Navigation – Plan du site

Ajouts, omissions, substitutions : la main fautive des copistes dans le texte de L’Éducation sentimentale

Pierre-Marc de Biasi et Déborah Boltz

Résumés

« Fini ! mon vieux ! Oui, mon bouquin est fini […] Je suis à ma table depuis hier, huit heures du matin. La tête me pète. N’importe, j’ai un fier poids de moins sur l’estomac ». On a reconnu le billet, resté célèbre, où Flaubert annonce à Jules Duplan la fin de son roman qu’il a mis près de cinq ans à rédiger. Or, le 16 mai 1869, date du billet, Flaubert n’en a pas tout à fait fini avec son « bouquin » comme le montre l’intense travail de relecture et de correction accompli pendant les mois qui vont suivre. Après avoir passé une bonne semaine à « recaler » son manuscrit (du 16 au 24 mai), il le donne à recopier et c’est cette « mise au propre », soigneusement calligraphiée, qui servira aux typographes compositeurs pour la fabrication des épreuves. C’est aussi cette copie que Flaubert communique à quelques proches notamment à Maxime Du Camp qui rédige à ce sujet douze pages d’observations…Et enfin, c’est sur cette copie que Flaubert compte bien revoir son texte « phrase par phrase » avec Louis Bouilhet. Mais Bouilhet meurt prématurément fin juillet et c’est seul que Flaubert effectue les dernières corrections du texte de L’Éducation sentimentale. La période de relecture et de correction de la copie dure une quinzaine de jours, au terme de laquelle, l’écrivain remet le manuscrit remanié à son éditeur (le 14 août 1869). La copie des copistes – nous avons pu relever près de quatre graphies différentes - n’a fait, à ce jour, l’objet d’aucune étude critique. Pourquoi ? Sans doute parce que l’activité même de « recopie » a toujours été considérée comme négligeable, anodine, ne pouvant révéler rien d’intéressant, le manuscrit des copistes n’étant en principe que la reproduction servile du Manuscrit définitif autographe… Or il n’en est rien, et ce manuscrit constitue bien un document de genèse irremplaçable, d’autant plus essentiel que l’on ne dispose pas des épreuves corrigées du roman. À côté des transformations de dernière minute voulues par Flaubert, cette copie contient de nombreuses erreurs dues à la négligence des scribes : des altérations du texte qui ont échappé à l’œil de l’écrivain et qui ont été reproduites dans les deux éditions de L’Éducation sentimentale publiées de son vivant (en 1869 et 1879). À partir d’exemples précis, on cherchera à montrer comment ces erreurs de tous ordres (ajouts, omissions, substitutions, déplacements…) ont pu, sur de nombreux points, modifier la lecture du texte de L’Éducation sentimentale. Quelles répercussions ces modifications « non auctoriales » ont-elles sur le sens ou sur l’interprétation du roman? Quels sont les réseaux de sens non voulus par l’auteur qui se sont trouvés induits abusivement par ces « fautes de lecture » ? À l’inverse, quelles sont les logiques significatives, construites par l’écrivain, dont ces lapsus calami nous privent ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir Pierre-Marc de Biasi, Génétique des textes, « L’édification d’un patrimoine : le cas Hugo », (...)

1Entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XIXe, l’objet manuscrit change de statut et acquiert une valeur propre : il est sacralisé par l’écrivain qui commence à conserver scrupuleusement ses papiers, témoins de son travail et de son originalité. En France, c’est Victor Hugo qui incarne le premier cette prise en considération du manuscrit conçu comme un nouveau bien culturel et comme une sorte d’équivalent symbolique du corps de l’écrivain1.

2Le premier geste symbolique et pratique par lequel s’opère ce changement d’attitude des auteurs à l’égard de leur propre manuscrit est celui qui consiste à ne plus livrer à l’imprimeur le manuscrit original mais une copie que l’auteur fait faire par un professionnel, communément appelé « copiste ».

3De ce fait, même si elle a toujours été peu reconnue, voire considérée comme négligeable, anodine, l’activité du « copiste » au XIXe siècle participe pleinement à la préservation du manuscrit « écrit de la main de l’auteur ». C’est cette copie qui va s’offrir aux diverses manipulations des typographes compositeurs qui y laisseront les traces de leur propre travail : coups de crayon, annotations, taches d’encre, pliures multiples, etc.

4Faire réaliser une copie de son manuscrit, répond aussi à la nécessité de fournir une « mise au propre », soigneusement calligraphiée, que les typographes pourront aisément déchiffrer pour préparer les épreuves : il est donc essentiel que l’écriture soit impeccable et facile à lire. Et c’est également cette ultime « mise au net » que l’écrivain pourra éventuellement communiquer, pour avis ou conseils, à ses proches.

5Bref, cette « copie » devient une sorte de support de travail « idéal » qui va servir à l’écrivain pour donner à lire son texte en avant-première à quelques amis et le parachever par des corrections de détail, mais qui va surtout être utilisé par les typographes comme le modèle sur lequel il s’agit de composer le texte à imprimer.

  • 2  Dans sa thèse sur La Légende de saint Julien l’Hospitalier, P.-M. de Biasi a pointé l’erreur du co (...)

6Or, si cette copie préserve la matérialité du manuscrit original d’éventuelles altérations, peut-on en dire autant pour son contenu : le texte ? En réalité, cette « copie » n’est jamais une reproduction intégralement fidèle du manuscrit autographe. Faut-il s’en étonner ? Pas vraiment : « recopier » mécaniquement un texte introduit inévitablement des erreurs. Et le cas de Flaubert est sur ce point intéressant. Il suffit de feuilleter pour s’en convaincre les apparats critiques des éditions savantes ou de lire un peu de critique flaubertienne2 : pratiquement aucun texte de Flaubert n’a pu échapper à la main fautive du copiste.

7Il reste pourtant une « copie » qui n’a pas réellement suscité l’intérêt des flaubertiens : la copie du manuscrit autographe de L’Éducation sentimentale.

  • 3  Le Manuscrit définitif autographe et sa copie sont conservés à la Bibliothèque Historique de la Vi (...)
  • 4  On ne possède pas les épreuves corrigées de L’Éducation sentimentale (ni celles d’ailleurs des aut (...)

8Critiques et éditeurs ont bien signalé, ça et là, quelques anomalies dans le texte du roman parisien, mais sans jamais réaliser un examen complet de cette copie. Pourtant, à y regarder de près, la question des divergences entre le Manuscrit définitif autographe et sa copie3 mérite indiscutablement une étude exhaustive. Il s’agit même d’une nécessité lorsqu’on sait l’importance d’un tel collationnement dans l’éclaircissement d’un certain nombre de problèmes épineux que pose l’établissement de ce texte. Et cette étude paraît d’autant plus indispensable que l’on ne dispose pas des épreuves du roman4

  • 5  On a choisi deux abréviations : (MD) pour le Manuscrit définitif autographe et (MC) pour la copie (...)

9Lorsqu’on étudie de près ces deux manuscrits, on constate que sur la « copie » coexistent les modifications voulues par l’écrivain et de nombreuses « fautes de lectures » commises par les scribes (transformations, disparitions, mystérieuses additions…) : des altérations qui ont échappé à l’œil de Flaubert et qui ont été reproduites dans les deux éditions publiées de son vivant (en 1869 et 1879)5.

10Sans chercher à faire ici l’inventaire complet et l’analyse de l’ensemble de ces transformations, on tentera de faire le point sur ces erreurs qui se sont introduites par effraction dans le texte de L’Éducation sentimentale et qui se retrouvent aujourd’hui dans toutes les éditions du texte.

11À partir de quelques exemples précis donc, il s’agira de mesurer en quoi ces modifications « non auctoriales » ont pu altérer non seulement notre rapport au sens du texte mais aussi au travail stylistique de Flaubert. Qu’en est-il de l’incidence de ces lapsus calami commis par les copistes dans l’interprétation du texte de L’Éducation sentimentale ? Quels sont les réseaux de sens non voulus par l’auteur qui se sont trouvés induits abusivement par ces « fautes de lecture » ? À l’inverse, quelles sont les logiques significatives, construites par l’écrivain, dont ces erreurs nous privent ?

Repères chronologiques : l’été 69

  • 6  Lettre à Jules Duplan, 16 mai 1869, dans G. Flaubert, Correspondance, édition établie par Jean Bru (...)

12Début mai 1869, c’est la dernière ligne droite : dans une lettre datée du 5 mai, Flaubert précise à sa nièce qu’il se laisse entre quinze jours et trois semaines pour finir son roman de manière à pouvoir donner son manuscrit à recopier vers le 20 ou le 25 mai. À la mi-mai, le manuscrit de L’Éducation sentimentale est terminé et Flaubert l’annonce dans un billet, resté célèbre, qu’il adresse à Jules Duplan : « Fini ! mon vieux ! Oui, mon bouquin est fini […] Je suis à ma table depuis hier, huit heures du matin. La tête me pète. N’importe, j’ai un fier poids de moins sur l’estomac »6. Or, ce 16 mai 1869, date du billet, Flaubert n’en a pas tout à fait fini avec son « bouquin » comme le montre l’intense travail de relecture et de correction accompli pendant les mois qui vont suivre.

  • 7  Lettre à sa nièce Caroline, 23 mai 1869, Corr., pp. 46-47.
  • 8  Lettre à George Sand, 4 juin 1869, Corr., p. 49.

13Il consacre la semaine suivante (du 16 au 24 mai) à « recaler » (c’est son mot) son manuscrit définitif. Le 23 mai, il annonce à sa nièce que les révisions sont terminées : la recopie devrait durer entre « huit à dix jours » et ce n’est qu’après l’avoir relue qu’il prévoit de revenir à Croisset7. Comme prévu, le manuscrit est donné à recopier le lendemain de la lettre et le 4 juin, la copie est fin prête8. Trois jours plus tard, le 7 juin, Flaubert quitte Paris pour Croisset, en ayant pris soin avant son départ de communiquer la copie du manuscrit à Maxime Du Camp (probablement vers le 5 juin).

  • 9  Voir les lettres de Bouilhet à Flaubert datées du 29 mai, 30 mai et 2 juin 1869, Corr., « Appendic (...)
  • 10  Lettre à sa nièce Caroline, 9 juin 1869, Corr. p. 51.

14Que Flaubert communique la copie de son manuscrit à Maxime Du Camp n’a rien d’étonnant : on sait qu’il lui avait déjà confié la relecture de la copie du manuscrit de Madame Bovary et celle de Salammbô. En revanche, ce qui paraît étrange c’est que Flaubert lui ait communiqué la copie de L’Éducation sentimentale sans l’avoir préalablement relue (comme il l’avait annoncé à sa nièce) et surtout corrigée avec Bouilhet. Cette attitude peut sans doute s’expliquer par le fait que Bouilhet, accaparé par des travaux urgents de rédaction, avait prévenu Flaubert, plusieurs jours auparavant9, qu’il ne serait probablement pas disponible pour commencer les corrections de L’Éducation sentimentale avant la deuxième quinzaine de juin. Aussi dans l’attente de revoir son texte « phrase par phrase »10 avec Bouilhet, Flaubert décide-t-il de confier la copie à Maxime.

  • 11  Voir notamment les billets de Flaubert à Jules Duplan du 13 juin 1869, Corr., p. 52 ; et du 5 juil (...)
  • 12  Lettre à sa nièce Caroline, 19 juin 1869, Corr., pp. 55-56.
  • 13  Lettre à Madame Ernest Feydeau, 24 juin 1869, Corr., pp. 58-59.

15De retour à Croisset, pendant ce mois de juin 69, Flaubert ne s’occupe plus de son roman parisien et se concentre exclusivement sur sa « vieille toquade » de saint Antoine. La copie du manuscrit de L’Éducation sentimentale est à Paris et passe entre les mains de Maxime, Adèle Husson, Jules et Ernest Duplan11. Pourtant, le 19 juin, Flaubert annonce à sa nièce qu’il va commencer les dernières corrections du roman avec Bouilhet la semaine suivante12. Or ce dernier, de retour à Rouen le 20 juin est dans « un état nerveux si déplorable » qu’il repart presque aussitôt pour « le Midi de la France »13. Les ultimes corrections du roman parisien sont donc renvoyées à plus tard, pour la seconde fois. Le 5 juillet, Flaubert reçoit la copie du manuscrit avec les douze pages d’observations de Maxime. Les remarques de Du Camp le dépriment et l’absence de son ami Bouilhet retarde le travail de correction du roman :

  • 14  Lettre à sa nièce Caroline, 7 juillet 1869, Corr., pp. 65-66.

[…] Monseigneur est parti pour Vichy il y a 8 jours. Il ira ensuite au Mont-Dore. On ne sait pas au juste ce qu’il a. […] Sa maladie, outre qu’elle m’afflige beaucoup, pour lui, me gêne dans mes petites affaires personnelles, car nous devions ensemble revoir mon roman. Quand sera-t-il en état de s’occuper de cette besogne ? S’il ne revient pas dès le commencement d’août, je serai obligé de revenir ici dans le mois de septembre. […]14

  • 15  Lettre à la Princesse Mathilde, 30 juillet 1869, Corr., p. 79.
  • 16  Lettre à Michel Lévy, 12 août 1869, Corr., p. 85.

16Bouilhet est de retour le 10 juillet. Entre le 10 et le 17 juillet, Flaubert le visite régulièrement, mais l’état physique et mental de son ami est tel qu’il paraît totalement improbable qu’ils aient pu travailler aux corrections du roman. Bouilhet meurt brutalement le 18 juillet. Et c’est donc seul, et en proie au chagrin, que Flaubert se met aux dernières corrections du texte de L’Éducation sentimentale, dix jours après l’enterrement, vers le 30 juillet15. La période de relecture et de correction de la copie dure une quinzaine de jours, au terme de laquelle, l’écrivain remet le manuscrit remanié à son éditeur (le 14 août 1869)16.

Le manuscrit des copistes

  • 17  Lorsque la copie du Manuscrit définitif autographe est citée, c’est toujours sous l’appellation «  (...)
  • 18  M. Aprile, « Flaubert and the irony of “Le mot juste” : the editions of Salammbô » op., cit. p. 22 (...)

17L’examen attentif de la copie du manuscrit autographe révèle l’existence de plusieurs styles d’écriture qui laissent supposer la présence d’au moins quatre mains différentes17. Dans les années 1990, Max Aprile, connu pour ses travaux sur Salammbô, a pu également identifier quatre graphies différentes sur la copie du manuscrit définitif du roman carthaginois et a émis l’hypothèse que « la copiste » dont parle Flaubert dans ses lettres ait « sous-traité » le travail de recopie à trois autres copistes18… Ce travail collaboratif des copistes n’avait d’ailleurs rien d’exceptionnel. En reprenant l’hypothèse de M. Aprile, on peut imaginer que Flaubert ait confié, sept ans plus tard, la copie de son roman parisien à la même copiste (dont on ne connaît pas le nom) et que celle-ci ait agi de la même façon que pour Salammbô en partageant le travail avec d’autres copistes.

18Mais les graphies présentes sur la copie de Salammbô ne semblent pas correspondre à celles que l’on trouve sur la copie de L’Éducation sentimentale. L’hypothèse des mêmes copistes est donc à exclure. En revanche, ce qui est sûr, c’est que la copie de L’Éducation sentimentale (comme celle de Salammbô d’ailleurs) a été réalisée par des copistes parisien(ne)s : bien que d’apparence anecdotique, cette précision topographique trouvera son utilité, on va le voir, un peu plus loin.

  • 19  Je tenais à faire cette précision car le nombre de pages qui composent le manuscrit des copistes h (...)

19Que le travail ait été confié à plusieurs copistes n’étonne pas vraiment : la recopie a été réalisée en à peine une dizaine de jours (entre le 25 mai et le 4 juin environ) ce qui aurait fait beaucoup pour une seule main si l’on se souvient que cette copie, au final, compte 663 pages19. Flaubert avait dû dire qu’il était pressé, on a donc mis plusieurs copistes parallèlement au travail pour le satisfaire. Mais si la multiplication des mains a permis de faire vite, elle n’a certainement pas aidé à diminuer les risques d’erreurs.

20Le manuscrit contient plus de trois cents modifications imputables aux copistes. Flaubert en a corrigé de sa main plus d’une centaine, en les considérant comme des erreurs puisqu’il a rétabli la formulation de son manuscrit autographe. Mais deux cents autres modifications environ n’ont pas été traitées par l’écrivain et se sont donc trouvées reconduites dans toutes les éditions du texte. C’est un nombre important, et la question qu’il faut se poser est la suivante : ces modifications ou ces « fautes de lectures » ont-elles été maintenues parce qu’elles ont été finalement approuvées par Flaubert au moment de la relecture de la copie ? mais dans ce cas, faut-il admettre, alors que rien ne l’atteste, qu’il existait une sorte de collaboration entre Flaubert et ses copistes ? Ou bien doivent-elle être considérées, purement et simplement, comme des « erreurs » qui auraient été cautionnées par une lecture distraite de l’auteur ?

  • 20  Ce sera le cas, pour la première fois, pour l’édition de L’Éducation sentimentale, dans la collect (...)

21À la première question, on ne peut que répondre par la négative : non, ces modifications n’ont pas été approuvées par Flaubert au moment de la relecture, et les dommages créés par certaines de ces « transformations » tendent à le prouver. Quant à la réponse à la seconde question, elle est incluse dans la première : oui, ces modifications allographes non repérées par Flaubert doivent être considérées comme de véritables altérations du texte qu’il convient donc, sans aucun doute, de corriger dans une édition scientifique de l’œuvre20.

Codage auctorial et activité du copiste

  • 21  Voir sur ce point les deux articles de P.-M. Wetherill intitulés « Le Style des thèmes I. et II. É (...)
  • 22  Les erreurs des copistes qui portent sur le temps et le mode des verbes sont légions. Le « i » non (...)
  • 23  Quelques exemples de « doublons » corrigés ou non par Flaubert sur la copie des copistes : « Il se (...)

22Pour comprendre pourquoi on doit aux copistes tant d’erreurs, il faut sans doute commencer par faire un détour du côté du manuscrit qui a servi à la copie. Le Manuscrit définitif autographe de L’Éducation sentimentale, on le sait21, n’était pas impeccable. Surcharges, repentirs, ajouts, ratures, hésitations, usages de signes diacritiques, particularités graphiques de l’écriture (notamment la ponctuation) ont, assurément, gêné le travail des copistes qui ont peiné à déchiffrer l’écriture de Flaubert et ses bizarreries. On le voit dans la confusion qu’ils font de certains mots comme « presque » et « jusque », de lettres « d » et « l » (souvent le « d » est interprété comme un « l » chez le copiste, et cette confusion se solde fréquemment par une substitution de l’article défini à l’article indéfini), ou encore du participe présent et de l’imparfait (troisième personne du singulier)22. On constate également de nombreux redoublements de mots ou de groupes de mots dû probablement à la fatigue, au changement d’une page ou bien à la reprise de la copie d’un copiste à l’autre23 ; au fil de l’écriture, il advient même qu’un mot « indéchiffrable » devienne un espace vide sur la copie en attente de la correction de l’auteur…

23Mais ces difficultés assez visibles en cachent beaucoup d’autres qui n’ont pas toujours été comprises ni même aperçues par la critique. Il semble bien que les singularités de la mise en page et les idiosyncrasies des tracés flaubertiens aient souvent conduit les copistes à des interprétations erronées du manuscrit original avec comme conséquence de nouvelles corrections de Flaubert mais aussi, et plus souvent encore, des oublis qui ont dégradé le texte original.

24C’est le cas des signes graphiques indiciels utilisés par Flaubert dans son système de relecture et de correction comme, par exemple, l’utilisation du trait courbe qui relie la fin d’une phrase avec le début de celle qui suit pour signifier la suppression d’un alinéa ou encore l’utilisation du trait courbe établi au-dessus d’un mot pour indiquer que le mot est à passer. Ce signe graphique, très proche du barré (à une différence près que le mot n’est pas raturé) n’a pas toujours été compris des copistes qui, non seulement ne le recopient pas, mais rétablissent le mot « supprimé » par Flaubert sans que ce dernier relève l’erreur. À l’inverse, les copistes peuvent recopier consciencieusement les indications numériques (1, 2) que Flaubert distribue au-dessus de deux mots ou groupes de mots pour indiquer leur place relative dans la phrase…

25Autre difficulté : il n’est pas rare que Flaubert commence la première ligne d’un nouveau paragraphe sans faire de retrait, ce qui rend l’alinéa peu visible, voire totalement invisible lorsque la ligne qui précède va jusqu’au bout de la ligne. Dans ce cas précis les copistes, qui n’ont aucun moyen de savoir qu’il s’agit d’un nouveau paragraphe se « trompent » quasi systématiquement.

26Et le problème se corse à chaque fin de page du Manuscrit définitif : comment savoir si le texte qui commence à la page suivante est un nouveau paragraphe ou se situe dans la continuité du bas de page qui précède ? La chose est sans ambiguïté si c’est la même phrase qui se développe à la fin de la page et se poursuit au début de la page suivante ; mais que faire lorsque la page qui suit commence avec une nouvelle phrase donnée sans retrait ?

27En collationnant les deux manuscrits, on se rend compte que, dans la copie, il y a pratiquement toujours une correction de l’alinéa, de la part de Flaubert, à l’endroit du texte qui correspond, dans le Manuscrit définitif, à la fin d’une page et au début d’une nouvelle page : Flaubert corrige soit en rétablissant l’alinéa, soit en le supprimant, selon l’erreur faite par le copiste. À partir de ces corrections, on remarque également que sur son Manuscrit définitif, pour indiquer l’alinéa au commencement d’une nouvelle page, Flaubert utilise un code visuel lié à la disposition de l’énoncé sur la page : si le haut d’une page doit commencer avec un nouveau paragraphe, le texte du bas de la page qui précède est pratiquement toujours écrit tout à gauche de la page. Inversement, si le haut d’une page est la continuité de la fin de la page qui précède (qu’elle commence ou non une nouvelle page), Flaubert écrit fréquemment son texte (parfois juste deux mots) tout à droite de la page qui précède.

28Précautions inutiles, car visiblement, les copistes ne semblent pas avoir été attentifs à ces subtilités : au lieu d’aider les copistes, les particularités de l’écriture de Flaubert et ses systèmes de codage ont sans doute contribué à les égarer et à multiplier les erreurs dans le texte de L’Éducation sentimentale.

Contributions fantaisistes des copistes

  • 24  Les modifications de Flaubert sur la copie sont facilement repérables : l’encre brune assez foncée (...)
  • 25  Si Flaubert avait déjà lu des parties de son roman à quelques proches, notamment à G. Sand ou à J. (...)
  • 26  À l’inverse, il est plutôt amusant de remarquer que dans ses douze pages d’observations, Du Camp, (...)

29Flaubert a passé un peu moins de quinze jours (du 30 juillet au 13 août) à corriger sa copie avant de la donner à l’éditeur. Sur cette copie, il a réalisé deux grands types de modifications24 : des transformations proprement dites du texte initial (dont une bonne centaine, on le sait, a été motivée par les remarques de M. Du Camp, d’E. Duplan et d’A. Husson25) et des corrections des « fautes » des copistes… Si une bonne partie des erreurs des copistes a bien été corrigée par Flaubert (notamment celles pointées par M. Du Camp26) d’autres en revanche lui ont échappé et ont subsisté dans la copie comme dans les deux éditions du vivant (1869 et 1879).

Substitutions

  • 27  Quelques exemples : « pots de fleurs » (MD f° 130) devient « pots à fleurs » (MC f° 162) et en 186 (...)

30Parmi ces lapsus calami, ce sont les substitutions qui prédominent. Sur la centaine des substitutions que l’on doit à la négligence des copistes et qui ont échappé à Flaubert, vingt-neuf ont été corrigées après coup, soit en 1869 au moment de la correction des épreuves, soit en 1879, et certaines ont entraîné des modifications du texte initial27. Restent donc soixante-cinq substitutions, non repérées par Flaubert et qui se retrouvent dans toutes les éditions actuelles du texte. Elles touchent toutes sortes de mots : des articles, des pronoms, des verbes, le temps des verbes ou leur mode, des substantifs, des prépositions, des adverbes et des adjectifs… Parmi ces substitutions (dont chacune mériterait bien évidemment qu’on s’y attarde en détail), on prendra deux exemples : ils suffiront à montrer que l’analyse des manuscrits peut être déterminante pour nuancer certaines leçons retenues par les éditeurs et éviter des lectures abusives de ceux qui fondent leurs travaux d’analyse exclusivement sur le texte imprimé.

Double liaison

31Au quatrième chapitre de la troisième partie du roman, Frédéric entretient une « double liaison » : il est à la fois l’amant de Rosanette, dont il vient d’avoir un enfant, et celui de Madame Dambreuse dont la stature sociale le flatte. Flaubert résume en une phrase une journée-type de ce pauvre Frédéric qui, sans plus trouver une minute à lui, s’épuise, avec tout de même un certain plaisir, à combler ses deux maîtresses. Toutes les éditions donnent le texte suivant :

  • 28  Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., pp. 571-572.

Il [Frédéric] mena dès lors une existence double, couchant religieusement chez la Maréchale et passant l’après-midi chez Mme Dambreuse, si bien qu’il lui restait à peine au milieu de la journée, une heure de liberté.28

32Dans cette phrase, la modalisation du verbe familier « coucher » par un adverbe aussi fortement connoté que « religieusement » pour décrire l’attitude de Frédéric à l’égard de Rosanette a de quoi faire sourire le lecteur. Par-delà l’extrême attention que porte l’apprenti libertin à passer toutes ses nuits chez sa maîtresse attitrée, cet adverbe, chargé de sens, oblige un lecteur attentif, même malgré lui, à faire le lien avec une autre femme du roman, qui incarne précisément cette passion quasi religieuse : la véritable absente de ce trio, Marie Arnoux…

  • 29  MC f° 594. Dans le Manuscrit définitif autographe f° 436, on lit : « Il mena des lors une doub exi (...)
  • 30  Les manuscrits de L’Éducation sentimentale sont conservés à la Bibliothèque nationale de France au (...)

33Pendant des générations, nombreux ont donc été les lecteurs qui se sont ici interrogés sur la captation du religieux par Rosanette. Faut-il y lire une évolution implicite du personnage de Frédéric ? un désinvestissement à l’égard de son « grand amour » ? un prosaïsme délibéré ? une provocation de la part de Flaubert ? Rien de tout cela. Si on se reporte au manuscrit autographe, on s’aperçoit que l’on doit ce joli lapsus au copiste29 : il ne fallait pas lire « religieusement » mais « régulièrement ». Le choix de l’adverbe vient de loin : tous les brouillons portent « régulièrement »30. Remarquons au passage que « régulièrement » évoque une certaine intermittence dans la présence de Frédéric, tandis que « religieusement » laisserait plutôt supposer une présence quasi-quotidienne, une dévotion journalière, que Frédéric aurait pu consacrer à Marie Arnoux mais qui paraît, en effet, un peu excessif vis-à-vis de Rosanette. Peut-être faut-il aussi entendre, dans le choix que Flaubert fait de l’adverbe « régulièrement », l’idée implicite de présenter Frédéric au sens propre comme le « régulier » de Rosanette, succédant, de ce fait, à Arnoux. Aussi ne changeant en rien la musique de la phrase, Flaubert, visiblement ne s’est pas aperçu de cette transformation opérée par le copiste. Comment interpréter cette inattention ? Il faut d’abord dire, et ceci est valable pour tous les cas semblables, que Flaubert a du mal à se relire quand il ne s’agit pas de sa propre écriture (et c’est encore pire quand il s’agit de typographie). On peut ajouter, dans le cas présent, que l’image graphique et le rythme des deux adverbes, sans être identiques, se ressemblent beaucoup, et que la différence peut, effectivement, passer inaperçue en cas de lecture rapide. La différence des deux adverbes porte-t-elle à conséquence ? Oui, dans la mesure où on peut imaginer que des générations d’étudiants ont eu à s’expliquer en commentaire de texte sur le sens profond de « religieusement » dans cette phrase, surtout s’ils avaient pris soin de lire un peu de critique et notamment celle d’un certain P. A. Tipper qui en fait la clé de sa surprenante interprétation entre Éros et la cigarette…

  • 31  P. A. Tipper, « Frédéric’s « Pro-coital » cigarette : causal indeterminacy in L’Éducation sentimen (...)

In the lesson the reader learns from the text’s internal structures, it is a lesson reiterated in the proliferation of allusive detail relating tobacco to erotism. The symbolic echoes are sometimes so subtle as to be only faintly audible, as is the case, for example, in the notation of Frédéric’s porte-cigare (p. 56) which is linked with the adverb religieusement. The adverb appears only twice in the entire nove land its other appareance is linked with Rosanette where it is stated that Frédéric « coucha[it] religieusement chez la Maréchale » (p. 389). A textual irony, indeed, that the adverb should appear in the contexts of tobacco and erotism and irony intensified, moreover, by the fact that Frédéric’s adoration of Marie verges on the religious. A careful reading of the novel will reveal that the adjectival form religieux/religieuse is metonymically and metaphorically linked with the idealised Madame Arnoux.31

34D’un autre côté, comment en vouloir à P. A. Tipper d’être tombé dans le piège arachnéen tissé involontairement par un copiste un peu négligent qui, bien malgré lui, englue le lecteur dans un nouveau réseau de sens ? Mais la génétique des textes est impitoyable. La thèse du critique était déjà acrobatique si l’on s’en tenait au texte imprimé. Que l’on rétablisse l’adverbe « régulièrement » et le réseau de sens imaginé par Tipper s’effondre : à vrai dire, il ne reste plus rien de l’ironie flaubertienne, ni du rapport avec Marie Arnoux, ni du lien entre Éros et le tabac…

35Inutile de trop plaisanter sur les égarements herméneutiques que peuvent entraîner de mauvaises leçons du texte. En l’absence de doute sur la lettre, il est naturel que la critique s’emploie à justifier et à interpréter le moindre détail de l’œuvre. Retenons simplement que la substitution de l’adverbe « régulièrement » par l’adverbe inattendu « religieusement » a eu pour conséquence d’ajouter un effet de sens et même un réseau d’associations possibles. On pourrait parler d’un effet par excès de la substitution : une augmentation non contrôlée et passablement incohérente des significations. La figure inverse est également présente dans le cas d’autres substitutions dont l’effet se solde au contraire par une diminution des significations, par la perte d’un réseau de sens. Il faudrait alors peut-être parler, dans ce cas, d’un effet par défaut.

De quelle couleur, les fumignons ?

  • 32  Nombreux sont les critiques à s’être intéressés à la place que pouvait prendre la couleur bleue ch (...)

36On sait à quel point la symbolique des couleurs est importante dans l’imaginaire flaubertien et tout spécialement la place décisive qu’occupe souvent la couleur bleue, dans toutes ses nuances32. Dans la polémique autour de Salammbô, Flaubert s’était défendu avec une certaine violence contre les attaques de Sainte-Beuve sur un détail de ce type et l’énergie de sa formulation laisse peu de doute sur l’importance qu’il accordait à ces questions chromatiques :

  • 33  Lettre à Sainte-Beuve, Paris 23-24 décembre 1862, Corr. tome III, 1991, p. 283. C’est la réponse q (...)

Si je mets bleues après pierres, c’est que bleues est le mot juste, croyez-moi…33

37L’enterrement du banquier Dambreuse a lieu au chapitre IV de la troisième partie. En sortant de la Madeleine, Frédéric suit le corbillard jusqu’au Père-Lachaise. Flaubert fait une longue description de l’intérieur du cimetière qu’il termine ainsi :

  • 34  L’Éducation sentimentale, op. cit, p. 564. Je souligne.

[…] Des femmes à genoux, la robe traînant dans l’herbe, parlaient doucement aux morts. Des fumignons blanchâtres sortaient de la verdure des ifs. C’étaient des offrandes abandonnées, des débris que l’on brûlait.34

  • 35  L’Éducation sentimentale, édition préfacée et annotée par S. Dord-Crouslé, Garnier-Flammarion, 200 (...)
  • 36  Madame Bovary, présentation, notes et transcriptions de P.-M. de Biasi, Imprimerie Nationale, 1994 (...)

38À première vue, rien ne vient gêner la lecture, excepté peut-être un terme dont un lecteur de Flaubert est familier : fumignon. Qu’est-ce qu’un fumignon ? Dans une édition de poche du texte de L’Éducation sentimentale, on lit : « Un fumignon est une petite lampe qui éclaire faiblement »35. Cette définition ne paraît pas très satisfaisante et plus encore aurait tendance à rendre incompréhensible le sens de la phrase qui suit à savoir : « C’étaient des offrandes abandonnées, des débris que l’on brûlait. » Or dans le Trésor de la Langue Française (TLF), si on trouve la définition donnée dans l’édition de poche, on en lit une autre et qui semble plus appropriée : « légère volute de fumée ». Et d’ailleurs pour illustrer cette définition, l’exemple choisi est précisément un passage de Par les Champs et par les grèves de Flaubert : « Leurs cheminées de poterie rouge dont les fumignons bleuâtres se perdent dans l’air ». Ici, les fumignons dont parle Flaubert sont bleuâtres. Autre occurrence dans Madame Bovary : « Le ciel pur était tacheté de nuages roses ; des fumignons bleuâtres se rabattaient sur les chaumières couvertes d’iris »36.

39On est donc bien d’accord : dans la langue de Flaubert, un « fumignon » est une petite fumée et nullement une petite lanterne, et dans sa représentation cette petite fumée est bleuâtre dans Par les Champs et par les grèves comme dans Madame Bovary. Or le texte convenu de L’Éducation sentimentale nous donne des « fumignons blanchâtres ». Eh bien, chacun l’aura compris, il s’agit à nouveau d’une substitution erronée du copiste. Le Manuscrit définitif donnait bien « bleuâtres » (MD f° 432), comme à l’accoutumée dans tous les autres textes de Flaubert, et sans doute ici avec une valeur symbolique dans l’association du bleuâtre et de la mort. Cette association était déjà présente dans l’occurrence de Madame Bovary puisque l’évocation de ces fumignons bleuâtres intervenait dans le texte peu de temps après l’enterrement d’Emma. Mort blanche pour Dambreuse, mort bleue pour Emma ? en réalité, pour Dambreuse, c’est bien le fatal « bleuâtre » qu’il faut lire, et non l’anodin blanchâtre. La mort est souvent bleue chez Flaubert : Félicité, dans Un cœur simple, meurt dans les vapeurs d’azur que font les nuages d’encens, et Julien, dans la Légende, expire en montant dans les espaces bleus…

Omissions

  • 37  Ce relevé prend en compte les oublis d’alinéas non repérés par Flaubert dont quelques-uns ont moti (...)

40Les lacunes constituent la seconde part la plus importante des erreurs commises par les copistes. Vingt-six ont été corrigées par Flaubert au moment de la lecture de la copie en 1869 ; deux corrigées dans les épreuves sont à l’origine de modifications du texte initial. Et au total, quarante-sept oublis ont échappé à Flaubert au moment de la relecture de la copie et n’ont jamais été rétablis dans les éditions du texte37.

  • 38  Dans ce cas précis, l’omission de la préposition « vers » met à mal la situation géographique de F (...)

41La critique a déjà pointé quelques-unes de ces omissions notamment celles qui posent des problèmes d’ordre topographique et chronologique. Face à ces anomalies, les éditeurs ont été amenés à rétablir dans le texte imprimé la leçon initiale du Manuscrit autographe ou bien à faire une note : c’est le cas de « surlendemain » (MD f° 113) / « lendemain » (MC f° 149) ; ou de l’omission de la préposition « vers » dans « Frédéric descendait vers les Champs Élysées » (MD f° 332) / « Frédéric descendait les Champs-Élysées (sic) » (MC f° 434)38.

  • 39  Les mots ou groupes de mots en italique ont été omis.

42Voici d’autres oublis commis par les copistes que la critique n’a pas relevés39 : « un jeune homme de dix-huit ans environ… » (MD f° 1 ; MC f° 1) ; « Elle se coupait à la proue du navire en deux sillons. » (MD f° 4 ; MC f° 4) ou « une Perse à grand feuillage avec des pompons de passementeries dans les coins, tapissait le mur… » (MD f° 149 ; MC f° 194) ou encore « leurs virtualités secrètes la pénétrant ne l’eussent fait s’épanouir » (MD f° 377 ; MC f° 501)… Nombreux sont également les adjectifs qui ont disparu. Parmi ces escamotages d’adjectifs, se trouve un cas particulièrement intéressant qui mérite une explication plus complète. Et curieusement, là encore, il s’agit d’une erreur chromatique.

Arnoux au Palais-Royal

43En février 1848, Louis-Philippe doit s’enfuir devant le soulèvement populaire et la foule des insurgés envahit le Palais-Royal. Frédéric et Hussonnet assistent au sac hystérique des appartements royaux, et dans la masse des émeutiers, le journaliste reconnaît Arnoux :

  • 40  L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 432.

Le grand vestibule était rempli par un tourbillon de gens furieux ; des hommes voulaient monter aux étages supérieurs pour achever de détruire tout ; des gardes nationaux sur les marches s’efforçaient de les retenir. Le plus intrépide était un chasseur, nu-tête, la chevelure hérissée, les buffleteries en pièces. Sa chemise faisait un bourrelet entre son pantalon et son habit, et il se débattait au milieu des autres avec acharnement. Hussonnet, qui avait la vue perçante, reconnut de loin Arnoux.40

  • 41  L’Éducation sentimentale, édition avec préface, notes, variantes et dossier de P.-M. Wetherill, Ga (...)
  • 42  L’attitude d’Arnoux pendant le sac des Tuileries est plus complexe qu’elle n’y paraît. Les brouill (...)

44Comme le fait remarquer P.-M. Wetherill dans une note de son édition, « l’activité révolutionnaire d’Arnoux », à peine esquissée dans le texte définitif, est très développée dans les brouillons41. Les états rédactionnels de ce passage précisent le comportement d’Arnoux : il se bat, du côté de la garde nationale, contre le peuple pour empêcher ce dernier de mettre en pièce les tableaux de maîtres !42

45Une des caractéristiques majeures du travail d’analyse socio-historique de Flaubert dans L’Éducation sentimentale est l’étude minutieuse des contradictions de classes qui traversent la notion consensuelle de peuple en 1848 : au cours des journées de Juin évidemment, mais déjà pendant la révolution de février. Il faut « l’œil de lynx » d’Hussonnet pour distinguer Arnoux comme garde national dans l’échauffourée qui oppose les troupes quasi‑régulières des révolutionnaires bourgeois et la horde barbare du « lumpenproletariat » venu mettre à sac les Tuileries. Hussonnet a l’œil perçant, rien ne lui échappe : il finira par avoir assez de dossiers sur tout le monde pour se faire une place de maître après le coup d’État. Flaubert insiste d’ailleurs sur l’œil perçant d’Hussonnet qui va permettre à la focalisation narrative de procéder à une sorte de zoom en gros plan sur le personnage d’Arnoux, malgré la distance. Que voit-on ?

[…] un chasseur, nu-tête, la chevelure hérissée, les buffleteries en pièces.

  • 43  La première occurrence du mot « rouge » apparaît dans le f° 18 v° du volume 17 607 qui est le prem (...)

46Un petit détail manque à ce portrait animé qui fait tableau, un détail de couleur. Si l’on se reporte aux brouillons43 et au Manuscrit définitif autographe : dans tous les états du passage, la description d’Arnoux ajoutait le qualificatif « rouge » :

[…] un chasseur, nu-tête, rouge, la chevelure herissée, les buffleteries en pièces. (MD f° 340)

47Dans cette formulation originale, l’adjectif « rouge » tient une position centrale : c’est dire toute l’importance que Flaubert voulait donner à ce mot. Mais, bien entendu, Flaubert joue la polysémie et l’ambivalence du mot « rouge » : est-ce le « rouge » de l’exaltation révolutionnaire, le rouge de l’enthousiasme et de l’action ? ou bien le « rouge » de l’échauffement sanguin contre ces fous d’émeutiers capables de ravager des œuvres d’art ? Tant et si bien que l’on ne sait plus très bien comment évaluer le sens de cette notation.

48Tout dans son aspect physique et vestimentaire rapproche Arnoux du peuple : l’allure déguenillée, les termes « hérissés » et « rouge » renvoient explicitement aux figures les plus archaïques et les plus caricaturales du peuple… Or, Arnoux, rappelons-le, est lui, de l’autre bord, celui de la garde nationale, et il combat pour empêcher les débordements du « lumpen » : or, ce que nous dit le texte, notamment à travers cette notation de « rouge », c’est qu’Arnoux, par sa fureur, se met à ressembler à ceux contre lesquels il s’interpose.

49Si l’absence du mot « rouge » est effectivement une omission du copiste, et elle l’est, elle nous prive bien d’un réseau de sens intéressant qui obligerait à interroger la complexité des tensions politiques dans ce chaos qu’est l’invasion des Tuileries par le peuple.

Les couleurs de la République

50Le mot « rouge » appliqué au visage d’Arnoux et connoté aux ambivalences de la « furia » révolutionnaire est d’autant plus surdéterminé qu’à deux reprises dans le récit, Arnoux se trouve associé à un jeu de couleurs dont la valeur symbolique ne peut pas être plus explicite. Il s’agit du bleu, du blanc et du rouge. La première occurrence se situe au tout début du roman dans le premier chapitre lorsque Frédéric voit Arnoux pour la première fois, sur le bateau La Ville-de-Montereau. Dans le texte imprimé, on lit :

  • 44  L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 44.

C’était un gaillard d’une quarantaine d’années, à cheveux crépus. Sa taille robuste emplissait une jaquette de velours noir, deux émeraudes brillaient à sa chemise de batiste, et son large pantalon blanc tombait sur d’étranges bottes rouges, en cuir de Russie, rehaussées de dessins bleus.44

51Cette première description d’Arnoux vu à travers les yeux de Frédéric préfigure l’énoncé un brin provocateur : « Il était républicain ; il avait voyagé, connaissait tous les restaurants… » présent trois paragraphes plus bas. La seconde occurrence se trouve vers le milieu du premier chapitre de la seconde partie. Rosanette donne un bal chez elle. Arnoux et Frédéric - occasion oblige - choisissent chacun un costume. La version définitive donne :

  • 45  Ibid., p. 196.

Il allèrent ensuite chez un costumier ; c’était d’un bal qu’il s’agissait. Arnoux prit une culotte de velours bleu, une veste pareille, une perruque rouge : Frédéric un domino ; et ils descendirent rue Laval…45

52Dans le costume choisi par Arnoux, deux couleurs sur trois qui forment le drapeau tricolore sont présentes : le bleu et le rouge. Or, si l’on remonte dans la genèse de ce petit passage qui ouvre le bal costumé chez Rosanette, on s’aperçoit que Flaubert a longuement hésité sur le choix des costumes : s’il est quasi-certain que Frédéric doit porter un domino, en revanche pour le costume d’Arnoux, il hésite notamment sur la couleur de la veste. Et cette hésitation se poursuit jusque dans le Manuscrit définitif autographe dans lequel on lit :

Arnoux prit une culotte de velours bleu, une veste blanche <blanche> <veste velours blanche (n.l)> une perruque rouge, Frederic un domino ; & ils descendirent rue de Laval…(MD f° 130)

  • 46  Cette substitution, plus ou moins explicable par une lecture précipitée du mot « blanche » sur le (...)

53On le voit, Flaubert hésite sur la couleur de la veste mais surtout sur sa matière. Et au final, il revient à sa première idée : la veste d’Arnoux sera « blanche ». Ce passage encore fortement raturé dans le Manuscrit définitif a donc posé des problèmes de lecture au copiste qui n’a pas su déchiffrer dans l’interligne l’ajout autographe du mot « blanche » et a rapporté sur sa copie la leçon qu’il a cru lire sur le manuscrit de Flaubert, à savoir « pareille »46.

54Avec l’omission de « rouge » dans la description d’Arnoux au Palais-Royal et avec la substitution à « blanche » de « pareille », les copistes ont privé le lecteur d’un jeu symbolique discret par lequel Flaubert s’amuse à complexifier l’imaginaire politique du récit et c’est tout un réseau de sens qui s’en trouve nécessairement appauvri.

55On le voit avec ces exemples, c’est précisément l’association des trois couleurs (bleu, rouge, blanc) qui devient un élément essentiel dans l’univers chromatique de L’Éducation sentimentale notamment autour du personnage d’Arnoux. Oui, mais pas seulement, comme le montre un ajout ultime réalisé par Flaubert sur le manuscrit des copistes à la fin du chapitre cinq de la troisième partie.

La fin des illusions

56Frédéric écrasé par les déceptions sentimentales (rupture avec Rosanette, rupture avec Mme Dambreuse, vente publique des biens des Arnoux) décide de retourner chez sa mère. Dans le convoi qui le conduit à Nogent, il repense à Louise. Fraîchement arrivé à Nogent, rêvant d’un bonheur encore possible avec la jeune femme, et plein d’espoir de la reconquérir, il décide d’aller la retrouver. Sur le chemin, il l’aperçoit, en effet, mais au bras de son ami, Deslauriers, sous le portail de l’église :

  • 47  L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 613.

La cloche de Saint-Laurent tintait ; et il y avait sur la place, devant l’église, un rassemblement de pauvres, avec une calèche, la seule du pays (celle qui servait pour les noces), quand, sous le portail, tout à coup, dans un flot de bourgeois en cravate blanche, deux nouveaux mariés parurent.
Il se crut halluciné. Mais non ! C’était bien elle, Louise ! – couverte d’un voile blanc qui tombait de ses cheveux rouges à ses talons ; et c’était bien lui, Deslauriers ! – portant un habit bleu brodé d’argent, un costume de préfet. Pourquoi donc ?
Frédéric se cacha dans l’angle d’une maison, pour laisser passer le cortège.47

57Cet adjectif « blanc » pour qualifier le voile de Louise est un ajout ultime de Flaubert sur la copie des copistes. Or, cet ajout chromatique de dernière minute n’est pas une correction improvisée sur la copie : les brouillons montrent en effet que l’adjectif « blanc » faisait déjà partie d’un système à l’œuvre dans le texte et qu’il avait été supprimé par Flaubert dans la dernière mise au net.

58Pourquoi cette suppression ? On peut penser d’abord que ce choix délibéré de supprimer l’adjectif « blanc » dans l’un des tout derniers états de la genèse de ce passage a été principalement motivé par la présence du mot « blanche » dans la phrase qui précède la description de la jeune mariée : « dans un flot de bourgeois en cravate blanche ». C’est donc probablement pour éviter l’assonance gênante « blanche-blanc » que Flaubert supprime le second adjectif « blanc ».

59On s’interroge : comment expliquer ce retour, in extremis, du mot « blanc » sur le manuscrit des copistes ? Pour exprimer la virginité de Louise ? Sans doute... mais le mot « voile » n’était-il pas suffisant ? En réalité, cet ajout ultime, envers et contre les risques de l’assonance, ne prend tout son sens qu’en s’associant au rouge des cheveux de Louise et au bleu du vêtement de Deslauriers :

Il se crut halluciné. Mais non ! C’était bien elle, Louise ! – couverte d’un voile blanc qui tombait de ses cheveux rouges à ses talons ; et c’était bien lui, Deslauriers ! – portant un habit bleu brodé d’argent, un costume de préfet. Pourquoi donc ?

60Et dans le jeu symbolique de ces trois couleurs, il y aurait là encore, sans doute, le point de départ d’une analyse symbolique qui permettrait de lire ce passage dans ce qui le relie à la fin tragique du chapitre. Pour Frédéric, qui assiste impuissant à la fin cruelle de son dernier rêve amoureux, c’est une trahison. Mais, sur un mode ironique qui associe amour et politique, les couleurs du drapeau tricolore qui ponctuent le mariage religieux et préfectoral de Louise et Deslauriers préfigurent aussi le « Vive la République ! » tragique de la nation trahie, le slogan désespéré crié par le révolutionnaire Dussardier juste avant d’être tué par Sénécal le renégat. L’histoire collective, comme l’histoire privée, n’est qu’une succession de trahisons, une mise en échec féroce de toutes les espérances. Pour le dire, il fallait cette petite touche de blanc, au mépris des contraintes euphoniques qu’en d’autres circonstances Flaubert s’impose… Le « blanc » du voile de la jeune mariée, n’aurait-il pas d’ailleurs quelque chose à voir, ironiquement, avec l’ « énorme blanc » par lequel Flaubert décide, à ce point du récit, de jeter un voile pudique et mortuaire, une sorte de linceul sur toute l’histoire du Second Empire…

Ajouts

  • 48  Deux ajouts ont été annulés par Flaubert. Le premier a été supprimé dans les épreuves de 1869, il (...)

61Dernière figure des libertés fautives auxquelles L’Éducation doit certains de ses détails à d’autres mains que celles de Flaubert : l’ajout. À la différence des omissions et substitutions, les cas d’ajouts sont beaucoup moins importants (qui s’en plaindra ?) : seulement dix-sept au total dont quinze ont subsisté dans les deux éditions du texte48.

62Parmi ces additions non auctoriales, quelques-unes réparent avec raison une incorrection ou une lacune du texte original en rétablissant, soit une préposition oubliée par l’auteur comme dans « il arrivèrent à s’en débarrasser » (MC f° 365), soit un adverbe de négation « Il ne manqua pas de lui dire » (MC f° 651), soit un pronom « Tous les après-midi elle le promenait dans sa voiture » (MC f° 638)… Les copistes veillent même au pronom avec un zèle qu’on pourrait juger dans certains cas excessif lorsque par exemple ils ajoutent « en » dans des formules « Qui vous en empêche ? (MC f° 225), « Qui en était la cause » (MC f° 549), ou on pourrait aussi admettre que Flaubert entendait en rester à un langage parlé où l’omission du pronom est parfaitement admise. En revanche, la plupart du temps, il faut admettre que les ajouts étaient simplement indispensables et rétablissaient sans aucun doute la formule voulue par l’auteur dans une expression demeurée incomplète sous l’effet d’un lapsus ; c’est le cas, par exemple, lorsque le copiste reconstitue la partie manquante comme dans « Frédéric sentit sous son pied quelque chose de mou » (MC f° 438). Ici, comme en plusieurs autres endroits, le scribe n’agit plus comme un simple « copiste », mais en correcteur attentif à la qualité normée de l’expression. Dans d’autres cas, on peut estimer que ce sens des responsabilités normatives conduit parfois les copistes à prendre des initiatives encore plus discutables que celle de l’ajout du pronom. Pensons par exemple aux phrases suivantes : « Théodore un ancien soldat en restait cloué d’ébahissement » (MC f° 339), « et elle lui conta la maladie du petit Eugène » (MC f° 470), « Robespierre (…) amena Louis XVI devant la Convention Nationale et sauva le peuple » (MC f° 573). Voilà deux interventions où le copiste outrepasse manifestement son rôle de correcteur en prenant une posture d’auteur. La caractérisation pronominale du « lui » pour indiquer à qui s’adresse personnellement le récit de la maladie d’Eugène, tout comme le développement de l’expression « Convention Nationale » change quelque chose au texte et témoigne sans doute du désir de rendre le texte de Flaubert plus explicite, mais, en le faisant, altère dans le détail le sens et la portée de la phrase.

L’énigme de la rive gauche : petite enquête topographique

63Terminons cette petite promenade par un ajout qui n’avait pas plus que les autres retenu l’attention de la critique jusqu’ici, alors qu’il porte sur un élément symbolique fort du récit et qu’il contient une certaine dose de mystère aux rebondissements, on va le voir, assez inattendus. Pour trouver ce curieux cas d’ajout, il faut en revenir à la promenade de Frédéric et Deslauriers sur les ponts de Nogent, tout au début du récit, à la fin du second chapitre de la première partie :

  • 49  L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 65.

Cependant à vingt toises des ponts, sur la rive gauche, une lumière brillait dans la lucarne d’une maison basse.
Deslauriers l’aperçut. Alors, il dit emphatiquement, tout en retirant son chapeau :
– Vénus, reine des cieux, serviteur ! Mais la Pénurie est la mère de la Sagesse. Nous a-t-on assez calomniés pour ça, miséricorde !
Cette allusion à une aventure commune les mit en joie. Ils riaient très haut, dans les rues.49

64Comme chaque lecteur du roman le sait, il faut attendre le dernier chapitre du récit pour que cette allusion à un souvenir d’enfance commun s’éclaircisse : ce sera l’anecdote de la fameuse visite chez la « Turque » (III, 7) donnant au roman sa phrase d’explicit « C’est là ce que nous avons eu de meilleur ». Donc, rapporté à l’importance stratégique de ce final, chaque élément de cette première allusion du chapitre II de la première partie a son importance. Ce qui nous intéresse dans cet exemple, ce n’est pas tant le sens cataphorique de l’épisode lui-même en tant qu’il annoncerait le célèbre final, puisqu’à ce moment du texte rien encore ne fait attendre une telle résurgence. Non, ce qui nous intéresse ici, c’est, tout au début du passage, l’indice topographique par lequel se trouve précisée la situation géographique de cette « maison basse » qui s’avérera être la maison close de Zoraïde Turc. Comme on vient de le lire, le texte est très clair : elle est située sur la « rive gauche ». À première vue, aucune raison de se méfier, elle est sur la rive gauche, d’accord. Le problème, c’est que Flaubert n’a jamais écrit « gauche ». Cet ajout aussi discret que précis est dû à l’intervention arbitraire d’un des copistes. La chose paraît tellement étrange qu’elle méritait vérification, y compris à l’échelle codicologique. Vérification faite, on doit bien cette précision topographique à l’initiative du copiste qui d’ailleurs, l’a forgée au fil de la plume, sans la moindre hésitation : pas d’altération sur la copie, pas de grattage du papier. L’écriture est-elle bien celle du copiste ? Oui et d’un(e) copiste qui n’est pas le même (ou la même) que celui (ou celle) qui a pris en charge la copie des dernières pages sur le fameux épisode final de la Turque.

65Ce qui est troublant, c’est que rien dans le manuscrit définitif autographe ne justifie localement l’ajout de « gauche » par exemple sous l’effet d’une éventuelle mauvaise lecture : aucune trace de correction ou de surcharge de Flaubert, ni à l’encre ni au crayon noir, qui aurait pu induire en erreur le copiste. Non, on lit clairement : « Cependant à vingt toises des ponts, sur la rive une lumière brillait dans la lucarne d’une maison basse » (MD f° 19).

  • 50  « Cependant <,> à vingt toises des ponts <,> sur la rive gauche, une lumière brillait dans la luca (...)

66Et plus troublant encore, Flaubert a bien relu ce passage : les signes de ponctuation qu’il ajoute sur les mêmes lignes (deux virgules de sa main) en sont la preuve incontestable50. Faut-il en inférer que Flaubert ait cautionné cet ajout au moment de la relecture ? Non, pas plus que dans beaucoup d’autres cas où des détails substitués ou omis lui ont échappé. Flaubert n’a pas corrigé cet ajout ni dans la copie, ni dans les épreuves de 1869, ni même dans le texte de 1879, parce qu’il ne l’a pas vu. Ce qui permet d’être aussi affirmatif, c’est l’analyse de la genèse de ce passage qui prouve clairement que l’écriture va du plus précis au plus vague dans une évolution qui tend à effacer progressivement les indices référentiels de la topographie. Voici la transcription des quatre états rédactionnels de ce petit passage, donnés dans leur ordre chronologique :

[À vingt pas du pont St Edme] - <sur le bord> en amont de la riviere, une clarté brillait <dans> à la lucarne d’une <petite> maison <basse> non lu [N.a.fr 17 599, f° 157]

En amont de la rivière, une clarté brillait dans la lucarne d’une maison basse [N.a.fr 17 599, f° 152]

<Cependant à vingt toises des ponts, sur la rive> /En amont de la riviere,/ un la clarté <lumière,> brillait dans la lucarne d’une maison basse. [N.a.fr 17 599, f° 153]

Cependant à vingt toises des ponts, sur la rive, une lumière brillait dans la lucarne d’une maison basse. (MD f° 19)

67On le voit, Flaubert commence par situer précisément la position géographique de la « maison basse » : « à vingt pas du pont St Edme » ; « <sur le bord> en amont de la rivière ». Mais, à peine écrit, ce premier brouillon est remis en cause (le « pont saint Edme » est mis entre crochets suspensifs) et corrigé (« sur le bord » est éliminé : les précisions topographiques éliminées, seul l’indice « en amont de la rivière » subsiste, et se trouve recopié dans la version suivante (f° 152) qui ne garde même plus l’idée de « rive ».

  • 51  « et ils (Frédéric et Deslauriers) continuèrent de se promener d’un bout à l’autre des deux ponts (...)
  • 52  Il faut dire que la topographie de Nogent-sur-Seine avec ses îles ne contribue pas à faciliter le (...)

68La troisième étape (f° 153) radicalise l’effacement des repères : Flaubert commence par recopier purement et simplement la version antérieure, puis cherche à effacer l’indice « en amont de la rivière », mais se rend compte que la maison basse n’est tout simplement plus située du tout. Pour rétablir un minimum de localisation, il repart du lieu de « point de vue » des personnages (les ponts où ils se promènent51) et ajoute « à vingt toises des ponts sur la rive ». Mais ces deux indices lui paraissent faire trop, il annule « sur la rive ». Le problème, c’est que, sans la mention « sur la rive », on peut supposer que la maison se situe sur l’île, aux alentours. Donc, très logiquement, dans sa dernière version, celle du manuscrit définitif, Flaubert annule sa dernière suppression et restaure les deux indications minimales : « à vingt toises des ponts » et « sur la rive », mais rien de plus. On ne sait plus si la maison se situe en amont ou en aval de la rivière, ni de quel pont elle est contiguë (le pont saint Edme ou le pont saint Nicolas ?), ni bien entendu s’il s’agit de la rive gauche ou de la rive droite, ni de la rive (gauche ou droite) de la première ou de la seconde des deux branches de la Seine qui se trouve précisément subdivisée à cet endroit en deux cours d’eau...52

69Bref, tout indique que Flaubert - justement peut-être en raison de la complexité topographique du lieu - a préféré ne pas s’embarrasser d’indications trop précises en allant vers une formule qui localise a minima, mais suffisamment tout de même pour qu’on puisse s’en faire une représentation, vague. À partir du moment, dans la troisième version, où il décide d’éliminer la mention « en amont », il n’est plus question de pouvoir déterminer une rive gauche ou droite puisque tout dépend dans quel sens on regarde la rivière... Donc, l’idée de préciser « rive gauche » comme on le trouve dans le texte du copiste n’a, à y regarder de près, aucun sens (c’est le cas de le dire), et constitue à l’évidence une précision qui va à l’encontre de toutes les modifications opérées par Flaubert pour installer un certain flou dans le panorama.

70Quelle mouche a donc piqué le copiste ? Et comment interpréter cette brusque irruption de « gauche » sous sa plume qui d’ailleurs, on l’a vu, n’a pas hésité un instant ? Où a-t-il trouvé ça ? Le mystère resterait tout à fait impénétrable si l’on ne se reportait pas, quelques dizaines de lignes plus haut, à un passage qui a sans doute frappé l’attention flottante du scribe et où on lit :

Quand ils allaient du côté de Nogent, ils avaient, en face, un pâté de maisons s’inclinant quelque peu ; à droite, l’église apparaissait derrière les moulins de bois dont les vannes étaient fermées ; et, à gauche, les haies d’arbustes, le long de la rive, terminaient des jardins, que l’on distinguait à peine. Mais, du côté de Paris, la grande route descendait en ligne droite, et des prairies se perdaient au loin, dans les vapeurs de la nuit.

71Donc, une rive c’est à gauche. Dans l’esprit, peut-être plein de vapeurs et un peu pavlovien du copiste, l’image s’est inscrite, et c’est tout naturellement qu’elle refait surface en étant motivée par la réapparition du mot « rive ». Alors, bien sûr, on peut se dire : certes, mais quelle importance ? Il ne s’agit au fond que d’un infime détail, d’une simple tête d’épingle…

72Oui et non, car ce simple détail « rive gauche » plutôt que « rive » a tout de même conduit la critique à se livrer sur place à une enquête serrée sur la « rive gauche » (oui, mais « en amont » ou « en aval » ? Là, pour les chercheurs, il y avait une chance sur deux), pour retrouver la véritable maison de Zoraïde Turc… et, forcément, ils l’ont trouvée : elle était bien située « rive gauche ». Car, le plus fort, dans toute cette aventure, c’est qu’en dépit de l’arbitraire le plus complet de son lapsus, le copiste était tombé juste… Décidément, il doit y avoir un dieu pour les inconditionnels de l’histoire littéraire et les fanatiques de la source référentielle.

Haut de page

Notes

1  Voir Pierre-Marc de Biasi, Génétique des textes, « L’édification d’un patrimoine : le cas Hugo », Nathan 2000, Armand Colin 2005, pp. 12-14. Voir aussi « Le Manuscrit spectaculaire. Réflexions sur l'esthétique hugolienne de la mise en page autographe », dans Hugo de l’écrit au livre, coll. « Manuscrits modernes » dirigée par B. Didier et J. Neefs, Ed. des Presses Universitaires de Vincennes, 1987, pp. 198-217.

2  Dans sa thèse sur La Légende de saint Julien l’Hospitalier, P.-M. de Biasi a pointé l’erreur du copiste qui a substitué « fossés plein d’eau » au texte de Flaubert :  « fossés plein d’herbes », créant ainsi un « sens contradictoire avec le contexte pacifique de la description du château » (Cf. La Légende de saint Julien l’Hospitalier in Trois contes, Livre de Poche, édition préfacée, annotée et établie par P.-M. de Biasi, 1999, p. 92, note 2). Sur les lapsus des copistes, voir également, les commentaires de C. Gothot-Mersch dans son édition critique de Madame Bovary aux « Classiques Garnier », 1971 ; Giovanni Bonaccorso, « Pourquoi les manuscrits ? » in Studi Di Letteratura Francese, vol. XXII, 1997, pp. 119-135 ; Max Aprile, « Flaubert and the irony of “Le mot juste” : the editions of Salammbô » in Romance Languages, Annual, 1989, pp. 227-31 ; Rosa Maria Palermo, Un cœur simple, Le Varianti di Un cœur simple, ed. R. M. Palermo di Stephano, Messina, edizioni Dr Antonino Sfameni, 1984, 49 p.

3  Le Manuscrit définitif autographe et sa copie sont conservés à la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris sous les cotes respectives Ms Rés 98 et Ms Rés 99. J’adresse mes remerciements aux conservateurs de la Bibliothèque de la Ville de Paris, Claude Billaud, Jean Derens et Luc Passion, pour m’avoir aimablement permis la consultation de ces documents (D. Boltz).

4  On ne possède pas les épreuves corrigées de L’Éducation sentimentale (ni celles d’ailleurs des autres textes de Flaubert). Espérons que l’avenir fera resurgir ces documents. Pour l’instant, seule la confrontation des quatre états connus (le Manuscrit définitif, sa copie et l’édition originale) peut tenter d’y suppléer. De même les deux volumes de l’édition de 1869 corrigés par Flaubert, qui ont servi à la composition du texte de 1879, ont également disparu. Sur les problèmes textuels que pose le texte de L’Éducation sentimentale, voir notamment l’article de S. Dord-Crouslé, « Flaubert relecteur de lui-même : le cas épineux de L'Éducation sentimentale » in La Relecture de l'œuvre par ses écrivains mêmes, tome 1, Tombeaux et testaments, sous la direction de Mireille Hilsum, éditions Kimé, « Les cahiers de Marge », Paris, 2007, pp. 201-214.

5  On a choisi deux abréviations : (MD) pour le Manuscrit définitif autographe et (MC) pour la copie manuscrite. Le texte de L’Éducation sentimentale est cité d’après l’édition de P.-M. de Biasi publiée au « Livre de Poche », 2002, 668 p. Pour les citations des brouillons, on a choisi la transcription suivante : <ajouté> ; barré ; (n.l) pour « non lu ». On a respecté la graphie de Flaubert : les accents ne sont donc pas rétablis.

6  Lettre à Jules Duplan, 16 mai 1869, dans G. Flaubert, Correspondance, édition établie par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », tome IV, 1998, p. 45. Toutes les lettres sont citées d’après le tome IV de cette édition.

7  Lettre à sa nièce Caroline, 23 mai 1869, Corr., pp. 46-47.

8  Lettre à George Sand, 4 juin 1869, Corr., p. 49.

9  Voir les lettres de Bouilhet à Flaubert datées du 29 mai, 30 mai et 2 juin 1869, Corr., « Appendice », pp. 1035-1036.

10  Lettre à sa nièce Caroline, 9 juin 1869, Corr. p. 51.

11  Voir notamment les billets de Flaubert à Jules Duplan du 13 juin 1869, Corr., p. 52 ; et du 5 juillet 1869, Corr., p. 63.

12  Lettre à sa nièce Caroline, 19 juin 1869, Corr., pp. 55-56.

13  Lettre à Madame Ernest Feydeau, 24 juin 1869, Corr., pp. 58-59.

14  Lettre à sa nièce Caroline, 7 juillet 1869, Corr., pp. 65-66.

15  Lettre à la Princesse Mathilde, 30 juillet 1869, Corr., p. 79.

16  Lettre à Michel Lévy, 12 août 1869, Corr., p. 85.

17  Lorsque la copie du Manuscrit définitif autographe est citée, c’est toujours sous l’appellation « manuscrit du copiste ». Seul René Dumesnil parle du « manuscrit des copistes » (L’Éducation sentimentale, Belles Lettres, 1942, tome I, p. CV) mais sans donner d’explication sur la façon dont a pu se dérouler le travail de recopie et sur les corrections contenues dans ce manuscrit. C’est donc en comparant les graphies entre elles, la hauteur et la forme des lettres, en prenant en considération la fatigue, les changements de plumes et d’encre que j’ai pu déterminer la présence de ces quatre graphies différentes (D. Boltz).

18  M. Aprile, « Flaubert and the irony of “Le mot juste” : the editions of Salammbô » op., cit. p. 227.

19  Je tenais à faire cette précision car le nombre de pages qui composent le manuscrit des copistes habituellement donné est 664 pages : c’est bien ce nombre que l’on retrouve sur la dernière page du manuscrit. Or, outre la présence d’une double numérotation qui pose des problèmes, une page du manuscrit porte deux numéros de page « 61-62 » (I, 4) (D. Boltz).

20  Ce sera le cas, pour la première fois, pour l’édition de L’Éducation sentimentale, dans la collection de la Pléiade (Flaubert, Œuvres complètes, vol. 4, par P.-M. de Biasi) qui intègrera, à l’établissement du texte et à l’appareil critique du volume, les résultats de cette analyse des manuscrits menée par Déborah Boltz dans le cadre d’une recherche doctorale sur la genèse du roman.

21  Voir sur ce point les deux articles de P.-M. Wetherill intitulés « Le Style des thèmes I. et II. Études sur le dernier manuscrit de L’Éducation sentimentale » in Zeitschrift für Französische Sprache und Literatur, Stuttgart, LXXXI, n° 4, 1971, pp. 308-351 ; LXXXII, n° 1, 1972, pp. 1-52.

22  Les erreurs des copistes qui portent sur le temps et le mode des verbes sont légions. Le « i » non accentué de Flaubert est souvent lu « n » par les copistes, ce qui entraîne fréquemment une modification de l’imparfait flaubertien en participe présent. Ces erreurs grammaticales (pour la plupart corrigées par Flaubert sur la copie) vraisemblablement dues à un mauvais déchiffrement de l’écriture flaubertienne coexistent avec d’autres modifications de temps qui elles, relèvent plus de la négligence : un imparfait pluriel est pris pour un participe présent : « disant » (MC f° 511) / « disaient » (MD f° 384) ; un conditionnel se transforme en imparfait : « possédait » (MC f° 367) / « possèderait » (MD f° 281) ; « discutait » (MC f° 463) / « discuterait » (MD f° 353) ; un imparfait singulier devient pluriel : « finissait » (MC f° 453) / « finissaient » (MD f° 363) ou inversement « Quelques-uns, d’une altitude démesurée, avait des airs… » (MC f° 497) / « avaient » (MD f° 374) ; on passe d’un conditionnel au présent de l’indicatif : « On ne discute pas les grandes listes républicaines » (MC f° 463) / « On ne discuterait… » (MD f° 353)… Pour tous ces exemples, Flaubert rétablit le texte initial.

23  Quelques exemples de « doublons » corrigés ou non par Flaubert sur la copie des copistes : « Il se transporta tout en haut du faubourg Poissonnière à son atelier<.> à son atelier. La porte… » (MC f° 155-54) ; « les statues de marbre et de bronze et de marbre, lavées par la pluie… » (MC f° 166) ; « Arnoux (…) avait avait les yeux rouges… » (MC f° 256-57) ; « Mais qu’un autre (…) travaille comme comme un forçat… » (MC f° 227-28) ; « Il réclamait Il réclamait l’impôt sur la rente… » (MC f° 457) ; « des gradins occupés occupés par de vieux bonhommes… » (MC f° 640) ; « passaient passaient sur la lumière… » (MC f° 648)…

24  Les modifications de Flaubert sur la copie sont facilement repérables : l’encre brune assez foncée de Flaubert contraste avec celle que les copistes ont utilisée pour la recopie.

25  Si Flaubert avait déjà lu des parties de son roman à quelques proches, notamment à G. Sand ou à J. Duplan, Maxime Du Camp est l’un des premiers à avoir eu entre les mains la copie des copistes.

26  À l’inverse, il est plutôt amusant de remarquer que dans ses douze pages d’observations, Du Camp, qui n’avait pas devant les yeux le manuscrit autographe de Flaubert mais bien la copie des copistes, a, à plusieurs reprises, fait remarquer à Flaubert des particularités de son texte qu’il considère comme des erreurs et qu’il attribue au copiste tant ces étrangetés lui paraissent contraires aux règles de la grammaire et de la logique. En réalité, très souvent, il s’agit du texte de Flaubert tel qu’il l’a écrit dans son manuscrit et non des erreurs des copistes. Sur les remarques de Du Camp, voir l’article de P.-M. Wetherill, « Le dernier stade de la composition de L’Éducation sentimentale [Commentaire de Maxime Du Camp] » in Zeitschrift für Französische Sprache und Literatur, vol. LXXVIII, n3, 1968, pp. 229-252.

27  Quelques exemples : « pots de fleurs » (MD f° 130) devient « pots à fleurs » (MC f° 162) et en 1869 « pot de réséda » ; ou « en levant<de colère> les deux poings » (MD f° 69) qui devient « en levant de colère ses deux poings » (MC f° 87) et en 1879 « en levant le poing » ; ou encore « le roulement d’un omnibus » (MD f° 76) est remplacé sur la copie par « le ronflement d’un omnibus » (MC f° 96) et qui se solde en 1879 par une omission « l’omnibus »….

28  Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, op. cit., pp. 571-572.

29  MC f° 594. Dans le Manuscrit définitif autographe f° 436, on lit : « Il mena des lors une doub existence, <double> couchant regulièrement chez la Marechale & passant l’après-midi <non lu> chez Me Dambreuse ou il revenait si bien qu’il lui restait à peine, au milieu de la journée une heure de liberté. » (J’ai respecté l’accentuation de Flaubert).

30  Les manuscrits de L’Éducation sentimentale sont conservés à la Bibliothèque nationale de France au Département des Manuscrits occidentaux de la Bibliothèque nationale de France, répartis en 13 volumes cotés N.a.fr 17 599-17 611. La genèse de ce petit segment se forme sur une dizaine de folios (tous contenus dans le volume 11, coté N.a.fr 17 609) dont voici le classement génétique (exception faite des scénarios d’ensemble) : f° 54, f° 50, f° 56, f° 55, f° 70, f° 65, f° 64, f° 141, f° 141v°, f° 71v°, f° 91v°.

31  P. A. Tipper, « Frédéric’s « Pro-coital » cigarette : causal indeterminacy in L’Éducation sentimentale » in Neophilologus, volume 80, number 2, avril 1996, pp. 225-241. Les numéros de pages dans le texte de Tipper renvoient à l’édition de P.-M. Wetherill publiée aux « Classiques Garnier » en 1984.

32  Nombreux sont les critiques à s’être intéressés à la place que pouvait prendre la couleur bleue chez Flaubert. Pour en citer quelques-uns : Jacques Neefs « Le bleu du ciel l’envahissait… » in La Couleur réfléchie, L’Harmattan, 2000, pp. 19-27 ; Philippe Bonnefis, « Une bouteille « en verre bleu » in Le Magazine Littéraire, Les Vies de Madame Bovary la nouvelle jeunesse du roman de Flaubert, n° 458, novembre 2006, pp. 50-52. On retiendra également la belle communication donnée par Shiguéhiko Hasumi sur la lettre « cachetée de bleue » dans Madame Bovary, au colloque de Cerisy « Flaubert, écrivain » en juin 2006.

33  Lettre à Sainte-Beuve, Paris 23-24 décembre 1862, Corr. tome III, 1991, p. 283. C’est la réponse que Flaubert adresse au critique en 1862 après que ce dernier l’ait blâmé, dans un article virulent, d’avoir « pavé » son roman carthaginois « non seulement de belles intentions, mais aussi de cailloux de toute couleur… ». Sainte-Beuve a écrit trois articles sur Salammbô. Le passage que je cite se trouve dans celui du 15 décembre 1862 publié dans Le Constitutionnel sous le titre, « Salammbô par Monsieur Gustave Flaubert. Suite de l’analyse ».

34  L’Éducation sentimentale, op. cit, p. 564. Je souligne.

35  L’Éducation sentimentale, édition préfacée et annotée par S. Dord-Crouslé, Garnier-Flammarion, 2001, note 1, p. 500.

36  Madame Bovary, présentation, notes et transcriptions de P.-M. de Biasi, Imprimerie Nationale, 1994, note 472, p. 603. Dans l’édition de Madame Bovary de P.-M. de Biasi, un « fumignon » est bien défini comme une « légère fumée » et l’éditeur ajoute qu’il s’agit d’un normandisme. De son côté, Jacques Neefs propose une variante de « fumignon », fumerons, en précisant que ce terme se trouve dans le Dictionnaire des Dictionnaires utilisé par Flaubert, dans lequel il est défini comme un « morceau de bois qui, n’étant pas assez cuit, jette encore de la flamme et beaucoup de fumée » (Madame Bovary, édition présentée et annotée par J. Neefs, Livre de Poche, 1992, note 1, p. 478). Signalons que les références de Flaubert dans les fiches qu’il a constituées à partir des observations faites par de M. Du Camp sur le roman parisien, sont le Dictionnaire de Richelet, le Littré et le Dictionnaire des Dictionnaires

37  Ce relevé prend en compte les oublis d’alinéas non repérés par Flaubert dont quelques-uns ont motivé d’autres découpages du texte…

38  Dans ce cas précis, l’omission de la préposition « vers » met à mal la situation géographique de Frédéric : il est impossible que Frédéric descende l’avenue des Champs-Élysées, au début de la troisième partie, car il se trouve à ce moment même du récit  dans un hôtel de la rue Tronchet en compagnie de Rosanette. Pour la petite histoire éditoriale de cet oubli du copiste, c’est Henri Céard qui pointe pour la première fois l’anomalie topographique dans une note de son édition du texte. En 1942, R. Dumesnil reprend à son compte les propos du critique en spécifiant qu’il s’agit probablement d’une erreur du typographe et modifie son texte en rétablissant la préposition. C’est donc sans connaître l’origine de cette omission et sans avoir consulté le Manuscrit définitif autographe et sa copie, pourtant disponible à la recherche à la date de son édition, que Dumesnil fait cette modification. Depuis, cette erreur a été corrigée dans toutes les éditions modernes du texte, à quelques exceptions près.

39  Les mots ou groupes de mots en italique ont été omis.

40  L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 432.

41  L’Éducation sentimentale, édition avec préface, notes, variantes et dossier de P.-M. Wetherill, Garnier, coll. « Classiques Garnier », Paris, p. 295, note 570.

42  L’attitude d’Arnoux pendant le sac des Tuileries est plus complexe qu’elle n’y paraît. Les brouillons de ce passage donnent, en effet, un sens tout à fait professionnel à cet instinct politique d’Arnoux qui peut paraître inattendu : parce qu’il s’intéresse de près aux collections d’art, la question est de savoir s’il s’agit pour lui de préserver le patrimoine ou bien, en se trouvant à la meilleure place, de tirer quelques avantages de la situation…

43  La première occurrence du mot « rouge » apparaît dans le f° 18 v° du volume 17 607 qui est le premier état rédactionnel de ce passage et dont voici la transcription linéarisée : « (en marge) <lutte pr lacerer les tableaux> au bas du gd escalier Arnoux <un> en garde national nu-tete, <ch. ebouriffé> <buffleteries> <bourrelet> chemise autour du pantalon - <perorant> rouge ».

44  L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 44.

45  Ibid., p. 196.

46  Cette substitution, plus ou moins explicable par une lecture précipitée du mot « blanche » sur le Manuscrit définitif, est d’autant plus surprenante que l’adjectif « pareille » se trouve parmi les états rédactionnels qui forment la genèse de ce passage : au moins dans deux d’entre eux, l’adjectif « pareille » sert à qualifier la veste d’Arnoux. À son insu, dans son erreur, le copiste est donc revenu à la première idée de Flaubert. Si cette coïncidence est difficilement explicable, ce qui est sûr c’est que Flaubert a finalement bien choisi de substituer à l’adjectif « pareille », l’adjectif de couleur « blanche ».

47  L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 613.

48  Deux ajouts ont été annulés par Flaubert. Le premier a été supprimé dans les épreuves de 1869, il s’agit du pronom « en » dans « et il en parlaient interminablement » (MC f° 17). Le second en 1879 au moment de la préparation de l’édition définitive. Il s’agit d’un alinéa. Toutefois, pour ce dernier, il est fort probable que ce soit la décision de l’éditeur Georges Charpentier de réaliser une édition en un volume (et non en deux comme pour l’édition Lévy) qui ait conduit Flaubert à resserrer la mise en page de son texte, et non une décision du copiste qui avait eu lieu dix ans auparavant.

49  L’Éducation sentimentale, op. cit., p. 65.

50  « Cependant <,> à vingt toises des ponts <,> sur la rive gauche, une lumière brillait dans la lucarne d’une maison basse » (MC f° 23).

51  « et ils (Frédéric et Deslauriers) continuèrent de se promener d’un bout à l’autre des deux ponts qui s’appuient sur l’île étroite, formée par le canal et la rivière » (L’Éducation sentimentale, op.  cit. p. 62).

52  Il faut dire que la topographie de Nogent-sur-Seine avec ses îles ne contribue pas à faciliter le repérage. Tout s’est éclairci grâce à la bienveillance de Cécile Seïté, bibliothécaire de la bibliothèque municipale de Nogent-sur-Seine, qui a eu la gentillesse de compléter la documentation par des plans précis des lieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Marc de Biasi et Déborah Boltz, « Ajouts, omissions, substitutions : la main fautive des copistes dans le texte de L’Éducation sentimentale », Flaubert [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 19 janvier 2009, consulté le 26 mai 2017. URL : http://flaubert.revues.org/376

Haut de page

Auteurs

Pierre-Marc de Biasi

Articles du même auteur

Déborah Boltz

ITEM/ENS-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page