétique, voir le riche article de Kazuhiro Matsuzawa, « L’illusion de la désillusion : Essai d’interprétation génétique de L’Éducation sentimentale », Flaubert [En ligne], 3 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2010, URL : http://flaubert.revues.org/955

4 Là où on aurait pu attendre l’imparfait d’une révélation nostalgique – « Il n’y avait que vous » –, le passé composé d’un aveu terminal – « Il n’y a eu que vous » – ou le futur antérieur d’une réalité encore à venir – « Il n’y aura eu que vous ».

5 Voir Jean-Claude Milner, Les Noms indistincts [1983], Verdier poche, Lagrasse, 2007, p. 129.

6 Ibid., p. 129-130.

7 Ibid., p. 130.

8 Jean-Claude Milner évoquant la résistance, l’ « entêtement concentré à sauver la moindre particularité », soit, dans son vocabulaire, l’ « idiotie » de ces figures féminines, évoque un « dévouement infini à certaine réalité qu’il s’agit par-delà tout de mettre hors de l’universel » (Ibid.).

9 Cf. « Le petit cercle de ses idées se rétrécit encore, et le carillon des cloches, le mugissement des bœufs n’existaient plus ! Tous les êtres fonctionnaient avec le silence des fantômes. Un seul bruit arrivait maintenant à ses oreilles, la voix du perroquet. » (Gustave Flaubert, « Un cœur simple », Trois Contes, Œuvres, « Bibl. de la Pléiade », Gallimard, Paris, t. II, 1952, p. 615)

10 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 451.

11 Ibid., p. 452.

12 Bernard Gensane, « La “route la plus longue” de Frédéric Moreau : du “rien” au “meilleur” », http://bernard-gensane.over-blog.com/article-etrouvons-flaubert-la-route-la-plus-longue-de-frederic-moreau-du-rien-au-meilleur-69451700.html

13 Isabelle Daunais, Frontière du roman. Le personnage réaliste et ses fictions, Les Presses de l’université de Montréal, Les Presses Universitaires de Vincennes (« Espace littéraire »), Montréal et Vincennes, 2002, p. 40.

14 Alain Schaffner, « Romanesque et niveaux de fiction. Du Grand Meaulnes (1913) aux Fruits du Congo (1951) », in Alain Schaffner (éd.), Récit d’enfance et romanesque, Romanesques, n° 1, 2004, p. 93.

15 Jean-Claude Milner, L’Universel en éclats, Verdier, Lagrasse, 2014, p. 145.

16 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 457.

17 Valeur qui est aussi, en un sens, celle du « Nous nous serons bien aimés » qui précède et du « C’est là ce que nous avons eu de meilleur ! », qui suivra.

18 Jean-Claude Milner, L’Universel en éclats, op. cit., p. 146.

19 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 453.

20 Ibid., p. 451.

21 Ibid., p. 453.

22 Sur ce point et pour une interprétation psychanalytique de la scène, voir Pierre Cogny, L’Éducation sentimentale de Flaubert. Le monde en creux, Librairie Larousse, Paris, 1975, p. 181-187.

23 Alain Badiou, Barbara Cassin, Il ny a pas de rapport sexuel. Deux leçons sur « LEtourdit » de Lacan, Fayard, Paris, 2010, p. 111. Jean-Claude Milner commentant la formule de Lacan, parle pour sa part d’« absence de rapport réel entre êtres parlants » (Clartés de tout. De Lacan à Marx, d’Aristote à Mao, Verdier, Lagrasse, 2011, p. 107).

24 « Ne pas la rendre ridicule. » s’enjoint Flaubert à propos de Mme Arnoux dans les brouillons de L’Éducation sentimentale (fー 37v°, Carnet 19, Pierre-Marc de Biasi (éd.), Carnets de travail, Balland, Paris, 1988, p. 293).

25 Jean-Pierre Richard, Littérature et sensation. Stendhal, Flaubert [1954], « Points », Éditions du Seuil, Paris, 1990, p. 225.

26 Voir Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 454.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques-David Ebguy, « « Il n’y a que vous ! » Lecture(s) d’une phrase singulière », Flaubert [En ligne], 17 | 2017, mis en ligne le 26 juin 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://flaubert.revues.org/2740

Haut de page

Auteur

Jacques-David Ebguy

Université Paris Diderot-Paris 7 – CERILAC

Haut de page