Navigation – Plan du site

Résumés

Salammbô, c’est nous. Nous comme héritiers du christianisme mais aussi, nous comme êtres humains, comme appartenant à ce genre humain dont Voltaire disait qu’on ne pouvait en lire l’histoire sans concevoir pour lui de l’horreur. Car c’est l’humanité historique dans son ensemble qui se trouve prise dans l’accusation de molochisme et que Flaubert réunit pêle-mêle dans Carthage, toutes « races » confondues et se « barbarisant » les unes les autres, toutes religions mêlées et se dissolvant au contact les unes des autres. L’humanité est toute entière attachée à Moloch,  ici et ailleurs, hier et aujourd’hui. Le molochisme envahit d’abord la Grèce, c’est-à-dire « nous » au sens où Flaubert l’entendait quand il reprochait à Sainte-Beuve de regretter dans Salammbô « que je n’aie point introduit parmi les Grecs un philosophe, un raisonneur chargé de nous faire un cours de morale, ou commettant de bonnes actions, un monsieur enfin “sentant comme nous” ». Le chemin sanglant de Moloch traverse toute l’Europe et c’est ainsi qu’il touche à une autre partie de nous-mêmes : la Gaule. La présence des Gaulois en arrière-plan de la description de Moloch ne relève pas davantage du remplissage que celle des Grecs dans la procession qui précède le sacrifice des enfants au chapitre XIII. Elle est motivée par le même souci d’envisager « Moloch » dans son épaisseur historique, théologique et anthropologique, dans ce que celui-ci a d’effroyablement totalisant. Les strates de textes qui s’accumulent sous lui construisent d’insondables fondations à la statue remise en service dans le chapitre de Salammbô qui porte son nom. Ce qui était épars est à nouveau rassemblé, ce qui était caché ressort : « Tous les temples à la fois » s’ouvrent pour faire escorte au « Baal suprême », et même ce qu’on ne comprend plus et dont on a perdu le sens resurgit pour l’occasion : « des idoles oubliées reparurent ». Pour avoir cessé d’être intelligible, cela n’en est pas moins présent.

Haut de page

Texte intégral

1Pendant l’été 1861, au cours de la rédaction du chapitre XIII de Salammbô, un événement d’écriture survient dont on voudrait souligner la force et l’étrangeté. Il se manifeste dans la lettre de Flaubert à Amélie Bosquet du samedi 24 août 1861 :

Anniversaire de la Saint-Barthélemy. Ce jour-là, tous les ans, M. de Voltaire avait la fièvre.

  • 1  Flaubert, Correspondance, éd. par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, 1980, tome III, p. 172.

Vous y tenez donc, à cette Salammbô, ma chère confrère ? Eh bien ! voulez-vous une seconde lecture dans le milieu de la semaine prochaine... J’ai beaucoup travaillé depuis un mois, j’ai fait seize pages ! J’écris des horreurs et cela m’amuse1.

  • 2  Flaubert, Correspondance, éd. cit., tome III, p. 166.

2Les « horreurs » en question sont celles de la « Grillade des moutards » (Flaubert avait écrit à Georges Feydeau le 15 juillet 1861 : « Je commence maintenant le treizième chapitre »2), qui a bien avancé depuis un mois : on doit tomber juste en plein milieu de la cérémonie. Les enfants sont jetés tout vivants dans la statue de Moloch et, de même qu’il était pris de vomissements pendant l’agonie d’Emma, Flaubert brûle de ce feu ancien rallumé par le roman et ravivé par l’anniversaire terrible de la Saint-Barthélemy. Le temps du calendrier, celui de l’histoire et de l’écriture se sont rejoints dans une étonnante conflagration : « ce jour-là » où Voltaire était malade de l’histoire, Flaubert redonne à voir la figure du Moloch dévorateur originel. La chronologie intime de Voltaire est revécue par Flaubert en un moment liturgique d’écriture et de communion dans la souffrance des crimes commis au nom de la religion.

  • 3  Et pas seulement le « sémitisme » ; voir à ce sujet notre article « Jéhovah égale Moloch : une étu (...)
  • 4  Flaubert, Salammbô, édition de Gisèle Séginger, GF, 2001, chapitre VI, p. 159 : « Tous les cultes, (...)
  • 5  Flaubert, Correspondance, éd. cit., tome III, p. 172, lettre à Amélie Bosquet du 24 août 1861.

3Ce serait bien alors le cas de dire : Salammbô, c’est nous. Nous comme héritiers du christianisme mais aussi, nous comme êtres humains, comme appartenant à ce genre humain  dont Voltaire disait qu’on ne pouvait en lire l’histoire sans concevoir pour lui de l’horreur. Car c’est l’humanité historique dans son ensemble qui se trouve prise dans l’accusation de molochisme3 et que Flaubert réunit pêle-mêle dans Carthage, toutes « races » confondues et se  « barbarisant » les unes les autres, toutes religions mêlées et se dissolvant au contact les unes des autres.4 « Il ne ressort de ce livre qu’un immense dédain pour l’humanité (il faut très peu la chérir pour l’avoir écrit). Le lecteur en sera vaguement froissé, je vous le prédis, et il m’en voudra. », écrit encore Flaubert le 24 août 1861.5 L’humanité est tout entière attachée à Moloch,  ici et ailleurs, hier et aujourd’hui.

Le molochisme grec

Salammbô, ou le Grec barbare

  • 6  Ibid., tome III, p. 275-285, p. 282, lettre à Sainte-Beuve du 23-24 décembre 1862.
  • 7  Voir à ce sujet François Hartog, Le Miroir d’Hérodote, essai sur la représentation de l’autre (Gal (...)

4Le molochisme envahit d’abord la Grèce, c’est-à-dire « nous » au sens où Flaubert l’entendait quand il reprochait à Sainte-Beuve de regretter dans Salammbô « que je n’aie point introduit parmi les Grecs un philosophe, un raisonneur chargé de nous faire un cours de morale, ou commettant de bonnes actions, un monsieur enfin “sentant comme nous” »6. Quelques lignes plus haut, Flaubert atteste le caractère historique des sacrifices humains à Carthage en les rapportant à ceux qui avaient lieu dans la Grèce antique : « Cette horreur ne fait pas dans mon esprit un doute. Songez donc que les sacrifices humains n’étaient pas complètement abolis EN GRÈCE à la bataille de Leuctres, 370 avant Jésus-Christ.) Malgré la condition imposée par Gélon (440), dans la guerre contre Agathoclès (309), on brûla, selon Diodore, 200 enfants ; et quant aux époques postérieures, je m’en rapporte à Silius Italicus, à Eusèbe, et surtout à saint Augustin, lequel affirme que la chose se passait encore quelquefois, de son temps. » L’usage emphatique des lettres capitales veut montrer que la « barbarie grecque » constitue à la fois une énormité et une vérité. Le lecteur de Salammbô était prévenu depuis qu’il avait lu cette phrase extraordinaire au chapitre IX : « Cette chose atroce fit horreur aux Barbares, aux Grecs surtout » (p. 239) (après l’évocation de l’acte de cannibalisme perpétré par le Baléare Zarxas). Le déni d’humanité fait tomber la séparation à la fois ethnique et anthropologique entre civilisation (grecque) et barbarie. C’est surtout le disparate des nations dans l’armée des Mercenaires qui occasionne la confusion : les identités disparaissent dans le « creuset barbare » où les Grecs ne forment plus qu’un élément parmi d’autres au lieu d’être un (contre) modèle civilisationnel7.

5Mais Carthage en elle-même est déjà le lieu de la confusion entre l’« autre » et le « soi », le Cananéen et le Grec, l’Afrique et l’Europe, d’abord parce qu’elle a investi le monde grec avec ses conquêtes et ses comptoirs ; ensuite parce que le monde grec a reflué vers elle. Reprenons, dans le détail de son déroulement, la procession qui prélude à l’immolation des enfants dans Salammbô :

Les prêtres de Khamon, en robes de laine fauve, s’alignèrent devant leur temple, sous les colonnes du portique ; ceux d’Eschmoûn en manteaux de lin, avec des colliers à tête de coucoupha et des tiares pointues, s’établirent sur les marches de l’Acropole ; les prêtres de Melkarth, en tuniques violettes, prirent pour eux le côté de l’occident ; les prêtres des Abaddirs, serrés dans des bandes d’étoffes phrygiennes, se placèrent à l’orient ; et l’on rangea sur le côté du midi, avec les nécromanciens tout couverts de tatouages, les hurleurs en manteaux rapiécés, les desservants des Pataeques et les Yidonim qui, pour connaître l’avenir, se mettaient dans la bouche un os de mort. Les prêtres de Cérès, habillés de robes bleues, s’étaient arrêtés, prudemment, dans la rue de Satheb, et psalmodiaient à voix basse un thesmophorion en dialecte mégarien. (p. 264)

  • 8  Flaubert, Correspondance, éd. cit., tome II, p. 845 : « dans deux jours j’entame le chapitre III. (...)

6Que viennent faire les desservants d’un culte grec dans un cortège punique ? Surtout, que viennent faire des prêtres grecs dans une cérémonie molochiste ? Dans les brouillons, Flaubert justifie d’abord leur présence, puis renonce à l’« explication ». Ce n’est pas un cas isolé : Salammbô naît dans le refus d’expliquer8 ; mais les modalités de ce « pourquoi » nous intéressent même s’il est destiné à être tu. On peut suivre ainsi les phases de son élaboration, de sa disparition puis de son déplacement :

7I

8II

9III

10IV

11V

12La première version, la plus développée, souligne d’emblée l’incongruité de la présence des prêtres de Cérès et de Proserpine présentés d’abord ensemble, le dédoublement des cultes ne s’opérant que plus bas : « jusqu’aux prêtres de... » marque à la fois la fin d’un mouvement encore incomplet (ce qui se voit dans les tirets qui précèdent) et le caractère apparemment déplacé de ces références dans l’ensemble ainsi esquissé. Cérès et Proserpine sont malvenues dans une célébration molochiste : le propos est ici pris en charge par l’« opinion publique » de Carthage qui s’exprime dans le « mal vus d’abord » auquel Flaubert renonce ensuite ; le « caractère pacifique de leur culte » est aussi bien un reproche qui émane de la parole punique qu’un constat effectué par les prêtres grecs eux-mêmes, et l’hésitation (« Ils avaient d’abord hesité ») affecte non seulement leur attitude mais l’origine de l’ostracisme qu’ils subissent.

13Puis s’énoncent les « raisons » de leur présence paradoxale dont la phrase flaubertienne dans le déroulement de ses repentirs mime les méandres et les arguties ; la parole est montrée comme issue d’une scolastique hypocrite : les prêtres « se payèrent de ces raisons ». Comment se justifient-ils ? D’une part, « Proserpine avait autrefois reclamé des sacrifices humains ». Le cas est pendable en effet : la déesse unanimement reconnue comme « pacifique » est à l’origine, c’est-à-dire en réalité, sanglante. Les prêtres s’appuient sur un état ancien du culte pour justifier sa parenté avec celui de Moloch qui se célèbre « aujourd’hui ». Le « salut par le sang » (on peut très bien reprendre ici la rhétorique de Joseph de Maistre qui, étrangement, convient tout à fait) est au plus profond de tous les cultes même les plus doux ; il en est le fondement réel dans l’ordre de l’histoire comme dans celui de la théologie. La raison concernant Cérès est plus faible ; elle tient à une question de représentation : la déesse « etait peinte / portant un glaive separe les ames du corps », voilà pourquoi elle peut figurer aux côtés de Moloch. « etait peinte » disparaîtra dans la version suivante, l’attribut de Cérès s’incorporant à elle et devenant qualificatif homérique (« Ceres Porte-glaive ») puis tout ce passage sera éliminé dès la troisième version et seule Proserpine et ses « sacrifices humains » seront conservés.

14C’est que les véritables « raisons » des prêtres ne sont pas théologiques. Elles ne sont pas à chercher dans les complications de la rhétorique ou plutôt, celles-ci ne constituent qu’une surface sous laquelle on trouve l’animal dans l’homme, la bête dans celui qui singe l’ange. Ils sont venus non pas guidés par la raison mais « poussés » par deux passions : la « cruauté » et la « peur ». Seule la seconde, reformulée en « terreur », survivra aux versions suivantes, mais les deux sont liées : les prêtres sont « venus » vers Moloch (I), ils sont « decidés à suivre le Moloch » (II), « à suivre Moloch » (III) et même ils sont « revenus » à lui (IV) par ce qui, hors de toute histoire des religions, les relie à l’homme universel dans sa dualité psychologique primaire qui associe le plaisir pris au spectacle des souffrances d’autrui et la crainte d’avoir  à les subir soi-même. Sous l’asservissement pervers et lâche des prêtres grecs à Moloch c’est l’homme tout entier qui est montré en tant qu’il « suit » ses instincts de destruction et de préservation les plus profonds et qu’il y « revient » aussitôt que l’occasion lui en est donnée, rayant d’un trait tout ce que le temps et la civilisation avaient pu construire dans l’ordre de la raison.

15De tout ce passage il ne reste, dans la version finale, que le « prudemment » de la phrase qui clôt la procession : « Les prêtres de Cérès, habillés de robes bleues, s’étaient arrêtés, prudemment, dans la rue de Satheb, et psalmodiaient à voix basse un thesmophorion en dialecte mégarien » (p. 327) ; et quatre pages plus loin, au moment du sacrifice : « Les dévots criaient : “Seigneur ! mange !” et les prêtres de Proserpine, se conformant par la terreur au besoin de Carthage, marmottaient la formule éleusiaque : “Verse la pluie ! enfante” » (p. 331). Les deux cultes se sont dissociés en se répartissant à deux endroits différents du chapitre. Ils ne se manifestent plus que par l’expression d’une parole extérieure, incompréhensible aussi bien pour les Carthaginois (« en dialecte mégarien ») que pour les lecteurs (« thesmophorion ») dans le premier cas, traduite dans le second (« Verse la pluie !enfante ! ») mais finalement indistincte et inaudible (« marmottaient » fait écho à « psalmodiaient à voix basse »). L’accès à la parole intérieure des « raisons » est coupé ; c’est de la seule présence des prêtres grecs dans la cohorte des prêtres cananéens qu’il faut déduire leur proximité aux prêtres de Moloch.

Moloch, la Grèce et les Religions de l’Antiquité

16La parenté des cultes grecs et phénico-puniques n’est pas une invention de Flaubert. Ce qui paraît incompatible aux yeux d’un public cultivé mais non savant est fortement lié par les historiens des religions. Guigniault et Maury, dans les « notes et éclaircissements » du deuxième tome des Religions de l’antiquité et dans le chapitre complémentaire « Religion de Carthage », mettent en évidence la puissance coloniale phénicienne et sa pénétration culturelle dans tout le bassin méditerranéen. Ils montrent les divinités phéniciennes qui se répandent dans l’Europe entière :

  • 9  Creuzer Frédéric & Guigniault J.D. (avec la collaboration d’A. Maury), Religions de l’antiquité, T (...)

Ces établissements extérieurs des Phéniciens, entre lesquels brillèrent Carthage, cette seconde Tyr, et Gadès, qui subsiste encore aujourd’hui dans Cadix ; ces colonies ou ces comptoirs qui s’étendirent, vers l’orient jusqu’au golfe Persique et peut-être jusqu’à la Colchide, vers l’occident jusque sur les bords du Guadalquivir et peut-être, le long des côtes de l’Atlantique, d’une part jusqu’aux Sorlingues et aux Cornouailles, d’où venait l’étain, d’autre part jusque dans les parages de la Baltique, d’où venait l’ambre jaune, furent aussi des foyers de religion. Partout où les Phéniciens se dirigeaient, sur terre et sur mer, ils portaient avec eux leurs divinités tutélaires ; partout où ils se fixaient, ils élevaient des temples et des autels en leur honneur, ils instituaient leur culte9.

  • 10  Ibid.

17La « propagation si ancienne et si générale des cultes phéniciens en Asie-Mineure, en Grèce, dans les îles et sur les côtes de la Méditerranée, sur celles de la mer Noire, et jusqu’aux extrémités de l’Occident »10 fait de Moloch un dieu universel, « translaté » c’est-à-dire traduit et transporté dans la totalité du monde connu et particulièrement en Grèce. Car il ne s’agit pas seulement de déceler une influence mais de dire une origine : « les cultes grecs ne furent que des rejetons entés sur une tige plus ancienne et que tout annonce avoir dû être sémitique » ; les cultes grecs émanent des cultes sémitiques ; « nous » est un autre :

  • 11  Ibid., p. 832-833.

À Rhodes, comme en Cilicie et en Cypre, les cultes grecs ne furent que des rejetons entés sur une tige plus ancienne et que tout annonce avoir dû être sémitique, à commencer par le culte du Soleil, qui avait là son char, comme à Hiérapolis, son autel, et sa statue colossale, dans le goût babylonien. Saturne y réclamait, comme en Phénicie et à Carthage, des victimes humaines ; et le mont Atabyrien ou Tabyrien était un autre Tabor, avec un temple du Jupiter de même nom, auquel des taureaux d’airain étaient consacrés... Bien d’autres liens traditionnels rattachent la Crète à la Palestine et à la Phénicie, soit directement, soit indirectement. Le mythe de la Phénicienne Europe, enlevée par le dieu-taureau crétois, où se réfléchit l’image d’Astarté, la déesse lunaire, assise sur le taureau, comme la montrent encore les médailles de Sidon, demeure un des plus sensibles et des mieux constatés de ces liens. Le Minotaure dévorant des enfants est encore une autre légende de la même origine, qui se fonde sur le culte du terrible Moloch, représenté avec une tête de taureau ; et le géant d’airain Talos, qui, trois fois par jour, parcourt la Crète, et qui consume dans ses étreintes brûlantes les étrangers sur les rivages de l’île, nous indique à la fois le symbole connu de ce culte affreux, commun aux Cananéens et aux Carthaginois, et son caractère solaire11.

18La Grèce est donc un espace de réception de Moloch : on peut lire sur son sol la trace ardente du dieu phénicien. Gustave Tridon, l’auteur en 1884 d’un Molochisme juif délirant et violemment antisémite, n’aura qu’à paraphraser Creuzer-Guigniault pour énoncer la théorie d’un « molochisme grec » : la limite qui sépare le savant et le fou est mince. Il suffit de lire ce qui suit au regard de ce qui précède pour voir que, de l’un à l’autre, seul le ton a changé ; le contenu est similaire :

  • 12  Gustave Tridon, Du Molochisme juif, Études critiques et philosophiques, Bruxelles, Maheu, 1884, 23 (...)

Les Grecs ont longtemps servi d’aliment aux idoles molochistes. En Crète, les Athéniens payent un tribut humain au Minotaure, et les Locriens envoient chaque année deux jeunes filles à la Pallas de Troie. On les brûle vives, en expiation du crime d’Ajax, et selon la loi, toute sémitique, de sacrifier l’innocent pour le coupable. Le sacrifice, tel est le brouillard sanglant qui plane sur ces sombres religions et, par le canal des Phéniciens, envahit l’antiquité tout entière... La vache Io, poursuivie par le brûlant aiguillon, qui erre en cent contrées et traverse les monts et les mers, c’est la machine molochiste dressée par les Phéniciens dans tout pays où ils posaient le pied... Kronos Saturne dévorant ses enfants, l’ancien roi Israël, sacrificateur de son fils Jéud, comme Abraham, sont l’emblême de ces races impies qui faillirent dévorer le monde12.

19Les motifs de l’invasion et de la dévoration du monde grec et, par extension, du monde antique, par le dieu sémitique, sont repris et amplifiés jusqu’au délire. Par-delà ces accents furieux, il nous importe que la vision d’un empire universel de Moloch puisse émaner directement de l’autorité que constitue le livre de Creuzer pour les savants de l’époque et pour Flaubert lui-même. La traversée du monde antique par le Moloch incandescent et dévorateur telle qu’elle s’exprime chez le savant philologue a pu constituer pour Flaubert un point de départ autant qu’un point de référence. On voit avec Tridon que les potentialités de dilatation imaginaire du motif sont immenses. Ses possibilités d’extension fictionnelles ne sont pas moindres.

Le molochisme gaulois

  • 13  Claudine Gothot-Mersch, « Document et invention », Salammbô de Flaubert, Histoire, Fiction, textes (...)

20Le chemin sanglant de Moloch traverse toute l’Europe et c’est ainsi qu’il touche à une autre partie de nous-mêmes : la Gaule. Moloch gaulois ? Les critiques de Salammbô, à commencer par Guillaume Froehner, ont souvent souligné le recours par Flaubert à certains éléments de la religion gauloise pour décrire le culte de Moloch. Claudine Gothot-Mersch, dans « Documentation et invention », salue la « perspicacité » à cet égard de l’auteur du Roman archéologique en France13. La malveillance éclairée de Froehner n’a en effet pas manqué de voir dans la statue de Moloch édifiée par Flaubert des caractéristiques qui rattachent l’idole phénicienne à la religion gauloise. Il en fait le reproche au romancier, dénonçant ce détournement comme une supercherie qui discrédite la vérité archéologique de Salammbô :

  • 14  Guillaume Froehner, Ibid., article reproduit dans Flaubert, Correspondance, éd. cit., tome III, p. (...)

Il ne faudrait pas s’imaginer cependant que la statue de Moloch, qui recevait cette terrible offrande, ressemblât à la machine infernale décrite dans Salammbô. Cette figure, composée de sept cases étagées l’une sur l’autre pour y enfermer les victimes, appartient à la religion gauloise ; M. Flaubert n’a aucun prétexte d’analogie à invoquer pour justifier son audacieuse transposition. D’ailleurs l’image de Moloch, telle qu’on la voyait à Carthage, nous est conservée dans la description de Diodore de Sicile14.

21À quoi Flaubert répond :

  • 15  Flaubert, Correspondance, éd. cit., tome III, p. 296.

Non ! je n’ai aucun prétexte, c’est vrai ! Mais j’ai un texte, à savoir le texte, la description même de Diodore, que vous rappelez et qui n’est autre que la mienne, comme vous pourrez vous en convaincre en daignant relire ou lire le livre XX de Diodore, chapitre IV, auquel vous joindrez la paraphrase chaldaïque de Paul Fage, dont vous ne parlez pas et qui est citée par Selden, De diis Syriis, p. 164-170, avec Eusèbe, Préparation évangélique, livre Ier15.

  • 16  Voici le texte de Diodore dans l’édition de la Bibliothèque historique parue chez Charpentier en 1 (...)
  • 17  Dom Calmet, Dictionnaire de la Bible, Paris, Émery, 1722, tome second, p. 78. Le passage est cité (...)

22Les « sept cases » ne se trouvent pas dans Diodore16. Il aurait suffi cependant à Froehner de « relire ou lire », comme le dit perfidement Flaubert, le Dictionnaire de la Bible de Dom Calmet à l’article « Moloch », pour trouver que les sept compartiments appartiennent bien à la tradition phénicienne rapportée par les Juifs : « D’autres racontent qu’elle était creuse, et que dans sa concavité on avait aménagé sept armoires, l’une desquelles était destinée pour y mettre de la farine. Dans la seconde, il y avait des tourterelles ; dans la troisième, une brebis ; dans la quatrième, un bélier ; dans la cinquième, un veau ; dans la sixième, un boeuf ; dans la septième, un enfant. »17 

23Il n’en reste pas moins vrai que les Gaulois brûlaient des victimes dans des statues creuses, ainsi que le rapporte César dans De Bello Gallico (I. VI, c. 16). Le texte de César est suffisamment célèbre pour que Flaubert le connaisse : c’est un sujet de version. Amédée Thierry le résume dans l’Histoire des Gaulois que l’auteur de Salammbô a lue et annotée (les notes de lecture figurent à la bibliothèque municipale de Rouen sous la cote g. 476, f° 22 à 24 v°) :

  • 18  Amédée Thierry, Histoire des Gaulois, Didier, 1857 (1ère édition 1828), vol. I, livre IV, chapitre (...)

La religion druidique avait sinon institué, du moins multiplié en Gaule les sacrifices humains ; elle professait que la vie d’un homme pouvait être rachetée par la vie d’un autre homme... Le cérémonial le plus usité et le plus solennel, pour les sacrifices humains, était aussi le plus affreux. On construisait en osier ou en foin un immense colosse à figure humaine, on le remplissait d’hommes vivants, on le plaçait sur un bûcher, un prêtre y jetait une torche brûlante, et le colosse disparaissait bientôt dans les flots de fumée et de flammes. Alors le chant des druides, la musique des bardes, les acclamations de la foule couvraient les cris des victimes, et le Gaulois crédule pensait avoir sauvé les jours de sa famille, prolongé les siens, affermi la gloire de sa patrie, et fait monter vers le ciel un encens de prédilection18.

  • 19  Par exemple à l’article « Idole, idolâtre, idolâtrie », op. cit., tome XXXVI, p. 485, où Voltaire (...)

24Tous les historiens des religions qui ont à traiter des sacrifices humains en Europe évoquent cette statue-bûcher anthropomorphe, et le même extrait est repris, rappelé ou cité in extenso pour les besoins parfois contradictoires de la polémique qu’il vient servir. Voltaire y fait allusion presque à chaque fois qu’il aborde la question des « immolations »19. Joseph de Maistre, pour démontrer la pertinence de l’idée de « rachat » en dépit des « erreurs » qui ont conduit aux horreurs des holocaustes païens, reproduit l’extrait dans sa quasi-totalité :

  • 20  Joseph de Maistre, « Éclaircissement sur les sacrifices », Les Soirées de Saint-Pétersbourg, Pélag (...)

Ce fut donc de ces vérités incontestables de la dégradation de l’homme et de sa réité originelle, de la nécessité d’une satisfaction, de la réversibilité des mérites et de la substitution des souffrances expiatoires, que les hommes furent conduits à cette épouvantable erreur des sacrifices humains. « Tout Gaulois attaqué d’une maladie grave, ou soumis aux dangers de la guerre, immolait des hommes ou promettait d’en immoler, ne croyant pas que les dieux pussent être apaisés, ni que la vie d’un homme pût être rachetée autrement que par celle d’un autre. Ces sacrifices, exécutés par la main des Druides, s’étaient tournés en institutions publiques et légales ; et lorsque les coupables manquaient, on en venait au supplice des innocents. Quelques-uns remplissaient d’hommes vivants certaines statues colossales de leurs dieux : ils les couvraient de branches flexibles : ils y mettaient le feu, et les hommes périssaient ainsi environnés de flammes. » (De Bello gallico)20.

  • 21  Cité par René Dumesnil dans son édition de Salammbô, Belles Lettres, 1944, p. 192.
  • 22  Les noms de tous ces instruments sont pris à la Bible de Samuel Cahen que Flaubert a lue pour Sala (...)

25L’« analogie » est surprenante entre la cérémonie phénicienne et la cérémonie gauloise telle qu’elle est rapportée à travers les différentes « versions » du texte de César. L’accompagnement sonore du sacrifice par les chants et les cris destinés à couvrir ceux des victimes concorde exactement avec les sources concernant le rite molochiste. Le rapprochement entre Michelet et Amédée Thierry est très significatif à ce sujet. Évoquant les immolations à Moloch dans le chapitre sur Carthage de son Histoire romaine, le premier conclut ainsi : « et cependant des danses frénétiques, des chants dans les langues rauques de la Syrie, les coups redoublés du tambourin barbare, empêchaient les parens (sic) d’entendre les cris »21 ; quand le second disait à propos du rite Gaulois : « Alors le chant des druides, la musique des bardes, les acclamations de la foule couvraient les cris des victimes. » Le détail sera repris et « sémitisé » par Flaubert : « Et leur voix se perdit dans l’explosion des instruments sonnant tous à la fois, pour étouffer les cris des victimes. Les scheminith à huit cordes, les kinnor, qui en avaient dix, et les nebal, qui en avaient douze, grinçaient, sifflaient, tonnaient. » (p. 265)22

  • 23  Amédée Thierry, Histoire des Gaulois, Didier, 1857 (1ère édition 1828), vol. I, livre IV, chapitre (...)
  • 24  « Lorsqu’on examine attentivement le caractère des faits relatifs aux croyances religieuses de la (...)
  • 25  Ibid., p. 476.

26Les « langues rauques de la Syrie » de Michelet rappellent par ailleurs ce qu’Amédée Thierry, reprenant Diodore (I. V, 31), dit des langues gauloises : « Les Gaulois affectaient, comme plus viril, un son de voix fort et rude, auquel prêtaient d’ailleurs leurs idiomes très-gutturaux. »23 Il est encore plus frappant de constater les similitudes théologiques entre les deux religions : l’idée de « rachat » est au cœur de la pensée gauloise des échanges entre le divin et l’humain ; nous savons qu’il en est de même pour la religion phénicienne. Ces similitudes s’expliquent, selon Amédée Thierry, par le caractère « oriental » du druidisme probablement introduit en Gaule à la suite des nombreuses et lointaines migrations des Celtes24. L’historien signale à plusieurs reprises en parlant du culte gaulois l’« étonnante conformité » et les « frappantes similitudes entre sa doctrine fondamentale et la doctrine fondamentale des religions secrètes de l’Orient »25.

27Dans le même ordre d’idées, Flaubert, au cours des notes de lecture qu’il prend sur l’Histoire des Gaulois, s’attache à relever tout ce qui concerne la mise en contact des Gaulois et des Phéniciens :

« La route Phenicienne longeant le littoral de la mediterranée & traversant les Alpes par le col du Tende. / le souvenir vague d’un etat meilleur amené par les bienfaits d’etrangers, de conquerants d’une race divine se perpetuait de generation en generation parmi les peuples galliques. lorsqu’ils entrerent en relation avec les Romains et les Grecs ils adoptèrent tous les recits que ceux-ci leur debitaient sur Hercule. » (f° 22) ;

« nemansus, de fondation tyrienne » (f° 23) ;

28ainsi que les témoignages sur leur violence et leur barbarie. Car l’une des particularités des Gaulois est leur caractère « hors nature » ; ils sont l’antiphysis faite histoire :

« renom d’une race impie en guerre declarée contre la nature. ils tiraient l’epée contre les vagues & lançaient des flèches dans la tempête. » (f° 23 v°) ;

« gd renom d’audace ; en guerre avec la nature. agonisants ils arrachaient le dard de leur blessure pr blesser encore / passaient pr manger de la chair humaine, violaient les femmes mortes etc. v Pausanias liv X » (f° 22 v°)

  • 26  Voir Amédée Thierry, op. cit., p. 237 : « Ce furent eux qui saccagèrent la ville de Callion, et qu (...)

29Le texte de Pausanias traduit par Amédée Thierry et résumé par Flaubert, qui conserve laréférence en note, montre la brutalité inouïe des Gaulois dans une ville conquise. En fait de « guerre inexpiable », c’est indépassable26. Tout y est, même la dévoration des enfants. Puis Flaubert relève le « culte de la Diane d’Éphèse » (« traduisez Tanit ») pratiqué à « Massalie » (Marseille) et copie soigneusement une citation de Lucien :

« on disait même qu’elle tombait du ht mal vers la croissance de la lune »

(f° 23 v°).

30Salammbô est bien là. À la suite du même folio, on lit :

« les types des monnaies etaient le lion & le taureau menaçant... les Carth battus par les Massaliotes, demandèrent la paix. prquoi Carth n’alla-t-elle pas plus loin ? elle ne voulait pas sans doute s’engager dans le monde gaulois. »

31Mais c’est le monde gaulois qui est « engagé » dans Carthage, et pas seulement à la suite des Mercenaires. Le repérage attentif par Flaubert des parallélismes entre les deux civilisations indique le sens de son travail intérieur : il s’agit de trouver l’autre dans un « nous » rendu à sa barbarie première et véritable. La recherche d’une humanité inhumaine, terrible et inconnue passe par la connaissance de soi.

  • 27  F. Daumer (op. cit., p. 24) englobe les Carthaginois et les Gaulois dans le même reproche de moloc (...)
  • 28  Flaubert, Correspondance, éd. cit., tome II, p. 713, Croisset, mai 1857, à Jules Duplan : « Ma tab (...)

32L’« analogie » que Froehner reproche à Flaubert d’avoir pratiquée existe donc bien ; mais elle existe antérieurement au texte de Flaubert qui ne fait que la dégager des sources historiques et critiques27 et la garde en réserve du texte définitif. Elle ne relève pas d’une substitution destinée à duper le lecteur : ce n’est pas un tour d’escamoteur. Elle ne se réduit pas non plus à un simple processus d’« induction » - version bienveillante et moderne du même propos, au fond, qui s’appuie sur un mot que Flaubert utilise pour désigner son travail de recherche28, et ramène celui-ci à la production d’un montage référentiel destiné à combler le vide documentaire  sur Carthage.

33La présence des Gaulois en arrière-plan de la description de Moloch ne relève pas davantage du remplissage que celle des Grecs dans la procession qui précède le sacrifice. Elle est motivée par le même souci d’envisager « Moloch » dans son épaisseur historique, théologique et anthropologique, dans ce que celui-ci a d’effroyablement totalisant. Les strates de textes qui s’accumulent sous lui construisent d’insondables fondations à la statue remise en service dans le chapitre de Salammbô qui porte son nom. Ce qui était épars est à nouveau rassemblé, ce qui était caché ressort : « Tous les temples à la fois » s’ouvrent pour faire escorte au « Baal suprême » (p. 325), et même ce qu’on ne comprend plus et dont on a perdu le sens resurgit pour l’occasion : « des idoles oubliées reparurent » (p. 326). Pour avoir cessé d’être intelligible, cela n’en est pas moins présent.

Haut de page

Notes

1  Flaubert, Correspondance, éd. par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, 1980, tome III, p. 172.

2  Flaubert, Correspondance, éd. cit., tome III, p. 166.

3  Et pas seulement le « sémitisme » ; voir à ce sujet notre article « Jéhovah égale Moloch : une étude « antireligieuse » de Salammbô », Romantisme n° 136, 2e trimestre 2007, p. 109-120.

4  Flaubert, Salammbô, édition de Gisèle Séginger, GF, 2001, chapitre VI, p. 159 : « Tous les cultes, comme toutes les races, se rencontraient dans ces armées de Barbares, et l’on considérait les dieux des autres, car ils effrayaient aussi. Plusieurs mêlaient à leur religion natale des pratiques étrangères... Mais, à force d’avoir pillé des temples, vu quantité de nations et d’égorgements, beaucoup finissaient par ne plus croire qu’au destin et à la mort ; et chaque soir ils s’endormaient dans la placidité des bêtes féroces. » Nous donnons désormais la pagination dans le corps du texte.

5  Flaubert, Correspondance, éd. cit., tome III, p. 172, lettre à Amélie Bosquet du 24 août 1861.

6  Ibid., tome III, p. 275-285, p. 282, lettre à Sainte-Beuve du 23-24 décembre 1862.

7  Voir à ce sujet François Hartog, Le Miroir d’Hérodote, essai sur la représentation de l’autre (Gallimard, 1980, 386 p.) sur les Scythes tels qu’ils sont décrits par Hérodote (« Le sang du serment », p. 133) : chez les Scythes, « l’écart le plus fondamental, par rapport au rituel grec, se marque dans la qualité du sang et dans l’usage qui en est fait. Il s’agit en effet de sang humain, et non pas animal ; en outre, on ne se contente pas de le faire couler de la gorge de la bête, ou de le répandre sur les victimes, mais, mêlé au vin, on le boit ; ainsi dans cette grande coupe, se mêlent le sang et le vin, comme dans un cratère le vin et l’eau. Hérodote rapporte néanmoins un cas où des Grecs boivent du sang humain : il s’agit des mercenaires grecs et cariens au service du pharaon Amasis. Avant d’engager la bataille contre les Perses, ils égorgent en effet deux enfants, dont ils font couler le sang dans un cratère, puis après avoir versé du vin et de l’eau, ils boivent tous. » Dans cet épisode, l’équivalence entre « mercenaire » et barbare (fût-il grec) est réalisée.

8  Flaubert, Correspondance, éd. cit., tome II, p. 845 : « dans deux jours j’entame le chapitre III. Ce qui ferait le chapitre IV si je garde la préface ; mais non, pas de préface, pas d’explication. »

9  Creuzer Frédéric & Guigniault J.D. (avec la collaboration d’A. Maury), Religions de l’antiquité, Treuttel et Würtz, 1825, 4 tomes en 10 volumes. II, 3. Notes et éclaircissements sur le tome deuxième, note 1, p. 827-828.

10  Ibid.

11  Ibid., p. 832-833.

12  Gustave Tridon, Du Molochisme juif, Études critiques et philosophiques, Bruxelles, Maheu, 1884, 232 p., p. 23 et 24-25.

13  Claudine Gothot-Mersch, « Document et invention », Salammbô de Flaubert, Histoire, Fiction, textes réunis par Daniel Fauvel et Yvan Leclerc, Champion, 1999, p. 49-61.

Guillaume Froehner, « Le Roman archéologique en France : Gustave Flaubert, Salammbô... », Revue contemporaine, 31 décembre 1862, p. 853-870.

14  Guillaume Froehner, Ibid., article reproduit dans Flaubert, Correspondance, éd. cit., tome III, p. 1237-1253, p. 1243.

15  Flaubert, Correspondance, éd. cit., tome III, p. 296.

16  Voici le texte de Diodore dans l’édition de la Bibliothèque historique parue chez Charpentier en 1846, livre XX, XIV, vol. IV, p. 124. La plupart des éditions savantes de Salammbô le citent tel qu’il apparaît dans l’Histoire romaine de Michelet, légèrement tronqué. La fin en est pourtant très intéressante en ce qu’elle relie la tradition carthaginoise aux mythes grecs : « Ils décrétèrent donc une grande solennité dans laquelle devaient être sacrifiés deux cents enfants, choisis dans les familles les plus illustres ; quelques citoyens, en butte à des accusations, offrirent volontairement leurs propres enfants, qui n’étaient pas moins de trois cents. Voici quelques détails concernant ce sacrifice. Il y avait une statue d’airain représentant Saturne, les mains étendues et inclinées vers la terre, de manière que l’enfant qui y était placé roulait et allait tomber dans un gouffre rempli de feu. C’est probablement à cette coutume qu’Euripide fait allusion lorsqu’il parle des cérémonies du sacrifice accompli en Tauride ; le poëte met dans la bouche d’Oreste la question suivante : “Quel sera le tombeau qui me recevra lorsque je mourrai ? – Un feu sacré allumé dans un vaste gouffre de la terre.” Il paraît aussi que l’ancien mythe des Grecs, d’après lequel Saturne dévora ses propres enfants, trouve son explication dans cette coutume des Carthaginois. » Nous soulignons.

17  Dom Calmet, Dictionnaire de la Bible, Paris, Émery, 1722, tome second, p. 78. Le passage est cité par Gisèle Séginger dans les « Documents » de son édition de Salammbô, GF, 2002. L’article entier, qui a pu fournir une source pour Voltaire, est digne du plus grand intérêt. Après avoir défini Moloch comme « Dieu des Ammonites » et rappelé les interdictions de Moïse, l’auteur poursuit ainsi : « Il y a beaucoup d’apparence que les Hébreux étoient adonnez au culte de cette Déïté dès avant leur sortie de l’Égypte, puisqu’Amos, & après lui saint Etienne, leur reprochent d’avoir porté dans le désert la tente du Dieu Moloch. Salomon bâtit un Temple à Moloch sur le mont des Oliviers ; & Manassé longtems après, imita son impiété, en faisant passer son fils par le feu en l’honneur de Moloch. C’étoit principalement dans la vallée de Topheth & d’Hennon,  à l’orient de Jérusalem, que s’exerçoit le culte impie que les Juifs rendoient à Moloch, en lui consacrant leurs enfans, & en les faisant passer par le feu en son honneur. Quelques-uns ont crû que l’on se contentoit de faire sauter ces enfans par-dessus un feu consacré à Moloch... mais nous sommes persuadez que pour l’ordinaire les adorateurs de Moloch immoloient leurs enfans, & les faisoient mourir en l’honneur de cette Divinité. » Bien que la distinction soit expressément faite entre le « faux dieu » et le vrai, la question se pose de l’identité du « dieu des Hébreux ». En outre, Dom Calmet tranche le débat sur la nature du sacrifice en admettant que des simulacres d’immolation aient pu parfois avoir lieu mais sans nier leur réalité. Il opte ainsi pour la traduction littérale de « lustrare per ignem » ou « transferre per ignem », Ibid., p. 78.

18  Amédée Thierry, Histoire des Gaulois, Didier, 1857 (1ère édition 1828), vol. I, livre IV, chapitre I.

19  Par exemple à l’article « Idole, idolâtre, idolâtrie », op. cit., tome XXXVI, p. 485, où Voltaire englobe tous les peuples de l’Antiquité dans sa déploration de l’usage des sacrifices humains : « Dans la Tauride on sacrifiait des étrangers ; heureusement les prêtres de la Tauride ne devaient pas avoir beaucoup de pratiques. Les premiers Grecs, les Cypriots, les Phéniciens, les Tyriens, les Carthaginois eurent cette superstition abominable. Les Romains eux-mêmes tombèrent dans ce crime de religion ; et Plutarque rapporte qu’ils immolèrent deux Grecs et deux Gaulois pour expier les galanteries de trois vestales. Procope, contemporain du roi des Francs, Théodebert, dit que les Francs immolèrent des hommes quand ils entrèrent en Italie avec ce prince. Les Gaulois, les Germains faisaient communément de ces affreux sacrifices. On ne peut guère lire l’histoire sans concevoir de l’horreur pour le genre humain. » Les sacrifices gaulois sont énoncés dans une suite qui les assimile, entre autres, aux « Carthaginois ». Voir aussi « Topheth » : « Tels étaient les anciens Welches et les anciens Tudesques quand ils brûlaient des enfans et des femmes en l’honneur de Teutatès et de Irminsul : telles la vertu gauloise et la franchise germanique. », ibid., tome XXXVIII, p. 422.

20  Joseph de Maistre, « Éclaircissement sur les sacrifices », Les Soirées de Saint-Pétersbourg, Pélagaud, 1854, 7e édition, tome II, p. 321- 405, p. 352.

21  Cité par René Dumesnil dans son édition de Salammbô, Belles Lettres, 1944, p. 192.

22  Les noms de tous ces instruments sont pris à la Bible de Samuel Cahen que Flaubert a lue pour Salammbô.

23  Amédée Thierry, Histoire des Gaulois, Didier, 1857 (1ère édition 1828), vol. I, livre IV, chapitre I, p. 465.

24  « Lorsqu’on examine attentivement le caractère des faits relatifs aux croyances religieuses de la Gaule, on est amené à y reconnaître deux systèmes d’idées, deux corps de symboles et de superstitions tout à fait distincts, en un mot, deux religions : l’une toute sensible, dérivant de l’adoration des phénomènes naturels, et, par ses formes ainsi que par la marche libre de son développement, rappelant le polythéisme de la Grèce ; l’autre, fondée sur un panthéisme matériel, métaphysique, mystérieuse, sacerdotale, présentant avec les religions de l’Orient la plus étonnante conformité. Cette dernière a reçu le nom de druidisme, à cause des druides qui en étaient les fondateurs et les prêtres... » op. cit, p. 475.

25  Ibid., p. 476.

26  Voir Amédée Thierry, op. cit., p. 237 : « Ce furent eux qui saccagèrent la ville de Callion, et qui ensuite y autorisèrent des barbaries si horribles qu’il n’en existait, que je sache, aucun exemple dans le monde... L’humanité est forcée de les désavouer, car elles rendraient croyable ce qu’on raconte des Cyclopes et des Lestrigons... Ils massacrèrent tout ce qui était du sexe masculin, sans épargner les vieillards, ni même les enfants, qu’ils arrachaient du sein de leurs mères pour les égorger. S’il y en avait qui parussent plus gras que les autres ou nourris d’un meilleur lait, les Gaulois buvaient leur sang et se rassasiaient de leur chair. Les femmes et les jeunes vierges qui avaient quelque pudeur se donnèrent elles-mêmes la mort... Mais ces barbares impitoyables assouvissaient encore sur elles leur brutalité, lors même qu’elles rendaient l’âme, et, sur quelques-unes, lorsqu’elles étaient déjà mortes. »

27  F. Daumer (op. cit., p. 24) englobe les Carthaginois et les Gaulois dans le même reproche de molochisme auquel il oppose l’ « humanité » des Césars : « Les césars Tibère et Claude ont plus d’une fois dû sévir contre les sacrifices humains des Carthaginois et des Gaulois : les lieutenans impériaux firent crucifier bon nombre de prêtres molochistes dans le pays de Carthage et brûler vivans beaucoup de prêtres druides dans les Gaules. »

28  Flaubert, Correspondance, éd. cit., tome II, p. 713, Croisset, mai 1857, à Jules Duplan : « Ma table est tellement encombrée de livres que je m’y perds. – Je les expédie rapidement et sans y trouver grand-chose. Je tiens cependant à Carthage, et coûte que coûte, j’écrirai cette truculente facétie. Je voudrais bien commencer dans un mois ou deux. Mais il faut auparavant que je me livre par l’induction à un travail archéologique formidable. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Bouvier, « Moloch en expansion », Flaubert [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 19 janvier 2009, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://flaubert.revues.org/384

Haut de page

Auteur

Agnès Bouvier

ITEM/ENS-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page