Navigation – Plan du site

Le bovarysme, histoire et interprétation d’une pathologie littéraire à l’âge moderne

Thèse pour obtenir le grade de docteur en langue et littérature françaises de l’Université Paris VIII, sous la direction de M. le Professeur Jacques Neefs et de M. le Professeur Pierre Bayard, présentée et soutenue publiquement le 20 décembre 2007
Delphine Jayot

Texte intégral

1Originellement hybride, la notion de bovarysme, inventée à la fin du XIXe siècle par Jules de Gaultier, a été conçue à partir d’un personnage littéraire pour décrire un phénomène de psychologie normale ou pathologique. Creuset d’interrogations pour deux champs de savoir distincts, la littérature et la psychopathologie, elle va connaître un double destin en devenant, au XXe siècle, une notion clé de la critique littéraire comme de la psychiatrie. Au croisement de diverses disciplines, cette notion témoigne de la remarquable capacité d’une œuvre littéraire d’induire un phénomène de conceptualisation, ainsi que de sa nécessaire historicité qui réoriente la réception d’une œuvre et d’un personnage. C’est le jeu de cette tension entre le savoir proposé par l’œuvre et les effets théoriques qui aura déterminé les différentes approches de notre étude et en aura dessiné les perspectives : une étude à la fois critique et historique du bovarysme dans la théorie de Jules de Gaultier, dans le champ psychopathologique et dans le champ littéraire, suivie d’une étude de ses possibles applications à travers, notamment, une comparaison entre le bovarysme et d’autres notions psycho-littéraires telles que le donquichottisme et l’oblomovisme.

2De la théorie du bovarysme telle qu’elle a été créée par le philosophe Jules de Gaultier (1858-1942), on connaît principalement l’application psychologique, dont Emma Bovary est devenue le prototype, et qui se résume par l’adage devenu célèbre : « la faculté départie à l’homme de se concevoir autrement qu’il n’est ». Mais cette théorie, qui comprend également une part méconnue, plus abstraite, aux multiples ramifications, s’inscrit dans un système de pensée beaucoup plus général, fortement déterminé par l’idéologie fin-de-siècle qui le sous-tend. Historiquement pré-freudien, le bovarysme selon Jules de Gaultier ne l’est donc pas d’un point de vue épistémologique.

3Dans la lignée de la proposition de Jules de Gaultier, Flaubert, Emma Bovary et le bovarysme vont devenir des objets d’étude pour la médecine mentale. À travers l’histoire du bovarysme dans le champ psychopathologique se dessine alors une histoire de la psychiatrie du XXe siècle en France : celle de ses divers moments théoriques (de la « dégénérescence » du début de siècle à « l’état-limite » de la fin du siècle, en passant par la clinique de la paranoïa dans les années trente), mais aussi de sa résistance à l’introduction du freudisme. L’impossible rencontre entre le bovarysme et la psychanalyse en aura été, de fait, la conséquence, et ce, malgré une tentative tout à fait remarquable, initiée par Jacques Lacan, d’extraire le bovarysme de son ancrage pathologique.

4Parallèlement, l’autre destin du bovarysme engage plus d’un siècle de critique littéraire, depuis la parution de Madame Bovary jusqu’à nos jours. 1960 inaugure à ce titre une rupture qui verra le renversement des valeurs qui lui étaient attachées : tel un second plaidoyer pour la défense du roman de Flaubert, le bovarysme tout d’abord pris dans la gangue d’un conservatisme moralisateur, non sans favoriser une lecture tout aussi moralisatrice de Madame Bovary, incarnera ensuite toute la positivité d’un désir salvateur jusque dans son pouvoir de subversion. La critique littéraire de la modernité va dès lors, parallèlement à la redécouverte de Flaubert et au culte qui lui sera dévolu, ériger Emma Bovary en parangon de la problématique littéraire, à travers le thème de la lecture ; mais, ce faisant, elle va tout aussi bien menacer, en suspectant le bovarysme d’être trop « psychologique », de le reléguer dans l’histoire littéraire.

5Si le bovarysme apparaît bien, au terme de ce parcours, comme une « pathologie littéraire », parce qu’il intéresse à la fois la pathologie mentale et la littérature, mais aussi parce qu’il est une maladie propre à la littérature en ce qu’il implique la lecture, une confrontation avec d’autres notions, le donquichottisme et l’oblomovisme, permettra d’en affiner l’interprétation. Le donquichottisme, qui est structurellement dans un rapport d’homologie avec le bovarysme (un personnage romanesque donnant lieu à une théorisation exogène pouvant concerner de même la critique littéraire et la psychopathologie), en est également thématiquement proche. Ainsi, en comparant la « folie de la lecture » de don Quichotte à la « folie de la lecture » d’Emma Bovary, on s’assurera que celle-ci n’est plus tant une « folie par identification romanesque » qu’une « folie par défaut d’identification romanesque », une folie qui, en outre, requiert l’intervention de la médecine.

6L’oblomovisme est, en revanche, dans un rapport de symétrie avec le bovarysme. Créé au sein même du roman Oblomov par le romancier russe Gontcharov pour désigner le mal du personnage principal, l’oblomovisme offre un exemple remarquable de théorisation endogène. Si le roman de Gontcharov, qui est contemporain du roman de Flaubert, permet de dévoiler, par des jeux de miroirs, une phénoménologie du désir et de l’ennui opposée à celle de Madame Bovary, l’oblomovisme pourrait bien, en tant que maladie de la non-lecture, s’avérer un contre-bovarysme.

7Une comparaison entre Emma Bovary et d’autres personnages romanesques féminins (Graziella du roman éponyme de Lamartine et Véronique Graslin du Curé de village de Balzac), appréhendées en tant que paradigmes de figures de lectrices, achèvera l’interprétation du bovarysme. La proposition flaubertienne, inédite, révèle un mal de la lectrice spécifique, tout à la fois pathologisé en ce qu’il est soumis au regard d’une instance médicale, et dépathologisé en ce que la médecine s’avère incapable de le prendre en compte. Si le bovarysme s’apparente alors à l’hystérie, c’est moins pour désigner celle qui implique le savoir médical du XIXe siècle que pour annoncer celle qui, par l’écoute freudienne, mettra en jeu un nouveau questionnement sur le féminin, le sujet et le psychisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Jayot, « Le bovarysme, histoire et interprétation d’une pathologie littéraire à l’âge moderne », Flaubert [En ligne], Résumés de thèses, mis en ligne le 14 février 2009, consulté le 01 août 2014. URL : http://flaubert.revues.org/411

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page